Image Image ImageAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 
Partagez | 
 

 Un anniversaire d'enfer !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Occultes
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 182
avatar
Malicia McGuire

Messages : 3446

Double Compte : Aucun !
Situation Amoureuse : Chaotique !

Filière : Sciences Occultes

Sorts Connus : Aguamenti,
Assurdiato,
Batrasempra,
Calmos Pacificatum,
Confundo,
Defodio,
Episkey,
Failamalle,
Ferula,
Gemino,
Impervius,
Incarcerem/Lashlabask,
Oubliettes,
Periculo Pugno
Portus,
Protego,
Protéiforme,
Tarentallegra,
Purée de pois,
Furunculus,
Mucus ad nauseam,
Duro,
Amplificatum,
Revigoré,
Elasticus

Inventaire : Chocolats Cépamoi (x5)
Essence de dictame (x5),
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Philtre de Requinquance (x5),
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Potion Tue-loup,
Rapeltout,
Tequila Magouillita,
Potion contraceptive
MessageSujet: Un anniversaire d'enfer !   Mer 4 Fév 2015 - 16:36

Lulu et Mali viennent de lààà !

Il fallait bien le reconnaître, le salon de Mali avait pas été aussi bien rangé depuis longtemps. Au lieu d'être éparpillés partout, les livres de droit sorcier avaient tous étaient rangés dans leur bibliothèque et en profitaient pour discuter de points juridiques en se contredisant les uns les autres. Les picturines de la honte, comme " Coup de foudre à Godric's hollow", "Love Witchily" et "Un jour, mon détraqueur viendra", avaient été soigneusement placées derrière d'autres qui avaient des titres beaucoup plus smart, comme le documentaire animalier "Une année avec les niffleurs" et la série "Les Altos", que Mali avait bien essayé de regarder un jour, mais qui l'avait endormie en deux minutes chrono. Sur la table basse, il y avait de quoi faire : des saladiers remplis de punch à la liqueur de citrouille, et une bonne dizaine de bouteilles d'alcools attendaient patiemment qu'on les débouche. Et dans l'air, il y avait des bougies, qui embaumaient l'air. Oh... et une armoire. Toute cassée.

La zeta fit une geste de la main en direction de deux sorciers moustachus et en salopette qui sortaient de chez elle :

-Merci beaucoup d'avoir livré l'armoire aussi vite ! Bon retour chez Glükfllüvk !

Elle referma la porte et fit disparaître le meuble d'un coup de baguette. Elle se tourna vers Lucrécya qui s'admirait devant le miroir qui était posé sur la cheminée, se servit deux flûtes de punch et s'avança vers son amie en souriant. Elles entrechoquèrent leurs verres :

-Bon anniversaire, très chèreuh ! lança Lucrécya avec un faux accent bourgeois.

-Merci, merci, très chéreuh !  répondit Malicia. Vous avais-je dit que votre robe était râââvissante ce soir ?

Lulu but son verre cul sec avant de le jeter par dessus son épaule :

-Grave. J'suis trop classe !  Genre une méga bombasse !

-Grave ! acquiesça la zeta en rigolant. J'aurai jamais osé mettre ce décolleté si on était plus de 7 !

-Moi, si. Mais en même temps, ma robe mets vraiment mes seins en valeur. répondit sa meilleure amie en avançant autant qu'elle le pouvait sa petite poitrine. T'as vu ?

-Et comment que j'ai vu ! répondit Malicia avec un grand sourire en lui topant la main. Bon, on se le fait ce gâteau ?

Lucrécya  fit un hochement de tête satisfait et agita sa baguette. Une musique hyper rythmée emplit toute la pièce, faisant vibrer les murs de la maison.



(oui au fait, thème musical de la soirée : Dance des années 90 (Hit Machine mode ON) !!! Faites pleuvoir les horreurs giga ringardes bourrée de fausses batteries et de mauvais effets sonores, on va bien se marrer !!! GOGOGO ! )

Les deux filles partirent dans la cuisine où étaient déballés une multitude de paquets jaune et bleu.  Mali en saisit un :

-Bon. On a du Klvgütt, du Jollublg, du...

Elle sentit l'intérieur du paquet, se mit à tousser et préféra le mettre dans la poubelle.

-Du je-sais-pas-ce-que-c'est-mais-ça-a-l'air-toxique... déclara-t-elle alors que le paquet touchait le fond dans un bruit de ferraille.

-Y'a aussi du Zkzgglvök. fit remarquer Lucrécya en lui tendant ce qui semblait une bouteille remplie de lait fraise. Et plein de décors en pâte à sucre en forme de renne.

-Je le sens bien ! chantonna la métisse sans s'en faire.

Elle fit voler un chaudron à elle, et se mit à cuisiner tout en dodelinant de la tête sur la musique, Lulu faisant de même à côté d'elle, mais avec son popotin. Finalement, faire un gâteau suédois, c'était pas si dur que ça, et ça commençait même à prendre forme.

-Ca a une jolie couleur non ? fit-elle, avec sourire serein, tout en regardant le mélange prendre forme au fond du chaudron.

Lucrécya pencha la tête au-dessus du chaudron :

-Mouais. marmonna-t-elle.

Mali releva la tête, surprise :

-Comment ça, "mouais" ? demanda-t-elle.

La brunette grimaça :

-C'est jaune.

-Ben oui. C'est des ingrédients du Glükfllüvk ! répondit la zeta.

-Ben c'est moche.

-Oh ?

-Rajoute du Fruktozl.

Mali s'éxécuta :

-Voilà.

-Et du Jollublg. Et aussi un peu de Lüsifärk.  insista Lucrécya.

La métisse ouvrit des yeux ronds :

-T'es sûre ? C'est un peu vert...

Oui, y'avait pas de doute : le mélange virait au vert uranium et glougloutait comme s'il était de mauvaise humeur. Elle crut même apercevoir un petit tentacule s'en échapper furtivement.

-Mais oui ! J'suis sûre ! Moi aussi je sais cuisiner !

Mali sembla encore plus surprise :

-Depuis quand ?

-Rien que l'autre jour, j'ai fait une pizza pour Rufus. fit son amie en haussant les épaules, et en rajoutant des ingrédients inconnus dans la mixture.

-T'as fait une pizza ?!

-Ouais.

-Pour ton bébé de sept mois ?!

-Ouais. Enfin, j'en ai achetée une surgelée et je l'ai foutu au feu. Il en a même pas voulu, cette enflure.

Lucrécya regarda sur le côté :

-J'aurai p't'être dû enlever le plastique. Et le carton. Et le sachet en papier kraft de l'épicerie.  

Elle haussa une nouvelle fois les épaules et versa tout un sac de Klaasflk dans le chaudron. Qui se mit à pétarader dans toute la cuisine en toussant de la fumée violette. Ni une ni deux, les filles montèrent sur le plan de travail, en essayant de garder l'équilibre avec leurs talons.

- J'le sens pas ! fit Malicia en s'affolant un peu. Ca va exploser !

-Meuh non ! s'écria Lulu. Ca mijote !

-T'avais déjà dit ça y'a une semaine et on s'est retrouvées avec des zizis !  protesta la métisse.

-Ouais ben...

La pétarade cessa brusquement, et les deux filles jetèrent un coup d'œil inquiet au chaudron qui avait stoppé à leurs pieds. Elles se penchèrent un peu. La marmite eut un hoquet et recracha... un gâteau. Plutôt joli. Si on oubliait le fait qu'il était vert avec un glaçage violet, que deux petits rennes rouges décoratifs lui faisaient des yeux méchants.

Lulu descendit de son perchoir et s'en approcha doucement, suivie d'une Mali pas très rassurée. Elle toucha le gâteau du bout de la baguette, sur ses gardes. Finalement, elle se retourna vers la zeta :

-Tu vois ? Il est nickel mon gâteau !

Un grognement se fit entendre. Puis un deuxième. Lulu fronça les sourcils.

-Mouais. Il est peut-être pas si nickel que çAAAAAAAAAAAAH !!!

La batteuse se mit à hurler et à courir, en se tenant les fesses... auxquelles étaient accroché le gâteau. Le monstre chocolaté se mit à la courser autour du plan de travail en poussant de vilains grognements. Mali regarda le ramdam et esquissa une grimace inquiète :

-Ohmondieu, ça va aller, Lustucru ?

La brunette se débattit tant bien que mal et finit par envoyer valser le gâteau à l'autre bout du couloir d'un coup de batte. La pâtisserie ensorcelée s'écrasa contre le mur du salon et glissa le long du mur, la langue pendante :

-C'est ça, crève ! cria-t-elle, sans remarquer le gros trou que le gâteau avait laissé à la place du bas de sa robe.

Mali agita sa baguette discrètement et répara les dommages en vitesse :

-Il va se réveiller plus tard, tu crois ?

Lulu se tourna vers elle, un peu inquiète :

-Ben... euh...

Quelqu'un sonna et Mali tourna la tête vers la porte : les premiers invités étaient là.

-Oups... laissa-t-elle échapper, un peu inquiète.





Mes RPs du Moment !


Broken Mirror, avec Lucrécya Rincevent

Days before you came, avec Darius Lestrange

Ceci n'est pas un bizutage, avec Isaac O'Callaghan

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2RvWE

avatar
Marcus Flynn

Messages : 536

Situation Amoureuse : tout va bien ! Ma femme va revenir, que j'vous dis !

Sorts Connus : Aguamenti,
Assurdiato,
Defodio,
Episkey,
Inflammarae,
Pointe au Nord,
Protego,
Repulso,
Revigor,
Spero Patronum,
Confringo,
Hominum Revelio,
Cave Inimicum


Inventaire : Chocolat Cépamoi (x2)
Philtre de Requinquance (x2)
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x7)
Lait de Poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x5)
Tequila Magouilita (x2),
Onguent d'amnésie du Dr Oubbly,
Scrutoscope,
Glace à l'ennemi

MessageSujet: Re: Un anniversaire d'enfer !   Sam 7 Fév 2015 - 18:16


Malicia ouvrit vivement sa porte, un gros sourire aux lèvres :

-Salut les am... AAAH !

Devant elle, dans l'encadrement de la porte, se détachait une impressionnante et musculeuse silhouette. Un peu de sang gouttait de sa bouche, et formait sur le carrelage de l'entrée une tache vermillon. Un éclair zébra derrière l'ombre, la rendant encore plus sombre et effrayante, ce qui fit glapir la métisse.

Puis, lentement, la chose leva ses gigantesques bras, et gronda :

-JOYEUX ANNIVERSAIRE BOUFTOUT !

Malicia cligna des yeux :

-Oh, Minus ?

La silhouette fit un pas en avant, et la Zeta put se rendre compte qu'il s'agissait effectivement de Marcus. Il était recouvert de bleus, et du sang maculait son menton et ses dents, qu'il affichait avec le plus large des sourires. Mais le plus étrange, c'était encore la gigantissime paire de lunettes ringardes qu'il portait, et qui grossissait ses yeux comme la plus ridicule des loupes.

-Ca va Bouftout ? Bieng ou bieng ?

Il donna une grande claque amicale à la jeune femme, qui vacilla sur ses talons et manqua de tomber. Il réajusta ses lunettes, pas sûr de lui :

-...'fin... si c'est bien toi...

La Zeta rétablit son équilibre comme elle le put, et le regarda entrer avec effarement :

-Mais Capitaine Minus, qu'est-ce qui t'est arrivé ?

-Bah, un truc de Pi Omicron, répliqua Marcus en bazardant son parapluie ruisselant par terre. Bon, y'a quoi à becqueter dans cette baraque ?

Lucrécya, qui mâchonnait un ourson Miamiam à la guimauve affalée sur le canapé de Malicia, se redressa, et pouffa de rire :

-Tes lunettes sont moches.

-Je les ai piqué à une tête d'ampoule avec un accio, parce que j'y voyais que d'alle, expliqua le Pi Alpha Fi. Là c'est pas la panacée mais c'est mieux que rien.

Il s'assit à côté d'elle et installa ses pieds aux chaussures crottées sur la table basse. Et, devant le regard circonspect de sa femme, il rajouta :

-Tu vois la nouvelle que t'avais coaché au Quidditch ? Ben la pauvre, elle est folle de mon corps d'athlète et du coup quand j'lui ai dit qu'j'étais marié et que j'voulais pas d'elle elle a pété une durite, et elle s'est vengée avec une potion de myopie.

Lulu plissa ses yeux verts, premier signe d'agacement chez la lilliputienne :

-Mmphf, fit-elle, en piochant un énième ourson Miamiam dans le bol posé devant elle.

-Mais t'inquiète, elle tentera plus rien, je lui ai bien fait comprendre que c'était pas possible : on touche ce bel éphèbe de Pi Alpha Fi avec les yeux seulement ! Même si elle était prête à m'arracher les vêtements tellement elle en pouvait plus ! T'aurais vu ça, c'était dingue ! Mais bon, je suis fidèle, moi ! Fi-dèle !

-Mmphff !

-En plus même si elle m'a roulé une pelle ça veut rien dire, ah ah ah. Ouais, ok, elle a une taille normale et des seins et tout, mais ça m’intéresse pas du tout ! Si j'avais voulu une gonzesse avec des seins je t'aurais pas épousé toi, hein ?

-MMFPFFFF !!

Lucrécya serra ses poings, tandis que ses cheveux se dressaient sur sa tête en crépitant d'électricité.

-Ben, qu'est-ce que t'as mon P'tit Cognard ?

-MMMPFFFGGRRRR !!!

L'AAA attrapa la première bouteille à portée de sa main, et la but à même le goulot, toujours sans cesser ses grognements étranges. Malicia, qui avait assisté à l'échange depuis l'entrée, esquissa un sourire crispé :

-Héhé... oui, on devrait se détendre et commencer l'apéro en attendant les autres invités, bonne idée...

Elle voulut fermer la porte, mais un tout petit filet de voix s'éleva derrière :

-... Je suis là...

Mali fronça les sourcils, en rouvrant :

-Oh, salut Griselda ! J't'avais pas vu ! Ca va ?

L'Irlandaise courbée comme jamais passa le pas de la porte avec lenteur, puis se recroquevilla :

-Je... je sais pas...

-Ah, répondit la métisse, habituée aux bizarreries de la garçonne.

-Tu as invité trop de monde... couina cette dernière.

-Tu trouves que sept c'est trop ? s'étonna Malicia. Mais non, tu vas voir, on va bien s'amuser !

Elle tourna les talons et  s'avança vers ses autres amis, n'entendant pas l'Irlandaise marmonner :

-Nan... je parlais des autres... tout ceux qui attendent devant l'entrée...

La malheureuse toute timide baissa la tête, et ne réalisa pas que, tapi dans l'ombre, une chose chocolatée braquait ses yeux rouges couleur coulis fruits rouges sur elle, et se pourléchait ses babines pâtissière de sa langue bizarre...



On va poutrer du zombie !!!


Mes RPs du Moment !



Les aventuriers de la mémoire perdue, avec Malicia "Bouftout" McGuire et Doc Magouille

Bro of the dead, avec Drago Malefoy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sports Sorciers
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 262
avatar
Lucrécya Rincevent

Messages : 3534

Double Compte : Augustus Kane
Situation Amoureuse : cachez vos mecs, les morues : chuis à nouveau célib !

Filière : Aurorologie

Sorts Connus :
Accio,
Aguamenti,
Amplificatum/Reducto,
Animagus,
Calmos Pacificatum,
Confringo,
Contusionus Encontusiono,
Cucurcelerum
Defodio,
Episkey,
Folloreille,
Gemino
Incarcerem,
Inflammarae,
Lashlabask,
Locomotor,
Multicofors,
Nauséis,
Periculo Pugno,
Repulso,
Revigor,
Rictusempra,
Sonorus,
Spero Patronum,
Subcingulus

Inventaire :
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x3),
Horloge des Familles,
Pommade Pommadante Grégoire,
Lait de Poule du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouillita (x4)
Potion de Requinquance (x2)
MessageSujet: Re: Un anniversaire d'enfer !   Dim 8 Fév 2015 - 19:14

Tous les invités étaient arrivés dans la maisonnette jaune de Malicia, et la fête d'anniversaire battait à présent son plein. Griselda était recroquevillée dans un coin et ne cessait de parler d'un gâteau maudit qui la poursuivait. Sous le regard hilare de Marcus et de ses grosses lunettes, Ezzechiel était en grande conversation avec... un porte-manteau. Et sa sœur, quant à elle, discutait dans un coin avec ses copines de fraternité Pansy et Amalia, tout en picorant des dragées de Bertie Crochue dans une petite coupelle. Elle semblait tellement captivée par sa conversation qu'elle ne semblait même pas réaliser le brouhaha et la musique niaiseuse autour d'elle.


Lucrécya lui jeta un bref coup d'oeil, puis hocha la tête, sûre d'elle : la métisse paraissait contente comme tout de sa petite sauterie... mais ça, c'était rien face à la tronche d'extase absolue qu'elle allait faire quand elle allait voir le cadeau que la batteuse lui avait prévu !
Avec un sourire d'auto-satisfaction aux lèvres, Lulu considéra son paquet, juché sur la table ronde du salon, entouré de quelques autres boîtes colorées et enrubannées. Il bondissait et remuait comme un damné, et si ça c'était pas la preuve que c'était le meilleur cadeau du monde, c'était que la petite Alpha n'y connaissait rien !
Par contre, à la réflexion, ce qui était chelou, c'est que tous les paquets autour du sien, paraissaient tout autant remuants... baaah, elle s'en foutait. C'était forcément le sien le plus hallucinant, et puis c'était tout.

Lulu haussa les épaules, et fendit la foule, à la recherche de p'tits fours. Oh ouais, elle en avait bien besoin. Seuls des délices salés recouvert de fromage gratiné ou fourrés à l'olive parviendrait à calmer un peu le courroux qu'elle ressentait envers cette pétasse de voleuse de mari de Machin. Ah, si elle tombait sur cette teupu plus grande et plus fournie en nénés qu'elle, elle allait en faire de la charpie ! C'était presque dommage que Mali l'ait pas invité, tiens ! Rah !... mais bon, elle allait passer ses nerfs sur d'innocents p'tits fours. Et faire passer les p'tits fours avec des cocktails colorés aux noms imprononçables. Et remettre des p'tits fours là dessus, tiens, pendant qu'elle y était.

S'avançant en trottinant sur ses talons vers le buffet, elle dut jouer des coudes pour parvenir à la table, et pesta : un bon groupe d'étudiants, tous plus grands qu'elle malgré les dix centimètres qu'elle portait aux pieds, lui bloquaient le passage. Et donc, l'accès aux p'tits fours. D'ailleurs c'était chelou : elle en connaissait pas un seul, de ces gus. C'était peut-être des gars en Sciences So. Ou des clampins qu'avaient amené les deux potes Zeta de Mali dans l'espoir de ne plus être célibataire demain...
La batteuse agita sa baguette en grommelant :

-Accio saladier de chips !

Elle attrapa le grand bol en inox au vol, et fourra une grosse poignée de chips dans son gosier... et grimaça : deux personnes venaient de se planter devant elle. Elle leva la tête, peu avenante.

-Crounchcrounchcrounch... Quoi ?! Crounchcrounchcrounch...

Les deux mecs devant elle se trémoussaient en tordant leurs mains, comme deux adolescents timides. Alors que vu leur âge, ils devaient être en troisième année.

-C'est toi Malicia ? Fit l'un, en rougissant, tandis que son pote partait d'un rire graveleux.

-Crounchcrounchcrounch... Pourquoi qu'tu veux savoir ça toi ? cracha sèchement l'Alpha.

-Ben, j'm'étais dit qu'avec mon pote, on aurait pu te...

Il se pencha en avant et chuchota le reste de sa phrase à l'oreille de la jeune femme.
Cette dernière ouvrit des yeux ronds et enragés, et ni une ni deux, elle dégaina sa batte Séraphine, qu'elle avait gardé à sa ceinture, par dessus sa magnifique robe bleue. Elle assomma les deux clampins en un moulinet savamment exécuté, puis, après avoir reprit une poignée de chips, elle secoua la tête, soucieuse :

-Y'a que'que chose de pourrite à cette fiesta... lâcha-t-elle. Faut que j'avertisse Mali !

En bousculant volontairement les nombreuses personnes inconnues au bataillon, et toujours plus nombreuses, qui se déhanchaient sur la moquette, la brunette s'avança d'un pas décidé vers sa meilleure amie.

Cette dernière était toujours en pleine conversation avec Amalia Jones, une Zeta dont la gentillesse et le sens du style n'avait d'égal que l'insondable bêtise :

-Alala Malicia ta robe c'est trop une Tissard & Brodette, j'en trop suis sûre ! Alala t'as trop trop trop de la chance... fit-elle d'une voix incroyablement lente et monocorde.

-Oui ! répondit la reine de la soirée, tout sourire. Elle est jolie comme tout, hein !

-Alala tu savais qu'à Tissard & Brodette tout était cousu main d'Elfe ? Alala en plus le noir satiné revient en force pour la fin de l'hiver comme je l'ai écrit dans la rubrique mode que je tiens dans le WoW Herald et ça va trop trop bien avec...

-ON S'EN FOUT ! s'exclama Lucrécya, interrompant brutalement la discussion. Mali, y'a quelque chose d'hyper grave en train de se passer !

L'ex-Gryffondor posa des yeux écarquillés sur sa meilleure amie qui venait de s'interposer entre elle et son interlocutrice, un peu inquiète :

-Qu'est-ce qui se passe ?!

-Alalala ! Une Tissard & Brodette en soie bleue ! Ahlala Lucrécya c'est magnifique ! S'extasia quant à elle Amalia.

-Tu vas pas en revenir ! Insista Lulu, ignorant l'hystérique de la mode.

-Quoi ?! fit Mali, perdant un peu de couleurs.

-Alala mais tu aurais du faire quelque chose pour tes cheveux, alala c'est pas possible là... Je vais te mettre des rubans !

La Zeta crucruche sortit sa baguette et se mit à s'affairer sur la longue chevelure corbeau de Lucrécya, qui elle, continuait à gesticuler en criaillant de sa voix éraillée :

-C'est une catastrophe ! UNE CACA ! UNE CATA ! UNE CATASTROPHE !

-Mais quoi, quoi ?! cria Malicia, flippée comme jamais. Qu'est-ce qui se passe Lustucru ?!

-Alala, et encore un peu de nœuds, ici et là !

-QUELQU'UN A ENSORCELE TES CHIPS POUR LES RENDRE SUCREES! C'EST LA PUTAIN DE CATA ! s'égosilla la petite batteuse.

Un soulagement sans nom apparut sur le visage de la métisse :

-Ah ça ! Mais non, c'est une recette que j'ai inventée ! C'est bon, non ?

-Alala, avec un peu de maquillage assorti ça sera du plus bel effet ! Alalala...

Lucrécya se renfrogna :

-Non c'est dégeu ! Et c'est des chips ! Les chips c'est censé être salé !

Les joues de Malicia s'empourprèrent légèrement :

-Oui mais plus sucré... c'est plus gourmand ?

Lulu leva les yeux au ciel, alors qu'Amalia venait de finir son relookage magique et admirait son œuvre avec un sourire niais :

-Alala tu fais telleuh-ment plus féminine Lucrécya, alala c'est trop trop trop bien...

-Bon, pas grave, décréta finalement l'AAA. Je vais me contenter des autres amuse-gueules salés. T'as des cahuètes ?

Malicia émit un petit rire gêné :

-Héhé... non.

-Des p'tits fours ?

-Héhé... non.

-Des bouchés à la merlin ?

-Héhé... non.

-Bon, t'as quoi de salé ?

-Laisse-moi réfléchir ? Héhé... rien.

-Comment ça, rien ? T'avais dit que tu préparais un repas ! T'as quand même pas préparé que des trucs sucrés ?

-Héhé... si. Mais on a pas besoin de salé, quand on a du sucré ! Non ?... non ?...

Comme pour justifier ses dires, la métisse fourra une grosse poignée de Bertie Crochue dans la bouche de son amie, qui grimaça en les recrachant une à une sur le sol.

Lulu tenta de passer outre les horribles goûts qui se mêlaient dans sa bouche. Elle grogna de déception... puis vit son reflet dans le gros bol en inox qu'elle avait dans les mains. Ses paupières était horriblement surchargées de bleu pailleté, ses joues étaient rosies par du fard de mauvais goût, et ses lèvres étaient barbouillées d'un bleu foncé trop intense. Et ça, c'était sans parler des innombrables mèches de cheveux entortillées dans des rubans et barrettes bleues digne d'une gamine de dix ans.

-AH MAIS C'EST QUI QUI M'A FAIT CA ?! rugit-elle, furibonde.

-Alalalala je dois y aller !

Amalia déglutit, et préféra s'enfuir aussi vite qu'elle le put, ne connaissant que trop la colère de Lucrécya. Machinalement, Mali la regarda s'éloigner avec amusement... puis son sourire se figea, lorsqu'elle vit sa camarade de fraternité se fondre dans la foule. Une foule encore plus dense que dix minutes auparavant, et qui ne cessait de gonfler : les fêtards entraient sans même prendre la peine de le demander, par la porte d'entrée restée grande ouverte.

-Attends voir... c'est qui tous ces gens chez moi ?! s'exclama-t-elle, les yeux ronds.





Mes RPs du Moment !


Les Nouvelles Exploratrices, avec Malicia McGuire

Welcome to Motel Alabama, avec Isaac O'Callaghan

Like a broomstick in the wind, avec Enola Powell et tous ceux qui le veulent !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2HBEB


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Sociales Sorcières
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 102
avatar
Darius Lestrange

Messages : 1753

Situation Amoureuse : En couple.

Filière : Médicomagie

Sorts Connus : Calmos Pacificatum
Chauve-furie,
Citrouilletafors,
Duro,
Inflammarae,
Protego,
Spero Patronum,
Rubeum Nasum,
Repulso,
Tarentallegra,
Periculo Pugno,
Purée de Pois,
Subcingulus,
Episkey,
Serpensortia,
Nauseis,
Impervius,
Légilimancie,
Desillusio,
Dissendium,
Oubliettes

Inventaire : Essence de dictame (x2),
Chocolat Cépamoi,
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x7),
Pommade Pommadante Grégoire,
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x7),
Potion Contraceptive,
Tequila Magouillita (x6),
Horloge des Familles,
Glace à l'ennemi.
MessageSujet: Re: Un anniversaire d'enfer !   Lun 9 Fév 2015 - 22:04

La maison de Malicia McGuire s’emplissait peu à peu d’indésirables et les alentours eux-mêmes se peuplaient d’une myriade d’amateurs de fêtes en tous genres, prêts à tout pour faire de cette soirée une nuit d’anthologie : sportifs rigolards, suivis de colonne de fûts de bière lévitants, rats de bibliothèques aux verres de lunettes tâchés attirés par la perspective de rencontres avec l’autre sexe, étudiants débonnaires qui tendaient leurs verres au ciel, dans l’espoir sans doute vain qu’un quelconque nectar alcoolisé les remplissent.


Un mince sourire se dessina sur le profil de Drago, qui adossé à un arbre non loin, savourait ce moment, laissant sa cigarette se calciner lentement entre ses doigts. Sa petite-amie devait être en ce moment même en train de se demander pourquoi sa demeure était devenue le rendez-vous de tous les buveurs de cette université. Le stratagème était risqué, certes, mais l’Alpha était convaincu de son absolue nécessité : personne, non personne, ne pouvait le traiter comme cela.

Sa colère n’avait pas passé de la journée. Drago n’avait rien d’une personne calme et renfermait depuis son plus jeune âge une amertume sans limites sous des dehors insensibles. Pour l’heure, il était d’autant plus hors de lui qu’il ne comprenait pas comment il avait pu en arriver là. Il ne tolérait pas l’échec, et la pensée que sa petite-amie le considère comme tel était ineffable à ses yeux. Il avait, ce lui semble, prouvé qu’il pouvait contre toute attente être digne de confiance. Alors pourquoi ?

Le regard pâle du blondinet glissa sur la maisonnée assaillie. Pourquoi ne pouvait-il pas entrer ? Pourquoi devait-il rester en retrait ? Pourquoi louvoyer, encore, et se débattre pour assister à ce qui lui revenait de droit ? N’avait-il pas droit, lui aussi, à son lot de calme et de simplicité ? N’était-il pas légitime qu’il veuille s’asseoir avec elle, auprès de ses amis, pour fêter ce moment ? Pourquoi devait-il, toujours, être exclu, et méprisé ?

L’Alpha n’était certes pas fier de ce qu’il avait fait. Depuis la simili-guerre entre fraternités qu’il avait lancée, il ne prenait plus autant de plaisir à la machination. Il n’avait pas plus apprécié sa conversation avec Myosotis Grandiflore : si simple l’entourloupe fut-elle, si futile soit son entourloupée, il n’avait senti aucune joie à faire ce qu’il avait fait. Il n’aurait même pas dû avoir à s’abaisser à cela. Et désormais, il risquait gros.

A l’intérieur, l’ambiance était à la surprise générale, alors que plusieurs intrus se glissaient par toutes les issues possibles. Drago aperçut sa complice aux cheveux verts, qui s’approchait, dissimulée derrière un groupe de PAF. Cette dernière semblait ravie par l’affluence qu’ils avaient provoquée et profita d’une embardée d’éclairs colorés, lancés par quelques plaisantins,  pour se glisser dans les murs. Elle avait particulièrement bien joué ses pions, pour une personne aussi naïve. Ne lui restait qu’à faire de même… Mais l’Alpha avait le ventre serré.

Si Malicia apprenait quelle part il avait eue dans ce cataclysme à venir, elle ne lui adresserait probablement plus jamais la parole. Sans doute mériterait-il un tel traitement. Mais ne le méritait-elle pas elle aussi ? D’un geste vif, Drago écrasa sa cigarette entre ses doigts et la regarda s’effriter et tomber en poussière à ses pieds. Il détestait avoir à lui faire ça. Mais il ne supportait pas d’être seul à devoir endurer autant de peine. Après tout, un couple ne devait-il pas tout partager ? Si elle ne voulait pas partager ses joies avec lui, au moins ils partageraient le chagrin de n’avoir jamais su être ensemble.

Sur cette pensée, l’Alpha délaissa sa tristesse, et revêtit son expression familière de satisfaction orgueilleuse. Après tout, quoi qu’il se passe, il avait réussi : ce soir, il était là pour elle.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2nZ6IXc


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Occultes
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 182
avatar
Malicia McGuire

Messages : 3446

Double Compte : Aucun !
Situation Amoureuse : Chaotique !

Filière : Sciences Occultes

Sorts Connus : Aguamenti,
Assurdiato,
Batrasempra,
Calmos Pacificatum,
Confundo,
Defodio,
Episkey,
Failamalle,
Ferula,
Gemino,
Impervius,
Incarcerem/Lashlabask,
Oubliettes,
Periculo Pugno
Portus,
Protego,
Protéiforme,
Tarentallegra,
Purée de pois,
Furunculus,
Mucus ad nauseam,
Duro,
Amplificatum,
Revigoré,
Elasticus

Inventaire : Chocolats Cépamoi (x5)
Essence de dictame (x5),
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Philtre de Requinquance (x5),
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Potion Tue-loup,
Rapeltout,
Tequila Magouillita,
Potion contraceptive
MessageSujet: Re: Un anniversaire d'enfer !   Sam 14 Fév 2015 - 14:23


Mali avait toujours été douée en maths. Calculer des trucs, c'était... son truc. Donc, faire une fête pour sept, ça n'aurait pas dû lui poser problème. Elle avait prévu de quoi manger pour sept, de quoi boire pour quatorze et de quoi s'amuser jusqu'à sept heures du matin s'il le fallait. Seulement voilà : si la métisse savait aussi bien calculer, pourquoi est-ce qu'il y avait plus d'invités que prévu ? Et pourquoi ce chiffre se rapprochait-il plus de sept au cube... que de sept ?

La métisse jeta un coup d'œil inquiet à son salon plein de monde :

-Bien bien bien...

Elle se jucha sur la pointe des pieds et essaya de voir jusqu'où il y avait des têtes :

-Bien bien...

D'un petit geste de la main, la zeta écarta les rideaux de son salon et écarquilla les mirettes :

-Bien...

Elle déglutit aussi sec... et se tourna vers Lucrécya  :

-Lulu, c'est toi qui a invité tous ces gens ? demanda-t-elle, avec un petit rire nerveux. C'est une surprise c'est ça ? Une surprise pour me faire plaisir ?

Sa meilleure amie haussa les épaules et fourra dans sa bouche une bonne grosse poignée de pop corn multicolore : après avoir longuement mâché, elle finit par prendre la parole :

-J'sais pas...

-Comment ça tu sais pas ?! paniqua Mali.  

-C'est p't'être des romanos...

-Des quoi ?!

-Ou des gens du cirque...

-Hein ?!

-T'inquiète, je sais ce qu'il faut faire.

La brunette se tourna vers l'arrière et hurla dans la foule :

-MAAAARCUS !

Une voix s'éleva :

-OUAIS MON PETIT COGNARD ?

-RAMÈNE TES FESSES !

-MAIS J'SUIS AVEUGLE !

-M'EN FOUS ! RAMÈNE-TOI !

Après un bref silence, on entendit un bruit de verre. Puis un autre. Puis un "s'cusez". Puis un "Chu handicapé, bordel ! Un peu de respect, les gars". Et enfin le mari de Lucrécya se planta devant elles :

-Ouaip, mon p'tit cognard ? fit-il en s'adressant aux rideaux.

Sa femme flanqua son saladier vide dans ses mains :

-Va me chercher du rab de pop corn.

-Ok dac !

Sous l'œil ahuri de Mali, le PAF repartit, en se cognant partout.

-C'est... c'est tout ? fit cette dernière.

-Ouais.

-Tu lui as pas demandé de l'aide ?

-Ben non, pourquoi que je lui demanderais ça ?

-J'sais pas, il est en Aurorologie, il aurait peut-être pu enquêter sur qui a invité tous ces gens et mis le bazar, non ?! s'écria Mali de plus en plus prise par la panique.

Lulu ouvrit la bouche, pensive.

-Ah ouais, pas con. finit-elle par lâcher.

Elle sourit brusquement :

-Tiens et si on ouvrait tes cadeaux ?

-Y'a 143 personnes dans ma maison, Lustucru ! cria Mali, toute rouge de panique, en agitant les bras. Plus 200 dehors ! Et ils sont en train de piétiner mes mandragores, de manger tout le pop-corn et de mettre de la bière partout ! Tu sais combien ça fait 143 plus 200 ?!

La batteuse plissa les yeux :

-Euh...

-343 ! 7 fois 7 fois 7 ! Y'a 7 au cube fois trop d'invités ! Et j'ai prévu que pour 7 ! JE VAIS MOURIR !

Sur ce, Mali enfouit ses mains dans son visage, en essayant de se calmer.
Lulu lui tapota l'épaule un petit moment :

-J'comprends, poulette, l'ambiance est pas au top beau fixe.

Elle eut un petit sourire diabolique :

-Mais tu sais ce qui pourrait remettre l'ambiance au beau fixe ?

La métisse releva la tête, et renifla en secouant la tête, le bout du nez tout rouge :

-Ouvrir tes cadeaux d'anniversaire ! chantonna la batteuse.

Elle flanqua dans les mains de la zeta un paquet remuant, emballé dans de l'aluminium. Malicia considéra la boîte avec appréhension et la batteuse leva les yeux au ciel.

-Allez quoi, fais pas ta teupu, ça fait des heures que j'attends de te le donner !  trépigna-t-elle avant de lui faire un clin d'œil. Et puis franchement, une fois que t'auras vu ce que c'est, les autres, on pourra les jeter parce que le mien, il assure grave !

Un gros boum provenant de dehors détourna son attention et elle pointa quelque chose :

-Tiens, ces quatre PAF ont ton prénom peint sur leurs ventres... fit-elle remarquer.





Mes RPs du Moment !


Broken Mirror, avec Lucrécya Rincevent

Days before you came, avec Darius Lestrange

Ceci n'est pas un bizutage, avec Isaac O'Callaghan

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2RvWE


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Médicomagie
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 229
avatar
Griselda O'Neil

Messages : 949

Situation Amoureuse : Je suis célibataire, mais pas jalouse ! ♥

Filière : Médicomagie

Sorts Connus : Aguamenti,
Desillusio,
Confringo,
Incarcerem,
Lashlabask,
Spero Patronum,
Calmos Pacificatum,
Rubeum Nasus,
Repulso,
Orchideus,
Subcingulus

Inventaire : Chocolat Cépamoi (x2)
Amortentia (x1)
Potion Contraceptive
Potion Miracle du bon Docteur Magouille (x3),
Tequila Magouillita,
Lait de poule du bon Docteur Magouille (x2)
MessageSujet: Re: Un anniversaire d'enfer !   Sam 14 Fév 2015 - 19:44


Griselda tremblait de tous ses membres. Elle aurait donné huit des neufs vies de son Lethifold, pour pouvoir avoir le pouvoir d'être invisible. Ou piquer la saleté de cape de cette saleté de Potter Potter Potter. Parce qu'elle se sentait mal... mais mal ! La foule était de plus en plus compacte autour d'elle. Et elle sentait leurs yeux inquisiteurs se poser sur sa frêle personne. Elle se liquéfiait sur place, blêmissait, rougissait, et blêmissait à nouveau, sans parvenir à faire quoique ce soit de plus constructif. Elle avait songé rentrer chez elle pour pouvoir s'engouffrer à tout jamais sous sa couette, mais elle avait promis à Malicia d'assister à son anniversaire ! Et si elle partait avant l'ouverture des cadeaux de la métisse, pour qui passerait-elle ?! POUR UNE IMBECILE ! Mali serait super déçue d'elle ! Et rien qu'à l'idée de décevoir l'une de ses rares amies, le ventre de la garçonne se tordait dans tous les sens en faisant des gargouillis annonciateurs de malheur.

Alors, en appelant de ses vœux le moment où Malicia daignerait enfin ouvrir ses présents, Griselda s'était cachée dans le renforcement du mur, sous les escaliers. Des yeux rouges, un rire sardonique et une forte odeur de gâteau au chocolat l'en avait délogée aussi vite.

Alors, elle s'était glissée sous un des fauteuils. Mais un gros lourdeau au rire gras et aviné avait décidé de sauter dessus, encore et encore, et encore, jusqu'à ce que l'instinct de survie de la Pi Omicron l'avait fait sortir de là, pour qu'elle ne finisse pas écrasée.

Alors, elle s'était cachée sous la table du buffet. Et c'était horrible, parce qu'elle voyait toutes les jambes des fêtards se bousculer et se presser contre son refuge de bois. Ouaip. Horrible. Mais c'était mieux que rien. Et au moins, elle n'avait plus envie de vomir... enfin, presque plus. Et puis ça sentait bon, au dessus de sa tête.

D'un accio, elle fit venir à elle un gros saladier, rempli à ras-bord d'appétissants pop-corn, de toutes les couleurs de l'arc-en-ciel, luisant de beurre et de sucre fondu. Elle fourra sa tête dans le récipient et mâchonna tout ce qui parvint dans sa bouche, en attendant la fin de son calvaire.

-P'tain ! Vous pouvez pas faire attention ? fit une voix bourrue qu'elle connaissait bien. Priorité aux binoclards !

Les pieds de la table tremblèrent, comme si quelque chose de lourd l'avait heurté. Puis, sous une protestation générale, deux jambes bien droites se plantèrent devant le buffet.

-Non mais c'est quoi c'bordel ? Y'a plus de pop corn ?!

La voix hésita quelques secondes, puis reprit :

-Euh... y'a plus de pop corn, hein, mon gaillard ? Parce que je suis handicapé des n'yeux, tout ça.
-Ouaip, a pu, répondit une seconde voix masculine.
-Et merde, grommela la première.

L'irlandaise considéra son pot plein de maïs soufflé et coloré, et ressentit une vive culpabilité. C'était nouveau. C'était intense. Et c'était terriblement désagréable.
Tiraillée entre son envie de tranquillité et sa culpabilité lancinante, elle lança timidement :

-Y'en a ici, Flint.
-Hein ?! On m'a parlé ?!
-Y'en a ici, Flint.
-Nom d'un scroutt, j'crois que j'deviens sourdingue en plus de bigleux, c'pas ma veine.

Gri rougit, puis se racla la gorge :

-Y'en a ici, Flint.
-O'Neil ?!

Marcus se baissa, et, sous ses grosses lunettes qui lui donnaient l'air d'une grosse mouche ridicule, il plissa ses yeux en direction de la jeune femme.

-Qu'est-ce que tu fous là, espèce d'irlandaise ?
-J'attends que ça passe. Et j'ai du pop corn.
-Mais viens faire la fête avec nous !
-Non. Merci.
-Mais si !
-Non. Merci.
-Mais si !

Le PAF lui sourit de toutes ses dents, et la tira d'autorité hors de sa cachette.
La POP se redressa avec horreur, et considéra avec des yeux écarquillés d'animal traqué la centaine de personnes qui se trémoussait autour d'eux. Une panique innommable s'empara d'elle.

-Ohmondieuohmondieuohmon...
-T'es pas mieux, là ?
-Ohmondieuohmond...
-En bonne compagnie, en plus ! Ricana Marcus, en donnant un coup de coude à son interlocutrice.
-Ohmondieuohm...
-Quand je parle de bonne compagnie j'parle de moi ! T'as saisi ? C'est moi la bonne compagnie ! Insista le gars, toujours tout sourire.
-C'EST BEAUCOUP TROP DE PRESSION AAAAAH !

Arrachant d'un coup sa veste trop grande et déchirant d'un mouvement sec la robe en coton qu'elle portait en dessous, Griselda révulsa ses yeux et se mit à courir vers la sortie en hurlant d'une voix stridente et cinglée. Tout en tenant toujours le saladier à la main, ce qui fit frémir Marcus :

-Bordel O'Neil ! Fais pas le con ! J'ai besoin du pop corn pour Luluchou ! Sinon elle va encore me cogn... enfin, je veux dire, m'engueuler !

Et il s'élança à la poursuite de la maigrichonne, non sans bousculer toutes les personnes sur son chemin.

Quelques étudiants les regardèrent quitter la maison avec intérêt.

-J'espère que c'était pas elle, Malicia...
-Clair ! Y'avait même pas de nénés à tâter ! fit un second.
-Oh, tu sais, moi chus pas difficile, ricana un troisième. Une meuf facile c'est une meuf facile !
-Ouais, t'as raison ! Malicia ! Malicia ! Malicia !

Et une foule exclusivement masculine et de plus en plus nombreuse commença à scander le prénom de la métisse :

-MALICIA ! MALICIA ! MALICIA !


Gri et Marcus s'enfuient de Mysteria Lane (désolééée Malichou !)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Sociales Sorcières
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 102
avatar
Darius Lestrange

Messages : 1753

Situation Amoureuse : En couple.

Filière : Médicomagie

Sorts Connus : Calmos Pacificatum
Chauve-furie,
Citrouilletafors,
Duro,
Inflammarae,
Protego,
Spero Patronum,
Rubeum Nasum,
Repulso,
Tarentallegra,
Periculo Pugno,
Purée de Pois,
Subcingulus,
Episkey,
Serpensortia,
Nauseis,
Impervius,
Légilimancie,
Desillusio,
Dissendium,
Oubliettes

Inventaire : Essence de dictame (x2),
Chocolat Cépamoi,
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x7),
Pommade Pommadante Grégoire,
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x7),
Potion Contraceptive,
Tequila Magouillita (x6),
Horloge des Familles,
Glace à l'ennemi.
MessageSujet: Re: Un anniversaire d'enfer !   Mar 17 Fév 2015 - 23:06

La soirée était désormais bien avancée, si l’on prêtait attention à quelques signes révélateurs : des cohortes de noceurs avinés sautaient sur les tables, hurlant le nom de la propriétaire des lieux et trinquant à sa santé, d’autres plus débauchés, s’embrassaient dans les rares coins sombres qu’il restait dans la maison. De temps à autres, une personne au teint verdâtre se précipitait vers l’extérieur, mais n’y parvenant pas du fait de l’affluence mondaine, ouvrait une fenêtre et vomissait sur les plates-bandes, ou pire, là où elle pouvait. Certains murs avaient été taggués par une assemblée d’artistes en goguette aux prises avec un psychotrope quelconque, et l’air embaumait l’alcool bon marché, le tabac, le sucre candi et l’herbe magique. La musique était assourdissante, ce qui était le volume convenablement admis pour toute orgie dantesque, et des couples de danseurs improvisés se formaient çà et là, dans la joie et la bonne humeur. Drago, lui, évoluait dans la maison, un verre de vin à la main, évitant sans le savoir les assauts répétés d’une pâtisserie maléfique aux yeux rougis par la haine.

L’Alpha considérait les lieux, une pointe d’amusement dans le regard. Il saisit une bouteille qui flottait dans les airs, lut l’étiquette d’un œil expert, puis fit brusquement demi-tour. Derrière lui le gâteau bondit et le manqua de peu en grommelant. Drago poursuivit sa route, en se frayant un chemin parmi une troupe de Pi Alpha Fi faisant un concours de boissons. Il fronça les sourcils : il y avait bien plus d’hommes que de femmes. Pourtant, l’invitation qu’il avait griffonnée à Myosotis Grandiflore était clairement mixte et l’Alpha ne s’expliquait pas cette défection. Cela dit, il n’y prêtait qu’une attention mitigée : le reste du stratagème s’était avéré une franche réussite. Et à voir autour de lui, cette fête resterait probablement gravée dans les annales. Qui aurait cru qu’un asocial comme lui aurait pu élaborer un divertissement aussi remarquable ?

Le mince sourire de satisfaction du blondinet s’étendit un peu plus alors qu’il se caressait le menton, ravi, sans remarquer que derrière lui le gâteau prenait à nouveau son élan. Mais au moment même où la chose bondissait, Drago se pencha pour prendre quelques pop-corns servis sur une table basse. Il se releva sans voir que la pâtisserie avait atterri sur un groupe de Pi Omicron Pi, qui se débattit contre l’attaque en poussant de grands cris d’orfraies, et sourit de plus belle. Oui, il s’agissait là d’un succès, indubitablement. Peut-être même sa chère et tendre le féliciterait comme il se doit, en lieu et place de la dispute qu’il craignait. D’ailleurs, en parlant du loup, il venait d’apercevoir ladite chère et tendre : cette dernière courait après un groupe d’ « invités » et tentait d’amoindrir avec panique les dégâts que leur négligence avait provoqués sur la moquette.


Elle releva la tête en soupirant et l’aperçut. Aussitôt, ses yeux s’écarquillèrent de surprise, et sa panique atteint visiblement un nouveau palier. Drago leva son verre en guise de salut, un sourire moqueur au visage. Puis, il s’adossa à un mur, en attendant patiemment qu’elle vienne de son côté. Mais contre toute attente, après une hésitation, la métisse passa devant lui comme si de rien n’était.

L’Alpha leva les yeux au ciel :

-Malicia.

La Zêta stoppa net. Drago but une gorgée de son verre :

-Serais-tu en train de m’ignorer ?

-Oui. Souffla cette dernière avant de repartir.

Cela ne sembla pas inquiéter outre mesure l’Alpha :

-Puis-je savoir pourquoi ?

Malicia revint aussitôt sur ses pas :

-Parce que.

-Excellente argumentation. Ironisa Drago, moqueur. Parce que quoi ?

La métisse regardait autour d’elle avec appréhension :

-Tu sais pourquoi.

Le blondinet la considéra avec arrogance :

-C’est vrai, j’avais failli oublier notre dernière discussion : nous ne sommes qu’amis.

La Zêta rougit légèrement :

-Oui. Fit-elle d’une voix qui monta sensiblement dans les aigus.

-Nous n’avons donc aucune raison de nous parler plus que nécessaire. Poursuivit Drago en tournant autour d’elle.

-Oui.

Cette fois-ci, la voix flûtée de sa petite-amie atteignit les ultrasons tant son malaise était évident. Drago se contenta donc de la fixer sans rien dire. Ce qui ne manqua pas de provoquer son petit effet :

-On avait dit que personne ne devait rien savoir ! bredouilla la malheureuse sans savoir où se mettre. Qu’est-ce que tu fais là ?

-Je me suis permis d’entrer lorsque j’ai vu que tu avais décidé de considérablement augmenter le nombre de tes convives. Badina-t-il.

-Je l’ai pas décidé ! se défendit sa petite-amie avec appréhension. Ils sont tous venus sans que je les invite !

-Ah vraiment ?

Le blondinet but une seconde gorgée de son verre :

-Voilà un bien curieux mystère. Lança-t-il d’une voix aussi désintéressée que possible.

-Faut que tu t’en ailles ! insista soudainement Malicia.

L’Alpha sourit :

-Je ne crois pas non.

-Mais…  si tu restes, Lulu va nous voir et elle va se douter qu’on se parle maintenant et…

-Que l’on se parle ?!

Devant le déni manifeste de la métisse, la colère que Drago avait mis si longtemps à maîtriser refit aussitôt surface.

-Tu penses réellement que nous en sommes au stade de l’amitié ? siffla-t-il en avançant vers la jeune femme, qui fit un pas de plus en direction du mur.

La Zêta lui tint tête avec une mauvaise foi manifeste :

-Oui.

L’Alpha avança à nouveau :

-Tu ne ressens donc strictement rien pour moi ?

-Non.

-Absolument rien ?

-Non ?

Une nouvelle fois, la voix frisa les ultrasons, et Drago fixa sa chère et tendre avec dépit. Malicia soutint avec beaucoup de difficulté son regard. Finalement, l’Alpha se dégagea :

-Fort bien.

La métisse prit une grande inspiration, soulagée.

-Je suppose que je devrais me contenter de l’ « amitié » que tu m’offres, reprit-il sur un ton désintéressé.

-Oui, fais ça. Souffla la Zêta, en haussant légèrement la voix, espérant probablement que tous autour d’elle se rendent compte du traitement qu’elle lui réservait.

Il lui tendit un verre qu’elle accepta :

-Tu ne vois donc aucune objection à ce que je discute quelques secondes avec toi de façon purement amicale, puisque je ne te fais visiblement ni chaud ni froid.

-Si tu veux.

Malicia but pour se donner une contenance. Drago s’adossa à côté d’elle et les deux considérèrent la foule devant eux :

-C’est une fête très réussie que tu as là.

-Oui.

-Les invités m’ont l’air charmants. Poursuivit-il.

La métisse grimaça :

-On peut dire ça…

-Je me rends compte que je n’ai pas mentionné que ta robe te va à ravir.  En toute amitié bien sûr.

-Merci. Répondit sa petite-amie, après une hésitation.

-Une seule chose te rendrait plus jolie encore.

-Quoi ?

-Que tu l’enlèves.

Malicia, qui venait de boire une gorgée de sa boisson, la recracha aussitôt tout droit devant elle :

-Mais ça va pas ?! cria-t-elle, paniquée et rouge pivoine.

-Je croyais que je ne te faisais ni chaud ni froid.  Fit remarquer Drago, avec une innocence feinte.

Il se redressa :

-Sur ces belles paroles, je te laisse. Il ne faudrait pas que les gens imaginent des choses à notre sujet. Cela mettrait en péril notre « amitié ».

Il fit quelques pas, laissant derrière lui une Zêta abasourdie.

-Oh, et Malicia ?

Il se retourna, et lança à sa chère et tendre un sourire victorieux, qui disparut aussitôt :

-Je ne suis pas ton ami.

L’Alpha disparut dans la foule, se frayant lentement son chemin parmi les invités.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2nZ6IXc


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Occultes
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 219
avatar
Myosotis Grandiflore

Messages : 2144

Situation Amoureuse : Célibataire. Ex-chérie de Magnus Magouille, mais ne s'en rappelle pas.

Filière : Sciences Occultes

Sorts Connus : Aguamenti,
Calmos Pacificatum,
Confundo,
Contusionus Encontusiono,
Diffindo,
Episkey,
Failamalle,
Furonculus,
Impervius,
Incarcerem / Lashlabask,
Incendio,
Inflamarae,
Jambencoton,
Nauseis,
Orchideus,
Oubliettes,
Pointe au Nord,
Portus
Protego,
Repello Moldum,
Spero Patronum,
Repulso,
Rictusempra,
Lumps / Nox
Duro,
Amplificatum,
Revigor

Inventaire : Véritasérum,
Amortentia,
Philtre de Requinquance,
Potion Contraceptive (x3)
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouilita (x2),
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Scrutoscope
Poupée Vaudou
MessageSujet: Re: Un anniversaire d'enfer !   Mer 18 Fév 2015 - 19:07

Cela faisait un bon moment que Myosotis s'était infiltrée dans la maisonnette de Malicia... et elle devait bien l'admettre : elle s'amusait comme jamais ! Qui aurait cru qu'il serait aussi jouissif de mal se conduire ? C'était à croire que la semi-dryade s'était fourvoyé dans la voie de pure gentillesse qu'elle avait suivie jusque là. Et peut-être lui fallait-elle poursuivre ainsi...

Évidemment,  elle ne faisait que jouer avec cette idée : cette méchanceté n'était jouissive que parce qu'elle était amplement méritée par cette peste métissée. La jeune femme ne comptait pas devenir la version maléfique de l'étudiante qu'elle était. Mais n'empêche... Rien que faire semblant pour une soirée, c'était exaltant !

Ses amis ne l'auraient pas compris. Et Titus encore moins, c'était évident. Mais Titus était le dernier prénom qu'elle avait envie d'évoquer, aujourd'hui. Elle avait simplement envie de se changer les idées. Et, pour une fois dans sa vie, d'être mesquine et inconséquente, et d'avoir le dessus sur quelqu'un qui lui avait causé du tort.

Voilà pourquoi la sorcière à la chevelure verte, camouflée sous la capuche de son manteau, filait à travers la foule de plus en plus dense, glissant de temps à autre une saloperie totalement inventée à propos de Malicia dans une oreille qui traînait. Et ça fonctionnait : toutes les conversations,  ou presque, tournaient autour de la prétendue légèreté des mœurs de la Zêta.

- Paraît qu'elle a de super bonnes notes parce qu'elle laisse son prof lui faire tout c'qu'il veut ! ricanait un gros PAF aux yeux libidineux.

- Paraît que pour qu'elle enlève sa culotte, suffit de lui demander gentiment ! renchérit un Pi Omicron Pi,  qui, au vu de sa tête, ne devait jamais avoir vu de sous vêtements féminins ailleurs que dans des magazines.

- Et ça, encore, c'est pas le pire ! s' exclama Myo, en s'interposant entre eux.

Elle s'approcha des deux lascars, et leur chuchota quelque chose sur un ton de confidence. Les deux étudiants se redressèrent, les yeux ronds comme des soucoupes.

- ROH LA COCHONNE ! firent-ils en chœur, le même sourire débile aux lèvres.

- Vous pouvez me croire sur parole, Malicia est ma meilleure amie ! insista la Gamma. Elle me dit tout ! Dans les moindres détails !

Le POP au visage ingrat renifla :

- C'est ta meilleure amie et tu racontes ça ?

- Mais oui, elle l'assume pleinement, c'est même elle qui m'a demandé de le dire à tout le monde ! fit la française d'une voix toute douce. Donc vous pouvez le répéter sans problème, et dites bien que vous tenez ça de sa meilleure amie, Lucrécya Flint !

Les deux compères hochèrent la tête, et Myo s'éloigna en ricanant sous cape.
Elle balaya la fête du regard pour trouver une nouvelle idée de méfait, lorsqu'elle aperçut Malicia.

Cette dernière avait l'air perdue, totalement dépassée par les événements. C'était un bon début,  mais c'était loin d'être suffisant. La dryade ne voulait pas battre son ennemie : elle voulait l'anéantir. Qu'elle perde sa réputation.  Qu'elle perde ses amis, et toute son estime d'elle-même. Elle voulait la voir désespérée. En larmes, et suppliante, plus bas que terre. Là, enfin, elles seraient quittes.

Comme pour lui faire plaisir, Drago se rapprocha sournoisement de la métisse, et les deux discutèrent un petit moment. Myo n'entendit pas ce qu'il se dit, mais le visage paniqué de la pétasse suffit à son bonheur.

La fille-chlorophylle sourit de toutes ses dents, et poursuivit son chemin dans la foule.

Autour d'elle, la fête empirait à vue d'oeil. Le niveau déjà minable de la musique ambiante baissait de minutes en minutes.


Tout le monde hurlait, se gueulait dessus, sautait sur place, envoyait des sortilèges fumigènes ou plein d'étincelles dans les airs. La moquette était imbibée d'alcool, de vomi, et d'autres substances qu'il ne valait mieux pas regarder de plus près... tout comme les murs, et le plafond. D'ailleurs... comment ces traces de pas sales avaient faites pour atterrir tout là-haut ? Myo haussa les épaules. Elle se foutait des détails. L'important,  c'était que tout soit pourri.

Et ça l'était, pourri... mais on pouvait faire pire. On pouvait toujours faire pire ! Myo avait d'ailleurs prévu un final... magistral. Mais chaque chose en son temps.
La française sortit sa baguette, et visa une étagère :

- Inflammarae !

Une belle flamme rouge et vive embrasa le meuble, et Malicia glapit :

- Hiiii ! Mes picturines !  

Mais c'était trop tard : enhardis par l'alcool bon marché, quelques fêtards s'époumonèrent et tirèrent leur baguette,  visant des cibles au hasard et y foutant le feu, provoquant à chaque coup l'hilarité générale... dont celle de Myosotis,  et de la petite poupée juchée sur son épaule.






Mes RPs du Moment !


Dream a little dream of me, avec Augustus Kane

Rock This Party !, avec plein de monde !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2ovdMPc


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sports Sorciers
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 262
avatar
Lucrécya Rincevent

Messages : 3534

Double Compte : Augustus Kane
Situation Amoureuse : cachez vos mecs, les morues : chuis à nouveau célib !

Filière : Aurorologie

Sorts Connus :
Accio,
Aguamenti,
Amplificatum/Reducto,
Animagus,
Calmos Pacificatum,
Confringo,
Contusionus Encontusiono,
Cucurcelerum
Defodio,
Episkey,
Folloreille,
Gemino
Incarcerem,
Inflammarae,
Lashlabask,
Locomotor,
Multicofors,
Nauséis,
Periculo Pugno,
Repulso,
Revigor,
Rictusempra,
Sonorus,
Spero Patronum,
Subcingulus

Inventaire :
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x3),
Horloge des Familles,
Pommade Pommadante Grégoire,
Lait de Poule du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouillita (x4)
Potion de Requinquance (x2)
MessageSujet: Re: Un anniversaire d'enfer !   Jeu 19 Fév 2015 - 20:14


Mais où avait bien pu se tirer Marcus ?!

Ça faisait un bail que Lulu attendait ses pop corns, et à l'évidence, elle pouvait attendre encore longtemps. Elle tapa son pied sur le sol pour montrer son agacement, et fendit l'assemblée des fêtards, à la recherche de son mari, histoire de l'enguirlander. Mais évidemment en vain : quand on faisait une à deux têtes de moins que la moyenne des sorciers, et ce malgré les talons super classe qu'on portait aux pieds, on ne trouvait jamais rien ni personne dans les foules.

Aussi, la petite batteuse tenta de faire demi-tour. Mais très vite, elle se rendit compte qu'elle ne savait plus où elle était : une marée humaine la précédait, une autre fermait sa marche, dans son dos.  Et en plus, ça puait la sueur, la clope froide, l'alcool régurgité et... le cramé ?

L'Alpha tenta de sauter, pour tenter de voir quelque chose... mais à part une épaisse fumée et une bande de couillons morts de rire, elle n'aperçut rien de bien intéressant.

-Crénom d'un balai ! pesta-t-elle.

Elle crut apercevoir Malefoy, au loin, et joua des coudes pour tenter de le rejoindre . Mais le temps qu'elle se fraye un chemin, même avec l'aide de sa batte Séraphine, le blondinet s'était déjà carapaté au loin.

Bordel, c'était la fête la plus pourrite qu'avait jamais organisé Mali ! Mais qu'est-ce qui lui avait pris d'inviter tous ces gus ? La jeune femme à la robe bleue croisa les bras, boudeuse.

-Bonsoiiiir... Tu nous attendais ? susurra une voix à son oreille.

Lucrécya leva un sourcil, et se retourna, pas surprise pour une noise de voir un petit groupe d'étudiants en train de la reluquer. C'était au moins la vingtième fois que de gros lourdeaux l'accostaient. Par réflexe, elle se saisit de Séraphine, et la serra dans son poing.

-Nan ! rétorqua-t-elle. Cassez-vous, les nullos, ou je vous arrache les noix !

Celui qui semblait être le leader de la bande de potes sembla hésiter.

-T'es pas Malicia McGuire ? finit-il par dire.

La batteuse soupira.

-Qu'est-ce qui t'fait croire ça, abruti ? siffla-t-elle de sa voix éraillée.

-Ben... t'as une robe aguicheuse et t'es maquillée comme une salo...

Le pauvre gars n'eut pas le temps de finir sa phrase qu'il s'effondra, frappé en plein crâne par une batte habile.
Tout en rageant intérieurement contre Amalia et son goût plus que douteux pour le relookage, l'AAA naine se tourna vers ses comparses :

-Vous aussi vous en voulez ?

Les gars firent un pas en arrière, comme un seul homme.

-Ben...

-C'est à dire que...

Lucrécya esquissa un petit sourire satisfait, fière de son effet. Puis d'un coup, elle réalisa quelque chose :

-Euuuuh... attendez les nazes ! Vous m'avez pris pour Malicia parce que j'ai l'air d'une teupu ?

-Ben... ouais ?

-Ça veut dire que...

Elle fronça les sourcils, dans un effort de réflexion intense.

-Vous... pensez que... Malicia est une teupu ?

-Ben... ouais !

-Mais pourquoi ?

-Moi c'est sa meilleure amie qui me l'a dit ! fit l'un.

-Moi je l'ai lu là !

Un des gars lui tendit un prospectus. Lulu lui arracha des mains, et le parcourut fébrilement.

-BEN MA COCHONNE ! s'exclama-t-elle, les yeux ronds.

Elle fit volte-face et se fondit dans la foule, à la recherche de sa meilleure amie.

Bien plus tard, après avoir failli se noyer dans la vague de fêtard gueulards, elle retrouva enfin la métisse, en pleine panique, lançant aguamenti sur aguamenti sur ses rideaux en flamme.

-Heeeey, sââââââlut Mali ! Lança-t-elle, un sourire au coin des lèvres.

La Zêta offrit un visage horrifiée vers la brunette :

-Lustucru ! C'est terrible ! Ils sont en train de saccager ma maison ! Et t'as vu les traces de semelle au plafond ?! Comment ils ont fait ça ?! Et ça pue ! Et y'a le feu partout ! Et ils ont brûlé ma picturine ''Coup de foudre à Godric's hollow" ! C'était ma préférée !

La batteuse haussa les épaules.

-Ouais, ouais... Sinon, ça va bien, toi ?

-Mais non, pas du tout !

-Pourtant y'a plein de monde ! Il paraît que t'aimes ça quand y'a... plein de monde... insinua Lulu en faisant danser ses sourcils.

Malicia considéra son amie sans comprendre.

-De quoi ? Mais non ! Je voulais juste sept invités moi !

-Tu sais, je te pensais pas comme ça...

-Bah comme quoi ?

-Ben tu sais bien !

Mali jeta un énième aguamenti, jeta un regard attristé au lambeau noirci qui lui tenait désormais lieu de rideau, et se tourna vers Lucrécya.

-Je sais quoi ?

L'Alpha hocha la tête d'un air entendu :

-T'aurais du m'le dire avant, qu'il te tardait d'être enfin... adulte...

-Tu veux dire majeure ? fit Malicia, de plus en plus larguée.

-Mais non, je dis bien... adulte, insista Lulu, les yeux brillants. Même si moi j'aurais pas choisi quelque chose de si audacieux pour une première fois.

-Mais quelle première fois ?! demanda Malicia, interdite.

-Ah c'est pas ta première fois ? s'étonna son interlocutrice. Tu m'aurais caché ça ? Tu me caches des choses ?!

Mali rougit légèrement :

-M...mais non, je ne te cache rien voyons, qu...quelle idée...

La batteuse croisa les bras, et tordit la bouche :

-Alors pourquoi tu m'as pas dit que t'avais invité plein de mecs pour te faire une putain de soirée libertine pour fêter ta majorité ?

-QUOI ?!

La métisse écarquilla tant les yeux qu'on aurait dit les billes rondes et exorbités de Griselda O'Neil.
Sa meilleure amie ne s'en émut pas, et se gratta l'oreille avec le petit doigt :

-Bah ouais, j'l'ai pas inventé, hein, j'l'ai lu là !

Elle tendit le papier coloré à Malicia, qui le prit en main, incrédule.





Mes RPs du Moment !


Les Nouvelles Exploratrices, avec Malicia McGuire

Welcome to Motel Alabama, avec Isaac O'Callaghan

Like a broomstick in the wind, avec Enola Powell et tous ceux qui le veulent !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2HBEB


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Magie Expérimentale
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 13
avatar
Manon Léandre

Messages : 1882

Double Compte : Kakyo Hideyoshi
Situation Amoureuse : pas le temps

Sorts Connus : Periculo pugno,
Furunculus,
Nauséis,
Confundo,
Gemino,
Episkey,
Repulso,
Protego,
Oubliettes,
Confringo,
Calmos Pacificatum,
Locomotor,
Patronus,
Incarcerem / Lashlabask,
Multicofors,
Sonorus,
Revigor

Inventaire : Véritasérum,
Essence de dictame,
Potion Miracle du bon Docteur Magouille,
Tequila Magouillita (x3),
Lait de poule du bon Docteur Magouille,
Potion de Requinquance (x2)
MessageSujet: Re: Un anniversaire d'enfer !   Ven 20 Fév 2015 - 14:37

Manon était sortie du dispensaire quelques heures plus tard en forme, mais légèrement contrariée. En effet, Om, trop occupé par sa vengeance, était surement dans l’incapacité de répondre à ses appels. La soirée était déjà bien avancée, et la jeune brune aurait pu rentrer chez elle, mais elle n’était toujours pas satisfaite, sa soif de vengeance ne s’était toujours pas apaisée, et même les Paf ne l’amusait plus, une fois qu’on faisait preuve d’intelligence avec eux, il se transformait en verracrasse sans aucun intérêt.

Machinalement, elle sortit son téléphone portable moldu qui sonnait et y répondit sans prendre le temps de regarder le nom sur l’écran après tout, il n’y avait que deux personnes qui utilisait ce numéro pour la joindre, son frère et son père. 

- Oui Allo…

- Ma chérie ! Je suis si content de t’avoir au téléphone, tu m’as manqué, tu sais, quand je pense qu’ils obligent ses élèves à vivre sur place.

En temps normal, Manon en pensant au mensonge qu’elle avait dû sortir à son père il y a quelque semaine aurait surement changé de sujet, mais la Manon actuelle s’en foutait.

- Ne t’inquiète pas ce n’est pas comme si ça me rendait malheureuse.

- Tu t’es donc habituée à cette université ? Ton dernier appel était si inquiétant… Ton frère et moi avions faillit faire le déplacement pour discuter avec le do…

- Ce n’est plus la peine, je vais bien.

Cette fois Manon était en accords avec elle-même. Après tout, elle n’avait aucune envie de voir son père et son frère moldu s’approcher de cette université, qui sait ce qui pourrait arriver à sa famille… Sa famille ? Jusque-là, elle s’était toujours refusé de parler de ça avec son père, mais après tout avec lui, elle aurait rapidement les réponses à ses questions :

- Papa, parles-moi d’elle, parles moi de maman !

La réponse de son père n’arriva pas tout de suite, Manon patienta malgré tout, cela faisait quelques jours qu’elle se posait des questions sur sa mère, elle n’était donc plus à quelques secondes près

- Papa ?

- Pourquoi tu me demandes ça, notre vie à trois ne te suffit pas ? Pourquoi veux-tu ajouter une femme ? La famille Léandre n’en a pas besoin.

Pris de court la jeune fille laissa la colère la submerger et répondit sans même chercher à prendre des pincettes, après tout, c’était de sa faute :

- Parce que, Maxence et moi en avons forcément une, et toi, tu as profité de notre enfance pour effacer son existence, où sont les photos ? Les actes de naissances ? Le livret de famille?

- Il n’y a que nous Manon ! Je pensais t’avoir transmis suffisamment d’amour, pourquoi t’inventer quelqu’un, tu…

- Je n’invente personne Papa, c’est toi qui me cache son existence…Je veux des réponses.

- Il n’y en a pas ma chérie.

- je vois, alors oublis le « ma chérie », si tu me caches son existence, je ne vois pas pourquoi je te reparlerais.

Rageusement, la jeune fille raccrocha son téléphone, l’éteignit et le rangea, son père avait toujours obtenu de sa famille, qu’elle la suive sans faire de vague, Manon était à présent bien décidé de sortir de cette illusion qu’il avait créé.

Afin de calmer ce sentiment d’incompréhension qui bouillonnait en elle, la sorcière brune marcha d’un pas rapide, ignorant ses cheveux trempés par la pluie, elle porta son regard turquoise au loin, s’étonnant par la même occasion du silence pesant qui régnait ici, en fait il n’y avait plus personne. Le regard de la jeune femme se porta alors sur une affiche, ou des petits cœurs rajoutés à la baguette entouraient le message encore et encore.

En le lisant la jeune femme retrouva confiance en elle, elle avait les nerfs, mais elle allait se faire un plaisir d’extérioriser sa colère lors de cette soirée, il devrait y avoir des PAF là-bas, ils serviraient d’amuse-gueule.


***


Manon n’eut pas de mal à trouver la maison de Malicia, par contre pour y rentrer, c’était le parcours du combattant vu tous les garçons entassés ici et là. Mais à force de sourire et de plaisanterie la jeune fille se retrouva vite affublé de deux hommes bodybuildés qui l’accompagnèrent jusqu’à la porte du logement. Elle remercia les deux hommes d’un sourire charmeur et de deux verres contenant sa potion favorite, puis se dirigea vers le milieu de la pièce tout en séchant ses cheveux et ses vêtements grâce à un sort.

Elle entendit à peine les cris de surprise de ses hommes de main qui parlait de cheveux anormalement roses mais la musique de la sono couvrit rapidement leurs cris.


Elle jeta un œil à la déco, qui disparaissait sous les nombreux sorts de flammes des étudiants, mais ne s’en formalisa pas après tout rien ne l’empêcherait de se faire plaisir à cette soirée, mais avant tout, pourquoi ne pas profiter de se cocktail à la citrouille ?

Elle tendit sa baguette et récupéra un des derniers verres du cocktail grâce à un « Accio ».

Tout en sirotant son verre, elle passa entre les nombreux hommes de la soirée, tous s’étaient pratiquement habillés de la même façon pour plaire à Malicia, les rumeurs sur la métisse passaient d’un groupe à l’autre à une vitesse folle, mais elle les ignora Malicia n’était pas son objectif d’ailleurs en passant devant la table des cadeaux, elle déposa une nouvelle fiole au liquide rose, afin d’éviter tout accident, elle y avait attaché l’étiquette suivante :

« Envie de te venger d’un de tes nombreux prétendant ? Fait lui boire cette potion »

On lui demanda soudain si c’était elle Malicia et la jeune fille répondit en tendant la main vers la métisse :

- Non, c’est elle.

Elle le regarda partir en toute confiance puis s’enfonça dans la foule, un sourire malsain aux lèvres.



allez une blessure ou deux c'est rien non, quand Lucrécya à besoin de vous?


Mes RPs du Moment !



A trois c'est mieux, avec Neville Londubat, Adhita Lonkar et Ava Gold

Blood Diner, avec Enola Powell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2ov7BdT


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Occultes
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 182
avatar
Malicia McGuire

Messages : 3446

Double Compte : Aucun !
Situation Amoureuse : Chaotique !

Filière : Sciences Occultes

Sorts Connus : Aguamenti,
Assurdiato,
Batrasempra,
Calmos Pacificatum,
Confundo,
Defodio,
Episkey,
Failamalle,
Ferula,
Gemino,
Impervius,
Incarcerem/Lashlabask,
Oubliettes,
Periculo Pugno
Portus,
Protego,
Protéiforme,
Tarentallegra,
Purée de pois,
Furunculus,
Mucus ad nauseam,
Duro,
Amplificatum,
Revigoré,
Elasticus

Inventaire : Chocolats Cépamoi (x5)
Essence de dictame (x5),
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Philtre de Requinquance (x5),
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Potion Tue-loup,
Rapeltout,
Tequila Magouillita,
Potion contraceptive
MessageSujet: Re: Un anniversaire d'enfer !   Lun 23 Fév 2015 - 22:26

Malicia n’arrivait pas à détacher ses yeux de l’invitation que lui avait donnée Lulu et serrait le papier entre ses mains, sans comprendre. Elle avait une boule dans la gorge rien que de la lire, mais pourtant, ses yeux ne pouvaient pas s’empêcher de lire et lire encore. Chaque passage de ses grands yeux éberlués sur les mots l’étonnait un peu plus, la secouait un peu plus, et lui faisait encore plus mal. C’était comme se noyer sans fin.

Elle ferma les yeux, comme si elle espérait que ce petit geste ferait disparaître tout autour d’elle : la fête, les invités, et cette lettre. Mon dieu, comme elle aurait aimé que ça soit possible… Mais non : quand elle rouvrit les yeux, tout était toujours là : sa maison piétinée et brûlée, les pique-assiettes aux rires gras, et cette invitation affreuse avec cette écriture soignée qu’elle connaissait si bien.

-« Vous êtes tous conviés aux 17 ans de Malicia McGuire… » lut-elle à haute voix.  « Pour cette occasion unique, Malicia a décidé d'être très très très gentille, et de se dévoiler comme jamais… »

Elle déglutit avec beaucoup de difficulté. C’était encore pire d’entendre les mots.

-« L'intégralité des mâles de l'université est donc conviée à cette fête, où les plaisirs charnels seront mis à l'honneur, et ou l'alcool coulera à flots ! Venez nombreux, les garçons, et emmenez vos amis avec vous. Tous vos amis ! Car Malicia est gourmande, et… »

A côté d’elle, Lucrécya tordit la bouche :

-Ah. Donc, l’idée de la soirée libertine, c’était pas toi.

Mali se mit à trembler comme une feuille, et une grosse larme tomba sur le papier. Une. Pas deux. Parce que la métisse chiffonna la feuille dans sa main et releva la tête en s’interdisant formellement de pleurer une seule larme de plus. Elle savait qui avait écrit ça. Elle le savait, et elle se l’était juré pendant des mois : Drago lui avait fait mal une fois. Pas deux.


-Tu me prêtes Séraphine ? demanda-t-elle en serrant les dents.

Lulu écarquilla grand les yeux, étonnée. C’était bien la première fois que Mali lui demandait ça.

-Séraphine ?

-Ouais ! répondit la zeta.

-Ma batte ?

-Ouais !!

-Tu veux que je te prête Séraphine ?

-Ouais !!!

-Séraphine ?

-Ouais !!!!

-T’as ta baguette… mais tu veux ma batte ?

-TU ME PRETES SERAPHINE, OUI OU NON, LUSTUCRU ?! s’agita Malicia, rouge comme une tomate tueuse, en se décoiffant au passage.

Lulu haussa les épaules et lui tendit l’objet :

-Ok… mais t’es sûre que tu sauras t’en serv…

-YAAAAAAAH !

La zeta abattit des deux mains la batte sur le guéridon à côté d’elle, empêchant un des pique-assiette de toucher au dernier ourson chocolat-guimauve de la soirée.

-Pas touche au nounours !  Fit-elle de sa voix aigüe, les cheveux volant autour de sa tête. C’est mon nounours !!!

Le gars lui tendit le plat :

-Euh… ok ! Tiens !

Mali prit le bonbon et le mâchonna : le chocolat la calma un tout petit peu et sa tristesse repris le dessus :

-Merchi. Ch’est chympa. Finit-elle par dire, la lèvre un peu tremblante.

-Ben... De rien. C'est pas grave. répondit le garçon en mettant les mains dans ses poches.

Il releva la tête :

-Dis c’est toi, Malicia ? Parce que sur ton invitation, y’a écrit que…

-OUAIS ET ALORS ?!! vociféra la métisse, à nouveau en pétard, d’une voix qui frisait les ultrasons avec de gros yeux qui lançaient des éclairs.

-Tu sais quoi ? C’est pas grave ! bredouilla l’invité. Bon anniversaire !

Il s’en alla le plus loin et le plus vite possible. Mali respira bien fort :

-Allez viens Lustucru. Toi, moi et Séraphine, on a du pain sur la planche.

Lucrécya hocha la tête, toute contente et elle se mirent à avancer :

-Ben dis donc, j’sais pas si c’est la majorité, mais ça te va bien ! fit-elle en souriant, fière d’elle. On va où alors ?

La métisse regarda la foule à la recherche de son ex-ex de l’enfer :

-On va chercher la fioutue personne qui a écrit cette fioutue invitation et lui faire fioutument regretter d'avoir gâché mon fioutu anniversaire. Suis-moi.





Mes RPs du Moment !


Broken Mirror, avec Lucrécya Rincevent

Days before you came, avec Darius Lestrange

Ceci n'est pas un bizutage, avec Isaac O'Callaghan

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2RvWE


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sports Sorciers
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 171
avatar
Kimberlie J. McCormick

Messages : 1791

Double Compte : Neville Londubat
Situation Amoureuse : En couple avec Kakyo Hideyoshi. Etonnant hein !

Sorts Connus :
Aguamenti,
Calmos Pacificatum,
Defodio,
Episkey,
Failamalle,
Incarcerem / Lashlabask,
Revigor,
Spero Patronum,
Confringo,
Periculo Pugno,
Contusionus Encontusiono,
Protego,
Subcingulus,
Locomotor Barda,
Pointe au Nord,
Inflamarae,
Folloreille,
Rictussempra,
Tarentallegra,
Jambencoton,
Purée de Pois,
Assurdiato,
Recurevite

Inventaire : Essence de Dictame (x2)
Philtre de Requinquance,
Potion Contraceptive,
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x3),
Grimoire de la Luxure,
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouillita,
Horloge des Familles
MessageSujet: Re: Un anniversaire d'enfer !   Mar 24 Fév 2015 - 10:39

Jusqu'à la maison de Malicia McGuire, Kimberlie avait malgré elle le sourire aux lèvres. Peu de gens étaient capable de la faire sourire ainsi. Myosotis était capable de ça. Titus parfois. Mais un homme qu'elle venait à peine de réellement rencontrer... c'était bien la première fois. C'était étonnant, mais n'était-ce pas plutôt une évidence ? Elle avait déjà connu ça autrefois, et elle ne pensait pas à Sylvius Abraxas, loin de là. Elle pensait plutôt à Kyle. Leur première année, la première minute, à la seconde qu'il s'installèrent l'un à côté de l'autre à la table des Gryffondors juste après leur répartition, ils surent qu'il allait devenir les meilleurs amis du monde. Avec Kakyo, ce n'était peut-être pas aussi évident, aussi fusionnel, mais on pouvait dire qu'en eu journée, c'était comme s'ils se connaissaient depuis toujours. Très vite, ils s'étaient confier l'un à l'autre, de manière évasive, certes, mais c'était déjà beaucoup pour les deux étudiants en sport.

Elle ne perdit son sourire qu'au moment où ils se plantèrent devant l'entrée, bouchée de monde. Il y avait décidément un problème.

On ne pouvait pas franchement dire que Kim et Malicia étaient les meilleures amies du monde. Elles s'entendaient bien, certes, mais leurs sorties ensembles étaient devenues rares et ça depuis quelques années, et elles n'avaient strictement rien en commun mise à part leur teint caramel. Mais Kim savait une chose sur Malicia McGuire ; elle n'aurait jamais cherché à faire entrer un bordel pareil chez elle !

Il y avait donc quelques chose qui clochait. Certes, cette fête avait l'air plutôt marrante et ambiancée comme il le fallait, pensa la digne Gamma, mais l'empathie de l'ex-Gryffondor pour son ex-camarade de maison l'empêchait de trouver la fête... plutôt réussi.

Elle croisa le regard de Kakyo, qui se contenta d'hausser les épaules pour ensuite ouvrir le pas vers la fête. Kim le suivit donc, comme sur ses gardes. Pourtant, il ne fallait qu'elle s'écarte de son objectif. Son objectif étant de retrouver les deux POP fou-furieux qui leur avaient mis la pâté. Ce qui n'allait pas pour autant être une mince affaire...

La maison était bondée, il y avait à peine la place pour circuler entre les bavures des convives et les convives eux même. Kim ruina les petites chaussures prêtées par Kakyo en marchant dans deux gerbes aux couleurs plutôt invraisemblables, sans pour autant pouvoir déceler qui que ce soit de connu dans cette vague de mâles ( parce qu'étrangement, elle se rendit compte qu'il y avait bien plus de garçons que de filles à cette soirée ). Ce qui l'irrita un tantinet parce qu'elle ne se sentait pas assez grande pour cela, contrairement à Kakyo qui levait son regard au dessus de la majorité des têtes.

- Tu vois quelque choses ?!!
- Quoi ?!!

Kim fronça les sourcils et attrapa la manche de Kakyo pour lui crier dans l'oreille, afin de monter le ton au dessus de la musique ambiante :


- Tu vois Manon ou Om ?!
- Non !
- On devrait se séparer !
- Non !

Il lui lança un sourire malicieux et un clin d'œil idiot, ce qui poussa Kim à hausser un sourcil, dépité. Ce que Kakyo ne remarqua qu'à peine vu qu'il continuait à avancer. La métisse hésita à le laisser en plan, mais fit disparaître cette idée. A vrai dire, ça ne la dérangeait pas plus que ça d'être en sa compagnie. Ce qui l'énervait, c'était qu'il la prenne pour une petite fille sans défense... mais peut-être était-ce aussi ce qui lui faisait aimé sa compagnie... après tout, il était le seul à la considérée comme une femme à part entière.

Elle continua donc à le suivre, scrutant le mieux quelle pouvait les alentours afin de croiser la robe rouge sang de Manon Léandre, ou le teint hâlé de son fiancé. Elle tressaillit. Ca faisait de longues minutes qu'elle n'avait plus pensé à ce problème avec Om Kapoor. Elle secoua la tête ; chaque chose en son temps ! Kim règle ce problème là, puis elle sollicitera l'aide de son amie Myo pour son histoire de fiançailles non-voulus.

Kim tourna son regard et se stoppa net. Comme par hasard, ce fut à ce moment précis, qu'elle croisa la chevelure verte très caractéristique de Myosotis. Qu'est-ce qu'elle faisait ici ? Myo détestait Malicia et c'était réciproque. Alors qu'est-ce qu'elle fichait à la fête d'anniversaire de son ennemie jurée. C'était comme si Kimberlie était invité à l'anniversaire de Lucrécya Flint. Ce qui n'était absolument pas logique. Elle voulut en faire part à Kakyo, mais lorsqu'elle regarda en sa direction, il avait disparut. Kim se mit à regarder partout, tout en sautant sur ses jambes afin de voir plus loin, sans résultats ; elle venait de perdre son allié.

Ce fut ainsi qu'elle continua son chemin de son propre chef. Ce n'était pas comme si elle était démunie. Elle avait sa batte et sa baguette à sa taille et était loin d'être faible. Malgré tout, se retrouver seule après une journée aussi bonne, ça l'embêtait un peu. Après tout, elle s'était bien amusée avec Kakyo. Ce fut dans ses pensées qu'elle passa juste devant Malicia sans la voir, au même moment où Manon pointait du doigt la présumée coquine de l'invitation. Dans le doute, l'homme vint à dire à tous les hommes qu'il se pourrait que l'une des deux métisses soit la dévergondée qui avait atteint sa majorité.

Quelques minutes plus tard, le premier garçon vint à la rencontre de la batteuse pour lui murmurer à l'oreille. Elle le laissa parler, n'ayant pas compris tout d'abord ce qu'il lui voulait, mais plus le temps passait, plus elle écarquillait les yeux. Elle se défit d'un coup et s'énerva :

- TU VEUX FAIRE QUOI A MON QUOI ?!!

Elle lui assiégea une coup monumental au sommet du crâne qui allait le mettre sûrement K.O jusqu'au lendemain matin. L'action se répéta une bonne dizaine de fois, où Kim en sortit avec les joues rouge de honte et une allée de sorciers assommés derrière elle.

Elle baragouina dans sa barbe pendant un moment, un peu retournée parce ce qu'elle entendait depuis de longues minutes. Jamais, au grand jamais, elle avait entendu autant d'allusion sexuelle à son encontre. Ce n'était pas franchement dans les habitudes des hommes en général de vouloir faire ça avec elle... Qu'est-ce qui se passait à la fin dans cette fête ?! Rien n'était logique ! Etait-ce cette robe ? se demanda-t-elle en baissant son regard sur sa tenue.

Non, à Noël j'étais habillée et même maquillée, et pourtant, ça n'avait pas franchement changer le comportement des garçons à mon égard...
se rappela-t-elle.

Comme elle le disait, il y avait quelque chose qui n'allait pas dans cette fête... devait-elle le découvrir ? Arriverait-elle à faire une enquête seule ? Devait-elle trouvé Manon ou Om avant ? Comme pour faire passer ce malaise, elle se précipita vers la première bouteille d'alcool qu'elle trouva pour la vider. Il fallait franchement se détendre, mais ses joues terriblement rouge l'empêchait de réfléchir clairement. Comme pour exposer son stresse, elle se mit à cligner des yeux frénétiquement, à rebondir sur ses jambes, et éclata sa batte au visage du premier garçon qui vint à sa rencontre sans même écouter ce qu'il avait à dire.

- Qu'Est-ce que je fais maintenant... ? se demanda-t-elle en grignotant ses ongles après avoir éclater sa bouteille sur un autre gugusse qui passait juste par là, au mauvais endroit, au mauvais moment.




« CRÈVE ! CRÈVE ENFOIRÉ DE ZOMBIE ! »
 


Mes RPs du Moment !



A peine arrivé..., avec George Weasley

Ce jour à marquer d'une croix, avec Kakyo Hideyoshi

Le dernier espoir d'une désespérée, avec Lucrécya Flint-Rincevent

Night of the Cheerleadead ☠️ , avec Adhita Lonkar et Kakyo Hideyoshi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sports Sorciers
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 100
avatar
Kakyo Hideyoshi

Messages : 201

Double Compte : Manon Léandre
Situation Amoureuse : En couple avec Kim <3

Sorts Connus : Contusionus Encontusiono,
Protego,
Jambencoton,
Cave Inimicum,
Calmos Pacificatum,
Periculo Pugno,
Incarcerem / Lashlabask,
Furunculus,
Mucus ad Nauséam,
Crache-Limaces,
Subcingulus,
Purée de pois

Inventaire : Potion Miracle du bon Docteur Magouille,
Tequila Magouillita,
Lait de poule du bon Docteur Magouille,
Scrutoscope,
Glace à l'ennemi,

MessageSujet: Re: Un anniversaire d'enfer !   Mar 24 Fév 2015 - 11:59



Kakyo avait malheureusement perdu Kim de vue, il s'était aussitôt mis à sa recherche craignant qu'elle ne tombe sur Om et Manon en même temps, mais la foule épaisse des hommes en rut l'empêchait de la repérer. Il serra dans sa main la fiole qu'elle lui avait laissé quelques instants plus tôt et le remit dans sa poche. Il devait maintenant retrouver trois personnes : Om, Kim et Manon.

S'enfonçant dans la foule, Kakyo regarda autour de lui essayant de retrouver la chevelure brune de Manon, mais tout ce qu'il y avait autour de lui, c'était des hommes espérant tous faire tomber la fameuse Malicia dans leurs draps. Bizarre quand il l'avait vu à la soirée dimanche dernier, il était à des lieux de penser qu'elle aimait ce genre de sauterie, mais chacun avait son jardin secret enfin pas si secret que ça dans son cas, les rumeurs qu'il entendait en disaient long, et même si certaines devaient être fausses, le nouveau qu'il était ne pouvait pas faire la différence.

Un léger sourire flottait sur ses lèvres, confiant, il savait ce qu'il avait à faire, faire, boire l'antidote à Manon avant tout et s'il croisait Om, il le neutraliserait, une droite bien placée devrait suffire. Il irait après retrouver Kim et profiterais de la soirée à fêter ça.

Ignorant l'appartement qui flambait par-ci par-là, le japonais trouva enfin ce qu'il cherchait enfin difficile de passer à côté de ces cheveux rose qui s'étendait à ses pieds, il saisit ainsi la mèche de cheveux rose et tira dessus, tout en avançant vers la racine du cheveu, on pourrait se croire dans un dessin animé pour moldu, en tirant les longs cheveux vers lui, la prince charmant trouvera sa princesse...Malheureusement pour Kakyo le cri qu'il entendait était plus que Masuculin  tout comme le juron qui s'en suivit :

- Putain, mais je vous ai déjà dit que je n'étais pas Malicia. Arrêtez de me tirer les cheveux!

- Eh Pote, c'est à qui que tu parles, je vois rien avec mes cheveux.

- t'inquiète, dépêche-toi de nous trouver des ciseaux plutôt

Kakyo, ne put s'empêcher de rire en voyant ses deux masses roses, Manon avait un certain humour tout de même. Dommage que l'antidote allait l'empêcher de foutre le bordel chez les Paf. Il lança alors en posant une main sur les épaules des deux compères bodybuildés :

- Je cherche une petite brune aux yeux turquoises, vous ne savez pas où je peux la trouver non ?

- ah oui elle était pas mal celle-là, dommage qu'elle nous a faussé compagnie.

- Personnellement, j'aurais bien fait plus si elle me l'avait demandé moi...

- Oh oui, on pourrait la retrouver pour lui proposer de faire un tour à l'étage découvrir les chambres de Malicia...

Kakyo hocha doucement la tête, ces derniers venaient de dire quelque chose d'impardonnable, mais contrôlant au mieux sa colère, il demanda :

- Où est-elle allée ?

- bah comment veux-tu qu'on voie quelque chose avec ce bordel.

- Moi, je sais, mais je n'ai pas envie de te laisser ma proie...

- et contre une paire de ciseaux

En effet, le jeune homme avait cette fois prévue le coup, même s'il ne s'était pas attendu à s'en servir comme moyen de pression. Il sortit de ses poches la paire de ciseaux qu'il avait emprunté à la POP blonde.

Il tendit la paire juste sur le nez de PAF et demanda enfin en détachant bien les syllabes :

- Ou est-elle ?

- Par cette porte au fonds de la pièce….Que…Que fait tu ?

- Je vous aide, je ne vais quand même pas vous laisser dans cet état

Il se trouvait en effet au dos des deux compères à trifouiller leur masse rose, la paire de ciseaux dans la poche.

- Merci vieux on te revaudra ça.

- pas de quoi.

Il s'éloigna de quelques pas et lança finalement.

- Ce n'est pas comme si vous avez mal parlé de ma copine après tout ... Salut.

- Ta copine ?!

- Putain poto ne tire pas mes cheveux comme ça !

- Mais je ne les tire pas... à moins que... !

Le paf tourna légèrement sa tête Kakyo s'était amusé à faire plusieurs nœuds à la suite intégrant les longs cheveux roses des deux PAF, il y en avait au moins une dizaine et le pire, il était parti avec la paire de ciseaux.




Mes RPs du Moment !



Night of the Cheerleadead , avec Adhita Lonkar

Ce jour à marquer d'une croix, avec Kimberlie J. McCormick

Une rencontre à la Newyorkaise, avec Malicia McGuire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2o32379


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Magie Expérimentale
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 13
avatar
Manon Léandre

Messages : 1882

Double Compte : Kakyo Hideyoshi
Situation Amoureuse : pas le temps

Sorts Connus : Periculo pugno,
Furunculus,
Nauséis,
Confundo,
Gemino,
Episkey,
Repulso,
Protego,
Oubliettes,
Confringo,
Calmos Pacificatum,
Locomotor,
Patronus,
Incarcerem / Lashlabask,
Multicofors,
Sonorus,
Revigor

Inventaire : Véritasérum,
Essence de dictame,
Potion Miracle du bon Docteur Magouille,
Tequila Magouillita (x3),
Lait de poule du bon Docteur Magouille,
Potion de Requinquance (x2)
MessageSujet: Re: Un anniversaire d'enfer !   Mer 25 Fév 2015 - 12:00



Manon était entrée dans une pièce attenante et sortit son matériel qu'elle posa sur un bureau. En fait, elle n'arrivait toujours pas à se calmer, les idées dans son cerveau fusaient et malgré tous ses efforts, la jeune fille n'arrivait pas à les classer. Elle tenta donc de se calmer en fabriquant des potions ... Elle mélangeait tranquillement les ingrédients quand le grincement de la porte lui fit lever les yeux. Elle croisa alors le regard du Japonais et saisi sa baguette. Impressionné de le voir en si bonne forme.

-Tu ne devrais pas être là.

- Ne t'inquiète pas pour moi, pour le moment, je compte bien rester dans cette université.

- Je t'ai dit que je n'en ai rien à faire de toi.

Kakyo s'avança ignorant complétement la baguette pointée sur lui, il s'approcha du chaudron.

Et se tourna finalement vers la sorcière en expérimentation ?

- Cette potion ? Elle est sensé me tuer ?

- Non mais elle peut rendre aveugle, tu veux tester ?

La jeune fille le suivit des yeux franchement s'il buvait cette potion, se serait plus simple tellement plus simple de se débarrasser de lui. Cet homme méritait tellement pour tout ce qu'il avait fait.

- Dans ce cas tu ne pourras pas m'arrêter.

Son ton joyeux étonna tellement Manon, pourquoi paressait-il si sûr de lui.

- Tu es trop sûr de toi Kakyo. DIFFINDO.

Kakyo ne se défendit pas et prit le sort de plein fouet, il se releva et Manon pu voir avec plaisir le sang couler de ses fines coupures, mais ce plaisir s'arrêta net car Kakyo gardait toujours son masque serein. Elle tendit une nouvelle fois sa baguette pour lancer un sort, mais le japonais avait déjà prévu son geste et bloqua directement sa main, l'obligeant à lâcher sa baguette.

-Tu ne comprends pas Manon.

La jeune sorcière brune n'était, pas sportive et seuls ses sorts et ses potions lui permettaient de se battre, elle regarda autour d'elle tout ce qui pouvait l'aider, son sac était trop loin, mais par contre le chaudron était tout prêt elle voulut tendre le bras mais la main ferme de Kakyo l’empêchait d'aller plus loin, il venait de sortir un petit fiole.

- Bon, tu vas me faire le plaisir de boire ça et vite fait.

Mais elle n'était pas de cet avis loin de là, sans prévenir, elle embrassa le japonais sur les lèvres, c'était un baisée doux qui ne laisserait pas Kakyo indifférent et effectivement, il desserra son étreinte permettant à Manon de se saisir de la louche du chaudron qu'elle envoya directement sur le visage du japonais, elle frappa ensuite son bras pour lui faire lâcher la potion, mais Kakyo avait repris son étreinte, il murmura alors :

- J'ai découvert quelque chose...Tu pourras boire toutes les potions que tu veux Manon, mais aucune ne change la nature des gens.

Manon vit qu'il ouvrit le flacon et tenta de se dégager, mais que pouvait-elle faire face à un étudiant en sport.

- Tu peux blesser certes comme tout le monde...Tu pourras boire toutes les potions que tu veux Manon, mais aucune ne change la nature des gens.

Manon s'apprêtait à répondre que c'était faux qu'elle pouvait le faire quand elle le voulait, mais déjà, elle sentit le liquide entrer directement dans sa bouche. Elle tenta désespérément de recracher la boisson, mais Kakyo maintenait sa bouche fermée.
Elle finit malheureusement par avaler la potion, et tourna finalement la tête vers Kakyo, sans visage d'abords rouge de colère se détendit immédiatement, le japonais la lâcha et elle fit quelque pas pour fuir quand tout un coup, elle tourna son regard anxieux vers le jeune homme :

- Oh non Kakyo, c'est vrai que je t'ai...

Elle ne termina pas sa phrase son cerveau fonctionnait certes normalement, mais la jeune sorcière avait conservé ses souvenirs de cette journée, violente. Kakyo hocha la tête en silence. Elle replongea alors dans ses souvenirs tout en murmurant :

- Kim, Marcus, et les PAF...Non, mais qu'est-ce que j'ai fait !

C'était de sa faute, par son souhait égoïste elle avait failli tous les tuer, et elle s'en voulait, elle pensa soudain à ses deux compères :

-Griselda, et Om...

Kakyo resta silencieux pendant toutes ses paroles, surement voulait-il qu'elle se remette en douceur, mais c'était loin d'être le cas. Elle baissa la tête, se demandant comment pourrait-elle vivre avec ce qu'elle venait faire, les remord qu'elle ressentait allez au-delà du supportable, comment allait-elle pouvoir s'excuser ?

Kakyo lui posa alors une main sur la tête et dit finalement dans un sourire soulagé :

- Je te préfère comme çà.



allez une blessure ou deux c'est rien non, quand Lucrécya à besoin de vous?


Mes RPs du Moment !



A trois c'est mieux, avec Neville Londubat, Adhita Lonkar et Ava Gold

Blood Diner, avec Enola Powell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2ov7BdT


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Sociales Sorcières
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 102
avatar
Darius Lestrange

Messages : 1753

Situation Amoureuse : En couple.

Filière : Médicomagie

Sorts Connus : Calmos Pacificatum
Chauve-furie,
Citrouilletafors,
Duro,
Inflammarae,
Protego,
Spero Patronum,
Rubeum Nasum,
Repulso,
Tarentallegra,
Periculo Pugno,
Purée de Pois,
Subcingulus,
Episkey,
Serpensortia,
Nauseis,
Impervius,
Légilimancie,
Desillusio,
Dissendium,
Oubliettes

Inventaire : Essence de dictame (x2),
Chocolat Cépamoi,
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x7),
Pommade Pommadante Grégoire,
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x7),
Potion Contraceptive,
Tequila Magouillita (x6),
Horloge des Familles,
Glace à l'ennemi.
MessageSujet: Re: Un anniversaire d'enfer !   Ven 27 Fév 2015 - 21:41


Drago savourait sa vengeance en toute tranquillité en sirotant un verre de vin somme toute médiocre. Il n’en attendait cependant pas moins d’une fête pareille : à en juger par ce qu’il voyait autour de lui, la faune qui peuplait la maison de sa petite-amie était bien incapable de reconnaître un bon millésime. Alors qu’il portait à nouveau son verre à ses lèvres, quelques paroles lui parvinrent et il stoppa net son geste. Il n’avait jusqu’alors prêté aucune attention à ce qui se disait alentour : les babillages de ses prochains n’étaient d’aucun intérêt pour lui, quel que soit l’endroit où il se trouvait. Ce soir, le brouhaha local évoquait de temps à autre Malicia. Rien de plus normal : après tout, la jolie métisse était la reine de la soirée. Cependant ce qu’il venait d’entendre l’avait stupéfait.

Il tendit à nouveau l’oreille pour discerner ce que deux étudiants rigolards disaient non loin de lui. Aussitôt, son sang ne fit qu’un tour et il se planta en face des deux hommes :

-Qu’est-ce que vous venez de dire ? demanda-t-il sèchement.

Les deux invités lui lancèrent un regard étonné, avant de pouffer de concert, ravis de partager leurs connaissances :

-On disait qu’il nous tardait bien de rencontrer Malicia. Fit l’un.

-Ouais, renchérit l’autre. On espère que ce sera bientôt notre tour.

Drago fronça les sourcils, et répliqua, non sans agressivité :

-Votre tour ?

-T’es pas au courant ? s’exclama le premier. Malicia McGuire a invité tous les mecs de la fac pour qu’ils lui fassent sa fête pour sa majorité !

Le deuxième s’esclaffa :

-Pour faire ça, ça doit être une sacrée chaude ! Je me demande si…

-Subcingulus.

Un éclair fusa et les deux hommes tombèrent à terre en gémissant. Drago les toisa de toute sa hauteur :

-Qui vous a dit ça ?

N’ayant pour réponse que des plaintes de douleur, il pointa à nouveau sa baguette sur les deux imbéciles :

-QUI ?! insista-t-il.

-Pitié non ! s’écria le premier. C’était… c’était sur l’invitation !

-Oui ! renchérit le deuxième. On l’a tous reçue !

Il tendit d’une main tremblante un morceau de parchemin à l’Alpha qui s’en saisit brutalement. Il le lut avec empressement et blêmit :

-Fichtre.

L’invitation était sans nul doute celle qu’il avait écrite. Mais le texte avait été copieusement agrémenté d’insinuations scabreuses. Le sang de l’Alpha se mit à bouillir dans ses veines. Grandiflore. Cette traînée s’était moquée de lui et avait distribué à tous une invitation erronée en prenant soin de conserver son écriture. Il se mit à réfléchir rapidement, fulminant et inquiet. Il avait mille idées pour faire payer à la Gamma sa traîtrise. Mais pour l’heure, il fallait faire vite. Il devait trouver Malicia avant qu’elle ne trouve ce document. Ou que l’un des mâles de la soirée ne s’impatiente.

-DRAGO !

L’Alpha ferma les yeux en entendant la voix de sa petite-amie derrière lui : il était trop tard. Il se retourna lentement et fit face à la métisse qui le fixait au milieu de la foule compacte et passablement avinée. Cette dernière, échevelée, était hors d’elle, et à juste titre.

-Malicia… Fit-il, non sans appréhension. Comment vas-tu ?

Il n’eut aucune réponse. Mais le visage de la Zeta se renfrogna un peu plus. Le regard de l’Alpha fut attiré par l’objet qu’elle tenait dans sa main :

-Tu as pris la batte de Rincevent ? remarqua-t-il, non sans inquiétude, en s'apercevant de l'absence de la batteuse.

Imperceptiblement, il recula d’un pas et leva ses deux mains devant lui :

-Je sais ce que tu vas me dire et je t’assure que ce n’est absolument pas ce que tu penses…

Malicia avança lentement vers lui, et il préféra continuer d’aller à reculons.

-Je sais que cette invitation a mon écriture mais… reprit-il.

Il s’arrêta. Comment parviendrait-il à plaider sa cause ? Il était malheureusement fait comme un rat et il n’avait pas la moindre preuve de l’implication de Grandiflore dans cette affaire. Aussi tenta-t-il d’avoir l’air le plus aimable possible :

-Malicia. Mali.

Il eut un sourire aussi bref que penaud :

-Amour ?

Il recula à nouveau, loin d’être rassuré :

-Tu te rappelles que tu m’aimes, n’est-ce pas ? poursuivit-il sans grand espoir de ramener sa chère et tendre à la raison. Notre relation plus que nulle autre est fondée sur des valeurs profondes et en particulier sur une que je trouve fort à propos ce soir : le pardon. Tu sais ce qu’est le pardon n’est-ce pas, Mali ? Tu es une ancienne gryffondor, tu ne peux pas t’abaisser à vouloir me…

En guise de réponse,  la métisse furibonde leva son arme et se rua sur lui en poussant un cri enragé.

Il écarquilla les yeux :

-Oh fichtre.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2nZ6IXc


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Occultes
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 182
avatar
Malicia McGuire

Messages : 3446

Double Compte : Aucun !
Situation Amoureuse : Chaotique !

Filière : Sciences Occultes

Sorts Connus : Aguamenti,
Assurdiato,
Batrasempra,
Calmos Pacificatum,
Confundo,
Defodio,
Episkey,
Failamalle,
Ferula,
Gemino,
Impervius,
Incarcerem/Lashlabask,
Oubliettes,
Periculo Pugno
Portus,
Protego,
Protéiforme,
Tarentallegra,
Purée de pois,
Furunculus,
Mucus ad nauseam,
Duro,
Amplificatum,
Revigoré,
Elasticus

Inventaire : Chocolats Cépamoi (x5)
Essence de dictame (x5),
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Philtre de Requinquance (x5),
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Potion Tue-loup,
Rapeltout,
Tequila Magouillita,
Potion contraceptive
MessageSujet: Re: Un anniversaire d'enfer !   Dim 1 Mar 2015 - 20:30

Comme s’il n’y avait pas déjà assez de gens saouls à la fête, des pafs, qui se tenaient avachis au beau milieu du jardin, encourageaient un de leurs potes à boire un énorme tonneau de bière à l’aide d’un grand entonnoir jaune  :

-BOIS ! BOIS ! BOIS ! BOIS !

Le gros costaud finit sa "boisson" et leva les bras en signe de victoire, sous un tonnerre d’applaudissements. A ce moment-là, la vitre de la maison derrière lui explosa en mille morceaux : Mali et Drago en jaillirent comme des fusées, le percutèrent et il tomba par terre, assommé. Les pafs écarquillèrent d’abord les yeux d’étonnement, mais finirent par se tourner vers un autre de leurs amis comme si de rien n’était :

-BOIS ! BOIS ! BOIS ! BOIS ! hurlèrent-ils sans se soucier des deux nouveaux venus qui continuèrent à se rouler par terre en se disputant.

La bagarre était féroce. Plus que féroce. Enragée ! Parce que Mali n’avait qu’un objectif : pulvériser Drago Malefoy, et le réduire en tout petits confettis blonds pâle. Mais son petit-ami démoniaque n’était pas vraiment d’accord avec ce plan :  

-MALICIA ! ARRETE !  cria Drago en essayant de la stopper.

La zeta leva à nouveau Séraphine et l’abattit sur son copain qui transplana. Elle bondit aussitôt sur ses jambes et le blondinet réapparut derrière elle pour l’agripper par les épaules.

-ARRETE !

Elle se débattit comme une  furie et finit par se baisser brusquement et asséner un coup de batte en arrière qui frappa Drago en pleine poire. Ce dernier plaqua sa main sur son visage et poussa un juron. Ce qu’il ne faisait jamais d’habitude. Il tituba en arrière quelques secondes et finit par la fusiller du regard :

-Malicia si tu continues, je vais être obligé de me défendre ! Et je ne veux pas te faire mal !

-TROP TARD !!! hurla-t-elle en serrant son arme de ses deux poings.

Les larmes lui montèrent aux yeux mais elle serra les dents. Il était hors de question qu’elle donne cette satisfaction à Drago.

-Je n’y suis pour rien, cria son copain à son tour, avant d’hésiter. Je t’assure que tout cela n’était pas mon intention !

Malicia se rua sur lui, mais il l’esquiva à nouveau :

-BIEN SUR QUE SI, C’ETAIT TON INTENTION !!! C’EST TOUT A FAIT LE GENRE DE TRUC QUE TU FERAIS !!! cria-t-elle toute rouge et essoufflée.

-MAIS PAS CONTRE TOI ! insista l’alpha.

-ME PREND PAS POUR UNE IDIOTE !!!

La Zeta lui balança Séraphine à la figure. Il reçut la batte de plein fouet ce qui manqua de lui déboiter une épaule. ll tomba un genou à terre en gémissant. Mali lui fonça dessus et le plaqua au sol. Elle se mit à lui tambouriner le torse, hors d’elle.

Elle ne s’était jamais sentie aussi en colère et aussi désespérée. De toutes les personnes de la planète, elle était de loin la plus stupide. La Reine des idiotes. Elle avait jamais aimé qu’une seule personne et elle avait su dès la première seconde qu’elle avait fait le pire choix de sa vie. Tout ce que Drago savait faire, c’était blesser les gens. Et avec elle, il avait trouvé le punching ball idéal. Une fille tellement naïve qu’elle lui passait tout. Une fille qui lui revenait tout le temps et qu’il pouvait trainer dans la boue aussi souvent qu’il voulait. Il avait fallu à peine une semaine à ce connard pour retrouver ses anciennes habitudes et briser à nouveau sa confiance en mille morceaux. Mais cette fois-ci contrairement à la précédente, elle allait lui faire regretter :

-JE TE DETESTE !!! cria-t-elle.

-Je sais !

Drago la repoussa et leva les mains pour l’apaiser :

-J’étais furieux ! tenta-t-il de se justifier. Et j’ai fait n’importe quoi. Mais jamais je n’aurais écrit ça !

-C’EST TON ECRITURE ! répliqua Malicia.

-On l’a imitée !

-PROUVE-LE !!!

Drago ouvrit la bouche, mais resta muet. La zeta leva les yeux au ciel :

-Dégage.

Elle fit demi-tour en direction de sa maison envahie de pique-assiettes et de soulards.  

-Malicia…

La métisse se retourna et regarda l’alpha droit dans les yeux. Son nez était cassé et il avait du sang plein la chemise. Il avait l’air désolé :

-Tout ce que je voulais, c’était être présent à ton anniversaire. Expliqua-t-il tristement.

Elle ne répondit pas. Elle avait trop mal pour dire quoi que ce soit. Il hésita un peu et essaya d’avancer de quelques pas, pas vraiment très sûr de lui :

-Ne me laisse pas. S’il te plait.

Malicia baissa la tête et partit sans se retourner.


Elle se fraya un passage parmi les pafs qui continuaient leur concours de boisson en rigolant et posa machinalement la main sur sa poignée de porte. Elle entra. Elle tremblait de tous ses membres et avançait sans même en être consciente. Elle avait la tête complètement vide, le cœur complétement vide, et les discussions autour d’elle lui glissaient sur la peau et se transformaient en murmures bourdonnants. Elle se fit bousculer, à gauche, à droite, mais elle continua d’avancer sans savoir où aller. Elle finit par se laisser tomber par terre dans un coin de sa cuisine bondée, la tête penchée sur le côté, à regarder les pieds des autres remuer autour d’elle. Elle avait les joues mouillées, mais elle ne savait même pas quand elle s’était mise à pleurer. Elle pouvait plus s’en empêcher.

Quelqu’un s’adossa à côté d’elle :

-Ca va pas ?

Malicia secoua la tête mais ne répondit rien. La personne n’insista pas et lui tendit un verre :

-Tiens, ça te fera du bien.

La zeta prit la boisson verte et la but d’une traite, toute secouée de sanglots. Elle releva la tête :

-Merci. Bredouilla-t-elle, les yeux embués, avec un petit sourire.

Mais il n’y avait déjà plus personne à côté d’elle.





Mes RPs du Moment !


Broken Mirror, avec Lucrécya Rincevent

Days before you came, avec Darius Lestrange

Ceci n'est pas un bizutage, avec Isaac O'Callaghan

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2RvWE


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Médicomagie
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 67
avatar
Om Rajesh Kapoor

Messages : 802

Situation Amoureuse : C'est... compliqué...

Sorts Connus : Portus,
Episkey,
Protego,
Anapneo,
Ferula,
Rictusempra,
Purée de Pois,
Inflammarae,
Subcingulus,
Sonorus / Sourdinam,
Stupefix / Enervatum,
Expelliarmus

Inventaire : Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x4),
Potion Contraceptive,
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouillita,
Philtre de Requinquance,
Scrutoscope,
Horloge des Familles
MessageSujet: Re: Un anniversaire d'enfer !   Dim 1 Mar 2015 - 23:51

Om Rajesh Kapoor arpentait le parterre de fleurs devant la maisonnette jaune pour l'heure métamorphosée en boite de nuit improvisée, et qui semblait se dandiner sur place et sautiller tant la musique et la foule qui l'avait investie étaient envahissantes. Pendant plus d'une heure, l'hindou drogué par la décoction de sa consœur PoP avait vagabondé dans les divers quartiers de l'université, comme en transe, à la recherche d'une proie à martyriser. Toute sa rage avait un besoin impérieux d'être évacuée sur le premier quidam venu, et il s'était allègrement amusé à lancer de pernicieux sortilèges sur les divers passants qu'il avait pu croiser. La toute-puissance dont il se croyait investi l'exaltait au plus haut point, et la voix profonde et inquiétante qui faisait parfois irruption dans son esprit lui susurrait qu'il devait trouver d'autres victimes à faire souffrir.

Pourquoi les faire souffrir, lui qui n'avait jamais fait de mal à une mouche ? Cela, il ne pouvait se l'expliquer. Mais une chose était sûre, cela lui faisait un bien fou ! L'écume aux lèvres, l'étudiant en Médicomagie avait fini par errer dans les rues de Mysteria Lane, lançant des maléfices de petite nature à la faune locale, lorsqu'il avait été attiré par le vacarme et l'attroupement devant la maison de son ancienne petite amie, Malicia McGuire.


La célérité de Garuda m'a donné des ailes ce soir !!! Me voici déjà devant l'allée des saules charmeurs ! Quel est donc cet amoncellement de vermines viciées devant la demeure de Malicia ? Mon petit hibiscus se serait-elle décidée à élargir son cercle d'amis ??
Qu'à cela ne tienne ! Les anciens amis tel que moi-même seront sûrement les bienvenus eux aussi ! Héhéhé !!


Ni une ni deux, Om s'était rapproché à pas de loup de l'entrée de la maison, adoptant une démarche exagérément silencieuse, malgré le fait que tout un chacun pouvait parfaitement l'apercevoir. Plusieurs étudiants présents l'observaient d'ailleurs avec de grands yeux étonnés avant de se moquer ouvertement de lui. Lorsque l'hindou avait lentement tourné son regard à demi-fou dans leur direction, les quidams mal à l'aise avaient préféré s'éloigner, non sans lui lancer des œillades bizarres.

Haha !! Je le savais pertinemment ! Les voici impressionnés par ma nouvelle puissance ! Cela doit se sentir à des lieues à la ronde ! Mais il est trop tard, bande d'insectes ! Les minables que vous êtes ne vont pas échapper à mon courroux shakespearien !
Toutefois, il serait de bon ton de débuter les réjouissances par un châtiment exemplaire... Tout d'abord, allons donc voir mes ennemis jurés ! Je subodore qu'ils doivent être présents à cette beuverie, ils ne rateraient pas une telle occasion !


C'est ainsi que l'hindou avait pénétré dans la petite maison bondée d'un pas déterminé...

***

Quelques minutes plus tard...

-Et bien Gerald ! Qu'as-tu donc à dire pour implorer ma clémence ? Mmh ?

-Ffe t'en ffuplie Om ! Fffe ffavais pas que ce rubk'ffcube verffion fforcier était à toi ! Pitié !

Alors que la fête battait son plein autour de lui, Om Rajesh Kapoor se tenait dans un des recoins du salon de Malicia en train de terroriser un jeune PoP à lunettes à triple foyer qui se recroquevillait devant sa silhouette menaçante.

-Je sais que tu es désolé, Gerald, je le sais fort bien mon ami..

Le regard de l'hindou devint fou de rage et de cruauté :

-MAIS PRETENDONS QUE TU NE L'ES PAS, VEUX-TU BIEN ?

Il brandit aussitôt sa courte baguette et lança de petits éclairs dans les bras du jeune Omicron.

-Naaaan !! Fffa pique atroffement !! Pas ffa !!

-MOUHAHAHAA !!

Qu'il est bon d'assouvir sa douce vengeance ! Ce misérable freluquet y réfléchira à deux fois avant d'effacer mon chronomètre de résolution de rubik'scube !
PERSONNE NE TOUCHE A MON CHRONOMETRE !!!
Hmm... Voilà une bonne chose de faite. Peut-être devrais-je aller rendre visite à quelques PaFs récalcitrants ? Tiens, qu'est-ce donc que cela ?


Laissant sa victime pleurnichant et avachie dans son coin, l'étudiant en Médicomagie venait d'apercevoir un amoncellement de paquets cadeaux près de l'escalier menant à l'unique étage. Mu par une curiosité qu'il n'expliquait pas, Om s'approcha du tas de présents colorés et... remuants ?

-Mais qu'est-ce que...

Quelques secondes plus tard, le vacarme de la fête couvrit tant bien que mal une cacophonie de feulements et miaulements outrés et furieux entrecoupés de jurons. Om Rajesh Kapoor, fit son apparition non remarquée au beau milieu du salon, les vêtements déchirés et couverts de griffures.

Maudits fléreurs, saletés de bestioles démoniaques !!! Comment peux-t-on avoir aussi peu d'imagination et offrir le même cadeau cinquante fois ??

Ecumant de rage, l'hindou se mit en quête d'une nouvelle victime à molester pour calmer ses nerfs lorsque ses yeux se fixèrent sur une silhouette à l'extérieur dans le jardin :

-Drago Malefoy...

Les yeux du PoP lancèrent des éclairs. Son ex-meilleur ami et mentor devenu son tourmenteur citrouillé se tenait là, penaud et ignorant de sa présence. Un sourire inquiétant s'étira sur la figure de Om. Levant sa baguette il poussa un cri de bataille suraigu et fonça droit sur l'Alpha.

-TU VAS SUBIR UNE ETERNITE DE SOUFFRANCES, DRAGO !!! YAAAA...

Le sorcier blond leva sa baguette sans même le regarder et lui lança un éclair aveuglant qui le grilla sur place. Om se tenait toujours debout, figé et fumant dans une position grotesque, les vêtements noircis, les cheveux en pétard et fumants.

-Gheu...

Sans émettre d'autre son, Om bascula en arrière dans la même position, et s'écroula raide comme un piquet.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2onevBw


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sports Sorciers
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 171
avatar
Kimberlie J. McCormick

Messages : 1791

Double Compte : Neville Londubat
Situation Amoureuse : En couple avec Kakyo Hideyoshi. Etonnant hein !

Sorts Connus :
Aguamenti,
Calmos Pacificatum,
Defodio,
Episkey,
Failamalle,
Incarcerem / Lashlabask,
Revigor,
Spero Patronum,
Confringo,
Periculo Pugno,
Contusionus Encontusiono,
Protego,
Subcingulus,
Locomotor Barda,
Pointe au Nord,
Inflamarae,
Folloreille,
Rictussempra,
Tarentallegra,
Jambencoton,
Purée de Pois,
Assurdiato,
Recurevite

Inventaire : Essence de Dictame (x2)
Philtre de Requinquance,
Potion Contraceptive,
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x3),
Grimoire de la Luxure,
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouillita,
Horloge des Familles
MessageSujet: Re: Un anniversaire d'enfer !   Lun 2 Mar 2015 - 18:33

Après avoir éclaté le tiers des hommes présent à la sauterie de Malicia McGuire avec l'aide de sa batte fétiche, Kimberlie sentit que le moment était pour elle de prendre un peu l'air. Le sang lui était monté à la tête dans une sensation de chaleur particulièrement désagréable, lui donnant l'impression d'étouffer.

Comme bonne vierge trop coincée qu'elle pouvait être, entendre tant de déclarations sexuelles à son égard ne l'avait pas laissé indifférente. Si elle ne devait pas retrouver Manon Léandre ou bien Om Kapoor, elle aurait sûrement utiliser la clé e la chambre de Myo pour s'y enfermer, peut-être même pendant une semaine complète qui c'est ?! Elle n'avait jamais eu autant envi de devenir invisible. Elle était décidément pas prête à la vie d'une étudiante de 18 ans. Ne devrait-elle pas rentrer chez ses parents tant qu'à faire ? Elle prendrait des cours à distance, elle vivrait à jamais dans sa chambre d'enfance en compagnie de son rat et de son immense hippogriffe, au risque de finir vieille fille ! C'était sûrement bien plus simple de finir vieille fille plutôt d'accepter un jour qu'un homme lui faire "quoi" dans son "quoi"... Elle tressaillit en grimaçant.

Elle fit violence pour atteindre la porte d'entrée et s'y faufiler. Si elle n'avait aucun mal à bousculer les gens pour passer, elle fut bien plus surprise d'être elle-même bousculée. Elle eut pour reflexe de lever sa batte, mais le garçon à la chevelure blonde en question était déjà bien loin, sûrement peu intéressé par le ressenti de la métisse.

Kim jura en bégayant sur Drago Malefoy qu'elle avait bien sûr reconnu, tout pensant pour la énième fois de sa vie à quel point ce n'était qu'un gros naze. Une pensée qui disparut très vite lorsqu'une bouffée d'air frais prit enfin ses poumons. Elle sentait le contraste de ses joues rougies et l'extérieur frigorifiant et humide, lui faire un bien fou. Les yeux clos, elle essaya de se ressaisir. Peut-être ferait-elle mieux d'aller courir une petite demi-heure pour extérioriser tout ça ? Elle se ravisa en se rappelant comment elle était fringuée. Elle souffla, pestant intérieurement à l'égard de Kakyo et ses idées farfelues comme quoi elle était bien plus jolie comme ça.

Ce ne fut qu'en ouvrant les yeux, tout de suite plus détendue qu'elle remarqua le truc noir sentant le cramé sur l'herbe. Personne ne semblait y faire réellement attention, mais la curiosité, qui avait sûrement poussé le Choixpeau à l'envoyer à Gryffondor plus de sept ans auparavant, la poussa à s'approcher. Au fur et à mesure, elle entendait les gémissements de celui-ci. Kim fronça les sourcils et lorsqu'elle fut à sa hauteur, elle s'agenouilla, oubliant la pluie qui lui tombait dessus.

Elle voyait bien que c'était un gugusse sous cette odeur de cramé et cet air d'avoir été attaqué par la foudre, mais à savoir qui s'était... c'était difficile à dire... Kim serra sa baguette entre ses doigts et la pointa sur la visage du garçon.

- Récruvite. prononça-t-elle tout simplement.

Kim n'était pas franchement le genre de fille à avoir ce genre de sort dans son index, mais en vérité, elle avait très vite appris à Poudlard, se jura de l'utiliser devant sa mère lorsqu'elle aurait la majorité. Ainsi, peut-être qu'elle arrêterait de l'embêter à toujours vouloir qu'elle range et nettoie sa chambre elle-même et à la manière moldue. Comme on pouvait le croire, lorsqu'elle eu enfin 17 ans, elle ne trouva plus beaucoup d'intérêt à rabaisser sa mère, surtout en utilisant le fait qu'elle était moldue. Aujourd'hui, elle utilisait de nouveau ce sort, mais ce ne fut pas une chambre qu'elle nettoya, mais le visage de Om Rajesh Kapoor.

- Par Merlin ! s'étonna-t-elle.
- Recules, vil goujat, que je me venge de toi comme tu le mérites ! lâcha-t-il d'une petite voix cassée par le choc.

Kim haussa un sourcil, dépitée. Potion ou non, Om avait toujours l'air pitoyable. Est-ce que c'était ça, le karma ? Elle étira un coin des ses lèvres, non sans un peu de pitié pour son fiancé et colocataire. Celui-ci leva péniblement le bras, armé de sa baguette :

- Drago, ma vengeance sera terrible... ! Surtout, ne bouges pas avant que la main vengeresse de ma justice ne s'abatte sur toi.. !
- Om... Malefoy est parti depuis un baille maintenant. Ca ne sert à rien de l'appeler à la vengeance. Si ça peut te consoler, je peux lui en foutre une de ta part plus tard. Je te jure que ça me fait plaisir.

Om se redressa d'un coup, en fixant Kim dans le blanc des yeux de son regard fou. Ce qui aurait pu surprendre plus d'un, mais Kim n'eut même pas un mouvement de recul. Soudain, le POP se retrouva sur ses deux pieds, comme si rien n'était, sa baguette pointée sur la Gamma.

- Haha ! Tu croyais que j'allais me laisser surprendre, n'est-ce pas ?! Je peux te battre !
- Mais bordel qu'est-ce que tu m'dis là ?! C'est moi, Om, c'est Kimberlie McCormick. On vit ensemble maintenant. Je ne vais rien te faire. En vérité, si je pouvais en foutre une à Manon Léandre pourquoi pas mais bon... ajouta-t-elle tout bas, comme à elle-même.
- Je sais ! Je... je...

Om prit son crâne entre ses mains, en poussant des gémissements de douleur. Tout en se relevant, Kimberlie affichait un visage crispé, peu envieuse de l'état de l'hindou.

- Ecoutes, j'ai quelque chose qui pourrait t'aider à te retrouver. commença-t-elle en sortant la fiole d'antidote d'un plis de sa robe. Si tu me laisses faire, tout va bien ce...
- JAMAIS !

Cette fois-ci, Kimberlie ne put refreiner un sursaut face au hurlement de Om.

- Jamais ! Je... je ne veux plus être le faible d'antan ! Maintenant que j'ai trouvé le courage, que je le tiens au creux de mes mains, je ne le laisserais jamais s'enfuir !
- Ce n'est pas du courage ça, c'est de la pure folie. essayait-elle de se rapprocher de lui, doucement, les mains bien en évidence devant elle, pour lui donner confiance.
- C'EST TOI QUI EST FOLLE MA CHERE AMIE ! Il y a tant d'autre personne qui ont osé de jouer des tours! Ma vengeance n'est pas encore accomplie !
- Ecoutes, Om. Tu m'écoutes bien là ?
- Parles !
- Bien... Je te propose un deal. On dit qu'on arrête les frais maintenant et je te promet que plus personne ne te fera de mal sans en subir les conséquences. Qu'est-ce que tu en penses ?
- Je pense que c'est une des idées les plus idiotes que tu ne m'ais jamais exposé et pourtant, à cause d'une de tes solutions, je me suis fiancée avec toi ! C'est dire !

Kim prit une grande inspiration pour ne pas laisser sa colère l'emporter sur la sagesse. Elle n'avait que peu d'éclair dans ce genre dans sa vie, il fallait qu'elle fasse de son mieux pour le maintenir intact jusqu'au moment crucial. Elle continuait à avancer doucement mais sûrement. Elle n'était plus très loin de lui dorénavant.

- Recules ! Recules où tu regretteras ta bravoure !
- Je ne te veux pas de mal, Om. Je te le promet. Euh... attends une seconde...
- Quoi ? perdit-il sa concentration.

Au même moment, elle frappa le poing de Om d'un coup maîtrisé de son poignet, l'obligeant à lâcher sa baguette. Elle continua dans sa lancée en lui sautant dessus, le faisant tomber en arrière. Lorsqu'il se retrouva allongé sur le dos, le genoux de l'étudiante de sport le maintenait. Elle amena sa fiole à sa bouche pour déloger le bouchon en liège, pour ensuite vider le contenu dans la gorge déployée de l'étudiant de médicomagie.

- Maintenant, je ne te veux plus de mal, promis.

Kimberlie souffla un bon coup et afficha un sourire satisfait. En vérité, elle était peut-être plus douée qu'elle ne le pensait pour régler les situations de crise... Peut-être avait-elle tort de penser que sans Myo ou Titus, elle n'était qu'une moins que rien... ? Aujourd'hui, et même si la tempête faisait toujours rage, était décidément une super journée.


Un peu plus tard, nous retrouvons les deux colocataires au milieu de la fête. Om était enveloppé dans un couverture, les fesses bien enfoncées dans un fauteuil, sursautant à la moindre bouteille d'alcool qui passait au dessus de sa tête. Kim, elle, avait écarter les cadavres pour s'asseoir sur le coin de la table basse du salon. Elle fixait l'hindou les lèvres pincées, attendant qu'il daigne à moufter quelque chose. Autour d'elle, les hommes de la soirée avaient dû enfin comprendre par bouche à oreille qu'elle n'était pas Malicia, soulagée de voir qu'aucun n'osait lui proposer des choses obscènes, sûrement par peur de prendre un coup de batte bien placé.

Pour en revenir à Om, il avait une mine des plus déconfites. C'était comme s'il venait de se souvenir qu'il avait peur de tout en plus de la culpabilité du souvenirs de ses actes sous l'effet de la potion dévastatrice de Manon Léandre. Kim perdit enfin patiente lorsqu'il croisa son regard pour s'empresser de poser de nouveau son attention au coin de la pièce.

- Bon, tu veux que je te ramènes ?
- Pourquoi tu m'as fait ça, ma brave amie... ?

Elle fronça les sourcils. Elle ne comprenait pas où il voulait en venir.

- J'étais... J'étais tellement bien dans ma peau. Pour la première fois de mon existence, j'ai cru que j'étais capable de tout, de tout ce que je voulais.
- Tu avais le cerveau complètement retourné. Je ne regrettes pas de t'avoir fait redescendre sur terre.
- C'est facile pour toi. Tu es une femme forte. Personne n'a jamais osé de mener la vie dure à toi. Tu... tu n'as jamais été prise pour cible.
- Bien sûr que si, idiot. C'est juste que je ne me laisse pas faire.
- C'était exactement ce que j'étais devenu. Je n'aurais laissé plus personne me faire du mal... Ils auraient tous payé dans la douleur !

A peine avait-il dit ça qu'il s'empressa de regarder autour de lui, sur ses gardes pour ensuite enfoncer sa tête dans ses épaules et le visage à moitié sous la couverture.

- C'est une technique d'idiot ça. Tu es plus intelligent que ça, Om. Tu es Pi Omicron Pi après tout.
- Je ne comprend pas, Kimberlie. Tu disais que toi-même, tu empêchais quiconque de te faire du mal... par la force.
- C'est bien ce que je dis. C'est la seule façon que j'ai trouvé de me protéger, tout simplement parce que je ne suis pas assez intelligente pour en trouver une autre. avoua-t-elle non sans la peiner. Ecoutes... fais moi confiance quand je dis que tu faisais vraiment n'importe quoi avec cette potion. Et mon deal tient toujours.

Om découvrit sa bouche en quitta sa couverture, interloqué.

- Ne me regardes pas comme ça. Tu m'offres un toit, tu es presque aux petits soins avec moi depuis que je me suis installée... Je me dis juste qu'il faudrait que je te renvois l'ascenseur.
- Ascen-quoi ?
- Ah oui... euh... que je te renvois le service si tu préfères.
- Nous avons déjà un deal, mon amie. Tu m'aidais à quitter les griffes matrimoniales de Griselda O'Neil, ce qui est chose faite, et aujourd'hui en contrepartie, tu as ma chambre d'ami. lui exposa-t-il avec un petit sourire timide.
- Il n'est pas aux normes ce deal. J'ai échoué dans le sens que tu te retrouves coincées avec moi comme fiancée maintenant, et j'sais pas trop c'est quoi l'pire pour toi entre l'autre folle et... moi.

Un silence gênant s'installa et étonnement, ce fut à Om de le briser :

- Je ne pensais pas ce que j'ai dis toute à l'heure.
- De quoi tu parles ?
- Ce n'est pas si terrible d'être fiancée à une fille comme toi.
- Ne t'y habitue pas trop hein ! C'est une chose qui va se régler en temps et en heure ! lâcha-t-elle en détournant le regard.

Elle se surprit à sourire, mais comme pour détourner l'attention, elle attrapa un bière pas encore ouverte et la lança à Om. Il faillit la laisser tomber mais finit par la saisir fébrilement.

- Aller, bois un peu, ça te fera du bien.
- Je... je ne bois pas ma chère amie.
- T'es vraiment coincé toi quand même ! lui donna-t-elle un très léger coup de pied dans le tibia.

Elle regarda autour d'elle. Elle ne vit ni Myo, si Kakyo ou même Manon, dans le coin. Elle pinça ses lèvres, un poil soucieuse.




« CRÈVE ! CRÈVE ENFOIRÉ DE ZOMBIE ! »
 


Mes RPs du Moment !



A peine arrivé..., avec George Weasley

Ce jour à marquer d'une croix, avec Kakyo Hideyoshi

Le dernier espoir d'une désespérée, avec Lucrécya Flint-Rincevent

Night of the Cheerleadead ☠️ , avec Adhita Lonkar et Kakyo Hideyoshi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Occultes
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 219
avatar
Myosotis Grandiflore

Messages : 2144

Situation Amoureuse : Célibataire. Ex-chérie de Magnus Magouille, mais ne s'en rappelle pas.

Filière : Sciences Occultes

Sorts Connus : Aguamenti,
Calmos Pacificatum,
Confundo,
Contusionus Encontusiono,
Diffindo,
Episkey,
Failamalle,
Furonculus,
Impervius,
Incarcerem / Lashlabask,
Incendio,
Inflamarae,
Jambencoton,
Nauseis,
Orchideus,
Oubliettes,
Pointe au Nord,
Portus
Protego,
Repello Moldum,
Spero Patronum,
Repulso,
Rictusempra,
Lumps / Nox
Duro,
Amplificatum,
Revigor

Inventaire : Véritasérum,
Amortentia,
Philtre de Requinquance,
Potion Contraceptive (x3)
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouilita (x2),
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Scrutoscope
Poupée Vaudou
MessageSujet: Re: Un anniversaire d'enfer !   Lun 2 Mar 2015 - 18:58


Myosotis s'était éloignée de Malicia aussi vite qu'elle était venue, et, à travers la capuche qu'elle s'était mise pour l'occasion sur ses cheveux verts, observait sa pire ennemie bouleversée avaler sans même une hésitation le verre qu'elle lui avait tendu.

Aussitôt, un sourire malveillant fendit le visage de la dryade, d'ordinaire si innocent. Ce verre... Ce verre était son plus grand chef d’œuvre ! Il contenait un cocktail improvisé qui mêlait une vodka de mauvaise qualité à une sous-marque médiocre de sirop de menthe. Oh, et aussi... disons, quelque chose d'autre.

Elle avait travaillé dessus ce quelque chose d'autre pendant des jours.

C'était ce sur quoi elle avait planché, lors de ses longues séances solitaires à la bibliothèque, ou dans les recoins les plus isolés du Grand Potiron, lorsqu'elle fuyait la compagnie de Titus. C'était son plus grand projet, et elle ne doutait pas que grâce à ça, elle allait rentrer dans la légende des Gamma Phi Ortie !

Tout était partie de sa ganja de sa composition, bien trop chargée, qu'elle avait expérimentée pendant les vacances de Noël avec Kimberlie, pour le meilleur... mais surtout pour le pire. Cette ganja les avait mise dans la panade, sa meilleure amie et elle... mais ce que la fille-chlorophylle avait retenu de cette histoire, c'était qu'elle avait vécu le trip de sa vie ! Une version encore plus fun et récréative de toute l'herbe magique qu'elle avait cultivé et fumé jusque là ! Le problème, croyait-elle à l'époque, était dans le dosage.

Avec le recul, elle avait réalisé que non : le problème, ce n'était pas du tout le dosage. C'était l'amnésie !
Et très vite, elle avait compris ce qu'elle attendait d'une drogue pareille. Ce n'était pas se réveiller en haut d'une tour moldue, déguisée et essoufflée, en se demandant comment elle avait pu atterrir là. Elle se fichait de ça comme de sa première couche-culotte. Car en vérité, le résultat importait peu. L'essentiel, c'était le voyage !

C'était après ce postulat qu'elle avait commencé à s’intéresser à la Salvia Divinorum, ce végétal aux vertus magiques que même certains moldus utilisaient pour vivre des trips qu'ils ne comprenaient pas. Elle n'en avait parlé à personne, et s'en était procuré un beau spécimen. Elle l'avait ensorcelée. Elle l'avait croisée avec son plant de Ganja Myosotiana bien trop chargé. Et elle l'avait ensorcelée à nouveau. Elle y avait rajouté des onguents qu'elle avait trouvé dans ses grimoires de sciences occultes, et l'avait arrosé du sang noir de créatures maléfiques et démoniaques des basses dimensions, volé dans les affaires personnelles de Mama Ogg. Et elle l'avait ensorcelée encore une fois.

Et le résultat avait dépassé toutes ses espérances : elle avait créé une drogue aussi dure que l'héroïne la plus pure, aussi addictive aussi, et surtout, plus hallucinogène que toute l'herbe magique qu'elle avait vendu à ses potes Gammas réunie. C'était une drogue parfaite, un psychotrope surpuissant capable de faire vivre une toute nouvelle expérience d'introspection. Une plongée magique et passionnante, via une drogue, certes dure, mais garantie 100% bio ! Myo s'en était délectée d'avance, frémissante d'impatience.

Mais elle ne l'avait pas testée personnellement. Parce qu'elle avait eu peur. Elle avait pourtant grand besoin d'une introspection, histoire de faire le point sur l'enchevêtrement inextricable de ses pensées et sentiments plus ou moins refoulés, mais... ce n'était qu'une version bêta, et c'était potentiellement dangereux. Trop dosé, peut-être, ou trop mêlé de magie noire, qui sait ? De plus, Myosotis ignorait les éventuels effets secondaires. Elle en était donc venu à la conclusion qu'elle avait grand besoin d'un cobaye.

Et quoi de mieux comme cobaye qu'une pauvre petite oie blanche qui n'avait jamais touché à un seul joint de sa vie, une Zêta de rien du tout qui faisait son importante, une sale garce avait, il n'y avait pas si longtemps, gâché sa vie et sa réputation ?

Si elle avait pris la peine de bien y réfléchir, Myosotis se serait sans doute rendu compte qu'au fond, tout au fond, ce n'était même pas contre Malicia qu'elle était en colère. Non, c'était contre elle-même, contre Titus, contre cette relation dans laquelle elle avait mis tant d'espoir et qui tournait au fiasco... mais elle était dans un tel état de nerf qu'elle avait besoin d'un bouc émissaire. Et elle haïssait tellement Malicia McGuire !

C'était donc avec un plaisir à peine voilé que la semi-dryade suivait des yeux la métisse, attendant avec impatience un show qui n'allait pas tarder à débuter. Ça allait être très instructif... mais aussi, très drôle. Très, très drôle. C'était presque dommage qu'il n'y ait pas plus de proches de la métisse pour voir ça.

Quoique... à la réflexion, c'était encore possible. Et ce serait même encore plus délectable ! La fille-chlorophylle se décapuchonna, et, après un bref balayage des lieux par le regard, s'avança d'un pas rapide vers un grand métis aux longues dreads colorées.

Ce dernier oscillait de droite à gauche, un sourire vaseux aux lèvres, tout en chantant à mi-voix :

- I'm gonna be Iron like a Lion in Zion... I'm gonna be Iron like a Lion in Zion...

- Hey, salut Ezzechiel !

Le malheureux rasta sursauta, et considéra avec des yeux globuleux la jeune femme.

- Wouah Majesté, elle est pas totalement zion cette fiesta ?

L'étudiante aux cheveux verts lança à son interlocuteur un sourire sincère :

- Oh oui ! Dis-moi, Ezzechiel, c'est l'anniversaire de ta sœur, ce soir, non ?

- Ouais, ma sister a maintenant...

Le métis commença à compter sur ses doigts, mais à l'évidence il perdit le compte au bout d'un moment, et se mit à dodeliner sa tête.

- Iron, lion, Zion... Toudou toudoudou...

Bibi, sur l'épaule de la Gamma, soupira :

- Eh ben, en voilà un qui pourrait te servir de cobaye un jour, lança-t-elle à l'oreille de sa maîtresse. Il s'en rendrait même pas compte.

Myo acquiesça, puis passa une main devant les yeux du jeune homme.

- Eh oh ! Ezzy !

Avec lenteur, le métis baissa ses yeux vers la sorcière, puis gloussa furtivement.

- Wouah ! Majesté! Elle est pas totalement zion cette fiesta ?

- Ouais, je sais. Hey, je me disais, vu que c'est l'anniversaire de ta sœur, tu sais ce qui lui ferait vraiment très très plaisir ?

- Une patte d'acromentula géante ? suggéra le junkie.

- Non !

- Un service de dînette en porcelaine ?

- Mais non !

- Une collection de béozards ?

- Mais qui voudrait ça ?! s'impatienta Myosotis.

- Une patte d'acromentula géante ?

- Tu l'as déjà dit, et c'est toujours non ! Je crois que ce qui ferait super plaisir à Malicia, c'est une visite surprise de tes parents ! Tu sais, pour qu'ils profitent eux aussi de cette fiesta trop zion !

Les yeux déjà énormes du malheureux sortirent un peu plus de leurs orbites.

- Wouah Majesté, c'est une super bonne idée ! T'es un génie des idées !

Myo esquissa un sourire malicieux :

- Mais non voyons, c'est TON idée, Ezzy ! Tu viens de me le dire !

Ce dernier se gratta le sommet du crâne, pas sûr de lui :

- Ah ouais ?

- Oui, et je te le dis tout net, c'est une idée géniale, Ezzy !

- Ah ouais ! s'enthousiasma le frangin de Mali. C'est une super bonne idée ! Je suis un génie des idées ! Heu... mais quelle idée j'ai eu déjà ?

Myosotis échangea avec sa poupée un regard lourd de sens.

- Tu m'as dit que tu comptais inviter tes parents à venir faire la fête avec Malicia et toi ici ! Et tu devrais le faire maintenant ! Avant d'oublier, insinua la sorcière aux cheveux verts.

- Ouais, et tu sais quoi, Majesté ? J'ai eu une super bonne idée ! J'vais inviter mon vieux pour ma sister !

Ezzy tira de sa cape multicolore un antique miroir à double sens, et le fixa d'un air vide :

- Achab McGuiiiiiiiiiiiire, man !

Aussitôt, le reflet se brouilla, et un homme noir revêche apparut :

- Je suis au travail, Ezzechiel ! Qu'y a-t-il encore ? siffla une voix glaciale.

- Ouaaaaais father chuis à la fête chez Malicia et c'est une tuerie, maaaan ! Regarde ça maaaan ! Comment tu devrais trop venir avec mother ! Comment c'est trop ziiiiioooon !

Pour confirmer ses dires, il balaya les airs avec son miroir, pour montrer à son père ce qui restait du salon de Mali sous les effets de cette fête dégénérée. Le canapé brûlait encore, en dégageant une épaisse fumée noire. Quelques étudiants particulièrement éméchés se mirent à hurler en chœur, Dieu sait pourquoi :

- A POIL MALICIA ! A POIL MALICIA ! A POIL MALICIA !

Le reflet du sorcier se crispa dans une colère glaciale, et Myosotis sourit à nouveau, fière de son mauvais coup.

Puis elle s'éloigna du beatnik métis, et chercha du regard Mali, pour pouvoir se délecter comme il se doit de sa déchéance annoncée.






Mes RPs du Moment !


Dream a little dream of me, avec Augustus Kane

Rock This Party !, avec plein de monde !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2ovdMPc


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Sociales Sorcières
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 102
avatar
Darius Lestrange

Messages : 1753

Situation Amoureuse : En couple.

Filière : Médicomagie

Sorts Connus : Calmos Pacificatum
Chauve-furie,
Citrouilletafors,
Duro,
Inflammarae,
Protego,
Spero Patronum,
Rubeum Nasum,
Repulso,
Tarentallegra,
Periculo Pugno,
Purée de Pois,
Subcingulus,
Episkey,
Serpensortia,
Nauseis,
Impervius,
Légilimancie,
Desillusio,
Dissendium,
Oubliettes

Inventaire : Essence de dictame (x2),
Chocolat Cépamoi,
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x7),
Pommade Pommadante Grégoire,
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x7),
Potion Contraceptive,
Tequila Magouillita (x6),
Horloge des Familles,
Glace à l'ennemi.
MessageSujet: Re: Un anniversaire d'enfer !   Mar 3 Mar 2015 - 22:58

Drago sentait un long filet de sueur froide glisser le long de son échine, alors qu'il fendait la foule d'un pas lourd, le regard égaré. Il avait le souffle court, et ne prêtait aucune attention au sang qui gouttait lentement sur son torse. Pourtant, à en juger par l'expression de surprise qu'avaient ceux qu'il croisait, il aurait probablement dû se préoccuper plus de son état de santé. Mais les pensées de l'Alpha étaient bien plus désagréables qu'une blessure.

Il ne savait pas quoi faire. Pourtant, il devait trouver une solution. Il le fallait. Alors qu'il se faisait cette réflexion, l'estomac noué, Drago eut une soudaine envie de cogner les murs. Il ne s'était jamais senti aussi désemparé. Pourquoi diable avait-il fait ce qu'il avait fait ?

Il bouscula quelqu'un, mais ne s'en rendit pas compte, tout à la panique sourde qui montait en lui et se distillait peu à peu dans ses veines. Il allait perdre Malicia et son orgueil en serait une fois de plus la cause. Mais il ne servait à rien d'aller à la poursuite de la Zeta maintenant : cela ne ferait probablement qu'empirer les choses. Mais dans ce cas, que faire ? Il n'avait rien pour prouver son innocence et pour cause, il ne l'était qu'à moitié !

Le regard bleu acier de l'Alpha s'envenima : il aurait pu éviter cette situation. Quand il avait eu Grandiflore en face de lui, il avait clairement senti que quelque chose n'allait pas. Durant leur conversation, il avait eu plusieurs fois l'impression qu'elle se moquait de lui. Mais tout à sa colère, il n'y avait pas prêté attention : ne comptait alors que son plan. Il était ainsi depuis sa plus tendre enfance, tôt ou tard, il avait toujours eu ce qu'il voulait.  Ce qui était mis en œuvre pour l'avoir lui importait peu. Lui pourtant, plus que nul autre, aurait dû savoir que le diable était dans les détails. Il avait été imprudent au delà de toute mesure et se maudirait longtemps pour ça.

Après avoir erré quelques temps au milieu du gâchis qu'il avait en partie provoqué, Drago fut soudainement tiré de ses pensées par une silhouette familière. Une silhouette à la chevelure verte qui contemplait le désordre ambiant avec ravissement. Les mâchoires de l'Alpha se crispèrent et il avança aussitôt vers elle, le regard froid et implacable. Il saisit Grandiflore par les cheveux et la jeune femme bascula la tête en arrière dans un hoquet de surprise. Les deux transplanèrent dans le parc désert qui se trouvait à quelques enjambées de l'orgie, aux abords de la rivière.

Drago n'en avait pas fini pour autant : sa main enserrant toujours la chevelure de la Gamma, il la traina sur plusieurs mètres, insensible à ses hurlements de douleur, avant de la projeter sans ménagement contre un tronc d'arbre. Sans dire un mot, il braqua sa baguette sur elle.

-Bonsoir Grandiflore, fit-il d'une voix sans âme.

-Drago ? balbutia la sorcière les yeux écarquillés. Mais qu'est-ce que... qu'est-ce qui te prend ?

-Je me suis dit que toi et moi pourrions avoir une petite conversation privée, siffla l'Alpha.

Son regard se durcit :

-Levicorpus.

Dans un cri de surprise, la Gamma se retrouva suspendue dans les airs, se débattant vainement au-dessus de l'eau.

-Attends !! cria-t-elle paniquée. C'est pas ce que tu crois !

-Je crois au contraire que c'est exactement ce que je crois.

Drago abaissa sa baguette et Myosotis but la tasse pendant de longues secondes. l'Alpha considéra le spectacle, froidement, avant de la relever. Cette dernière prit une longue inspiration saccadée.

-T'es complètement cinglé ! s'écria-t-elle soudain.

-C'est une remarque que l'on me fait souvent, fit Drago.

Il la replongea aussitôt dans la rivière glacée et attendit un peu plus longtemps. Puis il leva à nouveau sa baguette et la Gamma émergea dégoulinante et suffocante.

-Le problème avec les personnes dans mon genre, c'est qu'elles supportent mal la... contrariété.

Sans lui laisser le temps de répliquer, il la plongea de nouveau dans les eaux froides. Il la remonta après une bonne minute :

-D'autant plus quand elles ne saisissent pas la raison de leur contrariété, poursuivit Drago nonchalamment.

Sa baguette s'abaissa derechef. La Gamma refit surface quelques secondes plus tard.

- C'est pourquoi je me vois forcé de te poser la question.

Il l'observa en penchant la tête sur le côté :

- Pourquoi ? articula-t-il.

-Pourquoi... quoi ? hoqueta la jeune femme.

-Mauvaise réponse.

Myo se retrouva une fois de plus à boire la tasse. Il la releva à nouveau.

-Les personnes dans mon genre n'aiment pas non plus se répéter. Ceci est donc ta dernière chance de ne pas être jetée en pâture au kelpy.

Myosotis lui lança un long regard indéchiffrable et Drago hurla, hors de lui :

-POURQUOI ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2nZ6IXc


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Occultes
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 182
avatar
Malicia McGuire

Messages : 3446

Double Compte : Aucun !
Situation Amoureuse : Chaotique !

Filière : Sciences Occultes

Sorts Connus : Aguamenti,
Assurdiato,
Batrasempra,
Calmos Pacificatum,
Confundo,
Defodio,
Episkey,
Failamalle,
Ferula,
Gemino,
Impervius,
Incarcerem/Lashlabask,
Oubliettes,
Periculo Pugno
Portus,
Protego,
Protéiforme,
Tarentallegra,
Purée de pois,
Furunculus,
Mucus ad nauseam,
Duro,
Amplificatum,
Revigoré,
Elasticus

Inventaire : Chocolats Cépamoi (x5)
Essence de dictame (x5),
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Philtre de Requinquance (x5),
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Potion Tue-loup,
Rapeltout,
Tequila Magouillita,
Potion contraceptive
MessageSujet: Re: Un anniversaire d'enfer !   Jeu 5 Mar 2015 - 21:37

Ca faisait des heures que la fête durait.  Et pour la plupart des gens, c’était la fête du siècle : il y avait beaucoup trop d’alcool, des gobelets partout par terre, du vomi dans les coins. Les petites plantes vertes sentaient l’urine depuis des heures et certains avaient même essayé de les nourrir avec des crackers. Et des mégots. Qui traînaient partout et surtout dans les saladiers de sucreries noyés dans la bière. Les meubles étaient noirs de suie et encore fumants. Les tapisseries étaient déchirées, quand elles n’étaient pas tagguées de propos sur Malicia qui auraient fait rougir jusqu’à sa grand-mère. Et dieu sait que Mamie Grandamour avait écrit des livres coquins. Mais malgré tout ça, tout le monde était content et bondissait sur la musique pop qui faisait trembler les murs.


Y’avait juste un seul endroit qui était moins festif. Et cet endroit, c’était la cuisine. C’était pas à cause du manque de bouteilles ou du manque de nourriture. Mais les gens n’étaient… pas vraiment à l’aise. En fait, la plupart, essayait de quitter les lieux, pour oublier le plus vite possible ce qu’ils avaient vu. D’autres restaient plantés comme des piquets, fascinés et écœurés par ce qu’ils avaient en face d’eux : c’était une métisse à la robe débraillée et couverte de jus de viande, qui était assise sur le carrelage défoncé. Elle avait allongé ses jambes nues sur les miettes de craquelins, et ne semblait absolument pas se rendre compte que cette position montrait à tout le monde la couleur de la culotte qu’elle portait. Elle était bien trop occuper à manger.

C’était même pire que ça : elle ne mangeait pas, mais elle dévorait avec avidité une énorme escalope de bœuf crue et ruisselante de sang qui gouttait sur ses bras et ses habits. A ses pieds, il y avait des os de poulet, des pots de glace d’un kilo qui suintaient, un bocal vide et léché de ce qui semblait être de la ratatouille périmée et les restes d’un gâteau au chocolat qui s’était débattu en couinant de douleur pendant ce qui avait semblé être des heures aux spectateurs. Comme si ça ne suffisait pas, la jeune femme tirait sur sa viande en roulant des yeux et en poussant de petits gémissements satisfaits comme si c’était le plus grand festin de sa vie.

Le cœur de Malicia battait fort. Elle pouvait entendre son rythme saccadé dans sa tête et sentir la pulsation accélérer sur la moindre parcelle de sa peau. C’était génial. On aurait cru une de ses chansons expérimentales qui changeait de vitesse toutes les dix secondes, et toutes les dix secondes, Malicia avait l’impression que sa tête tournait plus vite et que sa respiration devenait plus rare. En fait, elle n’avait même plus besoin de respirer ! Elle était libérée du poids de son propre corps !

Un gargouillis bizarre se fit entendre et la zeta décida qu’il était temps de faire autre chose. Elle se releva avec difficulté, en laissant de grandes traces de mains ensanglantées sur son frigo. Le talon de sa chaussure se cassa tout net et elle faillit tomber par terre, mais elle se releva en pouffant.

-Est-ce que ça va ? entendit-elle.

La voix de la personne résonna dans la caboche de la métisse qui s’arrêta quelques secondes, ahurie. L’écho était infini et la voix se déformait des graves aux aigus, des fois plus forte, des fois plus faible, en symbiose avec le rythme de son coeur. C’était à mourir de rire. Tout était à mourir de rire. D’ailleurs Mali rigolait sans s’arrêter, et elle avait envie de continuer jusqu’à la fin des temps. Elle pouvait voir la fin des temps, là, juste devant elle : toutes ces petites étoiles qui scintilllaient sans jamais s’arrêter et tournoyaient en spirale dans le cosmos, c’était tellement beau ! Tellement parfait ! Et elle était reliée à tout ça ! Elle et tous les gens de la planète ! C’était tellement beau, tellement parfait !

La métisse, hilare, sanglota quelques secondes, alors que les personnes qui peuplaient la cuisine s’écartaient d’elle à chacun de ses pas boitillants. Malicia finit par faire valdinguer ses talons et poursuivit sa route en titubant. Soudain, elle poussa un cri, qui fit sursauter tout le monde autour d’elle et tendit les bras :

-AMALIA !

Son amie se rapprocha d’elle, inquiète :

-Oh la la, Malicia, qu’est-ce qui t’arrive ? demanda-t-elle.

La métisse la considéra, émerveillée. Amalia était gondolée, et de toutes les couleurs. Ses yeux lui mangeaient son visage et sa tête se déformait dans tous les sens.

-Oh Amalia …Tu es merveilleuse ! se pâma Mali.

La voix de son interlocutrice devint brusquement caverneuse :

-Tes cheveux ont une drôle de couleur et tes yeux… Oh la la !

Le son transperça les oreilles de Mali qui sursauta et poussa un cri : elle fit un geste pour se protéger et son amie fut projetée en arrière contre le mur, dans un arc en ciel de lumière. Alors que les invités se précipitaient sur la jeune femme blessée, l’ex-gryffondor regarda autour d’elle sans comprendre :

-Amalia ?

-Non, moi c’est Gonzague.

Malicia écarquilla les yeux : elle n’était plus dans son salon, mais à l’étage, dans sa salle de bain. En face d’elle, un alpha aux cheveux châtains enduits de gel la regardait en rigolant :

-T’as des absences ou quoi ? fit-il, avant de reprendre une gorgée de la bouteille de whisky quasi vide qu’il tenait à la main. Ça fait 20 minutes que l’on parle ensemble.

-20 minutes ? s’étonna la métisse, effarée. Tu veux dire que ça fait tout ça ?

Elle leva ses deux paumes en face d’elle et écarquilla les yeux :

-Woooow… murmura-t-elle.  

-Tu te rappelles pas ? insista son interlocuteur avant d’insinuer. Tu m’as parlé de ton copain que tu venais de quitter et je t’ai proposé de te consoler.

Sur ce, l’alpha se pencha vers elle et essaya d’enlever les restes de sa robe déchirée. Malicia ne sembla même pas s'en rendre compte et continua à discuter, avec la tête de l’étranger dans son cou :

-J’ai quitté mon copain ? Ah oui, c’est vrai, je m’en rappelais plus. C’est dommage, je l’aimais beaucoup.

Gonzague poussa un grognement exaspéré.

-Il était exactement tout ce que je voulais. Fit la métisse en dodelinant de la tête.

-Tu me l’as déjà dit.

L’alpha plaqua ses lèvres sur sa bouche, mais ça n’empêcha pas Mali de parler :

-Ben tu vois, là par exemple… Quand il m’embrassait, c’était pas hyper désagréable comme avec toi.

-Merci pour moi.

-De rien ! C’était sincère… fit Mali tristement, d’une voix faiblarde, en regardant droit devant elle.

Le jeune homme fit glisser sa robe au-dessus de sa tête et posa ses mains froides sur son soutien-gorge. Elle frissonna.

-Tu vois, je savais que je pouvais pas lui faire confiance, mais je crois que c’est exactement pour ça que... que… mais qu’est-ce que tu fais ?

Gonzague tirait comme un fou sur le haut de ses sous-vêtements sans arriver à ses fins. Malicia se mit à rire, mais devant l’acharnement de l’étudiant, elle perdit l’équilibre… et se cogna la tête contre la cuvette de ses toilettes. Une tâche de sang éclaboussa le sol. Pourtant, elle se releva avec un grand sourire.

-Je vais bien !

Elle bondit sur ses jambes :

-On peut continuer à jouer ? On s’amusait bien !

L'alpha jeta un coup d’œil morne au filet de sang qui coulait le long de sa joue. Il haussa les épaules et la tira vers lui. Malicia leva les yeux et sursauta : une fille était en train de les regarder. Elle avait les yeux entièrement noirs, y compris les parties qui auraient dû être blanches. Sa peau était délavée, cireuse, comme celle d’une personne gravement malade. On voyait même des veines noires apparaître par transparence sous sa peau. Les cheveux de l’inconnue étaient violets, et avaient l’air sales. Tellement sales… Ils crépitaient de temps en temps et semblaient avoir leur propre vie. Ils flottaient au-dessus de ses épaules et ondulaient comme des couleuvres.

-C’est qui la personne là ? bredouilla-t-elle, effrayée.

Gonzague, qui s’acharnait toujours à enlever son soutien-gorge, se retourna et émit un reniflement méprisant :

-C’est ton reflet. Maintenant tais-toi.

Il poussa un cri de victoire : le sous-vêtement venait de céder. Mais il n’eut pas le temps de faire plus : la porte céda dans un énorme fracas et Lucrécya apparut dans l’encadrement, ses talons à la main.





Mes RPs du Moment !


Broken Mirror, avec Lucrécya Rincevent

Days before you came, avec Darius Lestrange

Ceci n'est pas un bizutage, avec Isaac O'Callaghan

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2RvWE


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Occultes
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 219
avatar
Myosotis Grandiflore

Messages : 2144

Situation Amoureuse : Célibataire. Ex-chérie de Magnus Magouille, mais ne s'en rappelle pas.

Filière : Sciences Occultes

Sorts Connus : Aguamenti,
Calmos Pacificatum,
Confundo,
Contusionus Encontusiono,
Diffindo,
Episkey,
Failamalle,
Furonculus,
Impervius,
Incarcerem / Lashlabask,
Incendio,
Inflamarae,
Jambencoton,
Nauseis,
Orchideus,
Oubliettes,
Pointe au Nord,
Portus
Protego,
Repello Moldum,
Spero Patronum,
Repulso,
Rictusempra,
Lumps / Nox
Duro,
Amplificatum,
Revigor

Inventaire : Véritasérum,
Amortentia,
Philtre de Requinquance,
Potion Contraceptive (x3)
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouilita (x2),
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Scrutoscope
Poupée Vaudou
MessageSujet: Re: Un anniversaire d'enfer !   Sam 7 Mar 2015 - 11:10

A peine sortie de son bain glacial forcé, Myosotis prit une longue bouffée d'air, le souffle court, transie de froid.  Elle sentait le poids de ses vêtements détrempés sur elle, et ses cheveux, collés sur son visage, étaient tellement gorgés d'eau qu'ils avaient pris une teinte vert sapin, très sombre.

La jeune femme baissa les yeux, vivement. Drago la tenait toujours en joue avec sa baguette, et tant qu'il garderait cette pose, elle resterait à sa merci, les pieds dans le vide, à un mètre du sol à peine. Elle glissa avec discrétion sa main jusqu'à la petite poupée vaudou, qui s'accrochait à sa manche avec ses petits bras de tissus.

En contrebas, le blondinet enragea, réitérant sa question :

-POURQUOI ?!

La Gamma ferma les yeux.

Toute sa vie, elle s'était efforcée de faire ce qu'on attendait d'elle. Elle avait été courtoise, serviable... transparente. Toujours gentille, même en face de ceux qui ne l'étaient pas. Elle n'avait pas été parfaite, non, loin de là. Elle avait fait des erreurs, elle avait trop agi à l'instinct et pas assez à la réflexion. Elle avait vendu des herbes illicites, et lancé des sortilèges illégaux un peu trop hasardeux. Mais elle s'était toujours efforcée d'être gentille. D'être empathique. De pardonner à ceux qui l'écrasaient. De ne pas faire intentionnellement de mal aux gens. De cacher ses envies les plus inavouables, et de réprimer ses sentiments gênants.

Et, après vingt ans de ce régime, elle en avait marre, de toutes ses conneries. Marre, marre, marre. Qu'y avait-elle gagné ? Des dettes envers une mère qui la méprisait. Une réputation souillée à jamais. Et des gens qui la traitaient comme une serpillière. Des gens... comme Drago.

Elle rouvrit les yeux. Et sourit, bien qu'il n'y ait pas matière à sourire.

C'était fini. Elle ne serait plus jamais gentille. Elle ne serait plus jamais effacée. Et jamais plus elle ne s'excuserait pour ses actes. Elle ne tremblait pas. Elle n'était ni exaltée, ni en colère à cette idée. Elle était entrée en guerre, le plus calmement, le plus silencieusement du monde. Elle se sentait déterminée, et prête à en découdre. Ça ne lui ressemblait pas, mais elle ne se ressemblait pas, aujourd'hui. Sans doute qu'elle ne se ressemblerait plus, désormais.
Elle ressentit une joie sombre à cette idée. Et alors que l'AAA semblait sur le point de lui faire à nouveau goûter au plaisir des bains de minuit improvisés, la française planta avec entrain une longue aiguille dans la main droite de Bibi.

Quasi-simultanément, Malefoy poussa un cri de douleur, et lâcha sa baguette.

Myosotis retomba sur le sol, et s'ébroua. Ce qui était passablement inutile, au vu de la pluie battante qui venait de redoubler, et qui les trempait tous deux jusqu'aux os. Elle se redressa néanmoins, et, après s'être prudemment éloignée de la rive, lança au blondinet un sourire qui n'avait rien de chaleureux.

- Putain, c'est hilarant, lança joyeusement la dryade.

- Que trouves-tu si drôle, exactement ? siffla son adversaire, qui venait de récupérer sa baguette, nullement impressionné.

- C'est hilarant que tu aies pu penser que j'étais de ton côté.

Devant le mutisme de l'ex-héritier, elle développa :

- Sincèrement, Drago ? Tu pensais vraiment que je voulais t'aider ? Alors que jour après jour, tu ne montres que du mépris pour moi ? Alors que tu daignes même pas me dire bonjour, au boulot ? Que tu passes ton temps à m'insulter, à me traiter de « plante verte » ou « buisson » ? Que t'as aucune reconnaissance pour ce que j'ai fait pour toi dans ce putain d'enfer dans lequel on était coincé tous les deux ? T'es vraiment aussi naïf ?!

Elle secoua la tête, en réprimant un petit rire méchant :

- Mais non. C'est même pas de la naïveté, dit-elle, d'une voix douce. C'est juste une question d'ego. Parce que je ne suis pas malfaisante comme toi, tu me sous-estimes, alors même que tu sais ce dont je suis capable. Tu me prends pour une imbécile depuis trop longtemps, en te gargarisant de ta propre intelligence. Et quand t'es venu me voir tout à l'heure, c'était pas pour m'aider, mais pour te servir de moi. Tu voulais m'utiliser pour arriver à tes fins, et avoir le bouc émissaire idéal. Tout en pensant que je ne m'en rendrai pas compte. Mais je ne suis pas aussi idiote que tu le crois, Drago.

Devant le regard de plus en plus haineux de l'Alpha blond, la sorcière secoua la tête et rigola :

- Allons, avoue-le, c'était de bonne guerre ! Tu voulais te servir de moi, je me suis servie de toi ! Quel effet ça fait de goûter à sa propre potion ?

- Et c'est donc ça ? persifla Malefoy, dédaigneux. Je t'ai pris pour plus imbécile que tu n'es, je te l'accorde. Cela justifie donc tout ?

- Oui, rétorqua sans l'ombre d'une hésitation son interlocutrice.

- MAIS POURQUOI FAIRE DU TORT A MALICIA ? CELA NE LA CONCERNE ABSOLUMENT PAS ! Cria Drago, à bout  de nerf.

Piquée au vif par l'évocation de son ennemie, la française fronça ses sourcils :

- Je n'ai absolument pas à me justifier envers toi ! s'emporta-t-elle soudain. Je suis dans mon droit ! Cette garce n'a que ce qu'elle mérite !

- Garce ? répéta Drago, abasourdi.

Sans plus attendre, il serra les dents, et pointa à nouveau sa baguette sur la jeune femme aux cheveux verts, avec l'agilité d'un expert en duels. La Gamma, quant à elle, brandit sa poupée, menaçante. Les secondes s'égrenèrent comme des heures, tandis  que les deux se jaugeaient du regard, sous une pluie de plus en plus  forte, chacun attendant le moment idéal pour porter le coup de grâce à son ennemi.

Mais soudain, la jeune femme aux cheveux verts sentit une présence derrière elle. Ce qui se confirma lorsque le blondinet qui lui faisait face leva un sourcil interrogateur.

- Miss Grandiflore, fit une voix grave et monocorde dans son dos.

Myo soupira : elle ne connaissait que trop cette voix-là. Elle se retourna, et, sans surprise, vit que les deux sbires patibulaires et identiques de Magouille la surplombaient de toute leur hauteur.
L'un deux posa une paluche gigantesque aux doigts musclés sur l'épaule de l'étudiante, qui leva les yeux au ciel :

- Tiens, ça faisait longtemps, grommela-t-elle.

- Le docteur Magouille veut vous voir, fit l'un des jumeaux.

- Immédiatement, précisa le second, d'un ton sans équivoque.

Les sourcils fins et verts de la française se froncèrent :

- Bordel, j'ai aucune intention de...

Mais Drago, qui suivait la scène avec effarement, ne put entendre la suite de la phrase : la Gamma aux cheveux verts et les deux mastodontes venaient de transplaner.

Myo se retrouve dans le bureau du Doyen !






Mes RPs du Moment !


Dream a little dream of me, avec Augustus Kane

Rock This Party !, avec plein de monde !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2ovdMPc


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sports Sorciers
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 262
avatar
Lucrécya Rincevent

Messages : 3534

Double Compte : Augustus Kane
Situation Amoureuse : cachez vos mecs, les morues : chuis à nouveau célib !

Filière : Aurorologie

Sorts Connus :
Accio,
Aguamenti,
Amplificatum/Reducto,
Animagus,
Calmos Pacificatum,
Confringo,
Contusionus Encontusiono,
Cucurcelerum
Defodio,
Episkey,
Folloreille,
Gemino
Incarcerem,
Inflammarae,
Lashlabask,
Locomotor,
Multicofors,
Nauséis,
Periculo Pugno,
Repulso,
Revigor,
Rictusempra,
Sonorus,
Spero Patronum,
Subcingulus

Inventaire :
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x3),
Horloge des Familles,
Pommade Pommadante Grégoire,
Lait de Poule du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouillita (x4)
Potion de Requinquance (x2)
MessageSujet: Re: Un anniversaire d'enfer !   Sam 7 Mar 2015 - 16:02

Depuis trop longtemps, Lulu était seule, enfermée dans une cohue braillarde puant la sueur et l'alcool. Une fois de plus, elle sentit la frustration et la colère monter en elle. Et y'avait de quoi ! Elle avait suivi une Malicia furibonde prête à latter la tronche de Malefoy, avec entrain. C'était le genre de spectacle qui ne lassait jamais l'ex-Serpentard, même lorsqu'il s'agissait de ses amis. Surtout lorsqu'il s'agissait de ses amis, en fait ! Elle avait donc sautillé à la suite de la métisse... et il n'avait pas fallu plus de dix secondes pour qu'elle la perde dans la foule grouillante. Dix secondes ! Lucrécya maugréa à ce souvenir. Elle tenta de se mettre sur la pointe des pieds, mais renonça bien vite. Elle joua des coudes et des pieds, trottinant sur ses talons hauts, vacillant souvent sur ce qui avait été versé sur la moquette. Puis elle serra les dents : devant elle, jaillissait la touffe caractéristique de sa rivale de toujours, McCormick. Et, de l'autre côté, elle aperçut l'éclat d'une ignoble chevelure verte reconnaissable entre mille. Lucrécya serra ses poings, agacée comme jamais : comment ces véracrasses dégénérés osaient s'inviter ici ?! Elles n'étaient pas invités ! Elles n'étaient en aucun cas les bienvenues ! Leur présence enrageait la petite brunette encore plus que celle des innombrables inconnus qui avait saccagé la maisonnette de son amie. Mais avant même qu'elle n'ait le temps de fomenter le moindre plan contre ses sans-gênes indésirables, elle se fit à nouveau bousculer, pousser, et finalement, happer par la foule.


Boudeuse et vexée d'être aussi impuissante à cause de sa taille, elle croisa les bras. Et c'est à ce moment précis qu'elle vit le gros fléreur borgne, au poil terne et mité et à l'oreille cassée, qu'elle avait prévu d'offrir à Mali, se balader tranquillement à travers les pieds des danseurs. Il feulait et crachait sur quiconque tentait de le caresser, et donnait de méchants coups de griffes aux innocents mollets à portée de ses pattes. Lulu ouvrit des yeux ronds : elle avait mis un temps dingue à attraper ce sac à puces sauvage, qui traînait depuis des semaines du côté du local à poubelles du McGo, et Mali n'avait même pas eu le temps d'ouvrir le paquet ! Merde alors ! Alors qu'il tardait tant de voir les yeux plein d'étoiles de sa meilleure amie en voyant son merveilleux cadeau !

-J'EN AI RAS LE CHAUDRON ! hurla-t-elle.

Elle sortit sa baguette, et la pointa vers une direction au hasard :

-REPULSO !

Deux-trois étudiants crièrent alors qu'ils se faisaient expulser au loin, tombant comme des dominos humains sur leurs voisins, laissant à Lucrécya un champs de vision nettement plus libre.
La jeune femme fut satisfaite quelques secondes... mais très vite, écarquilla les yeux : Malicia se tenait debout, à quelques mètres devant elle. Mais elle avait pas l'air bien, comme... sonnée. Et c'était pas du sang, sur son front ?!!

Lucrécya la rejoignit en deux enjambées, et tendit ses bras vers sa meilleure amie :

-MALI CA VA ?!

-Alalala j'ai la tête toute retournée... gémit cette dernière.

Lulu fronça les sourcils : maintenant qu'elle y regardait mieux, c'était pas vraiment Malicia devant elle. Pas du tout, même. C'était sa pote Amalia, la Zêta-bêta, trop simplette pour être vraiment méchante.

-Crénom d'un balai, j't'ai confondu avec Malicia, grogna Lulu. Tu saurais pas où elle est ?

-Alalalala c'est terrible ce qui est arrivé à Malicia ! lança la Zêta d'une voix idiote et monocorde.

Lucrécya fronça les sourcils, interdite :

-Quoi ?

-Elle était toute... toute... toute... euh... ohlala, je sais pas comment dire.

Le soupir que Lulu poussa ne montra pas toute l'impatience qu'elle avait en elle.

-Ben, explique ! intima-t-elle, un peu abrupte.

Amalia posa une main sur son front ensanglanté :

-Elle était toute... toute... bizarre. Et sa coiffure était complètement ratée ! Elle s'est teint en couleur glycine, et c'est totalement saison dernière, tu te rends compte ?

-Ouais, on s'en fout de ça ! Elle est où ?

-Alala, la dernière fois que je l'ai vu, c'était il y a un moment, elle montait avec un garçon.

Lucrécya cligna des yeux, surprise.

-Elle montait... à l'étage ? Là où y'a sa chambre ?

-Oui !

-Avec un mec ?

-Oui !

Un sourire plein de sous-entendus naquit sur le visage de l'AAA :

-Malefoy ???

Amalia secoua lentement la tête.

-Alala non c'était pas Drago Malefoy, Drago Malefoy il est blond chérubin, alors que là le garçon, il avait les cheveux châtain cuivré, je dirais même châtain cuivré clair.

Le sourire de Lucrécya s'évanouit :

-QUOI ?! C'EST QUI CE CLAMPIN ?! ET QU'EST-CE QU'IL CROIT QU'IL VA FAIRE A MALI ?!

La batteuse n'attendit pas la réponse, qui ne vint d'ailleurs sans doute jamais. Elle enleva ses chaussures à talons, les tint dans sa main gauche, et, de sa main droite, tendit sa baguette devant elle.

-REPULSO ! CASSEZ VOUS DE MON CHEMIN, ABRUTIS ! REPULSO !

Les cris fusèrent tandis que la petite batteuse enragée se frayait un chemin dans la foule à coup de sortilège d'expulsion. Elle parvint finalement aux escaliers de la maisonnette, et les grimpa quatre à quatre, déchaînée comme jamais.
Elle entra en trombe dans la chambre de son amie... mais il n'y avait personne. Par contre, des voix parvenaient de la salle de bains adjacente.
L'ex-Serpentard ne réflechit pas une seule seconde, et tendit une baguette rageuse vers la porte :

-CONFRINGO !

La porte de la salle de bains implosa littéralement. Aussitôt, un voile d'inquiétude passa sur le visage de Lucrécya, qui lâcha ses chaussures sous le choc.

Elle s'était mis en tête que sa meilleure amie avait bu jusqu'à être bien pompette, et qu'un connard en rut avait voulu profiter de son état. Bon, le fait était que le connard en rut était bien là. Mais par contre, le terme ''pompette'' n'était pas vraiment le bon mot pour décrire l'état de Malicia.
A vrai dire, s'il y avait un bon mot, Lucrécya ne le connaissait pas. Et ne voulait pas le connaître.
La malheureuse métisse tanguait et vacillait dangereusement, comme prête à tomber à tout moment. Mais sa démarche n'était pas le plus flippant : elle avait des cheveux chelous de gorgone, des yeux chelous d'alien, et on pouvait voir pulser ses veines à travers sa peau chelou. Et elle avait le visage maculé de sang poisseux, ce qui ne l'empêchait pas d'arborer un étrange sourire empli de mélancolie et de tristesse.

Ah, et hormis sa culotte, elle était à poil.

Les yeux de Lulu s'emplirent de fureur, et se posèrent sur le gars qui lui faisait face. Il s'agissait de Gonzague Saint-Bris, un gars de sa fraternité. Elle ne le connaissait pas super bien, mais elle savait une chose : elle ne pouvait pas se le blairer. Ouais, bon, elle pouvait s'en blairer aucun, des imbéciles heureux de sa fraternité... mais lui, c'était le summum ! C'était l'Alpha Alpha Alpha dans tout ce qu'il pouvait avoir de plus cliché et de plus détestable : riche, condescendant, méprisant, imbu de lui-même... et un gros putain de connard avec les gonzesses.
Ce dont Lucrécya n'avait rien à foutre, d'habitude. Mais personne ne touchait à Mali impunément.

Elle gronda, à la manière d'un chien enragé, ce qui fit déglutir Gonzague.

-Lucrécya ? s'étonna-t-il. Mais que fais-tu...

-Accio Séraphine !

L'Alpha lilliputienne attrapa la batte qui vola vers elle. Et ce, sans lâcher du regard Saint-Bris, qui n'avait pas l'air bien à l'aise. Elle fit un pas en avant.

-Euh... Lucrécya ? Que comptes-tu faire exactement ? fit le malheureux Gonzague, apeuré.

Lulu sourit méchamment. Elle prit sa batte à deux mains, et ses yeux se baissèrent sur une certaine partie de l'anatomie du jeune homme. Le hurlement interminable qui s'ensuivit résonna dans toute l'université.

Quelques secondes plus tard, Lucrécya poussa Malicia hors de la salle de bains :

-Crénom d'un balai ! T'es toute glacée ! Qu'est-ce qui t'es arrivé ?

Le sourire de la métisse s'accentua, alors qu'un filet de sang coulait de son crâne jusqu'au bas de sa joue.

-Le cosmos... Je ne fais plus qu'un avec le cosmos... C'est d'une étrange beauté.

-Okay. C'est Saint-Bris qui t'a fait ça ? J'pensais pas que c'était son genre ! D'habitude il se contente de laisser les meufs boire toutes seules, et de profiter du résultat. Ou alors c'est Malefoy ?! Non, Malefoy n'aurait jamais fait ça. Pas à toi, en tout cas.

Mali plongea ses yeux perturbants, tout noir, dans ceux de l'AAA :

-Ta voix est la plus belle mélodie que j'ai jamais entendue !

-Ma... voix ? Okaaaay, croassa la brunette. C'est décidé j't'amène au dispensaire...

Elle baissa les yeux, et rajouta :

-Mais avant, faut un truc pour cacher tes gros lolos.

Lulu se mit les mains sur les hanches, et balaya la chambre de Malicia du regard. Des gens y avaient laissé des canettes vides, des mégots en tout genre, et avaient versé de la bière sur la couette moelleuse du lit. Et ils avaient tagués les murs de dessins cochons. Et crénom d'un balai, comment ils avaient fait pour laisser des traces de semelle sale jusqu'en haut des murs et au plafond ?! Mais dans l'absolu, la pièce s'en était mieux sorti que le salon du rez-de-chaussée.

Lucrécya ouvrit le placard de la Zêta, et plissa les yeux, à la recherche de quelque chose pour couvrir la nudité de son amie. Elle fronça les sourcils : pourquoi il n'y avait que d'immondes pyjamas en pilou dans cette penderie ?! Et en plus, la plupart d'entre eux étaient d'horribles grenouillères ridicules, élimées à force d'être trop portées. Lulu jeta un œil à la métisse, qui dodelinait la tête devant un miroir en cap  fendillé : ouaip, tenter lui foutre une grenouillère alors qu'elle était dans un état secondaire voire tertiaire, ça allait être coton. Valait mieux rester simple.

Apercevant d'un coup, dans un coin du placard, une vieille cape noire élimée au blason rouge et or, elle la saisit, et en drapa les épaules de son amie. Puis elle grimaça : à l'évidence, cette cape était celle que Malicia avait lorsqu'elle était à Gryffondor... en première année. Le vêtement ne parvenait pas à couvrir ne serait-ce que son nombril.
Mais bon, les roploplos étaient cachés, c'était déjà ça.

-Mouais, ça ira, décréta la batteuse. Allez-viens.

-On va où ? demanda Malicia d'une voix étherée, tout en regardant ses propres doigts avec intérêt.

-Te soigner ! Et si au passage je trouve le fils de fumier qui t'a foutu dans cet état, je lui éclate la rate à coup de Séraphine !

La Zêta à la peau blafarde émit un petit rire triste :

-Oh Lustucru, je t'aime tellement !

-Mais oui, mais oui, marmonna Lulu, un peu gênée.

Elle passa son bras autour des épaules de son amie, ce qui n'était pas une mince affaire, au vu de la différence de taille entre les deux. Puis, sa baguette à la main, elle descendit les escaliers avec précaution, prête à se dégager un chemin dans la foule au besoin.

Mais alors qu'elle avait descendu plus de la moitié des marches, elle ouvrit des yeux ronds et paniqués : les parents de Malicia venaient d'entrer dans la maisonnette, et considéraient les dégâts de la fête, bouche bée. Puis, comme si elle était aimantée, la tête de son père se tourna vers les deux amies, et ses yeux glacials les fixèrent avec une sévérité sans égal.

-Oups, laissa échapper l'Alpha.





Mes RPs du Moment !


Les Nouvelles Exploratrices, avec Malicia McGuire

Welcome to Motel Alabama, avec Isaac O'Callaghan

Like a broomstick in the wind, avec Enola Powell et tous ceux qui le veulent !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2HBEB


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Sociales Sorcières
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 102
avatar
Darius Lestrange

Messages : 1753

Situation Amoureuse : En couple.

Filière : Médicomagie

Sorts Connus : Calmos Pacificatum
Chauve-furie,
Citrouilletafors,
Duro,
Inflammarae,
Protego,
Spero Patronum,
Rubeum Nasum,
Repulso,
Tarentallegra,
Periculo Pugno,
Purée de Pois,
Subcingulus,
Episkey,
Serpensortia,
Nauseis,
Impervius,
Légilimancie,
Desillusio,
Dissendium,
Oubliettes

Inventaire : Essence de dictame (x2),
Chocolat Cépamoi,
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x7),
Pommade Pommadante Grégoire,
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x7),
Potion Contraceptive,
Tequila Magouillita (x6),
Horloge des Familles,
Glace à l'ennemi.
MessageSujet: Re: Un anniversaire d'enfer !   Mer 11 Mar 2015 - 22:27

Myosotis Grandiflore avait disparu en un éclair, emportée au loin par deux hommes de main peu amènes. Stupéfait, Drago était resté quelques secondes sans bouger le moindre membre, sous une pluie capricieuse qui battait rageusement le sol. L’eau se déversait sur ses épaules, et les cheveux de l’Alpha se collaient à son front froissé. Il ne savait pas ce qui pouvait bien justifier une telle interruption, et se fichait cordialement d’en connaître les raisons. En ce qui le concernait, la Gamma pouvait bien aller au diable. Il aurait cependant souhaité plus que tout au monde pouvoir l’y envoyer lui-même.

Drago n’avais jamais apprécié cette jeune femme, il n’avait jamais souhaité la connaître non plus. Son antipathie envers elle avait été immédiate, quasi physique, sans qu’il ne parvienne jamais à comprendre pourquoi. Ses échanges avec elle avaient toujours été froids, et réduits à leur strict minimum, et il avait fallu qu’il se retrouve confiné dans une réalité déformée avec la sorcière pour qu’un semblant de conversation se noue entre eux et qu’il comprenne enfin les raisons de son malaise. Au fur et à mesure de la journée passée ensemble, l’Alpha s’était découvert un certain nombre de similarités troublantes avec la jeune femme : leurs vies pourtant dissemblables comportaient des accidents de parcours notables auxquels ils avaient tous deux réagis en concordance… Mais Drago n’avait jamais imaginé que cette ressemblance puisse être si profonde. Car c’est bien cela qui le tétanisait aujourd’hui : ce soir, il avait reconnu en Myosotis Grandiflore une de ses semblables. Et cette perspective, qu’il n’avait pas soupçonnée jusqu’alors lui glaçait le sang.

Il pouvait sentir le vide en elle, ce même vide dévorant auquel il se confrontait tous les jours, une absence totale d’empathie envers autrui, qui l’avait conduit et le conduisait encore aujourd’hui à appuyer là où ça faisait mal, pour le simple plaisir de le faire... Mais Grandiflore avait quelque chose que lui n’avait pas et ce quelque chose était un masque. Un bouclier d’innocence qu’elle avait minutieusement construit et qui lui donnait la possibilité de s’abstraire de toute responsabilité et de justifier la plus insipide de ses actions. Un bouclier qu’elle avait ôté quelques secondes ce soir-là. En plongeant alors son regard dans celui de la jeune femme, Drago avait été pris de répulsion, mais également d'inquiétude : était-ce donc cela que les autres voyaient en lui ? Cette simple pensée lui avait donné envie de réduire la personne qu’il avait en face de lui en cendres.

Car si Drago s’était autrefois senti fier de son insensibilité, s’il avait fait plus que sa part de mal, s’il avait longtemps aspiré à être plus que l’égal de son père, il ne souhaitait plus rien de cela désormais. Son éducation lui pesait, et il se sentait épuisé d’être de ceux qui n’existent que pour se confronter. Sa vie lui semblait une lutte sans fin contre des penchants sanglants et des aspirations démesurées si profondément ancrées en lui qu’il ne savait même plus si elles étaient les siennes ou celles de sa famille maudite. Il était une créature sans maître, un monstre de plus relâché dans la nature. Mais il était différent de Grandiflore. Peut-être avait-il eu tout simplement plus de chance qu'elle, et avait-il croisé au bon moment, les personnes dont il avait réellement besoin...

L’Alpha se mit en mouvement, et quitta le parc désert, ne sentant même pas le froid qui lui engourdissait les os. Il stoppa quelques instants devant la maison dont il avait été chassé quelques instants auparavant. Il n’aurait voulu qu’une chose : que Malicia soit là, dehors, à le chercher du regard, sa mine solaire brouillée par l’inquiétude, prête à entendre une fois de plus ses excuses. Mais il n’y avait aucune trace de la métisse, et Drago baissa la tête, et reprit lentement son chemin.

C’était ce qu’il y avait de mieux à faire. Ce soir, comme tant d’autres, il ferait faire face au vide. Seul.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2nZ6IXc


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Occultes
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 182
avatar
Malicia McGuire

Messages : 3446

Double Compte : Aucun !
Situation Amoureuse : Chaotique !

Filière : Sciences Occultes

Sorts Connus : Aguamenti,
Assurdiato,
Batrasempra,
Calmos Pacificatum,
Confundo,
Defodio,
Episkey,
Failamalle,
Ferula,
Gemino,
Impervius,
Incarcerem/Lashlabask,
Oubliettes,
Periculo Pugno
Portus,
Protego,
Protéiforme,
Tarentallegra,
Purée de pois,
Furunculus,
Mucus ad nauseam,
Duro,
Amplificatum,
Revigoré,
Elasticus

Inventaire : Chocolats Cépamoi (x5)
Essence de dictame (x5),
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Philtre de Requinquance (x5),
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Potion Tue-loup,
Rapeltout,
Tequila Magouillita,
Potion contraceptive
MessageSujet: Re: Un anniversaire d'enfer !   Ven 13 Mar 2015 - 18:45


Il y avait trop de lumière, beaucoup trop de lumière… Tout autour de Malicia étincelait, flashait, crépitait ! C’était des halos beaucoup trop brillants qui s’allumaient et s’éteignaient sans jamais s’arrêter. Les couleurs étaient tellement vives, ça lui brûlait les yeux, toutes ces couleurs,  et elle ne connaissait même pas leur nom !

Sans savoir pourquoi ça l’angoissait autant, Mali porta une main à sa gorge, alors que Lucrécya la tirait en avant. Elle releva la tête : elle avait l’impression que sa meilleure amie flottait au milieu des gens… mais pas elle ! Elle, elle était comme happée de l’intérieur. Quelque chose lui mangeait les veines, lui croquait les os, et elle avait de grosses flaques d’huile noire devant les yeux, qui lui bouchaient la vue. Tout devenait flou un peu plus chaque seconde… avant de redevenir clair, subitement.

Elle sentait tout, elle entendait tout, et surtout la pluie dehors. C’était comme si on déversait des milliers de clous dans sa tête. Et il y avait tellement de monde ! Tellement de monde… les visages de tous ces gens inconnus tournaient autour d’elle, comme dans un mauvais manège. Leurs voix s’emmêlaient dans son crâne, toujours plus fortes, toujours plus aigües et coupantes. Et ça lui donnait envie de rire, pourquoi elle voulait rire ?! Elle avait l’impression d’avoir tellement ri que son ventre lui faisait mal et que son visage était tout engourdi. Si elle éclatait de rire maintenant, son cœur tomberait en morceaux, c’était sûr…

Lucrécya s’arrêta au milieu de la foule et Mali se retint à elle pour ne pas tomber dans les escaliers.

-Qu’est-ce qui se passe ? bafouilla-t-elle d’une voix déconnectée. On est arrivées ?

-Euh… Pas vraiment non… lui répondit sa meilleure amie.

-FISTON !

La grosse voix gronda comme un tonnerre dans le brouhaha qui habitait la tête de la zeta. Mali releva le bout du nez et essaya de trouver son papa dans la foule. Elle faillit tomber en avant, mais Lulu la rattrapa :

-C’est la cata ! Faut qu’on se carapate ! lui souffla la batteuse. On transplane à 3 ! 1… 2…

-Papa !

Toute contente, Mali tendit les bras en avant et essaya de descendre les marches, un pas après l’autre, en se faisant bousculer par tous les invités qui étaient devant elle. Lulu la suivait, en essayant comme elle pouvait de remettre sa cape droite. Son père la regarda arriver. Il était vraiment très en colère. Mais il avait aussi l’air très inquiet. Elle ne voyait vraiment pas pourquoi.

-Malicia, veux-tu expliquer…

Elle attrapa son père par les joues et se mit à les tirer dans tous les sens :

-Oh papa, qu’est-ce que t’es beau !

Achab ne répondit pas à son compliment.

-Malicia !

La métisse tourna la tête vers sa maman. Elle la regardait, toute horrifiée, elle, l’état de la maison et les affreux tags aux murs :

-Oh mon dieu, Malicia, mais… Qu’est-ce que c’est que cette histoire ?! s’écria-t-elle, morte d’inquiétude. Qu’est-ce qui t’arrive ?!

La métisse pencha la tête sur le côté, avec un sourire étrange, comme si elle était perdue à l’intérieur d’elle-même. Minnie se tourna vers Lulu avec des yeux pleins d’inquiétude et de questions.  Sa meilleure amie avait pas l’air très fière :

-Je sais pas ce qui s’est passé ! s’exclama-t-elle, paniquée. Je viens de la trouver comme ça ! Elle était juste partie tabasser…

La maman de Malicia faillit s’étouffer :

-Tabasser ?!

-Non mais c’est pas ce que vous pensez ! s’écria Lucrécya. Y’avait des gens qui buvaient partout, et ils voulaient tous que Mali se mette à poil alors…

-ALORS ?!  demanda Achab.

La batteuse croisa sa tête furieuse et grimaça :

-Non rien.

Elle détourna les yeux et tira encore un peu sur la cape de Mali, que son père fusillait du regard :

-Fiston. Cette fête est terminée.

Malicia sursauta et sortit de ses rêves :

-Quoi ?! Non !

Elle sourit, à la fois émerveillée et triste, en regardant autour d’elle :

-C’est la plus jolie fête du monde…  

-C’est une gigantesque blague, oui ! hurla sa maman.

Elle la prit par les épaules.

-Je ne sais pas ce que tu as bien pu boire ou pire, mais jamais, jamais je n’aurai pensé que tu étais capable de ça, Malicia ! Nous ne t’avons pas élevée comme ça ! Que ton frère n’en fasse qu’à sa tête, on a l’habitude, mais pas toi, Malicia ! Toi, tu n’as pas le droit !

-Si, j’ai le droit ! cria la métisse.

Un flash lumineux emplit la pièce et sa maman vola en arrière et se cogna contre la porte d’entrée sous les yeux surpris de tous les invités, qui se figèrent tous comme des automates. Son père et Lucrécya se précipitèrent sur elle mais Malicia continua à crier. Elle avait les poings serrés, et ses cheveux s’étaient mis à crépiter encore plus qu’avant :

-J’ai tous les droits que je veux ! Je suis majeure ! Et si vous ne m’aimez pas parce que je ne suis pas parfaite, tant mieux !

-Ca suffit, fiston ! hurla son père. Tu cesses tout de suite ou…

-Ou quoi ?! hurla encore plus fort Malicia. Tu vas me gronder ?! Mais j’en ai marre que tu me grondes pour tout simplement parce que tu ne veux pas te disputer avec Ezzechiel ! J’en ai assez que tu sois jamais content ! J’en ai assez de tes blablas et de tes conseils et de ton sport ! Et j’en ai assez que tu me détestes parce que je ne suis pas un garçon ! Tu sais quoi ? Je suis une fille ! Une putain de fille avec des seins sous sa cape et si ça te pose problème, alors tu peux mourir ! Je serai jamais ce que tu veux ! Je suis pas ta chose, je ne suis pas à toi, ni à personne !

Elle se reçut une belle gifle. C’était la première fois qu’on lui en donnait une.

-Achab ! s’écria sa maman, qui s’était relevée et se tenait le bras.

-Mais arrête de la protéger ! répondit son papa. Regarde-la !

Malicia se mit à trembler comme une feuille. Elle essaya de reprendre sa respiration, par à coups. C’était difficile. Elle n’avait jamais remarqué que c’était si difficile de respirer. Elle ferma les yeux, très fort. Quand elle les ouvrit, le monde était rouge. Elle avait de grosses larmes toutes rouges qui lui tâchaient les joues.  Et elle sentait son cœur battre très fort. Autour d’elle, la foule avait arrêté de faire la fête et la regardait comme si elle était une bête curieuse. Ils avaient tous l’air d’attendre ce qui allait se passer. En face d’elle, ses parents se disputaient. Ils ne se disputaient jamais.  Et c’était sa faute !

Mali hoqueta. Il y avait trop de monde. Et pas assez d’air.

-Papa… murmura-t-elle.

Mais son papa ne l’entendit pas. Mali sentit son cœur accélérer encore. Il battait tellement  vite qu’on aurait cru un seul et long battement.

-Papa ! cria-t-elle.

Ses parents se tournèrent vers elle, surpris.  Elle eut à peine le temps de lever ses yeux pleins de larmes toutes rouges vers eux :

-J'me sens pas bien...

Elle tomba par terre et sa tête frappa le sol. Elle avait les yeux grands ouverts. Mais elle ne voyait plus rien. Ca criait autour d’elle, mais elle n’entendait que son cœur. Qui battit une fois, deux fois, trois fois…. puis plus rien.





Mes RPs du Moment !


Broken Mirror, avec Lucrécya Rincevent

Days before you came, avec Darius Lestrange

Ceci n'est pas un bizutage, avec Isaac O'Callaghan

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2RvWE
 

Un anniversaire d'enfer !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wizardry & Occult Witchcraft University :: RPG :: Avalon Estate :: Mysteria Lane-