Image Image ImageAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 
Partagez | 
 

 The New PoP Theory

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Naëll Nash

Messages : 681

MessageSujet: The New PoP Theory   Sam 26 Juil 2014 - 2:20


The New PoP Theory
AVEC : Griselda O'Neil & Naëll Nash
PRIVÉ / PUBLIC : Public ♫
DATE : 6 Janvier



    :arrow: Naëll arrive d'ici.Ah ouais. D'accord... Un silence de mort régnait autour du grand bâtiment qui abritait les intellos suprêmement intelligents de l'Université. Toutefois, les nombreuses traces de farine et d'oeufs écrasés au sol laissait à penser que le coin pouvait être assez agité, quand des fraternités moins studieuses s'en mêlaient...Arrivé devant l'entrée de l'édifice, Naëll poussa la porte et jeta furtivement un coup d'oeil à l'intérieur. La pièce était sombre, et il n'y avait a priori pas âme qui vive... Tant mieux. Le garçon entra sans plus se soucier d'être remarqué ; après tout, il avait le droit d'être ici, il était "l'un des leurs" depuis quelques heures tout juste, un Pi Omicron Pi tout neuf...Il eut un petit rire sarcastique à cette pensée, et la salle s'illumina soudainement à ce son. Impressionné, Naëll découvrit un large hall où de nombreux portraits d'hommes et de femmes - à l'air austère ou complétement timbré - étaient accrochés sur chaque mur. Un "Wow..." muet se forma sur ses lèvres. Il fallait avouer que ça en jettait... Il n'aurait pas été surpris de lire quelque part, gravé dans la pierre, quelque chose comme "Toi qui pénètres dans ce Temple sacré de la Connaissance et de l'Ingéniosité, Abandonne ici toute Médiocrité ou sois maudit pour l'Éternité".Mais Naëll n'était pas là pour admirer l'architecture - au demeurant fort intéressante - ; il voulait récupérer ses affaires de toute urgence, et les planquer dans sa chambre, faute de ne plus pouvoir les laisser traîner en toute sécurité au Grand Potiron...!Mais quelque chose semblait léviter à hauteur d'épaules, juste devant la porte qui devait menait au QG des PoP... Le garçon s'en approcha en fronçant le nez, curieux et méfiant. Une entourloupe des binoclards de service pour son bizutage, déjà ?... L'objet qui flottait était une sorte de cube aux faces divisées en petits carrés colorés répartis sans aucune cohérence de teinte. Après un instant d'hésitation, Naëll se saisit du cube et... rien ne se passa. Il le fit passer d'une main à l'autre avec un air perplexe, remarquant que les faces coulissaient entre elles, sans voir l'intérêt du cube en lui-même.- Allez gamin, on ne va pas y passer la journée !...Un portrait représentant un vieux scientifique aux cheveux hirsutes le toisait avec ennui.- Mouais, t'es pas bien fut'-fut', toi... Tu es sûr de ne pas t'être trompé de Fraternité ? D'ailleurs, on ne t'avait encore jamais vu par là...- Et vous ne m'y reverrez pas de sitôt, répliqua aussitôt Naëll sèchement, vexé et agacé. Je récupère juste ce qui m'appartient, et je décampe. Vous comptez m'ouvrir cette foutue porte, ou il faut que je menace de mettre le feu à votre tableau ?Le scientifique échevelé leva les deux mains en signe d'apaisement, un peu surpris par la réaction du garçon.- Oh, ça va, ça va... Si on ne peut même se moquer... Si tu crois que c'est drôle d'être coincé dans un cadre...! grommela-t-il, tandis que les portraits autour acquiesçaient d'un air blasé. Bon, ce que tu tiens là est un simple jeu de logique. Il fait fureur chez les moldus, à ce qu'il parait... Reconstitue chaque face du cube avec une seule couleur, et abracadabra, comme ils disent, la porte s'ouvrira.- Formidable, et moi qui me languissais tant du heurtoir de la salle commune de Serdaigle... ironisa Naëll, avec néanmoins un petit sourire à ce souvenir.Comme il commençait à comprendre vaguement la technique pour reformer le cube, le portrait l'interrompit à nouveau :- Eh, gamin, figure-toi que j'ai mis au point un troisième théorème d’incomplétude ! Oui, tu as bien entendu ! Le vieillard jubilait. Ecoute un peu : Si T est une théorie du premier ordre cohérente, récursivement axiomatisable et contenant l’arithmétique de Peano (PA), alors la formule « ConsT » (qui dans le langage de T exprime la cohérence de la théorie T ) n’est pas une conséquence des axiomes de...Pressé de se soustraire au blabla du vieux savant, Naëll se concentra en catastrophe pour résoudre au plus vite cette énigme cubique ; finalement, il y eut un déclic, et la porte se déverrouilla. Sans même répondre au portrait qui déblatérait toujours ses hypothèses, Naëll laissa tomber le cube au sol et se dépêcha d'entrer et de refermer la porte derrière lui. Appuyé contre la porte, le garçon poussa un soupir de soulagement.- Complétement frappé, ce pauvre vieux, marmonna-t-il pour lui-même. Il aurait bien besoin de tirer une latte...Cette pièce était également plongée dans une semie-pénombre mais une musique lointaine résonnait, et Naëll s'apprêtait à attraper sa baguette afin de lancer un "Accio" qui lui simplifierait bien la vie, dans sa mission de rapatriage d'affaires. Mais une joyeuse voix qui ne lui était pas inconnue le fit violemment sursauter :- Oh, regardez donc qui voilà... C'est notre victime cent-quarante-six, Léthiléthi' ! Naëll pâlit d'un coup sous la surprise, tandis que les lumières s'allumaient soudainement et l'éblouissaient, en même temps que la musique s'amplifiait pour avoir un volume raisonnable. Mais l'ex-Gamma avait déjà identifié la personne qui lui faisait face.- LA VIOLEUSE BUCALE !- Pour vous serviiiiir, chantonna l'Irlandaise en effectuant un simulacre de révérence, avec un petit sourire inquiétant.Naëll recula instinctivement d'un pas, mais se heurta à la porte. Ses yeux s'habituant à la luminosité ambiante, il constata avec stupéfaction qu'une bonne quinzaine d'étudiants étaient assis à même sol. Les tables de travail avaient été poussées vers les murs pour libérer un espace où les PoP semblaient actuellement en pleine étude scientifique... Et Naëll s'attarda enfin à écouter la musique :Pas vraiment son genre, mais au moins ça collait bien avec les airs illuminés qu'arboraient les personnes présentes, songea-t-il avec un haussement d'épaules.Toujours sur ses gardes - il était hors de question qu'elle le reprenne par surprise ! -, il interrogea tout de même avec curiosité en désignant les étudiants du menton :- Qu'est-ce qu'ils fabriquent, ceux-là...?Griselda effectua un entrechat et alla ramasser quelque chose dans un sac non loin et revint vers lui, tout en répondant comme si c'était l'évidence même :- Oh, ils écrasent des oeufs pour voir de quel côté le jaune tombe. D'après ces statistiques, certains sont persuadés de pouvoir prédire la météo.- Ça explique tout, railla Naëll. D'un autre côté, au vu des goûts vestimentaires de la plupart de ces étudiants - l'un portait de grosses pantoufles à têtes d'hippogriffes qui couinaient à chaque pas -, cela n'avait rien d'étonnant...Griselda échangea un regard condescendant (du type "Le pauvre, il ne peut pas comprendre, il n'a pas notre QI supérieur") avec le bout de chiffon grisâtre qu'elle tenait à la main, lequel avait dû être blanc dans une lointaine vie antérieure. Naëll se sentit un peu outré d'être méprisé par un vieux chiffon, pourtant il se souvenait avoir sincérement été amusé par Griselda lors de la soirée de Réveillon... Mais peut-être était-il trop éméché pour se rendre vraiment compte qu'il lui manquait une case. Dans tout les cas, Griselda était la seule étudiante qu'il connaissait dans cette salle, alors il n'allait pas faire la fine bouche pour quelques informations... Surtout qu'il n'avait aucune envie d'aller se renseigner auprès des autres casseurs d'oeufs.- Par hasard, reprit-t-il donc, tu ne saurais pas où sont mes affaires ? On a dû les déposer quelque part ici...




(Yep, même malade, chui swag... Gamma attitude, bro' !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Médicomagie
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 229
avatar
Griselda O'Neil

Messages : 949

Situation Amoureuse : Je suis célibataire, mais pas jalouse ! ♥

Filière : Médicomagie

Sorts Connus : Aguamenti,
Desillusio,
Confringo,
Incarcerem,
Lashlabask,
Spero Patronum,
Calmos Pacificatum,
Rubeum Nasus,
Repulso,
Orchideus,
Subcingulus

Inventaire : Chocolat Cépamoi (x2)
Amortentia (x1)
Potion Contraceptive
Potion Miracle du bon Docteur Magouille (x3),
Tequila Magouillita,
Lait de poule du bon Docteur Magouille (x2)
MessageSujet: Re: The New PoP Theory   Sam 26 Juil 2014 - 21:28

Griselda se gratta la tête. Elle ouvrit grand ses yeux lunaires, et posa ses pupilles incroyablement fixes sur les yeux de Naëll. Elle leva un doigt, et un large sourire fendit son visage.

-Ah mais oui !

Nash rendit son sourire à l'irlandaise :

-Oui ?

-Mais oui !

-... oui ?!

-Mais... les affaires de qui ?

Le sourire plein d'espoir du Gamma s'effaça :

-Les miennes. Mes affaires.

-Tes affaires ?

-Ouaip.

La garçonne fronça les sourcils.

-Et elles sont où, tes affaires ?

Le tatoué ne se laissa pas démonter :

-C'était justement le sens de ma question, rétorqua-t-il. Tu es bien sûre de faire partie de cette fraternité de génies ?

La main de Griselda, gantée du chiffon sale qu'elle prenait pour un Lethifold, monta à côté de sa joue, comme si elle avait sa propre vie. Les yeux ronds de la jeune fille pivotèrent lentement, et se posèrent dessus.

-Roh, tu crois ? chuchota-t-elle. Ouh, comme tu y vas Lethi. Ah oui ? Mmh... Je crois bien les avoir vu, oui... Mmh... Je crois que... mmh...

Son regard se braqua à nouveau sur Naëll.

-Suis-moi ! Ordonna-t-elle, d'un ton sans équivoque.

Elle fit demi-tour, et se mit à courir. Dans le doute, le Gamma la suivit.

Et leur course ne fut pas de tout repos : la folle au lethifold lui fit monter deux escaliers, en descendre trois, faillit le perdre dans un labyrinthe recouvert de formules mathématiques, le distança dans un long corridor sombre pour mieux le retrouver devant une immense porte aux inscriptions runiques.

Naëll reprit son souffle, courbé en deux devant le grand portail.

-Mes... affaires... sont... derrière ? Articula-t-il, haletant.

Griselda lança un sourire énigmatique. Elle se mit à chatouiller la poignée de la porte, qui se gondola de rire et s'ouvrit dans un éclat hilare. L'irlandaise pouffa de rire à son tour, et fit un sprint en passant le seuil.

-Eh, mais attends-moi !

Dans un dernier effort, le jeune homme s'élança à la suite de la Pi Omicron.

Les deux déboulèrent dans une pièce blanche aseptisée, qui ressemblait à s'y méprendre à une cuisine spacieuse et éclairée. Et pour cause : c'était une cuisine. Spacieuse. Et éclairée.

Griselda ouvrit un des placards d'un coup de baguette, fit venir à elle un petit sachet rouge d'un accio, et l'ouvrit en se léchant les babines.

-♪Mmh mmh mmh...♫ chantonna-t-elle.

Elle déchira le paquet avec ses dents, et en sortit un biscuit moelleux aux pépites de chocolat, qu'elle goba tout rond, sous le regard étonné de Naëll.

-Ch'est bon les cookies, affirma-t-elle en gloussant.

-Et sinon, mes affaires ? soupira le Gamma.

-Quoi tes affaires ?

-Ben, elles sont où ?

Gri haussa les épaules.

-Comment veux-tu que je le sache ?

Elle piocha dans son paquet, et fourra toute une poignée de biscuits dans sa bouche.

-Un cookie de la Mère Poucrard ? proposa-t-elle, en postillonnant des miettes sur le Gamma.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Naëll Nash

Messages : 681

MessageSujet: Re: The New PoP Theory   Dim 27 Juil 2014 - 21:18

    Naëll épousseta machinalement sa veste d’une main. Un mélange d’exaspération et de désespoir commençait à gronder en lui, jusqu’à ce que la Pi Omicron Pi lui tende son paquet de biscuits. Son agacement retomba alors d’un coup, en même temps que lui venait la pensée que Griselda ne le faisait probablement pas tourner en bourrique méchamment, mais que c’était simplement… sa façon d’être ?

    A quoi bon s’énerver dans ces conditions ? Cela ne lui ferait pas retrouver ses affaires plus vite. Philosophe et résigné, le garçon accepta l’offre et saisit à son tour un cookie :

    – Merci… J’imagine que ceux-ci sont tout ce qu’il y a de plus normaux ? fit-il avec un brin de déception, en songeant aux fabuleux cookies améliorés à l’herbe de Myo.

    Griselda le dévisagea de ses yeux un peu globuleux.

    – Moui. Mais je sais comment faire pour qu’ils ne le soient plus…

    – Je suis toute ouïe, affirma aussitôt Naëll avec intérêt, espérant toutefois qu’il ne s’emballait pas trop vite - l’Irlandaise et lui n’avaient apparemment pas les mêmes références.

    Griselda sourit d’un air mystérieux et chuchota quelque chose à son chiffon, sous l’œil dubitatif du Gamma qui commençait à douter de son idée ; et la jeune fille se mit secouer énergiquement son chiffon à la propreté douteuse au-dessous du cookie de Naëll.

    Horrifié, celui-ci retira immédiatement son biscuit mais il était trop tard : diverses particules poussiéreuses dont il valait encore mieux ignorer la provenance avaient déjà atterri sur le cookie.

    – Adieu, cookie… Je crains devoir mettre un terme à notre relation, souffla Naëll en considérant son biscuit d’un œil dégoûté et dépité.

    – Et voilà, désormais tu as un cookie à la poudre de Lethifold ! Tu m’en diras des nouvelles ; ce sont mes préférés, confia joyeusement Griselda avec un sourire gourmand, comme si elle n’avait rien entendu.

    – Euh… oh, formidable alors… merci beaucoup, euh… Lethitruc…

    Le ton écœuré du garçon contrastait étrangement avec ses mots, et il résolut de se débarrasser au plus vite du cookie qui signerait probablement son arrêt de mort s’il en avalait une bouchée.

    Il s’apprêtait à le jetait discrètement dans l’évier immaculé de la cuisine, mais Griselda se tourna soudain vers lui, le regard perçant et suspicieux.

    – Tu ne comptes quand même pas nous faire l’AFFRONT de ne pas manger ce cookie, n’est-ce pas… ? grinça-t-elle d’un air subitement menaçant.

    – OOOOoooooooh non, quelle idée ! s’empressa de s’exclamer Naëll, en se forçant à prendre une minuscule bouchée du biscuit, qu’il mâchouilla du bout des dents avec un sourire crispé.

    Priorité numéro une : ne surtout pas fâcher Griselda, qui était actuellement son seul moyen de retrouver la sortie de ce dédale infernal. Maudit soit l’architecte de cette Station et toute sa descendance pour les trois prochains millénaires.

    Heureusement, l’Irlandaise retrouva immédiatement un air plus sympathique en voyant le Gamma goûter au biscuit, et elle se remit à chantonner vaguement.

    – Tu serais d’accord pour me faire visiter le bâtiment ? Puisque je suis un nouveau membre de votre Fraternité, j’aimerais bien repérer un peu les lieux… demanda prudemment Naëll, en essayant de déchiffrer les expressions sur le visage de Griselda. Et qui sait, on croisera peut-être mes affaires, songea-t-il.

    Il parvenait généralement assez vite à cerner les personnes qui lui faisaient face, à comprendre instinctivement leurs attentes, comment se comporter avec eux, ou même les amener à faire plus ou moins ce qu’il voulait… Mais avec cette Irlandaise, c’était tout bonnement impossible. On ne savait jamais comment elle allait réagir, ni ce qui pouvait bien se passer dans sa drôle de tête…

    Naëll n’avait jamais connu ça auparavant et ça le troublait sérieusement ; il se sentait presqu’à la merci de cette folle et de son vieux chiffon, et ça ne lui plaisait pas du tout. Pourtant, il se raisonna et adressa un sourire plus naturel à Griselda. Après tout, elle n'y était pour rien, n'est-ce pas ?




(Yep, même malade, chui swag... Gamma attitude, bro' !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Médicomagie
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 229
avatar
Griselda O'Neil

Messages : 949

Situation Amoureuse : Je suis célibataire, mais pas jalouse ! ♥

Filière : Médicomagie

Sorts Connus : Aguamenti,
Desillusio,
Confringo,
Incarcerem,
Lashlabask,
Spero Patronum,
Calmos Pacificatum,
Rubeum Nasus,
Repulso,
Orchideus,
Subcingulus

Inventaire : Chocolat Cépamoi (x2)
Amortentia (x1)
Potion Contraceptive
Potion Miracle du bon Docteur Magouille (x3),
Tequila Magouillita,
Lait de poule du bon Docteur Magouille (x2)
MessageSujet: Re: The New PoP Theory   Mar 29 Juil 2014 - 17:08

Cela faisait un certain temps que Nash marchait aux côtés d'une Griselda sautillante, qui gloussait à intervalles régulières, sans aucune raison apparente. Cette dernière avait accepté de faire visiter l'antre des Nerds Sorciers au Gamma. Enfin... elle s'était contenté de lui donner une claque dans l'épaule en s'esclaffant : « C'est toi le chat ! ». Mais Naëll avait prit ça comme une invitation. Enfin... il l'espérait.

Les deux passèrent dans plusieurs couloirs étranges : l'un d'eux, par exemple, était enchanté pour donner l'impression perturbante de marcher sur un frêle pont transparent, au dessus d'un canyon vertigineux. Un autre était pourvu d'un miroir au plafond et sur les murs, qui, au lieu de réfléchir nos amis, montraient le reflet d'une dimension parallèle lointaine : Naëll eut l'air surpris de revoir une Lëann ahurie marcher exactement au même rythme que lui. Et aux côtés de la blonde obèse, gambadait non pas une Irlandaise, mais une petite étudiante noire et replète, à la chevelure très crépue, mais qui possédait le même regard perturbant que la folle au Lethifold.

-Eh ben.. vous en avez des trucs enchantés, ici... décréta l'étudiant en Sciences Occultes, en passant une énième porte à chatouiller.

Griselda ouvrit des yeux globuleux :

-Vous avez pas des salles magiques chez les Gammamma ?

Nash haussa les épaules :

-Ben le Potiron Géant en lui-même est magique, mais à part ça... Les trucs ensorcelés, nous, on les fume !

Un sourire furtif passa sur le visage du Gamma, qui continuait à scruter autour de lui avec intérêt.

Il considéra avec curiosité une salle, dont la porte était restée ouverte. Les dimensions de la pièce semblaient démesurés, on ne pouvait qu'à peine distinguer le plafond.
Et, le plus étonnant, c'est qu'hormis un gigantesque boulier de bureau, dont les gigantesques boules se balançaient encore et encore et encore... les lieux étaient totalement vides.

Nash se passa la main dans les cheveux :

-Qu'est-ce que c'est que ça ?

-Une salle à mouvement perpétuel. Répondit Griselda.

-Et ça sert à quoi ?

-A rien. Mais c'est cool.

-Non, sérieusement, ça sert forcément à quelque chose, non ? Pourquoi quelqu'un se serrait cassé le cul à ensorceler un truc de cette taille pour rien ?

Gri haussa les épaules :

-Ca sert à rien. Mais c'est cool.

-Tu veux pas me dire parce que je suis pas Pi Omicron Pi ? Mais j'ai failli être des vôtres, au début de l'année ! Et puis maintenant, grâce à notre cher doyen, c'est quasiment le cas. Tu peux me dire !

-Ca sert à rien, répéta la garçonne. Mais c'est cool.

Ne voulant pas en démordre, l'étudiant en Sciences Occultes héla un Pi Omicron Pi boutonneux, qui passait par là :

-Hey toi ! Dis-moi, ça sert à quoi ça ?

Le boutonneux réajusta ses énormes lunettes à triple foyer :

-Cha chert à rien. Mais ch'est cool ! Affirma-t-il, avant de passer son chemin.

Le sourire de Griselda s'élargit :

-Je te l'avais dit ! On a aussi une salle 2D, qui rend tout ce qui rentre dedans en deux dimensions ! Tu veux voir ? On a aussi une salle 4D, mais celle-là, vaut mieux éviter d'y entrer si tu veux pas déchirer le tissu de l'espace-temps et ouvrir un trou noir inexorable qui aspirerait toute la création dans le Néant. Par contre, je confond toujours les deux...

Naëll grimaça :

-Je passe la visite...

-Mmmmh...

L'Irlandaise se dressa sur la pointe des pieds, et dévisagea Naëll pendant un long moment.

-Euh... tu veux ma photo, peut-être ? Dit ce dernier. Je sais que je suis d'une grande beauté, mais...

-Dis donc, t'as pas l'air dans ton assiette, M'sieur Tattoo !

-Ah, tu as remarqué ? Ironisa le Gamma.

-Tu veux que je t'aide à te sentir mieux ?  Proposa la POP. J'excelle dans les Arts de la Psyché ! Et au pire je peux te légilimancer pour t'aider à savoir pourquoi tu vas pas bien.

Naëll grimaça, probablement à l'idée de se faire fouiller le cerveau par une irlandaise à la santé mentale vacillante. Aussi il déclina :

-Non merci. Je sais exactement pourquoi c'est pas la forme. Ma fraternité a fermé. Et j'ai perdu mes affaires dans cet antre à têtes d'ampoule.

-Un jour j'ai perdu mes affaires aussi, badina l'Irlandaise.

-Vraiment ? Soupira Nash, sans vraiment l'écouter.

-Sauf que c'était pas mes affaires, mais mon chat.

Un sourcil s'arqua au dessus de l'oeil du Gamma :

-Un chat ?

-Et que ce n'était pas mon chat, mais celui de ma mémé.

-Je vois.

-Ma mémé, tout le monde l'appelle Mère. Mère Michelle. Et elle a perdu son chat.

-Jeee vois.

-Elle crie à la fenêtre, à qui le lui rendra !

Elle croisa le regard blasé de Naëll, et proposa :

-Un cookie ?

-Non merci, je ne voudrai pas abuser des bonnes choses, ironisa-t-il.

-Oh, t'en fais pas, Lethifold a assez de poudre enchantée pour tous les cookies du mooonde !

Et sans demander l'avis du Gamma, elle lui fourra dans la bouche un de ses biscuits saupoudrés. Naëll eut un haut-le-cœur, et l'Irlandaise en profita pour se ruer sur lui :

-YEEHAAA !

Griselda sauta brutalement dans les bras de Naëll, qui, sous le choc, tomba à terre.

-Non, pas de viol buccal ! Implora ce dernier.

-Non t'inquiète pas, je ne fais des bisous à des inconnus qu'au Nouvel et et à la Fête Nationale. Par contre...

Sa voix devint rauque et grave :

-...je vais te tuer...

Elle brandit un couteau à la lame étincelante, et le plaqua contre la gorge du pauvre malheureux.
Ce dernier écarquilla les yeux, de surprise :

-Mais... mais pourquoi ?!

-Par pur intérêt scientifique ! Ricana la Pi Omicron Pi, les yeux arrondis d'excitation. Tu as peur ! Ton cerveau libère de l'adrénaline, de la dopamine et probablement même de la dimethyltryptamine de ta glande pinéale ! Et d'un point de vue purement psychémagique, ta thanatophobie est des plus intéressante ! Et puis, ce n'est que le cycle logique de l’existence, puisque tu  n'es pas sans savoir que NOUS SOMMES TOUS NÉS POUR MOURIR !

-QUOI ?!

Naëll glissa lentement sa main vers sa poche où était rangée sa baguette... mais la cinglée éclata d'un rire moqueur :

-Non, je rigole ! C'est un faux couteau en plus ! Un truc moldu en plastique ! ricana-t-elle en balançant la fausse arme derrière elle.

Elle se releva en un bond, sourit de toutes ses dents en tendant un biscuit aux pépites de chocolat à sa victime.

-Un cookie ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Naëll Nash

Messages : 681

MessageSujet: Re: The New PoP Theory   Jeu 31 Juil 2014 - 17:58

    Une main plaquée sur le cœur pour contenir ses battements frénétiques, Naëll se releva dans le même mouvement, dans un ridicule espoir de pouvoir s'enfuir à toutes jambes si l'Irlandaise faisait soudain mine de satisfaire son intérêt scientifique de manière plus poussée - en essayant vraiment de l'assassiner, par exemple.

    Malgré tout, un sursaut d'orgueil typiquement masculin le força à marmonner avec une pointe de défi dans la voix :

    - Une thanatophobie, moi ? Pff, n'importe quoi, ce ne sont que les outputs de mon amygdale qui ont poussé le système nerveux sympathique de mon tronc cérébral et de mon hypothalamus à produire des sécrétions hormonales, celles-ci provoquant l'apparition de symptômes de peur sur mon ensemble corporel. Rien à voir avec une quelconque crainte de ma part, ce n'est rien qu'une stupide réaction physiologique primitive et parfaitement involontaire !

    Sa tirade achevée, il croisa les bras d'un air boudeur tandis que Griselda commentait d'un ton léger :

    - Moui, bah c'est bien ce que je disais... T'AS EU LES CHOCOTTES ! Tissa bleues, bleues, les chocottes... ♫ se mit-elle à chantonner joyeusement, son cookie toujours tendu en direction du Gamma.

    Vexé et désireux de passer à autre chose, Naëll attrapa fermement le bras de la Pi Omicron Pi et la tira vers une nouvelle porte au hasard, dont il chatouilla la poignée qui émit un petit rire grotesque. Au moins, il prenait le coup de main... Il s'engouffra sans réfléchir dans la pièce inconnue en poussant Griselda, avant de s'arrêter brutalement en considérant ce qui lui faisait face.

    Un gouffre. Un ENORME gouffre, dont la moitié était éclairée par une lumière qui n'avait rien de naturel, et dont l'autre moitié était envahie par les ténèbres les plus impénétrables.

    - Wouh... Qu'est-ce que c'est que ça, encore ? murmura le garçon, soufflé. Ils n'avaient donc aucune salle "normale", ces intellos fêlés ?! C'est un creux ! ... c'est un précipice... c'est un abîme ! Que dis-je, c'est un abîme ? ... c'est une cavité !

    - Oh, ça c'est la Fosse ! répondit aussitôt Griselda - de toute évidence peu sensible à la poésie.

    - Laisse-moi deviner : ça ne sert à rien, mais c'est cool ?

    L'Irlandaise le regarda comme s'il était demeuré, avec même une lueur de condescendance dans ses yeux ronds.

    - Bien sûr que non, ça a une fonction, voyons... Tu vois vraiment nos esprits supérieurs s'encombrer d'un gigantesque trou inutile ? Ahahah !

    Partagé entre la consternation et la curiosité, Naëll n'avait pas relevé et s'était collé à plat ventre au sol, juste au bord du trou béant. Il n'en voyait même pas le fond, mais il avait la vague impression qu'une minuscule lueur clignotait faiblement en contrebas, quelque part collée à la paroi, du côté sombre du gouffre.

    - Et donc, à quoi elle vous sert, cette Fosse ? Je jurerais qu'il y a quelque chose là-bas... fit-il en plissant les yeux pour mieux voir.

    - Exact ! C'est notre distributeur de cookies attitré, ce sont officiellement les meilleurs de toute l'Université ! Mais ça, ça tient peut-être aussi au fait que personne n'a jamais pu en ramener... Le prestige du mystère, conclut la garçonne en haussant les épaules, avec un grand sourire satisfait.

    - Mais... si personne n'est jamais descendu jusque là-bas, comment vous savez qu'il s'agit d'un distributeur de cookies ? se moqua Naëll.

    - J'ai jamais dit que personne n'y était descendu, mais que personne n'avait jamais pu en ramener...! Tu as vraiment des problèmes de concentration, toi... Tous ceux qui sont arrivés au distributeur sont morts ÉCRRRRABOUILLÉS tout au fond de la Fosse, en essayant de remonter ! oh, bien sûr, on pourrait y aller en balai, mais alors, ça perdrait tout son intérêt, évidemment.

    - Évidemment, répéta le Gamma d'une voix peu convaincue. Mais aussi, quelle idée de mettre ce distributeur ici... Et dans la partie la plus sombre, de surcroît...!

    Griselda le gratifia d'un regard surpris.

    - Voyons... Il est pourtant de notoriété publique que les meilleurs cookies sont du côté obscur de la Fosse !

    - Si tu l'dis...

    Les deux étudiants ressortaient de la salle de la Fosse, quand Naëll perçut clairement que quelque chose était confusément modifié dans son esprit-même. C'était extrêmement diffus et léger, mais...

    - Une étrange impression, j'ai...

    Il ouvrit des yeux ronds en entendant l'ordre de ses mots. De toute évidence, son lobe frontal subissait une influence extérieure !

    - Oh. Juste un effet secondaire, cela est. Mystérieux, le côté obscur de la Fosse demeure... S'estomper tout seul, ça devrait, lui expliqua Griselda avec désinvolture.

    Fasciné, Naëll ne put réfréner un sourire de scientifique comblé. Qui avait dit qu'une escapade chez les PoP allait être rasante ?!...

    - RÉFLEXE !

    Pris au dépourvu alors qu'il était perdu dans ses pensées, le garçon n'eut bien sûr pas le temps de réfléchir et se prit le chiffon crasseux de l'Irlandaise en pleine figure. Quand Naëll réalisa ce qui pendouillait sur sa tignasse, un viscéral mouvement de répulsion le poussa à se débarrasser au plus vite de cet écœurant torchon, et ce dernier s'affaissa pitoyablement au sol... Tandis que Griselda vociférait, avec un regard dément :

    - VENGEANCE ! UN LETHIFOLD A TERRE ! PAS DE PITIÉ POUR LE TRAÎTRE !! MEURS, INFÂME LÂCHEUR ! VENGEAAAAANCE !!

    Paniqué, le Gamma fit alors la seule chose qui lui semblait susceptible de sauver sa vie. Il ramassa précipitamment le chiffon grisâtre, le tenant comme s'il s'agissait d'un petit animal blessé, et il le tendit à Griselda, les yeux clos et la tête rentrée dans les épaules dans l'attente de l'assaut.





(Yep, même malade, chui swag... Gamma attitude, bro' !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Médicomagie
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 229
avatar
Griselda O'Neil

Messages : 949

Situation Amoureuse : Je suis célibataire, mais pas jalouse ! ♥

Filière : Médicomagie

Sorts Connus : Aguamenti,
Desillusio,
Confringo,
Incarcerem,
Lashlabask,
Spero Patronum,
Calmos Pacificatum,
Rubeum Nasus,
Repulso,
Orchideus,
Subcingulus

Inventaire : Chocolat Cépamoi (x2)
Amortentia (x1)
Potion Contraceptive
Potion Miracle du bon Docteur Magouille (x3),
Tequila Magouillita,
Lait de poule du bon Docteur Magouille (x2)
MessageSujet: Re: The New PoP Theory   Dim 3 Aoû 2014 - 16:54

Dans un grand cri, l'irlandaise agrippa son chiffon sale, et sauta sur le Gamma, le faisant basculer en arrière... encore une fois.

-AAAAH ! TU ES UN HEROS ! UN SAUVEUR DE LETHIFOLD !

Naëll écarquilla les yeux tandis que les bras maigrichons de la garçonne enlaçaient son cou avec affection. Il soupira :

-C'est inutile d'essayer de me faire à nouveau peur avec un couteau factice, ça ne prend plus, décréta-t-il, s'attendant au pire.

Mais contre toute attente, Griselda se redressa, et le regarda comme s'il parlait une langue étrangère.

-Hein ? Pourquoi je ferai ça ? C'est totalement insensé !

-Je ne sais pas ? Pour tester ma soi-disant thanatophobie ? Ironisa le Gamma.

Griselda secoua la tête, un brin de condescendance dans le regard. Elle envoya un petit sourire amusé à son interlocuteur.

-Si je devais tester ta thanatophobie, pourquoi j'utiliserais un couteau factice ? Alors qu'avec un vrai bien aiguisé et un peu de légilimancie j'arriverai à un résultat beaucoup plus probant !

Nash cligna les yeux :

-Mais tout à l'heure tu as...

Un doigt se posa devant ses lèvres.

-Tut tut tut ! Pas un mot de plus, mon Nanou !

Le jeune homme manqua de s'étrangler :

-Nanou ?

-En tant que Sauveur de Lethifolds, tu mérites une récompense ! poursuivit Griselda, comme si de rien était. Alors je vais te montrer une salle ! Une salle secrète ! Y'a très peu de Pi Omicron Pi qui sont au courant de son existence ! Et c'est tant mieux, comme ça y'en a plus pour les adorateurs de Lethifolds comme toi et moi !

La garçonne gloussa de rire, puis se mit à courir comme une dératée, en agitant les bras au dessus d'elle. Le Gamma n'eut pas d'autre choix que de la suivre.

Après l'avoir baladé dans de nombreux couloirs, escaliers et corridors, l'Irlandaise stoppa net dans une sorte de galerie, aux murs recouverts de tableaux. Elle s'avança vers un portrait représentant un clown triste, d'un pas déterminé.

-Regarde ça, Nanou !

Elle appuya sur le nez rouge du clown... qui se mit à se gondoler de rire, et pressa la petite fleur en plastique à sa poitrine. Aussitôt, un jet d'eau glacé sortit de la toile, et aspergea le pauvre Naëll, qui avait eu le malheur de se rapprocher.

-Argh ! Pesta ce dernier, dégoulinant.

Il s'ébroua, et fronça les sourcils :

-Qu'est-ce que c'est ? Une sorte de rite pour ouvrir un passage secret ?

-Non pas du tout. C'est juste qu'il est rigolololo ce clown, non ?

Le Gamma jeta un regard éloquent à la jeune femme, mais cette dernière s'était remise à gambader dans le corridor, son Lethi adoré à la main.
Finalement, elle bifurqua... et disparut, sous l'oeil étonné de Naëll.

-Griselda ?! Appela ce dernier.

-Je suis lààààààà ! Chantonna une voix, à fort accent irlandais.

Le tatoué tourna la tête, et aperçut la fofolle, dans le cadre d'un tableau, représentant une longue corniche sous un soleil couchant.

-Viens ! C'est là, le passage secret !

Les yeux brillants de curiosité malgré lui, le jeune homme plongea la main vers la toile, et pendant une demi-seconde, il fut aveuglé.
Lorsqu'il rouvrit les yeux, il se trouvait dans le paysage exact de la peinture.

C'était très étrange : ça avait l'air réel, mais en même temps, terriblement faux. Comme cette corniche qui avait l'air en mauvais polystyrène. Ou le fait qu'au-delà de ce qui avait été peint dans le tableau, tout était vide, d'un blanc éclatant et dérangeant.

Évitant de regarder dans l'absence de décor qui l'entourait, le Gamma fit quelques pas en avant, et considéra le vide sous la corniche.

-Une autre fosse...

-Oui ! C'est la fosse centrifuge !

-Centrifuge ? Tu veux dire qu'elle est soumise à l'effet centrifuge ? C'est à dire F = m x r x V² ?

Griselda jeta un regard sincèrement admiratif à son interlocuteur.

-Ouah t'es pas si bête que ça pour un Gamma Phi Orties !

-Et alors ? Y'a quoi en bas ? Un distributeur de cookie ?

-Non, y'a la salle secrète dont je t'ai déjà parlé ! Il faut suivre un peu !

-Et comment on y vaaaaAAAAAAAAAAAAAAAAH !

Naëll ouvrit des yeux ronds horrifiés, tandis qu'il prenait de la vitesse, fondant dans le vide.
Griselda, qui l'avait poussé, sauta à sa suite, non sans hurler :

-YOUHOUUUUU !

Les deux virevoltèrent dans les airs un moment, et finirent par retomber dans un gigantesque pouf géant. Le Gamma s'extirpa non sans mal de sa zone atterrissage toute moelleuse, puis jeta un œil noir à la POP :

-Tu aurais pu me prévenir que t'allais me jeter dans le vide !

Gri pouffa de rire :

-Roh, ça aurait été beaucoup moins rigolololo ! Lethifold a adoré lui !

Elle caressa avec amour son chiffon, comme s'il s'agissait d'un véritable petit chaton.

-Oh oui tu as aimé ça, hein ? Oh oui le Lethitou à sa môman ?

Naëll leva la tête, et aperçut la corniche lointaine qui lui avait servi de plongeoir. Il ne put réprimer un sourire en coin :

-Ouais j'avoue que c'était marrant. Surtout le coussin géant sur lequel on atterrit. C'était bien vu !

Griselda secoua la tête, moqueuse.

-Ah non, ça c'était pas prévu. Ça y était pas la dernière fois que je suis venue.

-Qu... quoi ?! Tiqua Naëll.

-Bah oui, d'habitude j'y vais en balai. Ou avec un sortilège de lévitation.

Nash perdit quelques couleurs :

-Ca veut dire qu'on... on aurait pu...

-Mourir écrabouillé ? Oui, tout à fait.

-Mais... mais alors pourquoi tu m'as poussé ! Et pourquoi tu as sauté dans le vide ?!

-Je pensais que tu allais faire quelque chose avant qu'on s'écrase.

-Mais si tu m'avertis pas, comment tu veux que je prévoie quoique ce soit !

Gri haussa les épaules, pour signifier qu'elle l'ignorait. Ou qu'elle s'en fichait.

-Tu viens ? Dit-elle, finalement. C'est encore loin !

-Qu'est-ce qui est encore loin ? Soupira Naëll, qui devait en avoir marre de tant de suspense. On va où exactement ?

-Dans la Salle des Objets Perdus des Pi Omicron Pi ! S'exclama Griselda, bienheureuse. A chaque fois qu'un POP perd quelque chose, ça apparaît là-bas ! Mais pour une raison qui m'échappe, il y a un nombre impressionnant de chaussettes gauches...

-Tu veux dire que je pourrais retrouver mes affaires perdues ? S'enquit le garçon.

L'Irlandaise lui lança un sourire énigmatique.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Naëll Nash

Messages : 681

MessageSujet: Re: The New PoP Theory   Mar 5 Aoû 2014 - 2:05

    Contre toute attente, l’absence de réponse claire à sa question fit juste sourire le garçon. Il en était lui-même un peu surpris, mais il devait admettre qu'il était bien moins pressé de quitter la Station des PoP qu'à son arrivée !

    Chaque recoin se révélait fascinant - en dépit d'un certain laxisme de sa guide sur les conditions de sécurité... - et Naëll comptait finalement profiter de cette occasion qui lui était offerte pour explorer cet étrange bâtiment.

    Ses affaires ne s’envoleraient pas, après tout ! Quoique… Mieux valait ne pas faire d’hypothèses hasardeuses. Il venait de tomber sur un pouf démesuré suite à son entrée dans un tableau, après tout.

    - Bon, alors en avant ? S'il nous reste pas mal de chemin à faire, autant ne pas traîner ici... proposa le Gamma avec une bonne humeur non feinte.

    - Ouiiii ! Lethilethi ouvrira la marche et on le suivra ! ♫ Tee dum, tee dee, a teedle ee do tee day… on rit, on joue, on s'amuse comme des petits fous... ♫

    Sautillante et fredonnante, Griselda tenait son chiffon à bout de bras, comme si c'était celui-ci qui l'entraînait dans la bonne direction. De fait, il n'y avait qu'une seule direction possible : une large route pavée de carreaux gris et mauve semblait flotter au beau milieu du blanc éclatant du reste du tableau.

    Mais, de même que la corniche faisait fausse, les pavés semblaient en cartons peints et par endroit, les coins se décollaient comme sous l'effet de l'humidité et du temps. On eût dit le triste décor d'une picturine à petit budget.

    - Tutut ! Avant d'aller plus loin, réglons un détail, interrompit soudain Naëll en posant un index décidé sur le sternum de l'Irlandaise, laquelle stoppa net sa marche dansante. La prochaine fois que tu comptes sur moi pour nous sauver la vie ou que tu nous lances dans une activité potentiellement mortelle, j'insiste pour que tu me préviennes !... Tu ne tiens peut-être pas beaucoup à ta peau, mais figure-toi qu'en ce qui me concerne je n'ai que celle-ci pour les quatre-vingt prochaines années... !

    - Oh, lâcha Griselda, l'air interloqué comme si elle ne voyait pas le rapport avec les derniers événements. D'accord, pas de souci mon Nanou... Je suis moi-même particulièrement prudente et avisée en ce qui concerne la survie de ma personne !

    Naëll eut un petit rire étranglé, mais le sérieux du regard de l'Irlandaise le découragea de faire du sarcasme. Il se contenta donc de lever les yeux au ciel en marmonnant ironiquement un "Oh oui, j'avais pu voir ça" pour lui-même.

    - Ça y est, tu as fini ton blabla ? Alors, c'est partititi !! ♫ A LA FILE INDIENNE-EUH, INDIENNE-EUH, INDIENNE-EUH... ♫

    Plus amusé qu’agacé, Naëll emboîta le pas de la PoP le long des carreaux colorés. Tandis que les deux étudiants et le chiffon progressaient, de grandes colonnes antiques apparaissaient au bord de cette route qui paraissait interminable.

    En plastique ou en polystyrène, elles n'avaient rien de majestueux ou d'imposant mais elles avaient néanmoins l'avantage de donner un repère spatial aux étudiants ; dans ce tableau où le blanc lumineux régnait en maître, il devenait difficile de garder une notion de l'espace et du temps.

    – Ooooh ! Un dodécaèdre régulier de toute beauté !

    Stupéfait, Naëll constata que l’Irlandaise avait raison. Un gigantesque solide à douze faces d’un bleu pimpant dérivait paresseusement dans l'air au-dessus d’eux, suivit de près par une quinzaine d’autres solides géants, chacun d’une unique couleur fluorescente.

    – Plus j’explore votre Station, plus je me demande ce que je découvrirais si je pouvais entrer dans vos p’tites têtes de génies… !

    – Sûrement pleiiin de trucs aussi fascinants qu’effrayants, affirma Griselda en tournant ses yeux globuleux vers le Gamma, un grand sourire carnassier aux lèvres.

    – Ouep, c’est exactement ce que je pensais aussi, opina le garçon d’un ton gentiment narquois. Eh mais… Il leva une main et cessa d’avancer. T’entends ça ? Cette… musique lontaine ?

    – Hum… Que nenni. Mais si tu veux de la Musique, j’en ai ! ♫ Tee dum, tee dee, a teedle ee do tee day... ♫

    – Shttttt ! Non, on dirait une voix masculine chantant… une mélodie très ancienne
    , reprit Naëll, concentré sur les bribes sonores qu’il percevait. Troubadour ? Ou peut-être aède ?...

    – Laisse les tétraèdres tranquilles, ils sont toujours au-dessus de nos têtes ! Allons plutôt demander où aller à ce monsieur qui chante, perché sur sa colonne là-bas.

    – C’est ça, fous-toi de m…


    Empoignant la main du Gamma avec enthousiasme, Griselda se mit à gambader jusqu’à la toute dernière colonne de la route pavée, forçant Naëll à courir s’il ne voulait pas tomber.

    C’est alors qu’il remarqua une silhouette voûtée, tout en haut de cette ultime colonne … Juste après, la route s’arrêtait abruptement, sans autre issue que le vide du blanc immaculé.

    Un peu blasé, le garçon se sentit soudain relativement idiot et il se demanda comment il s’était débrouillé pour ne pas voir ce type farfelu sur son perchoir ! De toute évidence, ce tableau affectait leurs repères, mais aussi leurs sens, s’ils n’y prenaient pas garde…

    L’anachorète psalmodiait une mélodie aux accords inhabituels, assis en tailleur sur sa colonne – qui ne semblait d’ailleurs pas très solide –, sans prêter la moindre attention aux nouveaux arrivants.

    – Euh… Monsieur ?... Monsieur ! Hé ! Vous là-haut !

    Naëll commençait à perdre son calme tandis que le chanteur poursuivait imperturbablement sa mélopée, mais Griselda attira son attention sur une petite plaque en plastique usé accrochée sur la colonne, juste à hauteur d’yeux :

    – « L’union fait la fosse. » déchiffra le Gamma, perplexe. C’est pas vrai, c’est quoi cette histoire de fosse encore… Vous avez un délire dessus entre PoP, une blague d’intellos, ou quoi ?!

    – Du tout
    , nia l’Irlandaise. « L’union fait la fosse… » répéta-t-elle pensivement. Je suis d’avis que c’est la solution pour continuer en direction de la Salle des Objets Perdus des Pi Omicron Pi… Et mon Lethichou confirme !

    – Attends, je croyais que tu étais déjà venue ici… ?!

    – Bah oui, mais comme je te le disais… Le décor change de temps en temps
    , fit la jeune femme avec désinvolture.

    Naëll étouffa un soupir, puis jeta un rapide coup d’œil dans le vide, là où s’arrêtait la route. Rien, du blanc étincelant à perte de vue.

    – J’ai trouvé, déclara-t-il soudain, un petit sourire en coin.

    Et sans lui laisser le temps de réagir, le garçon saisit fermement la main de Griselda et sauta dans le vide, l’entraînant dans sa chute. Ils hurlèrent à pleins poumons une bonne minute, cramponnés l’un à l’autre, puis le blanc éblouissant laissa subitement place au noir absolu.

    Quand il reprit connaissance, Naëll se frotta la tête en grimaçant. Il avait dû atterrir un peu brutalement, mais au moins, il était bien quelque part...

    Héhé. Il s’était bien douté qu’en sautant ensemble dans le vide, une fosse apparaîtrait pour les accueillir… Enfin, il l’avait supposé, et avait fortement espéré qu’il ne se trompait pas. Mais tout allait bien, à présent !... Comme l’écriteau le disait, « l’union faisait la fosse »… !

    Tout en se redressant avec précautions, il héla au hasard :

    – Gri… ?

    – Ici… !
    fit une voix féminine, juste au-dessus du jeune homme.

    – Mais… Qu’est-ce que tu fiches au plafond, enfin ?!

    Naëll observait en effet, les yeux écarquillés, la PoP qui était allongée sur le dos, environ deux mètres au-dessus de sa tête… comme collée au plafond.

    – Ahah ! Mais c’est toi qui es au plafond ! s’esclaffa l’Irlandaise en se mettant debout à son tour, la tête au niveau de celle de Naëll, mais dans le sens inverse.

    – Mais non, regarde, fit aussitôt ce dernier, têtu. Il saisit un bout de parchemin au fond d’une de ses poches, en fit une petite boule et la lâcha. Sans surprise, elle tomba au sol. Tu vois ? La gravité m’approuve, ajouta-t-il avec satisfaction.

    Mais Griselda dégaina un petit crayon, le lâcha à son tour… et le crayon tomba également au sol. Enfin, à son sol. Donc au plafond.

    – Moui, eh bien, la gravité m’approuve aussi ! répliqua immédiatement la PoP avec un grand sourire.

    – Oh Merlin, laissa échapper Naëll en pâlissant, pendant que son cerveau cherchait vainement une explication rationnelle à ce qu'il voyait.

    – Dire que j’ai toujours rêvé de découvrir l’accès au légendaire Double Labyrinthe Multidimensionnel à Gravité Inversée des Pi Omicron Pi, et qu'enfin j'y suiiiiiiiiis !!

    La voix de Griselda frétillait de bonheur, et Naëll ne put s’empêcher de sourire en l’entendant s’extasier ainsi. Un Double Labyrinthe Multidimensionnel à Gravité Inversée ? …Fallait reconnaître que c’était plutôt tentant !





(Yep, même malade, chui swag... Gamma attitude, bro' !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Médicomagie
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 229
avatar
Griselda O'Neil

Messages : 949

Situation Amoureuse : Je suis célibataire, mais pas jalouse ! ♥

Filière : Médicomagie

Sorts Connus : Aguamenti,
Desillusio,
Confringo,
Incarcerem,
Lashlabask,
Spero Patronum,
Calmos Pacificatum,
Rubeum Nasus,
Repulso,
Orchideus,
Subcingulus

Inventaire : Chocolat Cépamoi (x2)
Amortentia (x1)
Potion Contraceptive
Potion Miracle du bon Docteur Magouille (x3),
Tequila Magouillita,
Lait de poule du bon Docteur Magouille (x2)
MessageSujet: Re: The New PoP Theory   Mar 12 Aoû 2014 - 15:57

Naell considérait les lieux autour de lui avec surprise et intérêt.

-Un Double Labyrinthe Multidimensionnel à Gravité Inversée, hein...

-Tout à fait !

-Et ça fait quoi, un Double Labyrinthe Multidimensionnel à Gravité Inversée ?

Griselda pouffa d'un rire moqueur :

-Tu sais pas ce que ça fait, un Double Labyrinthe Multidimensionnel à Gravité Inversée ?

-Ben, non. Confessa le Gamma.

-Ahah ! Tu sais pas ce que ça fait, un Double Labyrinthe Multidimensionnel à Gravité Inversée ! Répéta l'Irlandaise en se gondolant de rire.

-Si tu arrêtais de rire et que tu me l'expliquais, j'aurais peut-être l'air moins ignare.

-Ah mais ça, ça va pas être possible.

-Et pourquoi donc ?

-Parce que j'ai aucune idée de ce que ça fait, un Double Labyrinthe Multidimensionnel à Gravité Inversée.

Naëll, qui devait lever la tête pour regarder son interlocutrice, croisa les bras, un petit sourire en coin.

-Tu es incroyable, fit-il d'un ton mêlé d'amusement et d'exaspération.

-Je sais. Retorqua la jeune fille, nullement étonnée.

-Allez, il faut qu'on trouve la sortie !

-Ou au moins faire en sorte qu'on puisse se parler sans devoir lever les yeux comme ça.

Les deux hochèrent la tête d'un même mouvement.

-Tu as une idée de comment ça marche ? Demanda Gri, au bout de quelques secondes de réflexion.

-Non, admit son interlocuteur. Et toi ?

-Non.

Elle scruta tous les alentours, et leva un doigt savant :

-Oh, oh  Et si tu sautais  Genre très très haut ?

Nash se frotta le menton :

-Tu crois ?

Semblant trouver un semblant de logique dans l'idée de l'irlandaise, le Gamma s'exécuta. Il fit quelques bonds, puis souffla :

-Bon, ça n'a pas l'air de changer quoique ce soit.

Griselda se gratta la tête.

-Et si tu fermes les yeux ?

-Je ne vois pas ce que ça pourrait changer... mais tu connais bien plus les bidules Pi Omicron Pi que moi, après tout...

Le garçon baissa les paupières, et bondit autant qu'il le put... mais en vain : il restait désespérément attiré par la gravité de son côté, tandis que du sien, Gri le regardait en levant la tête, amusée.

-Et si tu sautais en fermant les yeux et en tournant sur toi-même à cloche-pieds ? Proposa-t-elle.

Naëll stoppa net ses sauts.

-Quoi ?! Mais en quoi ça me ferait passer de l'autre côté du labyrinthe gravitationnel ?!

La folle au Lethifold écarquilla les yeux :

-Ah mais c'est ça que tu voulais faire ?!

-Ben oui !

Le Gamma fronça les sourcils :

-Attends voir... Pourquoi tu m'as fait faire tout ça si c'était pas pour te rejoindre de ton côté ?

Gri pouffa de rire, moqueuse.

-Je voulais voir si tu faisais tout ce que je te demandais !

Elle se pencha en avant jusqu'à se plier en deux, tira sa baguette de sa poche, et se la pointa sur le sternum.

-Repulso !

L'Irlandaise fut propulsée en l'air, et retomba en rigolant, pile poil sur Naëll qui s'effondra dans un ''argh !''.

-TADAAAA ! Chantonna-t-elle, alors que le pauvre tatoué pestait, écrasé sous le poids de la surdouée démente. Je suis làààà ! Ca mérite bien un bisou, non, mon Nanou ?

Naëll secoua à la tête.

-Ne le prends pas mal, Grisette, mais je ne compte pas t'embra... MPHFFF !

Griselda venait de plaquer son chiffon sale sur les lèvres du malheureux, qui grimaça et s'essuya frénétiquement la bouche d'un revers de manche.

-Wah ! Quel bisou enflammé ! Ricana la garçonne. Si vous voulez que je vous laisse seuls Lethi et toi, vous me le dites, hein !

Nash se leva, et soupira.

-Allez, cherchons une sortie à ce truc. Ou une utilité quelconque.

Il s'avança dans un long corridor sombre, au bout duquel brillait une lueur étrange. Et, au bout de quelques pas, il déboucha sur une grande pièce d'un blanc immaculé.

-WOUAH ! Lâcha Gri, un gros sourire aux lèvres.

-Tu l'as dit, Grigri... murmura Naëll.

L'immense salle dans laquelle ils venaient de débouler était hérissée de part en part d'escaliers de toutes sortes, qui se mouvaient, montaient, descendaient, s'entortillaient parfois, en défiant les lois de la physique les plus élémentaires.

Une fois remis de sa surprise première, le Gamma soupira.

-Ok, à ton avis, on prend lequel ? Demanda-t-il.

-Celui-là ?

Griselda désigna un escalier en colimaçon, dont les marches fusaient à toute vitesse, tournoyaient et faisaient mille loopings au dessus de leur tête, comme le wagonnet d'une montagne russe devenu fou.
Naëll tordit la bouche.

-Ah ben justement je lui fais pas confiance à celui-là...

L'Irlandaise reconsidéra son choix, en plissant les yeux.

-Mmh... je crois que tu as raison. Il a l'air pernicieux et hypocrite.

-Ouais, c'est exactement ce que j'allais dire.

Une étrange mélopée leur fit lever la tête de concert : juché sur une longue et fine colonne de pierre blanche qu'aucun des deux n'avait remarqué jusque là, le vieux gars tout maigre assis en tailleur, qu'ils avaient croisé plus tôt, sifflotait une vieille rengaine étrange.

-C'est le troubadour de tout à l'heure ! S'étonna Naëll.

-Ah. Décréta Gri en se grattant le nez, particulièrement pas intéressée.

-Et c'est la même mélodie que tout à l'heure. Tu crois que ça veut dire quelque chose ?

La Pi Omicron haussa les épaules.

-Je m'en fous, et Lethifold encore plus.

Mais le Gamma ne semblait pas prêt de lâcher le morceau.

-Mais tu trouves pas ça bizarre de le retrouver là ? C'est peut-être un signe ou alors...

-Viens, on va par là ! Décréta l'Irlandaise, sans prêter l'oreille à son camarade.

Prenant Naëll par la main, Griselda l'entraîna vers un grand double escalier. Elle le poussa vers les marches, qui montaient, montaient. Au bout d'un moment qui lui semblait interminable, Naëll osa regarder au dessus de la rambarde de l'escalator magique.

-Ah ouais... C'est haut, quand même... lâcha-t-il, alors qu'un nuage venait de s'accrocher à ses pieds.

Il leva les yeux pour voir vers où ils allaient, mais l'escalier montait si haut que la destination n'était qu'un point noir perdu dans un horizon grisâtre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Naëll Nash

Messages : 681

MessageSujet: Re: The New PoP Theory   Ven 15 Aoû 2014 - 20:49

    Tandis que l’escalier s’entêtait à les éloigner toujours plus de la terre ferme, un étrange nuage rougeoyant attira l'attention des deux étudiants.

    Contrairement au reste des masses cotonneuses qui dérivaient au hasard entre les divers escaliers tarabiscotés, lui semblait parfaitement immobile et sa forme n'était guère naturelle...

    - Bizarre, ce nuage, marmonna machinalement le Gamma, les yeux plissés. On dirait presque...

    - Une double-flèche !


    Le doigt tendu en direction du nuage - dont la perspective se précisait au-fur-et-à-mesure que Griselda et Naëll s'en approchaient -, l'Irlandaise désigna les deux pointes des flèches opposées, l'une pointée vers le haut et l'autre vers le bas, reliées par un même corps.

    - Tu vas rire, mais mon super-instinct de conservation m'ordonne de ne surtout pas atteindre cette flèche et de vite redescendre pour tenter un autre escalier...

    Griselda eut un grand sourire légèrement moqueur.

    - Oh oh, Nanou a le vertige ? Ahah ! Un bisou magique de Lethifold, et ça va passer !... fit-elle en faisant mine de plaquer son chiffon crasseux contre la joue de Naëll.

    Mais ce dernier était trop préoccupé pour s'en offusquer et la garçonne en profita pour nicher son torchon au creux du cou de Naëll, qui le caressa d'une main distraite, complétement perdu dans d'inquiétantes théories.

    - Crois-moi, Gri, si un bisou de Lethifold pouvait me ramener à terre, c'est moi qui l'embrasserais !...

    Il avait blêmit, mais le vertige n'y était pour rien : il avait simplement l'intuition que ce nuage écarlate n'augurait rien de bon pour la suite des événements...

    - Eh bah, le courage n'est pas ton fort, ricana la jeune femme en roulant des yeux un peu fous.

    - Et alors, j'ai jamais eu la prétention d'être un Gryffondor, répliqua aussitôt Naëll, piqué au vif. J'ai préféré la maison des génies à celle de la bravoure, c'est tout...!

    - Moui-moui
    , chantonna Griselda, un grand sourire aux lèvres... Et moi j'étais à Serpentard et mes neurones sont foisonnants, mais est-ce que j'ai peuuuuuuuur ? Hin hin hin...!

    - Mais toi ça ne compte pas, tu n'as même pas la notion du danger...!


    La PoP se contenta d'afficher un petit air satisfait énigmatique, ce qui finit par dérider Naëll, en dépit de sa mauvaise foi. Après tout, s'ils voulaient sortir de cet endroit abracadabrant, ce n'était peut-être pas plus mal que l'un d'entre eux soit prêt à tout, sans se soucier de rien !

    L'escalier poursuivait sa grimpette à vitesse égale, mais Griselda déclara soudain sur le ton de l'évidence, coupant court à leur petit débat :

    - Bon. Il n'y a qu'un seul moyen pour que ton calvaire s'achève plus vite.

    Naëll tendit l'oreille avec intérêt, tout en restant sur ses gardes. Il commençait à connaître le type "d'idées" de l'Irlandaise...!

    - Dis toujours...? lâcha-t-il avec méfiance.

    Toujours inerte et cramoisi, le nuage-double-flèche n'était désormais plus qu'à deux ou trois mètres des étudiants qui poursuivaient malgré eux leur ascension.

    - Plus vite on se jettera à l'eau, plus vite ce sera terminé ! YIHAAAAAAAAAA ! s'exclama alors Griselda, tout en attrapant Naëll par la manche et en le tirant avec une énergie insoupçonnable jusqu'à la hauteur fatidique de l'étrange nuage.

    Le jeune homme, pris au dépourvu et déjà un peu mal-en-point, n'eut même pas l'idée de résister et se laissa tout bonnement entraîner par l'Irlandaise.

    Naëll avait eu le réflexe inconscient de serrer contre lui le chiffon de Griselda dans leur course, et il haletait sous le coup de l'émotion plus que de l'effort physique. De son côté, la jeune femme semblait au mieux de sa forme, et elle eut l'air ému en apercevant le Gamma tenir ainsi son torchon :

    - Ooooooh, Lethi est avec toi ! J'avais bien compris que ça avait été le coup de foudre entre vous, petits cachottiers, ronronna-t-elle avec un clin d'oeil bourré de sous-entendus à Naëll, tout en lui donnant un petit coup de coude complice dans les côtes.

    Le brun parut alors se rendre compte de ce qu'il serrait contre son torse, et il eut une grimace écoeurée tout en remettant précipitamment le torchon grisâtre à sa légitime propriétaire.

    - Euh non-non-non, ce n'est pas du tout ce que tu crois, je le gardais juste en attendant que tu puisses le reprendre !...

    - Mais oui, ils disent tous ça
    , ricana Griselda avec un petit sourire qui disait qu'elle n'était pas dupe. Allez, dans ma graaaaande bonté, je te le laisse encore un peu !

    Et elle lui remit d'office son torchon dans les bras.

    C'est à cet instant précis que les étudiants se retrouvèrent exactement face au milieu de la double-flèche, et en une seconde, ils décollèrent.

    Les yeux écarquillés, ils n'eurent pas même le temps d'avoir peur qu'ils étaient déjà en train de chuter à toute vitesse vers la sortie de l'escalier qui se trouvait au-dessus de leurs têtes quelques minutes encore auparavant, et qui à présent les aspirait avec l'autorité de la gravité.

    - OUIIIII, GRAVITÉ INVERSÉÉÉÉÉÉE ! hurlait Griselda, aux anges, tout en tombant.

    Le Gamma, lui, se sentait comme dans un manège moldu dont la sécurité était défaillante, et il aurait donné cher pour être au Grand Potiron, affalé dans un canapé informe, à fumer un joint avec Myo, Kim, Titus, Sylvius et tous les autres...! A défaut, il ne pouvait s'empêcher de serrer le chiffon dégoûtant de Griselda de toutes ses forces (chacun gère sa peur comme il peut !).

    Quand ils atterrirent enfin sur un nuage particulièrement élastique, ils rebondirent quelques instants comme sur un trampoline géant.

    - Tu... vois... c'était... drôle...!

    A chaque rebond, l'Irlandaise croisait Naëll et lui adressait un mot, avec un sourire démesuré.

    - Plus... jamais... ça... Grisette ! finit par lâcher le garçon avec un sourire un peu faiblard.

    Il reprenait peu à peu des couleurs et s'étonnait d'être encore de ce monde ; pourtant, ses yeux bleus pétillaient d'adrénaline et bien que nerveusement épuisé, il devait avouer qu'il s'était rarement autant amusé de sa vie !

    Griselda éclata de rire, et Naëll se joignit à elle, relâchant toute la tension accumulée. Cette fille aurait sa peau s'il n'y prenait pas garde !

    Le rebond cessa, et les deux jeunes gens purent s'extirper de la zone cotonneuse. Naëll tendit gaiement sa paume à la PoP, qui la contempla un instant d'un air dubitatif.

    - Hum... oui, certes tu as une ligne de chance très intéressante... mais est-ce vraiment notre priorité ? Oh, après tout, tu as raison, pouffa-t-elle. Il n'y a pas d'heure pour la chiromancie ! Bien que ce soient de pures sornettes, ça m'a toujours beaucoup amusée !

    Elle s'apprêtait à se plonger dans l'étude des lignes de la main du jeune homme, mais celui-ci l'arrêta, un peu surpris :

    - Euh... non, c'était pour... allez, laisse faire, soupira-t-il. Il saisit lui-même la main de Griselda, et la topa contre la sienne. Voilà, c'est censé symboliser qu'on forme une bonne équipe !

    -Oh... intéressant... je m'en souviendrai
    , affirma joyeusement l'Irlandaise.

    Autour d'eux, enfin, le décor semblait être devenu plus familier et Naëll reconnut même les tableaux typiques des établissements sorciers, aux toiles vides de personnages. Sans doute ceux-ci étaient-ils allés faire un tour dans un cadre voisin.

    Le garçon tendait la main à Griselda pour l'aider à se relever, quand d'immenses mâchoires surgirent soudain du cadre le plus proche, sortirent littéralement hors de la toile et se refermèrent en un éclair sur le garçon, avant de se fondre à nouveau dans le tableau, entraînant le brun avec elles.

    - HEEEEEEEEEEEEEEEEEEY !!!

    Mais il était trop tard. Naëll était bel et bien prisonnier du tableau, et il pouvait voir, comme derrière une vitre, Griselda le fixer avec un air indéfinissable. Etait-elle étonnée ? Réfléchissait-elle à un moyen de le sortir d'ici ?...

    - Gri ? paniqua-t-il. C’est quoi ça encore ?!

    Il lança un regard désespéré à Griselda, laquelle lui fit un petit signe de la main et fit mine de s’en aller en sautillant.

    – Eh mais… mais c’est qu’elle me planterait là ?! GRI ! ATTENDS, ME LAISSE PAS ICI !!

    Il se mit à tambouriner contre la paroi invisible qui le séparait du réel, et l’Irlandaise daigna revenir sur ses pas.

    – Tu rends plutôt bien en peinture, tu sais, affirma-t-elle, souriante.

    – Ravi de l’apprendre, grinça Naëll, MAIS TU COMPTAIS VRAIMENT M’ABANDONNER ?!

    – Oh eh bien, l’intérêt et la survie personnelle avant tout, c’est la philosophie des Serpentards… tu ne le savais pas ? Alors oui oui, tout à fait, tu vas rester là-dedans jusqu’à la fin de tes jours
    , opina Griselda en affichant un petit air fataliste. Navrée, hein. Bon, ce n’est pas tout ça, mais j’ai des cookies sur le feu, moi... Adieu mon Nanou !

    Estomaqué et trop choqué pour répliquer, Naëll suivit du regard la PoP qui s’éloignait en chantonnant, sans un regard en arrière.

    Mais à peine eut-il le temps de prendre la mesure de ce qui venait de se passer qu’une voix retentit derrière lui, une voix qui ne lui était pas inconnue…

    – Eh alors gamin, on me plante en pleine explication de mon prodigieux troisième théorème d’incomplétude ?!

    – … Le vieux fada mal-coiffé
    , gémit Naëll sans même se retourner. C’est un cauchemar… !

    – Un tel manque de respect à un aîné, à un chercheur renommé tel que moi, à un GÉNIE comme le grand docteur C.Osinus en personne ; ÇA oui, ça tient du cauchemar !


    Le vieux savant aux cheveux hirsutes dardait un regard offusqué sur le Gamma, qui prit enfin le temps d'observer l'intérieur de la toile. Il s'agissait d'une sorte d'atelier d'alchimiste d'un autre siècle, plein à craquer d'alambics, de tubes de cuivres, de fioles et de chaudrons... Et, trônant au milieu de ce souk poussiéreux, le Dr Osinus le toisait d'un air outré.

    - Qu'est-ce que je peux faire pour que vous me laissiez partir ? interrogea Naëll - en priant Merlin pour que ça ne nécessite pas sa totale servitude pour les cinquantes prochaines années.

    - D'ordinaire, le sacrifice d'un innocent fléreur m'aurait convenu... grogna le savant d'un ton ronchon. Mais au vu des circonstances... Je me contenterai de ça !

    Le doigt crochu et tremblotant du vieillard était pointé sur les bras croisés du garçon, au niveau de son torse.

    - NON MAIS VOUS N'ÊTES PAS BIEN ?! s'écria aussitôt Naëll. J'AI BESOIN DE MON COEUR !!

    - Mais non, pas ton coeur, gamin, siffla C.Osinus d'un ton agacé. ÇA !

    Ahuri, le Gamma comprit soudain que le savant fou convoitait le chiffon de Griselda, qu'il avait gardé plaqué contre lui dans le feu de l'action.

    - Le... mais... le Lethifold de Griselda ?! balbutia Naëll, son regard interloqué faisant des va-et-vient entre le vieillard et le torchon crasseux. Il n'est même pas à moi, je n'peux...

    - A prendre ou à laisser, gamin
    , assèna le savant d'un ton dur. Décide-toi vite, mon offre n'est pas éternelle... Sur ce, il entreprit de se curer les ongles avec indifférence.

    Finalement, c'était parfait... Un vieux chiffon, et zou, bonjour la liberté ! Surtout que cette folle l'avait tout simplement abandonné là... Il n'avait aucun compte à lui rendre. C'était tout vu !

    Oui, c'était tout vu, sauf que… en dépit des frayeurs qu’elle lui avait fichu, malgré ses réactions incompréhensibles et son abandon dernier, le Gamma ne pouvait se résoudre à faire une telle chose à l'Irlandaise, sachant son affection pour son chiffon.

    Pire, il ne lui tenait pas (vraiment) rigueur de l'avoir planté dans ce tableau (enfin, pour le moment ; mais quand il sortirait - s'il en sortait seulement un jour -, elle allait l'entendre...!). Le brun eut vaguement la pensée que décidément, cette fille était non seulement étrange, mais qu'en plus elle l'influençait bizarrement... Toutefois, sa décision était prise.

    - ... Jamais, déclara Naëll entre ses dents serrées, en défiant le savant du regard. Jamais vous n'aurez le Lethifold de Gri ! Je ne vends pas les... les "amis" de mes amis !!

    - BIEN ENVOYÉ MON NANOU !!

    - ... Grisette ?
    bredouilla le garçon en se retournant, abasourdi.

    L'Irlandaise se tenait bien là, juste derrière la paroi du tableau, avec un grand sourire.

    - Je t'ai encore bien eu, hein ? T'as cru que je t'avais lâchement abandonné, ahah !

    C'est alors que, profitant de la confusion générale, C.Osinus se rua sur Naëll avec toute l'énergie qui restait dans ses vieux muscles, bien décidé à lui arracher le chiffon des mains, avec un hurlement des plus barbares.





(Yep, même malade, chui swag... Gamma attitude, bro' !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Médicomagie
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 229
avatar
Griselda O'Neil

Messages : 949

Situation Amoureuse : Je suis célibataire, mais pas jalouse ! ♥

Filière : Médicomagie

Sorts Connus : Aguamenti,
Desillusio,
Confringo,
Incarcerem,
Lashlabask,
Spero Patronum,
Calmos Pacificatum,
Rubeum Nasus,
Repulso,
Orchideus,
Subcingulus

Inventaire : Chocolat Cépamoi (x2)
Amortentia (x1)
Potion Contraceptive
Potion Miracle du bon Docteur Magouille (x3),
Tequila Magouillita,
Lait de poule du bon Docteur Magouille (x2)
MessageSujet: Re: The New PoP Theory   Sam 23 Aoû 2014 - 16:29

-Ahah je t'ai bien eu !
 
Griselda hocha la tête,  fière de sa blagounette. Elle bomba son maigre torse, secoué par de brefs soubresauts,  issus de son rire chuintant. Naëll ne semblait pas voir les choses de manière aussi hilarantes. 
 
-Ouais, tu m'as eu ! Maintenant,  fais quelque chose !
 
-Dire que t'as cru que j'allais t'abandonner ! S'esclaffa l'Irlandaise.
 
Le Gamma plaqua ses mains contre la vitre invisible de la sortie du tableau.
 
-J'avoue,  c'était bien joué,  Grisette ! Mais maintenant... SORS-MOI DE LÀ !
 
-Comme si je pouvais te laisser là alors que mon Lethifold Lethifold est resté avec toi ! Nanounanounanou, voyons voyons voyons... Je ne suis pas une mère indigne !

-Je pense avoir saisi, Grisel...AAAAH !

Le vieux scientifique fou du tableau venait de se jeter sur le pauvre Naëll en hurlant, faisant preuve d'une dexterité et d'une souplesse étonnante pour son âge avancée et sa frêle constitution. Il agrippa le garçon, qui disparut de la vue de Gri.

Cette dernière, insouciante, se mit à chantonner.

-AAAAH !

-Un petit Lethi un p'tit augurey s'aimaient d'amour teeeendreuh ! ♫

-AAAH ! AU SEC...

Le pied du tatoué dépassa du champs de vision de Griselda, puis disparut à nouveau.

-Mais comment s'y preeeendreuh, quand on est un Lethiiiii ! ♪ Fit cette dernière, absorbée par la contemplation du plafond.

On entendit des bruits de coups et des cris étouffés, et, finalement, la garçonne aux yeux exorbités daigna baisser son regard de braise sur le tableau. Elle en scruta le cadre doré, comme pour y dénicher des indices. Mais, n'y trouvant pas son compte, elle se contenta de frapper trois petits coups à la surface du champs de force qui emprisonnait Nanou de l'autre côté.

-Youhou ? M'sieur Osinus ?

La tête hirsute et agacée du vieillard apparut. Il considéra avec dédain Gri, essoufflé.

-Qu'y-a-t-il ?! Je suis occupé à donner la correction de sa vie à un jeune délinquant !

Il désigna Naëll, qui venait d'échapper à son étreinte. Le malheureux avait les cheveux ébouriffés, et  arborait un vilain œil poché. Il se frottait la gorge d'une main, en reprenant son souffle, et tenait de son autre main le chiffon couvert de souillures que la POP prenait pour une créature fantastique.

Griselda partit dans un sourire tellement large qu'il semblait fendre en deux son visage lunaire.

-Mais y'a un problème, m'sieur ! Lâcha-t-elle.

-Ah oui ? Et lequel, jeune fille à la laideur sans pareille ?

-Lui, c'est mon meilleur ami pour la vie entière et au-delà le meilleur que j'ai jamais eu à la vie à la mort et tout et tout et tout.

Nash se recoiffa d'un geste nerveux de la main :

-Tu vois, vieux malade ? Je te l'avais dit : je ne peux pas te refiler ce torch... ce lethifold ! C'est son meilleur ami !

-Mais non Nanou ! Le corrigea l'Irlandaise. Je parlais de toi !

Naëll, surpris, tourna la tête vers la cinglée, bouche bée. Ce qui provoqua l'hilarité de sa comparse.

-Fais pas cette tête gros bêta ! On s'amuse bien on fait une bonne équipe tu as protégé mon Lethifold et en plus tu m'as appris des trucs super coolos !

Elle tendit sa paume, en élargissant encore davantage son sourire quasi-reptilien.

Nash lui lança un petit sourire, en tendant également sa main.

-Eh bien, je suis flatt...

-IL SUFFIT ! Ragea le Dr C. Osinus. Je me fiche de vos fadaises adolescentes ! J'ai des expérimentations sur le feu, et ce n'est pas une métaphore ! Et l'éternité ne sera pas de trop pour tenter de les mener à bien !

Il tendit ses doigts perclus d'artrite vers le chiffon, mais Naëll bondit en arrière.
Le sourire de Gri se mua en une grimace d'horreur :

-Touche pas à Lethi !

-T'as entendu la dame ? Touche pas à ça ! Et puis, je serai curieux de savoir ce que vous voulez en faire !

-Je veux percer le secret de la magie la plus puissante du monde : L'AMOUR ! Et ce bout de tissu est recouvert de l'amour de cette jeune Pi Omicron Pi !

-J'aurais plutôt dit qu'il est recouvert de saletés et de miasmes...

-De saleté, de miasmes, et d'AMOUR ! Et cela lui confère un pouvoir magique incroyable ! Mais un esprit inférieur comme le vôtre ne peut pas comprendre !

Naëll soupira, en se grattant le bout du nez.

-Votre trip c'est de voler aux gens les objets auxquels ils tiennent tout particulièrement afin d'en tirer une hypothétique source d'énergie magique...

C.Osinus hésita... puis grommela, déçu.

-Oui. Oui, c'est précisément ça. Admit-il de mauvaise grâce.

Gri frappa à nouveau sur le champs de force, poliment.

-M'sieur l'Alchimiste frappadingo, et si je te laisse un truc auquel je tiens encore plus qu'à mon Lethi tu le relâches, lui et Nanou ?

L'oeil du vieillard s'alluma d'une lueur cupide.

-Encore plus ?

-Ouaip ouaip ouaip, un truc auquel je tiens beaucoup beaucoup beaucoup beaucoup beaucoup beau...

-T'es sûre, Grisette ? S'inquiéta Nash.

-...coup beaucoup beaucoup beaucoup ! Finit l'Irlandaise. Et oui je suis sûre sûre sûre !

Le savant se pencha vers l'extérieur du tableau, et ouvrit des yeux brillants.

-Qu'est-ce donc que ce précieux artéfact ?

Griselda secoua le doigt.

-Tut-tut-tut ! D'abord vous libérez Lethi.

-Et ton Nanou ? Ajouta le Gamma d'une voix pleine d'espoir.

-Et mon Nananananou ! Rajouta la POP en acquiesçant.

Le vieux fou eut l'air de réfléchir.

-Mmh... soit. Ton objet contre ton chiffon.

-Et Nanou ! Insista Naëll.

-Mmh... grogna le docteur de mauvaise grâce. Mais seulement, et seulement si tu réponds à cette équation : y²cosinus 587}/8971-∞{235%56?¤ vecteur ℓ√⅞ !

Gri ne réfléchit pas une seconde.

-42, répondit-elle du tac au tac. C'est facile, c'est toujours 42.

Le savant pesta. Il poussa vivement le tatoué, qui tomba avec fracas à travers le tableau, la tête la première sur le sol en contrebas.

-Ouille... En ai marre de me casser la gueule... Gémit le Gamma.

Griselda jeta quelque chose au vieux, qui l'attrapa au vol. Puis elle aida Naëll à se relever.

-Et maintenant mon Nanou... murmura-t-elle à son oreille. COURS !

Le garçon réagit au quart de tour, et obéit à l'Irlandaise. Si l'ex-Serpentard lui disait de fuir, c'était qu'il fallait fuir ; et heureusement pour les deux comparses, l'écossais semblait exceller dans ce domaine.
Après une longue course effrénée, les deux étudiants (et Lethi, toujours dans les mains du jeune homme), stoppèrent enfin, histoire de reprendre leur souffle.

-Dis... Haleta Naëll. C'est quoi.. le truc... que tu lui as... refilé ?

-Un vieux mouchoir sale ! Pouffa la folle au Lethifold. Je crois pas l'aimer particulièrement, tu crois que m'sieur Osinus y trouvera une quelconque utilité ?

Nash fut secoué par un petit rire.

-Je suis sûr que oui, ironisa-t-il.

Il mit ses mains sur ses hanches, et balaya les alentours du regard.

-Bon, maintenant, faut trouver la sortie.

Griselda haussa les épaules.

-Je sais pas où c'est. Oh, tiens, ça n'a aucun rapport, mais qu'est-ce que c'est que çâââââ ?

La jeune fille pointa de l'index un gros levier rouge, contre l'immense mur blanc. En immense, juste au dessus, on pouvait lire : SORTIE. Mais, en rouge sang, une écriture fébrile avait rajouté : ''ne surtout pas pousser le levier !!!''.

Naëll se rapprocha en plissant les yeux.

-Qu'est-ce que c'est que ça encore...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

The New PoP Theory

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wizardry & Occult Witchcraft University :: RPG :: Hippocrate's Bay :: Fraternité ΠOΠ-