Image Image ImageAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 
Partagez | 
 

 Les chauds-bouillants d'or

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Sociales Sorcières
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 102
avatar
Darius Lestrange

Messages : 1741

Situation Amoureuse : En couple.

Filière : Médicomagie

Sorts Connus : Calmos Pacificatum
Chauve-furie,
Citrouilletafors,
Duro,
Inflammarae,
Protego,
Spero Patronum,
Rubeum Nasum,
Repulso,
Tarentallegra,
Periculo Pugno,
Purée de Pois,
Subcingulus,
Episkey,
Serpensortia,
Nauseis,
Impervius,
Légilimancie,
Desillusio,
Dissendium,
Oubliettes

Inventaire : Essence de dictame (x2),
Chocolat Cépamoi,
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x7),
Pommade Pommadante Grégoire,
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x7),
Potion Contraceptive,
Tequila Magouillita (x6),
Horloge des Familles,
Glace à l'ennemi.
MessageSujet: Les chauds-bouillants d'or   Dim 18 Mai 2014 - 15:15

Drago n’aurait jamais imaginé que toucher un slip sale estampillé Magouille et acheté dans une épicerie de seconde zone le soulagerait. Pourtant, ça avait bien été le cas.

Le Noël qu’il avait passé avait été le plus triste qu’il avait vécu depuis des années. Même seul dans le manoir de ses parents, il avait toujours eu quelques elfes de maison pour lui offrir quelques cadeaux et passer un peu de temps avec lui. Cette année… il avait vraiment compris ce que cela signifiait de n’avoir personne.

Il avait passé la fête juché sur un coin de canapé, l’œil vide, à écouter de vieilles rediffusions d’émissions culturelles à la radio, tout en contemplant le campus désert depuis sa fenêtre. Il avait mangé une part de bûche, et regardé le reste du dessert fondre dans son plat. La journée, puis la soirée avaient été vides et il avait attendu avec impatience que ses amis reviennent, ou que son miroir scintille. Ça n’avait pas été le cas.

Il était donc bien plus enthousiaste le matin du 26. Mais ce dernier avait fondu comme neige au soleil, en remarquant que pour son ex, il n’existait tout simplement plus. S’il devinait pourquoi la jeune femme ne daignait plus lui adresser la parole, il ne comprenait vraiment pas ce qui avait pu être le déclencheur d’une telle attitude. Ça n’avait tout simplement pas de sens. Un jour avant, il lui prêtait sa veste pour qu’elle n’ait pas froid. Et aujourd’hui, elle lui faisait payer quelque chose. Mais quoi ? Des mois auparavant, il aurait tout à fait compris cela. Mais aujourd’hui ? Qu’avait-il fait ?

L’alpha n’eut guère le temps de se pencher plus sur cette question car l’heure du départ avait sonné. Et il en était ravi : quelques jours en californie lui feraient le plus grand bien. Après avoir saisi sa cape au vol, il avait pris sa valise dans une main et touché le portoloin. En se laissant porter, il sourit… et atterrit la tête la première dans un monceau de sable :

-Que diable… ?! pesta-t-il.

Il se redressa sur ses bras et remarqua qu’il se tenait aux pieds d’un homme drapé de noir, qui le fixait avec mauvaise humeur.

-QUE DIABLE… ?! s’écria-t-il.

-الله أكبر!!! Rugit l’homme.

-Qu-quoi ? bafouilla-t-il.

_
مطاردة الكفار ! أرسلت هؤلاء الاوغاد الإنجليزية إلى تحقيق التوازن في إدارة جواسيسهم ! لعن هم!!!
Hurla son assaillant.

Il pointa sa baguette sur le blondinet :

-الموت للجواسيس!

Roulant sur le côté, Drago évita le sort qu’on venait de lui envoyer et se mit à courir comme un dératé. Il devait fuir ! Mais où ? Il était entouré de dunes ! Un autre sort manqua de le toucher et Drago se prit les pieds dans une motte de sable, et dévala une pente pour percuter un baobab. Il tomba en arrière.

Un visage aux cheveux noirs se pencha sur lui :

-Malefoy ?!

Drago se releva et cracha du sable par terre. Il s’essuya la bouche :

-Rincevent ?!

-Qu’est-ce que tu fiches ici ?! s’énerva la batteuse.

-Qu’est-ce que je fiches ici ?! répéta le jeune homme. Et toi ?

-Moi ? Mais j’suis à Coconuts Islands ! fit Lucrécya.

Elle regarda autour d’elle :

-Sauf que… ça manque un peu de lagons, je trouve… remarqua-t-elle.

-ها هم! الموت للجواسيس! القاء القبض عليهم! Hurlèrent des voix derrière elle.

-Oh regarde ! Des gentils organisateurs !!! s’exclama la batteuse en leur faisant signe. Hého ! Ils sont où les lagons ?!

Un éclair lui rasa la joue et elle écarquilla les yeux. Elle leva le poing en l’air et se mit à sauter sur place :

-Ah c’est comme ça !!! s'énerva-t-elle. Bande de gros racistes !!!

-Rincevent ! Cesse-donc de les énerver et COURS ! cria Drago.

Les deux déguerpirent sans demander leur reste, sous les huées, les cris, et les éclairs.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2nZ6IXc


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sports Sorciers
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 262
avatar
Lucrécya Rincevent

Messages : 3518

Double Compte : Augustus Kane
Situation Amoureuse : cachez vos mecs, les morues : chuis à nouveau célib !

Filière : Aurorologie

Sorts Connus :
Accio,
Aguamenti,
Amplificatum/Reducto,
Animagus,
Calmos Pacificatum,
Confringo,
Contusionus Encontusiono,
Cucurcelerum
Defodio,
Episkey,
Folloreille,
Gemino
Incarcerem,
Inflammarae,
Lashlabask,
Locomotor,
Multicofors,
Nauséis,
Periculo Pugno,
Repulso,
Revigor,
Rictusempra,
Sonorus,
Spero Patronum,
Subcingulus

Inventaire :
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x3),
Horloge des Familles,
Pommade Pommadante Grégoire,
Lait de Poule du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouillita (x4)
Potion de Requinquance (x2)
MessageSujet: Re: Les chauds-bouillants d'or   Dim 18 Mai 2014 - 19:18

-Non mais sérieux ! Pourrait faire un effort pour rendre ça... chais pas moi... accueillant, tout ça ! souffla Lucrécya de sa voix éraillée.

Drago jeta un regard lourd de sens à la batteuse qui marchait à ses côté. Cela faisait bien dix minutes que les deux AAA avaient échappé à leurs étranges assaillants, et la brunette ne semblait pas prendre conscience du drame de la situation : lunettes de soleil vissées sur le nez, un grand chapeau de paille enfoncé sur son crâne, les pieds nus dans le sable, elle maugréait en secouant frénétiquement un éventail coloré, tenant ses tongs de son autre main.

Le silence retomba entre les deux... et, dans ce désert qui semblait infini, c'était un vrai silence, complet, que rien, pas même le froissement d'aile d'un oiseau, ne venait troubler. Il y avait quelque chose de terrifiant dans cette absence de son.

Mais l'horreur de la chose n'était pas évidente pour Lulu, qui fronça le nez, et leva la tête vers le blondinet :

-Tu sais quoi ? J'crois que dans le transfert par portoloin, y'a du avoir une couille dans le chaudron !

Elle hocha la tête, mystérieuse... mais sa révélation n'eut pas l'effet escompté. L'air plus blasé que jamais, Malefoy poussa un long soupir, désespéré par tant de bêtise.

-Ah non, tu crois ? ironisa-t-il, finalement.

Il crut voir une ombre derrière lui, et hâta le pas. Même s'il ne savait pas où il allait. Mais il ne savait pas quoi faire d'autre, à part marcher droit devant lui, en espérant ne pas être à nouveau pourchassé par des sorciers terroristes locaux.

-Ouaip, comme j'te le dis ! insista Lulu. Une couille dans le chaudron ! Et tu sais pourquoi ?

-Parce que nous ne savons pas où nous sommes, que j'ignore où on bien pu atterrir Marcus et Malicia, et s'ils sont en sécurité, qu'à l'évidence nous sommes au cœur d'un conflit qui nous dépasse et que Dieu seul sait comment nous allons nous en sortir ?! siffla l'ex-héritier d'une voix agacée.

Lucrécya pouffa d'un rire railleur :

-Maaais non ! Parce que j'ai perdu ma valise ! Et y'avait mon maillot de bains, dedans ! Comment j'vais me baigner, moi, sans maillot ? C'est ballot !

C'en fut trop pour Drago, qui stoppa net, et considéra sa compagne d'infortune avec des yeux arrondis par le dépit.

-Tu es donc idiote à ce point, Rincevent ? Mais où diable voudrais-tu te baigner ?! Ne te rends-tu donc pas compte de là où nous sommes ?!

Il désigna la grande langue de sable doré et brûlant qui s'étendait jusqu'à l'horizon. De gigantesques dunes les encerclaient, où qu'ils tournent la tête. Seuls changements dans la monotonie du décor : les traces de leurs propres pas qui disparaissaient au loin.

Lulu hocha la tête, la mine boudeuse :

-Ah ben oui, y'a ça aussi ! C'est super mal indiqué ! Ils sont où les lagons ? Elle est où la mer turquoise où les poissons multicolores nagent avec toi ? En fait Coconuts Island c'est tout poucrave !

N'en tenant plus, Malefoy serra ses poings et perdit son légendaire flegme :

-RINCEVENT OUVRE LES YEUX NOUS NE SOMMES PAS A COCONUTS ISL...

-الله أكبر !!!

Plusieurs éclairs verts caractéristiques suivirent cette exclamation, et Lucrécya déglutit.

-CRÉNOM D'UN BALAI !

Lâchant ses tongs, elle prit ses jambes à son cou et se mit à courir comme une dératée, suivie par Drago. Les deux se jetèrent derrière une dune, et roulèrent jusqu'en bas, soulevant une poussière aride.

Lucrécya se redressa, et regarda tout autour d'elle : elle ne voyait que du sable, du sable et du sable. Aucune trace du gentil organisateur adepte de l'Avada Kedavra. Sans prendre le temps de s'épousseter, elle décrocha d'une main sa batte Séraphine de sa ceinture, et dégaina sa baguette de l'autre, tout en ne cessant de marmonner :

-Crénom d'un balai crénom d'un balai crénom d'un balai crénom d'un balai CRÉNOM D'UN...

Une main s'abattit sur sa bouche, et la voix traînante de Drago chuchota à son oreille :

-Mais tais-toi donc ! Tu veux nous faire repérer ?!

Lulu secoua vivement la tête et se tut. Elle fit un pas en avant, et, entendant un craquement étrange sous son pied nu, baissa les yeux. Aussitôt, elle sentit ses cheveux se hérisser sur son crâne : à ses pieds, un vieux squelette lui souriait de ses sinistres dents déchaussées. Dans ses phalanges blanchies et complètement desséchées, il serrait encore un objet reconnaissable entre mille : un vieux slibard tout dégeu, où on pouvait encore lire, malgré le passage du temps : « Portoloin Miracle du Bon Docteur Magouille ».

-Tu sais quoi ? couina la batteuse d'une toute petite voix. Je crois qu'on est pas à Coconuts Island, finalement...





Mes RPs du Moment !


Broken Mirror, avec Malicia McGuire

Welcome to Motel Alabama, avec Isaac O'Callaghan

Like a broomstick in the wind, avec Enola Powell et tous ceux qui le veulent !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2HBEB


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Sociales Sorcières
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 102
avatar
Darius Lestrange

Messages : 1741

Situation Amoureuse : En couple.

Filière : Médicomagie

Sorts Connus : Calmos Pacificatum
Chauve-furie,
Citrouilletafors,
Duro,
Inflammarae,
Protego,
Spero Patronum,
Rubeum Nasum,
Repulso,
Tarentallegra,
Periculo Pugno,
Purée de Pois,
Subcingulus,
Episkey,
Serpensortia,
Nauseis,
Impervius,
Légilimancie,
Desillusio,
Dissendium,
Oubliettes

Inventaire : Essence de dictame (x2),
Chocolat Cépamoi,
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x7),
Pommade Pommadante Grégoire,
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x7),
Potion Contraceptive,
Tequila Magouillita (x6),
Horloge des Familles,
Glace à l'ennemi.
MessageSujet: Re: Les chauds-bouillants d'or   Jeu 22 Mai 2014 - 22:16

Des vallons sablonneux se dressaient à perte de vue, comme un océan sans bordures. L'absence totale d'horizon aurait pu rendre n'importe quel homme fou : il n'y avait ni nord, ni sud et le soleil ne bougeait pas d'une once, suspendu qu'il était dans un éternel zénith. La chaleur était telle que l'air tremblait et devenait poussière dans la bouche.  Dans cette vallée sans nom, pas un bruit, pas même un souffle ne venait perturber le silence de mort de cet après-midi perpétuel. Enfin, si on ignorait Lucrécya Rincevent.

-J'AAAI SOIF !!!

Le silence retomba dans le désert alors que les deux poursuivaient leur chemin vers nulle part.

-J'AAAI SOIF !!! répéta la batteuse.

Le visage rougi par de multiples coups de soleil, Drago ne répliqua pas et continua à avancer, les yeux levés vers le ciel. Ils avaient évité de justesse leurs assaillants en allant dans le sens opposé de leur marche, mais seigneur dieu, il aurait aimé perdre Rincevent dans le processus. Il n'en était malheureusement rien : Lucrécya lui donna un coup de coude, puis un deuxième, beaucoup plus fort et il se tourna vers elle :

-Quoi, Rincevent ?! articula-t-il sèchement.

-T'as de la flotte ?

Le blondinet lui jeta un regard aussi morne que désintéressé et se remit à marcher. Cela ne manqua pas :

-J'AAAI...

Drago se retourna à nouveau :

-SEIGNEUR RINCEVENT ! COMMENT DIABLE PEUX-TU ENCORE AVOIR ASSEZ DE SALIVE POUR CRIER COMME TU LE FAIS ? LANCE UN SORTIEGE D'AGUAMENTI ET FINIS-EN DONC AVEC CE BRAILLEMENT INFERNAL ! siffla-t-il.

Lucrécya le regarda avec les yeux ahuris d'un poisson-lune. Finalement, elle haussa les épaules :

-Ah oui.

Le blondinet se passa la main sur son visage alors que son interlocutrice s'exécutait. Les deux reprirent leur marche :

-J'avais pas pensé, tu vois. badina la batteuse.

-Je vois. répliqua le blondinet.

-Et puis, ça fait un peu d'animation.

-Je ne crois pas non.

Le silence vint bien vite mettre fin à leur dialogue.

-Tu sais c'qui serait chouette ? reprit Lucrécya.

-Non. Mais de toutes manières, je sens que tu ne me l'épargneras pas. soupira Drago.

Il n'avait pas tort :

-Un lagon. lâcha sa camarade.

Le blondinet leva les yeux au ciel :

-Tu m'en diras tant...

-Ou un putain de grand lac. poursuivit la batteuse, les yeux ronds et les mains dans les poches. Le genre géant et tout bleu turquoise.

-Un lagon, en somme. répliqua Drago.

-Ouais ! Un putain de lagon géant bleu turquoise comme sur la pub de Coconuts Island ! continua Lucrécya en écartant grand les bras. Des litres et des litres de...

-Pourrais-t-on cesser de parler de lagon ? soupira le blondinet.

-Si je trouvais un putain de grand lagon comme ça, j'en bougerai plus jamais ! C'est vachement cool les lagons quand même.

Le regard bleu acier et désabusé de Drago se plaqua sur Lucrécya :

-PRONONCE ENCORE UNE FOIS LE MOT LAGON ET JE T'ENVOIE EN ENFER. lâcha-t-il.

-OH UN LAGON ! s'écria la batteuse sans l'écouter.

Elle pointait quelque chose qui se trouvait derrière lui. Le blondinet se retourna et fronça les sourcils.

-Il n'y a rien. C'est probablement un mir...

-MAIS SI ! LA-BAS ! UN LAGON !

Lucrécya se mit à courir et Drago bascula la tête en arrière de dépit :

-CE N'EST PAS UN LAGON, RINCEVENT ! C'EST UN MIRAGE !

-VIENS VOIR MALEFOY !

Le blondinet s'exécuta à contrecœur et rejoignit la jeune femme qui se tenait en haut d'une colline. Il écarquilla les yeux : en contrebas, une étendue d'eau cristalline leur faisait face.

-C'est un lagon ?  s'étonna-t-il.

-ET COMMENT !

Lucrécya dévala la pente en s'esclaffant :

-A MOI LA FLO...

Drago la retint par le bras.

-MAIS QUOI ?! s'énerva la batteuse à quelques centimètres de l'eau.
 
-Ce lagon ne me dit rien qui vaille. annonça le blondinet.

Lucrécya essaya de se défaire de son emprise mais il insista.

-PUTAIN MALEFOY ! T'ES CHIANT ! TU VOIS BIEN QU'C'EST UN VRAI !

-Ce lagon m'a l'air bien réel en effet. Et c'est bien ce qui m'inquiète. répliqua l'alpha.

C'était vrai. Cette chose qui se tenait à quelques pas n'avait rien à faire là.

-Si ça avait été un mirage, il aurait disparu à cette distance. Mais c'est encore là. Hors il fait 50 degrés, au bas mot. Ça n'est pas normal. C'est sans doute un piège pour attirer les simples d'esp...

La batteuse le repoussa brusquement et plongea la tête la première :

-ON S'EN FOUT ! A LA FLOTTE !

***

Quelques minutes plus tard...

Une gigantesque roue en bois sec tournait mollement sous le soleil de plomb. Elle actionnait une autre roue dentelée, bien plus imposante, qui s'imbriquait dans un enchevêtrement de rouages, de moulinets et de dévidoirs. Le dispositif, étonnamment complexe, était actionné par quelques esclaves qui poussaient la première roue avec grand peine et de nombreux ahanements. Et on se demandait bien pourquoi. L'étrange et colossal mécanique ne semblait avoir été créée que pour un seul et unique but : arroser frugalement un minuscule et chétif palmier qui périssait sous la chaleur.

Un fouet claqua et Lucrécya, parmi les esclaves, poussa plus fort la roue, non sans jeter des regards mauvais en direction d'une famille de trois bédouins obèses qui les regardaient peiner avec contentement, juchés sur leurs transats.

-Daddy ! Je veux un poney ! fit ce qui semblait être la fille, une femme d'une vingtaine d'années aussi large que haute, avec des dents de cheval et deux couettes passablement ridicules pour son âge.  

-Tu en as déjà eu un hier. répondit son père, qui sirotait un cocktail en lisant une revue inintéressante au travers de ses lunettes à triple foyer.

La mère quand à elle, ronflait à en faire craquer les jointures des murs.

-Alors je veux...

Elle regarda autour d'elle et pointa du doigt un des serveurs en pagne qui faisaient le pied de grue derrière eux.

-Lui !

Drago, car c'était bien lui, ouvrit des yeux aussi horrifiés que furibonds.

- Si cela te fait plaisir... répondit mollement son père, parfaitement indifférent au regard affolé que venait de lui lancer le blondinet.

La fille s'essuya ses mains pleine de glace sur le pagne immaculé de l'alpha et lui fit un clin d'œil assorti d'un petit signe de main tendancieux. Le blondinet ne demanda pas son reste et partit rejoindre les autres serviteurs, non sans se recevoir une claque sur les fesses. Un brin de panique passa dans les yeux de l'alpha : il fallait impérativement qu'ils se tirent de ce mauvais pas. Mais comment ? Et tout cela à cause de cette fieffée idiote de Rincevent !

Il jeta un regard mêlé d'insistance et de courroux à Lucrécya qui ricana grassement... avant de se remettre à travailler précipitamment sous la menace d'un coup de fouet cinglant qui claqua dans l'air brûlant.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2nZ6IXc


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sports Sorciers
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 262
avatar
Lucrécya Rincevent

Messages : 3518

Double Compte : Augustus Kane
Situation Amoureuse : cachez vos mecs, les morues : chuis à nouveau célib !

Filière : Aurorologie

Sorts Connus :
Accio,
Aguamenti,
Amplificatum/Reducto,
Animagus,
Calmos Pacificatum,
Confringo,
Contusionus Encontusiono,
Cucurcelerum
Defodio,
Episkey,
Folloreille,
Gemino
Incarcerem,
Inflammarae,
Lashlabask,
Locomotor,
Multicofors,
Nauséis,
Periculo Pugno,
Repulso,
Revigor,
Rictusempra,
Sonorus,
Spero Patronum,
Subcingulus

Inventaire :
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x3),
Horloge des Familles,
Pommade Pommadante Grégoire,
Lait de Poule du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouillita (x4)
Potion de Requinquance (x2)
MessageSujet: Re: Les chauds-bouillants d'or   Sam 24 Mai 2014 - 17:13

Le fouet retentit à nouveau, et Lucrécya serra les dents. Comment ils avaient pu se faire avoir par des moldus ? Des moldus OBESES ? Bon, ok, il fallait admettre que c'était fichtrement malin : personne n'aurait pu se douter que le lagon turquoise chelou au beau milieu du gigantesque désert arride était un leurre, qui cachait un piège ! C'était rudement finaud. Surtout de la part de moldus obèses.

La brûlure caractéristique du fouet lécha à nouveau l'épaule de Lulu, qui serra les dents et les poings.

Elle se retourna, réajusta les guenilles qui cachaient son absence de poitrine, et se tourna vers le colosse qui était en charge de faire travailler les esclaves.

-AH ! TROP C'EST TROP ! hurla-t-elle. J'EN AI RAS-LE-CHAUDRON ! APPORTEZ-MOI MA BAGUETTE ET JE VAIS VOUS MONTRER CE QUE JE...

*KATCHA*

-Aïïïïïïïeeeeuh ! Mais ça va pas ? Comment t'as osé me frapp...


*KATCHAAAA*

-AAAAAIIIIIEUH !

Lucrécya se renfrogna, et se remit au travail, en marmonnant dans la barbe qu'elle n'avait pas. Elle avait trop chaud, elle avait soif, et elle avait du sable dans sa bouche. Elle en avait marre de pousser cette roue gigantesque. Marre de cette chaleur étouffante. Marre de ce pays de cinglés, et marre de la famille de grassouillets à cause de qui elle avait été rendue en esclavage.

Elle leur jeta un regard dégoulinant de haine, mais aucun d'eux ne le remarqua. Ils étaient trop occupé à siroter leurs cocktails, en se faisant éventer à l'aide d'une gigantesque feuille de bananier,  par un Drago horrifié qui tentait en vain d'échapper aux pincements de fesse de la plus jeune.

Lulu soupira :

-J'vois pas comment ça pourrait être pire, maugréa-t-elle pour elle-même.

-ALLAH AKBAR ! hurla soudain une voix furibonde.

-Évidemment... grogna la batteuse, blasée.

Les trois obèses sursautèrent d'un coup, et, en un clin d’œil, une ribambelle d'hommes menaçants apparurent. Ils portaient des sortes de longues toges aux couleurs fanées, et leurs visages cachés sous des turbans sombres ne laissant paraître que leurs yeux. Sous l'oeil surpris de Malefoy et des autres... ''employés'', ils encerclèrent et mirent en joue la famille de bédouins avec des baguettes magiques, en hurlant :

-حتى الموت، الموت، الموت للكفار الكلاب !!!

-نعم، والله هو مجد عظيم إلى الله وبن الوفاة !!!


Mais Lulu n'eut pas le temps d'en voir davantage : d'un coup, on lui passa ce qui semblait être un sac de toile sur la tête, et aussitôt tout devint noir.

**

-الذين تعملون ? الذين تعملون ?


-Heing ?!

-كنت قد فهمت لي. من هو رئيسك في العمل، لماذا أنت هنا

-QUOI ?!

-الذين تعملون ?


-Heing ?! De quoi ça s'agit ?!

-الشخص الذي يطلب منك أن تأتي إلى هنا للتجسس الذي هو ?


-Crénom d'un balai, vous pouvez articuler ?! Ou c'est trop vous demander ?!

Lucrécya n'avait pas vraiment peur, mais si elle n'avait pas peur, c'est qu'elle était bien trop en rogne pour ça.

Pourtant, il y avait de quoi flipper : elle était dans une pièce sombre, éclairé par une unique  ampoule grésillante, à la lueur faiblarde. Elle était Incarceremée, toute ficelée sur une vieille chaise, et en face d'elle, deux gugus braillaient devant elle sans qu'elle ne comprenne un traitre mot de leur baragouinage.

Et de temps en temps, l'un d'eux lui balançait un aguamenti glacial en pleine poire, ce qui l'agaçait au plus haut point.

-POUR QUI TRAVAILLER TOI ?! finit par hurler l'un des hommes, dans un anglais approximatif.

-Mais espèce de crétin des sables, chuis étudiante moi ! J'ai pas de boulot, qu'est-ce que tu me racontes ! T'es vraiment un abruglglglglglglarglglgl...

Un nouveau jet d'eau glacé vint noyer la fin de sa phrase, et la petite batteuse cria de rage. Sans faire attention à elle, les hommes parlèrent un moment ensemble.

Puis, sans qu'on ne l'avertisse, Lulu se fit soulever, et pousser en avant le long d'obscurs couloirs sans fin, d'où on ne voyait pas la lumière du jour.

Et, sans aucun ménagement, on la poussa dans une vieille cellule de prison aux murs mangés par la moisissure, et la porte aux barreaux rouillés se referma cruellement dans son dos.

Toujours sous le coup de l'Incarcerem qui la saucissonnait, l'AAA s'étala tout du long par terre, non sans pester et jurer comme un chartier jeté hors de son terrier.

Elle releva les yeux, et réalisa qu'elle n’était pas seule dans sa prison : un blondinet en pagne était assis dans un des coins de la petite pièce.

-Tiens, Malefoy, quelle bonne surprise ! Alors, ça gaze ? ironisa la jeune femme.





Mes RPs du Moment !


Broken Mirror, avec Malicia McGuire

Welcome to Motel Alabama, avec Isaac O'Callaghan

Like a broomstick in the wind, avec Enola Powell et tous ceux qui le veulent !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2HBEB


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Sociales Sorcières
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 102
avatar
Darius Lestrange

Messages : 1741

Situation Amoureuse : En couple.

Filière : Médicomagie

Sorts Connus : Calmos Pacificatum
Chauve-furie,
Citrouilletafors,
Duro,
Inflammarae,
Protego,
Spero Patronum,
Rubeum Nasum,
Repulso,
Tarentallegra,
Periculo Pugno,
Purée de Pois,
Subcingulus,
Episkey,
Serpensortia,
Nauseis,
Impervius,
Légilimancie,
Desillusio,
Dissendium,
Oubliettes

Inventaire : Essence de dictame (x2),
Chocolat Cépamoi,
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x7),
Pommade Pommadante Grégoire,
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x7),
Potion Contraceptive,
Tequila Magouillita (x6),
Horloge des Familles,
Glace à l'ennemi.
MessageSujet: Re: Les chauds-bouillants d'or   Dim 25 Mai 2014 - 17:39

Drago jeta un coup d’œil morne au mur de pierres jaunies sur lequel il s’était adossé. Quelqu’un y avait tracé un bon millier de traits, ainsi qu’un « O m’a tuer » en sang séché annonciateur de malheur. La geôle était étriquée, étouffante, et de temps à autre, des cris macabres résonnaient dans les couloirs alentours. Au dehors, un homme drapé de noir aiguisait une longue épée recourbée en sifflotant. Le blondinet se retourna vers sa camarade de chambrée :

-D’après toi, Rincevent ? ironisa-t-il à son tour.

-Si tu veux mon avis, on était mieux chez les moldus obèses ! grommela cette dernière en défaisant comme elle le pouvait ses liens.

-Non, tu crois ?

A vrai dire, Drago ne voyait pas vraiment en quoi devenir le joujou sexuel d’une milliardaire ventripotente était mieux que croupir dans une prison berbère.

-Eux au moins ils avaient un lagon ! pesta la batteuse en se faisant un tabouret de fortune avec un tas de sable.

-C’était un faux lagon. Fit remarquer Drago.

-Oh, fais pas la fine bouche, Malefoy ! pesta Lucrécya.

Le blondinet haussa les épaules et continua de regarder l’homme qui aiguisait ses armes au dehors.

-Nous avons besoin d’un plan pour nous tirer de là. Finit-il par dire.

-T’as une idée ?

-Non. On nous a pris nos baguettes donc nous sommes limités. J’ai essayé de transplaner…

-Sans moi ?! s’indigna la batteuse.

-J’ai essayé de transplaner, reprit Drago, sans prêter attention à la jeune femme. Et c’était impossible. Qui que soient ces gens, ils connaissent leurs sortilèges d’entrave sur le bout des doigts. Si seulement nous savions ce qu’ils nous veulent, ce serait un début.

Il baissa la tête :

-Cependant, je ne pense pas que cela nous aiderait plus que cela, ils ont de toute évidence décidé de nous tuer.

-On se laissera pas faire ! s’écria Lucrécya. Le prochain qui se ramène ici, je lui donne un coup de pied  dans les...

-Excellente idée, Rincevent. La coupa le blondinet. Ils nous supprimeront d’autant plus vite.

Il soupira :

-Dire que je devrais être en Californie en ce moment-même…

Drago eut l’air passablement déprimé. Finir dans une geôle avec Rincevent comme seule partenaire. Une fin parfaite pour une personne qui avait échoué en tout dans sa vie. La fin d’année, si proche, signerait probablement la fin de ses jours. Qu’à cela ne tienne, il en avait bien assez de cette malchance qui lui collait à la peau. Pour se consoler, une fois devenu un spectre, il irait hanter Magnus Magouille et sa fabrique de portoloins défectueux. Dieu qu’il haïssait cet horrible bonhomme. Peut-être même le détestait-t-il encore plus que son… non, il n’haïssait personne plus que son père. Lequel devait être dans quelque pays reculé à profiter de son argent sans se soucier le moins du monde de ce qui pouvait arriver à son fils. Drago se promis que, si jamais il se tirait de cet endroit, et qu’un jour quelqu’un l’aimait assez pour avoir des enfants avec lui, il choierait ces derniers comme la prunelle de ses yeux. Mais voilà, il était dans une geôle, avec Rincevent, et cela n’était pas près d’arriver.

-Je me demande où sont Malicia et Marcus… finit-il par laisser échapper.

-Bah, quelque part à Coconuts Islands, le vrai ! répondit Lucrécya, boudeuse.

Elle enfonça ses poings dans ses joues :

-J’aurai bien aimé moi, voir un lagon pour de vrai.  Et une plage, avec des cocotiers.

Le silence retomba. Les crissements de la meule non loin emplirent la pièce
Finalement, Drago se leva et partit s’asseoir à ses côtés. Il saisit un bout de bois :

-Une plage… répéta-t-il, songeur.

Il se mit à dessiner sur le sol. Quelques minutes plus tard, une plage paradisiaque prit forme sous les yeux de la batteuse.

-Voilà. Lâcha Drago,  avec un petit sourire.

Son amie souleva un peu sa tête pour regarder :

-Manque un singe là. Fit-elle remarquer.

Le blondinet s’exécuta.

-Et un perroquet. Poursuivit la batteuse.

-Je suppose que je mets un bar à cocktails, mettons dans le coin à gauche ? reprit l’alpha.

Lucrécya acquiesça :

-Et Marcus avec sa cape méga moche en train de se marrer avec ses portoloins bidons ! T’as qu’à lui en mettre un sur la tête, tiens ! Ça lui apprendra à nous envoyer dans le désert de la mort !

Drago eut un petit rire silencieux et poursuivit son dessin.

-Comme cela ?

-Ouais. Lâcha la batteuse.

Elle redevint subitement boudeuse :

-Me manque, ce con. Et Mali aussi.

Drago acquiesça tristement :

-Moi aussi.

Il se releva et partit s'allonger à sa place :

-Enfin, si nous ne trouvons pas un moyen de sortir, tout cela n'aura bientôt plus aucune importance. Tu ne sauras jamais pourquoi Marcus a acheté son horrible cape en lieu et place de portoloins décents et ce qu'il adviendra de ton fils, et je ne saurai jamais pourquoi Malicia ne voulait pas m'adresser la parole ce matin.

Après un silence, il reprit en croisant les bras derrière sa tête :

-Non pas que cela m'intéresse. mentit-il dans un soupir.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2nZ6IXc


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sports Sorciers
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 262
avatar
Lucrécya Rincevent

Messages : 3518

Double Compte : Augustus Kane
Situation Amoureuse : cachez vos mecs, les morues : chuis à nouveau célib !

Filière : Aurorologie

Sorts Connus :
Accio,
Aguamenti,
Amplificatum/Reducto,
Animagus,
Calmos Pacificatum,
Confringo,
Contusionus Encontusiono,
Cucurcelerum
Defodio,
Episkey,
Folloreille,
Gemino
Incarcerem,
Inflammarae,
Lashlabask,
Locomotor,
Multicofors,
Nauséis,
Periculo Pugno,
Repulso,
Revigor,
Rictusempra,
Sonorus,
Spero Patronum,
Subcingulus

Inventaire :
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x3),
Horloge des Familles,
Pommade Pommadante Grégoire,
Lait de Poule du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouillita (x4)
Potion de Requinquance (x2)
MessageSujet: Re: Les chauds-bouillants d'or   Mer 28 Mai 2014 - 17:53

Lucrécya s'adossa contre le mur, et poussa un long soupir exaspéré :

-Marcus a acheté cette cape méga moche parce que c'est un crétin sans deux noises de bon sens, maugréa-t-elle.

-Je te l'accorde.. admit Drago, en acquiesçant.

-Et Mali, reprit Lulu, si elle te fait la gueule, c'est parce que...

Le blondinet coula un regard curieux à sa compagne d'infortune.

-Parce que ?

-Bah, tu sais, Mali, elle est...

Le regard de la batteuse se perdit dans le vague, et elle se tut. Au bout d'un bref moment, elle se mit à fredonner un petit air. La voix de la brunette était tellement éraillée que Drago ne parvint pas à reconnaître la mélodie d'origine.

-Rincevent ? tenta-t-il.

-Tutututuuu... Lalalalaaaa... La la la... ♪

-Rincevent ?

-Lalalalala... LA LALAAAA... ♪

-RINCEVENT !!!

Lucrécya sursauta :

-Hein, quoi ?

-Malicia est quoi ? insista l'ex-héritier.

La jeune femme esquissa un petit sourire narquois :

-J'croyais que ça t’intéressait pas ?

Malefoy se raidit, imperceptiblement :

-Non. Non, en effet.

Le silence retomba entre les deux. Chacun fixait la jolie plage esquissée sur le sol, sans émettre le moindre son.

-Elle est en mode vénère, finit par dire Lulu. Malicia, j'veux dire.

Drago pinça les lèvres :

-Contre moi ?

-Contre tout le monde. Je sais pas c'qu'elle a en ce moment, mais c'est pas contre toi. Enfin, c'est pas ça : c'est pas QUE contre toi. J'crois qu'elle a un syndrome pré-menstruel très hargneux.

L'étudiant en Sciences So fronça son nez, écœuré :

-Je me serai passé de ce dernier détail, Rincevent !

-J'dis ça comme ça, moi, j'en sais rien du pourquoi qu'elle est comme ça ! clama Lulu. En tout cas, j'ai l'impression qu'elle en veut à tout le monde.

Le blondinet sembla légèrement soulagé :

-Tout le monde ?

-Ouaip. Sauf moi, évidemment. Mais ça, c'est parce que je suis fabuleuse.

Lucrécya soupira d'aise, en bombant à outrance son torse. Et un silence pesant retomba aussitôt dans la cellule de prison.

Finalement, le blondinet poussa un bref soupir :

-Rincevent...

-Moui ?

-Il se peut que nous soyons prisonniers de cette geôle pendant un long moment. Avant qu'ils daignent mettre fin à nos espérances.

Un voile de tristesse inhabituel passa devant les yeux de la batteuse, qui baissa la tête :

-Je sais, murmura-t-elle.

-Alors pendant cette durée indéterminée, peut-être pourrions-nous... je ne sais pas... faire comme si nous étions...

-Amis ? suggéra Lulu en relevant le menton.

Drago ne put s'empêcher de grimacer :

-Grands dieux non ! J'allais simplement te proposer de feindre que nous ne nous méprisons pas au point d'avoir envie de mutuellement nous étriper à chaque seconde passée côte à côte.

-Ah oui, c'est mieux ! reconnut Lucrécya. Ça fait moins lopettes ! Ça me va !

Elle tendit sa main à Malefoy, qui la serra pour sceller leur accord.

-C'est une bonne idée ! s'exclama l'étudiante de Sports de sa voix cassée. Ça nous rappellera ces super vacances à deux qu'on avait passé rien que toi et moi ! Ah ah, qu'est-ce qu'on s'était marrés !

Malefoy leva son sourcil :

-Ces super vacances à deux ? répéta-t-il, sans comprendre.

-Mais oui ! Tu te rappelles pas ? On était partis en Transylvanie et on avait fait du camping à la moldu et on avait même rencontré ton grand-père !

Drago resta interdit quelques instants... puis leva les yeux au ciel en signe d'exaspération.

-Ce n'était pas des vacances, mais notre bizutage par les Alpha Alpha Alpha !

-Ah ? Tu crois ?

-On avait été jeté dans un village moldu sans vêtement ni baguette, et nous avons errés pendant près de deux semaines, sans nous doucher ni manger à notre faim, sous une température glaciale.

-J'm'en rappelle pas.

-Et mon ''grand-père'' ne m'est en rien affilié : il s'agit du vieux Stan, un bizut Alpha que nous avons ramené avec nous ! Il est dans notre fraternité, tu le croises sans cesse !

-Possible.

-Et si je me souviens bien, insista Drago, nous nous sommes battus à de multiples reprises contre des sans-abris, les villageois transylvaniens voulaient notre mort, tu as failli finir au bûcher, et un savant fou nous a laissé croupir dans les oubliettes de son château moisi. Bref : dans quel univers parallèle sorti tout droit de ton imaginaire nous sommes nous, je te cite : ''marrés'' ?

Lucrécya, qui s'était déjà désintéressée à la conversation, haussa les épaules :

-Tu m'en diras tant.

-Tu ne te souviens absolument pas de ce qui s'est passé lors de notre bizutage, n'est-ce pas ?

Lulu leva distraitement la tête :

-Quel bizutage ? Oh, sinon, t'aurais pas quelque chose à becqueter ?

Malefoy considéra la brunette, et secoua la tête de dépit :

-Rincevent... Ton incapacité à te concentrer ou à te souvenir du moindre détail de ta propre vie a parfois quelque chose de fort distrayant... avoua-t-il, un petit sourire aux lèvres.

Son sourire s'amenuisa :

-J'aimerais savoir en faire autant.





Mes RPs du Moment !


Broken Mirror, avec Malicia McGuire

Welcome to Motel Alabama, avec Isaac O'Callaghan

Like a broomstick in the wind, avec Enola Powell et tous ceux qui le veulent !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2HBEB


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Sociales Sorcières
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 102
avatar
Darius Lestrange

Messages : 1741

Situation Amoureuse : En couple.

Filière : Médicomagie

Sorts Connus : Calmos Pacificatum
Chauve-furie,
Citrouilletafors,
Duro,
Inflammarae,
Protego,
Spero Patronum,
Rubeum Nasum,
Repulso,
Tarentallegra,
Periculo Pugno,
Purée de Pois,
Subcingulus,
Episkey,
Serpensortia,
Nauseis,
Impervius,
Légilimancie,
Desillusio,
Dissendium,
Oubliettes

Inventaire : Essence de dictame (x2),
Chocolat Cépamoi,
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x7),
Pommade Pommadante Grégoire,
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x7),
Potion Contraceptive,
Tequila Magouillita (x6),
Horloge des Familles,
Glace à l'ennemi.
MessageSujet: Re: Les chauds-bouillants d'or   Dim 1 Juin 2014 - 22:43

Drago s'adossa contre le mur poussiéreux et posa son regard indolent sur les multiples traits gravés en face de lui. Il essaya d'en faire le compte, mais hélas, sa concentration lui faisait cruellement défaut. Dieu qu'il aurait aimé une cigarette en ce moment. Il se passa la main sur le visage, d'un geste impatient. Dieu qu'il aurait aimé ne pas s'être développé une énième toquade dans ce genre. Il n'aimait même pas ça, mais ne pouvait plus s'en empêcher. Cela dit, s'il restait enfermé dans cette geôle, il aurait tout le loisir d'arrêter comme bon lui semble. Mais pour l'heure, l'envie était là et taraudait la moindre de ses cellules. C'est ce qui arrivait quand il était préoccupé.

-Rincevent ? demanda-t-il.

La batteuse qui s'évertuait à nouveau à massacrer les notes d'une chanson stoppa :

-Ouaip ?

-Quand je t'ai parlé de Malicia...

-Ouaip ?

-Tu as bien compris que c'était uniquement dans le vain espoir de nous distraire avant notre mort certaine ? Je m'en voudrais que tu tires des conclusions hâtives.

Lucrécya tourna la tête vers lui et lui lança une œillade circonspecte :

-...des conclusions à quoi ?

Drago resta un instant figé, tandis qu'une expression blasée traversait son visage. Finalement, après un bref soupir, il reprit la parole.

-Je tenais à ce que tu saches que je me fiche éperdument de Malicia. Tout ce qui la concerne ne m'est d'aucun intérêt depuis notre rupture.

Un silence accueillit cette phrase et Drago se redressa pour faire face à l'étudiante en sport :

-Soit dit en passant, je te rappelle que cette rupture date de juin, j'ai donc eu largement le temps de faire mon deuil.

Il se reprit avec vivacité :

-Non pas que j'ai de deuil à faire, bien entendu, car je suis, et je te le rappelle également, celui qui a mis fin à cette histoire.

Lucrécya le regardait à présent avec de grands yeux de sirène frite :

-Et tu veux pas que je tire de conclusions parce que...

-Parce que... répéta Drago avec véhémence.

Il s'interrompit au milieu de sa phrase. Seigneur, pourquoi diable avait-il commencé cette conversation ? Et où diable voulait-il en venir ?!

-Cesse donc tes interrogations incessantes ! s'écria-t-il. Je ne tolérerai pas de telles accusations !

Il tourna immédiatement le dos à son amie, mais lui fit à nouveau face à peine quelques secondes plus tard :

-Je ne vois d'ailleurs pas pourquoi tout ceci est revenu dans la conversation. Tu penses peut-être que j'ai envie d'évoquer ce sujet qui a été si douloureux pour celle qui est, je te le rappelle, ta meilleure amie, qu'elle souffre ou non de désagréments féminins ?! Ah bravo, Rincevent, je te savais mesquine, mais pas à ce point !

-... hein ?! s'exclama Lucrécya, éberluée. Mais j'ai rien...

-Il n'y a pas de mais qui tienne, la coupa à nouveau le blondinet, visiblement furieux.  Ne peut-on donc pas attendre la mort sans être dérangé par ce genre d'intrusion parfaitement hors de propos ? Que ça soit clair : je n'ai absolument aucun intérêt pour Malicia McGuire et je te prierai de cesser de l'évoquer à tout bout de champ. Cette discussion est close !

Il se retourna à nouveau et se tut. Lucrécya qui grimaçait, les yeux toujours ronds comme des billes leva les deux mains en l'air :

-Ok...? lâcha-t-elle, non sans se demander si son compagnon de cellule n'avait pas perdu la tête.

-Oh et puis fichtre, puisqu'il le faut vraiment, parlons-en ! s'écria brusquement Drago. Nous allons sans doute mourir, alors à quoi bon poursuivre ce manège...

Il se retourna et croisa les bras :

-Tu as accepté, il y a à peine une heure de cela, un pacte de non-agression qui stipule, dans les grandes lignes, que nous sommes désormais plus ou moins amis. siffla-t-il. En conséquence, en tant qu'amie, je peux désormais te faire des confidences, n'est-ce pas ?

-Euh... Ouais ? lâcha Lucrécya.

Imperceptiblement, elle se décala sur le côté et mit la main sur un bâton qui traînait sur le sol.

-Parfait. reprit Drago. Et j'attends de toi que tu tiennes ta langue.

La main de la batteuse se resserra sur l'arme de fortune :

-Ok... ?

-Bien.

Le blondinet enfonça son visage dans sa main, soudainement très las. Au dehors, le jour déclinait peu à peu et assombrissait la cellule.

-J'ai menti, finit par dire l'alpha, la mine défaite.

Le silence retomba quelques secondes avant qu'il ne reprenne :

-Malgré tout ce que j'ai fait, et tous les mois qui ont passé, je reste pathétiquement, involontairement, et irrémédiablement amoureux de Malicia McGuire. articula-t-il, la voix emplie de tristesse mais aussi de consternation.  Je sais qu'elle me déteste, je lui donne totalement raison pour cela. Je ne sais même pas pourquoi je te parle de ça. Je n'espère plus rien depuis longtemps. Je pensais être parvenu à mettre cela derrière moi. Mais je n'y arrive pas. Depuis que vous m'avez tiré d'Azkaban, et qu'elle m'a à nouveau adressé la parole, je n'y arrive plus. Je n'ai pas envie que ça s'arrête, même si il est évident que je l'insupporte. Qu'elle accepte de me parler, même froidement, me suffit. Mais je ne veux pas que ça s'arrête. Il est impossible que ça s'arrête. Je...

Drago sembla un instant paniqué par cette hypothèse. Il marqua une pause.

-Cette situation est grotesque. finit-il par dire, retrouvant sa froideur habituelle.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2nZ6IXc


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sports Sorciers
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 262
avatar
Lucrécya Rincevent

Messages : 3518

Double Compte : Augustus Kane
Situation Amoureuse : cachez vos mecs, les morues : chuis à nouveau célib !

Filière : Aurorologie

Sorts Connus :
Accio,
Aguamenti,
Amplificatum/Reducto,
Animagus,
Calmos Pacificatum,
Confringo,
Contusionus Encontusiono,
Cucurcelerum
Defodio,
Episkey,
Folloreille,
Gemino
Incarcerem,
Inflammarae,
Lashlabask,
Locomotor,
Multicofors,
Nauséis,
Periculo Pugno,
Repulso,
Revigor,
Rictusempra,
Sonorus,
Spero Patronum,
Subcingulus

Inventaire :
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x3),
Horloge des Familles,
Pommade Pommadante Grégoire,
Lait de Poule du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouillita (x4)
Potion de Requinquance (x2)
MessageSujet: Re: Les chauds-bouillants d'or   Mar 3 Juin 2014 - 0:05

Lucrécya croisa les bras, tout en réfléchissant à tout ce que venait de lui dire Malefoy. Elle finit par acquiescer :

-Ah ben ouais, c'est dommage que t'arrives pas à l'oublier. Parce que elle elle y est arrivée.

-Merci de remuer le couteau dans la plaie Rincevent, lâcha Drago en fixant tristement le sol terreux de la prison.

-De rien, répondit la batteuse.

Elle réfléchit quelques secondes :

-Oh, c'était ironique ?

L'étudiant releva des yeux sarcastiques sur sa camarade Alpha :

-A ton avis ? siffla-t-il.

Lulu plissa les yeux dans un effort de réflexion :

-Mmh... je dirais que... oui ?

Drago soupira, et se replongea dans le mutisme, les pupilles dans le vague.

Lulu ne put s'empêcher d'avoir de la peine pour lui, ce qui n'était pas habituel. C'était sans doute la chaleur qui lui montait à la tête. Oui, c'était forcément ça. Elle espérait vraiment que quelqu'un allait les libérer sous peu. Ou leur apporter de l'eau. Ou venir les achever. N'importe laquelle de ces options lui allait, tant qu'elle n'avait plus aussi chaud, ni aussi soif.

Elle s'humecta les lèvres avec sa langue trop sèche, et reprit :

-Non, mais en fait je voulais dire : c'était un peu une question de survie pour elle, alors c'est normal qu'elle ait tout fait pour te zapper ! Ça va mieux comme ça ?

Drago ne releva même pas la tête :

-Non.

-Oh.

Lucrécya regarda Drago, et fronça le nez. Elle ne savait pas quoi faire. Leur pacte de non-agression semblait stipuler un simulacre d'amitié entre eux, et n'importe quel ami aurait du faire quelque chose pour remonter le moral de son ami dans une situation où l'ami en question serait en pleine déprime en compagnie de son ami. Mais voilà : elle était nulle pour consoler. Et pas juste nulle-normale : archinulle. Le summom de la mauvaiseté de la nullité.

Quand Mali déprimait à cause de sa rupture, elle n'avait pas vraiment su s'y prendre. Pourtant, elle savait vaguement, en ayant jeté quelques œillades distraites aux picturines pour gonzesses devant lesquelles Marcus sanglotait, qu'elle aurait du lui dire des trucs bateau et lui faire manger de la glace en pot. Mais elle avait totalement zappé de le faire.

Même quand son propre fils Rufus chialait pendant des heures, Lulu se contentait de s'auto-lancer un assurdiato, et d'aller faire une sieste.

Elle hésita quelques secondes, et tordit la bouche. Pendant de longues minutes, elle se tortilla, et sautilla d'une jambe sur l'autre, pas sûre d'elle.

Finalement, elle ouvrit ses bras maladroitement, et lança un demi-sourire au blondinet :

-Tu veux un câlin ? proposa-t-elle de sa voix éraillée.

Malefoy considéra la petite brune, circonspect :

-Un câlin ?

-Oui ?

-Un câlin ? répéta-t-il, dubitatif. Tu me proposes un câlin ?

-Oui ?

-Comme à un enfant de trois ans ?

-Oui ?

-Qui plus est, un câlin avec toi ?

-Oui ?

Malefoy considéra le sol pendant quelques secondes.

-Oh, après tout...

Il s'enfourna dans les bras de la jeune femme, et enfouit sa tête blonde contre son cou. Lulu lui tapota l'épaule, toute en susurrant à son oreille :

-Si tu racontes ça à quelqu'un je te casse les dents.

-Idem, rétorqua le blondinet d'un ton égal.

Ils s'étreignirent pendant un long moment. Lulu ne l'aurait jamais admis à voix haute, mais c'était vraiment réconfortant, finalement.

Au bout d'un moment qui lui sembla opportun, elle reprit la parole :

-On arrête, maintenant ? proposa-t-elle, un peu à contre cœur.

-Encore quelques secondes...

-D'accord.

-Ah ! Saleté de chiens d'occidentaux décadents ! siffla une voix grave à fort accent, sur un ton dégoûté.

Lucrécya et Drago se lâchèrent avec précipitation, et se tournèrent vivement vers la porte de leur geôle. Là, derrière les lourds barreaux de fer, se tenait un homme grand, en costume militaire cintré, à la barbe fournie, qui toisait les deux étudiants avec mépris, derrière ses lunettes aux verres fumés.

Lulu ouvrit des yeux arrondis d'étonnement :

-M'sieur Sheraff ? Qu'est-ce que vous foutez là ? Vous aussi vous avez acheté le Portoloin Foireux du Bon Docteur Magouille ?

Le sorcier la considéra avec un mélange d'amusement et de mépris. Il fit quelques pas en avant, ses mains placées dans le dos :

-Miss Flint, il est temps que vous sachiez la vérité. Ceci est mon quartier général, et les hommes qui vous ont jeté ici ne sont autre que ma milice secrète. Et vous, mes chers étudiants, vous ferez les otages parfaits pour la rançon que je compte demander au Ministère de la Magie anglais. Car oui ! Je ne suis pas Omer Sheraff, mais Oussam...

Il n'eut pas le temps de finir sa phrase. Des bruits d'explosion et de sortilèges éclatants dans tous les sens se firent entendre non loin, faisant sursauter le prof. De nombreuses sirènes de police se firent entendre, et une voix rauque s'éleva grâce à un sonorus, résonnant entre les murs :

-BEN MORTEM ! TU ES CERNÉ PAR UNE CENTAINE D'AURORS ! TOUS TES HOMMES SONT IMMOBILISÉS ! RENDS-TOI, CHACAL !

Le professeur de Sports blêmit. Il se tourna à nouveau vers les deux étudiants, et, d'un coup de baguette, ouvrit la porte de leur cellule.

-J'ai un portoloin qui peut me ramener directement à la WoW. Vous ne dites rien sur ce que vous avez vu aujourd'hui et je vous ramène avec moi.

-Marché conclu, assura Drago.

Lucrécya grimaça :

-J'ai rien compris ! geignit-elle. Qu'est-ce qu'il fout là, M'sieur Sheraff ? Il travaille à Coconuts Island ?

Le blondinet secoua la tête de dépit, en se pinçant l'arrête du nez.


  Après toutes ses péripéties, Drago & Lulu reviennent à Mysteria Lane !





Mes RPs du Moment !


Broken Mirror, avec Malicia McGuire

Welcome to Motel Alabama, avec Isaac O'Callaghan

Like a broomstick in the wind, avec Enola Powell et tous ceux qui le veulent !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2HBEB
 

Les chauds-bouillants d'or

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wizardry & Occult Witchcraft University :: RPG :: Au Delà du Portail Pointu-