Image Image ImageAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 
Partagez | 
 

 B*tchy Girly Gang

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sports Sorciers
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 259
avatar
Lucrécya Rincevent

Messages : 3448

Double Compte : Augustus Kane
Situation Amoureuse : cachez vos mecs, les morues : chuis à nouveau célib !

Filière : Aurorologie

Sorts Connus :
Accio,
Aguamenti,
Amplificatum/Reducto,
Animagus,
Calmos Pacificatum,
Confringo,
Contusionus Encontusiono,
Cucurcelerum
Defodio,
Episkey,
Folloreille,
Gemino
Incarcerem,
Inflammarae,
Lashlabask,
Locomotor,
Multicofors,
Nauséis,
Periculo Pugno,
Repulso,
Revigor,
Rictusempra,
Sonorus,
Spero Patronum,
Subcingulus

Inventaire :
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x3),
Horloge des Familles,
Pommade Pommadante Grégoire,
Lait de Poule du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouillita (x4)
Potion de Requinquance (x2)
MessageSujet: B*tchy Girly Gang   Dim 31 Mai 2015 - 21:46


B*tchy Girly Gang
AVEC : Lucrécya, Griselda, Artemis, Naïa
PRIVÉ / PUBLIC : privé
DATE : Lundi 1er Février


Lucrécya s'ennuyait grave.

Elle s'était installée à une table réservée aux AAA du restaurant universitaire. Ou plutôt, à la table Alpha la plus reculée de la salle bondée. Table Alpha, pour que les clampins des autres fraternités, qu'elle supportait difficilement, lui foutent une paix royale. La plus reculée, pour que les culs propres de sa propre confrérie, dont elle ne supportait pas les trois quarts, ne l'emmerdent pas plus.

L'air absent, elle mâchonnait ce qui ressemblait à un sandwich au polystyrène et à la laitue fânée, qui lui avait coûté l'exorbitante somme de deux gallions. Mais plus elle mordait dans les deux morceaux de pain rassis à la croûte bétonnée, plus elle se disait que ce qu'ils contenaient n'était clairement pas de la nourriture. Ce qui était fort possible, vu que leur doyen, dont ils s'étaient cru définitivement débarrassés la semaine précédente, était sorti de taule de la plus louche des façons, et avait repris fissa ses fonctions. Pour annoncer aussi sec une gigantesque restriction budgétaire de tous les services de la fac, qui commençait sérieusement à peser sur les nerfs de Lulu.

Elle reposa donc prudemment le « sandwich », grogna son mécontentement, et soupira.

Parce qu'elle s'ennuyait grave.

Elle se demanda ce que faisait Mali. Sans doute était-elle en train de réviser dans un coin. Quoique maintenant que sa meilleure amie assumait enfin de sortir avec Lestrange, elle devait... être en train de réviser dans un coin. Mais avec Lestrange à côté. Rien de bien folichon, en tout cas. Si Malicia sortait encore avec l'autre tête d'ampoule de Rhum, Lulu se serait fait un plaisir d'aller les rejoindre, et de foutre en l'air le plus possible leurs instants privilégiés de couple. Mais elle ne voulait pas gâcher l'intimité de la métisse et du blondinet... pour le moment. Ça viendrait en son temps, quand ils seraient plus assurés ensemble. Mais, pour l'heure, y'avait rien là dedans qui pourrait divertir un minimum la brunette.

Parce que oui : elle s'ennuyait grave, bordel.

Elle venait de passer quatre heures en cours de Vol. Ce qui équivalait, pour leur sadique de prof, à la forcer à lire un manuel sur les plus spectaculaires figures de quidditch, pendant que lui faisait une sieste dans un coin, avec interdiction formelle de le réveiller... ou de toucher à un balai. Ce qui était une torture pour la petite batteuse. Elle était sortie de là avec une migraine carabinée, et des envies de meurtre. Et même le croche-pied qu'elle avait fait à McComique en sortant de la classe n'avait pu améliorer son humeur. Elle s'était dit qu'elle allait se venger de cet abruti de Professeur Sheraff en séchant les cours de cet aprem histoire de lui faire les pieds... sauf qu'elle avait pas cours cet aprem, comme la plupart des étudiants de premier cycle. A croire que l'univers entier s'était ligué contre elle !

Elle croisa les bras, et se renfrogna. Il fallait qu'elle trouve quelque chose à faire aujourd'hui. Elle était une femme d'action, crénom d'un balai, et depuis l'anniversaire de Malicia et le séjour mystique dans la caboche de cette dernière, il s'était passé... ben rien. Que d'alle. Wallou. Aucune fête PAF à venir polluer. Aucune baston inter-fraternité. Ça faisait même plusieurs jours qu'elle n'avait pas croisé de foutues licornes radioactives. Elle était à deux doigts de donner des coups de pieds totalement gratuits à l'un de ces ignobles gnomes gris d'Elfe de Maison, qui évoluaient entre les tables, mais elle n'était pas certaine que ça suffise. D'habitude, ils se contentaient de se rouler en boule par terre et de chouiner pathétiquement. Et ça, ça l'énervait encore plus. Non, ce qu'il fallait à l'étudiante, c'était une bonne baston !

Son regard se posa sur son sandwich à peine grignoté. Elle le prit en main, et le tapa contre la table : le pain était dur comme du béton. A se demander comment elle avait fait pour ne pas se casser un chicot dessus. Mais l'essentiel était que ça faisait une arme de jet de premier choix ! Restait encore à trouver sa cible.

Elle plissa les yeux. Des PAFs mangeaient non loin, et ricanait en se donnant de temps à autre de grandes tapes dans le dos. Ils faisaient des proies de choix, avec leurs gros muscles et le pois chiche qui leur servait de cervelle. S'ils s'énervaient, elle pourrait toujours sortir sa batte Séraphine, qui, comme à son habitude, pendait à sa ceinture.
Ou pourquoi pas à un de ces crétins de tête d'ampoule, qui griffonnaient frénétiquement sur des parchemins posés entre leurs assiettes ? Eux étaient plus versés dans les sortilèges en représailles, mais ce n'était pas un problème : elle pourrait toujours leur montrer ce qu'elle avait appris au club de duel !

Elle en était là de ses pensées lorsqu'une voix féminine la fit sursauter :

-Cette place est libre ? entendit-elle.





Mes RPs du Moment !


Rock this Party !!!, avec Adhita Lonkar et tous ceux qui le veulent !

Broken Mirror, avec Malicia McGuire

Et ma main dans ta tronche ?, avec Isaac O'Callaghan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2HBEB

avatar
Naïa de Neveha

Messages : 189

Sorts Connus : Confundo

Inventaire : Potion Miracle du Bon Docteur Magouille,
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille,
Tequila Magouillita,
Potion Tue-loup,
Essence de dictame (x5),
Philtre de Requinquance (x5)
MessageSujet: Re: B*tchy Girly Gang   Lun 1 Juin 2015 - 0:55

Naïa observait depuis quelques minutes déjà la grande place Magnus Maximus Magouille, partagée entre l'ébahissement et un sentiment de profond malaise. La grande fontaine qui trônait au centre de ladite place était d'un goût tout à fait contestable et arracha à Naïa un haussement de sourcils sceptique. Elle se rapprocha, poussée par une curiosité un brin malsaine, pour observer de plus près la statue qui ornait la fontaine. Un homme au regard suggestif tenait un sceptre à la main et était entouré par un cortège de femmes qui se confondaient en regards admiratifs. La jeune fille hocha la tête, pensive ; c'était d'un mauvais goût absolument indiscutable mais ça devait au moins avoir le mérite de repousser les voleurs.

Naïa avisa du coin de l’œil un petit Elfe de maison à l'air revêche qui se pressait en claudiquant vers les escaliers qui bordaient la fontaine. Elle s'interrompit aussi sec dans ses observations et fit signe à l'Elfe de la rejoindre, voulant lui confier ses lourdes valises. A son grand étonnement, il grommela, lâcha un bref "crève sale morbak" et reprit sa route sans plus se soucier d'elle. Elle mit quelques secondes à reprendre ses esprits et, les sourcils si froncés qu'ils faisaient apparaitre une discrète ride sur son front mat, elle se précipita vers les escaliers avec la ferme intention de lui faire bouffer ses guenilles de sale petit ingrat.

Elle descendit les escaliers avec précaution, alourdie par ses quatre volumineuses valises et, arrivée en bas, elle lâcha un petit hoquet de surprise. C'était le réfectoire ! La pièce était immense, occupée par de larges tables rondes, et un brouhaha général animait la pièce d'une agréable gaieté. Elle vit l'immonde petite créature s'engouffrer dans une pièce attenante par une porte battante, et sans prendre le temps de réfléchir, et elle se précipita dans cette direction... mais soudain une odeur alléchante vint lui chatouiller les narines... Mmh, l'odeur exquise de la bierraubeurre... Naïa était en proie à un cruel dilemme. Vengeance ? Ou bierraubeurre ? Vengeance ? Ou bierraubeurre ? Elle finit par décréter que la vengeance était un plat qui se mangeait froid... Tandis que la bière, elle, se buvait chaude. Alors autant en profiter.

Naïa se paya un pichet de Bièraubeurre, et de sa main libre, elle lança un sort de lévitation sur ses valises qui la suivirent en tanguant dans les airs. Elle se retourna alors vers la salle et jaugea du regard les tables. La jeune fille ne put retenir une moue désapprobatrice : la salle était bondée. Elle remarqua une jeune fille brune, à l'écart, seule à sa table. Elle haussa les épaules et se dirigea vers elle rapidement. L'inconnue avait le visage baissé sur ce qui semblait être une chaussette sale... Ah non, à mieux y regarder, Naïa reconnut un sandwich à l'aspect pour le moins douteux.

- Cette place est libre ?, demanda-t-elle avec entrain.

L'inconnue ne releva même pas les yeux et lâcha un vague "non". Naïa s'apprêtait à tourner les talons quand un sentiment de déjà-vu l'en dissuada. Ces cheveux d'un noir d'encre, ces manières peu amènes... ça lui rappelait vaguement quelque chose. Elle claqua des doigts et s'exclama, plus fort qu'elle ne l'aurait voulu :

- Lucrécya !

Lucrécya releva vivement le visage à l'annonce de son prénom et dévisagea Naïa d'un air interrogateur.

- Naïa ! On était ensemble à Serpentard !
- Naïa ? Qu'est-ce que tu fais... ici ?
- Je viens de m'inscrire à l'université. Une longue histoire dont le dernier chapitre se termine par "je suis recherchée, je simule ma mort, je m'exile et j’atterris dans une université anglaise". Une histoire commune à beaucoup de Serpentard, on dirait...
- En général ça se finit plutôt à Azkaban.

Naïa lâcha un petit ricanement en imaginant qu'elle avait plutôt intérêt à rester cachée si elle n'avait pas envie d'y finir. Elle enchaîna aussitôt :

- Je me souviens de soirées mémorables qui finissaient toujours par un coup de batte de Quidditch... dont tu étais la propriétaire, si je ne m'abuse.

Lucrécya prit un air rêveur, sûrement plongée dans ses propres souvenirs.

- Il faut dire que ces petits Poufsouffle fourraient toujours leur nez partout. C'est comme s'ils me suppliaient de les cogner, finit-elle par répondre avec un air faussement innocent.
- Oui, bon, pour leur défense, t'as jamais été très difficile à énerver non plus...

Naïa se pencha par dessus la table pour se rapprocher un peu plus de Lucrécya et dans un murmure d'où perçait une excitation toute enfantine, elle demanda :

- Dis-moi, toi qui as toujours su comment te fourrer dans des histoires à la moralité douteuse, qu'est-ce qu'il y'a à faire dans cette école ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Artemis Redan

Messages : 212

Situation Amoureuse : Célibataire YEAAAH !!!

Sorts Connus : Aucun pour le moment !

Inventaire : Vide pour le moment !
MessageSujet: Re: B*tchy Girly Gang   Lun 1 Juin 2015 - 10:16

Artémis était de super bonne humeur. Elle affichait donc ce sourire plein de dents qui lui donnaient un air totalement malsain. Elle avait eu quatre heures de Démonologie, Nécromancie et Vaudou  et Mama Ogg leur avait appris à entrer en relation avec les esprits malfaisants qui infestaient les différents lieux de la Fac. Elle avait donc eu l’occasion de discuter avec une certaine danseuse qui lui racontait sa vie dissolue de courtisane et d’espionne. Matari ou Mata Hari quelque chose. Bon, pour être franche, c’est surtout ses histoires de fefesses avec des marquis et des comtes qui l’avait principalement intéressé mais l’élégante femme lui avait quand même donné deux trois conseils concernant l’espionnage qui lui serait surement utile un jour…

Sautillant presque sur place, elle se dirigea vers le RU de la Fac, jetant çà et là des Impedita. Elle regardait tout sourire tomber les nombreux abrutis qui passaient sous ses sorts. Rien aujourd’hui ne saurait entacher sa bonne humeur. Attrapant un des plateaux et des couverts, elle se dirigea vers l’un des elfes de maisons fripé et sale qui courait un peu partout dans la salle et l’interpella poliment :

« Bonjour, je voudrai un bifteck avec des frites et une Bierraubeurre. »

De gros yeux globuleux la fixèrent méchamment  et un reniflement de dédain lui fit comprendre que sa demande n’était pas acceptée. Sans se démonter, Artémis fit son sourire le plus cruel à la serpillière dotée d’oreilles pointues et sortie sa baguette, elle lui jeta un Croque Cheville qui le fit tomber en arrière et lui envoya plusieurs Morsmordre.

Couinant et gémissant face au traitement, le vieil elfe de maison finit par la supplier d’arrêter et d’un claquement de doigt sec fit apparaître sur son plateau ce qu’elle désirait. Artémis toujours souriante le remercia d’un Finite Incantatem qui lui libéra les jambes et se remit en chemin. Elle aperçut au loin divers AAA dispersés un peu partout et pinça les lèvres tout en se mettant sur la pointe des pieds pour tenter de trouver une place. Si elle trouvait sa petite taille hyper pratique – qui pourrait croire qu’un bout de chou pareil soit une telle saleté ? – il y avait des moments où c’était vraiment emmerdant…Comme maintenant.

Soudain, un groupe de jeunes hommes guindés se levèrent et laissèrent le champ visuel libre. Une tignasse noire sur un corps aussi minuscule que le sien attira alors son regard. Écarquillant les yeux, son sourire s’élargit davantage si possible et elle se dirigea rapidement vers une table située au fond de la salle et déjà occupée de deux personnes.

Posant son plateau sur la droite de la personne qu’elle visait elle s’écria :
« Que les Hippogriffes me passent dessus, Lucrécya, c’est bien toi ?!! »

De grands yeux verts bien connus rencontrèrent les siens :
« Par les couilles de Magouille lui-même ! Artémis ? Bordel de Bulbobulbe, mais qu’est-ce que tu fous là ? »

« Putain j’arrive pas à y croire ! J’ai fini par penser que t’étais morte après l’embrouille dans laquelle tu t’étais fourrée avec Mme Maxime ! Oh bordel, c’est vraiment une journée fantastique ! Oh, et pour répondre à ta question, j’ai fini mes études à Beauxbâtons, j’ai atterri dans une Université pourrie d’où j’ai été renvoyé pour une histoire de vol de bijoux, de loup-garou amoureux et de poils de Tarentula enfin, la base quoi ! – Posant sa main sur l’épaule de la jolie brune, elle lui demanda : Mais toi, qu’est-ce que tu deviens maintenant ? »

« Hof tu sais, la routine, j’ai été à Poudlard à Serpentard, je me suis mariée à Marcus Flynn et j’ai eu un fils –Rufus – et maintenant je suis en Sport et Loisirs Sorciers. Je fais tâter de ma batte encore plus souvent qu’avant si c’est possible. »

Tandis qu’Artémis manquait d’avaler de travers au mot « mariée » et s’étouffait franchement à celui « fils », Lucrécya se rappela ce que certains appelaient bonnes manières et lui présenta Naïa :

« Au fait, voici Naïa de Neveha, on était ensemble à Poudlard, même maison. On s’est bien marré ensemble ! Les Poufsouffles ont pris chers. »

Interprétant le changement de sujet comme un « pose pas question pas envie de répondre fout moi la paix là-dessus », Artémis accepta prudemment la bifurcation de son amie et tendis la main à la brune à la peau hâlée en face d’elle :

« Artémis Redan, enchantée. Vous discutiez de quoi avant que je vous interrompe ?»

« Oh fit Naïa, je demandais à Lulu qu’est-ce qu’il y avait de marrant à faire dans le coin. »

Artie lui fit un grand sourire :
« Pleins de choses ! Rien qu’hier, je suis sortie pour la première fois et j’ai pu assister à un match de Quidditch ahurissant où des oiseaux géants apparaissaient par intermittence et où les buts tombaient tout seuls…enfin, tout seul. J’ai un peu aidé pour le deuxième…je me suis amusée à tourner en bourrique une certaine McCormick. C’était juste génial, elle m’a coursé sur tout le terrain pendant que je la harcelais de cognard héhé, elle a un bon lancé je dois dire et un caractère enflammé trop marrant. Mes entraînements avec toi Lulu m’ont bien aidé sur ce coup-ci ! »
Souriant de toutes ces dents de requins, Artémis avala deux frites avant d’aviser du pauvre sandwich dont bénéficiait Lucrécya et posa son assiette de frites entre elle deux. D’un coup de tête, elle l’invita à piocher dedans.

« Enfin bon, finit-elle par reprendre, je pense que Lulu est plus à même de t’expliquer à quelle point cette fac permet de faire un max de conneries ! »




Comment ça on est attaché ?! Comment ça c'est pour l'amour ?!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artemisrevan.tumblr.com/


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Médicomagie (Psychémage)
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 229
avatar
Griselda O'Neil

Messages : 934

Situation Amoureuse : Je suis célibataire, mais pas jalouse ! ♥

Sorts Connus : Aguamenti,
Desillusio,
Confringo,
Incarcerem,
Lashlabask,
Spero Patronum,
Calmos Pacificatum,
Rubeum Nasus,
Repulso,
Orchideus,
Subcingulus

Inventaire : Chocolat Cépamoi (x2)
Amortentia (x1)
Potion Contraceptive
Potion Miracle du bon Docteur Magouille (x3),
Tequila Magouillita,
Lait de poule du bon Docteur Magouille (x2)
MessageSujet: Re: B*tchy Girly Gang   Mer 3 Juin 2015 - 18:59

Lucrécya piocha une frite, et la mordit d'un air féroce.

-Ah, t'as fait la connaissance de McComique ? Eh ben voilà un truc marrant à faire ici : aller emmerder les Gammas à touffe qui se la pètent à mo...
-MOI J'AI DES IDEES DE TRUCS MARRANTS A FAIRE ! Beugla une voix à fort accent irlandais.

Les trois Alpha sursautèrent, et, surprises, considérèrent la fille maigrichonne aux cheveux ébouriffés et aux yeux exorbités qui venait de jaillir comme de nulle part entre les deux nouvelles Alpha Alpha Alpha.

La jolie jeune femme à la peau hâlée fut la première à réagir.

-Lucrécya ! Ne me dis pas qu'O'Neil est à la WoW aussi... grimaça-t-elle, dépitée.

Lulu se pinça l'arrête du nez :

-Hélas si, soupira-t-elle. O'Neil c'est comme un foutu herpès : on croit s'en débarrasser mais elle trouve toujours le moyen de revenir vous casser les roustons.
-Ahah, qu'est-ce que t'es drôle Rincevent ! Pouffa Gri, en s'installant sur une chaise sans que personne ne l'y invite.
-Ouais j'sais chus hilarante, grinça la batteuse, l’œil noir. Et c'est Flynn maintenant. J'te l'ai dit genre dix mille fois.

La garçonne plongea ses doigts dans l'assiette de frites devant elle, et en fourra une bonne poignée dans sa bouche.

-Ouais ch'est ch'qu'on dit, fit elle en postillonnant, avant de se resservir généreusement.
-Ces frites ne m'inspirent plus confiance, grommela la batteuse.

Tout en sirotant sa bieraubeurre, Artemis la considéra un moment la POP, puis se tourna vers sa vieille amie de Beauxbâtons :

-C'est quoi, ça ?
-Une irlandaise tarée, expliqua Lucrécya, en se renfrognant.
-Et encore tarée c'est un euphémisme ! Elle était dans la même maison que nous à Poudlard, précisa Naïa.
-Tout à fait Nana ! Postillona Gri en hochant vivement la tête. Sauf que chus plus tarééé ! Je suis auchi saine d'esprit que vous toutes !
-Laisse moi en douter, rétorqua l'Italienne.
-Ah mais si : j'étais folle mais j'ai été guéri grâce à un PAF follement amoureux de moi et totalement sous le charme de mon irradiante classe irlandaise. Comme je le comprends !

Elle se mit aussitôt à se curer l'espace entre ses dents de devant à l'aide de l'ongle de son auriculaire, sous le regard dégoûté de son ancienne camarade.

-Vous voulez que je vous dise c'est qui ce PAF ?
-Non, soupira Lulu et Nana en choeur.
-Et on peut savoir ce que tu foutais sous la table ? Demanda Artemis, le sourcil levé.
-Hey mais c'est vrai ! Réalisa Lucrécya. En plus c'est réservé aux Alpha Alpah Alpha ! Les têtes d'ampoule sont pas les bienvenues !

Gri haussa les épaules :

-Ben c'est pour ça que j'étais sous la table, pardi ! Sinon, comment j'aurais fait pour vous écouter ?

Ses yeux tombèrent sur le sandwich de Lulu. Elle s'en saisit et se mit à le ronger, à la manière d'un rat.

-Et pourquoi tu voulais nous écouter exactement ? Demanda Artémis.
-Non mais si tu commences à chercher de la logique t'as pas fini, lui souffla Lulu.

Naïa hocha la tête pour acquiescer, mais Artie haussa les épaules :

-Peut-être, mais elle m'intrigue, avoua-t-elle, amusée.
-Je sais : je SUIS intrigante ! Déclara la garçonne en bombant son maigre torse. Et pour te répondre, miss euh... c'est quoi ton p'tit nom ?
-Artemis.
-Enchantée, moi c'est Griselda, l'Irlandaise aux yeux de braise ! Et donc pour te répondre miss Mimiss, je vous écoutais parce que j'ai toujours rêvé de faire partie d'une bande de filles ! Et en plus j'peux vous aider à vous amuser à la WOW !

Lucrécya leva les yeux au ciel :

-Ben tiens.
-Si : je connais plein de trucs à faire drôlement amusant ! Rétorqua Grigri. Et vous pouvez me faire confiance : je me trompe jamais !
-Comme la fois où t'as voulu qu'on se planque dans les poubelles du McGo parce que tu pensais que les équipiers étaient tous des reptiliens ? Soupira Lulu.
-Ou la fois où tu avais mis le feu à notre Salle Commune parce que tu pensais que des farfadets vivaient sous la tapisserie ? Ajouta Naïa.
-Ou la fois où tu m'as réveillée en pleine nuit parce que tu voyais des lumières et que tu pensais que c'était la preuve de l’existence des Extraterrestres de la planète Vulcain alors qu'en fait c'était juste une foutue guirlande de Noël ?! Enchaîna la batteuse, les yeux mi-clos.
-Ça arrive de se tromper, c'est humain, badina Gri.
-Tu viens de dire le contraire, fit remarquer Artemis.

La garçonne haussa les épaules :

-Possible, dit-elle.
-Ouais, bon peu importe.

Ignorant l'Irlandaise, Artemis se tourna vers les deux autres :

-Alors les meufs, on en était à chercher des idées pour s'éclater à s'en faire frétiller la nouille...
-MOI JE SAIS !

Griselda venait de changer de place, histoire de surgir à nouveau par surprise, cette fois-ci entre Lulu et Naïa, qui levèrent les yeux au plafond.

Ce qui n'empêcha pas la maigrelette de parler :

-On pourrait faire du rodéo avec des licornes radioactives ou aller nourrir le kelpy ou aller jouer aux échecs sorciers grandeur nature chez les POP ou aller se lever le coude devant une bonne Guiness au Sroutt et au Niffleur ou se rouler dans les lotus soporifiques du jardin botanique et piquer un roupillon là ou résoudre des métaquations à 25 degrés de la salle aux métaquations insolvables du QG de ma frat ou aller changer le mot de passe de l'entrée du QG des PAFs et les regarder paniquer parce qu'ils peuvent plus rentrer, je le fais tout le temps ça c'est rigolo, ou aller jeter des cailloux sur la famille de vautours irradiants qui vit au stade et transplaner dès qu'ils s'énervent ou métamorphoser des trucs en véracrasses pour pouvoir les écraser ensuite ou aller manger de la bouffe gratuite en s'installant à une table au hasard au resto u et faire comme si on était avec ses potes alors qu'on connaît pas les gens ou tenter de créer une machine à remonter le temps pour aller voir si les dinosaures sont plus des reptiliens ou des poules géantes plein de plumes ! Déblatéra-t-elle sans prendre de pauses pour respirer.

Elle écarquilla encore plus ses yeux globuleux et envoya un regard brillant d'espoir aux trois jeunes femmes :

-Alors ? J'peux rester ?



L'amour à l'Irlandaise,
C'est que je t'aime, je t'aime, je t'aime ! JE T'AIME ! cours
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sports Sorciers
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 259
avatar
Lucrécya Rincevent

Messages : 3448

Double Compte : Augustus Kane
Situation Amoureuse : cachez vos mecs, les morues : chuis à nouveau célib !

Filière : Aurorologie

Sorts Connus :
Accio,
Aguamenti,
Amplificatum/Reducto,
Animagus,
Calmos Pacificatum,
Confringo,
Contusionus Encontusiono,
Cucurcelerum
Defodio,
Episkey,
Folloreille,
Gemino
Incarcerem,
Inflammarae,
Lashlabask,
Locomotor,
Multicofors,
Nauséis,
Periculo Pugno,
Repulso,
Revigor,
Rictusempra,
Sonorus,
Spero Patronum,
Subcingulus

Inventaire :
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x3),
Horloge des Familles,
Pommade Pommadante Grégoire,
Lait de Poule du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouillita (x4)
Potion de Requinquance (x2)
MessageSujet: Re: B*tchy Girly Gang   Ven 5 Juin 2015 - 19:49

-NAH ! grogna Lucrécya avec dédain.

Elle croisa les bras avec mauvaise humeur. Non pas qu'elle était vraiment de mauvaise humeur ceci dit, mais elle avait une réputation à tenir, crénom d'un balai ! Pour être honnête, elle devait admettre que l'arrivée des filles l'avait sortie de son cycle infernal d'ennui, et elle était plutôt contente d'avoir de la compagnie. Surtout une compagnie comme celle de Naïa ou Artémis, qui promettait des coups fourrés comme à la belle époque de sa scolarité tumultueuse. Mais c'était pas une raison pour accepter toutes les tarées qui se cachaient sous leur table !

Le sourire digne du Chat de Cheshire de la Pi Omicron s'élargit encore davantage, lui donnant l'air d'un crapaud hypno extatique :

-Vous êtes sûûûûûûres ?

Les trois Alpha Alpha Alpha fixèrent Griselda pendant quelques secondes.

-Ouais, on est sûre, et c'est NAH ! renifla Lulu.

-Ceci dit, lança Artemis en se tournant vers cette dernière, elle a l'air divertissante.

-Divertissante, oui, ou assommante, question de point de vue, soupira Naïa en posant élégamment son menton sur sa main.

La cinglée se trémoussa sur son siège :

-Alôôôrs ?

-Alors j'ai dis NAH ! cracha Lulu. Casse-toi !

Les épaules de l'Irlandaise s'avachirent. Puis elle se leva de sa chaise, lança un regard humide aux filles, puis s'éloigna d'un pas volontairement lent, le dos voûté. Non sans se retourner toutes les dix secondes pour vérifier si les AAA ne changeaient pas d'avis. En vain, évidemment.

La batteuse la regarda s'éloigner, sans manifester la moindre émotion. Pour être honnête, elle n'avait rien contre O'Neil en soi, mais cette dernière était moralement épuisante.

Et puis Lulu venait de retrouver Artemis, avec qui elle avait fait les 400 coups à Beauxbâtons, et Naïa, avec qui elle avait martyrisé les Poufsouffles à Poudlard ! Ces deux étaient coolos, marrantes, et surtout... mmh comment dire ? Malines. Bigrement malines, même. Chacune dans son genre bien particulier, mais malines quand même. Et Lulu, maline, ben, elle l'était pas un broc. Elle compensait avec sa batte Séraphine, et une propension surnaturelle à trouver les emmerdes... mais y'avait jamais beaucoup d'intellitude là-dedans. C'était intellitude qu'on disait d'ailleurs ? Ou intellectation ? Bah peu importait : elle demanderait plus tard à Mali. Et quoique ce soit comme mot, elle en avait pas des masses, elle. Elle avait assez de ses deux anciennes potes pour se sentir larguée niveau neurones. Donc elle avait pas besoin en plus d'une Pi Omicron Pi aussi surdouée que tarée pour lui rappeler qu'elle était bête.

En soupirant bruyamment, la brunette se tourna vers ses deux amies tout juste retrouvée :

-Qu'est-ce que j'bavais déjà ? Oh bordel, la dingo de Dublin m'a fait perdre le fil de mes pensées !

-En même temps, le prends pas mal ma grosse mais c'est pas difficile, insinua Artemis, un sourire narquois aux lèvres.

Ce qui fit pouffer Naïa. Lulu se renfrogna ; mais elle n'eut pas le temps de rétorquer quoique ce soit que la tête de Gri jaillit devant elle.

-Tu disais : « Ah, t'as fait la connaissance de McComique ? Eh ben voilà un truc marrant à faire ici : aller emmerder les Gammas à touffe qui se la pètent à mort ! »

Lucrécya saisit sa batte, et la brandit devant l'Irlandaise :

-Qu'est-ce que tu fous là ?! croassa-t-elle de sa voix éraillée. Je t'ai dit de te casser !

-Mais tu m'as pas dit de pas revenir ! Rétorqua avec applomb la POP, le doigt relevé.

-Elle a pas tort, l'allumée du ciboulot, admit Artie, en se marrant sous cape.

Alors que Lucrécya se grattait la tête, sourcils froncés, en essayant de trouver une logique là-dedans, la cinglée s'exclama :

-En plus je peux vous aider à propos de Joufflue si vous voulez !

-Qui est Joufflue ? demanda Naïa, un sourcil relevé.

-Kimberlie McCormick, pardi ! Expliqua Gri, ce qui fit naître un large sourire mauvais sur la face d'Artemis.

Mais cela ne parut pas éclairer plus que ça la jolie italienne.

-Qui est Kimberlie McCormick ? fit-elle, l'air interrogatif.

-En quoi tu pourrais nous aider ? cracha Lulu, sans répondre à son amie Serpentard.

-Bah, Joufflue et moi on était les meilleures amies du monde, on vivait même ensemble ! Mais elle a préféré déménager y'a pas longtemps, je comprends pas pourquoi...

-J'ai ma petite idée... murmura Naïa.

Lucrécya, elle, plissa les yeux :

-Je vois toujours pas en quoi ça peut nous aider.

-Ben vu qu'on était colloc, j'ai appris plein de trucs sur elle ! s'exclama Gri. PLEIN ! Ses rêves, ses espoirs, ses aspirations, sa taille de soutif, ses allergies...

L’œil d'Artie s'alluma au dernier mot de la liste :

-Ses allergies ? Elle a des putains d'allergies ?

-Bah oui ! acquiesça la POP. Elle gonfle et elle a des boutons tout dégeu si elle mange du... des... euh...

Elle tordit la bouche et plissa les yeux sous l'effort de la réflexion... mais ce fut peine perdue.

-Ah ben non, j'ai zappé, admit-elle, penaude. Mais j'y ai assisté un jour et c'était bien drôle.

Lucrécya émit un borborygme méprisant :

-Je t'avais dit que tu servais à rien !

-Et toi, tu sers à quoi ? répliqua Gri, en lui tirant la langue.

Une batte prénommée Séraphine s'abattit lourdement sur le sommet de sa tête.

-A ça, grogna la petite Alpha.

Sous le regard amusé des deux autres, elle se mit à ricaner grassement, fière de son bon mot, alors que l'irlandaise se frottait frénétiquement le crâne en couinant.





Mes RPs du Moment !


Rock this Party !!!, avec Adhita Lonkar et tous ceux qui le veulent !

Broken Mirror, avec Malicia McGuire

Et ma main dans ta tronche ?, avec Isaac O'Callaghan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2HBEB

avatar
Naïa de Neveha

Messages : 189

Sorts Connus : Confundo

Inventaire : Potion Miracle du Bon Docteur Magouille,
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille,
Tequila Magouillita,
Potion Tue-loup,
Essence de dictame (x5),
Philtre de Requinquance (x5)
MessageSujet: Re: B*tchy Girly Gang   Jeu 11 Juin 2015 - 1:16

Naïa posa son menton sur la paume de sa main avec délicatesse, savourant le spectacle qui s'offrait à elle : une Griselda à la mine boudeuse se frottait toujours énergiquement le crâne, leur octroyant quelques rares secondes de silence. On ne pouvait pas dire que Naïa avait manqué de patience avec sa camarade Serpentard. Elle l'avait supportée durant de longues années à Poudlard... mais devait bien lui accorder qu'elle ne manquait pas d'imagination... Ou de folie, question de point de vue.

Elles avaient supporté ses fantasmes délirants, avec une indulgence et une patience à toute épreuve. Comme la fois où Lucrécya et Naïa avaient enfermé une de leur camarade dans un placard pendant toute une journée parce que Griselda leur avait juré que c'était un loup-garou sur le point de se transformer. Résultat : elles avaient fini avec des dizaines d'heures de colle... en compagnie de Griselda, qui s'était elle-même dénoncée. Double peine, donc. Elle devait bien accorder à Griselda que faute de les intéresser, elle avait tout de même eu le mérite de les distraire. Et pour cela, Naïa avait, à son égard, une certaine indulgence.

L'Italienne lâcha un long soupir las, signalant ainsi son exaspération. D'un geste nonchalant, elle attrapa sa baguette qu'elle commença à faire tournoyer entre ses doigt, et d'une voix calme d'où perçait un ton menaçant à peine voilé, elle intervint :


- Griselda, Griselda. Aurais-tu oublié que Lucrécya n'a absolument aucune patience, et qu'elle compense ce vilain défaut avec des aptitudes à la batte absolument redoutables ? Donc si tu as une bonne idée à nous faire partager, tu ferais mieux d'être brève, très chère.

- Mais c'est parce que vous ne me laissez jamais finir !, s'offusqua l'Irlandaise. Vous savez que c'est toujours à la fin de mes phrases que me viennent mes idées de génies et du coup, je...


Elle s'interrompit soudain, et se mit brusquement à inspecter le plafond sans trouver étrange de s'arrêter ainsi, au milieu de sa phrase. Les trois AAA s'échangèrent un regard perplexe, mais tout de même intriguée, Artémis l'invita à continuer d'un geste de la tête. Un long silence s'ensuivit durant lequel Griselda les dévisageait, les yeux écarquillés et un large sourire aux lèvres. Un sourire à faire froid dans le dos.


- Eh ben vas-y, termine ! On a hâte d'entendre ton "idée de génie", railla Artémis, n'y tenant plus.

- Quoi ? Moi ? Mais j'avais terminé !, répondit Griselda, le plus naturellement du monde.


Naïa leva les yeux au ciel malgré elle, et elle sentit Lucrécya faire un mouvement qui annonçait un coup de batte imminente. Au moment où son bras allait s'abattre sur le visage amène de Griselda, Artémis l'interrompit d'un geste de la main. Lucrécya sembla hésiter un bref instant, glissant lentement ses yeux du visage de Griselda à celui d'Artémis mais elle finit par se résigner, et redescendit lentement son bras non sans lâcher quelques jurons au passage.


- Nom d'un Elfe lépreux, mais c'est qu'elle m'a donné une idée, l'hystérique !, s'expliqua Artémis, dont l'excitation faisait vibrer la voix.

Il y'eut un bref silence durant lequel les trois filles dévisagèrent Artémis avec une attention teintée d'impatience, mais voyant qu'Artie ne semblait pas prête à en dire plus Lucrécya perdit patience :


- Ben qu'est-ce que t'attends ? Balance !

- Griselda a bien dit que McCormick avait des allergies ?

- Oui, oui, des allergies avec des boutons dégueus, confirma Griselda. Le genre de boutons tout vert qui...

- Bref, l'interrompit aussitôt Artémis. Sauf qu'elle dit qu'elle se souvient plus ce qui déclenche ces allergies... Et là j'ai pensé : comment est-ce qu'on peut trouver ce genre d'info croustillante et un tas d'autres détails sordides sur McCormick ?

- En demandant à ses ex ? A mon avis, doit y'avoir des histoires pas très propres là-dedans et si on pose les bonnes questions..., lâcha Lucrécya, un petit sourire en coin.

- Non ! Mieux que ça ! En fouillant dans son dossier !, jubila Artémis.

- Son dossier qui est dans le bureau du Doyen... ?

- Et alors ? Trois filles aussi intelligentes que nous, commença-t-elle en désignant ses deux camarades AAA d'un geste de la tête, ça peut venir à bout d'une porte de bureau et d'un Doyen récalcitrant, non ?


Soudain, les lèvres de Lucrécya s'étirèrent en un sourire intéressé. Naïa plissa les yeux, tentant vainement d'ordonner toutes les informations qu'elle avait réussi à glaner. Visiblement, le problème, c'était McCormick. A priori, les filles ne la portaient pas dans leur coeur, ça, c'était le moins qu'on puisse dire. Artémis l'avait bombardée de cognards. Ok, pourquoi pas ? Griselda avait été sa colocataire. Ok, ça aussi, c'était intégré. Mais une autre question lui trottait dans la tête.


- Bon, ok, c'est bien joli tout ça, mais qu'est-ce que j'y gagne, moi ?, demanda-t-elle, en levant vers ses camarades un regard intéressé.

- Le sentiment de faire une bonne action ?, tenta Artémis.

- Ce n'est pas vraiment le genre de récompense que je prends en considération, répondit-elle en un haussement de sourcil.

- L'occasion de faire un truc marrant... Et surtout, le spectacle de la gueule de McCormick quand elle s'en rendra compte !

- Mmh, marmonna-t-elle, peu convaincue.

- Un bon d'achat de cinq gallions dans un magasin de pantoufles, j'en ai un qui traîne au fond de mon sac, si tu veux !, proposa Griselda.

- Sans façon, merci.


Lucrécya lâcha alors un petit rire et fouilla rapidement ses poches. Elle en éparpilla le contenu sur la table.


- Je te parie deux noises, un bouton et... la moitié d'une dragée surprise au cérumen que t'as pas le courage de nous suivre.


Un éclat d'avidité anima soudain le regard noir de Naïa. Ce genre de phrases la ramenait instantanément à leurs années à Poudlard et leur manie de parier sur tout et n'importe quoi. Ok, elle savait très bien que c'était une grossière tentative pour l'acheter mais... Son honneur était en jeu, tout de même. Elle sentait bien que Lucrécya la mettait au défi... Et elle avait vraiment pas envie de perdre un défi... Et en plus, y'avait deux noises à la clé... Et ce bouton avait l'air quand même vachement joli.

Elle lâcha un long soupir et acquiesça lentement déclenchant une exclamation ravie de la part de Griselda. Elles se retournèrent toutes les trois vers l'intéressée, la dévisageant avec incrédulité.


- T'es pas invitée, toi, grogna Lucrécya.

- Après tout ce qu'on a partagé ? Je vous ai quand même bien fait rire avec ma blague sur les Hippogriffes, tout à l'heure !

- Tu nous as jamais raconté de blague sur les Hipogriffes, Griselda..., contesta Naïa d'un air las.

- Ah bon, vous êtes sûres ? Bon ben en tout cas, sachez qu'elle est très drôle. Je peux venir, alors ?

- NAN !, répondit Lucrécya.


Et elle tapa la table du poing si fort, que plusieurs élèves des tables avoisinantes se retournèrent pour regarder la scène. L'Irlandaise se pencha alors vers elle, et d'une voix basse, sur le ton de la confidence, elle murmura :


- Ce serait quand même dommage que le Doyen reçoive une mystérieuse lettre anonyme l'informant que trois élèves comptent braquer son bureau ! On sait jamais, hein...

- Et ce serait quand même dommage que tu te fasses mystérieusement casser le bras avant même d'avoir pu écrire une certaine lettre, contra innocemment Naïa. On sait jamais, effectivement...


Griselda éclata si fort de rire qu'à nouveau, plusieurs élèves se retournèrent, leur lançant des œillades perplexes, mais Griselda ne sembla pas s'en alarmer, riant toujours à gorge déployée.


- Ahlala ! Bonne blague, Nana, super bonne blague ! Mais je préfère quand même celle sur les Hippogriffes !


Naïa croisa les bras et se recula dans sa chaise, avec l'air désespéré de celle qui abandonne le combat. Lucrécya et Artémis s'échangèrent un regard, puis Artémis leur glissa à voix basse, comme si Griselda n'était pas là :

- En même temps... Vaut peut-être mieux qu'elle reste avec nous, non ?




Le trio enfin réuni, comme au bon vieux temps...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Artemis Redan

Messages : 212

Situation Amoureuse : Célibataire YEAAAH !!!

Sorts Connus : Aucun pour le moment !

Inventaire : Vide pour le moment !
MessageSujet: Re: B*tchy Girly Gang   Ven 19 Juin 2015 - 17:18

Après avoir posé cette question tout en interrogeant ses camarades du regard, Artémis se dit que finalement, avoir une cinglée comme Griselda ne pourrait que rajouter du piment à leur petite excursion.

« -Sérieusement les filles, je sais qu’elle est barjot et incontrôlable… »

« Je suis ne plus folle depuis que ce PAF est tombé… »

« Follement amoureux de toi, oui oui on avait compris la première fois » la coupa Artémis, pas ravie de son intervention.

« Mais vous comme moi, s’il y a bien une chose qu’on adore, c’est établir des plans machiavéliques et pourrir la vie des gens uniquement pour s’amuser. »

Elle fit son plus beau sourire de requin à ses deux amies et rajouta :
« Et sincèrement, cette irlandaise là, elle a l’air d’être naturellement douée pour ça, pas besoin de plan en fait, elle a juste à montrer le bout de son nez et le monde est au bord de l’explosion. »

Plongeant son regard dans celui de Lucrécya, elle lui sourit gentiment :
« Allez Lulu, ce sera comme au bon vieux temps, quand on faisait exploser pleins de trucs et qu’on rendait tout le monde maboule. À nous trois, on peut facilement allez voler ce dossier, mais si on balance Griselda et sa folie furieuse sur le premier venu qui vient nous emmerder, on a la diversion parfaite !! Et puis, je la crois sincèrement capable d’en avoir rien à faire de se faire péter le bras et préférer allez moucharder au doyen plutôt que de nous voir partir sans elle…et je crois qu’aucune de nous n’est prête à courir ce risque.»

Naïa soupira élégamment et Lucrecya grinça des dents, serrant sa batte si fort dans ses mains que ses jointures blanchirent.

« Okay, finit-elle par lâcher »

Elle pointa sa batte entre les deux yeux de l’Irlandaise qui loucha dessus, un sourire idiot sur les lèvres :
« Mais si jamais tu nous fous dans la merde avec tes conneries je t’enfonce ma batte si profondément où tu sais que tu celui qui arriveras à la retirer s’appellera le roi Arthur !»

La réaction de Griselda ne se fit pas attendre, elle sautilla sur sa chaise avec énergie en poussant des cris de contentement :
« Chouette chouette chouette !!! Je fais enfin partie d’un groupe de fille !! Alors, alors, aloooors, comment on fait ? On peut pousser les licornes radioactives à attaquer l’immeuble de Magougouille pendant qu’on sautera sur des Hypogriffes pour nous faufiler dans son bureau !! Ou alors on peut aussi jeter des bombabouses sur tout le bâtiment comme ça tout le monde en sortira et on aura plus qu’à y aller juste en portant des masques !! J’en ai un très joli en poils de piloupilou rose !! Ou alors…. »

« STOP ! lui dit Naïa en mettant sa main devant le visage de l’irlandaise, je commence déjà à regretter notre décision… »

Lucrécya pris sa batte et en donna un grand coup sur la tête de la folle furieuse.

« La prochaine fois que tu ouvres la bouche pour sortir ce genre de débilitations je te fends le crâne en deux !! »

Levant les yeux au ciel, Artémis poussa un profond soupir. C’était peut-être pas une bonne idée finalement de dire oui à cette hyperactive aux yeux globuleux. Regardant du coin de l’œil ses camarades continuer de se prendre le choux avec la Globuleuse, Artie réfléchissait. Joignant ses mains sous son menton, elle plissa les yeux et fit turbiner sa caboche :

Elles étaient quatre en tout, Naïa avait l’air d’être une fille vive d’esprit et capable de réagir au quart de tour, Lulu était loin d’être la plus maligne mais elle compensait tellement bien avec ses capacités de combattante que ce n’était pas grave et Globule elle, elle pouvait détourner l’attention de n’importe qui dès qu’elle ouvrait la bouche. Quant à elle, avec ses capacités de voleuse, elle pourrait facilement s’introduire dans le bureau du doyen sans se faire trop remarquer.

Le début d’un plan commença doucement à émerger dans son esprit :
« Bon les filles, s’introduire dans le bureau du doyen ça ne va pas être facile. Généralement les bureaux des chefs, ça se trouve au fond d’un couloir. Avant d’y parvenir, il va falloir passer devant les bureaux des autres professeurs qui doivent se trouver dans le même secteur et surtout, passer devant la secrétaire personnel de Magouille sans émettre le moindre soupçon. On va avoir besoin des talents de chacune ! »

Naïa la regarda plissant légèrement ses jolis yeux :
« Oui, la première chose à faire, ça va être de trouver un argument valable à notre présence si jamais quelqu’un arrive… Etant nouvelle ici, on peut dire que je suis venu déposer un papier quelconque que j’ai oublié de déposer lors de mon inscription et qu’il me faut urgemment rendre. »

Faisant alors de grands humides d’ingénue, elle ajouta :
« Et comme je suis un peu perdue dans cette immense université, j’ai demandé de l’aide à d’autres étudiantes qui, dans leur humble bonté, ont accepté de m’accompagner jusqu’au bureau du grand Magouille. »

Penchant sa tête sur le côté, la belle italienne cligna très vite des yeux un sourire angélique plaqué sur le visage.

Lucrécya sourit :
« Je te retrouve bien là toi ! Tu charmerais même un troll des cavernes avec ce regard-là ! »

Artémis rigola doucement. Lulu repris alors la parole :
« Mais si ça suffit pas, je déboîterai la face de celui-ci. »

« Ouiiii fit Grizelda, et on aura plus qu’à l’attacher et l’enfermer dans le premier placard qu’on trouve après lui avoir lancé un Silencio. Si vous voulez, on peut aussi l’attacher par les pieds et le prendre quelque part, en utilisant une potion de fluorescence il fera un magnifique néon… »

« On cherche à être discrète sale tête d’ampoule, lui jeta Lucrécya, pas à organiser une soirée ! »

Soupirant longuement, Artie se dit que ça allait être marrant mais compliqué de travailler toutes ensemble. Elle sourit doucement en pensant à MacCormick et à la totale ignorance de celle-ci sur ce qui allait lui tomber dans le coin du bec...




Comment ça on est attaché ?! Comment ça c'est pour l'amour ?!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artemisrevan.tumblr.com/


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Médicomagie (Psychémage)
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 229
avatar
Griselda O'Neil

Messages : 934

Situation Amoureuse : Je suis célibataire, mais pas jalouse ! ♥

Sorts Connus : Aguamenti,
Desillusio,
Confringo,
Incarcerem,
Lashlabask,
Spero Patronum,
Calmos Pacificatum,
Rubeum Nasus,
Repulso,
Orchideus,
Subcingulus

Inventaire : Chocolat Cépamoi (x2)
Amortentia (x1)
Potion Contraceptive
Potion Miracle du bon Docteur Magouille (x3),
Tequila Magouillita,
Lait de poule du bon Docteur Magouille (x2)
MessageSujet: Re: B*tchy Girly Gang   Mar 23 Juin 2015 - 17:14

-Ahah, j'vous avais dit que je connaissais un raccourci pour aller chez Doc Moustache ! S'écria Griselda, fière d'elle.

Ses trois comparses Alpha se tenaient derrière la garçonne, dans l'embrasure de la porte, les sourcils froncés.

-Euh... ouais ? Lâcha hasardeusement Artémis.
-Ouaiiis ! S'enthousiasma l'Irlandaise. Ça date de l'époque où j'étais folle à lier ! J'étais persuadée que le Doyen et sa secrétaire étaient des reptiliens ! Alors j'me suis dit : s'il vit à la WOW et que son bureau est rattaché à son appart, doit forcément y avoir une autre entrée quelque part! Alors j'ai fouiné, fouiné, et PAF ! J'l'ai trouvé ! Tadaaa !

Elle écarta les bras face à ses camarades, mais ces dernières n'avaient pas l'air convaincu.

-Euh... ouais, fit Lucrécya, avant de se tourner vers ses potes : j'peux l'assommer avec Séraphine, sinon ?

Les deux autres hésitèrent, mais finalement, Gri trancha :

-J'vois pas en quoi ça va nous aider.
-Ça va m'aider moi, grogna la petite brune en serrant sa batte dans son poing.

La garçonne croisa les bras, bougonne :

-Rââââh vous êtes jamais contentes ! Je vous aide et je vous amène en deux minutes chrono dans l'appart du Doc, et vous râlez quand même ! C'est quoi le problème ? C'était trop facile, c'est ça ?
-Y'a de ça, admit Naïa. Et y'a aussi le fait que je suis quasiment sûre que ça, ce n'est pas l'appartement du Docteur Magouille.
-Je confirme, renchérit Artie. J'y suis jamais allé mais je suis certaine que c'est pas ici.
-C'est PAS ici ! Cracha Lu, catégorique.

Griselda se tourna, et considéra la pièce qui s'étendait devant ses yeux ébahis. Mais elle avait beau regarder tous les recoins dans les détails, elle ne voyait pas le problème.

-Je peux savoir ce qui vous rend aussi catégorique, les filles ? Demanda-t-elle, en désespoir de cause.

Lucrécya secoua la tête.

-Ben parce que chuis déjà allée plusieurs fois dans le bureau du Doyen, espèce d'irlandaise jetée ! Il est en haut du bâtiment administratif ! Pas dans une bicoque toute pourrite cachée derrière ! Et du coup, son appart aussi il est en haut du bâtiment administratif !
-Et ça semble logique parce que le bâtiment administratif est joli, enfin dans le genre bourge qui se la pète. Renchérit Artemis en croisant les bras. Pas comme cette mansarde toute moisie du derche, là. Magnus Magouille m'a tout l'air du genre de gus à aimer le luxe et le bling bling, non ?
-Et ça c'est sans parler de la poussière, des toiles d'araignée, et de l'odeur ! Même si cette université n'est pas de premier choix, le Doyen doit avoir les moyens d'employer quelqu'un pour faire le ménage... Conclut l'italienne.

La Pi Omicron Pi haussa les épaules :

-Ça c'est c'que vous dites.

Naïa poussa un soupir :

-O'Neil, si cet endroit est l'appartement du Doyen... saurais-tu nous expliquer pourquoi y'a-t-il des fourches et des râteaux entreposés dans le fond ?
-Et des foutues potions de botanique et des philtres désherbants sur les étagères ? Fit à son tour Artemis.
-Et qu'est-ce que le crétin qui sert de jardinier fout là ? Trancha Lulu.

La POP maigrichonne tourna la tête, et réalisa la présence d'un sorcier au visage revêche, assis sur l'unique fauteuil fatigué de la cabane. Il la fixait avec mauvaise humeur, un sandwich à moitié mangé à la main.

-Oh ! Salut M'sieur Gazon ! J'vous avais pas vu ! Lança-t-elle, guillerette.
-Sortez de chez moi... grinça ce dernier, sans desserrer les dents.

Les quatre filles s'exécutèrent, et, devant la porte qui venait de claquer, Griselda se frotta la tête :

-Dingue ça... j'étais persuadée que c'était l'appart du Doc Moustache, moi ! J'ai passé des soirées entières là dedans pour l'épier ! Remarquez, ça explique pourquoi je l'ai jamais vu, finalement...

Les trois la regardèrent avec dépit, et firent demi-tour. Elles entrèrent dans le bâtiment administratif, traversèrent le hall à grandes enjambées, sans encombre. Mais, alors qu'elles posaient le pied sur la première marche de l'escalier qui tourbillonnait vers les étages supérieurs, une voix glaciale siffla :

-Qu'est-ce que vous fichez là, vous quatre ?

Les filles se tournèrent comme une seule personne, et considérèrent avec surprise l'employée à la chevelure blonde, aux yeux à moitié clos par l'ennui, qui se limait les ongles sans même daigner leur jeter un regard. Elle était assise derrière un comptoir où était posé une plaque dorée : « Miss Krapull, secrétaire – NE PAS DERANGER. SOUS AUCUN PRETEXTE ».

Lulu poussa Naïa en avant, et cette dernière n'eut d'autre choix que d'articuler :

-On... vient voir le Doyen. J'ai un document urgent à lui remettre, pour finaliser mon inscription, et...
-Il est pas là, trancha la jolie secrétaire. Ou il veut voir personne, je sais plus. En tout cas, barrez-vous.

Il en fallait plus pour impressionner Artemis, qui esquissa un sourire en coin :

-Bah c'est pas grave, on va laisser ce foutu papier dans son bureau !

La blonde poussa un long soupir agacé, et récita d'une voix au mépris à peine voilé :

-Vous devez demander un rendez-vous, et l'administration vous répondra dans un délai de 6 à 9 semaines, pour vous imposer une date dans les six mois à venir, et une fourchette d'horaires pour cette date. Vous aurez alors à choisir un horaire, et à le renvoyer par hibou à l'administration. Ce à quoi l'administration vous répondra de manière favorable, ou non, dans un délai de 6 à 9 semaines. Et si l'administration ne vous réponds pas de manière favorable, et croyez-moi cela arrivera, vous devrez alors demander un autre rendez-vous. Et l'administration vous répondra dans un délai de 6 à 9 semaines pour vous imposer une date dans les six mois à venir, et une fourchette d'horaires pour cette date. Etc, etc, etc. Et ainsi de suite jusqu'à ce que vous ayez votre diplôme, ou que vous abandonniez vos études. Ce qui, vu que vous avez choisi d'étudier à la WOW University, reviendra au même.

Naïa soupira. Elle fit cligner ses magnifiques cils charbonneux, et susurra, sous l'air dégoûté de Lucrécya :

-Et si on promets d'être très gentille avec lui ?

Le regard blasé que lui lança la secrétaire n'appelait aucun commentaire.

-Et si on promets d'être très gentille avec vous ?

Le regard de la blonde fut plus blasé encore. Ce qui fit perdre patience à la petite batteuse colérique :

-Il doit bien y avoir un moyen d'aller voir ce vieux crétin moustachu, crénom d'un balai !
-Oui, admit miss Krapull. Vous devez demander un rendez-vous, et l'administration vous répondra dans un délai de 6 à 9 semaines, pour vous imposer une date dans les six mois à venir, et une fourchette d'horaires pour cette date. Vous aurez alors à choisir un horaire, et à le renvoyer par hibou à l'administration. Ce à quoi l'administration vous répondra de manière favorable, ou non, dans un délai de 6 à 9 semaines. Et si l'administration ne vous réponds pas de manière favorable, et croyez-moi cela arrivera, vous devrez alors demander un autre rendez-vous. Et l'administration vous répondra dans un délai de 6 à 9 semaines pour vous imposer une date dans les six mois à venir, et une fourchette d'horaires pour cette date. Etc, etc, etc. Et ainsi de suite jusqu'à ce que vous ayez votre diplôme, ou que vous abandonniez vos études. Ce qui, vu que vous avez choisi d'étudier à la WOW University, reviendra au même.

Artemis eut l'air de réfléchir :

-Okay, miss Blondie, laissez nous juste parlementer entre nous pour vos histoires de rendez-vous, tout ce merdier.
-Oh, faites donc, je suis impatiente d'avance de connaître vos intentions, maugréa la secrétaire d'une voix lente et glaciale qui disait tout le contraire. Je trépigne à l'idée de vous sortir le formulaire de rendez-vous.

Elle se remit à se limer les ongles avec application, alors que les trois Alpha Alpha Alpha formaient un cercle pour se concerter.

-Bon il est temps de sortir notre arme secrète, décréta la voleuse, les poings sur les hanches.
-Notre arme secrète ? S'étonna Naia.
-Ma batte Séraphine ?! S'enthousiasma la plus petite d'entre elles.
-Nan, bien mieux : la diversion Griselda !

La belle italienne se mordit la lèvre inférieure :

-J'aurais préféré l'éviter, mais je ne vois pas comment.
-Alors on est d'accord ? S'enquit Artie.

Les deux autres opinèrent du chef.
Lucrécya se tourna vers Griselda, qui gloussait en regardant un tableau à l'effigie du Doyen qui était en train de ronfler, son chapeau sur le visage.

-Bon ok : O'Neil, espèce de tarée de Dublin, va voir la blondasse pour faire dirversion !

La garçonne sourit :

-Comment je fais ?
-J'en sais rien, admit Lulu.
-Sois toi-même, je te jure, cela suffit amplement ! Dit Naïa.

Griselda se mit à sautiller sur place :

-Oh je pourrais raconter l'histoire de l'hippogriffe !
-Ouais ouais, fais donc ça, acquiesça Artemis.
-Ah parce qu'elle est hilarante en plus!
-On te croit sur parole !
-C'est l'histoire d'un hippogriffe qui rentre dans un bar...
-Garde tes histoires pour elle !
-Et il commande une bieraubeurre !
-Pour la secrétaire, O'neil !
-Et là y'a le barman qui crie : nomdidiou, un hippogriffe qui parle !

Griselda se plia en deux tellement elle rigolait. Puis elle se redressa, et croisa le regard des trois autres.

-Bah quoi ?
-La secrétaire ! Insista Naïa !
-Fais diversion ! Ordonna Artémis.
-Bordel j'vais l'étrangler ! Ragea Lucréya.

Griselda haussa les épaules :

-Ah j'ai compris ! C'pasqu'en fait vous aimez pas les hippogriffes ! Mais ça marche avec tous les animaux magiques !... les dragons, les lethifolds, les fléreurs, les chameaux... oh sauf que c'est pas des animaux magiques les chameaux, mais remarquez ça marche quand mê...

Une batte s'abattit sur le sommet du crâne, et elle se frotta en gémissant.

-Mais-euuuuuh ! Ok, j'vais faire diversion, pas la peine d'en venir là !

Tout en maugréant sur la maltraitance des pauvres irlandaises dans les groupes de jeunes filles à majorité Alpha, la maigrichonne se rapprocha du comptoir de l'accueil où officiait la secrétaire aux cheveux blonds. Elle se demanda ce qu'elle allait bien pouvoir faire comme diversion : la blague sur les hippogriffes était juste la meilleure blague du monde, mais miss Krapull méritait-elle de rire ? Non, elle était trop méchante pour ça. Ou alors y'avait la blague du niffleur et de la souris qui était malade. Ou celle sur le legilimens et l'occlumens coincés sur un bateau.
Griselda pouffa de rire toute seule... mais aussitôt, elle sentit le poids des regards noirs de ses camarades derrière son dos. Aussi elle préféra rester classique. Rapide, mais efficace.

-Miss Krapull ? Héla-t-elle.

La secrétaire leva lentement ses yeux acier sur l'irlandaise :

-Quoi encore ?
-REGARDEZ DERRIÈRE VOUS : UN PHÉNIX !

La blonde tourna la tête par réflexe, et, lorsqu'elle regarda à nouveau devant elle... le groupe de quatre avait disparu.
Suite à quoi elle soupira profondément, sortit de sous son bureau un vernis à ongles rouge pétant, et entreprit de s'en badigeonner sur le bout des doigts.



L'amour à l'Irlandaise,
C'est que je t'aime, je t'aime, je t'aime ! JE T'AIME ! cours
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sports Sorciers
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 259
avatar
Lucrécya Rincevent

Messages : 3448

Double Compte : Augustus Kane
Situation Amoureuse : cachez vos mecs, les morues : chuis à nouveau célib !

Filière : Aurorologie

Sorts Connus :
Accio,
Aguamenti,
Amplificatum/Reducto,
Animagus,
Calmos Pacificatum,
Confringo,
Contusionus Encontusiono,
Cucurcelerum
Defodio,
Episkey,
Folloreille,
Gemino
Incarcerem,
Inflammarae,
Lashlabask,
Locomotor,
Multicofors,
Nauséis,
Periculo Pugno,
Repulso,
Revigor,
Rictusempra,
Sonorus,
Spero Patronum,
Subcingulus

Inventaire :
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x3),
Horloge des Familles,
Pommade Pommadante Grégoire,
Lait de Poule du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouillita (x4)
Potion de Requinquance (x2)
MessageSujet: Re: B*tchy Girly Gang   Dim 28 Juin 2015 - 12:43

-Je suis géniale, je suis géniale ! ♪ Tout le monde est fou de moi car je suis géniale ! ♫ chantait à tue-tête et en boucle Griselda. Je suis géniale, je suis... ♪

-Mais faites la taire ! tonna Lucrécya, à bout.

A ses côtés, Artie acquiesça :

- Ouaip ! Ferme la, Globule ! C'est pas parce que tu nous as fait la diversion la plus minable du monde que ça te donne le droit de te la péter.

Étrangement, cela fonctionna : Gri lança un gros sourire niais à l'ancienne élève de Beauxbâtons, accompagné d'un pouce levé. Puis elle arrêta de chanter... pour fredonner, très mal, le même petit air agaçant.

La petite batteuse grogna.

Fallait dire qu'elle était déçue. Ouais, déçue, et frustrée. Et chez elle, la déception et la frustration menaient directement à la colère.

Elle serra les poings, fulminante. On lui avait promis de l'action. On lui avait promis du danger. Artichou avait su réveiller en elle une flamme qui... qui... ouais bon ok, une flamme qui ne s'était jamais vraiment éteinte, et qui, jour après jour, brûlait d'envie de faire conneries sur conneries. Et peu importait l'enjeu : c'était le frisson qui primait !

Sauf que là, le seul frisson qu'elle avait eu résultait du dégoût qu'elle avait ressenti pour l'insupportable chanson de l'autre zinzin. Parce que, entre le moment où elles avaient fait faux bond à la secrétaire blondasse de Magouille et maintenant, sa bande et elle n'avaient croisé personne. Mais alors, personne. Personne de chez personne. Pas le moindre professeur pour leur demander ce qu'elles foutaient là. Pas le moindre troll baveux que Naïa aurait pu charmer avec ses yeux de biche. Pas le moindre chien-garou à qui Lulu aurait pu offrir Griselda à bouffer. Nan : y'avait pas âme qui vive dans ce foutu bâtiment administratif. Et ça rendait la batteuse perplexe.

Et chez elle, la perplexité menait droit à la colère.

-On a de la chance, quand même, de n'avoir croisé personne d'inopportun ! lança Naïa, alors que le groupe s'avançait vers la porte du bureau de Magouille.

Lulu jeta un regard torve à sa pote italienne, et ne répondit rien à part un borborygme incompréhensible. Puis elle souffla, agacée. Sa batte Séraphine commençait sérieusement à lui démanger la main.

-Oh mais qu'avons nous là ? lança soudain une voix joviale. Vous avez besoin d'aide, mesdemoiselles ?

Les quatre sursautèrent, et se tournèrent vers Saussurus, qui venait de parler. Le bras droit du Doyen se dandinait vers elles depuis l'autre bout du couloir. Sa face bonhomme était fendu du plus large des sourires, et il faisait des gestes de la main amicaux aux jeunes femmes.

Le sang de Lucrécya ne fit qu'un tour ; prenant sa batte à deux mains, elle se jeta sur le malheureux en rugissant. Les épouvantables cris de douleur qui s'ensuivirent résonnèrent un moment dans le couloir, dans l'indifférence totale des autres filles.

Finalement, Artemis s'avança vers l'Alpha agressive, qui se frottait les mains d'un air satisfait devant le corps inanimé de sa victime.

-Lu, pourquoi tu lui as maravé sa gueule de couillon, à cui-là ? demanda-t-elle, sans grande émotion.

La petite brunette haussa les épaules :

-J'étais vénère alors c'était lui ou l'une de vous.

- Ça se tient, admit Naïa qui reconnaissait bien là sa camarade Serpentard.

Elle se tourna vers la porte massive du bureau du Doyen, et frappa.

-Dr Magouille ? demanda-t-elle de sa voix mélodieuse. Vous êtes là ?

Personne ne répondit. Griselda tenta à son tour, et tambourina le bois avec son poing :

-M'sieur Magouille, chuis une jeune étudiante à gros nénés et j'ai très envie de vous !

Devant l'absence de réponse, l'irlandaise maigrelette pouffa de rire :

-Là c'est sûr, il est pas là !

-Dommage, j'étais curieuse de voir ce branquignol en chair et en os, admit Artie.

-Tu rates rien, grommela Lucrécya.

Griselda pouffa à nouveau de rire :

-Rincevent dit ça parce qu'elle a peur de lui en fait !

Lulu lança un regard assassin à la POP :

-N'importe quoi ! grommela-t-elle.

-Tu peux pas me mentir : je suis légilimeeeens !

Séraphine se leva au dessus de la tête de l'irlandaise, menaçante :

-SI TU ME LEGILIMENSE SANS MON ACCORD JE TE FOUS MA BATTE DANS LE FONDEMENT ! hurla sa propriétaire, une veine sur le front.

-Et si on arrêtait de crier ? suggéra Naïa, les mains sur les hanches. Restons discrète : ça nous arrange qu'il ne soit pas là.

Elle tourna la poignée... mais elle tordit vite la bouche :

-Fermé, évidemment.

Griselda dégaina sa baguette :

-Alohomora !

Mais, à sa grande surprise, il ne se passa strictement rien. La belle italienne hocha la tête :

-Il y a à l'évidence une protection particulière sur cette porte.

-Je suis sûre que la plus grande voleuse du monde sorcier pourra faire quelque chose... fit Lucrécya.

Elle se tourna vers Artemis, dont le regard s'éclaira :

-Et comment !

La française s'accroupit face à la poignée, puis l'examina d'un œil expert. Elle agita sa baguette, et fit apparaître quelques instruments ressemblant à des fils de fer ou des pinces. Enfin, elle se mit au travail, bidouillant sur la serrure de la porte.
Il ne fallut pas très longtemps pour entendre un « clic » annonciateur de bonne nouvelle, et de voir la porte s'ouvrir seule, comme pour les inviter à entrer.

La salle qui s'offrait à elles était vaste, et baignée de lumière grâce à une immense baie vitrée qui donnait à voir tout le campus. Et tout dans ce bureau donnait une impression de richesse excessive, des étagères surchargées de bouteilles d'alcool hors de prix aux dorures des murs, en passant par les innombrables bibelots en or aussi laids qu'ils avaient l'air cher.

Lucrécya fit quelques pas dans la pièce, et fronça les sourcils : même s'il était évident qu'elle n'avait peur de rien ni de personne, et que O'Neil n'était qu'une tarée doublée d'une menteuse... eh ben, disons qu'elle n'avait pas trop envie de croiser la route de l'escroc moustachu qui leur servait de directeur. Surtout que le court séjour qu'il venait de passer à Azkaban n'avait pas du le rendre plus sympathique.

-On rentre, on prend le dossier de McComique, et on se barre, ordonna-t-elle.

-Le dossier de McComique... et plus si affinités, susurra Artémis, les yeux brillants, en détaillant la luxueuse décoration.

Griselda, elle, se rua sur une grande commode, qu'elle ouvrit avant de jeter un à un les hauts de forme qu'elle contenait par terre en ricanant. Naïa secoua la tête devant le spectacle navrant :

-Peut être nous faudrait-il mettre moins le bazar, non ? Ou alors il nous faudrait... Oh ! Je sais !

Sous le regard des deux autres AAA, elle repartit dans le couloir et, d'un coup de baguette, fit léviter le corps de Saussurus jusque sur le tapis du bureau. Puis, elle se saisit d'un bourbon à moitié entamée posé là, vida ce qu'il en restait sur la face rougeaude du malheureux, puis fourra la bouteille vide dans la main de l'inanimé.

-Si quelqu'un arrive, on s'enfuit le plus vite possible et comme ça tout le monde croira que celui-là est le coupable, parce qu'il a trop bu ! Et même si on se fait prendre, on dit qu'on voulait juste amener mon papier, et qu'on a trouvé le bureau dans cet état.

-Bonne idée, fit Artie, admirative.

Lulu hocha la tête. C'est pas elle qui aurait eu cette idée. Elle, elle aurait frappé avec sa batte, et si ça avait pas suffi, elle aurait... refrappé avec sa batte. Ce qui lui faisait dire qu'elle avait eu raison de s'allier avec des sorcières plus intelligentes qu'elles !

Un petit sourire aux lèvres, elle s'assit dans le fauteuil bien trop grand pour elle du Doyen, face au grand bureau, et s'amusa à faire tournoyer son siège sur lui-même. Elle s'arrêta finalement, ayant un peu trop la nausée. Puis, par pure curiosité, elle tira le premier grand tiroir venu, et farfouilla à l'intérieur : qui sait, peut-être que les informations sur McComique se trouvaient par là !

-Voyons, qu'est-ce qu'on a là... des factures...des bouteilles vides... des documents chiants...

Elle jeta à terre quelques dossiers estampillés « TOP SECRET », mais ne s'y intéressa pas : il y avait clairement trop à lire là-dedans. Elle poursuivit ses recherches, et lista à voix haute en même temps qu'elle découvrait :

-Le dossier scolaire de Rhum agrafée à une lettre de dénonciation à l'Immigration Sorcière... Des documents chiants... Beuah, une p'tite culotte en dentelles !

Du bout de sa baguette, elle éloigna d'elle le sous-vêtement qu'elle jeta au loin, avant de se replonger dans le tiroir :

-Des revues cochonnes... Une cravache... Des documents chiants... Des documents chiants... Et... oh, qu'est-ce que c'est que ce truc ?

Elle prit en main un bidule chelou, avec plein de trucs pointus qui pendouillaient, et dont elle ne devinait ni le sens, ni la fonction. Artemis lui jeta une œillade amusée, puis elle s'approcha de Lucrécya :

-Voyons, Lu, c'est pour...

Elle se pencha vers sa pote et lui murmura quelque chose à l'oreille. Aussitôt, la batteuse ouvrit des yeux ronds comme des soucoupes, et elle jeta l'objet à l'autre bout de la pièce en hurlant.

-AAAH C'EST DEGUEU J'VEUX PAS SAVOIR COMMENT NI AVEC QUI IL A UTILISE ÇA, C'EST IMMONDE ! ET CRÉNOM D'UN BALAI JE L'AI TOUCHÉ ! DE MES PROPRES MAINS ! ARGH JE DOIS ME DÉSINFECTER LES MAINS DE SUITE ! C'EST HORRIBLE !!!

Sous le regard moqueur de la française, elle se recroquevilla sur le fauteuil et entoura ses genoux de ses bras :

-C'EST FINI JE TOUCHE PLUS A RIEN ICI !

Puis elle se balança d'avant en arrière en couinant, traumatisée.





Mes RPs du Moment !


Rock this Party !!!, avec Adhita Lonkar et tous ceux qui le veulent !

Broken Mirror, avec Malicia McGuire

Et ma main dans ta tronche ?, avec Isaac O'Callaghan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2HBEB

avatar
Naïa de Neveha

Messages : 189

Sorts Connus : Confundo

Inventaire : Potion Miracle du Bon Docteur Magouille,
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille,
Tequila Magouillita,
Potion Tue-loup,
Essence de dictame (x5),
Philtre de Requinquance (x5)
MessageSujet: Re: B*tchy Girly Gang   Sam 4 Juil 2015 - 22:54

Naïa jeta un coup d’œil amusé à Lucrécya. Qui aurait pu croire que l'effrontée Lucrécya Rincevent avait peur de quelques joujous un peu osés ? Qui sait, peut-être qu'avec Flynn, Lulu jouait les petits agneaux effarouchés ! Elle secoua la tête de peur de s'évoquer des images traumatisantes. Genre Marcus dans une combi en cuir, un fouet à la main. Ok, stop, c'était pas le moment de se faire des films d'horreur.  


- Bon, Lucrécya, reprends-toi, ma vieille !, se moqua Artémis en lui assénant une claque amicale dans le dos.


Cela n'eut pas l'effet escompté car Lucrécya lui jeta un regard noir et se mit à beugler :


- C'EST DÉGUEULASSE ! SI CA SE TROUVE JE VAIS CHOPER LA PERVERSITÉ DE MAGOUILLE ! C'EST SUREMENT CONTAGIEUX CES TRUCS-LA !


Naïa contourna le bras droit du Doyen qui gisait désormais sur le sol dans une position peu flatteuse, et s'avança vers les petites étagères qui striaient les murs. Il fallait bien avouer que le Doyen savait se faire plaisir. Les meubles croulaient sous des bibelots tape-à-l’œil qui vantaient tous sa gloire et son mérite. Dans un dressoir modestement plaqué d'or, des dizaines de trophées brillaient de mille feux. L'italienne se rapprocha, se demandant vaguement quel genre de récompense le  Doyen avait bien pu recevoir.

Toute d'or vêtue, une statuette représentant une main tenant une bourse portait l'inscription :


Prix du plus gros charlatan de l'année :

A ce bon vieux escroc de Docteur Magouille,
Tout ce qu'il touche, il le dépouille !


Elle haussa un sourcil sceptique et se tourna de nouveaux vers ses camarades. Griselda était tranquillement en train de faire la discussion avec un chapeau haut-de-forme - qu'elle jurait avoir déjà rencontré - et lui racontait sa journée, Lucrécya tentait vainement de se laver les mains, un air de dégoût au visage, et Artémis flânait innocemment entre les étagères, embarquant des objets par ci par là.

Naïa s'avança vers un coffre en bois sur lequel une petite pancarte affichait :

Cadeau pour le merveilleux Docteur Magouille, le héros de la nation, que dis-je ! le héros du monde.

Pourtant, Naïa aurait juré que c'était bien l'écriture du Doyen lui-même, et elle aurait pu la reconnaitre entre mille depuis qu'elle avait signé son contrat d'inscription à l'université, qui comprenait 28 pages d'annexe écrit en caractères trop petits pour être lisibles. Elle ouvrit le coffre d'une main experte et appela aussitôt Artémis.


- Viens voir par là, Artémis.


La voleuse s'achemina d'un pas rapide vers elle et jeta un coup d’œil au coffre.


- Ben ça alors !

- Vingt bouteilles de Centaure Blanc, 1985. On peut dire qu'il sait vivre, ce Magouille.

- J'embarque une bouteille, claironna Artémis avec un sourire malicieux.


Lucrécya releva la tête, alarmée.


- Non, non, on n'embarque rien du tout ! On prend le dossier de McCormick et on se taille !

- Allez, Luluuuu, tenta la française, avec un visage angélique.


La figure de la batteuse se rembrunit et elle lança un regard torve à Artémis.


- Ah mais vous le connaissez pas, vous, ce taré de Magouille ! C'est le roi des psychopathes. Tiens, il est même plus taré que l'autre fêlée d'Irlandaise !, s'exclama la brune en désignant d'un geste de la tête Griselda.


Cette dernière était d'ailleurs en train de danser un slow langoureux avec son haut-de-forme.


- Ah ouais, quand même, reconnut Artémis. Y'a du niveau.

-  Voilà ! Donc... Je trouve le dossier et on dégage ! Enfin, VOUS trouvez le dossier parce que moi je touche plus à rien.


Artémis soupira mais se décida à s'éloigner du coffre - au moment où Naïa lui soufflait un discret "t'en fais pas, je nous mets deux bouteilles de côté" - et contourna le bureau pour se mettre en quête du dossier. Elle vida le premier tiroir sans grand succès. Puis le deuxième. Rien non plus. Elle fit tous les tiroirs dans la foulée mais ne trouva rien d'intéressant, si ce n'est quelques objets obscènes et autres photos suggestives.

Naïa s'impatientait, tapant nerveusement du pied. Elle commençait à trouver le temps long. Pas moyen de se faire de l'argent, par ici, et même pas de charmants inconnus avec qui échanger quelques courtoisies. Juste un mec écroulé sur le tapis, une Irlandaise qui partait sacrément en vrille et ses deux camarades à la recherche du dossier de cette fameuse McCormick dont elle, elle se fichait pas mal, à vrai dire.


- Je n'ai pas encore eu l'honneur de rencontrer ce charmant Doyen, mais à mon avis, c'est pas vraiment le genre à ranger ses dossiers dans un tiroir, au vu de l'état de son bureau, avança Naïa.


Lucrécya scruta quelques secondes l'italienne, les yeux plissés, puis elle acquiesça lentement.


- Elle a pas tort, finit-elle par lâcher. Fouillez les endroits bizarres.

- C'est une chasse au trésor ?, s'exclama Griselda en lâchant son chapeau.

- Oui, oui, c'est ça, lui répondit vaguement la batteuse.

- VOUS AVEZ ORGANISÉ UNE CHASSE AU TRÉSOR POUR MON ANNIVERSAIRE ?! VOUS ÊTES VRAIMENT LES MEILLEURES COPINES DU MONDE !

- C'est pas ton anniversaire, la coupa Lucrécya.

- Ah bon ? Alors si c'est pas mon anniversaire pourquoi vous m'avez organisé une chasse au trésor, HEIN ?


Elle se rua vers le fond de la pièce et commença à soulever armoire et fauteuil à la recherche du dossier, bien vite imitée par ses trois camarades. Elles retournèrent de fond en comble le vaste bureau du Doyen. Au moment où elle soulevait une plante en pot très agressive qui essayait de lui manger les cheveux, Griselda lâcha un petit cri victorieux.


- J'ai trouvééééé les fiiiiilles ! C'est géniaaaaal ! J'ai gagné quoi, alors ? Hein, hein, hein ? Allez, dites-moi, allez s'il vous plaîîîîît !

- T'as gagné la chance de pas te prendre un coup dans la tronche alors que tu me hurles dans les oreilles.

- WAOUH ! J'ai trop de chance ! Merci les copines !

- Bon allez, on se casse maintenant !


Lucrécya arracha le dossier des mains de Griselda et elles commencèrent à rebrousser chemin, mais elles s'aperçurent qu'Artémis n'avait toujours pas bougé, les yeux rivés sur quelque chose qu'elle tenait dans les mains.


- Artémis ?, l'appela Lucrécya.

- J'ai trouvé un truc bizarre en fouillant, les filles. J'crois que ça mérite le coup d'oeil.


Naïa et Griselda la rejoignirent sans hésiter tandis que Lucrécya traînait des pieds en maugréant que "le bureau était rempli de trucs chelous et que si on devait s'arrêter pour chacun d'eux, on risquait d'y crever de vieillesse".

Elle se penchèrent toutes les trois par dessus l'épaule d'Artémis. Une enveloppe cerclée de dorée était griffonnée d'une écriture élégante :

"Vous bénéficiez d'ores et déjà d'une invitation exceptionnelle à la soirée la plus extravagante du millénaire. Veillez à détruire cette lettre une fois lue."

Elle s'échangèrent des regards inquisiteurs et Naïa brisa le silence :


- Ouvre !


Artémis s'exécuta et lâcha aussitôt la missive car celle-ci s'était repliée sur elle-même et avait désormais la forme d'une bouche pulpeuse qui se mit à chanter d'une voix criarde :




Aventureux, aventurières,
Simples sorciers ou chef de guerre,
Effrontés ou grands peureux,
Princes généreux ou nain véreux,
Chaussette trouée ou œil de verre,
Jours férié comme jours impairs,
Nous n'refusons jamais personne,
Dans les sous sols de Brixton.






La voix s'arrêta aussi sec de chanter pour déclamer avec une obséquiosité excessive :


Invitation de la plus haute importance,
A l'attention de l'éminent Docteur Magouille.






Une adresse était inscrite au dos de l'enveloppe. Les filles restèrent silencieuses quelques secondes, s'échangeant des œillades dubitatives, ne sachant trop quoi penser de cette trouvaille.


- A mon humble avis, on devrait y faire un tour, commença Naïa.

- J'suis d'accord. ça sent les richousses et la thune tout ça. Y'aura sûrement des petits trucs à... emprunter.

- OH, GÉNIAL ! VOUS M'AVEZ ORGANISÉ UNE PETITE FÊTE, EN PLUS !, hurla Griselda qui sautillait sur place.


Elles se tournèrent toutes les trois vers Lucrécya, attendant son avis sur la question. Comme toute réponse, la brune tapa sa batte contre sa main et un sourire sadique vint étirer ses lèvres.


- J'ai besoin de me défouler.

- Par contre, l'invitation est au nom de Magouille, fit remarquer Naïa, va falloir trouver une solution.

- J'ai peut-être une petite idée..., commença Artémis.


Elle fit volte-face, ramassa le chapeau haut-de-forme que Griselda avait laissé tomber par terre, ouvrit un placard, saisit un des longs manteaux de Magouille, puis elle tendit le tout à Griselda.


- Mets ça.

- Ah non ! Je touche pas aux habits du Doyen !

- Griselda, tu sais la petite fête qu'on t'a organisé pour ton anniversaire ?, susurra Naïa. C'est une fête déguisée, en fait. Et on a pensé que ce serait drôle que tu te déguises en Magouille.


Griselda sourit de toute ses dents et lâcha un petit "ouais, c'est vrai que c'est drôle" avant d'enfiler l'accoutrement du Doyen sans protester.


- Il manque la moustache !, objecta Lucrécya.


Naïa se dirigea vers le placard de Magouille, l'ouvrit en grand, et déchira un bout de manche d'un manteau en fourrure. D'un coup de baguette, elle accrocha le pan de fourrure grossièrement taillée au visage de Griselda, puis elle se tourna vers sa camarade AAA.


- Alors, verdict ? Ressemblant ou pas ?


Lucrécya se recula d'un pas, plissa les yeux en se grattant le menton, tourna la tête pour changer d'angle de vue, se cacha un œil de la main, puis l'autre et déclara enfin :


- Pas du tout.

- Bon, ben ça fera l'affaire, hein, trancha Artémis.

- Et vous, vous serez mes jeunettes aux gros nénés !, piaffa Griselda. Sauf toi Lucrécya ! Toi, tu seras ma bonniche à tout faire plate comme une limande.


Lucrécya s'avança d'un pas, la batte levée, mais Artémis s'interposa.


- Allez, pas une minute à perdre, on y va !, annonça-t-elle, la voix frémissante d'excitation.


Et elles sortirent toutes les trois du bureau, au bras de Griselda-Magouille.




Le trio enfin réuni, comme au bon vieux temps...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Artemis Redan

Messages : 212

Situation Amoureuse : Célibataire YEAAAH !!!

Sorts Connus : Aucun pour le moment !

Inventaire : Vide pour le moment !
MessageSujet: Re: B*tchy Girly Gang   Mer 15 Juil 2015 - 21:56

Sorties du bureau, les filles passèrent devant la secrétaire toujours aussi renfrognée qui se limait les ongles. Levant des yeux empreint d’ennuie sur l’attroupement, elle sursauta sur sa chaise en avisant le faux Magouille. Ecarquillant les yeux, elle ouvrit la bouche mais Grizelda fut plus rapide et, prenant une grosse voix lui sortit :
« Je sais que votre bouche s’ouvre dès que j’approche, mais cette fois-ci, gardez la fermée ! »

Et elles partirent aussi vite qu’elles étaient venues.
Marchant rapidement et s’amusant de l’effet que le déguisement de Grizelda faisait aux gens, elles se dirigèrent vers l’adresse indiquée, jusqu’à ce qu’Artémis ne se stoppe d’un coup et lorgne le petit groupe d’un air dubitatif :
« Bon, fit Artémis, c’est pas l’tout, mais si on a nôtre Magouille, elle regarda Grizelda une moue sceptique sur le visage, enfin si on a un truc qui ressemble approximativement à Magouille, on peut pas vraiment aller à cette petite sauterie habillé comme ça… »

Naïa haussa l’un de ses sourcils sublimement épilé :
« Ça veut dire quoi ça ? »

Artie leva les yeux au ciel.
« Je veux pas dire qu’on est sapé comme des sacs meufs, enfin à part Globule mais c’est pour la bonne cause. Mais si on doit aller à une partie de gens super friqués et bling bling au possible, c’est pas avec un jean et un t-shirt qu’on va passer pour des princesses quoi… »

« Hors de question que je m’habille en poufiasse des marais moi !! J’ai une réputation à maintenir ! » dit Lucrécya d’une voix acerbe tout en tripotant nerveusement sa batte.
Elle avait si peu eu l’occasion de l’utiliser que ça la démangeait vachement maintenant…

« Oh râla Artémis, on s’en tape de ta réputation de Cow-Boy, là on veut rentrer dans une soirée de mafiosos avec bar à pétasses et alcool coulant à flot ! »

« Ouais, répliqua Grizelda, hors de question que je vous garde à mon bras dans les fripes que vous avez. Moi, je ne prends que la crème de la crème des jeunettes à gros nénés. J’ai une réputation à maintenir ! »

Elle claqua alors vicieusement les fesses d’Artémis qui ouvrit de gros yeux. Avant même qu’elle ait pu réagir, Lucrécya frappa violemment la globuleuse sur la caboche :
« Touche là encore une fois comme ça et je te refais la dentition ! »

« Mais euh…fit piteusement Grizelda en frottant sa tête, je suis dans mon rôle. »

Voyant la batteuse à deux doigts de recommencer, Naïa s’interposa
« Artémis a raison, bien que je sois moi-même toujours très bien apprêtée, il est vrai que vous auriez bien besoin d’attirails…j’ai quelques fringues que je pourrais vous prêter, mais… »

Naîa regarda ses deux amies avec un sourire carnassier :
« Ce sera pas gratuit… »

Artémis poussa un long soupir irrité :
« Okay okay belle brune, si tu me donnes de quoi rentrer dans c’te boutique, je te file 10% d’mon butin total. »

« 15% »

« 12%, pas moins pas plus » répliqua la plus petite en fronçant ses yeux noirs.

« 12% plus la pince que tu as dans les cheveux ! »

« Marché conclut ! »
Elles se serrèrent la main, l’accord rondement mené.

Naïa se tourna alors vers Lucrécya :
« Et toi, tu m’offres quoi ? »

« Ma reconstruction éternelle ! »

La belle italienne haussa très haut ses sourcils, de un parce que ça ne voulait pas dire grand-chose et de deux, car ce n’était clairement pas un truc qui pouvait l’intéresser.
Grizelda profita évidemment de ce moment pour avoir une idée de génie. Enfin, selon le point de vue bien-sûr…
Se rapprochant de Naïa, elle lui souffla quelque chose d’intelligible à l’oreille en ricanant vicieusement. D’abord sceptique, un sourire plus que sadique apparut sur les lèvres de l’ex-Serpentarde qui regardait à présent Lulu comme si elle allait la dévorer.

Artémis observa intriguée ses changements d’attitudes tandis que Lucrécya devenait nerveuse. Et comme on le sait tous, une Lucrécya nerveuse est une Lucrécya frappeuse. D’un revers de la main, elle lança un coup violent en direction de l’irlandaise qui l’esquiva en rigolant.
« Raté planche à pain !! »

Pinçant sa fausse mouctache du bout des doigts, elle partit dans un éclat de rire machiavélique.

Poussant un hurlement de rage, Lulu commença à lui courir après mais fut rapidement stoppée par Naïa :
« Bas les pattes Lulu, comme Grigri sait qu’t’as pas une thune et pas grand-chose d’intéressant à m’offrir, elle m’a donné une idée géniale qui compensera amplement ta part pour service rendu ! »

Grinçant des dents, la p’tite brune demanda prudemment ce que c’était.

« C’est simple, tu vas porter ma robe la plus affriolante et la plus criarde que j’ai. Je suis sure et certaine que ma robe Prodo rose fluo et ultra moulante t’ira comme un gant ! »

Artémis éclata de rire, Grizelda frotta ses mains les unes contre les autres en murmurant « planche à pain rose, planche à pain rose » et Lulu…Lulu hurla au scandale :
« NON MAIS CA VA PAS LA TETE !!! ET PUIS QUOI ENCORE ?! TU NE VEUX PAS QUE J’Y AILLE AVEC UNE CORNE À PAILLETTE SUR LE FRONT NON PLUS !!!! »

Riant doucement Naïa répondit :
« Bien que l’idée soit tentante, je me contenterai de te voir habillée comme ça. C’est soit ça, soit tu restes sur le pas de la porte pendant que nous on va s’éclater comme des bêtes. Fais ton choix… »

Fulminant toujours, Lulu commença à faire tourner sa batte dans sa main, des envies de meurtres clairement visibles sur son visage. Décidant qu’il était grand temps d’intervenir, Artémis posa sa main sur l’épaule de son amie :
« Oh allez Lulu, ça restera entre nous, si tu veux je porterais un truc super court et ultra moulant aussi, comme ça tu seras pas toute seule. Et puis, le fluo c’est cool, tu seras la reine de la soirée et pendant que tu les distrairas par ton incroyable sexytude, je pourrais les dépouiller impunément. Et tout ça grâce à toi ! »

Gardant un air renfrogné, Lulu finit par sortir une tout petit minuscule ridicule :
« Okay… »

« Bien fit Naïa tout sourire, que le relooking commence !! »
Vingt minutes de grognements, insultes, coups et cris de douleur, Artémis et Lucrécya furent enfin prête. Lulu portait effectivement la petite robe Prodo rose fluo, ultra moulant et incroyablement courte. « C’est pas une robe c’est un putain de t-shirt ! » faisait-elle incessamment tout en tentant de marcher avec des talons de la même couleur que la robe. Artémis quant à elle avait opté pour une robe noire mi-cuisse ultra-moulant comme promis tout en cuir. Elle ajoutera plus tard sous les regards perdus de ses camarades : « Le cuir est la seule chose qui me tanne si profondément que j’en suis toute douce et souple après.»

« Vous êtes mes poufs de luxe les filles » hurla Grizelda avec un sourire plein de dents. Les empoignant par les bras, elle les mena jusqu’à leur destination.




Comment ça on est attaché ?! Comment ça c'est pour l'amour ?!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artemisrevan.tumblr.com/


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Médicomagie (Psychémage)
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 229
avatar
Griselda O'Neil

Messages : 934

Situation Amoureuse : Je suis célibataire, mais pas jalouse ! ♥

Sorts Connus : Aguamenti,
Desillusio,
Confringo,
Incarcerem,
Lashlabask,
Spero Patronum,
Calmos Pacificatum,
Rubeum Nasus,
Repulso,
Orchideus,
Subcingulus

Inventaire : Chocolat Cépamoi (x2)
Amortentia (x1)
Potion Contraceptive
Potion Miracle du bon Docteur Magouille (x3),
Tequila Magouillita,
Lait de poule du bon Docteur Magouille (x2)
MessageSujet: Re: B*tchy Girly Gang   Dim 26 Juil 2015 - 21:08




L'amour à l'Irlandaise,
C'est que je t'aime, je t'aime, je t'aime ! JE T'AIME ! cours
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

B*tchy Girly Gang

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wizardry & Occult Witchcraft University :: RPG :: Place Magnus Maximus Magouille :: Place & Resto U-