Image Image ImageAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 
Partagez | 
 

 Girl, interrupted...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sports Sorciers
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 309
avatar
Lucrécya Rincevent

Messages : 3442

Double Compte : Augustus Kane
Situation Amoureuse : cachez vos mecs, les morues : chuis à nouveau célib !

Sorts Connus :
Accio,
Aguamenti,
Amplificatum/Reducto,
Calmos Pacificatum,
Confringo,
Contusionus Encontusiono,
Defodio,
Episkey,
Folloreille,
Gemino
Incarcerem,
Inflammarae,
Lashlabask,
Locomotor,
Multicofors,
Nauséis,
Periculo Pugno,
Repulso,
Revigor,
Rictusempra,
Sonorus,
Spero Patronum,
Subcingulus

Inventaire :
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x3),
Horloge des Familles,
Pommade Pommadante Grégoire,
Lait de Poule du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouillita (x4)
Potion de Requinquance (x2)
MessageSujet: Girl, interrupted...   Lun 16 Mar 2015 - 19:19


Girl, interrupted
AVEC : Lucrécya Flint et Malicia McGuire
PRIVÉ / PUBLIC : privé
DATE : Dimanche 24 janvier


Lucrécya poussa un long soupir. Elle fourra des objets dans son gros sac en toile, s'attacha les cheveux en une longue tresse, enfila une veste... puis soupira à nouveau. Elle jeta un coup d’œil à la grande horloge qui surplombait son salon, et qui était bien pratique, puisqu'elle ne montrait pas l'heure mais la position de ses proches. D'ordinaire, la brunette n'avait jamais à s'inquiéter de ce qu'elle voyait sur le cadran. Mais aujourd'hui n'était définitivement pas un jour ordinaire. Et alors que l'aiguille à l'effigie de Rufus, ainsi que celle de Lulu, pointaient toutes deux sur « à la maison », celle de Malicia oscillait et tressautait sans cesse entre « chez elle » et « lieu inconnu ». Ce qui n'augurait rien de bon.

Mais Lucrécya n'avait pas dit son dernier mot.

En silence, la jeune batteuse se rapprocha sur le bébé baveur qui rigolait sur sa chaise haute, en secouant une petite peluche à tête d'hippogriffe. Elle se pencha vers lui, lèvres en avant... mais elle hésita quelques secondes, puis se redressa sans l'embrasser, se contentant de tapoter mollement le front du gamin d'un air gêné. Elle fit un petit geste du menton vaguement amical à la Zeta Delta Nu qu'elle sous-payait pour faire la babysitter, fit glisser son sac sur son épaule, et quitta sa petite maison à grandes enjambées nerveuses.

Dehors, l'air était frais, et le sol encore humide des pluies diluviennes de ces derniers jours. Mais Lucrécya s'en fichait. Elle était soucieuse. Ses sourcils étaient restés froncés sans discontinuer ses dernières quarante-huit heures. D'habitude, quand elle avait un problème, elle en parlait à Mali, qui l'aidait à le résoudre. Ou qui le résolvait carrément à sa place. Sauf que la métisse ne pouvait plus faire grand chose, vu qu'elle était... ben... comme elle était, quoi.

Le regard de Lulu s'assombrit, et elle shoota dans un caillou pour manifester sa mauvaise humeur. Si elle avait encore été à Poudlard, la batteuse aurait convoqué Drago et Marcus, et les trois auraient fait un colloque jusqu'à ce que quelqu'un (bon ok, jusqu'à ce que Malefoy) ait une idée machiavéliquement géniale. Mais cette fois-ci, Lulu n'avait pas besoin d'aide. Ou plutôt, n'avait pas ENVIE qu'on l'aide. C'était à elle de faire ce qu'il y avait à faire. Quelqu'un avait fait intentionnellement du mal à sa meilleure amie. Et, en tabassant quelques uns des invités surprises de l'anniversaire, et en regroupant ce que Malefoy avait dit à Marcus, elle savait à présent qui. Mais chaque chose en son temps : pour le moment, il lui fallait s'occuper du cas de la métisse.

Le visage fermé par la détermination, l'étudiante en Sports frappa à la porte de la maisonnette jaune qu'occupait la Zeta. La porte s'ouvrit, et une sorcière d'âge moyen apparut dans l'encadrement. Elle était blonde et douce, et sous ses yeux qui ressemblaient étonnamment à ceux de Mali, se creusaient d'immenses cernes violettes, comme si elle manquait cruellement de sommeil.

-B'jour M'dame McGuire, croassa l'AAA de sa voix éraillée.

La mère de Malicia se fendit d'un sourire sincère, mais qui ne cachait pas l'inquiétude qu'elle ressentait.

-Oh, bonjour Lucrécya ! Tu es venue lui rendre visite ? Comme c'est gentil de ta part ! Entre ma chérie, je t'en prie !

Lulu hocha vivement la tête. Elle traversa en vitesse le salon, propre et rangé, mais qui portait encore, ici et là, des stigmates de l'horrible fête de l'avant-veille. La petite batteuse monta les escaliers quatre à quatre, et entra en trombe dans la chambre de Malicia.

Aussitôt, elle se figea.

La métisse était allongée sur le dos, sur son lit douillet, les yeux clos. Ses longs cheveux dorés s'étalaient autour de son visage paisible. Elle dormait profondément, sans faire le moindre bruit. Comme si elle était morte.

A cette vue, l'Alpha sentit à nouveau une bouffée de colère monter en elle. Mali dormait comme ça depuis la syncope qu'elle avait faite à la fin de la soirée d'anniversaire. Sauf que son père l'avait guérie de l'horrible truc non-identifié qu'on lui avait fait boire à son insu. Son père l'avait guérie ! Il avait dit qu'elle n'avait plus aucun problème physique ! Et c'était une pointure dans son domaine, le doc McGuire ! Donc s'il disait que Mali aurait du se réveiller, c'est qu'elle aurait du le faire depuis belle lurette !

Lucrécya serra les poings et enragea, tout en se sentant coupable. Ouais, elle se sentait coupable, de ne pas avoir été plus attentive. C'était à elle de réparer ce qu'il y avait à réparer. A elle seule. Malicia était sa meilleure amie. Sa seule amie, en fait. Sans elle, elle serait... rha, elle ne préférait pas y penser. Fallait mieux agir. Et elle allait agir ! Il lui avait fallu une journée et deux nuits sans dormir pour enfin trouver un truc, à la bibli. C'était un truc bancal, c'était sans doute stupide et dangereux et ça n'avait que peu de chance de fonctionner, mais... mais... mais, elle avait rien trouvé d'autre. Et personne ne pourrait l'empêcher d'essayer. Principalement parce que personne n'était au courant, ceci dit.

La jeune femme sortit sa baguette et l'agita : aussitôt, la porte se ferma à double tout derrière elle. Aussitôt, elle s'assit sur une chaise, à côté de son amie, et s'affaira. Elle sortit de son sac quelques bougies à la cire noire, qu'elle alluma et disposa autour d'elles deux par magie. Puis elle tira un gigantesque grimoire à la couverture de cuir fatiguée, et l'ouvrit d'un mouvement sec, soulevant un nuage de poussière :

-Bon, Mali, on va passer aux choses sérieuses, maintenant, affirma-t-elle, les sourcils froncés.

Dès qu'elle eut dit ça, un miaulement rauque se fit entendre : la saloperie de fléreur au poil rare et à la queue à moitié arrachée que Lulu avait prévu comme cadeau d'anniversaire sauta sur le lit. De son unique œil valide, il jeta à la batteuse un regard haineux et condescendant, comme s'il la mettait au défi.

-Mrrraaaw ! siffla-t-il.

Il chassa quelques puces de son pelage mité en un coup de griffe rageur, puis, l'air de rien, s'installa sur le ventre de la métisse inanimée.

Le sang de l'Alpha ne fit qu'un tour :

-CASSE-TOI D'LA, SALETE DE CHAT !!!

Elle pointa sa baguette sur le félin, qui cracha son mécontentement, et sauta à terre, la tête haute et indignée.

Lucrécya grommela, puis se replongea dans son grimoire.
Elle lut une formule à voix haute, en s'aidant de son doigt pour suivre la ligne sur la page jaunie et friable du livre. Elle ne comprenait pas un traitre mot de ce qu'elle prononçait, mais l'important, c'était que ça marche !

Quelques secondes plus tard, un halo de lumière scintilla dans toute la chambre, aveuglant momentanément la petite batteuse... qui s'effondra d'un coup, inanimée, comme une poupée lâchée par son marionnettiste. Sa tête retomba aux côtés de celle de sa meilleure amie endormie.

Le fléreur borgne s'approcha prudemment d'elle, puis lui décocha un méchant coup de griffe sur le bras. Ne voyant aucune réaction de la part de la brunette, il s'installa à sa place initiale, sur le ventre de la métisse, tout en émettant un ronronnement de satisfaction rauque et asthmatique.





Mes RPs du Moment !


Rock this Party !!!, avec Adhita Lonkar et tous ceux qui le veulent !

Broken Mirror, avec Malicia McGuire

Et ma main dans ta tronche ?, avec Isaac O'Callaghan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2HBEB


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Occultes
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 177
avatar
Malicia McGuire

Messages : 3371

Double Compte : Aucun !
Situation Amoureuse : Comme un ouragan qui passait sur moi... lol

Sorts Connus : Aguamenti,
Assurdiato,
Batrasempra,
Calmos Pacificatum,
Confundo,
Defodio,
Episkey,
Failamalle,
Ferula,
Gemino,
Impervius,
Incarcerem/Lashlabask,
Oubliettes,
Periculo Pugno
Portus,
Protego,
Protéiforme,
Tarentallegra,
Purée de pois,
Furunculus,
Mucus ad nauseam,
Duro,
Amplificatum,
Revigoré,
Elasticus

Inventaire : Chocolats Cépamoi (x5)
Essence de dictame (x5),
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Philtre de Requinquance (x5),
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Potion Tue-loup,
Rapeltout,
Tequila Magouillita,
Potion contraceptive
MessageSujet: Re: Girl, interrupted...   Ven 20 Mar 2015 - 21:33

Malicia était assise par terre. Elle était recroquevillée là, au milieu de nulle part, les bras autour des genoux, la tête enfouie, sans pouvoir rien faire d’autre.

Elle avait entendu son cœur s’arrêter. Elle se rappelait de ses derniers battements dans sa tête, de ses veines qui s’engourdissaient. Elle se rappelait de la fête, de la tête de ses parents et de Lulu, et du sol tout dur contre sa tête. Et puis… plus rien. Plus rien du tout. Et ça semblait si loin, maintenant… Tellement loin…. Et elle ne savait même pas si son cœur battait encore.

Il n’y avait pas beaucoup de bruit, là où elle était. Juste… des murmures. Oui, des murmures. Qui ne lui parlait pas. C’était des voix bizarres, des voix qu’elle entendait, mais qu’elle ne reconnaissait pas. Des voix qui disaient des choses. Mali avait l’impression qu’elles parlaient d’elle, qu’elles reprochaient quelque chose. D’autres parlaient du passé, jamais distinctement, et d’autres riaient tout court, sans raison… Toutes s’évaporaient dans les airs et éclataient comme des bulles de savon. Et elle savait pas d’où toutes ses voix pouvaient bien venir. Parce qu’elle ne savait pas où elle était.

Elle avait ouvert les yeux ici, mais elle ne savait pas quand. Elle avait bien essayé de savoir si il faisait nuit ou s’il faisait jour, mais quelque chose en elle lui avait chuchoté que ça n’avait pas d’importance. Alors elle s’était levée, et avait regardé autour d’elle.

Au départ, il n’y avait rien. Autour d’elle, il y avait surtout de la brume, de la grosse brume toute froide, et épaisse comme de la purée de pois. Il y avait une lune et un soleil, qui tournaient lentement dans le ciel dans un sens, puis dans l’autre, mais il ne faisait pas vraiment nuit, et pas vraiment jour. De temps en temps, au loin, elle pouvait apercevoir des paysages. Certains lui disaient quelque chose, d’autres pas du tout. Elle avait voulu aller voir, mais des paquets de feuilles avaient poussé au-dessus de sa tête comme de gros nuages, et il s’était mis à pleuvoir de l’encre sur ses cheveux.

Elle avait couru pour s’abriter et avait trouvé une table dix fois trop grande sous laquelle elle s’était cachée. Il y avait déjà quelqu’un en dessous. Une petite fille qui se cachait. Mais elle ne voyait pas la petite fille. Elle savait juste qu’elle était là, quelque part et qu’elle avait honte. Elle avait essayé de lui parler et de la consoler, mais la pauvre avait continué à pleurer comme si elle n’entendait pas ce qu’elle disait. Et puis, la table avait disparu et la petite fille avec. Et elle était restée là, toute seule, sans savoir quoi faire.

Elle savait juste qu’elle avait peur, qu’elle était triste et qu’elle n’entendait plus son cœur. Alors elle s’était recroquevillée, là, au milieu de nulle part, les bras autour des genoux.

Maintenant, elle pleurait. Enfin, elle pensait. Parce qu’elle ne sentait pas les larmes sur ses joues, mais elle entendait une des voix pleurer avec elle et murmurer, murmurer, murmurer : « Oh, mon dieu, où est-ce que je suis ? Et qu’est-ce que je vais faire ? ».

-Mali !

La métisse sursauta et releva la tête.

-Mali ! répéta la voix.

C’était pas un des murmures. Cette voix n’était pas un murmure ! Mali se leva, doucement, sur ses gardes.

-MALICIA !
Sans savoir pourquoi, Mali se sentit paniquée, mais aussi très en colère. Ses cheveux se mirent à crépiter. Cette voix n’était pas d’ici, elle n’avait rien à faire ici ! Elle devait s’en aller, se cacher, tout n’importe quoi plutôt que d’entendre cette voix !

Comme pour répondre à sa pensée, une petite porte émergea du sol et la zeta posa sa main sur la poignée.

-MALI !

La porte se referma derrière la zeta, qui disparut dans la brume.





Mes RPs du Moment !


Broken Mirror, avec Lucrécya Rincevent

Days before you came, avec Darius Lestrange
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2RvWE


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sports Sorciers
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 309
avatar
Lucrécya Rincevent

Messages : 3442

Double Compte : Augustus Kane
Situation Amoureuse : cachez vos mecs, les morues : chuis à nouveau célib !

Sorts Connus :
Accio,
Aguamenti,
Amplificatum/Reducto,
Calmos Pacificatum,
Confringo,
Contusionus Encontusiono,
Defodio,
Episkey,
Folloreille,
Gemino
Incarcerem,
Inflammarae,
Lashlabask,
Locomotor,
Multicofors,
Nauséis,
Periculo Pugno,
Repulso,
Revigor,
Rictusempra,
Sonorus,
Spero Patronum,
Subcingulus

Inventaire :
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x3),
Horloge des Familles,
Pommade Pommadante Grégoire,
Lait de Poule du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouillita (x4)
Potion de Requinquance (x2)
MessageSujet: Re: Girl, interrupted...   Lun 30 Mar 2015 - 22:35

Lucrécya grommelait, alors qu'elle marchait depuis ce qui lui semblait des heures. Sauf que quelque chose en elle savait que ça ne pouvait pas faire des heures, puisqu'elle n'était là que depuis quelques minutes. Ici, le temps était chelou, comme distendu. Un peu comme dans un de ces rêves qui paraissent réalistes, sans l'être totalement.

Le décor était incroyablement monotone : il semblait se répéter à l'identique, comme s'il était copié collé, sans cesse. La batteuse n'était cependant pas en terrain inconnu : ce long couloir en pierres anciennes, dont les fenêtres sans vitre donnaient sur une sorte de patio, lui était familier, et pour cause : il s'agissait d'un des corridors qui longeaient la cour intérieure de Poudlard. Sauf qu'à Poudlard, le chemin était bien moins long, et l'horizon finissait toujours par se rapprocher. Ici, clairement, non.

Lulu était lasse, énervée... mais plus que tout, elle se sentait mal à l'aise. La brume vaporeuse et inquiétante qui flottait autour d'elle rendait toute chose floue. Et, de temps à autre, l'Alpha entendait les sanglots étouffés d'une petite fille, qui lui donnait la chair de poule. Sauf qu'elle ne voyait jamais aucune petite fille aux alentours. Non, franchement, elle n'était pas dans son élément. S'il s'était agi de fracasser Séraphine sur la tronche d'un gars, là, ça aurait été autre chose !

La lilliputienne soupira :

-Mali ! Je sais que t'es quelque part ! Eh oh ! Montre-toi, s'teuplé ! lança-t-elle, une fois de plus.

Elle n'eut aucune réponse, et reprit donc sa route monotone. Sur sa gauche, à travers la fenêtre, le soleil et la lune se coursaient mutuellement, à une vitesse folle. D'un coup, Lulu vit Malicia, assise sur un des bancs de la cour. Une version plus jeune de Malicia, vêtue d'un uniforme brodé de rouge et or, un énorme bouquin sur ses genoux. De temps à autre, la métisse levait la tête et souriait, en regardant des gens se poursuivre sur des balais, dans les airs. Lulu n'essaya même pas d'aller la voir : c'était la troisième fois qu'elle voyait cette scène, et les deux premières fois que la batteuse avait tenté de s'approcher, la Gryffondor s'était aussitôt évaporée, comme si elle n'avait été qu'un mirage.

Et apparemment, c'était normal, parce qu'il était compliqué de rentrer en contact avec une conscience qui cherche à se dérober au milieu des souvenirs, refoulements et autres créations de la psyché. Enfin, c'est ce que disait mot pour mot dans le bouquin du fameux Dr Froud que Lucrécya avait piqué à la bibliothèque, et grâce auquel elle était rentrée dans l'esprit de sa meilleure amie. Bon, c'est sûr, dans ce livre, y'avait beaucoup de mots qu'elle n'avait pas compris, comme ''transfert'', ''surmoi'', ''über-ich'', ou, le plus obscur de tous : ''é-mo-tion''... mais elle avait capté l'essentiel !... ouais, bon, ok, ou pas. Bah, elle verrait les détails plus tard : pour l'heure, l'important c'était de retrouver la vraie Zeta.

Et Lulu ne connaissait qu'un seul moyen pour le faire :

-MALI ! SORS DE TON TROU CRENOM D'UN BALAI ! RHAAA ! beugla-t-elle.

Aussitôt, la petite brunette remarqua la porte. C'était une porte toute bête, toute simple... mais pourtant vraiment bizarre. Principalement parce qu'elle n'était posée contre un mur, mais parce qu'elle se dressait, toute seule, au beau milieu du chemin. On aurait pu la contourner facilement. Mais Lulu préféra l'ouvrir, et sans même réfléchir, passa au travers...

-Ooookay... fit-elle, le sourcil relevé.

Elle était à présent dans un parc boisé, et il n'y avait plus nulle trace de la porte qu'elle venait de passer. Ni aucun indice qui aurait pu indiquer qu'elle n'ait jamais existé.

Lucrécya fit quelques pas dans le nouveau décor, et tordit la bouche : devant elle, une petite fille métisse, coiffée de couettes dorées, se recroquevillait de peur sur un des mini-balais montés sur ressort mis à la disposition des enfants. Devant elle, un Ezzechiel McGuire de dix ans, qui arborait une impressionnante coupe afro, rigolait à s'en décrochait la mâchoire. Lulu se gratta la tête, puis s'approcha de la fillette :

-Mali, c'est toi, hein ?

La métisse miniature couina de peur, et serra le manche du faux balai, qui continuait à se balancer d'avant en arrière.

-Allez, Mali, réponds-moi !

Mais la gamine restait désespérément muette. Lucrécya s'accroupit en face d'elle. Elle tenta de plonger ses yeux dans ceux de son amie... mais s'aperçut en frissonnant d'horreur que cette dernière n'avait pas de visage. Simplement une face vide et lisse, terriblement perturbante. La batteuse poursuivit néanmoins :

-Ecoute, je sens qu'y a un truc qui va pas mais faut qu'tu m'aides à capter quoi parce que chus peut-être ta bestah, mais chus pas maline comme toi, moi ! C'est quoi le problème, c'est Ezzy ? C'est les p'tits balais à bascule ? J'leur marave leur race, moi, aux p'tits balais à bascule, si tu veux !

-Ce n'est pas moi tu sais... elle, ce n'est qu'un fantôme... fit une voix aigue dans le dos de l'AAA.

Lucrécya se tourna vivement : Malicia était debout, les yeux écarquillés fixés sur le vide, les cheveux ternes et ébouriffés, les traits tirés. Elle avait l'air lunaire, comme en transe... mais au vu de la dernière fois qu'elle l'avait vu consciente, y'avait indéniablement du mieux. La brunette se sentit soulagée : elle dut prendre sur elle pour ne pas se jeter sur son amie et lui faire un câlin. Sauf qu'elle n'était pas du genre câlin, et puis c'était trop bizarre, comme idée, de se câliner virtuellement dans la tête de quelqu'un. Elle se contenta de sourire :

-Eh ben, tu m'as fait poireauté ! Allez, il est temps qu'on y aille !

La métisse baissa les yeux vers Lulu, et la regarda comme si elle venait à peine de prendre conscience de sa présence.

-Y aller ? Mais aller où ?

-Ben... tu sais bien ! A la maison !

-Comment ça, à la maison ?

La Zeta regarda autour d'elle, où il n'y avait plus ni fillette, ni parc de jeu, mais un étrange décor désertique où nuit et jour semblaient cohabiter, sous une brume grisâtre de plus en plus poisseuse.

-Et où sommes-nous ? rajouta-t-elle, perdue.

Lulu croisa les bras :

-Mais attends ! Tu dois bien te douter de quelque chose ! T'as bien dit que la petite fille n'était qu'un fantôme !

-La... petite fille...?!

Devant la mine complètement larguée de son amie, Lucrécya soupira, puis posa une main amicale sur son épaule. Ce qui n'était pas une chose facile, au vu de la différence de taille entre les deux.

-Mali... tu dors, expliqua l'Alpha.

La métisse eut l'air soulagée :

-Tu veux dire que tout ça n'est qu'un rêve ?

-Oui... et non : je veux dire que ça fait deux jours que tu dors sans cesse sans aucune raison magique ou médicale, alors j'ai cherché dans des bouquins comment te sortir du coma et j'ai rien trouvé à part un vieux livre du Dr Froud qui expliquait comment rentrer dans ton esprit, et... tadaaaaaa ! conclut-elle, maladroitement, en esquissant un sourire un poil forcé.

Malicia hocha la tête, accusant le coup.

-D'accord, je comprends... fit-elle.

-Sérieux ? s'étonna Lulu, impressionnée. T'as capté aussi vite ? Parce que même moi chuis pas sûre d'avoir tout saisi ! Bah, peu importe : maintenant que je t'ai trouvée, on va pouvoir rentrer !

-D'accord... fit doucement Mali. Comment on doit faire ?

Le sourire de Lulu se crispa, et la jeune femme émit un petit rire gêné :

-Eh ben en fait... comme c'est toi le génie, ben... j'comptais plus ou moins sur toi !

-S... sur moi ?!

-Bah ouais ! En plus c'est pas con : c'est ton esprit, tout ça, alors il suffit sûrement que tu décides qu'on rentre, et HOP !

L'AAA fit un sourire d'encouragement à son interlocutrice :

-Allez, vas-y.

Les yeux déjà écarquillés de la Zeta s'arrondirent encore davantage. Sa respiration s'accéléra et se saccada, et sa peau pâlit terriblement, presque jusqu'à devenir translucide.

-Je... je peux pas ! Je... je p... peux pas !

Le cœur de Lucrécya eut un pincement, devant la réaction de sa meilleure amie. Cependant, elle ne laissa rien transparaître : elle serra ses mains autour des épaules de la malheureuse, et planta ses yeux dans les siens :

-Panique pas, mon loulou : c'est normal ! affirma-t-elle d'une voix qu'elle aurait voulu douce, mais qui n'était qu'éraillée. Tout à fait normal ! C'est juste que tu fais des... blocages et des foutus nœuds de blocages à cause de tes...

Elle plissa les yeux, dans un effort de mémoire :

-De tes...  merde comment qu'ils disaient d'jà... tes é-mo-tions ! décréta-t-elle, sans avoir la moindre idée de la signification des mots prononcés. Je l'ai lu dans le livre du psychémage ! Tu sais ce que ça veut dire ?

Sans attendre la réponse de Mali, elle rajouta en marmonnant :

-J'espère que oui. Parce que moi... j'en sais foutrement rien.





Mes RPs du Moment !


Rock this Party !!!, avec Adhita Lonkar et tous ceux qui le veulent !

Broken Mirror, avec Malicia McGuire

Et ma main dans ta tronche ?, avec Isaac O'Callaghan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2HBEB


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Occultes
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 177
avatar
Malicia McGuire

Messages : 3371

Double Compte : Aucun !
Situation Amoureuse : Comme un ouragan qui passait sur moi... lol

Sorts Connus : Aguamenti,
Assurdiato,
Batrasempra,
Calmos Pacificatum,
Confundo,
Defodio,
Episkey,
Failamalle,
Ferula,
Gemino,
Impervius,
Incarcerem/Lashlabask,
Oubliettes,
Periculo Pugno
Portus,
Protego,
Protéiforme,
Tarentallegra,
Purée de pois,
Furunculus,
Mucus ad nauseam,
Duro,
Amplificatum,
Revigoré,
Elasticus

Inventaire : Chocolats Cépamoi (x5)
Essence de dictame (x5),
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Philtre de Requinquance (x5),
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Potion Tue-loup,
Rapeltout,
Tequila Magouillita,
Potion contraceptive
MessageSujet: Re: Girl, interrupted...   Mer 8 Avr 2015 - 23:20

-Mes… mes émotions ? répéta doucement Malicia.

Elle releva les yeux et croisa le regard de Lulu. Il était plein d’appréhension, ce regard. Plein de questions aussi. Lulu était venue la chercher. Elle était venue la chercher ici, au milieu de rien du tout, quelque part entre ses pensées et ses rêves. Quelque part dans un coin d’elle-même. Elle n’aurait même pas cru que c’était possible de faire ça. Pourtant, elles étaient bien là, toutes les deux, à grelotter dans cette brume poisseuse qui faisait froid dans le dos. Mali jeta un regard autour d’elle : si elle avait bien suivi ce que lui avait dit sa meilleure amie, cet endroit, c’était sa tête. Si c’était vrai, alors elle avait encore un gros, un énorme truc à rajouter à la montagne de machins qui tournaient pas rond chez elle. Parce que ça, c’était pas la tête de quelqu’un qui allait bien ! A la limite, c’était l’inconscient du Monstre du Loch Ness. Ou d’un gérant de buanderie pas très net. Le genre qui est toujours en marcel sale et qui boit du détergent en douce. Mais son inconscient… à elle ?

-Ouais des é-mo-tions ! fit Lulu, en la faisant sursauter. Enfin, je le dis peut-être pas correctement, mais j’crois bien que c’était marqué comme ça dans mon bouquin...

-C’est bien comme ça qu’on dit, Lustucru… confirma Mali, un peu perdue, alors que sa meilleure amie se grattait la tête, en réfléchissant. Mais je vois pas trop ce que je peux faire...

Elle baissa la tête :

-Je crois que je peux vraiment pas t’aider… Désolée…

-C’est là que t’as tort, Mali ! fit la batteuse en la pointant du doigt. Y’a que toi qui peut faire quelque chose, là ! C’est le livre qui l’a dit !

-Mais… mais… C’est pas comme si c’était facile ! répondit la métisse.

Autour des deux filles, la brume s’épaissit un peu, et les murmures que Malicia avait déjà entendu se firent à nouveau entendre. Certains lui conseillaient de s’enfuir loin d’ici. D’autres la traitaient de pleurnicharde, de lâche, ou d’ingrate. Et c’est vrai qu’elle se sentait vraiment ingrate. Sa meilleure amie était là pour elle, et si elle ne faisait rien, elles resteraient coincées ici. Dans la tête du Monstre du Loch Ness. Ou de ce gérant de buanderie en marcel sale qui boit du détergent en douce. Enfin dans sa tête, quoi. Pour toujours. Rien que de penser ça, elle avait l’impression de plus pouvoir respirer. Sauf qu’ici, elle ne respirait pas. Mais c’était tout comme : de sentir tout ce poids sur ses épaules, ça lui donnait l’impression de se noyer.

A nouveau, il se mit à pleuvoir de l’encre. De toutes petites gouttelettes d’eau noire qui tombaient sur le sol et faisaient de grosses flaques huileuses sous leurs pieds. Mais Lulu était trop occupée à lui répondre pour s’occuper du mauvais temps. D’ailleurs, elle avait les yeux braqués sur elle, et l’air bien décidé à faire avancer les choses :

-Mais c’est hyper clair, Mali : tu débloques parce que t’as plein de blocages qui te bloquent et comme t’as des blocages qui te bloquent, ben ça fait plein de blocages qui te bloquent en plus de tous les autre blocages qui te bloquent  et du coup tu débloques encore plus ! Faut juste qu’on te débloque ! Et on va le faire grâce à la kinési pomme d’api !

-De la kinésithérapie ? s’étonna la métisse, les yeux ronds.

-Grave !

-Tu veux pas dire psychothérapie plutôt ?

-C’est pareil !

Sans lui laisser le temps de répondre, Lucrécya leva les yeux en l’air et mit un index sur sa bouche :

-Bon, ok, j’suis pas pyschologue, mais j’ai déjà consulté une fois ou deux alors je pense que je peux t’aider.

Elle la saisit par les épaules et lui annonça, avec l’air aussi grave qu’un ministre qui annonce le retour du Maître des Ténèbres :

-Je t’écoute. Parle.

Mali regarda sa meilleure amie avec des yeux ronds.

Quelques secondes passèrent. Des secondes pendant lesquelles elle ne sut absolument pas quoi dire. De longues, longues secondes pendant lesquelles la pluie d’encre continua à couler sur leurs têtes.

-Bon ça vient ? finit par demander Lulu.

-Ben… commença Mali d’une voix toute gênée.

-Parle, j’te dis. Si tu veux qu’on parte d’ici, faut que tu parles.

Encore une fois, la zeta n’arriva pas à formuler une seule phrase. Lulu leva les yeux au ciel :

-Bon ok, j’vais t’aider. C’est quoi ton pire souvenir ?

-Mon pire souvenir ? bégaya la métisse.

-Oui ! Pense au pire truc que tu puisses penser ! Ta pire honte, le truc qui t’as fait le plus souffrir. Faut qu’on te débloque alors autant commencer par le plus gros morceau !

-Mais je veux pas penser à mon pire souvenir, Lustucru… expliqua Mali d’une voix toute paniquée. Et puis, y’en a pas qu’un et…

Un grondement pas très rassurant se fit entendre dans le ciel. Un grondement d’orage tellement fort que le sol se mit à trembler et à se craqueler sous leurs pieds. Soudain un grand éclair rouge zebra le ciel et Mali se recroquevilla par terre en fermant les yeux, terrifiée. Les murmures qui emplissaient son monde se changèrent aussitôt tous en cris. Des cris affreux, stridents, qui les forcèrent Lulu et elle à se plaquer les mains sur les oreilles. Mali ouvrit les yeux avec crainte et remarqua qu’autour d’elle, la brume était devenue noire. Une ombre en émergea. Puis une autre. Et une autre encore. La plupart avaient une forme humaine, mais certaines, toutes cabossées avançaient en se déformant et en claudiquant comme des éclopées. Certaines rampaient sur le sol, lentement, en agonisant. Beaucoup de ces formes étranges lui ressemblaient, mais aucune n’avait de visage. Certaines bousculaient tout sur leur passage, et leur passaient au travers. D’autres jetaient des objets avec rage, certaines criaient contre des choses invisibles jusqu’à se briser les cordes vocales.

-J’avais dit un seul souvenir ! cria Lustucru, qui s’était aussi tassée par terre, à ses oreilles. Arrête ça !

Mali secoua la tête :

-Je peux pas ! hurla-t-elle.

Elles se firent souffler par un groupe d’ombres qui rigolaient méchamment et se tapèrent l’arrière du crâne contre le sol. Autour d’elle, il y avait de plus en plus de mauvais souvenirs. Des milliers de mauvaises pensées, qui émergeaient de la brume, affreuses, tristes, ou en colère. Des milliers à hurler. Il y en avait qui criaient de désespoir en basculant leurs tête en arrière. Il y en avait d’autres qui enfouissaient leurs visages dans leurs mains en pleurant comme si elles avaient perdu la raison et se laissaient tomber par terre.

Malicia se tourna vers sa meilleure amie :

-JE PEUX PAS ! répéta-t-elle, affolée.





Mes RPs du Moment !


Broken Mirror, avec Lucrécya Rincevent

Days before you came, avec Darius Lestrange
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2RvWE


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sports Sorciers
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 309
avatar
Lucrécya Rincevent

Messages : 3442

Double Compte : Augustus Kane
Situation Amoureuse : cachez vos mecs, les morues : chuis à nouveau célib !

Sorts Connus :
Accio,
Aguamenti,
Amplificatum/Reducto,
Calmos Pacificatum,
Confringo,
Contusionus Encontusiono,
Defodio,
Episkey,
Folloreille,
Gemino
Incarcerem,
Inflammarae,
Lashlabask,
Locomotor,
Multicofors,
Nauséis,
Periculo Pugno,
Repulso,
Revigor,
Rictusempra,
Sonorus,
Spero Patronum,
Subcingulus

Inventaire :
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x3),
Horloge des Familles,
Pommade Pommadante Grégoire,
Lait de Poule du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouillita (x4)
Potion de Requinquance (x2)
MessageSujet: Re: Girl, interrupted...   Mar 14 Avr 2015 - 18:12

Lucrécya fronça les sourcils : elle se serait cru en plein milieu d'une pensine. Enfin, une pensine en train de déconner et de lui montrer simultanément un millier de souvenirs en même temps. Tout autour d'elle était sombre, flou, braillard ; les voix se mêlaient tant qu'on ne comprenait que des bribes de mot, par ci par là. Des ombres les encerclaient, Mali et elle, se rapprochant de plus en plus, les enserrant jusqu'à l'étouffement. Malicia, blême, respirait par à coups, complètement paniquée. La petite batteuse à ses côtés serra les dents : elle donna un coup de pied brutal à une des silhouettes qui ricanaient devant elle... sauf que son pied passa au travers, comme s'il s'agissait d'un hologramme de picturine.

-F'chier, grommela-t-elle.

Elle se tourna vers sa meilleure amie, et réalisa qu'une des choses noires était parvenu à agripper le pied de cette dernière : ça s'enroulait autour de sa cheville, comme d'étranges tentacules sombres.

-Bien bien bien... fit la brunette, les yeux ronds.

Ca voulait donc dire que ces trucs existaient... mais pour Malicia seulement. Ce qui n'était pas bête, au final, puisqu'on était dans sa tête à elle. Et que c'était Malicia qui les avait fait apparaître en repensant à des trucs traumatisants. Et ça, c'était la faute de Lulu, qui avait insisté pour qu'elle se rappelle de ses traumatismes... Sauf que non, c'était pas sa faute au fond : c'était le fichu bouquin écrit par ce fichu Dr Froud qui prétendait qu'il fallait polynésie-thérapiser Mali pour lui débloquer des... machins et rouvrir des... choses, qui lui permettraient de réparer des... trucs ! Et que c'était là la clé pour sortir son amie de son propre cerveau !

Lucrécya serra les poings, enragée. En fait, le bouquin de ce vieux taré germanique pouvait aussi bien aller se faire mettre chez les détraqueurs. Parce qu'à partir de maintenant, Lulu allait arrêter d'essayer de se rappeler des mots compliqués d'au moins trois syllabes que l'ouvrage comportait : au lieu de ça, elle allait faire à SA manière.

Enfin, à sa manière, la batte et les coups de pied en moins.

Elle ignora le mur d'ombres angoissant et sanglotant, et, calmement, posa ses mains sur les épaules de son amie tétanisée.

-Hey ! Mali !

La malheureuse Zeta hoqueta :

-Je... je suis désolée ! Tout est de ma faute !

-Hey ! Mali ! Regarde-moi !

-J'arrive pas à ne pas penser à tous ces horribles souvenirs ! Je suis désolée !

-Regarde-moi, que j'te dis ! insista la brunette.

La métisse, qui respirait bien trop fort, plongea finalement ses yeux noirs dans ceux de la petite batteuse, qui lui offrit aussitôt un large sourire benêt :

-Tu sais quoi ? C'pas grave, ok ?

Les yeux de la métisse s'écarquillèrent.

-Mais...

-On s'en fout de la polynésie-tyrannie ! C'était une mauvaise idée. En même temps, t'as déjà trouvé une bonne idée dans un bouquin ?

-Je...

-Sérieux : UN BOUQUIN ! la coupa Lucrécya, en hochant la tête.

Malicia parut tellement surprise que déjà, quelques ombres s'envolèrent aux alentours comme des oiseaux surpris, et disparurent dans le néant.

-C'est... c'est sûr... hasarda-t-elle, pas vraiment certaine de ce qu'elle disait. Mais tu disais qu'on resterait coincées si ...

Lucrécya leva ses bras, et les agita lentement :

-Hého ! C'est toi la tête d'ampoule, pas moi ! Nan mais depuis quand tu crois tout ce que je dis ?

La Zeta se redressa un peu, et osa un sourire un peu penaud :

-Ben... depuis Poudlard, je dirais.

-Ah oui, c'est vrai ! T'étais perdue là bas, sans moi ! Ahah !

Lucrécya éclata de rire, ce qui fit redresser un peu plus son amie, qui paraissait déjà un peu soulagée. Et soulagée, l'Alpha lilliputienne l'était BEAUCOUP, elle. Parce que mine de rien, son petit plan idiot avait marché. C'est à dire que Malicia s'était calmée, et parvenait, sans même s'en rendre véritablement compte, à contrôler cet univers étrange : les silhouettes menaçantes avaient totalement disparues, et avait laissé place à un endroit un peu sombre, aux murs de pierre gris, recouverts de tableaux. Les portraits peints entre les cadres, qui chuchotaient entre eux, paraissaient incroyablement familiers à Lucrécya. Et pour cause : il s'agissait du premier étage de Poudlard. L'endroit exact où les deux filles s'étaient adressé la parole pour la toute première fois. Enfin, c'était une version éthérée, nocturne, déserte et un peu angoissante de l'endroit exact où les deux filles s'étaient adressé la parole pour la toute première fois, disons. Mais, c'était mieux que l'Attaque des Souvenirs Mort-vivants.

Ce qui voulait dire qu'une seule chose, en fin de compte : Lulu était un génie des é-mo-tions ! Eh ouais ! Un putain de génie de sa race ! Elle parviendrait sans problème à kinési-ragnagner Malicia sans que celle-ci ne le remarque, et surtout sans qu'elle panique ! Il suffisait d'y aller en douceur. Et si la douceur n'était pas la prédilection de l'ex-Serpentard d'habitude, elle était prête à faire des efforts pour sa meilleure amie. Et pour prouver son génie.

-C'était le bon vieux temps, admit Malicia,, en contemplant les grands tableaux murmurants, une lueur mélancolique dans les yeux.

La brunette posa ses poings sur ses hanches :

-Tu sais quoi ? Maintenant qu'on a laissé tombé la crétino-pomme d'api, on devrait s'mettre à l'aise et s'asseoir !

Malicia leva un sourcil. Elle considéra le vestibule Poudlardien qu'elle avait devant les yeux, dépourvu du moindre banc ou de la moindre chaise.

-S'asseoir ? Mais où ?

-A toi de me le dire ! Répliqua Lulu, en brandissant son doigt devant le nez de la métisse. C'est quoi l'endroit le plus confortable du monde pour toi ?

Mali ferma les yeux, et prit une longue inspiration.

-Je sais pas... je dirais ma chambre d'enfance ? Elle était si douillette...

-Ah ouais, elle a l'air ! Lâcha la voix éraillée de l'AAA.

La métisse ouvrit les yeux, et considéra avec un étonnement amusé la petite pièce dans laquelle elle se trouvait à présent. Une pièce clairement conçue pour une fillette, et pour laquelle on avait usé et abusé de la couleur rose. Il y avait du rose sur le sol, sur les murs, sur le plafond. Sur les meubles, sur les posters, sur l'encadrement de la petite fenêtre, et même, sur les draps. Mais hormis ça, tout paraissait doux et rassurant, des centaines de peluches qui se gondolaient de rire sur les étagères à la pile de livres qui piaillaient dans la grande bibliothèque.

Lucrécya se jeta sur un énorme pouf incroyablement mou qui se fit un plaisir d'engloutir son popotin. Puis, elle prit dans ses bras une gigantesque peluche de licorne au pelage si agréable au toucher qu'elle avait à portée de main, et se tourna vers son amie, un sourire louchissime aux lèvres.

-Alôôôrs ? lança-t-elle, les yeux mi-clos.

-Alors quoi ? demanda Malicia, en s'installant sur la couette rose et moelleuse du petit lit.

-Tu te sens comment maintenant ? Bien ou bien ?

Et elle se lança dans une série de clins d’œil qu'elle pensait subtils... mais qui ne l'étaient pas.
Ah, y'avait pas à dire, elle était vraiment la reine de la pyro-triphasie en douce !





Mes RPs du Moment !


Rock this Party !!!, avec Adhita Lonkar et tous ceux qui le veulent !

Broken Mirror, avec Malicia McGuire

Et ma main dans ta tronche ?, avec Isaac O'Callaghan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2HBEB


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Occultes
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 177
avatar
Malicia McGuire

Messages : 3371

Double Compte : Aucun !
Situation Amoureuse : Comme un ouragan qui passait sur moi... lol

Sorts Connus : Aguamenti,
Assurdiato,
Batrasempra,
Calmos Pacificatum,
Confundo,
Defodio,
Episkey,
Failamalle,
Ferula,
Gemino,
Impervius,
Incarcerem/Lashlabask,
Oubliettes,
Periculo Pugno
Portus,
Protego,
Protéiforme,
Tarentallegra,
Purée de pois,
Furunculus,
Mucus ad nauseam,
Duro,
Amplificatum,
Revigoré,
Elasticus

Inventaire : Chocolats Cépamoi (x5)
Essence de dictame (x5),
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Philtre de Requinquance (x5),
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Potion Tue-loup,
Rapeltout,
Tequila Magouillita,
Potion contraceptive
MessageSujet: Re: Girl, interrupted...   Dim 19 Avr 2015 - 17:51

Mali regardait sa chambre d’enfance avec de grands yeux tout étonnés. Ça faisait des années qu’elle n’avait pas revu sa chambre comme ça ! Et de la voir se  matérialiser comme ça sous ses yeux, ça la rendait toute chose…

Elle se rappelait du jour où elle était rentrée chez elle et que sa mère lui avait montré sa nouvelle chambre. Sa maman s’était donné énormément de mal pour faire ça, pour lui faire plaisir. Pour lui donner l’impression d’être une fille, pas la bête de foire dont tous les autres enfants se moquaient, qui racontait des trucs incompréhensibles et qui passait plus de temps à lire qu’à parler aux autres.

Sa maman avait peut-être un tout petit peu exagéré sur le rose. Mais c’était tellement mieux que sa chambre d’avant, celle que des soit-disant copines de classe avaient complétement défigurée pour son anniversaire… Donc oui, Mali se sentait bien ici. Ça lui rappelait l’une des plus importantes leçons que sa mère lui avait apprises : « Si tu veux que les choses se passent bien, prétend d’abord qu’elles le sont ».

Mali se tourna vers Lucrécya qui semblait toute petite dans le pouf immense qu’elle avait choisi. Elle lui fit un grand sourire. Le plus grand possible :

-Ca va !

-Cool ! répondit Lulu.

La zeta haussa les épaules en essayant de pas trop regarder sa meilleure amie dans les yeux.

-Ca va même super bien ! continua-t-elle.

Lulu lui rendit son sourire en hochant la tête, comme pour l’encourager :

-C’est super ! Je suis contente que ça aille aussi bien !

Mali éclata de rire :

-Pourquoi ça irait pas ? reprit-elle en essayant d’avoir l’air de se moquer de tout. J’ai eu mes exams, je viens d’avoir dix-sept ans, j’ai toujours rêvé d’être majeure ! J’attendais ça depuis toujours d’être… majeure… et d’avoir… dix-sept-ans… pas toi ?

-Grave ! répondit Lulu. C’est génial !

-Oui… c’est génial ! s’emballa Mali. Et c’est pour ça que j’ai fait une fête !

-Qui était géniale. Fit la batteuse.

Elle regarda en l’air et grimaça :

-Enfin, avant que tous ces gus bizarres débarquent.

-Et qu’ils fassent fuir mes vrais invités.

-Et qu’ils poucravent ta baraque.

Mali baissa doucement la tête :

-Et que je meure…

Elle se mit à entortiller ses doigts.

-Enfin… je sais bien que je suis pas morte, sinon, tu serais pas là avec moi. Mais, je…

Elle sentit de grosses larmes lui monter aux yeux :

-Je me suis sentie mourir. Et…

Mali secoua la tête :

-Et…

Les murs de la chambre rose se mirent à s’effriter. Lulu leva la tête, et regarda avec surprise le papier peint s’en décoller pour laisser la place aux tags qui recouvraient sa maison étudiante actuelle. Mali n’osait même pas regarder. Elle ne les avaient vu qu’une fois mais elle les connaissait pas cœur. Ils étaient gravés dans sa tête. Des mots tellement méchants. Tellement plus méchants que ceux que ces petites filles de 7 ans avaient laissé sur ses murs il y avait si longtemps. Mali avait vu tout ce que ces gens pensaient d’elle. Elle ne savait pas comment ils pouvaient penser autant de mal d’elle. Chacun de ces messages avaient été comme un coup de poing dans le ventre. Mais c’était rien comparé à ce qu’elle avait vécu après.

Mali se mit à pleurer, incapable de regarder le spectacle qui prenait forme malgré elle tout autour. Elle sentait à nouveau tout ce qui s'était passé comme si elle était en train de le vivre. La honte. La peine. La peur que tout se finisse aussi bêtement. Elle savait qu’à côté d’elle un de ses doubles venait tendre les bras vers des ombres qui ressemblaient à ses parents. Il murmura un « je ne me sens pas bien » très faible, avant de s’écrouler par terre. Les murs ses mirent à battre au son de son propre cœur ce soir là, au milieu d’une flopée de cris affolés qui provenaient de nulle part. Une fois, deux fois, trois fois. Et puis...

Toujours prostrée, la métisse releva les yeux vers sa meilleure amie :

-J’ai jamais eu aussi peur de toute ma vie.





Mes RPs du Moment !


Broken Mirror, avec Lucrécya Rincevent

Days before you came, avec Darius Lestrange
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2RvWE


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sports Sorciers
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 309
avatar
Lucrécya Rincevent

Messages : 3442

Double Compte : Augustus Kane
Situation Amoureuse : cachez vos mecs, les morues : chuis à nouveau célib !

Sorts Connus :
Accio,
Aguamenti,
Amplificatum/Reducto,
Calmos Pacificatum,
Confringo,
Contusionus Encontusiono,
Defodio,
Episkey,
Folloreille,
Gemino
Incarcerem,
Inflammarae,
Lashlabask,
Locomotor,
Multicofors,
Nauséis,
Periculo Pugno,
Repulso,
Revigor,
Rictusempra,
Sonorus,
Spero Patronum,
Subcingulus

Inventaire :
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x3),
Horloge des Familles,
Pommade Pommadante Grégoire,
Lait de Poule du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouillita (x4)
Potion de Requinquance (x2)
MessageSujet: Re: Girl, interrupted...   Mar 21 Avr 2015 - 20:52

Lucrécya regardait autour d'elle, effarée. Elle se rappelait très clairement de la fête, et, franchement, c'était pas la panacée : elle se souvenait de la foule, de la foule, de graffitis, de la foule, de gars en rut bien relous, de la foule, et de Malicia pas bien du tout. Et de la foule. Mais ces souvenirs pas super agréables n'étaient rien face à la vision que la pauvre Malicia avait de sa soirée d'anniversaire. La batteuse en avait la chair de poule : le décor autour d'elle était glauque, et tressautait d'une façon chelou qui lui filait la nausée. Des ombres mouvantes et vaguement humaines faisaient deviner une présence ici et là, mais Lulu aurait bien été en peine de reconnaître quelqu'un. Ça ne ressemblait même pas à des spectres ; plutôt à des âmes damnées désincarnées, qui foutait drôlement les chocottes, même à une coriace qui en avait vu d'autres comme Lucrécya. Un peu perturbée, l'ex-Serpentard détourna les yeux, et croisa le regard débordant de larmes de sa meilleure amie. Son cœur se serra.

-J’ai jamais eu aussi peur de toute ma vie... murmura la pauvre Zeta, entre deux sanglots.

Lucrécya fronça les sourcils. Elle n'osait pas imaginer à quel point ces moments avaient du être difficiles pour Mali... même si le kaléidoscope tournoyant autour d'elle, et qui montrait en boucle des bribes de scènes de la fête en mode nébuleux, lui donnait quelques indices. Mais il ne fallait pas qu'elle cède elle-même à la panique et à la tristesse. Parce qu'elle avait une mission : consoler la métisse !...

...Elle soupira.

Oui, fallait qu'elle console la métisse, pour qu'elles puissent sortir de l'inconscient de Malicia... mais aussi et surtout, parce que l'idée que sa meilleure amie se sente aussi mal la foutait dans une rage noire. Sauf qu'il y avait un problème, et un gros : elle était nulle pour réconforter les gens. Nulle de chez nullissime. Elle n'arrivait pas à trouver les mots, elle finissait par s'énerver, et du coup, les gens pensaient qu'elle en avait rien à faire de leur malheur. Et la plupart du temps, Lulu s'en fichait. Voire même, ça l'arrangeait : plus on la pensait insensible, plus on lui foutait la paix. Mais là, il s'agissait pas de n'importe quel clampin : c'était Malicia. Malicia ! La seule meuf qui comptait dans sa vie, même si elle ne lui avait jamais vraiment dit. Et rien qu'à l'idée qu'elle ne réussirait sûrement pas à lui remonter le moral, Lulu se sentait frustrée, inutile, mais surtout, FURIEUSE !...

Lucrécya ouvrit des yeux ronds, sous le coup d'une inspiration quasi-divine.

...Oh mais oui ! Rien ne valait une bonne grosse rogne pour oublier la tristesse ! La colère, c'était mille fois moins pire que la dépression ! Il fallait que Malicia mue sa déprime en saine et franche colère, et hop, tout irait bien mieux !
Sûre de son coup, la brunette planta ses yeux dans ceux de la métisse :

-Malicia, j'sais pas exactement comment t'as te pu sentir et j'pense que personne à part toi pourra comprendre à quel point c était abominaffreux... mais faut pas que t'aies honte de quoique ce soit ! Ou pire, que tu penses être coupable de quoique ce soit !

Les yeux verts de la brunette s'assombrirent, et sa voix se fit plus rocailleuse que d'habitude :

-Parce qu'il y a qu'un seul coupable, et on sait très bien qui sait !

Un voile de tristesse passa devant les yeux encore embués de la Zeta, qui baissa le menton, résignée.

-Oui... murmura-t-elle d'une voix presque inaudible.

-Ouaip, comme tu l'dis : c'est cette pute de Grandiflore ! s'exclama l'Alpha, en levant un poing rageur.

La métisse releva vivement la tête, surprise.

-Myosotis Grandiflore ? s'étonna-t-elle.

-Bah ouais ! cracha Lucrécya. Tout est de sa faute ! Tu peux me croire, j'ai fait ma p'tite enquête ! Apparemment c'est elle qu'a fait venir tous les glandus à ta fête ! Et y'a plein de ces abrutis que j'ai fait parler grâce à Séraphine, et ils m'ont tous dit la même chose : une gonzesse avec de gros obus et des cheveux vert-dégeu-uranium s'est fait passé pour ta meilleure pote toute la soirée ! Elle a même essayé de s'faire passer pour moi ! Et elle en a profité pour dire des saloperies sur toi et te faire passer pour une vrai biatch ! Des gros nénés et des cheveux verts ! T'en connais beaucoup des comme ça ?

Malicia ne répondit rien, se contentant de fixer Lulu, bouche bée. Cette dernière croisa ses bras, et tordit la bouche :

-Ben alors ? Qu'esse t'attends pour te foutre en rogne contre cette teupu ?

La métisse sembla hésitante :

-Beeeen...

-Mets toi en rogne Maliii ! Elle le merite cette salope ! s'emporta la batteuse, le visage déformé par la rage. Tu t'rends pas compte : ton papa t'a guérie, mais il a dit que t'avais pris à ton insu une drogue dure expérimentale bourrée de magie noire ! De la drogue et de la magie noire ! Et c'est qui la seule meuf à la fois experte en drogues cheloues ET étudiante en magie occulte de cette foutue fac ? J'te le fous dans le mille : Myosopute Granditouffe ! Elle t'a filé un truc horrible sans que tu t'en rendes compte ! C'est pour ça que tu te sentais aussi mal !

Mali accusa le coup, visiblement choquée. Lucrécya, quant à elle, posa sa main sur l'épaule de la métisse, et plissa les yeux :

-Il faut que tu te mettes en colère, fit-elle d'un ton sans équivoque.





Mes RPs du Moment !


Rock this Party !!!, avec Adhita Lonkar et tous ceux qui le veulent !

Broken Mirror, avec Malicia McGuire

Et ma main dans ta tronche ?, avec Isaac O'Callaghan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2HBEB


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Occultes
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 177
avatar
Malicia McGuire

Messages : 3371

Double Compte : Aucun !
Situation Amoureuse : Comme un ouragan qui passait sur moi... lol

Sorts Connus : Aguamenti,
Assurdiato,
Batrasempra,
Calmos Pacificatum,
Confundo,
Defodio,
Episkey,
Failamalle,
Ferula,
Gemino,
Impervius,
Incarcerem/Lashlabask,
Oubliettes,
Periculo Pugno
Portus,
Protego,
Protéiforme,
Tarentallegra,
Purée de pois,
Furunculus,
Mucus ad nauseam,
Duro,
Amplificatum,
Revigoré,
Elasticus

Inventaire : Chocolats Cépamoi (x5)
Essence de dictame (x5),
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Philtre de Requinquance (x5),
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Potion Tue-loup,
Rapeltout,
Tequila Magouillita,
Potion contraceptive
MessageSujet: Re: Girl, interrupted...   Dim 26 Avr 2015 - 19:33

Malicia était figée. On aurait pu croire qu'elle avait croisé une gorgone. Ou un dragon. Ou n'importe qu'elle autre monstre qui donnait envie de ne plus bouger d'un centimètre. D'abord, parce qu'elle avait tellement souffert ces derniers jours qu'elle n'avait plus aucune énergie pour se mettre en colère. Mais aussi parce qu'elle était vraiment beaucoup plus surprise qu’énervée. Le jour de sa majorité, elle avait vécu les pires heures de sa vie : tout c'était passé comme si.... comme si toutes les choses dont elle avait pu avoir peur dans sa vie s'étaient réalisées d'un coup. Comme si elle s'était retrouvée enfermée dans une pièce pleine de détraqueurs et d'épouvantards sans baguette. Mais ce qui l'avait vraiment réduite en miettes c'était de se dire que tout ça... c'était à Drago qu'elle le devait. Et maintenant, Lulu lui disait que c'était Myo qui... qu'est-ce que la gamma avait à voir là-dedans ???

Mali scruta le visage de sa meilleure amie encore et encore, mais non, Lucrécya était sûre d'elle ! Et tout ce qu'elle disait tenait la route. Mieux que ça, c'était comme trouver le code pour déchiffrer un texte crypté. Tout ce qu'elle avait vécu prenait enfin un sens ! Mais alors... comment elle avait pu se tromper comme ça ? Et pourquoi Drago n'avait-il rien dit pour se défendre ???

La zeta porta sa main à sa gorge. Oh mon dieu. Comment elle avait pu être aussi horrible ? Elle avait été tellement sûre que c'était pas possible que tout se passe bien entre eux deux, tellement sûre qu'il finirait par lui faire à nouveau mal et qu'il se moquait forcément d'elle qu'elle avait sauté sur le premier prétexte pour se retourner contre lui. Mon dieu, qu'est-ce qu'elle avait honte... Lui avoir tout reproché, alors que cette histoire, c'était du Myo tout craché !

Mali releva les yeux vers Lucrécya qui s'était penchée vers elle :

-Alors ? On fait quoi ? fit-elle, plutôt sûre d'elle. On sort de là et on va faire sa fête à Myosopouffe ?

La zeta secoua la tête, pensive :

-Y'a quelque chose qui va pas. Pourquoi Myo m'en voudrait ?

-Parce que c'est une teupu ! lança la batteuse. Et tu sais ce qu'il faire contre les teupus : venges-toi !

Mali fit la moue, contrariée. Autour d'elles, le décor de la fête s'effaça doucement et elles se retrouvèrent assises à une des tables du resto U de la WoW. Au lieu d'être bondée comme toujours, la pièce était complètement déserte, et avait l'air de n'avoir pas de fin.

-Je comprends pas : la dernière fois, on s'est parlé et on a mis des tas de choses à plat ! reprit la métisse.

-Visiblement pas assez : venges-toi !

Lulu en profita pour se servir du jus de citrouille qui était posé devant elle.

-On a discuté pendant des heures, continua Mali dans ses pensées, et on a fini par se dire qu'on était pas faites pour s'entendre, c'est sûr...

-Ch'est même clair : venches-toi ! répondit Lulu en aspirant une bonne partie de sa boisson avec une paille pleine de spirales.

-Mais on s'est pas quittées fâchées, Lulu ! C'était même plutôt une sorte de trêve et...

-Tu m'as pas entendue ? insista son amie en écarquillant grand les yeux. Venges-toi, venges-toi, venges-toi !

Mali soupira :

-Non, Lustucru.

-Mais pourquoi, crénom d'un balai ?! s'énerva Lulu, en reposant son verre, dégoutée.

La zeta secoua la tête :

-Si je faisais quelque chose maintenant, Myo chercherait à se venger elle aussi et je suis sûre qu'elle ferait pire, même si je vois vraiment pas comment elle pourrait faire.

-C'est clair. admit Lulu avant de réaliser un truc. A moins qu'elle se mette à tuer...

Mali rigola :

-Myo est peut-être cinglée, mais elle tuerait jamais personne de sang froid ! Elle est pas encore bonne à enfermer !

-Que tu dis... marmonna sa meilleure amie moins convaincue avant de se resservir un verre et d'aspirer bruyamment avec sa paille.

-Breeef. Le mieux c'est de pas lui donner de raisons de continuer. conclut Malicia.

La batteuse haussa les épaules :

-Ok. On fait pas la tête au carré à Myo. Mais tu sais quand même ce que ça veut dire tout ce que je t'ai dit ?

-Qu'est-ce que ça veut dire Lulu ? demanda gentiment la zeta.

-Que ce qui s'est passé vendredi, c'était pas ta faute ! s'exclama Lulu, triomphante, en bondissant hors de sa chaise. Et si c'est pas ta faute, ça veut dire que t'as  plus à t'en vouloir et ça, ça veut dire que t'es guérie et qu'on peut rentrer chez nous ! Et encore une victoire de Lu...

Elle jeta un coup d’œil autour d'elle et eut l'air déçue :

-Pourquoi on est toujours ici ?

Elle se tourna vers la métisse :

-Oh Mali, t'es vraiment mal en point, hein ? demanda-t-elle, tristement.

Elle se laissa doucement retomber sur sa chaise alors que la zeta baissait la tête :

-Même si Myo m'a fait tout ça par pure méchanceté, ça excuse pas tout ce que j'ai fait ou dit. J'ai été affreuse, avec Amalia, avec mes parents, avec...

-Mais c'était pas toi, Mali. expliqua fermement la brunette en posant ses deux sur la table. Regarde quand je t'ai trouvée avec ce gars par exemple...

La zeta releva brusquement la tête, surprise :

-Qu-Quel gars ?!

Lulu eut pas l'air très à l'aise :

-Ben, tu sais, un gars chelou de ma frat avec qui tu fricotais dans ta salle de bain et qui voulait que tu enlèves ta petite culotte et à qui j'ai fracassé le crâne et du coup...

Alors que la batteuse continuait à s'emmêler les pinceaux, Mali écarquilla les yeux, horrifiée. C'était encore pire que ce qu'elle croyait ! Qu'est-ce que c'était que cette histoire ? Comment ce genre de truc avait pu arriver ?! Comment elle avait pu se conduire comme ça ?  Mali rougit encore plus. Oh mon dieu, elle avait trompé Drago. Enfin elle croyait. Est-ce que fricoter avec un inconnu alors qu'on vient d'avoir la dispute du siècle avec son copain et qu'on est à la fois bourrée, droguée et possédée par de la magie noire ça compte ? Oh mon dieu, est-ce qu'elle était vraiment en train de se poser la question ??? Oh mon dieu, c'était sûr maintenant, elle allait devenir une mante religieuse mangeuse d'hommes avec une dizaine d'amants dans chaque quartier de la ville et... OH MON DIEU ELLE AVAIT FAILLI PERDRE SA VIRGINITÉ BOURRÉE, DROGUÉE, ET POSSÉDÉE PAR DE LA MAGIE NOIRE DANS SES TOILETTES AVEC UN INCONNU ALORS QU'ELLE VENAIT JUSTE DE RÉCUPÉRER LE GARÇON QU'ELLE AIMAIT COMME UNE TARÉE ???!!!

Mali abattit sa tête contre la table, désespérée :

-Je suis une énorme teupu. Je veux mourir.





Mes RPs du Moment !


Broken Mirror, avec Lucrécya Rincevent

Days before you came, avec Darius Lestrange
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2RvWE


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sports Sorciers
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 309
avatar
Lucrécya Rincevent

Messages : 3442

Double Compte : Augustus Kane
Situation Amoureuse : cachez vos mecs, les morues : chuis à nouveau célib !

Sorts Connus :
Accio,
Aguamenti,
Amplificatum/Reducto,
Calmos Pacificatum,
Confringo,
Contusionus Encontusiono,
Defodio,
Episkey,
Folloreille,
Gemino
Incarcerem,
Inflammarae,
Lashlabask,
Locomotor,
Multicofors,
Nauséis,
Periculo Pugno,
Repulso,
Revigor,
Rictusempra,
Sonorus,
Spero Patronum,
Subcingulus

Inventaire :
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x3),
Horloge des Familles,
Pommade Pommadante Grégoire,
Lait de Poule du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouillita (x4)
Potion de Requinquance (x2)
MessageSujet: Re: Girl, interrupted...   Ven 1 Mai 2015 - 10:35

-Une teupu ? Toi ?

Lucrécya hésitait entre l'effarement et la franche rigolade. Elle préféra cette dernière, et répéta, hilare :

-UNE TEUPU ! Sérieux !

Mais, à sa grande surprise, Malicia était on ne peut plus sincère :

-Oui ! C'est ce que je suis ! Comment t'appelle ça, une fille qui  fricote avec un inconnu au bout de quelques minutes ?

-Une fille qui sait s'amuser ? Suggéra la brunette.

-Nan ! Une teupu !

Devant la tronche de deux mètres que tirait la métisse, Lulu leva les yeux au ciel :

-Maaaali ! T'es tout sauf une teupu ! Est-ce que tu t'rends compte qu'y'a des foutues chansons à boire qui parlent de ta chasteté qui tournent sur le campus ?

Malicia se redressa :

-Qu... quoi ?!

-Ouais ! Marcus m'en a parlé l'autre jour, et j'ai entendu des PAFs la chanter quelques fois au pub ! J'me rappelle plus de l'air, mais crois-moi, les paroles sont sans équivoque : t'es pas une teupu !

-Une chanson qui parle de ma chasteté ?! Bredouilla la Zeta.

-Qui dit que t'es pas une teupu ! Insista Lulu en hochant vivement la tête.

Elle fixa son amie un peu décontenancée, et soupira.

A vrai dire, même si elle ne l'aurait jamais dit à voix haute, Lucrécya aurait été horrifiée si Malicia avait un peu plus poussé les choses avec cette saloperie de fiente de véracrasse de Gonzague. Pas tant parce que la métisse avait failli faire des bêtises avec un clampin en étant pas dans son état normal, non ; mais parce qu'elle n'avait pas choisi cet état pas normal ! Elle avait pas choisi de se mettre une murge ou quoique ce soit ! Elle n'était même pas au courant qu'elle n'était pas dans un état normal : c'était l'autre salope de Grandifouffe qui lui avait tendu un piège. Mais, tout en se promettant de se venger bien comme il fallait de cette pouffe aux poils épinard, Lulu se dit qu'il fallait minimiser tout ça, pour Mali. Et la décomplexer aussi un peu au passage. Parce que même en dehors de cette sordide affaire, Malicia avait une approche des parties de jambes en l'air plutôt... aseptisée. Et si ça c'était pas un des noeuds de refoulement de... comment qu'ils disaient déjà ? Ah oui : d' « é-mo-tions », c'était à n'y rien comprendre.

Ceci dit, ça n'aurait pas été la première fois que Lulu n'y comprenait rien. Dans le doute, elle tenta quand même le coup. Elle regarda la métisse droit dans les yeux, et lui demanda très sérieusement :

-Mali, est-ce que tu penses que je suis une teupu ?

L'ancienne Gryffondor parut outrée à cette idée. Elle leva ses mains :

-Quoi ?! Bien sûr que non !

-Pourtant selon tes critères chelous, je le suis.

-Non mais attends ! C'est pas du tout ce que je voulais dire ! Se défendit la Zeta.

Lulu lui lança un petit sourire :

-J'sais bien, t'inquiète ! J'veux juste te faire comprendre que tout le monde y passe et c'est normal ! faut que t'arrête de sacraliser ta p'tite fleur comme ça, et surtout, de diaboliser le sexe. C'est cool le sexe...

Elle réfléchit,et fronça le nez :

-...enfin, la plupart du temps, rajouta-t-elle.

Mali tordit la bouche :

-...moui....

-J'te dis pas de le faire avec le premier gugus venu ! Précisa Lulu. J'te dis juste que si ça devait arriver, et même avec le premier gugus venu, beeeen... c'est pas grave ! C'est arrivé à plein de meufs qu'étaient ni des teupus ni des cagoles et elles ont quand même eu une vie normale après.

La métisse jeta un regard dubitatif à son amie, qui reprit :

-J't'assure ! Y'a même des nanas très bien qui, à 15 ans, boivent un peu trop de vin blanc destiné aux profs à la fête de fin d'année, et qui finissent par le faire pour la première fois derrière un des gros rideaux de la salle de bal de Beauxbâtons, avec un gros relou qui insistait depuis des mois pour sortir avec et dont elles se rappellent même plus le prénom le lendemain matin !

Lucrécya plissa les yeux :

-C'était peut-être Martin ? Ou Quentin ? Ou bien Philippe...

Face à elle, Malicia ouvrait des yeux choqués :

-Lustucru ?! T'as pas fait ça ?!

-Ben si : je savais que j'étais virée pour l'année d'après mais le protocole me forçait quand même à assister à leur putain de bal. Alors j'ai pris quelques coupettes de trop, forcément. Et hop : rideau avec Martin.

-Ou Quentin ? Tenta Mali.

-Ou bien Philippe, acquiesça la batteuse. Et tu sais quoi ? Ça m'a pas non plus traumatisé, ça a pas changé qui je suis, et toi et moi on s'est rencontrée quelques mois après : ça t'a pas empêché de me trouver géniale et charismatique et exceptionnelle, et c'est bien normal ! Parce que je le suis !

Lulu lança un sourire bien trop large à Mali.





Mes RPs du Moment !


Rock this Party !!!, avec Adhita Lonkar et tous ceux qui le veulent !

Broken Mirror, avec Malicia McGuire

Et ma main dans ta tronche ?, avec Isaac O'Callaghan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2HBEB


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Occultes
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 177
avatar
Malicia McGuire

Messages : 3371

Double Compte : Aucun !
Situation Amoureuse : Comme un ouragan qui passait sur moi... lol

Sorts Connus : Aguamenti,
Assurdiato,
Batrasempra,
Calmos Pacificatum,
Confundo,
Defodio,
Episkey,
Failamalle,
Ferula,
Gemino,
Impervius,
Incarcerem/Lashlabask,
Oubliettes,
Periculo Pugno
Portus,
Protego,
Protéiforme,
Tarentallegra,
Purée de pois,
Furunculus,
Mucus ad nauseam,
Duro,
Amplificatum,
Revigoré,
Elasticus

Inventaire : Chocolats Cépamoi (x5)
Essence de dictame (x5),
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Philtre de Requinquance (x5),
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Potion Tue-loup,
Rapeltout,
Tequila Magouillita,
Potion contraceptive
MessageSujet: Re: Girl, interrupted...   Mar 5 Mai 2015 - 20:13

Mali était devenue toute pâle en écoutant l'anecdote de Lulu. Elle n'en croyait pas ses oreilles !

-T'as... t'as vraiment... ???

-Ouais. lui répondit sa meilleure amie, les yeux ronds.

-Derrière un...

-Ouais...

-Alors qu'il y avait un bal et...

-Ouais. Je me suis dit : "Faut bien passer à la casserole un jour pour savoir ce que ça fait alors pourquoi pas avec Martin ?"

Elle grimaça :

-Ou Quentin... ?

Elle haussa les épaules :

-Ou Philippe. En fait, je crois que j'ai jamais su son prénom... Mais on s'en fout non ?

Après une petite seconde de stupeur, la zeta explosa de rire. Lulu était géniale. Mali était du genre à croire que tout était important. Elle était toujours à couper les cheveux en quatre et à s'affoler pour tout. Lulu, jamais. C'était juste tellement reposant de parler avec elle : elle finissait toujours pas relativiser avec elle. Toujours.

Malicia hésita quelques secondes et releva les yeux, avec un petit sourire :

-Bon, ok. Moi aussi il m'est arrivé un truc de la honte.

-Ah ouaiiis ? s'exclama Lulu en se penchant vers elle avec un grand sourire. Ben alors, raconte !

Mali ouvrit la bouche... et finit par se plaquer les mains sur les yeux en rigolant. Elle écarta un doigt et regarda sa meilleure amie :

-C'est pas la première fois que je suis à ça de perdre ma virginité... La première fois... c'était avec Euphemia !

-Ah mais je me rappelles de ça ! s'esclaffa Lucrécya. C'était juste avant qu'on soit tous ensorcelés par le maléfice musical ! J'étais venue te chercher et...

La métisse la coupa :

-Tu m'as trouvée avec Euphemia. couina-t-elle. Je sais.

Elle se décida à ôter ses mains de son visage :

-En fait, c'était après une soirée zeta. T'étais partie, et j'avais bu qu'un verre ou deux mais... Je me suis réveillée avec elle. Et j'ai psychoté pendant des jours en me disant que j'avais perdu ma virginité alors que je m'étais toujours promis de pas la perdre avec le ou la première venue et... Mon dieu, c'était l'angoisse !

-Et finalement tu l'avais pas perdue ? demanda Lulu en s'accoudant.

-Non. En fait... Tu te rappelles de quand je suis entrée chez les zetas ? Les filles m'avaient juste demandé si j'en voulais aux mecs et... et c'est tout, j'étais prise ? expliqua Malicia avec de grands gestes de bras.

-Ouais !

-Et ben en fait, c'était pas mon bizutage. Mon vrai bizutage, c'était ça ! s'exclama la métisse. Et elles m'ont laissé croire que je l'avais fait pendant un mois !

Lucrécya écarquilla les yeux :

-Les teupus ! rigola-t-elle.

-Ouais, hein ? renchérit la métisse en souriant.

Elle soupira :

-Enfin, finalement, je suis encore et toujours vierge. Ouf.

Sa meilleure amie haussa les épaules :

-Quand bien même tu l'aurais perdue, ça aurait pas été si grave ! Regarde-moi, j'ai eu ce gars, et puis direct après... Marcus. C'est pas demain que je connaîtrais d'autres gars du coup.

Malicia hocha la tête :

-Oui, mais dans un sens c'est vraiment pas grave. Chacune son truc. Regarde Euphemia, elle a bien eu des dizaines de copains ou de copines. Et elle est super heureuse. Amalia, tout pareil, mais elle, elle veut trouver le bon alors ça la désespère. Toi, t'as trouvé le gars de ta vie. En un clin d’œil.

Bizarrement, Lulu n'eut pas l'air plus contente que ça :

-Ouais. Probablement...

La métisse la regarda, un peu inquiète :

-Probablement ?





Mes RPs du Moment !


Broken Mirror, avec Lucrécya Rincevent

Days before you came, avec Darius Lestrange
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2RvWE


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sports Sorciers
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 309
avatar
Lucrécya Rincevent

Messages : 3442

Double Compte : Augustus Kane
Situation Amoureuse : cachez vos mecs, les morues : chuis à nouveau célib !

Sorts Connus :
Accio,
Aguamenti,
Amplificatum/Reducto,
Calmos Pacificatum,
Confringo,
Contusionus Encontusiono,
Defodio,
Episkey,
Folloreille,
Gemino
Incarcerem,
Inflammarae,
Lashlabask,
Locomotor,
Multicofors,
Nauséis,
Periculo Pugno,
Repulso,
Revigor,
Rictusempra,
Sonorus,
Spero Patronum,
Subcingulus

Inventaire :
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x3),
Horloge des Familles,
Pommade Pommadante Grégoire,
Lait de Poule du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouillita (x4)
Potion de Requinquance (x2)
MessageSujet: Re: Girl, interrupted...   Lun 11 Mai 2015 - 18:09

Lucrécya haussa les épaules.

-Mouais. Probablement. répéta-t-elle.

La métisse aux cheveux dorés forma un O de surprise avec sa bouche, et la brunette hésita. Elle n'était pas du genre à s'épancher pendant des heures sur les trucs qui l'emmerdaient. Mais elle était pas non plus du genre à mentir à sa meilleure amie. Enfin, si, elle lui mentait des fois, mais c'était toujours justifié : c'était soit pour protéger cette espèce d'ex-Gryffondor, soit parce que c'était poilant. Et là, y'avait que d'alle à protéger, et y'avait encore moins de raisons de se fendre la poire. Alors Lulu prit une longue inspiration, et se jeta à l'eau :

-Moi j'l'aime bien, Marcus.

Mali leva un sourcil, incrédule :

-Bien seulement ?

-Okay, je l'aime tout court, marmonna la batteuse, en rougissant légèrement. Mais...

Lulu se tut, se mordant l'intérieur de la joue.

-Mais... ? insista la Zeta d'une voix douce.

-Ben, tu sais !

La métisse secoua la tête :

-Euh... non, justement.

Lulu fronça les sourcils, en cherchant avec difficulté ses mots.

-Ben... quand j'ai rencontré Marcus y'a deux ans, j'me suis dit : purée, il est top chouéttos ce mec. Tu te rappelles ? Je te l'ai dit : «purée, il est top chouéttos ce mec ».

Le souvenir fit doucement sourire Malicia :

-Je me rappelle, oui, mot pour mot : chouéttos.

Lucrécya hocha la tête, satisfaite :

-Chouéttos, c'était carrément notre expression d'il y a deux ans !

-Mais oui ! On l'utilisait tout le temps, c'est vrai !

-On trouvait que tout était chouéttos ! s'emballa Lucrécya. Y'avait même une gradation du chouéttos : ben chouéttos c'était pas mal, grave chouéttos c'était vraiment bien, et top chouéttos c'était le plus chouéttos des trucs chouéttos de cette putain de chouéttos de vie ! Et tu te rappelles de l'autre expression qu'on utilisait tout le temps ? Coolos ! Coolos et chouéttos ! Bordel, qu'est-ce qu'on étaient ringardes ! Tu m'étonnes qu'on avait pas de potes à Poudlard ! Même les Poufsouffles devaient se foutre de nos races !

Elle voulut boire une gorgée de son jus, et s'étonna que son verre en carton soit devenu une jolie flûte en cristal. Puis elle comprit lorsqu'elle réalisa qu'elles n'étaient plus dans le restaurant universitaire en manque de budget de la WOW, mais dans une réplique gigantesque et déserte de la Grande Salle de Poudlard. Plus précisément, les deux filles étaient assises toutes deux, face à face, à la table des Serpentards, plus longue encore que dans ses souvenirs.

Malicia se frotta le menton, semblant ignorer les changements de décor autour d'elle.

-Dis Lustucru ?

-Oui ?

-T'essayes de changer subtilement le sujet de conversation sans que je m'en rende compte ou c'est moi ?

-Ouais, j'essaye. Ca marche ?

-Non.

-Ah.

La petite brune baissa les épaules, résignée.

-Bon, j'en étais où ? grommela-t-elle.

-T'as trouvé de suite Minus top chouéttos, rappela la métisse.

Lulu ne put s'empêcher de sourire :

-Ouais, et il l'était : il était grand et musclé, il était Capitaine de Quidditch, il m'engueulait pas parce que je perdais plein de points comme les autres Serpentards, et il m'écrivait plein de poèmes tout le temps. Et des poèmes nullos-pas-chouéttos du tout, hein : ils rimaient jamais, y'avait plein de fautes en plus, et il utilisait des mots qu'il comprenait pas, et moi non plus d'ailleurs. Mais moi je les aimais bien quand même, et je lui ai jamais dit mais je les gardais dans une boîte à chaussure sous le lit de ma chambre.

-Et qu'est-ce qui s'est passé ?

-Ben, je partageais ma chambre avec Griselda O'Neil, si tu te rappelles bien, et un jour elle a métamorphosé ma boîte à chaussures en potiron soi-disant parce que c'est les voix dans sa tête qui  lui avaient ordonné de le faire, et après elle en a fait un potage je crois, alors j'ai perdu les poèmes.

-Mais non ! Je disais : qu'est-ce qui s'est passé avec Marcus ? demanda la Zêta aux cheveux dorés.

-Ah ! Ben... rien.

Malicia parut surprise :

-T'en as eu marre de lui ? Ou il a arrêté d'être chouéttos ?

Lucrécya secoua vivement la tête, faisant balancer de droite à gauche sa longue tresse noire.

-Non. Il est cool. Cool coolos. Top grave chouéttos, niveau 10 sur l'Echelle de la Chouéttossitude. Il m'écrit plus de poèmes mais il m'achète toujours plein de trucs sans que je lui demande rien. Des trucs au chocolat. Et des chaussures à talons. Et il me laisse toujours gagner au Quidditch, même s'il me dit que non, mais moi, je sais bien que oui en fait. Et il me dit qu'il me trouve jolie alors que j'ai des bigoudis sur la tête et de la crème au bubobulbs étalée sur la face, et je sais qu'il le pense vraiment. Et en plus on se marre bien ensemble. Et on a toujours des trucs à se raconter. Et des fois il me manque quand il est en cours alors que je sais qu'on va se revoir vite.

-Alors c'est quoi le problème ? s'étonna la Zeta.

-Je voulais pas me marier, Mali.

L'aveu fit ciller la métisse, qui ne sut quoi dire. Mais la batteuse reprit :

-Je voulais pas me marier. Mais on m'a même pas demandé mon avis. Ma mère a pété son plomb quand elle a appris que j'étais enceinte. Et celle de Marcus ? Encore pire, alors que sérieux, pour concurrencer les cordes vocales de ma mère quand elle pète son plomb, faut le faire. Elles nous ont dit qu'on devrait se marier. Alors on en a parlé avec Marcus, et on s'est dit que c'était le mieux, parce qu'on était bien ensemble, parce que comme ça on ferait une famille avec le chiard, et comme ça nos mères arrêteraient de gueuler. Mais en fait... ben j'avais pas vraiment envie, au fond.

Malicia eut l'air tristou d'un coup, et Lulu s'en voulut. Elle voulait remonter le moral de sa meilleure amie, à la base, et voilà que ses propres... euh... "é-mo-tions" commençaient à lui casser les roustons qu'elle n'avait pas. Elle s'affala sur son siège et fit tourner le contenu de son verre de jus, en le regardant fixement.

-Écoute, dès le départ j'me suis dit que Marcus et moi on allait p't'être bien se marier un jour. J'en doutais pas vraiment, en vrai : on est fait pour vivre ensemble. Mais... je pensais que ça serait dans, genre, super longtemps. Et que j'aurais le temps d'être sûre de mon choix. Mais on m'a pas laissé le temps. On m'a volé mon temps de réflexion, tu comprends ?

Elle fit une brève pause, puis reprit, mal à l'aise :

-Et maintenant y'a Rufus. C'est pas que je l'aime pas, hein, mais... je sais pas, c'est bête mais je le connais pas, et je sais pas si j'ai envie de le connaître, parce qu'à chaque fois que je le vois, il me rappelle que j'ai pas choisi d'être maman ou d'être la femme d'un gars, mais que je suis prisonnière de cette vie là toutes façons.

Elle soupira, et grommela :

-Tu sais, les gens croient que je suis super forte. Mais c'est faux. Chuis pas forte du tout. Sinon je me sentirais pas comme ça.

-Lulu ! s'écria Malicia. C'est faux, tu es...

La brunette secoua la tête, renfrognée ; et comme elle savait ce qu'allait dire son amie, elle préféra prendre les devants. Elle l'interrompit :

-Chuis pas forte, c'est du flan ! décréta-t-elle. Du flan ! J'ai une batte, et j'ai de la gueule. Et ça suffit à faire illusion. Je fais semblant d'être forte. Je fais semblant parce que c'est la seule chose qui me permet de tenir, et de pas hurler dès le réveil chaque putain de journée. Je fais semblant parce que si je montrais aux gens la vérité, je serai juste moi. Moi ! Tu te rends compte ? Une nana pas très maline coincée dans une vie minable qu'elle a pas choisie, et qu'est une pas grand chose au final. Je préfère pas penser à ça. Alors je fais semblant.

Elle baissa les yeux, visiblement tracassée.

-Mais c'est que du flan, conclut-elle, à voix basse.





Mes RPs du Moment !


Rock this Party !!!, avec Adhita Lonkar et tous ceux qui le veulent !

Broken Mirror, avec Malicia McGuire

Et ma main dans ta tronche ?, avec Isaac O'Callaghan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2HBEB


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Occultes
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 177
avatar
Malicia McGuire

Messages : 3371

Double Compte : Aucun !
Situation Amoureuse : Comme un ouragan qui passait sur moi... lol

Sorts Connus : Aguamenti,
Assurdiato,
Batrasempra,
Calmos Pacificatum,
Confundo,
Defodio,
Episkey,
Failamalle,
Ferula,
Gemino,
Impervius,
Incarcerem/Lashlabask,
Oubliettes,
Periculo Pugno
Portus,
Protego,
Protéiforme,
Tarentallegra,
Purée de pois,
Furunculus,
Mucus ad nauseam,
Duro,
Amplificatum,
Revigoré,
Elasticus

Inventaire : Chocolats Cépamoi (x5)
Essence de dictame (x5),
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Philtre de Requinquance (x5),
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Potion Tue-loup,
Rapeltout,
Tequila Magouillita,
Potion contraceptive
MessageSujet: Re: Girl, interrupted...   Ven 15 Mai 2015 - 7:54

Mali connaissait Lulu depuis des années maintenant et elle avait pas regretté une seule minute qu’elles avaient passées ensemble : en deux ans et demi, elles en avaient fait des choses ! Et même si elles étaient le jour et la nuit, elles s’étaient toujours comprises et avaient toujours tout partagé. Elles avaient leur monde, leur infralangage qui ne faisaient rire qu’elles et qui les faisaient passer pour plus dindes qu’elles n’étaient, leurs habitudes, leurs visions des choses... Bref, c’était pas peu dire que Mali connaissait bien son amie. Elle savait même bien plus que les autres que si elle était née sans carapace, Lulu en avait une, elle, et une belle. En fait, c’était bien plus qu’une carapace : c’était des couches et des couches de carapaces qui entouraient la vraie Lulu. Et peu de gens la voyaient, cette Lulu là. A vrai dire, cette Lulu-là, c’était peut-être aussi une autre carapace…

Tout en se disant qu’elle avait jamais autant dit le mot carapace de sa vie, Mali regardait sa meilleure amie avec beaucoup d’inquiétude. Elle le savait, Lulu parlait pas beaucoup d’elle-même. Enfin, sauf pour s’autoproclamer star du quidditch ou beubon de l’année. Mais jamais pour dire quand ça n’allait pas. C’était incroyablement difficile de deviner quand quelquechose la tracassait, et plus d’une fois, Mali l’avait découvert bien trop tard, quand le mal était déjà fait depuis longtemps et qu’il n’y avait plus grand-chose à faire.

En écoutant Lulu aujourd’hui la métisse eut un pincement au cœur : elle avait bien senti que quelque chose ne tournait pas rond cette année pour la batteuse. Mais elle n’avait jamais cerné à quel point ça avait affecté son amie. Le souci, c’était qu’il y avait une seule chose encore plus difficile que de percer Lucrécya à jour : c’était de la consoler.  Tout simplement  parce Lulu détestait ça. C’était pour ça qu’elle ne pleurait jamais, qu’elle ne se plaignait pas, qu’elle ne disait jamais quand ça allait mal. Lulu détestait qu’on voit ses faiblesses. Et être consolée, même par sa seule amie, c’était avoir une faiblesse.  Et avoir une faiblesse, c’était avoir un trou dans sa carapace, et ça, c’était impensable pour la batteuse.

-Tu sais, Lustucru… commença Mali, un peu hésitante. Il faut pas être aussi dure avec toi-même…

Elle se tut. Consoler son amie, c’était comme passer devant un dragon qui dort : il ne fallait pas se rater, et là, vu la tête de la brunette, elle avait déjà mal choisi ses mots. Alors elle changea de tactique… et soupira :

-Ecoute, je te crois pas. Dit-elle le plus fermement possible.

Sa phrase étonna la batteuse :

-Comment ça, tu me crois pas ?

-Non, Lulu. Ton histoire de flan, elle peut marcher avec les autres, mais pas avec moi. Je te crois pas une seconde et voilà pourquoi : t’es un putain de fléreur.

Son amie se redressa, mécontente :

-T’as dit quoi là ?

-Oui, c’est bien ce que j’ai dit, t’aime peut-être pas ces bestioles mais c’est comme ça, que tu le veuilles ou non : t’es un fléreur. A chaque fois qu’il t’arrives quelque chose, tu retombes sur tes pattes.

Mali se pencha vers son amie :

-T’étais dans un horrible orphelinat, dirigé par une Baba Yaga en puissance qui a rendu marteau les ¾ des pensionnaires. Et qu’est-ce que t’as fait ? T’as tenu bon et t’as joué des coudes jusqu’à ce qu’une famille plus gentille t’en sortes. Tu t’es faite virer de Beauxbâtons, la plus prestigieuse école de magie de France et ils t’ont dit que t’arriverais jamais à rien. Est-ce que ça t’as fait pleurer ? Non. Est-ce que t’es devenu une sans-abri qui pointe à l’Agence Magique Pour l’Emploi à quatorze ans ? Non. T’es allée à Poudlard, et tu es devenue la meilleure batteuse de l’année deux fois de suite et maintenant t’es à la fac. Et à Poudlard qu’est-ce que t’as fait ? T’as botté les fesses d’un mangemort, t’as convaincu à toi toute seule un démon de repartir en enfer, t’as survécu à un sortilège de possession du Necronomicon ! Alors oui, Minus est arrivé, et avec lui, Rufus, mais c’est pas un mal parce qu’ils t’aiment à leur façon et que je suis sûre que toi aussi. Et je sais que pour toi, être en couple et avoir une famille c’est peut-être encore plus dur que de te battre contre des mages noirs, mais tu sais quoi ? Ca t’as destabilisée ? Oui. C’était pas ce que tu voulais ? Oui. Mais comme tout ce que t’as traversé, tu vas pas te laisser abattre. Parce que t’es un putain de fléreur et que tomber sans te relever, tu sais tout simplement pas faire.

Alors que Lulu la regardait avec une lueur de remerciement dans le regard, Mali lui prit le poignet :

-Les gens comme moi ont besoin de gens comme toi, Lustucru. Pour leur donner le courage d’avancer. Tu sais pas ce que je donnerais pour avoir ne serait-ce que le dixième de ta force. Parce que t’es forte, Lulu, je te laisserais jamais dire le contraire. T’es tellement forte que dans le dictionnaire, à côté du mot « forte », il y a probablement ta photo. J’ai pas traversé un pour cent de ce que par quoi tu es passée et j’aimerai pouvoir dire que j’ai surmonté mes propres épreuves avec autant de combativité que toi. Mais c’est juste pas le cas.  Je sais absolument pas ce que la vie me réserve ni ce que je vais devenir, mais je sais une chose.

Mali lança un grand sourire à sa meilleure amie :

-Quand je serai grande, je veux être comme toi.





Mes RPs du Moment !


Broken Mirror, avec Lucrécya Rincevent

Days before you came, avec Darius Lestrange
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2RvWE


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sports Sorciers
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 309
avatar
Lucrécya Rincevent

Messages : 3442

Double Compte : Augustus Kane
Situation Amoureuse : cachez vos mecs, les morues : chuis à nouveau célib !

Sorts Connus :
Accio,
Aguamenti,
Amplificatum/Reducto,
Calmos Pacificatum,
Confringo,
Contusionus Encontusiono,
Defodio,
Episkey,
Folloreille,
Gemino
Incarcerem,
Inflammarae,
Lashlabask,
Locomotor,
Multicofors,
Nauséis,
Periculo Pugno,
Repulso,
Revigor,
Rictusempra,
Sonorus,
Spero Patronum,
Subcingulus

Inventaire :
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x3),
Horloge des Familles,
Pommade Pommadante Grégoire,
Lait de Poule du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouillita (x4)
Potion de Requinquance (x2)
MessageSujet: Re: Girl, interrupted...   Mar 19 Mai 2015 - 18:51

Lucrécya ne put s'empêcher de sourire. Elle ne savait pas comment Malicia avait fait... mais elle se sentait mieux. Vraiment mieux. Carrément vachtement dans sa peau, en fait. Mais elle n'allait pas lui dire ; parce que ça aurait voulu dire qu'elle était pas bien dans sa peau avant, et avouer qu'elle était pas bien dans sa peau avant, c'était la teu-hon. La grosse teu-hon, même. Et elle avait bien assez dit de trucs emplis de teu-hon comme ça .. même si le fait de les dire à Malicia les rendait moins emplis de teu-hon, il fallait l'avouer. Mais ça suffisait quand même comme ça.

Alors elle se contenta d'hocher la tête, et de lancer :

-Ouais, et moi, quand je serai plus grande, j'aimerais bien être... ben... plus grande, quoi.

La réflexion fit pouffer de rire la métisse, et Lulu se sentit mieux encore en entendant le rire, même bref, de son amie.

C'était dingue comme elle était reconnaissante envers Malicia ! Cette fille était géniale. Dans tous les sens du terme ! Elle était géniale, mais elle était aussi un pur génie de la life : il lui suffisait de quelques secondes pour trouver comment remonter le moral de quelqu'un ! Mais Lucrécya, elle, n'était pas un génie de la life. Sauf au quidditch, évidemment, mais elle voyait mal comment faire le Tacle Transylvanien ou un Revers de Cognard allait lui servir pour remonter le moral de sa meilleure amie. Pourtant, elle voulait aider Mali ! Mais genre, vraiment l'aider ! Et encore plus maintenant qu'elle avait réussi à apaiser les tensions que la batteuse avait en elle ! C'était la meilleure façon de lui prouver sa reconnaissance.

Et... si elle devait être honnête, Lucrécya savait pertinemment quel était le problème de la Zêta aux cheveux dorés. Enfin, le problème le plus flagrant, disons. Oh oui. Elle le savait.
Là où ça coinçait, c'est qu'elle était moins maline que Malicia, et qu'elle savait pas comment aborder le sujet. Ni comment apaiser son amie à propos de ce gus-là. Parce que ouais, une grosse partie des blocages de nœuds de saloperies d'é-mo-tions à la mords-moi-la-baguette de la métisse provenait de sa relation avec Drago Malefoy. La brunette en aurait mis son boursouflet au feu.

Parce que Lucrécya avait beau ne pas être un génie, elle n'était pas non plus totalement idiote. Elle avait deviné que Malicia ressortait avec le blondinet depuis une bonne semaine. Bon, ouais, ça avait été facile à deviner après que Marcus lui ait avoué que Drago lui avait dit, mais ça comptait quand même ! Et, étrangement, Lulu avait trouvé ça cool. Parce que mine de rien, ils allaient aussi bien ensemble qu'un whisky pur feu avec du soda light. De prime abord, les deux n'avaient rien en commun, mais une fois ensemble, ils formaient un mélange délicieux, et étrangement équilibré. Et d'un coup, Lulu eut envie de boire du whisky pur feu mêlé à du soda light. Elle jeta une œillade pleine d'espoir dans son verre... mais ce dernier était toujours plein de jus de citrouille. Elle était toujours dans l'inconscient de Malicia, et n'avait aucun moyen de changer la réalité un peu vaporeuse qui l'entourait.

Elle haussa les épaules, et considéra la métisse avec attention. Cette dernière fixait son propre verre, un petit sourire triste aux lèvres.

Lucrécya pinça les lèvres.

Elle avait attendu de voir si cette dernière allait lui parler de Drago, dans la semaine. Mais Malicia n'avait rien dit. Rien de rien. Alors Lulu avait patienté. Chacun avait le droit d'avoir son jardin secret, après tout. Mais le fait qu'elle ne lui dise toujours rien alors qu'elles étaient coincées dans le cerveau de la Zeta, à se raconter des trucs plus ou moins intimes, c'était plus chelou que chelou : à l'évidence, la Zeta faisait exprès de ne pas le mentionner ! Alors qu'elle avait parlé de tout, même de son anecdote de la teu-hon avec Euphémia ! Et alors que sa relation avec Drago lui tenait à cœur depuis des années ! Et ouais, elle avait passé des moments difficiles à cause de lui, mais le temps avait passé. Lulu avait vu Drago changer, elle avait vu Malicia aller mieux, et hop : maintenant qu'ils se remettaient ensemble, Mali se taisait, même au moment de faire le point sur ses... ''é-mo-tion'' ? Mmh, on la faisait pas, à Lulu. Elle avait lu le livre de Froud : la métisse faisait du refouleu... refouli... refoulitude ! Ouais !

Donc, il fallait être plus subtile, dans son approche. La batteuse plissa les yeux, et étira un sourire entendu :

-Et sinon... Mali... toi... tu voudrais pas me parler de quelque chose ?

Son interlocutrice releva la tête :

-Comment ça ?

-Je sais pas moi... de... ''quelque chose''.

La métisse cligna les yeux :

-Ben, je vois pas...

-Tu sais, insista la petite batteuse. De quelque chose... que tu m'aurais pas dit ?

Malicia eut l'air de réfléchir.

-Euh... non.

-Ou de quelqu'un ?

La Zeta secoua la tête :

-Non.

-Tu es sûûûûre ? sussura la brunette.

-Ben oui ! Je te suis pas : tu veux en venir où, Lustucru ?

Lucrécya posa une main sur son torse, pour tenter de paraître le plus innocent possible :

-Moi ? Nulle part, voyons ! J'essaye juste de faire le tour de ta petite tête ! s'exclama-t-elle en lançant un clin d'oeil à son amie. Donc, je voulais savoir si tu voulais me parler de quelqu'un en particulier.

Elle rajouta un second clin d'oeil, qu'elle pensa subtil, mais qui ne l'était pas.
Le message caché ne passa visiblement pas : Malicia se contenta de la dévisager sans comprendre. Puis elle tenta :

-De Myosopouffe tu veux dire ?

Le sourire de Lulu s'évanouit :

-Mais non !

-Tu veux que je te raconte mon histoire avec Euphémia ? Parce que je t'ai déjà raconté l'essentiel, et c'est pas non plus super passionnant.

-Mais on s'en fout d'Euphémia ! s'emporta l'AAA.

Malicia fronça les sourcils, sans comprendre :

-Mais, qu'est-ce que tu veux, alors ?

-Je veux savoir quand tu vas te foutre un coup de pied aux fesses et assumer pour Drago ! lâcha brusquement Lucrécya, à court d'allusions subtiles.

Les yeux de la métisse s'écarquillèrent, et le décor autour des deux filles se troubla, s'obscurcissant légèrement.





Mes RPs du Moment !


Rock this Party !!!, avec Adhita Lonkar et tous ceux qui le veulent !

Broken Mirror, avec Malicia McGuire

Et ma main dans ta tronche ?, avec Isaac O'Callaghan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2HBEB


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Occultes
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 177
avatar
Malicia McGuire

Messages : 3371

Double Compte : Aucun !
Situation Amoureuse : Comme un ouragan qui passait sur moi... lol

Sorts Connus : Aguamenti,
Assurdiato,
Batrasempra,
Calmos Pacificatum,
Confundo,
Defodio,
Episkey,
Failamalle,
Ferula,
Gemino,
Impervius,
Incarcerem/Lashlabask,
Oubliettes,
Periculo Pugno
Portus,
Protego,
Protéiforme,
Tarentallegra,
Purée de pois,
Furunculus,
Mucus ad nauseam,
Duro,
Amplificatum,
Revigoré,
Elasticus

Inventaire : Chocolats Cépamoi (x5)
Essence de dictame (x5),
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Philtre de Requinquance (x5),
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Potion Tue-loup,
Rapeltout,
Tequila Magouillita,
Potion contraceptive
MessageSujet: Re: Girl, interrupted...   Ven 22 Mai 2015 - 19:34

Mali devint brusquement aussi pâle qu’un fantôme :

-Dra- hein ? Quoi ? Comment ? bredouilla-t-elle.

Oh mon dieu. C’était la cata. Lulu savait. Elle savait ! Mais depuis quand ??? Et qui lui avait dit ? Ou alors… elle avait deviné ? Mais comment ? Elle avait été super discrète !

La métisse tâta précipitamment sa poche en espérant très fort y trouver un sac en papier. Et se rappela que des sacs en papier, dans un inconscient, y’en avait pas. Et qu’elle n’en avait pas vraiment besoin d’ailleurs, parce que dans son inconscient… ben elle respirait pas ! Mais n’empêche, que Lulu soit au courant, ça la paniquait. Et pas qu’un peu.

… Ou alors, c’était un test. Oui, c’est ça ! Lulu était en train de la tester, et il fallait qu’elle fasse comme si de rien n’était !  Sauf qu’elle était toute pâle maintenant. Et qu’elle avait manifestement cherché son sac en papier. Et que sa meilleure amie l’avait remarqué. Et que donc, c’était raté.

-Assumer quoi ? couina-t-elle, en essayant de garder son calme, avec de grands yeux inquiets.

La batteuse avait pas l’air dupe. Mais genre, pas du tout :

-Malefoy. Vous êtes ensemble. Depuis une semaine.

Un silence bien gênant suivit… avant que la métisse n’éclate de rire. Le genre de rire paniqué qui veut tout cacher mais qui confirme tout en une seconde. Pendant une demi-seconde, Mali se dit qu’elle aurait vraiment, mais alors vraiment du suivre ses cours au club de théâtre. Tant pis, elle allait improviser.

-N’importe quoi ! rigola-t-elle, le front en sueur avant de prendre une expression dégoutée. Moi avec Drago Malefoy ? Encore ? Je suis pas cinglée à ce point ! Faut pas croire tout ce qu’on te dit et d’abord…

Mali serra les poings, et lança sur un ton un peu coincé, alors que sa voix montait crescendo dans les aigus :

-Qui t’as dit ça ? Ou ? Quand ? Comment ? Avait-il ou elle des preuves ? Lesquelles ? Ces preuves étaient-elles certifiées par une autorité compétente ? Quelle autorité ? Et pourquoi on parle de ça d’abord ? JE NE VEUX PAS QU’ON EN PARLE, ALORS N’EN PARLONS PLUS !

La métisse tapa du poing sur la table, les yeux écarquillés… et grimaça aussitôt de douleur :

-Bobo… laissa-t-elle échapper d’une petite voix.

Son discours n’avait pas l’air d’avoir fait beaucoup d’effet :

-Tu vois ça, ma grande ? répondit Lucrécya en la regardant droit dans les yeux. Ça s’appelle du déni. Et même que c’est une é-mo-tion et pas une très jolie-jolie, si j’en crois mon bouquin.

-Je suis pas dans le déni. Je suis pas avec Drago. Souffla Malicia sur un ton hyper rapide.

Elle jeta un petit coup d’œil sur le côté et, avec une moue à la fois boudeuse et gênée, fit s’évaporer une ombre qui commençait à prendre la forme de son ex-serpentard d’ex petit-ami.

-Ah ouais ? continua de la cuisiner Lulu. Parce que c’est pas ce qu’il m’a dit.

-C’est lui qui t’a dit ça ?! s’étonna la métisse.

-Hein ? Lui ? Non : c’est Marcus. Répondit la batteuse en haussant les épaules. Mais j’avais deviné avant. Quand Drago Malefoy se met à chanter sous sa douche, qu’il prépare un petit dej pour toute la famille en sifflant et qu’il te demande si t’as bien dormi… et que dans la même journée, tu te mets à sourire et à rougir sans raison, et que tu sursautes quand on te demande si ça va, franchement même moi je devine.

Malicia abattit sa tête sur la table : c'était encore pire que ce qu'elle croyait.

-Oh mon dieu. On est nuls à ce point, hein ?

-Ouaip. Et pas qu’un peu. Affirma Lucrécya.

La métisse resta quelques secondes, les yeux fermés. Elle se sentait vraiment gênée. Elle avait espéré garder tout ça le plus secret possible, pour tout un tas de raison et une en particulier : Lulu détestait Drago. Et maintenant elle devait la prendre pour une nounouille de compétition.

-Je sais ce que tu vas me dire.  Fit-elle, en se redressant doucement, pas très fière d'elle-même. Que je suis pas bien dans ma tête et qu’après tout le mal qu’il m’a fait, je fais juste n’importe quoi...

Elle poursuivit :

-Mais j’aime Drago. J’aime sa façon de parler, j’aime sa façon de penser. J’aime quand il décrète que rien n’est assez bien, j’adore qu’il ne soit jamais satisfait de rien. fit-elle, sans réussir à s'empêcher de sourire. J’adore quand il comprend tout cent fois plus vite que les autres et qu’il me jette un regard blasé parce qu’il sait que moi aussi, j’ai compris. J’aime quand il dit qu’il ne sent rien alors que, comme moi, il ressent tout mille fois trop fort, que ça soit la joie, la tristesse, la colère… J’aime que ça le fasse se prendre pour un héros de tragédie grecque. J’aime quand il me provoque, j’aime quand il me taquine et mon dieu, qu’est-ce que j’aime son regard quand il le fait.

Mali enfouit son visage dans ses mains et gémit :

-Mon dieu, j’adore même quand il dit des horreurs simplement parce qu’il est de mauvaise humeur, quand il vole des trucs pour faire son intéressant ou qu’il croise les bras quand il est fier de lui alors qu’il n’y a vraiment, mais alors vraiment pas de quoi. Il me manquait. Je lui en voulais à mort mais il me manquait. J’avais l’impression de devenir complétement cinglée.

Elle rajouta, un peu tristement :

-C'est nul, je sais. Mais je te rassure, y’a plus de raisons de désespérer. J’ai tellement mal traité Drago cette semaine que c’est sûrement fini, maintenant et pour de bon. J’ai fait comme s’il existait pas, j’ai paniqué comme une folle en me disant qu’il me voulait du mal et je lui ai mis sur le dos tout ce que Myo a fait comme une énorme andouille que je suis. Il voudra plus jamais me parler donc, t’en fais pas, c’est réglé.

Malicia fit un sourire en espérant rassurer sa meilleure amie. Elle savait malheureusement que c'était pas gagné, vu ce que Lulu pensait de son ex.





Mes RPs du Moment !


Broken Mirror, avec Lucrécya Rincevent

Days before you came, avec Darius Lestrange
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2RvWE


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sports Sorciers
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 309
avatar
Lucrécya Rincevent

Messages : 3442

Double Compte : Augustus Kane
Situation Amoureuse : cachez vos mecs, les morues : chuis à nouveau célib !

Sorts Connus :
Accio,
Aguamenti,
Amplificatum/Reducto,
Calmos Pacificatum,
Confringo,
Contusionus Encontusiono,
Defodio,
Episkey,
Folloreille,
Gemino
Incarcerem,
Inflammarae,
Lashlabask,
Locomotor,
Multicofors,
Nauséis,
Periculo Pugno,
Repulso,
Revigor,
Rictusempra,
Sonorus,
Spero Patronum,
Subcingulus

Inventaire :
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x3),
Horloge des Familles,
Pommade Pommadante Grégoire,
Lait de Poule du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouillita (x4)
Potion de Requinquance (x2)
MessageSujet: Re: Girl, interrupted...   Dim 24 Mai 2015 - 19:07

Lulu ouvrit des yeux ronds devant le discours paniqué de Malicia. Puis elle hocha la tête, effarée :

-Ah ouais quand même !

Se méprenant sur la réaction de son amie, la métisse s'effondra devant elle, plongeant son visage entre ses bras.

-Tu vois ? Même toi tu me trouves nouille... geignit-elle.

-J'ai pas dit ça, rétorqua son interlocutrice.

-Mais tu le penses, non ?

L'AAA leva les yeux vers le plafond magique de la Grande Salle, qui indiquait visiblement que le temps était à l'orage. Elle se mordilla les lèvres, puis soupira :

-Mali, j'peux te poser une question ?

-Moui ? répondit la métisse, sans relever pour autant sa face dissimulée.

-Si t'aimes un gus, et que lui il t'aime... c'est quoi le problème exactement ?

La Zeta sembla surprise par la demande. Elle releva prestement la tête, considéra Lucrécya quelques secondes. Puis, réalisant que cette dernière était on ne peut plus sérieuse, elle cligna des yeux :

-Ben... euh... mais... mais Lustucru ! Le problème c'est peut-être que le gars en question c'est Drago ! Drago  Belzebuth Malefoy ! Que tu détestes cordialement depuis Poudlard !

La batteuse croisa les bras :

-J'ai jamais dit ça.

-Tu me l'as personnellement répété pendant près de deux ans ! répliqua la métisse.

Lulu soutint le regard de son amie, pleine mauvaise foi.

-Ah oui ? Tiens donc.

-Et tu lui disais tous les matins à lui aussi !

-Tu m'en diras tant.

-Oui, tu lui disais tout le temps ! Alors qu'on faisait partie de la même bande et qu'on se voyait tous tous les jours !

L'étudiante en Sports esquissa alors un sourire triomphal :

-Ah ben voilà !

Mali resta déconcertée quelques secondes devant la réaction de joie de la brunette.

-Ah ben voilà quoi ?

-Ben voilà ! répéta Lulu. Si je le détestais tant que ça tu crois que je me serais fait chier à le côtoyer chaque jour ? Crois-moi c'est pas mon genre d'être aussi maso.

La Zêta la considéra, interdite. Aussi, Lucrécya développa :

-Bah voui ! Rappelle-toi quand tu sortais avec cette insupportable tête à claques de Rhum !

-C'était une grosse erreur et ça a pas duré longtemps, fit Mali en se renfrognant légèrement, comme si elle en était encore honteuse.

-Oh ben ça encore heureux ! lâcha Lulu, en rigolant à moitié. Mais c'que j'veux dire c'est que j'pouvais pas me le pifrer cui-là, et  pour de vrai ! Du coup j't'ai dit : « Quitte le ce gros ringardos, et fissa ! ». Et j'te l'ai répété jusqu'à ce que tu le quittes pour de bon !

-Je me rappelle bien, oui... fit Malicia, les yeux dans le vague. Tu m'as même envoyée Griselda pour m'aider à rompre avec lui, un jour. Et c'était... surprenant, comme journée, d'ailleurs.

-Alors t'imagine le harcèlement quotidien que j't'aurais fait subir à Poudlard, si j'avais trouvé Malefoy aussi insupportable que cet abruti congénital de Rhum ?

Les yeux de Malicia se braquèrent à nouveau sur sa meilleure amie, et la métisse sembla soudain comprendre quelque chose. Ou peut-être voyait-elle simplement les choses sous un jour nouveau.

-Franchement, Mali, insista Lulu, Malefoy vit en colloc avec Marcus et moi depuis des mois ! Je fais croire à Marcus que c'est que son idée, mais tu me connais assez bien pour savoir que si j'étais pas d'accord avec ça ça ferait longtemps que ses deux idiots dormiraient sous les ponts, avec des cartons pour couvertures !

-Oh mais c'est vrai ! réalisa la Zeta. Donc ça veut dire qu'au fond... tu aimes bien Drago ?

Lulu se sentit soudain toute gênée, ce qui n'était pas son habitude. Elle s'en défendit en levant les mains, et en secouant bien trop vivement la tête :

-Ouh là, j'irais pas jusque à ''bien'', hein ! Mais, euh, disons qu'il y a des gens que j'aime bien embêter, et avec qui c'est plutôt fendard de s'engueuler ou d'se la donner.... Mais ça veut pas dire que je les aime bien, ces gens, ça veut juste dire que je les déteste pas vraiment-vraiment ! Des gens genre Malefoy, ou McCormick.

-Kimberlie ? s'étonna Malicia.

-Ben, ouais... avoua Lucrécya, qui se sentait décidément mal à l'aise dans ses explications. J'veux juste dire que... ben... disons que y'a des gens qu'on adore détester ou faire comme si on les détestait alors qu'au fond on les déteste pas tant que ça et que même qu'ils nous manqueraient s'ils étaient plus là pour qu'on fasse genre qu'on les déteste ! Style McComique, ouais. Ou Malefoy.

Elle fit une courte pause, et rajouta, les sourcils froncés, les poings serrés :

-Et y'a des gens qui eux sont juste détestables et c'est pas pour rire du tout, c'est pas un jeu, c'est juste des gros abrutis. Comme Rhum, qu'est insupportable avec sa morale à deux noises et ses airs de niffleur névrosé. Ou pire : comme Magouille ou Grandipouffe : eux ce sont de vrais connards comme on en fait plus. Eux quand on les déteste, c'est pour de vrai, tu saisis la nuance ?

Malicia considéra la chose quelques secondes :

-Bizarrement.... oui, admit-elle.

Un doigt agressif se dressa sous son nez :

-Et si tu répètes ça à McComique ou même à Malefoy, je nierai tout en bloc ! siffla Lulu de sa voix éraillée.

-Je te promets de tenir ma langue, assura la métisse.

Elle passa une mèche de ses cheveux dorés derrière son oreille, et se recroquevilla sur son siège, visiblement perdue dans ses pensées. Puis, elle soupira :

-Je pensais vraiment pas que tu pensais ça de Drago.

-C'est vrai qu'on en jamais vraiment parlé, admit Lulu.Et à la rentrée j'étais plutôt remontée contre lui parce qu'il avait fait le con avec toi, quand il était encore avec l'autre teupu de Vilénie. J'ai failli le faire basculer dans la case des gros cons à détester tout court.

-Qu'est-ce qui t'a fait changer d'avis ?

Lulu haussa les épaules :

-Ben, tu sais, il a tout perdu. Enfin non : il a préféré tout perdre que de continuer à suivre un plan qui était pas le sien, et ça, c'est plutôt coolos, quelque part. Et à partir de là, il a fait des efforts avec les gens. Et il s'occupe de Rufus, comme ça j'ai pas à le faire !... mais je crois qu'au fond il le fait parce qu'il aime beaucoup Rufus, et mine de rien ça compte, non ? Et il est toujours insupportable et prétentieux, mais... je sais pas, c'est pas comme avant. Sans compter qu'il ramène des hamburgers gratis de son taf !

La batteuse hocha la tête d'un air entendu, les yeux brillants à ce souvenir de nourriture grasse et gratuite.

Mali ne put s'empêcher de sourire... mais très vite son sourire se figea.

-Peut-être qu'il a vraiment changé, admit-elle. Mais de toutes façons, j'ai tout gâché...

Lucrécya haussa les épaules :

-Tu sais, Malefoy, il a beaucoup de défauts.

-Oui.

-Mais genre, vraiment beauuuuucoup.

-Oui, je sais, soupira Malicia.

-Mais y'en a un qu'il a pas : il est pas idiot. Donc il doit bien se douter que si t'es pas aussi à l'aise avec lui qu'avant vis à vis de votre relation, c'est aussi un peu beaucoup de la faute de ce qu'il a pu faire dans le passé, ce con, nan ? Et puis sérieux, si y'a un gars qui t'a dans la peau, c'est bien lui ! Suffisait de voir à quel point il était niais toute cette semaine, et comment il a commencé à tirer la tronche depuis que c'est soi-disant terminé. Alors si tu vas le voir et que tu lui dis : « Roh, dingue, j'ai compris que c'était Myosopute la coupable pour tout cette saloperie qui s'est passée pendant mon annif et pas toi, on reste ensemble, ça te botte ? », je sais exactement ce qu'il va te répondre.

Lucrécya leva des yeux indiscutables sur la métisse aux cheveux dorés, et croisa les bras, sûre d'elle.





Mes RPs du Moment !


Rock this Party !!!, avec Adhita Lonkar et tous ceux qui le veulent !

Broken Mirror, avec Malicia McGuire

Et ma main dans ta tronche ?, avec Isaac O'Callaghan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2HBEB


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Occultes
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 177
avatar
Malicia McGuire

Messages : 3371

Double Compte : Aucun !
Situation Amoureuse : Comme un ouragan qui passait sur moi... lol

Sorts Connus : Aguamenti,
Assurdiato,
Batrasempra,
Calmos Pacificatum,
Confundo,
Defodio,
Episkey,
Failamalle,
Ferula,
Gemino,
Impervius,
Incarcerem/Lashlabask,
Oubliettes,
Periculo Pugno
Portus,
Protego,
Protéiforme,
Tarentallegra,
Purée de pois,
Furunculus,
Mucus ad nauseam,
Duro,
Amplificatum,
Revigoré,
Elasticus

Inventaire : Chocolats Cépamoi (x5)
Essence de dictame (x5),
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Philtre de Requinquance (x5),
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Potion Tue-loup,
Rapeltout,
Tequila Magouillita,
Potion contraceptive
MessageSujet: Re: Girl, interrupted...   Lun 25 Mai 2015 - 17:31

Ça avait quelque chose d’irréel d’être à nouveau dans la Grande Salle de Poudlard, en face de Lucrécya. Quelque chose de rassurant aussi : elles avaient passé la moitié de leur scolarité ici, à leurs places préférées. Il s’en était passé des choses dans ces lieux, il s’en était dit aussi. Mali se rappelait que tout ce qu’elles avaient pu vivre au cours des deux années pendant lesquelles elles avaient été amies dans l'école, les bonnes choses, les mauvaises aussi, elles en avaient parlé ici même, sur ces bancs plus tout jeunes.

D’ailleurs tous les souvenirs qu’elle avait remontaient à la surface, et des ombres beaucoup plus apaisées que celles qu’elles avaient côtoyées toute la journée allaient et venaient dans la pièce immense, lui rappelant tous ces bons moments : le jour où Lulu avait ensorcelé le chat du concierge pour qu’il chante du disco et qu’elles avaient failli mourir tellement elles avaient ri, le jour où un Poulhopo à moitié dingo avait saccagé la grande salle, le jour où elle était arrivée en balai toute débraillée parce qu’elle avait raté le Poudlard Express, le jour où la monstroplante de Lulu avait décidé de la poursuivre partout en bondissant frénétiquement dans son petit pot parce qu’elle voulait manger tous ses cheveux, le jour où une mouche zombie affamée avait semé la panique dans les couloirs, le jour où Minus avait débarqué dans leurs vies en envoyant des poèmes signé M.F à sa meilleure amie et que cette dernière pas contente  du tout s’était écriée « Male Foy ! » et était partie taper un blondinet toujours de mauvaise humeur, le jour où ce même blondinet toujours de mauvaise humeur s’était volontairement fait mal pour qu’elle lui donne des cours de rattrapage à l’infirmerie…

Mali sourit doucement en se remémorant tout ça. Elle avait l’impression que ça faisait mille ans. Elle se rappelait à quel point elle se sentait bien à cette époque, à quel point tout paraissait simple... Elle avait envie que tout redevienne aussi simple. Elle avait envie d’arrêter de voir des problèmes partout, envie de profiter des bons moments avec ses amis sans se demander si telle ou telle personne supportait telle ou telle autre. Envie que ça marche avec Drago et de ne pas avoir peur de ce que les gens penseraient. Et c’était justement ce que Lulu venait de lui prouver : si elle voulait que quelque chose soit simple, elle n’avait qu’à le décider.

-J’ai vraiment été nulle ces derniers mois. Fit-elle avec un sourire penaud. J’ai l’impression que je me suis créé beaucoup plus de problèmes que j’en avais vraiment.

-Grave. Acquiesça sa meilleure amie, visiblement fière qu’elle l’admette enfin. Et tu sais ce que j'en dis : on a toujours tort de se prendre la tête.

La brunette haussa les épaules :

-Mais tu sais, après, c’est pas étonnant parce que ce genre de truc, c’est ce qui arrive quand on en a plein dans la caboche. C’est tout toi, ça, de t’emballer pour des trucs qu’il y a que toi qui comprends, et de mettre de la métapsychique-chimie partout.

-Métaphysique. Corrigea la métisse en rigolant.

-Ouais, c’est c’que j’ai dit. Rigola également Lucrécya en faisant un petit geste de la main Métamphéta….truc. Chimie. On s’en fout. L’essentiel c’est que même si t’es comme ça, moi, ça me gêne pas. Marcus et Malefoy non plus.

La batteuse lui décocha un clin d’œil :

-Surtout pas Malefoy.

Malicia rougit et se remit à regarder ses genoux en souriant, tandis que sa meilleure amie éclatait d'un grand rire éraillé. Finalement cette dernière se pencha vers elle et la regarda droit dans les yeux :

-Ecoute-moi bien, Mali, dit-elle, le plus sérieusement du monde : Tu vas assumer de sortir avec quelqu’un, tu vas assumer d’avoir 17 ans et d’être une beubon, et aussi d’en avoir dans la caboche. Tu vas assumer ce que tu penses, ce dont t’as peur, ce dont t’as envie, parce qu’il y a que toi sur cette planète qui sait ce dont t’as besoin et qui sait ce qui te fait plaisir ou pas ! Tu vas assumer tout ça et si ça plaît pas au reste du monde, ben tu les emmerde. Y’a que comme ça que t’arrêteras de te compliquer la vie pour tout.

Malicia hocha la tête. Elle avait bien conscience maintenant, que la seule chose qui l'empêchait d'avancer, c'était elle-même. Malgré tous ses efforts pour être plus mûre ces derniers mois.

-Je sais. Tu as raison. acquiesça-t-elle. Je peux pas continuer comme ça, à tout gâcher sur ma route.

Elle regarda ses mains, qu’elle entortillait depuis quelques minutes déjà :

-Tu sais, Lustucru, cette fête… reprit-t-elle.

-Ouais ? s’intéressa Lulu.

-Je crois qu’elle pouvait pas être pire.

-On est d’accord.

-J’ai fait tout ce que je n’aurais jamais voulu faire. Mal me conduire devant des inconnus, rejeter la personne que j’aime, hurler sur mes parents. J’arrive même pas à croire qu’ils m’aient tous vue dans cet état. Toute… cassée. Je pense que c'est sûrement pour ça que j'ai voulu que tout s'arrête et que je me suis cachée ici, dans ma tête. Pour ne pas avoir à affronter le regard de tout le monde après ça.

La batteuse hocha la tête en silence.

-C’est comme si le pire de moi était ressorti ce soir-là. fit la zeta. Comme si tout ce dont j’avais peur s’était réalisé en quelques heures. Et je ne pouvais rien faire contre. Mais dans un sens…

Elle regarda de côté, pensive.

-Dans un sens… poursuivit-elle avec douceur. Maintenant qu'on en a parlé, je me dis que c’est tant mieux. Je peux pas faire pire désormais. Et j’ai plus à avoir peur de tout ça, parce que… je l’ai vécu maintenant. Ca fait partie de moi. Tant pis pour ceux qui m’ont vue comme ça. Je veux juste retrouver ceux qui comptent pour moi et m’excuser pour le mal que j’ai fait.

Elle releva la tête :

-On va sortir d'ici et je vais aller leur parler. Il faut que j'arrête de fuir.

Lucrécya sourit et hocha de nouveau la tête :

-Bien dit, Mali ! Reste plus qu'à trouver comment sortir de là !

Elle regarda autour d'elle et fronça les sourcils :

-Ben on est plus dans la Grande Salle, ça a encore changé ? On dirait ta chambre maintenant !

Malicia remarqua elle aussi la transformation des lieux : pendant qu'elles avaient parlé, Poudlard semblait s'être évaporé sans bruit et avait laissé la place à sa petite chambre d'étudiante bien rangée et pleine de coussins. Les volets étaient tirés et seule une bougie sur sa lampe de chevet éclairait la pièce. Et il n'y avait plus un bruit, plus une seule voix pour lui murmurer des choses à l'oreille.

-On est... on est revenues ? balbutia-t-elle.

-Je sais pas... lui répondit Lulu d'une voix méfiante.

-Mais... comment on aurait fait ?

-Je sais pas... répéta son amie alpha. Ça doit être grâce à la Kinési pomme d'api...

Elle se tourna lentement vers elle :

-Ou...peut-être que c'est encore un souvenir... Peut-être...Qu'on est encore coincées dans ta caboche ?

Les deux filles se regardèrent avec appréhension.

Brusquement Lulu passa sa tête sous le lit:

-Rien. Pas d'ombres flippantes ! Elles ont l'air d'avoir disparu et...AAAAAAAAAAAAAH !

Elle tressaillit et se mit à gigoter en poussant des cris horribles. Mali écarquilla les yeux :

-LULU ! QU'EST-CE QUI SE PASSE ?!!!

Elle hurla en voyant sa meilleure amie se relever et agiter les bras en panique : une affreuse créature toute mitée était accrochée au visage de Lulu, comme un symbiote extra-terrestre maléfique. Elle saisit un coussin, bondit sur son lit et se mit à taper frénétiquement dessus jusqu'à ce que le monstre griffu lâche prise et détale au bout de la pièce.

Lucrécya reprit son souffle en crachant des boules de poils. Mali lui tapota le dos :

-Ca va aller ?! C'était quoi cette chose ?! s'écria-t-elle.

La batteuse pesta :

-Rhaaa, saleté de Fripouille !

Mali la regarda les yeux ronds, et le coussin toujours à la main répéta, interdite :

-Fripouille ?!

Elle jeta un coup d'œil au fond de la pièce où un gros matou borgne à l'air pas très commode et aux oreilles déchiquetées feulait.

-Ben ouais, Fripouille, ton cadeau d'anniversaire ! expliqua Lulu en se frottant son visage plein de griffures. Même que je me suis vachement donné de mal pour te trouver un aussi beau fléreur que ça !

La zeta ouvrit un œil plus grand que l'autre :

-C'est mon cadeau ?

-Bien sûr que c'est ton cadeau ! s'exclama son amie. T'avais l'air tellement mal quand ton autre fléreur est mouru que j'ai voulu faire quelque chose !

-Lulu... réalisa soudain Mali.

-Ouais ?

-Tu sais ce que ça veut dire ?

-Qu'il faut faire sa fête à ce crénom de gredin de vaurien de crapule d'enflure de Fripouille à la noix ? proposa la batteuse, en tapant son poing contre sa paume.

-Non ! Qu'on est vraiment  sorties de ma tête !!! On est rentrées !!! sourit la métisse.

La brunette ouvrit grand les yeux et les deux filles hurlèrent de joie, aussi heureuses que deux supporters de match de quidditch dont l'équipe vient de gagner en finale. La zeta prit son amie dans ses bras :

-Merci pour tout, Lulu. Merci !

-Malicia ?

Les deux amies relevèrent la tête et découvrirent la mère de Mali qui venait d'ouvrir la porte:

-J'ai entendu du bruit et...

Un grand sourire fendit le visage de Mrs McGuire :

-Tu es levée !

La métisse bondit de son lit et prit également sa mère dans ses bras. Elle s'en dégagea pourtant très vite et regarda sa mère tristement :

-Je suis désolée pour tout ce qui s'est passé vendredi soir. Je ne voulais pas.

-Tu n'as pas à t'excuser, Malicia. répondit sa mère. Nous savons que ce qui s'est passé était un accident. Ton père et moi, nous n'aurions jamais dû...

-Accident ou pas, j'ai fait et j'ai dit des choses horribles. la coupa la métisse.

Elle releva la tête, avec de grands yeux déterminés :

-Mais même si j'aurais jamais voulu dire tout ce que je vous ai dit, une partie était vraie : je vous aime vraiment papa et toi. Mais vous en faites trop pour moi. Vous me surprotégez comme si j'étais encore petite et je ne peux pas continuer à faire comme si c'était encore vrai, parce que ça vous rassure et que ça me rassure aussi. Ca ne devrait pas être comme ça et ça m'empêche de grandir. Je ne suis plus petite et j'ai autant le droit de faire des erreurs que vous ou Ezzechiel. Je vais sûrement faire des tas d'erreurs dans ma vie et ça ne sera pas votre faute ou à vous de m'aider. Je dois les affronter seule.

Contrairement à ce qu'elle pensait, sa mère la regarda avec douceur et finit par hocher la tête :

-Bien sûr, ma chérie. C'est complètement normal. Repose-toi, maintenant, c'est le principal.

Malicia soupira, soulagée par sa réaction. Elle aurait pu pleurer tellement ça lui avait fait du bien de dire tout ça.

-Il y a encore quelqu'un a qui il faut que je parle maintenant. fit-elle, décidée.

Elle regarda son vieux pyjama en pilou dépareillé et ses cheveux tout pleins de nœuds et grimaça un peu :

-... Mais faut que je prenne une douche d'abord...

Sa mère sourit avec bienveillance et sortit de la pièce. Mali se tourna vers Lulu qui fit mine de l'applaudir, fière qu'elle s'assume enfin. Elle lui lança un sourire et se précipita dans la salle de bain et referma la porte :

-Iiih je ressemble au Monstre des cavernes ! C'est abominaffreux !

Des bulles et de la buée jaillirent aussitôt de la pièce. Lulu s'adossa au mur de sa chambre, à côté de la porte de la salle de bain :

-Marcus m'a envoyé un hibou. Lui et Malefoy ont fait un match de Quidditch contre les Gammas et ils sont au pub maintenant. lança-t-elle.

-Ok ! répondit Malicia.

Quelques secondes passèrent et la batteuse reprit la parole :

-Alooors ? demanda-t-elle avec un sourire plein de sous-entendus.

-Alors quoi ? fit la métisse en se shampouinant.

-Alors tu vas aller parler à Drago ?

-Oui ! chantonna Malicia depuis sa douche.

-Tu vas t'excuser et lui parler de Myo et tout et tout ? poursuivit l'étudiante en sports sorciers.

-Ouip !

-Et après… tu vas le pécho ? s’emballa la brunette.

-Gargleuh...QUOI ?! s’étrangla Mali, en ouvrant grand les yeux de surprise et de panique tout en s'étouffant sous son pommeau de douche.

-Ben ouais quoi ! continua Lulu, rigolarde. T’as 17 ans, t’as plus de nénés que moi et t’es avec ton mec depuis quoi maintenant, presque deux ans ?!

-Une semaine ! répondit la métisse en sortant de la douche et en se fourrant sa brosse à dents dans la bouche.

-C’est ça ! Y’a pas que moi qui suis nulle en maths ici !

Malicia explosa de rire et enfila son peignoir.

-On verra ! finit-elle par dire.

Lucrécya ouvrit la porte de la salle de bain :

-Comment ça, « on verra » ?! s'exclama-t-elle. Tu veux qu’il y ait encore plus de chansons sur toi et ta fioutue chasteté ?!

La métisse enfouit son visage dans ses mains, morte de honte et secoua la tête :

-Iiih… Non !

Elle repartit dans sa chambre et saisit quelques habits dans son armoire. La batteuse la suivit et mit ses poings sur ses hanches :

-Bon alors tu vas le pécho ! insista-t-elle. C’est fini la refoulitude et les é-mo-tions qui se bloquent et qui se débloquent maintenant ! Tu vas assumer ta vie, oui ou merde, crénom d'un balai ?

Mali gigota sur place, morte de rire :

-Oui ! Ok, ok, Lustucru ! Je vais "pécho Drago"... un jour  

Elle ouvrit la porte de sa chambre, prête à partir :

- Mais tu comprends, c'est pas si simple de trouver le bon moment ! Ou... les bons rideaux !

Lulu ouvrit des yeux faussement outrés et la pointa du doigt :

-Hey ! C'était censé être une confidence vachement émouvante sur comment j'ai perdu ma virginité et tout et tout ! Attends que je te retrouve, sale teupu !

Malicia évita un coussin et s'enfuit en courant et en rigolant, coursée de près par sa meilleure amie.

Lulu et Mali vont... au PUB !!!  cours  





Mes RPs du Moment !


Broken Mirror, avec Lucrécya Rincevent

Days before you came, avec Darius Lestrange
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2RvWE


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sports Sorciers
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 309
avatar
Lucrécya Rincevent

Messages : 3442

Double Compte : Augustus Kane
Situation Amoureuse : cachez vos mecs, les morues : chuis à nouveau célib !

Sorts Connus :
Accio,
Aguamenti,
Amplificatum/Reducto,
Calmos Pacificatum,
Confringo,
Contusionus Encontusiono,
Defodio,
Episkey,
Folloreille,
Gemino
Incarcerem,
Inflammarae,
Lashlabask,
Locomotor,
Multicofors,
Nauséis,
Periculo Pugno,
Repulso,
Revigor,
Rictusempra,
Sonorus,
Spero Patronum,
Subcingulus

Inventaire :
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x3),
Horloge des Familles,
Pommade Pommadante Grégoire,
Lait de Poule du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouillita (x4)
Potion de Requinquance (x2)
MessageSujet: Re: Girl, interrupted...   Jeu 28 Mai 2015 - 7:15






Mes RPs du Moment !


Rock this Party !!!, avec Adhita Lonkar et tous ceux qui le veulent !

Broken Mirror, avec Malicia McGuire

Et ma main dans ta tronche ?, avec Isaac O'Callaghan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2HBEB
 

Girl, interrupted...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wizardry & Occult Witchcraft University :: RPG :: Avalon Estate :: Mysteria Lane-