Image Image ImageAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 
Partagez | 
 

 Personæ non gratæ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sports Sorciers
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 262
avatar
Lucrécya Rincevent

Messages : 3530

Double Compte : Augustus Kane
Situation Amoureuse : cachez vos mecs, les morues : chuis à nouveau célib !

Filière : Aurorologie

Sorts Connus :
Accio,
Aguamenti,
Amplificatum/Reducto,
Animagus,
Calmos Pacificatum,
Confringo,
Contusionus Encontusiono,
Cucurcelerum
Defodio,
Episkey,
Folloreille,
Gemino
Incarcerem,
Inflammarae,
Lashlabask,
Locomotor,
Multicofors,
Nauséis,
Periculo Pugno,
Repulso,
Revigor,
Rictusempra,
Sonorus,
Spero Patronum,
Subcingulus

Inventaire :
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x3),
Horloge des Familles,
Pommade Pommadante Grégoire,
Lait de Poule du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouillita (x4)
Potion de Requinquance (x2)
MessageSujet: Personæ non gratæ   Dim 12 Fév 2017 - 19:10

Personæ Non Gratæ
AVEC : Lucrécya Rincevent, Darius Lestrange, Lux Matkovic
PRIVÉ / PUBLIC : Privé
DATE : Lundi 5 Avril


Le Petit Boudoir Azur du penthouse des Alpha Alpha Alpha n'avait de petit que le nom.
 
C'était un gigantesque salon rococo, encombré de causeuses et de canapés moelleux aux mille coussins, dont les teintes bleues étaient assorties aux voilages des fenêtres et des murs. Jadis, ce lieu avait été très fréquenté par les étudiants les plus nantis de la fraternité : ils y passaient de longs après-midi et de plus longues soirées encore, à disserter de futilités qu'ils pensaient profondes, un verre de cherry à la main,  un cigare dans l'autre.
 
Mais voilà : à présent, le Petit Boudoir Azur était déserté. Parce que le rococo, c'était "so saison dernière"... Alors, désormais,  c'était dans la Petite Antichambre Pourpre que les AAA tenaient salon, et s'échangeaient d'un rire hypocrite les derniers potins mondains.
 
Et c'est bien la raison pour laquelle Darius Lestrange et Lucrécya Rincevent avaient pris l'habitude, ces derniers temps, d'aller dans le Petit Boudoir Azur : tranquillité assurée !
La petite étudiante aux cheveux noirs poussa la jolie porte gravée, tout en bavardant :
 
-Et là,  fit, j'lui ai foutu ma batte Séraphine en pleine poire ! PAF ! L'a rien vu v'nir ce couillon ! T'aurais vu ça, y'avait ses dents qui volaient ! Ahah, le con !
 
Lulu partit d'un rire éraillé, bien gras. Le jeune homme blond qui l'accompagnait la fixa, un sourire au coin des lèvres :
 
-Je reconnais bien là ton sens inimitable de la féminité,  Rincevent, commenta-t-il.
 
-Ouaich merci ! Enfin... J'crois... ?
 
Elle fit quelques pas en avant, puis se figea.
 
-Oh merde.
 
-Fichtre, laissa échapper Darius, à ses côtés.
 
La raison de leur mécontentement était assise devant eux, de dos. C'était définitivement une fille, au vu de sa chevelure claire ; et elle n'avait pas encore remarqué les deux.
Lucrécya, sourcils froncés, se tourna vers son camarade, et geignit à voix basse :
 
-C'qui cette greluche ?
 
-Comment pourrais-je le savoir ?
 
-Je croyais que c'était viiiide par ici !

Darius opina :
 
-Cet endroit est d'ordinaire aussi démodé aux yeux des Alpha Alpha Alpha que ta frange l'est à ceux du reste du monde. C'est tout à fait inhabituel...

-Alors qu'est-ce qu'elle fout là ???

Le blond haussa légèrement les épaules, tandis que la petite batteuse croisait les bras, renfrognée.
 
-P'taaaain, elle a pris le meilleur fauteuil en plus ! Bah super on a pu qu'à se trouver un nouveau coin pour nos "réunions", grommela-t-elle, le regard aussi noir que ses cheveux.
 
La suggestion ne sembla pas au goût de Darius, qui pesta :
 
-Pourquoi diable ? Ne sommes-nous pas dans notre bon droit ici ? Ne sommes-nous pas Alpha Alpha Alpha nous même ? Autant que les autres ?
 
-Autant que les autres ? Nan. Pas du tout, rétorqua Lulu.
 
Lestrange réfléchit, puis émit un bref soupir résigné :
 
-Fichtre. Je crois que tu as raison.
 
-Yep.
 
Le regard du jeune homme s'assombrit, et, à demi-ton, d'une voix empreinte de gravité,  il déclara :
 
-Voilà qui est des plus inquiétants...
 
-Quoi ? Qu'on soit de gros bizuts dans notre frat' ?
 
-Non. L'idée que tu puisses avoir raison.

Le poing de Lucrécya frappa violemment l'épaule de son interlocuteur, qui protesta vivement.
Mais dans le vide : la brunette mit ses mains sur ses hanches, tout en fixant l'intruse de ce qu'elle pensait être un regard discret.

-Bon, quéqu'on fait alors ?

-Nous restons, et nous maintenons la tenue notre ''réunion''.

Le blondinet s'assit au centre de l'un des innombrables sofas, et y prit ses aises. La batteuse sauta sur le fauteuil d'en face : de là elle avait vu sur le dos intriguant de l'intruse, mais elle était assez loin pour que cette dernière n'entende pas leurs conversations.

Car c'était l'heure de la réunion entre Darius et Lucrécya, et ça, c'était aussi sacré que secret.

En se frottant les mains, Lulu demanda d'une voix pompeuse :

-Alors, qu'avons-nous à l'ordre du jour de notre réunion ?

Darius ouvrit le sac qu'il avait transporté jusque là :

-Aujourd'hui, c'est un petit Wild Augurey, retrouvé, disons, inopinément dans le bar de l'antichambre pourpre. Tu m'en diras des nouvelles, Rincevent.

L'habitude leur était venue petit à petit, et, sans qu'ils s'en rendent compte, ça leur était devenu indispensable. A chaque fois qu'ils se retrouvaient à deux au sein de leur fraternité, ils trouvaient un endroit discret, où personne ne pouvait les voir...

...et ils se racontaient blagues et méchancetés sur leurs camarades AAA, autour d'un bon verre ou deux, qu'ils fauchaient dans les réserves d'étudiants plus nantis qu'eux.

A son grand étonnement, Lulu se marrait tellement qu'elle adorait ses moments partagé avec Lestrange. Mais elle ne l'aurait pas avoué, même sous la torture. Fallait pas déconner quand même : être pote, ouais, mais l'admettre, c'était autre chose !

D'un geste de baguette, Darius fit voler jusqu'à lui la bouteille ambrée. Il en servit généreusement deux verres, et en tendit un à la batteuse.

Lucrécya l'attrapa avec gourmandise. Elle releva les yeux, et son regard se perdit derrière son camarade, vers la jolie inconnue.
Et d'un coup, elle réalisa.

-Oh pinaise ! glapit-elle, la voix tremblante d'excitation mal contenue.

-Quoi donc ?

-Oh pinaise oh pinaise oh pinaise !

-Que t'arrive-t-il encore, Rincevent ?

-La greluuuche ! C'est pas une greluche, c'est machin-là ! Rah, j'ai oublié son nom... mais c'est Machin ! Tu te rends pas compte ?!

L'information ne sembla pas faire grand effet à Lestrange, qui répondit laconiquement :

-Non, pas vraiment.

-Oh pinaise, chuis comment ? commença à paniquer Lulu. Mes fringues, tout ça ?

Darius considéra la jupe savamment déchirée, parsemée de motifs « toiles d'araignée », que la jeune batteuse avait revêtue par dessus des résilles noires. Puis la chaîne à grosses mailles rouillée qu'elle portait en guise de ceinture, et au bout de laquelle pendouillait une batte de quidditch recouverte de sang séché.

-Catastrophique, commenta-t-il.

-Non mais j'déconne pas : sérieux, chus comment ?

Le blond haussa une nouvelle fois les épaules, en faisant rouler ses yeux dans ses orbites.

-Tu me fais songer à une poissonnière à l'hygiène douteuse qui se serait battue à mains nues avec un hippogriffe enragé. Mais qui aurait perdu, précisa-t-il, le doigt levé.

-Rah, de toutes façons t'y connais que d'alle en mode de meuf ! s'énerva Lulu.

-Cela doit être ça.

Lucrécya rumina quelques instants les insultes, puis préféra passer outre. Cette fille, là, c'était-quoi-son-nom-déjà, elle la connaissait ! Enfin, de vue, déjà. Et c'était pas la première roulure venue ! Elle était pour la brunette ce qui se hissait le plus au sommet de la grande Classe. Avec un putain de C majuscule !

Alors si y'avait un moment où Lulu devait montrer qu'elle aussi elle pouvait être ben classe quand elle le voulait, c'était maintenant !

Elle s'éclaircit la gorge, leva son verre, y trempa les lèvres, et articula d'une voix bien trop forte pour être honnête :

-OH LA LA ! Qu'il est rudement goûtu ce whisky ! On sent bien le... le côté sapiné, tout ça tout ça !

Elle vérifia que l'AAA supra-classe aux cheveux blonds l'avait bien entendu, et fut donc ravie de voir qu'elle venait de se tourner vers eux, avec intérêt.

Darius, quant à lui, regardait sa camarade avec dépit. Pour ne pas dire, pitié.

-Boisé, articula-t-il enfin.

La jeune femme plissa les yeux :

-De quoi tu me traites là ?! s'emporta-t-elle.

-On dit boisé, Rincevent ! Sapiné, ça ne veut strictement rien dire !

Lucrécya leva les yeux au plafond :

-On s'en fout, c'est pareil.

-Et ce n'est pas du vulgaire whisky, c'est du bourbon hors de prix, continua à s'offusquer Darius.

Son interlocutrice leva un sourcil étonné :

-C'pas la même chose ?

-Pas vraiment, se moqua une voix mélodieuse.

La brunette tourna la tête : la jolie blonde venait d'arriver à sa hauteur, et la fixait, un sourire énigmatique aux lèvres.





Mes RPs du Moment !


Les Nouvelles Exploratrices, avec Malicia McGuire

Welcome to Motel Alabama, avec Isaac O'Callaghan

Like a broomstick in the wind, avec Enola Powell et tous ceux qui le veulent !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2HBEB

avatar
W. Lux Matkovic

Messages : 14

MessageSujet: Re: Personæ non gratæ   Mar 14 Fév 2017 - 0:59

Mademoiselle Matkovic se laissa tomber sur un fauteuil bleu, posant le verre de rouge qu’elle avait pris à la volé dans le salon principal de la fraternité. Elle avait rapidement repéré l’endroit et le siège, qui semblait idéal pour poser son royal séant. La blonde releva ses lunettes de soleil au prix absolument exorbitant - sa tenue complète aurait sans doute pu payer le salaire annuel d’une famille complète en même temps - sur le haut de son crane, les plaçant là comme une couronne, celle qui ne saurait se faire attendre encore bien longtemps. La journée avait été particulièrement chiante, même l’annonce d’une épidémie de peste magique au sein de l’université - cadeau des imbéciles de l’aile médicale sans doute - n’avait su y amener un peu de piment. Lux était arrivée avec deux minutes de retard a son premier cours, fashionably late shall we say, chassant un gueux ayant osé prendre sa place habituelle. Là, elle avait passé l’heure à écouter d’une oreille le prof et de l’autre les rumeurs du jour. Rien de croustillant, rien qui ne vaille la peine de s’y intéresser. Une amie, Alpha pur jus bien sur, pointa du doigt deux Zheta assis côte à côte au premier rang tout en murmurant à la vitesse de Paris Hilton qui vient de voir la nouvelle collection Gucci dans la vitrine. Lux, mastiquant distraitement un chewing-gum, pris un air tout à fait dégoutée. Puis, elle plissa légèrement les yeux, observant les personnes en question d’un peu plus prés. Mais dites-moi, c’est pas cette garce d’Alice qui a osée t’insulter a la soirée de lundi dernier? Celle qui pète un peu plus haut que son cul ? Avec un léger sourire, Lux laissa échapper d’une voix juste assez forte pour pouvoir porter jusqu’aux premiers bancs :  « Et qu’est-ce que ça peut me foutre que deux loosers couchent ensemble? Apres tout, les animaux ne se mélangent pas, c’est bien connu.” » Lux s’adossa un peu plus sur sa chaise, satisfaite de voir les regards se tourner vers le couple qui ne savait plus vraiment où se mettre. On l’ouvre moins d’un coup, hein?

Marchant au milieu d’un petit groupe bruyant, Lux avait une main dans la poche de son bomber Alexander McQueen, l’autre tenant la cigarette qu’elle venait d’allumer. Elle ne participait pas à la conversation, trouvant le bourdonnement des voix de plus en plus irritant. C’est au moment où quelqu’un proposa d’aller chercher un fucking starbuck que la jeune fille décida de les lâcher. Starbuck, c’est so 2015.  Elle prit donc le chemin inverse, laissant la troupe surprise dans son sillage… Bon, c’était cool de faire la Queen B et de laisser le bas peuple derrière… Mais elle faisait quoi maintenant? S’arrêtant sur le chemin, forçant les gens à s’écarter pour la contourner, Lux se donna le temps d’y réfléchir un peu. Cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas eu l’occasion d’être seule. Elle avait pris un peu de retard sur les cours, ce qui risquait de nuire a ses résultats scolaires et, par extension, a sa réputation. Laissant tomber son mégot qu’elle écrasa du bout de son talon, Lux décida de prendre l’occasion pour s’isoler une heure ou deux dans les locaux de la fraternité. Elle prendrait l’un des salons que les Alphas n’utilisaient plus… On laissait entendre que le salon bleu avait des fauteuils à se damner.

C’est donc là qu’avait finie la belle Lux. Le coin était aussi isolé que ce qu’elle avait pu espérer. Elle se mit à l’aise, prenant une gorgée de vin, ses gènes de grenouille française se faisant sentir. Cela faisait une petite heure qu’elle était assise, et la princesse en avait marre. Fermant le cahier – soudoyé à un POP, qualité garantie – elle décida de s’octroyer encore quelques instants à lézarder dans le boudoir. Il faudra bien retourner chercher la horde, histoire de leur rappeler qui mène la maison, mais pas encore. Elle attrapa son paquet de clope – des Treasurers noires, Lux aime faire dans le détail – et en alluma une. Tandis que d’un moulinet de la baguette, elle fit voleter un cendrier en cristal jusqu’à sa table, elle fit un petit compte mental : C’était la quatrième cigarette du jour, et Lux ne dépassait jamais les cinq hors soirée. Une règle comme une autre, que la jeune demoiselle se forçait à respecter. Alors qu’elle inspirait la première bouffée de cancer de fumée, elle entendit la porte du salon s’ouvrir, son grincement s’accompagnant du son tout aussi désagréables de voix. Mais putain ! On est à l’abri de la plèbe nulle part ? Lux ne se donna pas la peine de se retourner, s’imaginant que les intrus fileraient rapidement une fois qu’ils auraient enfin capté que la reine était là… Et bien que nenni mes bonnes gens ! Non seulement ils avaient osé envahir son espace privé, mais en plus ils semblaient avoir décidé de s’installer sans gène aucune dans le salon. Lux en aurait bien craché au sol de dégout, mais le crachat, s’est réservé aux roturiers. Elle n’entendait que des bribes de leur conversations, et se fichait bien d’en connaître le sujet : il allait falloir trouver un moyen de les faire dégager. Parce qu’il était à présent hors de question que La Queen quitte la pièce avant eux. Alors qu’elle tira une nouvelle fois sur la cigarette, une des voix se fit plus bruyante que l’autre.

« OH LA LA ! Qu'il est rudement goûtu ce whisky ! On sent bien le... le côté sapiné, tout ça tout ça ! »

Alors là… Lux ne put s’empêcher de se tourner vers cette compagnie forcée, un air halluciné plaqué sur le faciès, comme quelqu’un regarderait un animal venant de sortir une phrase n’ayant aucun sens. Même le pire des Alpha Alpha Alpha savait comment se dégustait un bon verre de spiritueux… N’est ce pas ? Eh bien pour le coup, mesdames et messieurs, c’était gagné, la curiosité de la demoiselle venait d’être piquée à vif. Elle se devait de savoir qui avait eu l’audace de blasphémer ainsi. Se levant, elle s’approcha des deux, la clope toujours à la main, leur conversation à présent tout à fait compréhensible.

« Et ce n'est pas du vulgaire whisky, c'est du bourbon hors de prix. »

« C'pas la même chose ? »

Lux, qui avait rejoint les deux énergumènes, ne put s’empêcher à cet instant de lâcher un petit rire.

«  Pas vraiment, non… »

Ils étaient deux, un blond et une… Brune ? Comment t’appellerait cette couleur toi? Et c’était la fille qui venait de tourner un regard surpris vers notre Matkovic. D’un seul regard sur la jeune femme, Lux compris qu’elle allait peut-être s’amuser en fin de compte : à s’en demander comment diable la brune avait réussit à finir dans cette fraternité. Lux vit même le détail qui venait ‘’parfaire’’ le tout : une batte de Quidditch qui semblait avoir croisé plusieurs têtes dans sa courte vie pendait à la chaîne de la ceinture de la miss. Lux continua de sourire pendant qu’elle s’installait dans un siège à la gauche de l’inconnue. Elle fit voleter un verre jusqu’à ses doigts, avant de se servir un verre de Bourbon. Du Wild Augurey ? Eh bien, ils faisaient peut-être de piètre Alpha, mais au moins, ils avaient un peu de goût.

 « Comparer un bourbon de luxe comme celui-là à du whisky… C’est un peu comme comparer une E.L James a un Oscar Wilde, non ? »

Elle continuait de sourire légèrement, avant de prendre une gorgé. Pas mauvais, au moins, t’as pas bougé ton cul pour rien. Elle reposa son verre sur la petite table kitch, tirant une nouvelle fois sur la clope.

« Humm… ‘’Sapiné’’, c’est ça ? »

Comment ça, Lux se moque ? Mais Pas. Du. Tout. Elle est l’honnêteté et la gentillesse incarnée voyons… Elle posa un regard curieux sur ses deux nouveaux interlocuteurs, avant de demander, un sourcil haussé :

« Et vous êtes… ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2nZ6L4Y


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Sociales Sorcières
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 102
avatar
Darius Lestrange

Messages : 1748

Situation Amoureuse : En couple.

Filière : Médicomagie

Sorts Connus : Calmos Pacificatum
Chauve-furie,
Citrouilletafors,
Duro,
Inflammarae,
Protego,
Spero Patronum,
Rubeum Nasum,
Repulso,
Tarentallegra,
Periculo Pugno,
Purée de Pois,
Subcingulus,
Episkey,
Serpensortia,
Nauseis,
Impervius,
Légilimancie,
Desillusio,
Dissendium,
Oubliettes

Inventaire : Essence de dictame (x2),
Chocolat Cépamoi,
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x7),
Pommade Pommadante Grégoire,
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x7),
Potion Contraceptive,
Tequila Magouillita (x6),
Horloge des Familles,
Glace à l'ennemi.
MessageSujet: Re: Personæ non gratæ   Dim 19 Fév 2017 - 21:35

L'étendue de sa déchéance était totale, Darius en était parfaitement conscient. Déshérité, désavoué, obligé de travailler dans l'espoir de gagner à peine de quoi vivre, sa situation n'avait plus rien d'enviable. Chaque fois qu'il passait les portes de la fraternité Alpha, cette réalité se révélait plus dure encore. Ses ancêtres avaient, après tout, créé cette fraternité. Ils devaient se retourner dans leurs tombes en voyant leur descendant désargenté fouler le sol de leur maison pour boire une liqueur volée en compagnie d'une fille telle que Rincevent.

Cependant, Darius avait depuis longtemps passé le stade de l'amertume. Il prenait désormais un malin plaisir à faire un pied de nez à sa lignée décadente et surestimée en prenant ses aises autant que possible dans les salons hideux qu'elle avait fait construire. Ce n'était après tout que justice. Souiller de sa présence ces lieux était devenu plus qu'un passe-temps : c'était un devoir. Et pour cela, Rincevent était la partenaire rêvée : irrespectueuse, vulgaire, portée sur la boisson, exaspérante à souhait. En somme, tout ce que Darius recherchait dans une relation amicale.

Il ne se l'avouait qu'à peine, mais il affectionnait leurs réunions hebdomadaires. Flynn était désormais dans un pays lointain, Reynolds se faisait rare. Il laissait à Malicia tout le temps et l'espace dont elle avait besoin. Bien qu'étant un habitué et un amoureux de la solitude, Darius ressentait de temps à autre l'envie de parler à un autre être humain. Ces réunions comblaient ce manque.

Aussi fut-il particulièrement déçu en voyant une intruse rompre ce rituel. La nouvelle venue était tout ce que Darius méprisait : une version féminine de lui-même quelques mois auparavant. Belle, suffisante, faussement aguicheuse et persuadée que tous lui devaient une admiration sans failles. Grand mal lui en avait pris.

-Comparer un bourbon de luxe comme celui-là à du whisky… C’est un peu comme comparer une E.L James a un Oscar Wilde, non ?

Darius plongea son regard bleu indifférent dans celui de la jeune femme. Pour sa part, la littérature moldue était bien loin de remporter son enthousiasme. Les Alphas avaient dû considérablement baisser leurs critères pour l'intégrer. Il prit cependant sur lui pour ne pas répondre à l'intruse, qui se gargarisait seule de sa boutade. Il remarqua que Rincevent lui faisait signe de bien se conduire. Pourquoi diable cherchait-elle à impressionner cette personne et où l'avait-elle connue ?

-Et vous êtes… ? finit par demander cette dernière avec prétention.

-...importunés par ta présence. rétorqua froidement Darius. Du vent.

La jeune femme manqua de s'étouffer avec sa boisson et Rincevent en profita pour lui décocher un coup de talon dans le tibia. Il était visiblement important pour elle de tisser une relation avec cette amatrice de moldus. Aussi se reprit-il, à contrecoeur :

-C'est ce que j'aurais dit si tu nous avais dérangés, ce qui n'est évidemment pas le cas. Je suis Darius Lestrange et voici Lucrécya Rincevent. Nous sommes ce qui se fait de mieux dans cette fraternité. N'est-ce pas... Rincevent ?

Sur ces belles paroles, il se tourna vers son amie inavouée avec un sourire aussi bref qu'hypocrite.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2nZ6IXc


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sports Sorciers
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 262
avatar
Lucrécya Rincevent

Messages : 3530

Double Compte : Augustus Kane
Situation Amoureuse : cachez vos mecs, les morues : chuis à nouveau célib !

Filière : Aurorologie

Sorts Connus :
Accio,
Aguamenti,
Amplificatum/Reducto,
Animagus,
Calmos Pacificatum,
Confringo,
Contusionus Encontusiono,
Cucurcelerum
Defodio,
Episkey,
Folloreille,
Gemino
Incarcerem,
Inflammarae,
Lashlabask,
Locomotor,
Multicofors,
Nauséis,
Periculo Pugno,
Repulso,
Revigor,
Rictusempra,
Sonorus,
Spero Patronum,
Subcingulus

Inventaire :
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x3),
Horloge des Familles,
Pommade Pommadante Grégoire,
Lait de Poule du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouillita (x4)
Potion de Requinquance (x2)
MessageSujet: Re: Personæ non gratæ   Dim 26 Fév 2017 - 20:26

A la WoW, les Alpha Alpha Alpha ne laissaient personne indifférent.

Les richesses qu'on attribuait aux uns faisaient rêver, l'arrogance et l'orgueil des autres agaçaient. Tous avaient un avis sur la confrérie, et sur ses membres. On les adorait, on les détestait, on adorait les détester. Beaucoup rêvait en secret de rejoindre cette fraternité dorée, et de plonger dans ce monde de bling-bling, de sourires hypocrites, et de poudre aux yeux.

Lulu ne comprenait pas ceux qui lui enviait sa frat'. Parce qu'elle, elle l'aimait pas.

On était venue la chercher sans qu'elle se renseigne plus que ça, elle s'était faite bizuter, et hop, elle était devenue une Alpha, sans plus de cérémonie. Sans rechigner, parce qu'on lui avait dit qu'il fallait qu'elle soit dans une fraternité pour pouvoir participer au tournoi de quidditch estudiantin. Et la batteuse talentueuse qu'elle était adorait le quidditch. Alors elle s'était dit à l'époque, ''baah, celle-là ou une autre''...

Eh ben, quelle connerie, avec le recul ! Parce que non, elle aimait pas sa fraternité. Elle s'y marrait pas. Elle s'y emmerdait grave. Elle préférait recevoir les beuglantes légendaires de sa mère adoptive Pénélopée (Pénélope pour les intimes), plutôt que d'assister à leurs réunions insupportables.

Bordel, qu'elle enviait les entraînements musclés des PAF, les fêtes sans fin des Zêtas, et même les herbes ensorcelées des Gammas, qui vidaient gentiment la tête ! Elle ne voyait pas ce qu'il y avait d'exceptionnel à côtoyer ses camarades à elle. C'était tous des têtes à claques, des péteux chichiteux. Ouaip. Tous les mêmes, même les moins riches, même nés de familles inconnues. Tous persuadés d'être dans leur bon droit, en toutes circonstances. A faire des manières, tout le temps. A dire, redire et médire sur tout. Et à regarder le monde de haut, comme si le monde en question n'était qu'une mare de fange nauséabonde. Bref, des couillons imblairables.

L'ex-Serpentard avait tenté de communiquer avec eux, au début. Mais ça n'avait pas marché si bien que ça. Entre celui qui s'était méchamment moqué de son inculture et de son langage argotique, celle qui avait voulu soi-disant l'aider en lui proposant un relookage ringard dépassé depuis trois siècles, et celui qui l'avait perdue en racontant, d'un ton hilare et avec des détails techniques soporifiques, comment son père était parvenu en toute impunité à se faire payer 45000 gallions d’indemnités de licenciement, pour un job qui n'était pourtant qu'un emploi fictif... Lucrécya avait pas tenu. C'était plus fort qu'elle : ce jour-là, elle avait dégainé sa batte Séraphine, et elle avait frappé à vue ces snobinards. Ca lui avait fait du bien... mais au sein de sa fraternité, sa vie sociale en avait pâti, étrangement.

Lestrange était aussi snob, à la réflexion. Mais... bon, c'était pas pareil. Enfin si, mais Lestrange, elle le connaissait depuis longtemps, et c'était son péteux à elle, comme qui dirait. Et un seul dans sa vie, ça suffisait largement.

Les autres, quelle bande de morpions !

Mais voilà, au milieu, y'avait Lux Marko.. kovo... euh... LUX, quoi.

Lux était.. mmh, comme les autres, en fait. Mais en CLASSE. Crénom d'un balai, elle savait se fringuer ! Rien avoir avec les autres clampins avec leurs trucs dignes de Versailles et leurs robes à froufrous ! Nan, chez Lux, y'avait de la marque. Et du style. Toujours la dernière mode clamée par les magazines de mode genre ''Sorcière Hebdo'' ou ''Vague'', que la batteuse lisait en cachette.

Et si y'avait que ça ! Mais non ! Lux était comme les autres Alpha... mais pour une raison que Lucrécya n'expliquait pas, elle les menait tous à la baguette, et ce, sans avoir besoin de la dégainer ! Et elle semblait pas avoir besoin de batte non plus pour ça. Et c'était aussi intriguant que classe.

Sans compter qu'elle avait un je-ne-sais-quoi qui plaisait à la brunette.

Bref cette meuf était pour Lucrécya le summum du summum de la classe : fallait absolument que Lucrécya lui fasse bonne impression en lui montrant qu'elle valait tout autant que n'importe quel gugus AAA !

Et si ça ne fonctionnait pas, son plan B consisterait en... euh... en...

« Bon. Il n'y a pas de plan B », songea-t-elle.

Alors valait mieux qu'elle donne le meilleur d'elle-même pour impressionner sa future meilleure bestah de fraternité.

-Ouiiiiiii tout-à-faaaait, fit-elle, en singeant un accent snobinard. Darius et moi on est comme qui dirait le nec-plus-vista de la fraternité, oh-oh-oh !

Elle partit d'un rire forcé, qui fit arquer les sourcils de son interlocutrice.

Darius se pinça l'arrête du nez devant cette lamentable réplique.

-Rincevent, tu ne devrais pas faire ça, persifla-t-il

-Faire quoi ?

-Parler.

Lucrécya lâcha un grognement peu féminin, puis ignora le blondinet. Elle se tourna vers la jolie fashionista, et, les yeux plein d'étoiles, poursuivit, de sa nouvelle voix guindée :

-Ouiiiii, tout-à-faaaait, tout le monde est fan, mais genre trop fan, de moi et Dar-dar !

-Dar-Dar ? grimaça Lestrange.

Ce qui ne perturba pas Lucrécya :

-Et moi chuis tellement à la mode que j'ai même plus b'soin de suivre la mode, tu vois ? Chuis genre, au-dessus de la mode ! Tiens, sois sincère, qu'esse tu penses de ma tenue ? Grave stylée, nah ?

Elle tourna sur elle-même pour la montrer à la blonde, fière qu'elle était de son T-shirt hideux à l'effigie d'un groupe de métal, de sa robe punk déchirée et de ses bottes à clous.





Mes RPs du Moment !


Les Nouvelles Exploratrices, avec Malicia McGuire

Welcome to Motel Alabama, avec Isaac O'Callaghan

Like a broomstick in the wind, avec Enola Powell et tous ceux qui le veulent !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2HBEB
 

Personæ non gratæ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wizardry & Occult Witchcraft University :: RPG :: Place Magnus Maximus Magouille :: Fraternité AAA-