Image Image ImageAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 
Partagez | 
 

 University of The Dead (featuring Willie Gazon)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Magie Expérimentale
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 147
avatar
Ava Gold

Messages : 2716

Double Compte : Patricia Shellstrop
Sorts Connus : Amplificatum / Repulso,
Calmos Pacificatum,
Recurvite,
Bombarda,
Inflammarae,
Incendio,
Flambio

Inventaire : Potion Miracle du Bon Docteur Magouille,
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouillita,
Potion Tue-loup,
Essence de dictame (x5),
Philtre de Requinquance (x5)
Amulette anti-flammes
MessageSujet: Re: University of The Dead (featuring Willie Gazon)   Ven 18 Juil 2014 - 23:29

Il faisait sombre en ce matin de novembre. Pas question pour Willie Gazon, l’homme à tout faire de la WOW, de commencer sa longue journée sans un petit remontant. C’était donc tout naturellement qu’il s’était dirigé vers son pub préféré, celui où son ami McCormac lui faisait crédit assez régulièrement.  Avait-il pitié du pauvre concierge qui était dans la mistoufle ou l’appréciait-il juste ?*


- Un Pur Feu Cormac !
- A 7h du matin ? Tu commences fort mon vieux Willie !
- Faut bien ! Y’a une qu’à tout fait exploser ! Y’a du boulot ouais !


C’est cul sec qu’il avala son verre avant de s’essuyer la bouche d’un revers de manche sâle. Cormac McCormac nettoyait le comptoir d’un air distrait. Frottant incessamment le même endroit avec le même torchon. D’ailleurs, tout le monde à la WOW avait toujours eu l’impression qu’il ne nettoyait que cet endroit.


- Au boulot mon vieux Willie !


Il se leva en frappant sur le comptoir. Il fallait bien aller gagner sa pauvre vie. Pour tout le travail qu’il effectuait, on pouvait carrément dire qu’il était sous payé ! Il sortit du bar en resserrant son gilet en fourrure sans manches autour de lui. Le temps commençait à être bien frisquet. Tout en râlant contre cette fille qui lui donnait bien du travail, il se dirigea vers sa mini grange à outils. Il eut un soupir de tristesse en voyant son râteau. Son meilleur ami. Lui seul allait pouvoir l’aider à déblayer tous les dégâts sans utiliser la moindre magie. Pourquoi sans magie ? A cause des ordres de l’affreux et insupportable doyen, à savoir Magnus Magouille. Pour se délecter des efforts du pauvre concierge. Certes, Willie était un homme jovial et très serviable mais dans l’immédiat, il n’avait pas du tout envie de sourire. Beaucoup trop de travail.

Il prit donc son râteau, sa pelle et sa brouette pour se diriger vers le dispensaire tout récemment détruit. Une petite explosion de rien du tout avait dit Magouille ! On voit bien qu’il n’était pas là quand la Gold avait réduit à néant l’intégralité du dispensaire ! Il arrivait au bas des décombres lorsqu’un râle lugubre atteint ses oreilles. Il se retourna : rien.  Willie haussa donc les épaules et gravit un bout de mur pour regarder l’ampleur des dégats quand tout d’un coup, un bras sortit d’entre les débris. Le râle reprit de plus belle. L’homme à tout faire avala difficilement sa salive et approcha sa pelle du bras. Il était tout mou. Enfin ce, jusqu’à ce que la main en décomposition  attrape le manche de sa pelle et commence à essayer de se sortir des bouts de pierre qui la recouvrait.
Le sang du pauvre Willie Gazon ne fit qu’un tour. Il lâcha de suite sa pelle pour prendre ses jambes à son cou. Jamais il n’avait couru aussi vite, tout ventripotent qu’il était. Il était terrifié. Pourquoi est-ce que cela tombait toujours sur lui ?! Il s’arrêta au bout de quelques mètres, tout essoufflé.  Il n’était absolument pas sportif.


- Par ici M’sieur !


Intrigué, il se dirigea vers la voix. Un garçon sortit de derrière un arbre.


- Faut pas rester dans le coin ! Avec l’explosion plein de toxines se sont répandues et si on reste trop longtemps, on devient un zombie !
- Un zom… Un zom… ? Un Zombie ?


Rien que de penser à la main décomposée, Willie se sentit mal. Il tomba d’un coup dans les pommes. Le garçon soupira. Quel manque de courage tout de même ! Il s’agenouilla près de lui pour lui tapoter les joues. Après quelques instants, l’homme revint à lui. Il regarda autour de lui, s’attendant à voir de nouveau un mort vivant.


- Aller M’sieur ! On se bouge !
- Ma pelle ! Faut que je récupère ma pelle !
- On a pas le temps pour ça ! J’veux pas me faire bouffer ! J’suis trop jeune pour servir d’apéro à un zombie !


Willie se releva et tous deux partirent un peu plus loin, en sécurité. Une fois arrivé dans un petit abri, ressemblant fortement à la serre à outils de l’université, il prit le temps de détailler le jeune homme. Ses vêtements étaient en lambeaux et sa joue parcourue d’une trace de griffure. Sûrement due à une bagarre violente contre un de ces cadavres.


- On fait quoi gamin ?
- Vous avez toujours votre râteau ?
- Toujours oui ! Il ne me quitte jamais ! C’est un héritage de..
- Ouais, je m’en fous, le coupa le jeune homme qui ne s’était toujours pas présenté. Ce que je veux savoir c’est si on peut s’en servir comme arme.
- Comme arme ?! Mais c’est mon râteau ! Pas une arme ! T’es pas bien gamin !
- C’est nous ou eux !
- Bob ne servira pas d’arme !
- Vous… Avez donné un nom à votre râteau ? Sérieusement ?


Le jeune homme, appelons le… Non, ne l’appelons pas, fixa Willie avec suspicion. Il était vraiment sérieux ? C’était qu’un outil après tout. Willie serra ledit râteau contre lui.


- C’est lui ou nous M’sieur.
- Toi sacrifie toi ! Bob ne se sacrifiera pas pour toi !


Des coups se faisaient entendre à la porte.  Et les mêmes râles que précédemment aussi.  Ils avaient été retrouvés par les zombies. Leurs cerveaux cogitant avaient sûrement attiré ces êtres jusqu’à eux. La porte ne résisterait pas longtemps aux assauts répétés. Les hommes se mirent debout et se regardèrent avant de hocher la tête d’un commun accord. Le jeune homme sortit sa baguette, Willie serra Bob. Les secondes furent longues. Très longues. Willie pouvait sentir l’angoisse nouer le creux de son estomac. Un relent d’alcool envahit sa bouche. Il avait envie de vomir mais se contint. Et il ne voulait pas mourir ici. Pas comme ça ! La porte finit par céder. L’homme à tout faire releva la tête.


- VOUS NE TOUCHEREZ PAS A BOB !


C’est alors qu’armé de son simple râteau, il se jeta sur les zombies, peu importe le danger. L’adrénaline montait dans ses veines. Bon, après il fallait bien avouer que ses adversaires manquaient un peu de jugeote et qu’il en fallut peu pour les assommer, leur briser le crâne ou les os. Lorsqu’ils furent tous à terre, il fit craquer son cou et sortit une cigarette tandis que son acolyte poussa un sifflement d’admiration.


- Vous êtes trop badass M’sieur !
- Trop quoi ?


Willie écarquilla les yeux. Quel était donc ce langage ? Que voulait-il dire ? Il haussa les épaules. Peu importe. Ils ne devaient pas être les seuls cadavres ambulants de l’université. D’autres n’allaient sûrement pas tarder à les rejoindre. Et ils auraient besoin d’aide.


- Trouve nous du renfort.
- A vos ordres M’sieur !


Le garçon détala. Willie regarda son râteau avec tendresse. Une fois de plus, il lui avait sauvé la mise. Son cher et tendre Bob. Son meilleur ami depuis tellement d’années. Il le caressa un instant avant de sortir de son refuge qui n’en était plus un. Il enjambait les cadavres inanimés, écrasait un doigt par ci par là. Il arriva sur une colline et, comme dans la plus banale des picturines, le garçon le rejoint en courant, et à sa suite, dans une marche au ralenti, quelques élèves, armés de leurs baguettes où d’objets en tous genres.


- Ca y est M’sieur ! J’ai trouvé des volontaires ! Je propose qu’on donne la planche à pain en sacrifice pour détourner leur attention !
- Eh ! C’est de moi qu’il parle ! Tu veux un coup de Séraphine ?!


Une petite brune s’était avancée, batte de Quidditch en main. Et elle ne paraissait pas commode du tout. Elle tapa dans sa main avec sa batte, fixant le garçon qui la dépassait d’une bonne vingtaine de centimètres au moins. Willie leva la main pour calmer le jeu, tel un héros.


- Personne ne sera sacrifié aujourd’hui.
- Même pas elle ?
- Oh toi tu me cherches !
- Ils sont là.


Et en effet, les zombies leur faisaient face. Encore plus nombreux qu’auparavant. Comme si le nuage toxique s’était répandu, contaminant de plus en plus de personnes. Tous se regardèrent en silence. Puis d’un coup, un des élèves se mit à courir en direction des zombies. Bien évidemment, il n’avait que très peu de chances contre eux et fut vite dévorés. Les autres furent sceptiques et commencèrent à douter.


- Euh..  Je vais y aller hein.
- Kof kof je suis malade.
- J’ai des devoirs.
- J’ai piscine.


Peu importe. Ils n’avaient pas besoin d’eux pour se battre. Willie leva Bob en l’air et, quelques secondes après, les rares courageux restants se mirent à courir en direction des morts vivants. Toujours comme dans une picturine oui oui. Les sorts volaient, la chair putréfiée aussi. Morts-vivants contre vivants, le combat était peu équitable. D’un coup Willie se stoppa net.


- Woh ! On s’arrête ouais ! On voit bien que c’est pas vous qui entretenez la pelouse ici hein ! Allez ! Stop ! Tout le monde rentre chez lui ! Zou !


Un râle de mécontentement se fit entendre chez les zombies. Les autres élèves eut, ne se firent pas prier et prirent leurs jambes à leur cou, dévalant la colline pour rentrer chez eux se mettre en sécurité. Willie resta seul. Même son acolyte avait fui. Quelle tristesse… Et il fallait encore arrêter la propagation des vapeurs toxiques. Willie eut alors une idée, un éclair de génie qui arrivait pour la première fois dans sa vie.. Il connaissait pire produit que ces vapeurs mais… Les effets n’étaient pas connus  et pourraient être très dangereux.

Il partit alors en courant, aussi vite qu’il le pouvait et revint, avec sa brouette, de quoi faire du feu et des dizaines de petites bouteilles. Il les versa dans sa brouette et mit le feu en dessous, comme on l’aurait fait avec une casserole. Au bout de quelques instants, le liquide se mit à bouillir et à émettre des vapeurs grisâtres. Willie se couvrit le visage et regarda le résultat. Les zombies tombaient comme des mouches. Il eut un sourire en regardant la bouteille qu’il tenait dans la main. « Potion Magouille » qu’il était écrit sur l’étiquette. A défaut de soigner tous les maux, elle était au moins efficace pour quelque chose.

Willie alluma une autre cigarette et fit demi-tour. Il alla dans un coin plus tranquille, où il se sentirait vraiment chez lui. Où il ne se retrouverait pas face à des zombies. Il s’assit et tapa sur la table.


- Un pur Feu Cormac !
- Et ton boulot alors ?
- Ca attendra. Bob et moi avons eu une longue journée.





Mes RPs du Moment !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2nZ86cg
 

University of The Dead (featuring Willie Gazon)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wizardry & Occult Witchcraft University :: Flood ! :: Création :: Fan-fictions-