Image Image ImageAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 
Partagez | 
 

 Le loup avait les crocs...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Occultes
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 177
avatar
Malicia McGuire

Messages : 3371

Double Compte : Aucun !
Situation Amoureuse : Comme un ouragan qui passait sur moi... lol

Sorts Connus : Aguamenti,
Assurdiato,
Batrasempra,
Calmos Pacificatum,
Confundo,
Defodio,
Episkey,
Failamalle,
Ferula,
Gemino,
Impervius,
Incarcerem/Lashlabask,
Oubliettes,
Periculo Pugno
Portus,
Protego,
Protéiforme,
Tarentallegra,
Purée de pois,
Furunculus,
Mucus ad nauseam,
Duro,
Amplificatum,
Revigoré,
Elasticus

Inventaire : Chocolats Cépamoi (x5)
Essence de dictame (x5),
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Philtre de Requinquance (x5),
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Potion Tue-loup,
Rapeltout,
Tequila Magouillita,
Potion contraceptive
MessageSujet: Le loup avait les crocs...   Mar 29 Sep 2015 - 21:50

Le loup avait les crocs...
AVEC : Griselda, Marcus et Malicia
PRIVÉ / PUBLIC : Privé !
DATE : Mardi 9 février


Ça se bousculait pas mal sur l’Allée des Savoirs Interdits ce matin. Des étudiants de toutes les fraternités traînaient dans le quartier, des parchemins à la main, des livres dans l’autre. Des hiboux planaient au-dessus des têtes, en faisant pleuvoir des lettres, des colis, des beuglantes. C’était souvent comme ça le mardi. Tout le monde le savait : le lundi, c’était le jour maudit. Le jour où personne n’avait envie de travailler, le jour où on récupérait d’un gros weekend de fête. Le jour de la gueule de bois. Le mardi, c’était le jour où on s’activait enfin pour de bon. Enfin, si on avait pas fait la fête le lundi.

Donc, il y avait tout un tas de sorciers et de sorcières affairés ce matin-là. Ça se croisait dans tous les sens. Ça faisait mine d’être concentré sur le cours à venir. Ça s’éparpillait en ayant l’air préoccupé. Même si, et ça encore tout le monde le savait aussi, la seule chose que tous ces gens allaient faire, c’était attendre la fin des cours à midi. C’est qu’il n’y avait pas de temps à perdre, vous comprenez : on était bientôt mercredi ! Et mercredi, c’était le jour de la fête.

Un nuage de poussière s’éleva à quelques enjambées des élèves et certains levèrent la tête hors de leurs livres, qu’ils tenaient de toute façon pour la grosse majorité à l’envers. Le nuage se rapprocha. On aurait cru une minuscule tornade, qui fendit la foule en moins de deux, et décoiffa la moitié des gens :

-Pardon ! Pardon pardon ! Oups… Pardon ! Iiiih, désolée !

Une fois n’était pas coutume, Malicia courait. C’était pas vraiment sa spécialité. Elle aurait adoré être une de ces filles qui ont toujours l’air de courir au bord d’une plage de sable fin, les cheveux au vent, et le sourire au visage. Mais non. Quand elle courrait, Mali était toute rouge. Et ses pieds voulaient pas quitter terre. Ses cheveux s’enroulaient autour de sa bobine comme une barbiche de vieux sorcier gâteux, et ils finissaient toujours par lui boucher la vue et la faire trébucher. Mais aujourd’hui, c’était pas grave, la métisse prenait le risque. Parce qu’aujourd’hui, c’était le grand jour. Et qu’elle ne devait surtout pas être en retard ce jour-là.

Mais bon, la matinée été tellement chargée qu’elle avait de la chance de n’avoir raté que quelques minutes…

OoOoOo

♫ Toudoudou et un petit flash-back toudoudou…♪


La tête penchée en arrière, Malicia vidait lentement le contenu d’une fiole remplie d’un liquide violet gazeux et fluorescent jusqu’à ce qu’il ne reste plus une goutte. Elle reposa la bouteille dans la main de son psychémage et tira la langue de dégoût :

-Beuahaaa !

-Très bien, Fraü McGuire ! la félicita le Dr Froud, bienveillant. Es ist gutt ?

La zeta secoua la tête :

-Nein, c’était vraiment dégueu ! couina-t-elle.

-Ah ? J’aurai peut-être du rajouter plus de zucker…

Le Docteur prit quelques notes dans un carnet :

-Bian. Voilà qui devrait calmer vos problemen pour le moment. Si vous restez calme, les modifications ne devraient plus affecter que le bout de vos haar !

Il fit signe à Malicia de s’asseoir de l’autre côté de son bureau, et la métisse ne se le fit pas dire deux fois :

-J’espère que ça va fonctionner un peu mieux cette fois, fit-elle abattue. Parce que ça va bien faire dix fois que mes cheveux changent de couleur sans raison cette semaine… Heureusement, j’ai quasiment pas vu Lulu, mais Darius va commencer à penser que j’ai décidé de lâcher Sciences So pour me lancer dans une carrière de punk à chiens…

-Comme je vous l’ai expliqué, ces changements ne se font pas sans raison, Fraü McGuire. Vos cheveux se modifient parce que vous leur dites de changer !

-Mais j’ai jamais demandé ça ! s’agaça la métisse.

Elle remarqua que le bout de ses cheveux virait au rouge vif et essaya de se calmer un peu. Elle se mordit les lèvres :

-Et pour mes pouvoirs, vous pensez qu’ils vont revenir ?

-Evidemment, jeune Fraü ! Mais quand ? Cela est la vraie rätsel !

Malicia soupira. Ça faisait deux semaines que ses pouvoirs s’étaient envolés. Deux semaines qu’elle avait la tête pleine de questions horribles. Petit 1 : Myosopute avait-elle fait d’elle une crackmol jusqu’à la fin de ses jours ? Petit 2 : Si elle était vraiment devenue crackmol, comment allait-elle faire pour réussir ses exams de Sciences Sociales Sorcières ? Petit 3 : Vu qu’elle était crackmol, comment sa famille de sang-purs allait-elle réagir en l’apprenant ? Petit 4 : combien de temps il faudrait à son copain hyper élitiste et ennemi des moldus pour découvrir qu’elle était devenue crackmol ? Petit 4 b : combien de temps ça lui prendrait pour la quitter à ce moment-là ? Une minute ? Trois secondes ?

La zeta déglutit. Trois secondes, c’était sûr. Et encore. S’il transplanait, ça pourrait même aller plus vite.

-Ohmondieu. J’ai lâché Hazarvard pour venir à la WoW University, je me suis fait virer de ma première filière, je suis archi nulle dans la seconde, on a tué mon fléreur, j’ai pris de la drogue et maintenant je deviens crackmol ?

Malicia abattit sa tête sur la table et lâcha d’une voix qui partait dans les aigus :

-Ma vie est foutue. Foutue !

Le Dr Froud tapota son épaule et saisit une mèche de ses cheveux. Malicia y jeta un coup d’œil. Les pointes étaient devenue kaki. Avec des fourches noires.

-Ach, ne vous surmenez pas comme ça, jeune Fraü ! Soyez sérieuse : si vous étiez ein crackmol, vos haar ne réagiraient pas comme ça ! Et vous n’auriez pas conservé vos aptitudes en animagie ! Nein, le problemen est différent !

Le spécialiste en psychémagie s’assit sur le rebord de son bureau et alluma sa pipe :

-Que savez-vous de l’art de la métamorphose, Fräulein McGuire ?

La zeta releva sa tête du bureau, surprise.

♪ Toudoudou fin du flash back toudoudou…♫

OoOoOoO

Malicia jeta un coup d’œil à sa sablomontre et écarquilla les yeux : il fallait qu’elle arrête de penser à ce que le Dr Froud lui avait dit et qu’elle accélère ! La métisse prit une grande bouffée d’air et leva plus haut les genoux, en soulevant les plis de sa cape. Des étudiants la regardèrent passer en rigolant. Ouais, elle ressemblait vraiment pas à une de ces filles qui couraient au bord de la plage…

-Si seulement, je pouvais transplaner comme avant ! souffla-t-elle.

Elle finit par stopper devant le petit kiosque à journaux qui se tenait devant la Grande Bibliothèque et reprit son souffle quelques secondes. Elle releva la tête, les cheveux ébouriffés et ses yeux se remplirent d’émerveillement : il y avait du monde ! Il y avait tout plein de monde !

Mali essaya de remettre ses cheveux en place et se dirigea vers la foule sans trop y croire. Des dizaines d’étudiants s’amassaient devant le kiosque et leurs murmures gonflaient sous les fenêtres du grand bâtiment rempli de livres. La métisse se faufila entre les sorciers et tendit l’oreille. Elle avait attendu ça toute la semaine et cette fois, le moment était là ! Myosotouffe et Magouille allaient enfin s’en prendre plein la mouille !

La métisse serra les poings, déterminée. Elle avait séché quasi tous ses cours. Elle avait travaillé sans relâche pendant des jours, et maintenant, tout était dévoilé en première page de son journal, le Magyar Déchaîné. Tout le monde allait savoir que le doyen s’était fiancé à une étudiante, et qu’il avait recours à la magie noire. Combien de temps ça prendrait pour qu’il se fasse virer ? Une minute ? Trois secondes ? Si les aurors transplanaient, ça pourrait prendre même moins !

Malicia tendit l’oreille : il lui avait tardé toute la semaine d’entendre ce que les autres étudiants diraient en apprenant la nouvelle ! Alors, elle ne comptait pas en perdre une seule miette ! La métisse sourit, surexcitée. C’était son premier scoop ! Enfin, si on oubliait le fait d’avoir montré les fesses du doyen à tout le monde en décembre…

Quelques phrases lui parvinrent enfin et Mali cessa direct de sourire :

-Non mais écoutez-moi ça ! Le lavande revient à la mode ! Moi qui croyait que la couleur de la semaine serait le turquoise, j’avais encore tout faux !

-Pas si tu le portes en ceinture comme les Bizarr’Sisters ! Regarde tout est expliqué ici !

Malicia ouvrit la bouche, interloquée :

-Turquoise ? Bizarr’Sisters ?

Elle se fraya un chemin jusqu’au comptoir. Mais de quoi ils parlaient tous ces gens ?! Elle s’approcha du vendeur du kiosque :

-Euh… pardon, est-ce que… commença-t-elle.

-Désolé, on est en rupture de stock.

-De stock ? Mais pour quoi ? Pour le Magyar Déchaîné ?

L’étudiant se mit à rigoler :

-Pour… quoi ? Ah, elle est bonne celle-là ! Non, on est en rupture de stock de « Vague » !

Il montra à la zeta une affiche :

-Vague ? demanda Mali. Mais c’est quoi ?

Plusieurs personnes se tournèrent vers elle et la regardèrent de bas en haut en chuchotant :

-T’as entendu, elle connaît pas Vague !

-Ouais, si tu veux mon avis, ça se voit…

-T’as vu ses fringues ?

-Et ses cheveux ?

La zeta essaya de se repeigner d’un coup de main.

-Tiens, tiens… regardez qui voilà !

Pansy Parkinson se rapprocha d’elle, suivie, comme toujours d’Amalia Jones :

-Alors Mali, on essaye de trouver une copie de notre magazine ?

-Ah la la, si tu savais, continua Amalia en tournicotant une mèche de ses cheveux brushés, l’air plus bête que jamais. Vague a tellement de succès depuis qu’on l’a lancé qu’on ne s’est plus quoi faire… Pas vrai, P ?

Pansy acquiesça :

-Crois-le ou pas, mais A a énormément de talent. pérora-t-elle alors qu'Amalia regardait en l'air la bouche ouverte sans lâcher sa mèche de cheveux. On double nos tirages à chaque édition !

La lèvre inférieure de Malicia trembla :

-Vous doublez vos tirages ?

-Et oui. C’est comme ça. Ricana sa consoeur zeta. Il y a deux sortes de filles dans la vie : celles qui ont un cerveau et qui savent s’en servir et celles qui n’ont que leur mec pour se rendre intéressantes !

-Ah la la, et moi qui suit toujours avec Jasper… s’affola Amalia de sa voix très lente. Quand va-t-il comprendre que j’ai aussi un cerveau ?

Pansy se figea en silence, rouge de honte.

-Ferme-la, A. persiffla-t-elle. Viens, on se tire.

Les deux pimbêches s’en allèrent saluer leurs fans et Malicia soupira, en se retournant vers le vendeur :

-Une copie du Magyar déchaîné, s’il-vous plait. Fit-elle en lui donnant de la monnaie.

Du bout du menton, l’étudiant lui montra une poubelle dans laquelle s’entassaient des gobelets du McGo et des journaux :

-Les trois exemplaires que j’ai commandés et que j’ai vendus à moitié prix sont là-bas.

Malicia se précipita vers la corbeille, horrifiée et saisit un exemplaire :

-Mais… pourquoi ils l’ont jeté ?

-Parce que c’est un fichu torchon, voilà pourquoi ?

La zeta écarquilla les yeux :

-Comment ça un fichu torchon ?! C’est le seul journal qui dit la vérité dans cette fac corrompue ! Tout ce qu’il y a dedans a été prouvé !

Encore une fois, le sorcier ricana bruyamment :

-Ah ouais ? Comme le numéro de l’autre jour : «Le râteau de Willy Gazon est un alien de la planète vulcain » ?! Ou celui qui disait que les moustaches du doyen avaient leur propre vie et étaient les vrais maîtres de l’université ?!

Le jeune vendeur s’esclaffa jusqu’à en devenir rouge :

-C’est pas pour rien que je commande à chaque fois que trois exemplaires du Magyar ! Y’a que trois personnes qui l’achètent : un vieux taré qui parle à sa chaussette, un club de Pi Omicron Pi adeptes de la Théorie du complot qui rigolent devant comme des bossus, et Willy Gazon, qui s’en sert comme papier toilette dans son cabanon !

Malicia regarda la couverture de son journal. Il y avait bien son article à la une, mais il était illustré par un gros plan flou du doyen qui dormait à son bureau, en faisant des bisous à une bouteille de whisky pur feu. On aurait pu compter ses chicots !

En dessous, en lettre criardes, le titre qu’elle avait choisi n’avait pas été changé : « Le Docteur Magouille fiancé à une étudiante, grâce à la magie noire ! ». Seulement, il était entouré d’autres articles racoleurs comme « Lady Cracra : son idylle avec un hyppogriffe !!! », « Le gouvernement place des mouchards dans les frites du McGonagald’s !!! », « Des botrucs cannibales élevés en secret dans les bâtiments de magizoologie !!! » qui lui faisaient perdre toute crédibilité !

C’était pas possible ! Qu’est-ce qui s’était passé ? C’est sûr, avec tout ce qui lui était tombé sur la tête ce début d’année, Mali avait délaissé son journal et n’avait pas pu écrire depuis des siècles. Mais alors, pourquoi le Magyar était-il paru aussi souvent pendant son absence ? Qui avait repris les rennes et avait fait de son magazine un foutu torchon ?
La métisse ouvrit le journal et lut rapidement quelques lignes à l’intérieur. En dessous de « Responsable Editorial Remplaçant », il y avait un nom.

Mali releva la tête en chiffonnant les bords de la feuille de chou, l’œil agité de tics nerveux et les pointes de ses cheveux à nouveau rouges :

-Grrriselda O’Neil.





Mes RPs du Moment !


Broken Mirror, avec Lucrécya Rincevent

Days before you came, avec Darius Lestrange
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2RvWE


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Médicomagie (Psychémage)
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 229
avatar
Griselda O'Neil

Messages : 934

Situation Amoureuse : Je suis célibataire, mais pas jalouse ! ♥

Sorts Connus : Aguamenti,
Desillusio,
Confringo,
Incarcerem,
Lashlabask,
Spero Patronum,
Calmos Pacificatum,
Rubeum Nasus,
Repulso,
Orchideus,
Subcingulus

Inventaire : Chocolat Cépamoi (x2)
Amortentia (x1)
Potion Contraceptive
Potion Miracle du bon Docteur Magouille (x3),
Tequila Magouillita,
Lait de poule du bon Docteur Magouille (x2)
MessageSujet: Re: Le loup avait les crocs...   Mar 6 Oct 2015 - 20:56

La porte du minuscule (et lugubre) petit bureau qui servait de quartier général au Magyar Enchaîné s'ouvrit avec fracas, et une furie métissée aux cheveux zarbis entra en trombe :

-GRISELDA O'NEIL !!!

Cette dernière, assise à l'une des trois uniques chaises de la salle de rédaction, était en train de fixer son reflet dans son miroir à double sens, en réajustant la longue perruque blonde qu'elle s'était posée sur le crâne. Elle releva la tête, aperçut Malicia, et sa face au teint jaunâtre se fendit d'un large sourire reptilien.

-Heeey, ma Malichouquette à la crème de cacahuètes, ça va bien ?
-Non, pas du tout !!! Répondit cette dernière, agitée. Qu'est-ce que t'as fait ?!

La garçonne leva les bras, nonchalamment.

-Non mais c'est qu'une perruque que je mets depuis peu parce que j'ai fait quelques jours de prison et mon papounet m'a payé ma caution et j'ai été libérée mais je m'en veux parce que j'avais vraiment trop bu alors hop je suis blonde pour pas que la Reine me reconnaisse, dit-elle à toute vitesse, et sans prendre la peine de respirer.

La Zeta s’apprêtait à crier quelque chose, mais son esprit buta sur l'illogisme de la réponse de Gri.

-Attends... quoi ?!
-Non mais c'est qu'une perruque que je mets depuis peu parce que j'ai fait quelques jours de prison et mon papounet m'a payé ma caution et j'ai été libérée mais je m'en veux parce que j'avais vraiment trop bu alors hop je suis blonde pour pas que la Reine me reconnaisse, répéta l'Irlandaise, sur le même ton.
-La Reine ?
-La Reine d'Angleterre, patate ! Qui d'autre ?

L'ex-Gryffondor préféra laisser tomber, et à raison.

-Moi je te parlais de ÇA ! C'est toi qui as fait ça ?!

Elle brandit le dernier numéro du Magyar, juste sous le nez de Griselda, qui se mit à pouffer de rire :

-Aaah oui c'est de moi. Ne me remercie pas.
-Te remercier ??? Manqua de s'étrangler la métisse. Pourquoi je voudrais te remercier ???
-Ben, parce que j'ai amélioré ton numéro ! Heureusement que je suis tombée dessus avant qu'il passe au sortilège d'impression, hein ! Parce que ta photo du Doyen elle était pas assez racoleuse ! Et ton article... j'y ai pas touché parce que je voulais pas être méchante, mais il est pas super crédible.
-Pas crédible ?! Mais c'est la vérité ! J'ai enquêté et j'ai pris des risques pour obtenir des aveux de Myosotis !
-Pas crédible, insista l'irlandaise. A qui tu vas faire croire que Doc Moustache s'est marié ? En plus dans ton article tu racontes qu'il est allé à Azkaban et qu'il s'en est enfui, n'importe quoi !
-Mais il s'est enfui d'Azkaban ! s'insurga Mali. C'était dans tous les journaux ! Ca a même fait la une de la Gazette du Sorcier !
-Tut tut tut on me la fait pas à moi. C'est pour ça que j'ai rajouté des articles plus susceptibles de plaire au public dans ton édition soi-disant spéciale ! T'en fais pas j'ai l'habitude, je fais ça chaque semaine !

Malicia ressentit soudain le besoin urgent de s'asseoir ; elle se laissa tomber sur la chaise, face à la garçonne aux yeux exorbités.

-Chaque semaine....
-Oui ! S'entousiasma la cinglée. Je sors le Magyar Déchaîné toutes les semaines, trois fois par semaine ! J'ai commencé dès le lendemain du jour où toi, moi et Lulu la Berlue on l'a crée ! Ce qui fait que j'ai sorti...
-... au moins vingt-deux numéros, lâcha Malicia d'une voix blanche.
-Wouah, tu comptes drôlement vite ! Tu aurais du venir chez les Pi Omicron Pi !

Mais la métisse dépitée ne l'écoutait pas : elle était trop occupée à prendre sa tête entre ses mains et à la secouer, désolée.

-Mais pourquoi tu as sorti le journal sans me le dire ?!
-T'avais l'air occupée et je m'ennuyais, pardi ! Mais t'inquiète, c'était toujours de bon goût, regarde !

D'un coup de baguette, Griselda ouvrit le tiroir d'un meuble brinquebalant et vermoulu, et fit voler jusqu'à elle des dizaines et des dizaines de journaux, qui s'étalèrent sur la table. Sous des photos sempiternellement floues et mal cadrées, des titres flashy clignotaient, clamant des inepties telles que «La vérité sur les chapeaux du Doyen : ils cacheraient son mega-cerveau extra-terrestre ! », « L'Elfe de Maison empoisonneur de la WOW : votre prochain repas au Resto U pourrait bien être votre dernier !!! », « La secrétaire de la fac : big foot, reptilienne ou femme-crabe ? Des révélations ahurissantes page 2 !!!», « Idylle secrète entre une Zeta et le Kelpy : toutes les photos de leur romance, en exclusivité !!! » ou bien « Tout sur le Dragon de Jade, la secte new-age qui gouverne la fac en secret !!! »

Grigri sourit, fière d'elle. Elle croisa le regard horrifié de son amie, et rajouta en soupirant à moitié :

-Bon, je te l'accorde, certains sont moins bons que d'autres, mais c'est parce qu'à l'époque j'étais schizophrène et je croyais même que j'avais un Lethifold comme animal de compagnie, dingue non ? Mais depuis que je suis guérie guérie guérie, le Magyar est encore meilleur !

Elle tendit un numéro à une Malicia bouche bée, statufiée par l'état de choc :

-Ça c'est notre record de vente, avec tiens-toi bien : cinq numéros ! Bon, il parait que ce jour là Willie Gazon avait choppé une intoxication alimentaire, mais ça compte quand même !
-« Tout sur la Veuve Noire de la WoW : l'étudiante innocente cache bien son jeu ! Elle croque les hommes... et leur dévore le cœur !!! ».. lut la métisse. Oh mon Dieu... ! Mais c'est moi ça ?!

Elle désigna sur la couverture une photo d'elle peu avenante, en peignoir et cheveux en pétard, visiblement prise à la sauvette, un matin au réveil.

L'Irlandaise réprima un bâillement :

-Ah oui c'est possible.

Incrédule, Malicia secoua la tête pendant de longues, longues minutes. Et finalement, elle articula :

-J'avais des projets pour le Magyar Déchaîné ! De grands projets ! Sans compter que c'était grâce à ce journal que je devais faire tomber Magouille...

Elle ferma les yeux quelques secondes, se redressa, et fronça les sourcils :

-Bon, je suis sûre qu'on peut rattraper ça ! Il faut juste redonner un peu de dignité aux prochains tirages, et surtout, que tu n'écrives plus un seul des articles !
-Ok ! s'enthousiasma Gri, enflammée par la motivation de la Zeta. On va le rendre encore meilleur !
-Et tu promets de plus rien écrire ?
-Oh, si tu veux. De toutes façons je suis plus douée pour la photographie.

Malicia jeta une oeillade aux unes disposées devant elle : toutes les images de ces feuilles de chou étaient, sans exception, floues, troubles et mal cadrées. Sur nombre d'entre elles, on pouvait apercevoir le pouce de Griselda, qui gâchait la vue.

-Si tu le dis... lâcha la métisse, en grimaçant.
-Pour la photographie, et pour légilimancer les gens à leur insu pour découvrir leurs secrets, aussi ! Précisa la garçonne.

La métisse hocha la tête :

-Si tu veux mon avis, tu devrais te cantonner à la légilimancie...
-Okidoki !

Malicia se frotta le menton, pensive :

-Oui, ça devrait pouvoir le faire ! On va redonner des lettres de noblesse à notre Magyar !
-Ouais !
-Plus d'histoire abracadabrantesques sur des extra-terrestres ou des reptiliens !
-Ouais !
-Que des infos sérieuses et vérifiées !
-Ouais !
-Peut-être même du papier de meilleur qualité...
-Ouais !
-Peut-être même revoir le logo et le lettrage !
-Ouais !
-Et un photographe professionnel, évidemment.
-Ouais !
-Et on va faire de la publicité, plein de publicité !
-Ouaiiis !

Ragaillardie par ses idées, la métisse osa enfin sourire :

-Allez, on a du pain sur la planche ! Combien on a à disposition pour tout ça ?

Griselda, qui s'apprêtait à crier à nouveau « Ouais ! », se figea, les bras à moitié en l'air.

-Combien on a de quoi ? demanda-t-elle.
-Ben, il reste combien des fonds qu'on avait réussi à lever pour le lancement du Magyar ?
-Aaaah, tu parles de la cagnotte ? rigola la fofolle.
-Oui !
-Ben y'a plus rien.

Malicia accusa le coup en cillant.

-Plus rien ? répéta-t-elle.
-Pas même une mornille ! C'est que ça coûte cher de sortir trois numéros par semaine, eh oh ! fit l'Irlandaise en croisant les bras.

La métisse laissa tomber sa tête contre la table, puis l'enfouit entre ses bras en gémissant et en grognant à la fois.
Griselda leva un doigt guilleret :

-Mais y'a un moyen de nous renflouer.
-Quoi ? Tu veux que je vende un rein, ou ma vertu ? geignit Mali à travers ses bras.
-Oh, dans ce cas je te conseille ta vertu, tu peux la vendre plusieurs fois pendant des mois et des mois alors que ton rein tu en as que deux, une fois vendus hop c'est fini.

La Zeta releva sa tête, et jeta un regard noir à son interlocutrice, qui ne s'en formalisa pas et continua.

-Non ce que je voulais dire c'est que pour nous renflouer, on pourrait faire un numéro du Magyar avec une histoire tellement passionnante que tout le monde se l'arrachera et qu'on battra même les ventes de Vague !
-Une histoire comme par exemple des révélations sur le Doyen, Myosotis et de la magie noire ? pesta Malicia.
-Ouiiii ! S'enthousiasma Griselda. Ca aurait été génial ça !!!... Mais ça tu l'as déjà fait alors va falloir trouver mieux.
-Trouver mieux ? s'emporta la métisse. Et comment ? Tu crois que quelqu'un avec une histoire parfaite pour un article va débarquer ici ? Comme par hasard ?

Aussitôt, quelqu'un frappa à la porte, et l'Irlandaise sourit de toutes ses dents :

-Oui, j'en suis sûre ! fit-elle.



L'amour à l'Irlandaise,
C'est que je t'aime, je t'aime, je t'aime ! JE T'AIME ! cours
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Marcus Flynn

Messages : 536

Situation Amoureuse : tout va bien ! Ma femme va revenir, que j'vous dis !

Sorts Connus : Aguamenti,
Assurdiato,
Defodio,
Episkey,
Inflammarae,
Pointe au Nord,
Protego,
Repulso,
Revigor,
Spero Patronum,
Confringo,
Hominum Revelio,
Cave Inimicum


Inventaire : Chocolat Cépamoi (x2)
Philtre de Requinquance (x2)
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x7)
Lait de Poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x5)
Tequila Magouilita (x2),
Onguent d'amnésie du Dr Oubbly,
Scrutoscope,
Glace à l'ennemi

MessageSujet: Re: Le loup avait les crocs...   Lun 12 Oct 2015 - 19:20

Marcus ouvrit la porte, à laquelle il venait de frapper, et entra d'un pas assuré et nerveux dans la vaste pièce qui s'offrit à lui :

-Mes gaillards, j'ai b'soin d'aide !

Il baissa les yeux sur les deux jeunes femmes, qui, assises à une longue table, le fixaient avec étonnement.

-Euuuh... ? commença celle à la peau brune.

-Ah désolé, j'voulais dire : mes gaillardes, j'ai b'soin d'aide !

Les deux filles se levèrent, et se rapprochèrent du nouvel arrivant en le scrutant comme une bête bizarre :

-Ah la la oui, tu as besoin d'aide ! Lâcha l'étudiante noire, les yeux écarquillés. Qu'est-ce qui t'as pris de porter du kaki avec du parme ? Et pourquoi pas du saumon avec du cyan tant que t'y es ! Rajouta-t-elle en pâlissant à cette idée.

-Heing ?

-A. a raison : c'est pas parce qu'on est un Pi Alpha Fi qu'il faut se laisser aller ! Montre-nous un peu tes cuticules ?

-Mes quoi ?!! s'offusqua Marcus, le feu aux joues.

-Oh la la, et le motif treillis militaire, ça a dix ans de retard ! Fit la première.

-T'es daltonien ou quoi ? Cracha la seconde. Même mon grand-père myope choisit mieux ses couleurs que toi !

-Oh la la la la, P., je me sens presque aussi mal que la fois où le Doyen a fait ce discours où il portait son pantalon à velours rayé vert asperge sur sa jaquette écossaise rouge grenat, le tout sous une veste grise délavée !

-Heing ??? glapit Flynn.

La plus agressive des deux fronça les sourcils :

-Et tes cheveux ! C'est quoi ce travail ?! Ca t'arrive de les laver ?

Marcus haussa les épaules :

-Ca peut m'arriver de prendre une douche par ci par là, ouais....

-Ah la la par contre tu as une peau parfaite ! S'extasia la seconde. C'est dingue ah la la, tu utilises des lotions astringeantes au pus de bubobulbs, non ?

Marcus bomba le torse, fier de lui :

-Ah ben ouais, j'utilise les crèmes de nuit de ma femme, et les anticernes aussi ! J'trouve que ça me donne un teint de pêche, et du coup j'ai plus confiance en moi, et... mais attendez voir, chuis pas venu là pour ça moi ! J'ai besoin d'votre aide ! J'ai b'soin que vous enquêtiez pour moi, comme dans votre canard !

La nommée P. croisa les bras :

-Une enquête sur les crèmes de nuit et les anticernes ? On l'a déjà fait !

-Ah la la oui ! C'était dans notre dernier numéro de Vague !

Marcus plissa les yeux :

-Vague ? C'est quoi ça Vague ?

-C'est notre journal, pardi !

Le PAF parut déçu :

-Ah c'est pas vous qu'avez écrit ça ?!

Marcus tendit aux deux filles le journal qu'il tenait à la main : dessus, on pouvait voir un gros plan beaucoup trop gros, et bien trop flou du Docteur Magouille en train de dormir, et de la bouteille de bibine qui lui servait de doudou. Au dessus, en Comic Sans MS rose fluo et clignotant, un titre clamait : « Le Dr Magouille fiancé à une étudiante grâce à la magie noire ! »

Les deux amies grimacèrent comme une seule sorcière :

-Ah la la mais quelle horreur !

-Non mais t'as cru qu'on avait un rapport avec ce torchon ???

Flynn tordit la bouche :

-Mais dans le journal, l'adresse du siège du Magyar Déchaîné, c'est au 34,6 Allée des Savoirs Interdits, Premier étage de la Maison des Clubs, première porte à gauche ! C'est bien ici, non ?

-Nan ! Ici c'est «34,6 Allée des Savoirs Interdits, Premier étage de la Maison des Clubs, deuxième porte à gauche !» ! Essaye à côté !

Les deux le poussèrent hors de la pièce, et lui claquèrent la porte au nez. Marcus se frotta la tête, un peu perdu. Il ne lui semblait pas avoir vu une autre porte que la jolie en bois blanc laqué qu'on venait de lui refermer à la face. A part bien sur, l'autre toute moisie du derche, là, sur le côté. Mais c'était à tous les coups un placard à balais, ça. Ou des toilettes désaffectées.

A tout hasard, il tenta trois petits coups dessus avec son poing. Et, à sa grande surprise, la porte s'ouvrit, laissant place au visage bienheureux d'une Irlandaise fantasque qu'il ne connaissait que trop :

-Héééé, salut m'sieur Castor !

-Salut O'Neil, répondit-il. T'es blonde maintenant ?

-Ouaip c'est pour pas que la Reine me reconnaisse ! Mais viens, entre !

Griselda le tira en avant en gloussant de rire, et l'assit d'autorité sur une chaise. Marcus, étonné, tourna la tête vers la personne affalée sur le siège d'à côté :

-Salut Bouftout ! Alors toi aussi tu écris pour le Magyar Déchaîné ? Dingue !

La métisse, la tête entre les mains, geignit douloureusement, sans répondre quoique ce soit de compréhensible.

-ALORS ?! T'AS UNE HISTOIRE ?! S'enthousiasma Gri, en bondissant sur la chaise face à Marcus.

Ce dernier recula prudemment :

-P't'être bien. Mais j'ai surtout besoin de votre aide !... enfin, si c'est bien vous qui écrivez le Magyar. J'adore cette feuille de chou ! J'le lis tout le temps !

Mali releva la tête :

-Tu achètes le Magyar ? S'étonna-t-elle.

-Ah nan, faut pas déconner, ricana le musculeux étudiant. Mais je sais dans quelles poubelles le trouver. En général ça me fait bien marrer... mais le dernier numéro, celui d'aujourd'hui, ouah ! Rien à voir avec les conneries de d'habitude ! Ca c'est du pur journalisme qui prend des risques et tout !

La métisse ouvrit des yeux ronds :

-C'est vrai ? Tu le penses vraiment ?

-Ah ben ouais ! affirma le PAF. Ca dénonce et ca ose, franchement chuis resté sur le cul. C'est pour ça que je suis venu vous voir, vous ! J'ai besoin qu'on m'aide à enquêter sur un truc chelou, et c'est de vrais putains de journalistes d'investigation comme vous qui me faut ! Des vrais qui osent !

Mali sourit :

-Merci Minus. Ca me fait plaisir de voir qu'une personne au moins a été touché par mon article sur le Doyen.

Marcus leva un sourcil :

-Ton article sur le Doyen ? Ah nan, moi je parlais de la révélation sur Lady Cracra et son hippogriffe ! Ton truc sur Magouille, désolé, mais ça fait pas très crédible.

Malicia resta figée quelques secondes. Puis, elle cligna des yeux à outrance, comme si elle ne croyait pas ce qu'elle venait d'entendre.

-Qui que... quoi ?!

Le Pi Alpha Fi leva les bras nonchalamment :

-Ouais, ok, tout le monde dans la fac sait que le doc Magouille se tape Grandiflore, mais de là à se fiancer, sérieux ? En plus il est allé à Azkaban mais il était innocent, c'était dit dans la Gazette du Sorcier. Et il a même pas porté plainte ni rien, c'est plutôt classe de sa part. J'pense que c'est un chic type au fond, alors tes histoires de magie noire ça tient pas la route deux secondes.

Le visage de la métisse s'était décomposé :

-T... t'es serieux ?!

-Alors que Lady Cracra et son hippo... ça c'est du lourd ! Tout le monde le sait, et personne n'ose en parler ! Merci d'être les premiers à le faire, mes gaillardes !

Il leva son pouce, un sourire tout en dents aux lèvres.

Alors que Malicia ré-enfouissait sa tête entre ses bras en grommelant, Griselda hocha frénétiquement la tête :

-De rien cher lecteur, c'est notre devoir de faire éclater la Vérité ! Et sinon ? En quoi on peut t'aider ?

-Ah ouais c'est vrai.

Marcus plissa les yeux, soudain sérieux :

-Je crois qu'il y a un monstre dans ma classe...



On va poutrer du zombie !!!


Mes RPs du Moment !



Les aventuriers de la mémoire perdue, avec Malicia "Bouftout" McGuire et Doc Magouille

Bro of the dead, avec Drago Malefoy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Occultes
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 177
avatar
Malicia McGuire

Messages : 3371

Double Compte : Aucun !
Situation Amoureuse : Comme un ouragan qui passait sur moi... lol

Sorts Connus : Aguamenti,
Assurdiato,
Batrasempra,
Calmos Pacificatum,
Confundo,
Defodio,
Episkey,
Failamalle,
Ferula,
Gemino,
Impervius,
Incarcerem/Lashlabask,
Oubliettes,
Periculo Pugno
Portus,
Protego,
Protéiforme,
Tarentallegra,
Purée de pois,
Furunculus,
Mucus ad nauseam,
Duro,
Amplificatum,
Revigoré,
Elasticus

Inventaire : Chocolats Cépamoi (x5)
Essence de dictame (x5),
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Philtre de Requinquance (x5),
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Potion Tue-loup,
Rapeltout,
Tequila Magouillita,
Potion contraceptive
MessageSujet: Re: Le loup avait les crocs...   Sam 24 Oct 2015 - 16:00

-Un monstre ?!

Comme un diable à ressorts, Griselda bondit sur sa chaise, les deux mains plaquées sur la table bancale de la rédaction. Elle avait les yeux exorbités. Bon d’accord, elle avait plus ou moins tout le temps les yeux exorbités. Mais là, ses yeux étaient grands ouverts, comme deux grosses soucoupes volantes remplies à ras bord de bonhommes verts prêts à conquérir la planète. Sa perruque glissa et elle la rattrapa en un coup de main :

-T’as bien dit un monstre ?! demanda-t-elle en la reposant. De traviole.

Minus s’adossa à sa chaise, les bras croisés derrière la nuque :

-Ouaip !

-Un vrai de vrai ?!

Le PAF recula un peu plus, et mis ses pieds sur la table :

-Et ouaip ! se vanta-t-il.

La POP s’avança :

-Un vrai de vrai de vrai ?!

-Ouaiiip ! s’exclama Minus en se balançant sur sa chaise.

-Un vrai de vrai de vrai de vrai ?!

-Ouaip ouaip ouaip !

-Dans ta classe ?

-Comme j’te dis, ma gaillarde !

L’un des pieds de la chaise qui supportait Marcus se cassa sous son poids. Le PAF se rattrapa à la table, et, tout en souriant de toutes ses dents, fit semblant d’être encore assis, pour garder le peu de classe qu’il lui restait. C’était raté. Mais heureusement, Griselda ne le vit pas :

-T’as entendu, Malilili ! Y’a un monstre dans la classe de M’sieur Castor !

Lentement, très lentement, Malicia releva la tête de la table. Elle regarda Gri. Puis sa perruque de traviole. Puis Minus. Puis la chaise cassée en mille morceaux à ses pieds. Puis le cagibi tout pourri qui servait de rédac’ à son journal encore plus tout pourri. Puis Gri encore. Puis Minus. Puis Gri. Puis ses cheveux. Les pointes changeaient de couleur. Comme les guirlandes d’un sapin de Noël bon marché.

Elle grimaça et se remit à se cogner doucement la tête contre son bureau rempli de journaux invendus, tous couverts de photos floues racoleuses et de comic sans ms pailleté :

-Tant que j’ai la santé… Aïe… tant que j’ai la santé…

-Mais t’as mieux que ça, Malilili ! T’as un scoop !

Griselda épousseta un coin de bureau pour s’y asseoir, et fit tomber par terre une bonne dizaine de journaux. Il y avait une photo de Mali qui fouillait sous son canapé en première page. Une photo qui zoomait sur la raie de ses fesses, qui dépassait de son jean trop petit. Ça avait pour titre : « Elle tue le Doyen et cache son cadavre dans son salon ». Et c’était placé juste à côté d’un article qui clamait « Le Doyen en vacances naturistes avec le zombie d’Albus Dumbledore : les photos choc ! ».

-Les affaires reprennent !  lança l’irlandaise, en tapant dans ses mains avec bonne humeur. Captain Castor nous amène l’info du siècle ! Et avec ça on va pouvoir renflouer nos caisses, et peut-être même rembourser notre négatif !

-On est en négatif ?! geignit Malicia en relevant un peu la tête.

-Ben oui, Malilili, il fallait bien que j’achète cette perruque en véritables poils d’aisselles de Lady Cracra pour semer la Reine. Suis un peu !

La zeta se cogna à nouveau le crâne contre la table en gémissant.

-Et si on se débrouille bien, on peut même manipuler Castor pour qu’il nous raconte son histoire gratuitement ! Et ensuite on gardera toutes les recettes et la gloire du journal pour nous !

-Mais pourquoi tu dis ça ?! Il est à deux centimètres de nous ! paniqua Mali en pointant du doigt le PAF.

Griselda leva les yeux au ciel :

-Oh ça ? Il est beaucoup trop occupé à faire semblant d’avoir une chaise pour faire attention à ce que je dis, pas vrai Castor ?

Le sourire de Marcus se crispait un peu plus chaque seconde :

-Grave ! lança-t-il, figé comme une statue, une goutte de sueur perlant sur son front.

-Tu… tu veux pas une autre chaise ? demanda Malicia, inquiète. Une qui soit pas cassée ?

-Non ! s’étrangla le PAF.

Griselda fit apparaître un tabouret sous ses fesses et il s’y laissa tomber lourdement :

-Ah ! lança-t-il, un peu honteux, après avoir repris son souffle. Rien de tel qu’un siège cassé pour bosser ses abdos ! J’vous le dit, moi !

-Et si tu nous racontais ton histoire, qu’on rembourse notre négatif, Castor ? le coupa la POP.

-C’était une nuit sans lune ! attaqua sans se faire prier le capitaine avant d’hésiter. Enfin, non, c’était de jour…

Il porta son index à ses lèvres et leva les yeux vers le plafond :

-Ah mais non, il était dix sept heures ! Donc il faisait bien nuit !

Il hocha la tête :

-Oui, c’est ça : il faisait nuit.

Un long silence suivit.

-…j’vais prendre mon carnet, hein... Lâcha Malicia, blasée, au bout d’un moment.

Elle se leva et on entendit ses pas s’éloigner, alors que Griselda et Minus l’attendaient sagement. Elle revint doucement et s’assit :

-Donc il faisait nuit ? reprit-elle.

-Et comment qu’il faisait nuit ! s’emballa Marcus en parlant avec les mains. Mais c’est pas ce qui est vraiment important dans l’histoire. Ce qui est important c’est…

-C’est quand qu’il arrive le monstre ? le coupa Griselda.

-Hein ? Quel monstre ? demanda le PAF.

-Celui qui est dans ta classe. Répondit l’irlandaise.

Marcus bondit sur ses pieds, affolé, les poings serrés et prêts à frapper :

-Le monstre qui est dans ma classe arrive ?!

-Ben oui.

-Maintenant ?!

-Ben non, pas maintenant, patate. Avant.

-Ah.

Rassuré, le PAF se rassit et regarda deux secondes ses mains avant de demander :

-Avant quoi ?

-Avant que tu viennes ici. Lui répondit Griselda, sûre d’elle. Sinon, pourquoi tu serais venu nous voir pour nous dire qu’il y avait un monstre dans ta classe ?

Elle se pencha vers Malicia et lui souffla à l’oreille suffisamment fort pour que Marcus entende :

-Si tu veux mon avis, son info, c’est de l’intox.

Le PAF ouvrit des yeux paniqués :

-J’vous jure que c’est pas de l’intox, mes gaillardes !

-Bien sûr que non ! Répondit la POP en souriant.

Elle se tourna vers Mali, comme si elle n’était pas vraiment dupe :

-Si...

-Ok ! On arrête !

La zeta venait de lever les mains en l’air :

-C’est du grand n’importe quoi et franchement le Magyar Déchaîné n’a pas besoin de ça ! lança-t-elle. On a besoin de vrais reportages, avec de vraies photos et sans police d’écriture pourrie pour attirer plus de lecteurs et leur dire la vérité sur ce qui se passe vraiment dans cette fac ! On veut reprendre ce journal en main, pas le couler avec des histoires de monstres bidons bonnes pour les moins de 7 ans !

-Des histoires de monstres bidons ?! s’énerva Marcus. Et si c’était bidon, comment t’expliques ça ?

Il tendit à Malicia une photo sur laquelle on pouvait voir la salle d’entraînement d’aurorologie appliquée. La métisse y jeta un coup d’œil et agrippa l’image en écarquillant les yeux :

-Oh. Mon. Dieu. C’est un punching ball ?

-Ouaip.

-Et quelque chose l’a éventré ?

-Ouaip.

-D’un seul coup de griffe ???

-Et ouaip.

-J’en connais une qui doit regretter d’avoir mis en doute les paroles de Monsieur Castor… chantonna Griselda en regardant en l’air.

Malicia déglutit, un peu effrayée par ce qu’elle regardait :

-Oh mon dieu, Minus. Y’a… y’a vraiment un monstre dans ta classe !

-Comme j’te le dis, Boufftout.

Marcus posa sa main sur l’épaule de la zeta, soudain très sérieux :

-Alors, elle est toujours bidon mon histoire, ou je vous montre ça en vrai ?





Mes RPs du Moment !


Broken Mirror, avec Lucrécya Rincevent

Days before you came, avec Darius Lestrange
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2RvWE


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Médicomagie (Psychémage)
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 229
avatar
Griselda O'Neil

Messages : 934

Situation Amoureuse : Je suis célibataire, mais pas jalouse ! ♥

Sorts Connus : Aguamenti,
Desillusio,
Confringo,
Incarcerem,
Lashlabask,
Spero Patronum,
Calmos Pacificatum,
Rubeum Nasus,
Repulso,
Orchideus,
Subcingulus

Inventaire : Chocolat Cépamoi (x2)
Amortentia (x1)
Potion Contraceptive
Potion Miracle du bon Docteur Magouille (x3),
Tequila Magouillita,
Lait de poule du bon Docteur Magouille (x2)
MessageSujet: Re: Le loup avait les crocs...   Ven 6 Nov 2015 - 19:44

-Wouaaaah j'avais jamais vu une chose pareille !

Griselda, la bouche arrondie par la surprise, cligna exagérément des yeux. Mais le spectacle devant elle ne bougeait toujours pas ; aussi elle leva l'antique appareil photo qu'elle tenait dans les mains, et un flash crépita.

-Wouaaaah dingue, t'as vu ça Malilili ?
-Quoi ?

La jolie métisse s'approcha. Pour une raison que l'Irlandaise ne s'expliquait pas, la Zeta n'avait pas décoché le moindre sourire depuis le début de l'enquête. Et elle ne paraissait pas plus enthousiaste que ça de visiter les locaux déserts de cours de M'sieur Castor. Sans doute était-elle dans sa mauvaise période du mois...
La garçonne lui fit un clin d'oeil plein de compréhension, puis désigna ce qu'elle venait de prendre en photo.

-Regarde-moi ça ! Si c'est pas un mystère !

Malicia fronça légèrement ses sourcils :

-Quoi ?
-Ben ça ! Insista Gri en tendant le doigt.
-La chaise et le pupitre ?
-Exactement ! Étrange, n'est-ce pas ?

Malicia poussa un bref soupir :

-Ben c'est une chaise. Et un pupitre.
-Oui, et tu ne remarques rien ?
-Non.
-Et c'est parce que tu n'ouvres pas assez tes yeux et ton esprit, ma Malichouquette : regarde ! Toute cette salle... EST ENTIÈREMENT REMPLIE DE CHAISES ET DE PUPITRES PRATIQUEMENT IDENTIQUES !!!

Griselda avait hurlé ça en levant ses bras avec emphase, et en les secouant dans tous les sens. Mais cela n'impressionna pas beaucoup l'ex-Gryffondor, qui lui rendit un regard blasé.

-C'est peut-être parce que c'est une salle de cours.
-Oh tu crois ?
-Ouais. Allez viens, Minus nous attends dans l'arrière salle.

Mali fit de grandes enjambées vers une porte dérobée, sous le regard un peu déçue de sa comparse irlandaise. Cette dernière hésita quelques secondes, fit à nouveau crépiter son appareil photo en direction de la chaise suspecte, puis trottina à la suite de sa pite.

-Hey atteeends moi ! Geignit-elle.

Les deux filles entrèrent dans la pièce qui jouxtait la salle de cours. C'était une sorte de gymnase, mais du genre qu'on avait conçue avec les (faibles)  moyens du bord. Le sol était recouvert de tatamis raplaplas et archi-usés. Quelques mannequins fatigués, aux bords roussis à force de se prendre des sorts en tout genre, pendouillaient du mur, et se reflétaient avec peine dans les grands miroirs sales et piqués de rouille qui couvraient les murs. Et, au centre, un punching-ball éventré avait vomi son contenu sableux à terre.

Marcus le fixait d'un air soucieux. Il tourna la tête, et son visage s'éclaira lorsqu'il vit les deux journalistes en herbe s'approcher.

-Ah ! Regardez moi ça mes gaillardes ! C'est c'que je vous disais ! Et maintenant vous allez m'aider à traquer et combattre le monstre à mains nues et ça fera un chouette article !
-OUAAAAIS ! Exulta Griselda, en se mettant à sautiller sur place.

Mais Mali, à côté d'elle, paraissait beaucoup moins enthousiaste.

-Comment ça, combattre à mains nues ? Fit-elle, les yeux ronds.
-On verra les détails plus tard ! Dit la garçonne en balayant l'air de sa main. Pour l'instant, cherchons des indices !
-Pourquoi pas, soupira Malicia. Après tout, vu qu'on est là...

Elle se pencha, remit distraitement une mèche de ses cheveux derrière son oreille, puis examina le punching-ball, concentrée. La POP fit de même, bientôt imitée par Marcus. Sauf que ce dernier, ne sachant visiblement pas ce qu'il y avait à chercher, se contentait de plisser intensément les yeux, et d'hocher la tête à intervalles régulières. Tout en laissant échapper des "Je vois", et autres "hum hum" qu'il pensait lourd de sens, mais qui ne dupaient pas les deux filles.

Au bout de quelques minutes, cependant, la métisse se redressa :

-Je pensais que ça pourrait être une blague de mauvais goût, mais non. Celui qui a lacéré ce sac d'entrainement n'a pas utilisé la moindre magie.
-Bien vu l'aveugle ! S'enthousiasma Griselda, en rigolant à moitié. Ouaip, y'a des signes de griffes acérées. C'est clair. Là, et là, et là.
-Ah oui c'est clair, là, lança Marcus d'une voix mal assurée. Ah ah oui. Clair clair clair.
-Oui, des griffes... ou des couteaux bien aiguisés, renchérit Malicia.
-Ou de doigts fourchus d’extraterrestres de la planète Vulcain.
-Clair clair clai... QUOI ?!

Tandis que les yeux du PAF musclé s'exorbitaient de surprise, Mali jeta un regard en coin incrédule à sa comparse, qui lança le plus sérieusement du monde :

-Ben quoi, c'est possible ! Ils existent, il y a plein de preuves partout ! Même les moldus le savent ! Les gouvernements étouffent les affaires, c'est tout ! Tu savais pas qu'ils venaient sur Terre pour faire des tests, des prélèvements et féconder les hommes pour voir ce que ça fait ?
-Ca veut dire qu'ils veulent féconder les gaillards d'Aurorologie ?! Manqua de s'étrangler Marcus.
-Mais non ! répondit Malicia en pinçant les lèvres.
-MAIS SI ! renchérit Griselda, en gesticulant. C'est peut-être même déjà fait ! M'sieur Castor, est-ce que toi ou un de tes potes a eu des absences injustifiées ? Et des amnésies avec de vagues souvenirs de flashs lumineux ? Et une incroyable mais lancinante douleur dans le c...
-C'est pas les extraterrestres de la planète Vulcain, trancha Malicia.

Un Marcus pâlot et une Griselda au sourire grenouillesque se tournèrent vers la Zêta. Cette dernière, le visage sérieux, mit ses poings sur les hanches, et répéta :

-Ça ne peut pas être des extraterrestres.
-Et comment tu peux le savoir d'abord ? Rétorqua la zinzin en levant un sourcil.
-Je le sais, c'est tout.
-Oh la la, c'est pas parce que les anglais ont débarqué pour toi qu'il faut être obtuse comme ça !
-Que... quoi ?! s'offusqua la métisse.

Puis, préférant laissa tomber, elle demanda :

-Ils ressemblent à quoi, tes aliens ?

Gri s'esclaffa de rire, et lança avec une pointe de condescendance :

-Roh, mais sérieux, tout le monde le sait ! Ils sont grands, entre le gris et le verdâtre, et ils ont de très grands yeux en amande tout noirs.
-Et des poils ?
-Nan, ils sont imberbes, t'es bête ou quoi ?
-Eh ben voilà, c'est pas eux ! Conclut la Zeta. Regardez !

Elle agita sa baguette, et quelque chose de quasi-microscopique vola du bas du punching-ball, jusque devant son visage fermé. Il s'agissait de deux poils : l'un court et noir, l'autre plus long, et plus châtain.

-Qu'est-ce que c'est que ça ? Articula le PAF, bouche bée.
-C'est dégoûtant ! fit Gri, avec une pointe d'amusement dans la voix cependant.
-Je suis d'accord, admit la métisse. Mais quelque chose me dit que ces deux poils et le mystérieux monstre ont un lien...

Griselda ouvrit des yeux ronds :

-Tu veux dire que ce serait un extraterrestre de la planète Vulcain-yéti ?!

Mali leva les yeux au ciel, et ne prit même pas la peine de lui répondre.

-Il nous faut analyser ces poils au plus vite, affirma-t-elle.
-Et je sais exactement qui sera capable de le faire... décréta le Pi Alpha Fi, en se frottant le menton d'un air inspiré.

Les trois se lancèrent le même regard intense et déterminé... qui fut interrompu par le gargouillis caractéristique d'un estomac affamé.

-On s'arrête prendre un gueuleton avant ? lança innocemment Griselda. Je cracherais pas sur un chimichanga !



L'amour à l'Irlandaise,
C'est que je t'aime, je t'aime, je t'aime ! JE T'AIME ! cours
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Marcus Flynn

Messages : 536

Situation Amoureuse : tout va bien ! Ma femme va revenir, que j'vous dis !

Sorts Connus : Aguamenti,
Assurdiato,
Defodio,
Episkey,
Inflammarae,
Pointe au Nord,
Protego,
Repulso,
Revigor,
Spero Patronum,
Confringo,
Hominum Revelio,
Cave Inimicum


Inventaire : Chocolat Cépamoi (x2)
Philtre de Requinquance (x2)
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x7)
Lait de Poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x5)
Tequila Magouilita (x2),
Onguent d'amnésie du Dr Oubbly,
Scrutoscope,
Glace à l'ennemi

MessageSujet: Re: Le loup avait les crocs...   Lun 9 Nov 2015 - 13:48

Dans les rues encore pas mal bondées de l'Allée des Savoirs Interdits, Griselda, en gambadant, chantait une chanson à la gloire du burrito frit qu'elle tenait à la main et qu'elle secouait comme une forcenée. Marcus et Malicia marchaient plusieurs mètres devant elle, d'un pas pressé, comme s'ils avaient un peu honte de cette compagnie.

La métisse se tourna vers le Pi Alpha Fi :

-Au fait, t'as jamais vraiment fini de raconter ton histoire avec le monstre !

-Ah ouais tiens, c'est vrai, t'as raison Bouftout ! réalisa Marcus. Eh ben c'est simple. C'était une nuit sans lune... sauf qu'en fait non, c'était pas tout à fait la nuit. Et y'avait la lune. Attendez, si en fait, il faisait nuit ! Et... euh... attends... il était quelle heure déjà ?

Le sourire poli de Malicia se figea et trembla légèrement tandis que son ami se perdait dans ses explications almabiquées :

-Parce que ça a commencé le mois dernier, t'vois, et on était en heure d'hiver et du coup on dirait qu'il fait nuit tôt mais est-ce qu'on dit nuit pour autant ou est-ce qu'on dit soir ? En plus dire « nuit sans lune » c'est plus classe que « soir avec lune », nan ? En plus sincèrement c'était le soir mais j'avais perdu la notion du temps alors je saurais pas vraiment dire si...

-Minus ?!

-Ouaip ?

-Fais court.

-Ah, ok.

Il se racla la gorge :

-Y'a trois-quatre semaines, par là, chuis resté un peu tard dans la salle d'entraînement pour m'excercer avec quelques gars et gaillardes de ma classe. Chuis le dernier a être sorti, et là : PAF ! Y'a un monstre qui m'a attaqué, juste devant la porte d'entrée de mes cours ! Ah ça pour sûr il foutait les chocottes, avec ses yeux rouges, sa fourrure blonde couverte de sang, ses griffes de deux mètres et ses crocs pointus plein de bave !

Mali ouvrit des yeux ronds d'horreur :

-Oh mon Dieu ! Et t'as rien eu de grave ?! s'enquit-elle.

Marcus bomba le torse, fier de lui :

-Non mais attends, t'as devant toi le meilleur futur auror du monde : j'ai presque la moyenne dans quasiment toutes les matières ! Alors ça a été vite fait : un patronus par ci, un confringo par là, quelques coups de pied dans le derche, et il s'est vite carapaté le monmonstre !

La métisse hocha lentement la tête, puis sembla mettre le doigt sur un détail.

-Attends voir... si ça s'est passé y'a presque un mois, pourquoi t'as été chercher de l'aide juste aujourd'hui ?

Le regard du Pi Alpha Fi s'assombrit :

-Parce qu'il a recommencé hier soir, ce sale bestiau ! Il a attaqué des collègues à moi, qui s'entraînaient au punching-ball ! J'étais pas là pour les défendre, les pauvres, alors comme ils sont moins doués que moi, ils en ont chié pour le chasser ! Donc c'est mon devoir de traquer le monstre et de le tuer à main nues ! En plus ça ferait une descente de lit trop stylée, rajouta-t-il en ricanant.

Malicia grimaça :

-Si tu le dis...

Les deux étudiants entrèrent dans l'étrange et brinquebalant bâtiment qui servait de lieu de cours aux étudiants de Magie Expérimentale. En une enjambée ou deux, la cinglée les rejoignit en criaillant d'une voix à fort accent irlandais :

-Chimichimichi ! ♫ Chimichimi chiii ! ♪

-Hé Minus ! T'es sûr qu'ils vont nous aider, là dedans ? demanda Malicia, en tentant d'ignorer l'horripilante chanson de sa collègue.

Marcus opina du chef :

-Un peu mon n'veu ! Les meilleurs pour analyser des trucs chelous, c'est les geeks boutonneux de Magie Expérimentale. Et les gothiques rachitiques de Sciences Occultes, aussi. Ils ont pas de vie et ils connaissent des sorts que les gens normaux comme nous connaissent pas.

-Mmh, fit simplement la métisse.

-Chimichimicchi ! ♫ Chimichimi chichan ! ♪ GAAA !

-Et au pire, rajouta Marcus, s'ils veulent pas nous aider ici, on pourra toujours demander à ta pote de Sciences Occultes !

-Ma pote ? répéta sans comprendre la Zeta.

-Ouais, la Gamma avec les tifs verts, là.

Malicia ouvrit des yeux ronds :

-Grandipouffe ?! Tu plaisantes, j'espère ! Cette cinglée est tout sauf ma pote !

-S'tu le dis, lâcha laconiquement le PAF en haussant les épaules.

Ils continuèrent à avancer en silence dans le gigantesque hall, où on entendait uniquement l'agaçante chansonnette de Gri, et les pas des trois sorciers résonnant sur le carrelage froid. Ils prirent un escalier au hasard, puis un autre. Au beau milieu d'un long couloir qui semblait sans fin, Marcus s'arrêta, et se gratta la tête.

-C'est chelou, c'est tout vide... lâcha-t-il à voix basse.

-C'est vrai qu'il n'y a personne, murmura Malicia, en regardant tout autour d'elle.

Griselda s'enfourna en une seule fois son chimichanga dans le gosier, l'avala tout rond, puis éructa bruyamment entre ses deux amis. Puis, en essuyant sa main graisseuse sur sa perruque blonde qui penchait sur le rebord de son crâne, elle s'esclaffa :

-C'est la fin des cours, y'a pu personne ! Eh ouais, y'a que les étudiants Médicomages qui ont cours tout le temps tout le temps tout le temps ! Ah la la, nous on bosse vraiment, nous on est débordé ! lança-t-elle en bâillant à moitié.

-C'est probablement ça, admit la Zeta en regardant l'Irlandaise en grimaçant. Ils sont tous rentrés chez eux.

Marcus haussa une nouvelle fois ses épaules :

-Moi j'vous dis, y'en a au moins un qui est encore là, en train de bosser sur un truc chiant quelque part. C'est des geeks sans vie sociale, que j'vous dis !

Il tira sa baguette, et prononça :

-Hominum Revelio !

Aussitôt, les lumières se tamisèrent autour d'eux. Et les seules lueurs qui scintillèrent dans cette pénombre étaient les auras qui émanaient de nos trois amis. Ainsi qu'un faible rai, en dessous d'une des portes au fond du corridor.

-Vous voyez ? Lança Marcus, tout sourire, alors que la lumière ambiante revenait progressivement à la normale. Reste un gaillard, j'vous l'avais dit ! Suffit de suivre la loupiote !

Ce qu'il fit, en sprintant jusqu'à la porte de laboratoire repérée. Qu'il ouvrit d'un coup de pied renversé, sous le regard amusé de Gri, et celui nettement plus choqué de Malicia.

-On aurait pu toquer ! S'insurgea cette dernière.

-Toquer c'est pour les lopettes, répliqua le PAF, en ricanant comme un demeuré.

Il s'engouffra dans la pièce, talonné par les filles.

L'endroit était petit, sombre, et très bordelique. Des vieux relants de brûlé et de renfermé flottaient dans les airs. Assis à l'unique bureau de la pièce, devant une dizaine de tubes à essais au contenu fluorescent, un imposant étudiant noir au visage ravagé fixait méchamment les nouveaux venus.

-SÂÂÂLUT !!! s'époumona Griselda, des miettes tout autour de la bouche.

A côté d'elle, Malicia, crispée comme jamais, fit un petit signe de mains à l'expérimentaliste, en souriant nerveusement.

Mais Marcus, lui, fit moins de chichis. Il s'avança en gonflant ses muscles, et balaya d'un coup de baguette toutes les fioles et autres recipienrs devant le gus. Tout se fracassa à terre dans des gerbes liquides chattoyantes, des étincelles de couleur et autres fumées dorées. Ce qui n'empêcha pas le PAF de poser ses poings sur les hanches, et d'ordonner :

-On a des poils à analyser, Machin, alors tu vas nous le faire fissa, parce qu'on fait un truc vraiment important, nous ! On s'amuse pas à mélanger des potions pour faire des bubulles, nous !

Les yeux du grand étudiant noir se durcirent, et, la mâchoire serrée, il se releva et surplomba Marcus de toute sa hauteur. Il craqua son cou de manière inquiétante, et croisa lentement ses bras musculeux dignes de ceux d'un PAF.

Ce que Marcus ne vit visiblement pas : un sourire benêt aux lèvres, il se tourna vers les deux filles et leva son pouce en leur direction, comme pour leur dire : « c'est dans la poche !!! ».



On va poutrer du zombie !!!


Mes RPs du Moment !



Les aventuriers de la mémoire perdue, avec Malicia "Bouftout" McGuire et Doc Magouille

Bro of the dead, avec Drago Malefoy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Occultes
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 177
avatar
Malicia McGuire

Messages : 3371

Double Compte : Aucun !
Situation Amoureuse : Comme un ouragan qui passait sur moi... lol

Sorts Connus : Aguamenti,
Assurdiato,
Batrasempra,
Calmos Pacificatum,
Confundo,
Defodio,
Episkey,
Failamalle,
Ferula,
Gemino,
Impervius,
Incarcerem/Lashlabask,
Oubliettes,
Periculo Pugno
Portus,
Protego,
Protéiforme,
Tarentallegra,
Purée de pois,
Furunculus,
Mucus ad nauseam,
Duro,
Amplificatum,
Revigoré,
Elasticus

Inventaire : Chocolats Cépamoi (x5)
Essence de dictame (x5),
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Philtre de Requinquance (x5),
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Potion Tue-loup,
Rapeltout,
Tequila Magouillita,
Potion contraceptive
MessageSujet: Re: Le loup avait les crocs...   Ven 13 Nov 2015 - 17:10

Marcus leva son pouce en direction de Gri et Mali. Et cette dernière déglutit. Il y avait une ombre sur le pouce de Minus. Mais pas seulement. L'ombre recouvrait tout le corps du PAF. Et pas qu'un peu. Mali avait toujours trouvé Minus grand. Mais là, il avait trouvé son maître. Et ce maître s'appelait Screwface.

Mali connaissait pas vraiment Screwface. Elle l'avait croisé dans des soirées, par-ci par-là et à chaque fois, elle s'était faite toute petite. C'est qu'il était pas hyper avenant, ce gamma-là, du haut de son mètre quatre-vingt dix, avec sa grosse balafre sur le visage.

Et y'avait des rumeurs sur lui. Des rumeurs qui disaient qu'il avait pas que des bons côtés. Des rumeurs chelous qui disaient que ce gars chelou était tellement toqué de magie expérimentale chelou qu'il avait créé une potion chelou qui faisait ressortir son côté chelou. Bien sûr, c'était des rumeurs, hein. Mais voilà : elles étaient chelous.

Et l'ombre de ce gars chelou était sur Minus. Qui trouvait pas ça chelou du tout :

-Bon Machin ! Hop hop hop ! Faudrait songer à se sortir les doigts du cul, là ! Reprit l'étudiant en Aurorologie. Analyse-nous ces poils et fissa mon gaillard !

-Ou quoi ? rétorqua Screwface d'une voix de basse chelou.

Marcus se retourna vers Gri, qui était en train de regarder les potions éparpillées dans la pièce avec les yeux d'une gamine dans une usine de patachaudrons, et Mali, qui ne quittait pas le grand gamma des yeux. Il leur fit un clin d'œil :

-Ou... commença-t-il en ricanant. Je te marave la tronche bien comme il faut, la tête d'enclume !

Il se mit à agiter ses mains en direction de la zeta :

-T'as compris Boufftout ? Tête d'ampoule... Tête d'enclume... Elle est pas mal, hein ?

Il leva un sourcil, intrigué :

-Fait vachement sombre ici, non, vous trouvez pas mes gaillardes ?

Alors que Screwface levait son poing pour l'abattre sur le crâne du PAF, Mali s'interposa avec un grand sourire :

-Hello ! Fais pas attention à Minus, il est un peu zinzin... c'est les stéroïdes !

-Les... quoi ?! Hey ! Insulte pas mes biceps, Boufftout ! C'est du 100% bio ! Hein, mes gaillards que vous êtes 100% bio ?

Pendant que Marcus roulait des mécaniques en faisant des bisous sur ses muscles, Mali reprit :

-On lui a bien dit d'arrêter mais il est accro. fit-elle avec un petit rire nerveux. Ca va Screwface ?

-Non.

Le sourire de la métisse s'effaça un peu pour laisser place à de l'inquiétude :

-Ah ? Et pourquoi ?

-Ta pote est en train de voler mes potions.

Mali se tourna vers Griselda, qui avait fourré tout un tas de babioles sous son pull et qui stoppa net ce qu'elle était en train de faire. A savoir fourrer une grosse fiole pleine d'un liquide rose bonbon dans son soutien-gorge.

-Heu.... fit la POP. C'est pas pour moi, c'est pour la Reine ?

Alors que les pointes de ses cheveux viraient au violet, Malicia leva les yeux au ciel en se retournant vers Screwface :

-On a besoin de toi.

-Non. décocha l'expérimentaliste.

Malicia grimaça, gênée :

-S'il-te-plaît ?

A son tour, Screwface les yeux au ciel :

-Ok.

La zeta sourit en joignant les mains :

-C'est vrai ?

-Non.

La métisse baissa la tête, déçue :

-Oh...

-Tirez-vous.

Le gamma leur tourna le dos et repartit travailler au-dessus d'une table en désordre couverte de flacons.

-Mais on aurait vraiment besoin de savoir à qui sont ces poils ! insista Malicia en le suivant. Des gens sont peut-être en danger !

Screwface posa le bol en terre cuite qu'il venait de vider au-dessus d'un grand chaudron bouillant et lui prêta attention :

-Quels gens ?

Malicia n'eut pas l'air très sûre d'elle :

-Ben... euh... je sais pas ? Des gens ?

Le gamma se désintéressa d'elle. Mais Griselda prit le relai :

-Ok. Tu veux la vérité ?

-Oui. lâcha Screwface de sa voix grave sans se démonter.

-Tu veux la vérité ?!

-Oui.

-TU LA SUPPORTES PAS LA VERITE !!! Si t'analyses pas ces poils, plein de gens vont mourir ! Plein plein plein ! hurla-t-elle en levant les bras. Peut-être même toute la fac ! Ce soir on sera peut-être tous mourus ! Et ça sera TA faute, Balafrinou !!!TA FAUTE !!!

Un silence de mort s'installa.

-"Balafrinou" ? s'étonna Malicia.

-Ouais, j'avais pensé à Cicatritrice mais ça faisait moins exotique, tu vois ?

-TIREZ-VOUS DE MON LABO !!! hurla Screwface en tapant du poing sur son bureau.

-Hop hop hop, on se calme ! s'interposa Marcus, qui avait fini de consoler ses muscles. Sérieux, mon gaillard, on vient te causer pépère et c'est comme ça que tu nous reçois ? Mais c'est bon, j'vois le genre, j'ai pigé le topo, si t'es comme ça, t'es comme ça...

-Je suis comment ? menaça le gamma.

Minus lui fit signe de s'approcher du bout de l'index. Curieux, l'experimentaliste s'éxécuta. Le PAF farfouilla dans sa poche en regardant autour de lui, l'air louche. Finalement, il mit discrètement quelque chose dans la main de Screwface.

-Une barre énergétique PowerMagouillePlus ? s'étonna ce dernier.

-Ouaip ! sourit Marcus.

-A moitié bouffée ?! s'énerva encore plus l'étudiant en Sciences Expérimentales.

Le PAF haussa les épaules et mit ses mains dans ses poches :

-Me remercie pas, chuis comme ça moi ! Je donne, je donne... Alors tu nous les analyses ces poils ?

-NON !

-Ah... Ok, ok.

Minus se tourna vers Malicia et Griselda :

-Bon, ben c'est mort, mes gaillardes, j'ai tout essayé.

-Pfff... mais non, on a pas tout essayé, Monsieur Castor !

L'irlandaise se flanqua entre Marcus et le gamma et fixa ce dernier avec ses grands yeux loufoques :

-Et si on te payait en nature, Balafrinou ?

Elle se passa la main dans ses faux cheveux blonds en faisant des bisou dans les airs et en clignant abusivement des cils. Pendant cinq longues minutes.

Screwface finit par se tourner vers Marcus, effaré :

-Mais... euh... elle fait quoi là, ta pote ?

-Alors ça, j'en ai pas la moindre idée... lâcha Minus en se grattant le crâne.

Il se pencha vers Griselda, qui faisait des clin d'oeils à tout va :

-C'est tes tics nerveux qui te reprennent, ma gaillarde ?

-Je crois qu'elle essaye de draguer Screwface pour qu'il analyse les poils qu'on a trouvés... hésita Mali en penchant la tête sur le côté, les yeux ronds. C'est bien ça, non, Gri ?

-Chuuut ! chuchota Griselda. Laisse-le succomber à la Griseldamania...

Elle fit mine de remonter ses seins. Sauf qu'elle n'avait pas de seins. Screwface soupira bruyamment :

-Vous allez jamais partir de mon labo, c'est ça ?

-C'est ça ! répondit la zeta.

-Ouaip ! fit le PAF.

-Sauf si tu veux qu'on soit... un peu seuls... sussura la POP en exagérant un peu plus sa moue charmeuse.

L'expert en potions se passa la main sur le visage :

-Bon ok.

-Ah ! soupirèrent de joie Marcus, Gri et Malicia.

-J'accepte d'être payé en nature.

-Ah ? grimacèrent le PAF et la zeta alors que Gri lançait un "Je vous l'avais dit qu'il succomberait à mon charme d'irlandaise aux yeux de braise !".

-Si c'est l'autre nana qui s'y colle.

-Hein ???!

Malicia ouvrit grand les yeux d'horreur :

-Comment ça, l'autre nana ?! s'étrangla-t-elle.

-Ben ouais. lâcha Screwface. J'suis pas trop fan de l'Irlande-là, mais par contre, je veux bien analyser ces poils si toi, tu m'embrasses.

Il tendit les lèvres, les yeux fermés. Malicia grimaça aussi sec.

-Sale raciste !!! s'égosilla Griselda. Tu sais pas ce que tu perds et mfmmfmmfmmf... !!!  

Marcus venait de lui plaquer la main sur la bouche :

-La situation est sous contrôle Boufftout ! Fais c'que t'as à faire !

-Ce que j'ai à... QUOI ?! Mais je vais pas embrasser Screwface ! Je viens à peine de me remettre avec Drago ! se défendit la métisse.

-Mais si ! Fais pas ta rabat-joie, c'est pour l'équipe ! C'est tout simple : tu poses tes lèvres sur le lascar, tu lui colles ta langue dans...

-HEY ! JE SAIS COMMENT ON EMBRASSE QUELQU'UN, MINUS !!! s'écria Malicia, aussi rouge du visage que des cheveux.

-Ah bon ? Et c'est quoi cette chanson qui tourne sur toi alors ?! s'étonna Minus.

-C'est Drago et toi qui l'avaient inventée ! Et c'est un énorme bobard !

Le PAF leva un sourcil :

-J'sais pas, ça m'a l'air plutôt vrai ce qu'elle raconte !

Mali ouvrit la bouche, outrée avant de crier :

-J'embrasserai pas Screwface !

-Moi si ! cria Griselda. Laissez-moi le bisoui...Mmffffmmffffmmfffff !!!

Le PAF plaqua à nouveau sa main sur l'irlandaise :

-Fais pas ta coincée du derche, Boufftout !

-Mais j'suis pas "coincée du derche" ! se défendit la zeta. J'ai un copain !

-Qui a écrit une chanson comme quoi t'es coincée du derche !

-Euh... les gars, je commence à avoir les lèvres qui s'ankylosent là... fit remarquer Screwface, qui avait toujours les yeux fermés.

-BON OK !!! hurla Malicia.

Elle se tourna vers l'étudiant en Magie Expérimentale et tendit les lèvres en grimaçant. Screwface se rapprocha... Elle se rapprocha... Screwface se rapprocha un peu plus... Elle se rapprocha un peu plus...

Au moment où leurs lèvres allaient se toucher, Griselda se jeta entre l'expérimentaliste et elle. Elle le renversa en arrière et l'embrassa goulument... avant de le laisser tomber par terre.

-Waw ! Malicia, toi t'es une vraie passionnée ! s'étonna le sorcier avec des étoiles plein les yeux.

-Ah ouais ? grimaça Malicia avant de se reprendre : Euh... Ah ouais.

-Dommage que tu baves autant.

La métisse écarquilla les yeux :

-HEIN ?!

Elle se tourna vers Griselda, qui la regardait de bas en haut avec dégout :

-Malilili, je croyais vraiment pas ça de toi... J'suis désolée mais va falloir en parler dans le Magyar...

Malicia leva les yeux au ciel et abattit sa tête sur la table pleine de fioles en poussant un "rha" de désespoir.

-Allez rassure-toi, c'est pas grave, je vais te les analyser tes trucs. la consola Screwface en se mettant au travail.

Alors que l'étudiant en magie expérimentale se mettait à agiter des fioles et à les mélanger les unes aux autres, motivé par le baiser, Marcus mit sa main sur l'épaule de la métisse :

-Bien joué Boufftout. chuchota-t-il, couvert par le son du chaudron bouillant.

-J'ai rien fait... gémit Malicia.

-La prochaine fois, vas-y mollo sur la bave.

-Mais j'ai rien fait ! couina la zeta. C'est même pas moi qui l'ait embrassé !

-Elles disent toutes ça.

Le Capitaine de Quidditch secoua la tête :

-Pauvre Malefoy, d'abord t'es coincée du derche et maintenant ça...

La zeta ré-abattit sa tête sur la table en maugréant.

-Et voilà !

Screwface se tourna vers les trois détectives :

-Le poil châtain vient d'un loup. Le poil noir appartient à notre doyen !

Griselda tapa dans ses mains :

-Yeah ! Bien joué, Balafrinou !

-C'est un poil de sa moustache ? demanda Marcus en grimaçant.

-Vaudrait mieux... marmonna Mali, en soulevant sa tête enfouie dans les parchemins et les fioles.

Alors que Screwface reprenait ses activités normales, les trois le saluèrent et sortirent de la pièce encombrée. Ils se concertèrent rapidement :

-Donc on a deux suspects à interviewer ! lança l'irlandaise, emballée par l'enquête. Le Docteur Magouille et...

-Un loup. finit Malicia. Comment on va le trouver ?

-Pfff, que t'es bête Malilili ! s'exclama la POP. Il y a pas trois mille loups sur le campus. Il suffit de trouver un panier, une grand-mère et un chaperon, de préférence de couleur rouge, et de tendre un piège avec et ensuite de...

-Hey mais j'y pense, mes gaillardes !  les coupa brusquement Marcus. Ma prof est un loup-garou !

Un silence accueillit la nouvelle et il ouvrit des yeux ronds :

-Ben quoi ?





Mes RPs du Moment !


Broken Mirror, avec Lucrécya Rincevent

Days before you came, avec Darius Lestrange
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2RvWE


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Médicomagie (Psychémage)
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 229
avatar
Griselda O'Neil

Messages : 934

Situation Amoureuse : Je suis célibataire, mais pas jalouse ! ♥

Sorts Connus : Aguamenti,
Desillusio,
Confringo,
Incarcerem,
Lashlabask,
Spero Patronum,
Calmos Pacificatum,
Rubeum Nasus,
Repulso,
Orchideus,
Subcingulus

Inventaire : Chocolat Cépamoi (x2)
Amortentia (x1)
Potion Contraceptive
Potion Miracle du bon Docteur Magouille (x3),
Tequila Magouillita,
Lait de poule du bon Docteur Magouille (x2)
MessageSujet: Re: Le loup avait les crocs...   Mer 18 Nov 2015 - 19:59

Alors que nos trois amis se dirigeaient à nouveau vers le bâtiment de cours des futurs Aurors, Malicia regardait Marcus d'un oeil suspicieux.

-Quoi ? Lança le gaillard, se sentant surveillé.

-Ta prof est une louve-garou ! articula Mali. Et toi tu le savais depuis le debut ?!
-Ben ouais, et quoi ?
-Ta prof est une louve-garou ! répéta la Zêta.

Marcus la fixa sans comprendre, aussi la métisse insista :

-Prof louve-garou ! Attaque dans tes cours ! Y'a rien qui te choque ?!

Griselda secoua la tête en signe de désaccord.

-Roh la la, Malichou faut que tu sois plus ouverte que ça !
-Ouais, c'est limite raciste, Bouftout, acquiesça Marcus.

La métisse manqua de s'étrangler :

-Q...quoi ?! Moi, raciste ?!
-Ben ouais ! Sous prétexte que ma prof est une loup-garou, qu'elle enseigne et vit dans le même bâtiment que là où les agressions ont eu lieu et qu'on était la pleine lune hier, forcément c'est elle la coupable ?

Le PAF se rendit compte de ce qu'il venait de dire, et se mit à se gratter le crâne, les sourcils froncés par la réflexion :

-Euh attends voir...
-M'sieur Castor a raison ! renchérit la garçonne, un sourire fendant son visage lunaire. Les loup-garous sont nos amis, il faut les aimer aussi ! D'ailleurs je suis déjà sorti avec un loup-garou, et il était hyper sympa !
-T'es sorti avec un loup-garou, O'Neil ? S'étonna Marcus.
-Ouais ! Enfin, sorti c'est un bien grand mot, on a eu qu'un seul rencard alors il n'a pas pu goûter aux délices de la Griselditicé ! Je suis une lady, les mâles n'obtiennent rien de moi le premier soir !

Gri se tourna vers Mali et lui lança le plus large des sourires :

-A part ton chéri ! Lui, dès le premier soir ça a été un feu d'artifices sous les draps, avec attouchements, nudité, paroles explicites : tout ce qui est interdit aux mineurs ! Enfin, tu dois savoir de quoi je parle, insinua-t-elle en faisant danser ses sourcils et en donnant des coups de coude à la métisse.

Puis elle se redressa et ricana :

-Ah ben non j'avais oublié : t'as jamais vu le loup !
-Elle a jamais vu le loup... garou ! Renchérit Marcus, un sourire couillon sur la face.

Les deux s'échangèrent un regard, avant d'éclater du même rire gras. Le tout sous les yeux noirs de la Zêta dont les joues (et étrangement, les cheveux) s'étaient empourprés de colère.

-CA SUFFIT ! Intima-t-elle en grinçant. Revenons-en à notre loup-garou !
-Ah oui, c'est très juste, j'avais pas fini mon histoire : je suis sorti un soir avec un loup-garou !
-Je parlais pas de ç... commença Mali.

Mais Grigri ne faisait plus attention à elle :

-Sauf qu'à la réflexion, c'était pas un garou, juste un loup normal.
-Un animagus, tu veux dire ? S'étonna le PAF.
-Nan, rien qu'un loup.

Un silence circonspect accueillit cette annonce, mais la garçonne maigrichonne le brisa vite.

-Et à la réflexion c'était pas un loup, mais plus un chien. Et pas un beau de race, hein : plutôt une espèce de corniaud qui puait. Et d'ailleurs depuis j'ai plein de puces.

Elle souleva sa perruque blonde d'une main, et de l'autre, se gratta frénétiquement les cheveux.

Les deux autres s'écartèrent prudemment d'elle, non sans la regarder bizarrement. Puis, ils se hâtèrent d'atteindre l'appartement de fonction d'Elfrida Von Horn, la prof de Marcus, dont l'entrée se trouvait à l'arrière des locaux de cours. Le Pi Alpha Fi frappa à la porte, et se retourna vers ses camarades, les poings sur les hanches :

-Z'allez voir : elle est nature mais elle est sacrément gentille !

Une porte s'ouvrit brutalement, et une ombre surplomba Marcus :

-QUOI ?! VOUS VOULEZ QUOI ?! rugit une voix féminine rauque.

Marcus se retourna à nouveau, et sembla se tasser devant la femme devant lui... qui faisait pourtant bien vingt centimètres de moins. Mais Griselda devait admettre qu'elle était impressionnante : tout dans son être, de ses yeux sombres à ses sourcils froncés, en passant par ses bras musclés croisés et sa coupe de cheveux courte, semblait crier : "je ne suis pas commode". C'était bien simple, on aurait dit Lucrécya en plus âgée, et en plus blonde.

-Héhé... babultia Marcus. B'soir miss Von H., ça  gaze ?
-Pas vraiment, persifla Elfrida. Dépêchez-vous de me dire ce que vous voulez : je viens de prendre une potion tue-loup et en général ça ne me met pas de bonne humeur !
-Ah-Ah! Donc vous êtes une louve-garou ! Lâcha Malicia en pointant un doigt accusateur sur la professeur d'Aurorologie.

Cette dernière fixa quelques secondes l'index de la métisse, puis soupira :

-Oui, et alors ? Je ne l'ai jamais caché.
-Ben ouais Bouftout, je te l'avais dit ! Renchérit Marcus.
-C'est limite raciste, Malili, se désola Griselda en secouant la tête.

Mali plissa les yeux de colère, mais ne se laissa pas démonter :

-Miss Von Horn, hier soir, c'était le premier jour de la pleine lune. Et une créature de type lupine a attaqué quelques uns de vos étudiants ici même !
-Ce n'était pas moi, siffla la prof.

Elle fit mine de fermer la porte, mais Malicia fit un pas en avant, pour l'en empêcher :

-Et on doit vous croire sur parole ?
-Hey c'est vrai ! Réalisa Marcus, bouche bée. Si ça se trouve... vous mentez !

Elfrida leva les yeux au ciel :

-D'accord, ça a pu m'arriver quelques fois d'oublier ma potion tue-loup. Mais là ce n'était pas moi ! Hier soir je n'étais même pas sur le campus. J'avais un rendez-vous galant.
-Un rendez-vous galant ? S'étonna Marcus. Genre, avec un mec et tout ?!

Les pupilles des yeux vexés de la professeur virèrent quelques secondes  au jaune :

-Et pourquoi je ne pourrais pas avoir un rendez-vous galant ?!

Marcus eut l'air soudain plus petit :

-Je sais pas, parce que vous êtes... comment dire... euh, dis-lui, toi, Bouftout !
-Si vous aviez rendez-vous avec quelqu'un, je suis sûre que ça ne vous dérangera pas de nous donner son nom, insinua Malicia. Histoire qu'on vérifie votre alibi.

La sorcière revêche eut soudain l'air gênée :

-Euuh... oui, bien sûr... Mon rencard d'hier soir s'appelle..

Ses yeux fuyants recherchèrent tout autour d'elle... et finirent par se poser sur la porte ouverte :

-Porte.
-Porte ? Répéta Mali, incrédule.
-Oui, c'est ça, monsieur Porte.
-Ca c'est pas banal comme nom... décréta le PAF, en se frottant le menton, l'air pensif.
-Et pourtant c'est mon alibi : monsieur Porte, fit Elfrida d'une voix peu assurée.

Mais Malicia n'était pas dupe : une fois de plus, elle tendit son index :

-Vous mentez ! Vous êtes coupable !
-Elle ment mais elle n'est pas coupable, fit une voix à fort accent irlandais derrière la prof blonde.

Cette dernière se retourna vivement, et tous purent voir Griselda, qui avançait tranquillement vers le seuil, un sourire béat aux lèvres.

-Comment êtes-vous entrée chez moi, vous ?! s'offusqua la blonde.
-J'ai un don pour me faufiler, rétorqua la fofolle. J'ai fouillé un peu dans vos affaires aussi. Je cherchais de quoi grignoter, mais à la place j'ai trouvé un truc intéressant !

Elle tendit une grande photo à Marcus et Malicia. Dessus, on pouvait y voir Elfrida Von Horn, serrée dans une robe qui ne mettait pas vraiment en valeur ses épaules carrées, se renfrogner de rage. En dessous, un message clignotant clamait : « Meestic : le rendez-vous des célibataires peu exigeants ! » Et encore plus bas :  « Aïe : la célibataire numéro 47 rentre bredouille ce soir ! »

-Vous voyez ? La photo date d'hier soir ! Clama la garçonne, fière d'elle. Elle n'était pas à un rendez-vous mais à une soirée meestic de la honte !
-C'quoi ça ? Renifla Marcus.
-Des soirées spécial célibataires en manque d'affection, pour sorciers esseulés, expliqua Malicia.

Le Pi Alpha Fi leva un sourcil, un sourire au coin des lèvres :

-Mmh tu m'as l'air bien au courant, Bouftout.

Mali fronça les sourcils :

-Mais qu'est-ce que tu vas imaginer ? Je connais simplement parce que c'est parce que c'est ma mamie qui organise ces soirées !
-Mmh, c'est c'qu'on dit... insinua le PAF.

Griselda pouffa de rire :

-Entre ça et le bisou au Gamma et tes rendez-vous avec des canidés ça commence à faire beaucoup !
-Non mais attends, le bisou et les rendez-vous chelous c'est toi ! S'offusqua la métisse.
-Elle n'a pas tort, O'Neil, affirma Marcus.

Les yeux de Gri s'arrondirent encore davantage :

-Ouh la la on accuse les autres ! C'est pas très joli joli !
-Elle n'a pas tort, Bouftout, affirma Marcus.
-Et comment que j'ai pas tort ! Fit la Pi Omicron Pi. Ça commence à faire beaucoup : est-ce que Dragounet-Chou est au courant de toutes tes déviances ?

Les cheveux de Malicia avaient pris une teinte rouge sang :

-Bon ça suffit ! Je ne suis sorti qu'avec des êtres humains, je n'ai jamais embrassé le moindre Gamma, et je n'ai jamais été désespérée au point d'aller dans des soirées minables pour célibattues  désespérés à deux doigts de mourir vieilles filles !!!

Un grognement de colère fit lever les yeux aux trois, et tous déglutirent : les yeux injectés de sang Elfrida Von Horn avaient viré au doré, et ses dents serrées paraissaient d'un coup bien plus pointues. Et plus étincelantes aussi.

-Euh.. j'veux dire, y'a aucune honte à aller dans ce genre de soirée, glapit Mali d'une voix suraiguë.
-Moi un jour je suis sorti avec un loup garou à une soirée Meestic, et il était hyper sympa ! Renchérit Gri sur le même ton de fausset. Sauf qu'à la réflexion, c’était pas vraiment un garou...
-Et surtout, merci de vot' coopération, toussa toussa ! Affirma Marcus d'une voix pas plus grave. Z'êtes innocente, on vous embête pas plus, hein ! Salut, à plus tard !

Comme un seul sorcier, les trois se carapatèrent loin de la louve-garou furieuse, en courant comme des dératés.

-C'est dingue ça... fit Griselda, bien plus loin, en reprenant son souffle, assise sur un banc. J'étais persuadée que c'était elle !
-Moi aussi, admit Malicia, penaude, assise à sa gauche.
-Mais alors, c'est qui ? Fit Marcus, assis à sa droite.

La métisse plissa les yeux :

-Le second poil appartenait à... Magouille... grinça-t-elle entre ses dents serrées.



L'amour à l'Irlandaise,
C'est que je t'aime, je t'aime, je t'aime ! JE T'AIME ! cours
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Marcus Flynn

Messages : 536

Situation Amoureuse : tout va bien ! Ma femme va revenir, que j'vous dis !

Sorts Connus : Aguamenti,
Assurdiato,
Defodio,
Episkey,
Inflammarae,
Pointe au Nord,
Protego,
Repulso,
Revigor,
Spero Patronum,
Confringo,
Hominum Revelio,
Cave Inimicum


Inventaire : Chocolat Cépamoi (x2)
Philtre de Requinquance (x2)
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x7)
Lait de Poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x5)
Tequila Magouilita (x2),
Onguent d'amnésie du Dr Oubbly,
Scrutoscope,
Glace à l'ennemi

MessageSujet: Re: Le loup avait les crocs...   Jeu 3 Déc 2015 - 18:40

-Le Dr Magouille n'est pas là.

Le regard perçant de la blonde se posa sur Marcus, et il en eut la chair de poule. Même quand on était un grand gaillard aux muscles sur-développés, y'avait quand même toute une liste de trucs qui pouvait vous foutre le trouillomètre à zéro. Genre, les vampires millénaires à pieds de bouc, les détraqueurs détraqués, les mages noirs qui en voulaient personnellement à votre peau, les colères de Luluchou pendant la mauvaise période du mois, et les nécromanciens nécrophiles.
Et pour une raison qu'il n'arrivait pas à s'expliquer, la secrétaire du Doyen était numéro un sur cette liste... enfin, en numéro 2, disons, après les colères de Luluchou pendant la mauvaise période du mois.

Marcus émit un rire nerveux, et fit quelques pas en arrière, vers les deux filles qui l'accompagnaient, et qui l'attendaient devant la porte :

-Hé hé, z'avez entendu miss Krapull : l'est pas là ! Chuchota-t-il, en fixant désespérément la sortie. On y va ?

Mais Malicia croisa les bras, peu convaincue :

-Et pourquoi il n'est pas là ? Il est censé donner cours aux troisièmes année de Médicomagie, là !

Griselda pouffa de rire :

-Ben c'est ça les cours !

-Comment ça ? s'étonna la Zeta.

-Ben ça !

L'irlandaise désigna le bureau professoral de la salle de cours. Bureau sur lequel était posé un gigantesque gramophone sorti d'un autre siècle, ainsi qu'une pochette de vinyl poussiéreuse qui clamait : « La Médicomagie pour les Nuls, volume 12 ! Narré par le Professeur Jean Sairien. »
Assise devant cet attirail, jambes croisées, miss Krapull soupirait, et agitait de temps en temps sa baguette sur l'antiquité, faisant tourner la vieille manivelle rouillée. Une voix chevrotante et voilée par le grain s'élevait alors de l'appareil. Pour l'heure, elle marmonnait :

-Chapitre 24,7 : le cataplasme à la moutarde de bubobulb, n'est-ce pas. La recette du cataplasme au bubobulb, n'est-ce pas, n'est pas bien compliqué, n'est-ce pas. Il suffit d'avoir, n'est-ce pas, les bons ingrédients, n'est-ce pas. A savoir, de la moutarde, n'est-ce pas, de bubobulb, n'est-ce pas.

Un énième ronflement s'éleva de l'assemblée des étudiants, tous avachis sur leurs pupitres, les yeux clos.

-C'est ça les cours de Médicomagie ?! s'offusqua Mali. C'est comme ça qu'on forme les futurs guérisseurs ?!

-Nan mais c'est pas toujours comme ça, faut pas déconner, fit Gri.

-Ah quand même...

-Non, des fois c'est m'sieur Gazon, le jardinier, qui s'occupe du phonographe.

L'irlandaise sourit, et rajouta face à son amie atterrée :

-Doc Magouille est officiellement mon prof mais je l'ai pas vu une seule fois en cours !

-Et tu pouvais pas nous le dire avant qu'on vienne le chercher ici ? grogna Marcus.

-Vous m'avez pas demandé ! rétorqua Griselda tout sourire.

Malicia haussa les épaules avec lassitude, comme si plus rien ne l'étonnait de la part de la POP fantasque.

-Bon, peu importe : interrogeons la secrétaire pour savoir si elle sait quelque chose sur les agissements de Magouille.

Marcus blêmit :

-Lui... reparler ? T'es sûre, Bouftout ?

-Oui, pourquoi ?

-Ben... c'est qu'elle fout les chocottes... murmura le PAF apeuré.

-Ça c'est normal, c'est une ancienne reptilienne, intervint Gri en levant son index.

-Une quoi ?! déglutit Marcus.

-Griselda, je croyais que tu ne croyais plus en toutes ses bêtises depuis que tu n'es plus schizophrène... fit Mali.

-J'y crois plus... sauf quand c'est vrai ! expliqua la jeune fille en réajustant sa perruque blonde. La Légende dit que c'est deux Gamma Phi Orties qui l'ont rendu humaine pour la vie.

-C'est n'importe quoi, souffla Malicia.

-Non, c'est vrai, c'est la Légende qui le dit, rétorqua Griselda.

-Les reptiliens ça n'existe pas, insista l'ex-Gryffondor.

-Non mais parfois si, renchérit l'irlandaise. Qu'est-ce que tu peux être bornée Malichouquette !

-Tu confonds bornée et rationnelle !

-Tu confonds rationnelle et baaarbante ! C'est pour ça que j'ai repris le Magyar en main : t'es baaaarbante !

-Quoi ?!

Courageusement, Marcus décida de ne pas intervenir dans la chamaillerie des deux filles, et s'éloigna en crabe du conflit. Il fit volte-face, s'avança prudemment du bureau, et s'éclaircit la voix devant miss Krapull :

-Héhe... b'jour... c'est encore moi !

-J'avais remarqué, trancha la voix sifflante de la secrétaire blonde, sans lui accorder un regard.

Marcus frissonna : il faisait sacrément froid d'un coup, ou c'était lui ? Mais il se ressaisit vite :

-Ouais, parce que je me demandais, comme ça... 'sauriez pas où il est, Dr Magouille ?

Les yeux acier de Krapull se posèrent enfin sur l'étudiant en Aurorologie, et étincelèrent de haine :

-Je suppose qu'il doit être en train de batifoler quelque part avec cette traînée aux cheveux verts, cracha-t-elle.

-Ah ouais, cool, cool, répondit le PAF, de plus en plus mal à l'aise. Et sinon, 'sauriez pas c'qu'il foutait hier soir ?

La secrétaire poussa un long soupir :

-Hier, nous étions lundi : alors il était à sa réunion des Alcooliques Anonymes toute la soirée.

Marcus cligna de surprise :

-Euh... Sérieux ?!

-Oui, répondit Krapull de sa voix hivernale. Il n'en manque jamais une.

-Ah ben ça, j'aurais jamais cru qu'il faisait partie des Alcooliques Anonymes... admit l'étudiant.

-Il n'en fait pas partie, rétorqua sèchement la secrétaire. Il n'y va que pour vendre à prix d'or des Potions Miracles à ceux qui veulent s'en sortir, et des tequilas Magouillita à ceux qui sont à deux doigts de craquer.

-Ah... c'est, euh...gentil de sa part ?

Un silence éloquent suivit cette remarque. Marcus se frotta le cou d'un geste gêné, et, reprit :

-Et, euh... 'z'êtes genre vraiment sûre qu'il y était ? Genre, sûre, sûre ?

Les yeux de la blonde se plissèrent jusqu'à devenir deux fentes menaçantes :

-Oui, évidemment ! Pourquoi voulez-vous savoir ça ?

Flynn hésita quelques secondes... puis se résigna. Après tout il n'avait aucune raison de mentir à cette secrétaire, malgré l'aura glacial qu'elle dégageait.

-Eh ben en fait, mes potesses et moi on recherche un monstre.

Le sourcil de Krapull s'arqua, et la femme sembla soudain intéressée :

-Un monstre ?

-Ouaip. Un monstre, genre gros bestiau avec des dents et des griffes et tout. Il a attaqué deux fois des étudiants d'Aurorologie, dont une fois hier, alors on mène l'enquête, même si y'a pas eu de morts ou de blessés pour le moment. On a trouvé des poils sur les lieux du crime, et on pensait que p't'être ben que ça serait ceux du monstre, mais en fait il se trouve qu'un des poils appartient au Doyen. Moi j'leur ai bien dit, aux gaillardes, que le Docteur Magouille était un chic type et que c'est pas son genre d'attaquer les gens comme ça, mais Bouftout a insisté pour qu'on vérifie quand même, alors voilà, je vérifie quand même.

Le regard de Krapull se perdit quelques secondes dans le vague... puis, très vite, il se durcit à nouveau.

-Non, ce n'est pas son genre.

-Ah ben voilà ! fit-il en esquissant un sourire. C'est ce que j'ai dit aux gaillardes !

-S'il avait voulu s'attaquer à des étudiants, il n'y aurait pas eu de survivants.

Le sourire de Marcus se figea, et le gaillard resta coi quelques secondes. Puis, soudain, il tiqua :

-Ah... euh... quoi ?

Krapull ne cilla même pas, et poursuivit :

-Le poil que vous avez retrouvé date certainement d'une de ses nombreuses excursions pour surprendre les jeunes étudiantes d'Aurorologie sous la douche, après leurs entraînements.

-Ah... euh... quoi ?!

-Vos camarades ont à coup sûr été attaqués par une licorne radioactive, affirma la blonde, le regard étrangement fixe. On a recensé plusieurs nids sur le campus, et Willie Gazon va procéder à des fumigations d'ici peu. Considérez que votre problème est réglé.

Le Pi Alpha Fi fronça les sourcils :

-Euh, j'veux pas avoir l'air d'insister, hein, mais j'ai vu un peu le bestiau, et même s'il faisait noir je suis quasiment sûr qu'on a pas à faire à une licorne radioactive.

-Si, trancha Krapull d'une voix glaciale.

Marcus tordit la bouche :

-J'veux dire, une licorne radioactive, j'en ai déjà vu, et c'est des gros chevaux qui luisent en vert dans le noir, c'est pas comparable avec le truc que j'ai vu, quand m...

-Je vous dis que c'était une licorne radioactive ! le coupa la secrétaire d'un ton aussi tranchant qu'une lame de rasoir. Et maintenant, veuillez sortir d'ici : certains étudiants aimeraient suivre leurs cours tranquillement !

Un ronflement sonore résonna dans la salle pour conclure sa phrase.

Marcus déglutit, et rejoignit ses amies à grandes enjambées. Les trois sortirent au plus vite... sans réaliser que la secrétaire les suivait du regard avec intensité. Ses yeux luisirent un moment, d'un éclat doré inquiétant qui n'avait rien de naturel...

...mais les trois enquêteurs en herbe ne virent rien. Ils sortirent du bâtiment de Médicomagie, un peu décontenancés, et, d'un même mouvement, s'affalèrent sur le premier banc venu, malgré le froid de l'air.

-J'vous avais dit que c'était pas Magouille, soupira Marcus, au bout d'un moment.

-J'vous avais dit que les poils c'était une fausse piste, mais vous m'écoutez jamais ! Lança Gri.

Mali leva un sourcil :

-Tu n'as jamais dit ça.

-Ah bon ?! S'étonna sincèrement l'irlandaise. On m'aurait menti ?!

Le PAF se courba, les sourcils froncés :

-Bon, on fait quoi maintenant ?

-On devrait interroger un de tes camarades de classe, suggéra la métisse. Peut-être que quelqu'un a vu quelque chose qui nous a échappé.

Marcus hocha la tête, et sortit de sa poche un vieux miroir à double sens à moitié ébréché.



On va poutrer du zombie !!!


Mes RPs du Moment !



Les aventuriers de la mémoire perdue, avec Malicia "Bouftout" McGuire et Doc Magouille

Bro of the dead, avec Drago Malefoy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Eolia E. Evans

Messages : 127

Situation Amoureuse : Célibataire ( pour l'instant ♡ )

Sorts Connus : Locomotor Barda
Failamalle
Aguamenti
Incarcerem

Inventaire : Poudre de perlimpimpin,
Poudre de cheminette,
Poster du bon Docteur Magouille,
Potion Miracle du bon Docteur Magouille,
Tequila Magouillita,
Lait de poule du bon Docteur Magouille
BON DE -25% POUR LA BOUTIQUE !
MessageSujet: Re: Le loup avait les crocs...   Sam 5 Déc 2015 - 8:27

Eolia était épuisée et a moitié déprimée. Une attaque de monstre aux yeux affreux et un rendez-vous '' galant '' catastrophique. Horrible. Elle était allée en cours comme chaque jours et puis elle s'était arretée chez les Zeta pour se relaxer et voir ses potes et puis elle était rentrée chez elle. Son appartement de luxe parfaitement néttoyé l'avait acceuillé avec plaisir et une agréable odeur de vanille et de fruits avait de suite envahi ses narines. Son chat touffu était venu lui dire bonjour et était reparti s'amuser dehors. Elle avait pris une douche et s'était fait un genre de coocooning.

Elle avait mis la musique a fond et Stitches de Shawn Mendes tournait alors qu'elle se maquillait devant son mirroir. Pas celui a double-sens, l'autre. Wild One de Sia passait et la rouquine s'était mise a se déhancher. Elle dansa longtemps.

Elle se sentait un peu mieux et plus énérgique. Et elle repensa a la bête monstrieuse de la nuit precedente. Elle avait eu une trouille énorme et avait de suite lancé un Patronus pour ne pas finir en tranches de bacon. Et puis les autres l'avaient fait fuir et elle était restée traumatisée pendant uneheure dans la salle d'entrainement. Et elle était rentrée la dérnière. Et elle avait revu la bete. Grande, touffue, yeux jaunes. Elle avait hurlé et avait transplané avant de se rendre deux heures plus tard a son rendez-vous avec Tommas Zabini. Qui ne voulait que la sauter en fait. Et elle était sortie du restaurant en reniflant et son masara détruit. Elle n'avait même pas eu la force de transplaner tellement elle avait étée blessée. Et puis sa Grigri chérie était venue la réconforter le soir même en lui racontant des blagues et en lui faisant des calins.

Elle s'était assise devant son mirroir a double sens, son téléphone dans les mains, éssayant de passer le niveau 99 sur Candy Crush Saga quand elle entendit une voix masculine qu'elle ne conaissait que trop bien. Marcus Flynn, le mari de Lustucru.

-Evans ? T'la ?

Eolia avait relevé la tête et posé son telephone et s'était raprochée du mirroir, voyant la tête de marcus et deux autres têtes juste derriere. Elle reconnut de suite Grigri et quelques instants plus tard les cheveux de Malili. Elle activa le mirroir et hocha la tête.

-Oui je suis la Flynn. Salut les filles. Pourquoi tu '' m'appelles '' ?

-Et bien, c'est assez dur a expliquer....Enfin non vu que t'était la mais je...

Il n'eu pas le temps de finir sa phrase que Griselda avit attrapé le mirroir.

-Triplyyyyyyyyyy ! Comment ça va depuis hier ? On est entrain d'enquêter avec Maliquouninettes et Marcus !

Elle prit alors un air mystérieux et Marcus reprit le mirroir.

-Soit dirrect et rapide. Et fait court...

Dit Malicia en passant sa tête par dessus l'épaule du grand gaillard. Eolia lui offrit un sourire et un signe de la main avant de reporter son attention sur Marcus presque éxaspéré.

-Hier, vous vous etes fit attaquer par une bête féroce non ? Un loup-garrou ?

La rouquine hocha la tete positivement sans rien dire.

-Est ce que tu te rappelles de quoi que ce soit a propos de la bête ?

Eolia fronca les sourcils ef chercha dans sa memoire.

-Une ombre, des griffes et des yeux jaunes.

Elle ne mentionna pas la rencontre juste apres ou elle avait transplané du a une trouille enorme.

-Mais, pourquoi voulez savoir ça d'abort ? Tout le monde pense que c'est la prof de toute façon...Ou encore que c'est une des bêtes que Magouille envoie dans les salles de bains des filles apres les entraînements...



Je crois que je suis assez vieille pour reconnaître les connards, chéri.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Occultes
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 177
avatar
Malicia McGuire

Messages : 3371

Double Compte : Aucun !
Situation Amoureuse : Comme un ouragan qui passait sur moi... lol

Sorts Connus : Aguamenti,
Assurdiato,
Batrasempra,
Calmos Pacificatum,
Confundo,
Defodio,
Episkey,
Failamalle,
Ferula,
Gemino,
Impervius,
Incarcerem/Lashlabask,
Oubliettes,
Periculo Pugno
Portus,
Protego,
Protéiforme,
Tarentallegra,
Purée de pois,
Furunculus,
Mucus ad nauseam,
Duro,
Amplificatum,
Revigoré,
Elasticus

Inventaire : Chocolats Cépamoi (x5)
Essence de dictame (x5),
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Philtre de Requinquance (x5),
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Potion Tue-loup,
Rapeltout,
Tequila Magouillita,
Potion contraceptive
MessageSujet: Re: Le loup avait les crocs...   Mer 9 Déc 2015 - 15:30

Ça faisait des mois que Malicia n'avait pas revu Eolia et, elle devait bien le dire, ça lui faisait plaisir, même si la dernière fois qu'elles s'étaient croisées, ça n'avait pas fini... très bien. Comme toutes les fois où elles s'étaient croisées d'ailleurs, maintenant qu'elle y pensait.

C'était pas vraiment la faute de Mali. Ni celle d'Eolia non plus. Leur amitié était maudite. Genre, vraiment. A chaque fois qu'elles se voyaient, la même chose se produisait : elles parlaient de Griselda. Et Eolia prenait mal tout ce que Mali pouvait dire sur Gri. Genre... vraiment.

En Troisième année, Mali avait fait visiter les dortoirs Gryffondors à Eolia et tout se serait bien passé, si elle n'avait pas demandé comment allait Gri. Eolia avait trouvé ça louche, et lui avait demandé pourquoi Gri ne serait pas allée bien. Mali avait essayé de lui expliquer que c'était juste une question. Eolia en avait déduit qu'elle se moquait de Gri. Mali lui avait dit que non. Eolia que si. Mali, que non. Et Eolia... que si. Et elle était partie du dortoir, paf, comme ça.

En Quatrième année, Eolia avait invité Mali à faire un peu de shopping avec elle lors d'une sortie à Pré au Lard et tout se serait bien passé, si Mali n'avait pas demandé pourquoi Gri parlait à une citrouille le jour d'avant. Eolia avait trouvé ça louche, et lui avait demandé pourquoi Gri n'avait pas le droit de faire ami-ami avec des courges. Mali avait essayé de lui expliquer que c'était juste une question. Eolia en avait déduit qu'elle se moquait de Gri. Mali lui avait dit que non. Eolia que si. Mali, que non. Et Eolia... que si. Et elle était partie du magasin, paf, comme ça.

Et c'était même pas la peine de parler de la Cinquième année... Mais malgré tout, Mali était contente de voir Eolia. Même si à chaque fois qu'elles se croisaient, ça ne finissait pas très bien.

-Pourquoi vous me demandez ça ? demanda la rouquine intriguée, dont l'image apparaissait dans le miroir à double sens.

Gri poussa ses amis zeta et PAF et plaqua sa tête devant le réceptacle :

-Parce qu'on fait la chasse au monstre, Triply ! On a besoin d'un scoop pour remettre le Magyar Déchaîné à flots !

-Le Magyar Déchaîné ? Tu parles de cette grosse croute qui pollue trois fois par semaine les kiosques de la fac ?

-Bien sûr que oui, Triply ! C'est le journal de Malilili !

-C'est ton journal Mali ?! s'étonna la rouquine en grimaçant.

Malicia ouvrit la bouche mais la POP s'interposa :

-Oui ! A elle et rien qu'à elle ! A elle toute seule ! Et il est au bord de la banqueroute, le pauvre...

-Tu m'étonnes...

-Hey ! Il serait pas dans la banqueroute si t'avais pas mis ton grain de sel ! se défendit la métisse en pointant Griselda du doigt.

-Hey ! Qu'est-ce que tu veux dire par là ? demanda Eolia en arquant un sourcil vexé.

-Bof, j'ai juste essayé d'améliorer son journal... lança Griselda en levant les yeux au ciel. Mais elle est pas contente !

-Parce que t'as mis mes fesses à la une ! Et du comic sans Ms ! Et tous les articles parlent des reptiliens ! clama Mali, au bord du désespoir. Dis-leur toi, Minus !

La métisse donna un petit coup sur le bras de Marcus, qui était resté silencieux jusque là, et qui se curait les dents avec sa baguette. Il remarqua que tout le monde s'était tourné vers lui et ouvrit des yeux ronds avant de lâcher :

-C'est joli le Comic Sans Ms.

Mali se tapa le front avec sa paume.

-Et les reptiliens sont un sujet très sérieux, Malicia, tout le monde sait ça ! poursuivit Eolia avec le plus grand des sérieux.

-Trèèèès trèèèès trèèèèès sérieux... acquiesça l'irlandaise en hochant lentement la tête, les yeux dans le vague.

-Mais personne n'y croit à tes reptiliens ! s'énerva Malicia, dont la voix partait dans les aigus d'exaspération.

-Ne crie pas sur Griselda ! rugit Eolia.

-Je crie pas sur Griselda !

-Bien sûr que si !

-Bien sûr que non !

-Si !

-Non !

-Si !

-Non !

-Bon, ok ! Je sais ce qu'il me reste à faire !

Ni une ni deux, Eolia raccrocha. Paf. Comme ça.

-Ah bravo Malilili ! T'as fait fuir notre seul témoin ! lança Gri sur un ton plein de reproches.

Elle jeta un coup d'œil à Marcus qui haussa les épaules sans trop s'en faire :

-Ça devait arriver, ma gaillarde. Bouftout est la reine du plombage d'ambiance. Ça va avec son côté coincé du derche.

-Et baveur. renchérit la POP en regardant Mali de haut en bas en grimaçant.

Les cheveux de la zeta virèrent à l'écarlate :

-Mais je bave p...

-Bon. Qu'est-ce qu'on fait ? fit la voix d'Eolia derrière eux.
Les trois se retournèrent. La rouquine attendait patiemment, les bras croisés.

-Triplyyy !

L'irlandaise venait de sauter dans les bras de sa meilleure amie. Eolia la serra bien fort et jeta un coup d'œil aux deux autres :

-Je viens avec vous. Comme ça, si Mali essaye encore d'agresser Gri-chou, je la protégerais.

Elle jeta un regard plein de défi à la métisse qui fourra son visage dans ses mains en gémissant.

-Tu es la meilleure, Triply ! s'enthousiasmait la POP.

-Je sais, ma belle. sourit la zeta aux cheveux roux. Bon, vous avez dit que vous chassez le monstre qui nous a attaqué à la sortie des cours. Qu'est-ce qu'on fait ? Vous avez une idée ?

-Moi j'propose qu'on lui tende une embuscade à l'ancienne, mes gaillardes ! lança Marcus. On fait un camp dans la salle d'entraînement dès qu'il fait nuit, on se fait quelques brochettes au coin du feu en attendant, on attend qu'il se pointe et la... on le chope !

Griselda applaudit, excitée par cette idée :

-Bonne idée, Captain Castor ! On va choper le monstre !

Elle se tourna vers Eolia, qui finit par hausser les épaules :

-Bon. fit-elle au bout d'un moment. Si Gri pense que c'est une bonne idée, j'en suis.

Tous se tournèrent vers Malicia et attendirent sa réponse. Cette dernière se mit en chemin vers le bâtiment d'Aurorologie, le visage boudeur, les pointes de cheveux fumantes et les bras repliés sous sa poitrine :

-C'est joli le comic sans MS, j't'en foutrais du comic sans MS et puis je bave même pas, d'abord, meugneumeugneumeugneu....





Mes RPs du Moment !


Broken Mirror, avec Lucrécya Rincevent

Days before you came, avec Darius Lestrange
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2RvWE


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Médicomagie (Psychémage)
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 229
avatar
Griselda O'Neil

Messages : 934

Situation Amoureuse : Je suis célibataire, mais pas jalouse ! ♥

Sorts Connus : Aguamenti,
Desillusio,
Confringo,
Incarcerem,
Lashlabask,
Spero Patronum,
Calmos Pacificatum,
Rubeum Nasus,
Repulso,
Orchideus,
Subcingulus

Inventaire : Chocolat Cépamoi (x2)
Amortentia (x1)
Potion Contraceptive
Potion Miracle du bon Docteur Magouille (x3),
Tequila Magouillita,
Lait de poule du bon Docteur Magouille (x2)
MessageSujet: Re: Le loup avait les crocs...   Dim 13 Déc 2015 - 17:22

Une grande flamme rouge et vive jaillit, et Malicia la regarda avec appréhension. Elle toussa, se recula un peu, et entoura ses genoux de ses bras.

-Dites... vous êtes sûrs que c'est une bonne idée, le grand feu de joie ?
-Tu dis ça parce que c'est une idée de Gri-Chou ? lui lança Eolia, suspicieuse.

Mali fronça les sourcils :

-Mais non, pas du tout !
-Mmh... C'est c'qu'on dit... insinua Eo.
-T'en fais pas, Triply, j'ai l'habitude qu'elle me maltraite, renchérit l'Irlandaise, en forçant les trémolos dans sa voix.

La jolie rousse eut l'air outrée, et passa un bras autour des épaules de la garçonne, qui en profita pour se pelotonner contre elle, un sourire narquois aux lèvres. Et elle se mit à ronronner, l'air béat, devant une Mali blasée.

-Je dis ça parce qu'il fait même pas encore nuit, que ce feu de camp est gigantesque, et surtout... on est à l'intérieur ! insista la Zêta métissée.

Elle désigna d'un mouvement du menton le gigantesque brasier que nos quatre amis entouraient. Il dégageait une épaisse et malodorante fumée qui piquait les yeux.
Griselda gloussa :

-Roh la la, n'importe quoi ! T'as déjà vu un camp sans feu de camp toi ?
-Exactement, renchérit la rouquine, en souriant malicieusement à sa meilleure amie.
-Elles ont pas tort, Bouftout, fit remarquer judicieusement Marcus, en lançant un bout de bois dans le brasier.

Une nouvelle flamme jaillit, et des étincelles jaillirent sur le parquet de la salle d'entraînement des étudiants d'Aurorologie.
La métisse grommela, et éteignit du bout du pied les quelques braises rougeoyantes qui avaient sauté devant elle. Puis elle releva la tête :

-Dis, Minus, il vient d'où, tout ce bois, au fait ?
-Ben, des tables de cours, répondit le PAF. Pourquoi ?
-Non, pour rien, soupira Mali.

Griselda, tout en continuant à se lover contre la meilleure personne qui pouvait exister au monde et qui se trouvait comme de par hasard être sa bestah à la vie à la mort, jeta une œillade à sa pote Malichouquette.

Malichouquette avait l'air embêtée, et Gri n'arrivait pas à savoir pourquoi. Il aurait fallu qu'elle la légilimancie mais elle lui avait promis plus tôt dans la journée, et par une clause qu'elle avait signé de sa main (Malicia avait beaucoup insisté sur ce point), qu'elle ne le ferait plus jamais sans lui demander l'autorisation auparavant. Valait mieux deviner à l'ancienne les raisons de sa morosité... Mmh, c'était sans doute parce qu'elle ne savait pas apprécier le Comic Sans MS (la plus jolie police d'écriture du monde !), qu'elle bavait, qu'elle embrassait les premiers Gammas venus, et surtout, qu'elle n'avait pas de BFF, et du coup elle était jalouse. Ce qui était compréhensible : Griselda elle-même aurait été jalouse d'elle-même si elle-même n'avait pas été elle, ou si elle n'avait pas été elle-même. Et vice et versa bien sûr.

-Vous pensez que le monstre va revenir ? demanda soudain Eolia, visiblement pas très rassurée.
-Surement, un criminel revient toujours sur les lieux du crime ! répondit Gri. Comme dans le numéro spécial Noël du Magyar Déchaîné, où j'ai pisté un monsieur chelou habillé en rouge et je l'ai rossé comme il fallait !... sauf qu'en fait c'était juste Willie Gazon avec un bonnet de Noël en train d'installer des guirlandes dans la fac, j'avais confondu.

Un silence circonspect suivit la remarque de Griselda. Les trois autres étudiants tentèrent de trouver la logique de sa phrase... mais ils renoncèrent vite.

-Moi j'dis, lança Marcus, il va venir, et hop on va lui tomber sur le râble et lui apprendre c'que c'est de s'en prendre  aux étudiants en Aurorologie ! Parce qu'on a peur de RIEN !

La branche d'arbre encore feuillue qu'il tenait au dessus du brasier, au bout de laquelle était planté un marshmallow en train de noircir, prit brutalement feu. Le PAF paniqua, et la jeta à terre en couinant. Puis il y jeta plusieurs sortilèges d'aguamenti en criant d'une voix particulièrement aigue, tapa son pied sur le bout de bois inondé, puis releva le menton comme si de rien était.

-Euuuh... et si on se racontait des histoires qui font peur pour passer le temps ?

Griselda leva la main, soudain surexcitée :

-Moi ! Moi ! M'sieur Castor, moi ! J'en ai une GENIALE ! Moi ! Choisis-moi ! Choisis-moi !

Le PAF haussa les épaules, alors qu'il plantait un autre marshmallow au bout de sa baguette :

-A toi l'honneur, O'Neil,

Les joues roses de plaisir, le torse bombé par la fierté, Griselda sourit de toutes ses dents. Elle se leva tellement vite qu'elle faillit en faire tomber sa perruque blonde, et déclama :

-C'est une histoire moldue mais elle est tellement terrifiante qu'elle vaut le détour !

Elle alluma sa baguette en mode lumos, et la plaqua sous son menton :

-C'est l'histoire du petit Timmy... ET DE L'EPONGE MALEFIIIIQUE !!!

Griselda se mit à raconter, avec de trop nombreux détails, la fabuleuse histoire qu'elle avait vu sur un vieux poste de télévision moldu lorsqu'elle était petite. Sauf qu'elle ne se rappelait plus du début. Ni du milieu. Ni de toutes les péripéties. Aussi elle improvisa, encore et encore, pendant longtemps. Très longtemps. Très très longtemps. Jusqu'au moment où elle conclut enfin :

-Et les extraterrestres de Vulcain repartirent sur leur planète après avoir gagné la guerre contre les Reptiliens Garou, et c'est ainsi que le petit Timmy réalisa que les éponges sont toutes maléfiques, et c'est pour ça que c'est si horrible de faire la vaisselle sans l'aide de magie ! C'était chouette, non ?

Elle tourna la tête... et réalisa que ses trois amis s'étaient endormis. M'sieur Castor ronflait comme un sonneur, allongé contre Malichouquette qui bavait sur l'épaule de Triply, dont le nez sifflait en rythme. L'Irlandaise haussa les épaules :

-C'est l'heure du dodo ? Ouais, bon, pourquoi pas...

Elle mit sa tête sur les genoux de sa meilleure amie endormie, et se mit à ronronner. Et il ne lui fallut pas bien longtemps pour trouver elle aussi le sommeil....

… et elle dormit du sommeil du juste, jusqu'au moment où elle sentit quelque chose couler sur sa joue.

Elle réprima un bâillement, ouvrit les yeux, et réalisa qu'une paire de pupilles jaunes la fixait, à moins de cinq centimètres d'elle. Qui appartenait à un monstre au museau allongé et aux dents horriblement pointues, qui salivait sur son visage.

La chose grogna, et l'Irlandaise hurla à plein poumons, d'une voix si aigue qu'elle aurait pu briser du cristal. Repoussant son assaillant d'un coup de pied, elle se redressa d'un coup, et tira d'un coup sec le bras d'Eolia. Cette dernière, qui venait de se réveiller en sursaut sous le cri de son amie, n'eut pas le temps de comprendre quoique ce soit : la Pi Omicron Pi la fit courir derrière elle hors du bâtiment de cours, et sprinta au hasard dans le quartier, dans la nuit noire et brumeuse, uniquement éclairée par la lune ronde.

Au bout d'un long moment, alors que les deux traversaient un des gigantesques parcs boisés qui jouxtaient l'Allée des Savoirs Interdits, la jolie rouquine lâcha la main de la garçonne, et s'arrêta :

-Grisette ? fit-elle, un peu perdue, en prenant appui sur un des nombreux arbres alentour.

L'Irlandaise lui fit face, et écarquilla les yeux :

-Triply ! Je sais pas si t'as bien vu mais le monmonstre est là ! Faut qu'on se carapate loin !
-Et les autres ?
-Ils devront se débrouiller : je dois d'abord te mettre à l'abri toi !
-Grisette, non, il faut qu'on aille voir s'ils vont bien !
-Mais Triply-euh !
-Je ne veux pas devenir Auror pour rien tu sais, dit doucement la rousse.

Venant ponctuer cette phrase, de gros nuages passèrent devant la lune, et Griselda déglutit : sans cette lumière blafarde, on n'y voyait pas à un mètre...



L'amour à l'Irlandaise,
C'est que je t'aime, je t'aime, je t'aime ! JE T'AIME ! cours
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Eolia E. Evans

Messages : 127

Situation Amoureuse : Célibataire ( pour l'instant ♡ )

Sorts Connus : Locomotor Barda
Failamalle
Aguamenti
Incarcerem

Inventaire : Poudre de perlimpimpin,
Poudre de cheminette,
Poster du bon Docteur Magouille,
Potion Miracle du bon Docteur Magouille,
Tequila Magouillita,
Lait de poule du bon Docteur Magouille
BON DE -25% POUR LA BOUTIQUE !
MessageSujet: Re: Le loup avait les crocs...   Mar 22 Déc 2015 - 9:05

Bon. En résumé, Eolia avait transplané avec les trois autres gaillards juste après s’être pris le bec avec Mali. Bon, ok, elle n’était pas toute blanche dans l’histoire mais Malicia n’aimait pas beaucoup Grisette et elle ne se gênait pas pour le faire savoir avec ses remarques lourdes de sens et autres. Et quand on s’en prenait a Grigri, la rouquine sortait les griffes. Elle avait donc transplané avec eux et s’était une nouvelle fois engueulée avec Mali. Et puis ils étaient partis faire un feu de camp dans la salle d’entrainement des Aurors en formation. Et c’est a ce moment que la jeune fille avait commencé a flipper de ouf. Elle sentait une présence désagréable dans le bâtiment mais, étant paranoïaque, elle ne l’prenait pas au sérieux alors elle avait fermé sa bouche. La rouquine essayait de faire le moins de bruit possible avec le talon de ses cuissardes adorées. Ce qui était assez difficile en fin de compte…

Au final, Grigri s’était mise a raconter une histoire a propos de martiens et d’éponge maléfique mais elle n’avait pas écouté grand-chose. C’était assez…Ennuyeux ? Mouais. Alors, elle s’était endormit, comme les autres. Elle avait rêvé de son frère d’adoption et de sa mère. La vraie. Cette peste qui l’avait abandonnée sans scrupules. Enfin, elle ne réussit pas a dormir bien longtemps. Un cri strident parvint a ses oreilles et elle se réveilla en sursaut, ses yeux sondant toute la pièce. Sauf qu’elle n’eut pas le temps de le faire vu qu’elle se sentit tirée en dehors de la pièce. Elle dut courir aussi vite qu’elle le put pour rattraper Griselda qui détalait tel un lapin ayant vu un renard. Eolia n’avait jamais eu de problèmes a courir avec des talons. Jamais.

Les jeunes filles arrivèrent dans un sorte de parc ou un truc du genre et Eolia lacha la main de sa meilleure amie.

Grisette ? fit-elle en prenant appui sur un des nombreux arbres alentour.

L'Irlandaise lui fit face, et écarquilla les yeux :

-Triply ! Je sais pas si t'as bien vu mais le monmonstre est là ! Faut qu'on se carapate loin !
-Et les autres ?
-Ils devront se débrouiller : je dois d'abord te mettre à l'abri toi !
-Grisette, non, il faut qu'on aille voir s'ils vont bien !
-Mais Triply-euh !
-Je ne veux pas devenir Auror pour rien tu sais, dit-elle doucement.

Eolia sourit et se redressa. Il faisait nuit noire et elle aimait pas ça. Elle lança un Lumos et transplana avec Griselda dans le bâtiment ou les deux autres étaient. Le doute et la culpabilité pris place dans le cœur de la rouquine. Et si ses amis étaient blessés, ou pire, morts a cause de la bête ? Et si le monstre les avait dévorés crus ?

Elle accéléra le pas et observa tout autour d’elle, passant dans sa tête tous les sorts possibles pour repousser un loup garou. Expelliarmus, Stupéfix, Répulso, Spero Patronum…

Elle ne remarqua pas que son amie ne la suivait plus, ni qu’elle s’avançait un peu trop loin dans le bâtiment, trop enfoncée dans ses réflexions. Elle revint a la réalité quand elle se cogna a quelque chose, ou a quelqu’un, de solide. Elle leva les yeux vers la personne et son sang se glaça dans ses veines. Elle recula et ses yeux s’ouvrirent au maximum. Miss Krapull, la secrétaire de Magouille, se tenait devant elle, l’air pas trop commode et les yeux…Jaunes. Eolia pointa sa baguette sur la femme, puisant dans toute son énergie pour reprendre contenance. Ne jamais montrer ses faiblesses a son ennemi – règle numéro une. Krapull fit un pas en avant, souriant mauvaisement et Eolia serra la mâchoire.

-Locomotor mortis ! Incarcerem ! Everte Statim ! lança-t-elle, faisant tournoyer sa baguette au rythme de ses paroles.

Une fois que Krapull fut enroulée de cordes et projetée au loin, Eolia se laissa glisser le long du mur.

-Waw…Je…Oh Merlin, Oh Merlin, Oh Merlin ! J’me suis cassée un ongle !

~¤~

IRL; persone m'a précisé si j'avais le droit de maltraiter Krapull ou non alors j'ai fait a ma guise Very Happy si y'a le moindre soucis, MPez moué !



Je crois que je suis assez vieille pour reconnaître les connards, chéri.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Marcus Flynn

Messages : 536

Situation Amoureuse : tout va bien ! Ma femme va revenir, que j'vous dis !

Sorts Connus : Aguamenti,
Assurdiato,
Defodio,
Episkey,
Inflammarae,
Pointe au Nord,
Protego,
Repulso,
Revigor,
Spero Patronum,
Confringo,
Hominum Revelio,
Cave Inimicum


Inventaire : Chocolat Cépamoi (x2)
Philtre de Requinquance (x2)
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x7)
Lait de Poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x5)
Tequila Magouilita (x2),
Onguent d'amnésie du Dr Oubbly,
Scrutoscope,
Glace à l'ennemi

MessageSujet: Re: Le loup avait les crocs...   Mer 23 Déc 2015 - 20:26

Marcus était furieux. Et encore, c'était un mot bien faible pour décrire la rage folle, qui le consumait tant qu'elle lui mettait la bave aux lèvres.

Fallait dire qu'il y avait de quoi être furibard : après avoir passé la foutue journée à chasser le monstre, sa clique et lui s'étaient finalement endormis au moment le plus critique. Endormis ! Comme des bleusailles ! Tout ça à cause des histoires soporifiques d'O'Neil sur des aliens venus d'ailleurs, des hommes-lezards et autres sornettes à propos d'éponges diaboliques : personne au monde ne pouvait supporter ça sans se foutre à pioncer !

Et évidemment, le bestiau avait profité de ce moment de faiblesse pour les attaquer. Et Marcus ronquait tant qu'il ne l'avait qu'à peine remarqué : le temps que les hurlements le fassent se lever, ses potesses avaient déjà décampé en laissant la porte grande ouverte, poursuivies par le monstre sanguinaire. Et ça, c'était pas bon du tout du tout du tout. Parce que si jamais la bête enragée qu'il avait déjà laissé échapper une fois rattrapait Malicia, Eolia ou même cette semi-tarée d'O'Neil, y'aurait du vilain... et ça serait entièrement sa faute.

Laissant le gymnase et le feu de camp encore crépitant derrière lui, il se mit à courir dans la nuit, au hasard. Les reflets de la lune éclairaient assez la WoW pour qu'il y voie comme en plein jour... mais il ne savait pas où aller pour retrouver les trois gaillardes qui l'accompagnaient.

-BOUFTOUT ?! O'NEIL ?! EVANS ?! Z'ETES OU ?! hurla-t-il.

Une bourrasque de vent glacial le frappa de plein fouet... mais cela ne parvint pas à calmer la colère intense, mêlée d'inquiétude, qui montait en lui.

-BOUFTOUT ! BORDEL ! FAIS PAS LA CON ! DIS-MOI OÙ TU ES ! ragea-t-il à nouveau.

Mais personne ne lui répondit, hormis l’écho lointain d'un chien se mettant à aboyer.
Soudain, un cri féminin brisa le silence nocturne, et le PAF se retourna en un bond, aux aguets : ça venait du bâtiment d'Aurorologie !

Marcus se rua dedans, remonta des couloirs et des couloirs, en se fiant à son ouïe seule... pour finalement tomber sur sa camarade de cours Zêta, affalée contre un mur, lâcher d'une voix chargée en émotion :

-Oh Merlin, Oh Merlin, Oh Merlin ! J’me suis cassé un ongle !

Eolia redressa la tête, et, voyant Marcus, elle le considéra avec des yeux ronds, la bouche bée de surprise, comme si elle ne s'attendait pas à sa présence ici.
Le PAF quant à lui serra les dents et grogna : c'était pour un ongle cassé qu'il avait couru comme un dératé ?! Y'avait même pas un peu d'action ?!

Mais, en une demi-seconde, sa déception se mua en rage pure : miss Krapull était là, dans un coin. Les yeux jaunes et luisants. Elle était ficelée dans un sortilège d’entrave, qu'elle déchiqueta en un coup, d'une main aux ongles anormalement acérés.

-Je t'attendais, siffla-t-elle en fixant l'étudiant en Aurorologie sans ciller.

Ni une ni deux, Marcus rugit et bondit sur elle. Toute la peur qu'elle lui inspirait d'ordinaire s'était diluée dans sa colère et dans sa furieuse envie d'en découdre. Les deux roulèrent sur le sol, en s'empoignant mutuellement, le visage crispé. Quand soudain, la secrétaire lui intima :

-Mords-moi !

Cela décontenança le gaillard, qui relâcha son étreinte, et balbutia :

-Que... quoi ?

-MORDS-MOI !

-Je ne suis pas celui que vous croyez ! glapit l'étudiant.

Il repoussa la blonde, et se redressa, mal à l'aise :

-'fin... Chus flatté, tout ça, mais chus un homme marié, hein...

-MORDS-MOI ! s'époumona Krapull, enragée. J'EN AI ASSEZ D'ÊTRE COINCÉE DANS CE CORPS D'HUMAINE ! JE VEUX ÊTRE UN MONSTRE ! COMME TOI !

Cette phrase fut comme le déclic qui permit à Marcus de réaliser la vérité. Il baissa les yeux sur ses propres mains... et ne fut qu'à peine surpris de réaliser qu'elles étaient devenues d'immenses papattes canines, poilues et griffues.

-Roh, c'était donc ça ! s'exclama-t-il.

Ça expliquait pourquoi il se sentait plus grand. Et plus dentu. Et plus poilu. Et plus fort. Et plus enragé que Luluchou pendant la mauvaise période du mois. Et ça expliquait aussi pourquoi personne ne semblait comprendre le moindre des mots grognés qui sortaient de son museau allongé. Et pourquoi O'Neil avait hurlé et fui en le voyant. Et pourquoi Evans le fixait sans bouger, en tremblant de tout son corps.

Ah ben ouais ça se tenait : c'était lui le monstre qu'il chassait depuis le début ! Il était un loup-garou ! Aah mais ouais ! Ça devait sans doute dater de l'autre jour, quand sa prof l'avait mordu aux fesses parce qu'il avait mis plus d'une minute à faire son parcours du combattant !

Profitant de la réflexion du tout nouveau lupin, Krapull se rua à nouveau sur lui... mais les réflexes du musculeux gaillard s'étaient étoffés en même temps que ses poils : il décocha un méchant coup de griffe à la blonde hystérique, et la malheureuse pseudo-humaine alla s'étaler plus loin, inconsciente, le visage en sang.

Marcus poussa un long hurlement de satisfaction sauvage, puis grogna, tout en se grattant frénétiquement le derrière de l'oreille à la manière d'un chien. Il était un loup-garou. Boarf, c'était pas trop grave. Après tout, il était un bon gars, un chic type même, et, loup ou pas, jamais il s'en irait faire du mal gratuitement aux braves gaillards du campus. C'était certain : avec ses instincts de Pi Alpha Fi et son entraînement de futur Auror, il contrôlerait facilement le monstre en lui !

Derrière lui, Eolia couina ; et le sang de Marcus ne fit qu'un tour. Il se rua sur elle en rugissant, et, menaçant, leva sa patte aux griffes comme des rasoirs.

Oups. Ou pas finalement.



On va poutrer du zombie !!!


Mes RPs du Moment !



Les aventuriers de la mémoire perdue, avec Malicia "Bouftout" McGuire et Doc Magouille

Bro of the dead, avec Drago Malefoy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Occultes
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 177
avatar
Malicia McGuire

Messages : 3371

Double Compte : Aucun !
Situation Amoureuse : Comme un ouragan qui passait sur moi... lol

Sorts Connus : Aguamenti,
Assurdiato,
Batrasempra,
Calmos Pacificatum,
Confundo,
Defodio,
Episkey,
Failamalle,
Ferula,
Gemino,
Impervius,
Incarcerem/Lashlabask,
Oubliettes,
Periculo Pugno
Portus,
Protego,
Protéiforme,
Tarentallegra,
Purée de pois,
Furunculus,
Mucus ad nauseam,
Duro,
Amplificatum,
Revigoré,
Elasticus

Inventaire : Chocolats Cépamoi (x5)
Essence de dictame (x5),
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Philtre de Requinquance (x5),
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Potion Tue-loup,
Rapeltout,
Tequila Magouillita,
Potion contraceptive
MessageSujet: Re: Le loup avait les crocs...   Lun 28 Déc 2015 - 22:22

L’air de la nuit était froid. Tellement froid. On aurait cru un poignard. Non, des milliers de petits poignards acérés. Ça lui transperçait les poumons, ça lui donnait l’impression qu’ils étaient en sang. Peut-être bien qu'ils étaient vraiment en sang, d'ailleurs. Elle avait tellement hurlé. Elle avait tellement eu peur.  

Le cri de Griselda résonnait encore dans ses oreilles. Il avait été affreux, ce cri. Sûrement parce que Gri ne criait jamais, d'habitude. Et c'était bien la première fois que l'irlandaise avait peur. Mali s'était levée d'un seul coup. Il y avait eu ce cri. Et puis, le désordre. Tout le monde était parti. Tout le monde était parti si vite qu'elle avait à peine eu le temps de comprendre ce qui se passait. Et maintenant, elle était seule dans les ténèbres.

Mali voulut s'arrêter pour reprendre sa respiration. Mais le halètement qu'elle avait entendu tout à l'heure et ces grands yeux jaunes luisants lui disait de courir. De ne surtout pas s'arrêter. Un loup, ça ne s'arrête jamais.

La métisse tremblait comme une feuille. Elle n'avait pas de souffle, elle avait perdu Gri, Eolia et Minus, et elle n'avait pas de baguette. Et encore moins de pouvoirs. En gros, elle était morte.

A ce moment là, le cœur de Mali s'emballa comme jamais : et si le loup avait poursuivi ses amis ? Et si il les avaient déjà trouvés ?  Et si Gri et Eolia n'avait pas réussi à s'enfuir ? Et si Minus avait décidé de jouer au cador ? Et s'il avait décidé de braver tout seul le monstre ?

Mali secoua brusquement la tête, horrifiée : dans le peu qu'elle se rappelait de la débandade, elle n'avait pas vu Marcus ! Il avait sûrement voulu se battre tout seul, il avait sûrement...

-Oh non, Minus ! s'étouffa-t-elle.

Elle s'arrêta. Et rebroussa aussi sec chemin. Il fallait qu'elle retrouve Marcus. Il fallait qu'elle les retrouve tous, et qu'ils trouvent un moyen d'arrêter le loup-garou ! Mais comment les retrouver ? Elle ne pouvait pas crier, ça attirerait droit la bête sur elle ! Elle ne pouvait pas utiliser ses pouvoirs, elle n'en avait plus ! Tant pis ! Elle trouverait ! Il fallait qu'elle trouve !

Mali manqua de se prendre les pieds dans une des armoires des vestiaires d'aurorologie, qui avait été jetée à terre et éventrée par un coup de griffe. Elle se pencha pour l'observer et tendit une main tremblante. Elle n'arrivait plus à contrôler son souffle et son cœur tambourinait à ses tempes...

Un cri, provenant de la pièce voisine, résonna derrière elle et elle étouffa son propre hurlement de terreur.

-Eolia ! souffla-t-elle, affolée.

Ses jambes se transformèrent instantanément en guimauves. Heureusement, c'était qu'une métaphore et Mali avança aussi silencieusement qu'elle le pouvait vers la source du raffut. Elle entrouvrit la porte qui la séparait de sa camarade et hoqueta de frayeur : Krapull gisait à quelques pas d'elle, inconsciente, dans une mare de sang. Et à  quelques mètres derrière, Eolia était à terre. Devant un énorme loup.

Non pire que ça. Ça avait deux fois la taille d'un loup. Et une forme vaguement humaine. Ça avait de longs membres griffus, et des muscles hirsutes, tordus par la mutation. Des crocs aussi. Des crocs grands comme sa propre main, et plantés dans n'importe quel sens. De grands yeux jaunes qui brillaient d'une lueur meurtrière dans le noir. Le monstre avait la patte levée, prêt à tuer la pauvre Eolia.

Alors Mali fit la première chose qui lui passait par l'esprit.

-Poc.

Le loup se retourna vivement vers elle et considéra la copie du Magyar Déchaîné qui venait de lui frapper le dos du crâne. Mali grimaça, horrifiée. Elle avait voulu viser le mur juste à côté, pas le loup lui-même ! Maintenant, elle savait pourquoi Lulu, Minus et Darius lui avaient conseillé de ne surtout, surtout pas devenir poursuiveuse !

Le loup chargea. Et Mali le regarda faire, sans pouvoir bouger un muscle.

o0o0o0o0o

Flash-back

-L'art de la métamorphose ? bégaya Malicia, en répétant ce que venait de lui dire le Dr Froud.

Le psychémage se mit à pianoter sur son bureau :

-Foyez-vous, jeune Fraü. La métamorphose est un art magique puissant et instable. C'est ein maîtresse possessive, à tel point que certaines familles ont délaissé les autres arcanes afin de s'y consacrer. D'autres ont reçu un don plus important : la métamorphose coule dans leurs veines !

Froud fixa en silence Malicia qui n'osait dire un seul mot.

-Bien évidemment, ce don a été gardé jalousement, si jalousement qu'il s'est tari et seule une poignée de sorcier est à présent en sa possession. Les métamorphomagen. Certaines familles en ont fait leur fierté, d'autres...

Le docteur marqua une pause et se pencha vers la métisse :

-... ne soupçonnent même pas qu'ils possèdent diese don.

-Mais je suis pas métamorphomage ! se défendit Malicia.

-Nein, en effet ! Mais vous auriez pu l'être. Votre famille a gardé des traces de cet héritage passé. N'êtes vous pas connus pour vos couleurs de cheveux originales ? Vous avez des cheveux couleur or depuis l'enfance, et votre grand-mère, qui fait partie de mein freunds, possède un rose vif des plus loufoques.

Mali grimaça alors que le Docteur se mettait à marcher en long et en large dans la salle :

-Foyez-vous, Fraulein McGuire, le problemen, c'est que la potion empoisonnée que vous a fait boire votre ennemie a réveillé ce don dormant et l'a déstabilisé. Il puise dans votre énergie magique, il réagit à vos émotions, vos colères, vos peurs...

-Mais ça peut se calmer, hein ? Ça VA se calmer ? Je vais retrouver mes pouvoirs ? insista Malicia.

Le Dr Froud la regarda sans faire paraître ce qu'il pensait :

-Peut-être pas sous la forme que vous attendez. Et rien ne dit que vous le contrôlerez un jour, Fraulein.

Le psychémage prit sa main dans la sienne :

-Jusqu'à nouvel ordre, il faudra vous considérer comme... cassée.

o0o0o0o

Mali avait fermé les yeux. Elle allait mourir. Même dans le noir, elle pouvait sentir le loup se déplacer vers elle à toute vitesse. Alors elle pensa. A Darius. A Lulu. A Minus. A sa famille. Elle dit au-revoir à tout le monde, en silence. Et serra les paupières encore plus fort.

Et puis, rien. Enfin, non, pas tout à fait rien. Quelque chose était en train de changer en elle. Quelque chose qu'elle ne contrôlait pas et qui avait autant peur qu'elle de mourir. Et tout à coup, elle sentit qu'elle changeait, qu'elle grandissait. Elle avait l'impression d'avoir elle aussi, des muscles noueux, une gueule pleine de crocs. Elle avait l'impression d'être elle aussi un monstre. Elle pensait au loup. Elle ne l'entendait plus foncer vers elle. Mais elle savait qu'il était là, à quelques centimètres à peine de son visage. Elle pouvait sentir son souffle sur son cou.

Elle se risqua à ouvrir les yeux. Le loup était là. Il l'observait. Comme si elle était son égale. Il avait les yeux de Marcus.

La surprise passée, Mali se convainquit qu'il ne lui ferait pas de mal. Pour l'instant. Haletante, elle hésita et finit par tendre la main vers la bête. Mais ce n'était pas une main qui toucha la babine du monstre, mais une patte. Sa patte.

Alors elle sut quoi faire. Elle saisit doucement la potion tue-loup qu'elle avait emmené au cas-où avec elle pour la chasse et retenant sa respiration, la glissa lentement dans la gueule du monstre. Qui rugit et broya la fiole dans ses crocs. Elle hurla et se recroquevilla sur elle-même, morte de peur.

Quelques secondes plus tard, le museau du loup s'enfourna dans ses cheveux et lui câlina la tête. Malicia prit la plus grande bouffée d'air de sa vie.

-Oh mon dieu, merci ! s'exclama-t-elle, soulagée, ayant repris sa forme humaine sans s'en rendre compte.

Elle avait réussi !

-Mali !

Eolia se précipita sur elle :

-Comment t'as fait ?!

La métisse se releva, en tremblant toujours des pieds à la tête.

-Je... je sais pas... je...

-On s'en fout ! On est en vie !

Eolia lui sauta au cou et elle la serra aussi bien fort dans les bras. Elles étaient vivantes ! Et Marcus était... Mali se retourna vers le loup-garou :

-Minus ?

Le loup s'était assis et remuait la queue comme un gros toutou inoffensif. Mali porta la main à ses lèvres :

-Oh Minus, qu'est-ce qui t'es arrivé ?

-Une sacré chance, voilà ce qu'il lui est arrivé !

Les deux zetas se tournèrent vers Miss Krapull qui était sortie de sa torpeur. La secrétaire blonde s'avança sur ses talons aiguilles et les fusilla toutes les deux du regard :

-Vous avez gâché ma vie. Merci ! cracha-t-elle.

-Vous rigolez ? On vient de vous sauver les fesses ! cria Eolia.

-Je voulais redevenir un monstre ! Et vous vous êtes mises en travers de mon chemin !

Krapull était hors d'elle :

-J'étais une reptilienne depuis des siècles, et une sale petite peste d'étudiante m'a bloquée dans ce corps dégoutant d'humaine, et depuis je suis devenue mortelle ! C'est immonde ! Je dois redevenir un monstre, n'importe quel monstre ! Un loup-garou si il le faut ! Quand j'ai compris que vous étiez sur sa trace, j'ai tout fait pour le trouver avant vous pour me faire transformer ! Vous êtes arrivées et regardez le résultat !

La blonde montra d'un doigt très en colère Marcus qui se grattait l'oreille, bienheureux du bout de la patte. Il saisit le Magyar Déchaîné qui l'avait frappé tout à l'heure et se mit à sauter autour d'elle en aboyant, comme pour demander qu'on lui lance.

-Du beau boulot ! railla Miss Krapull.

Elle se tourna vers les deux zetas qui avaient écouté ce qu'elle avait à dire avec les yeux ronds comme des billes.

-C'que vous voulez nous dire... finit par articuler Mali, hésitante. C'est que les reptiliens existent vraiment et qu'ils sont parmi nous ?

Krapull stoppa tout net, bien embêtée.

-Je dois y aller.

Elle s'en alla en trombe.

-Bien bien bien... bafouilla Malicia sans en croire ses oreilles.

Elle se tourna vers ses deux amis et remarqua quelque chose. Elle demanda, inquiète :

-Où est Gri ?





Mes RPs du Moment !


Broken Mirror, avec Lucrécya Rincevent

Days before you came, avec Darius Lestrange
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2RvWE


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Médicomagie (Psychémage)
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 229
avatar
Griselda O'Neil

Messages : 934

Situation Amoureuse : Je suis célibataire, mais pas jalouse ! ♥

Sorts Connus : Aguamenti,
Desillusio,
Confringo,
Incarcerem,
Lashlabask,
Spero Patronum,
Calmos Pacificatum,
Rubeum Nasus,
Repulso,
Orchideus,
Subcingulus

Inventaire : Chocolat Cépamoi (x2)
Amortentia (x1)
Potion Contraceptive
Potion Miracle du bon Docteur Magouille (x3),
Tequila Magouillita,
Lait de poule du bon Docteur Magouille (x2)
MessageSujet: Re: Le loup avait les crocs...   Mer 30 Déc 2015 - 18:48

Malicia et Eolia remontaient le couloir du premier étage du bâtiment des clubs, Marcus bondissant autour d'elles comme un chienchien un peu fou. Les trois avaient passé une bonne heure à rechercher leur pote irlandaise, en vain.

-Je suis sûre que Griselda va bien, lança doucement Mali.
-Ah oui ? Et qu'est-ce que t'en sais d'abord ? Rétorqua Eolia.
-Ben, j'en sais rien, je suppose juste que...
-En fait ça t'arrangerait bien qu'elle n'aille pas bien, comme ça tu aurais une excuse pour l'évincer de votre journal !
-Quoi ?! Mais pas du tout !

La rouquine prit un air soupçonneux :

-Mouais... pourtant c'est pas ce que Grisette m'a dit...

Mali fronça les sourcils :

-Et qu'est-ce qu'elle t'a dit exactement ?
-Que tu critiquais toutes ses contributions à votre journal ! Si ça c'est pas une marque de jalousie...
-C'est pas notre journal, c'est MON journal ! Et Griselda en a fait un torchon !
-Jalouuuuse... chantonna Eo.

Malicia grommela, ouvrit la porte du QG du Magyar Déchaîné... et sursauta : assise à la table de rédaction, plus en forme que jamais, la garçonne aux yeux de crapaud lui lançait un gros sourire béat :

-Saaaaaalut Malily !

La métisse était trop étonnée pour répondre. Mais Eolia la poussa brusquement, pour pouvoir prendre l'irlandaise dans ses bras :

-Grisette tu vas biiiien !
-Oui, t'inquiètes pas ma Triply !

Malicia s'avança, et s'étonna.

-Mais qu'est-ce que tu fais là ? On t'a cherché partout !
-C'est pas la peine d'être agressive, maugréa la rousse, en se redressant et en croisant les bras.

Griselda, elle, haussa les épaules :

-Ben, vu qu'on avait un super scoop, j'me suis dit qu'il fallait que je bosse vite sur le prochain numéro du Magyar avant que quelqu'un nous pique l'idée !
-T'es vraiment maline ma p'tite Grisette ! la félicita sa meilleure amie.
-Ouais je sais !

Mali tordit la bouche :

-Griselda... Si tu veux parler de la véritable identité du monstre qui a attaqué les étudiants d'Aurorologie, vaut mieux qu'on garde ça pour nous ! J'ai pas envie d'attirer des ennuis à Minus, surtout qu'avec une potion tue-loup, il est inoffensif !

Elle tapota le sommet du crâne de la créature canine, qui, assis sur son popotin, remuait la queue en rythme. Griselda se leva, et se pencha vers le lycan :

-Ah tiens, M'sieur Castor t'es un loup garou ?
-Woof ! Répliqua le lupin.
-Et tu te sens comment ?
-Woof woof ! Waaah !

Grigri hocha la tête d'un air docte :

-Roh, non tu crois ? Et tu vas faire comment du coup ?
-Wouaf !
-Ah ben oui, si tu dois la libérer à l'heure, alors...
-Waaaaf !
-Mmmmh, je vois...
-Wouhouf ?
-Ouaip, pas de souci.
-Waaap.
-Rooooh, dingue ! T'es sûr de ça ?

Eolia et Malicia s'échangèrent un regard, alors que l'Irlandaise continuait à converser avec le loup-garou :

-Tu crois qu'ils se comprennent vraiment ?
-Avec Gri, tout est possible...

La POP finit par se rasseoir. Elle se frotta le menton, pensive :

-Ah ben oui c'est logique en même temps, qu'il soit loup-garoutisé. On a été bête de pas y penser !
-Tu trouves ? Dit Eo.
-Bah oui il a été attaqué par un monmonstre blond. Et Triply, toi, ton monmonstre était pas blond. Et M'sieur Castor était pas là pour la deuxième attaque. On aurait du deviner que c'était deux monmonstres différents !
-Oui, mais sur le moment c'était pas si évident, soupira Mali. Deux attaques similaires au même endroit... ça n'a rien d'étonnant qu'on se soit fourvoyé ! L'important c'est déjà que tout le monde aille bien...

Grigri allongea le cou vers ses deux potes, avide de savoir :

-D'ailleurs, comment vous vous en êtes sorties, hein, hein ?
-C'est Malicia qui nous a sauvé, expliqua Eolia en lançant un bref sourire à la métisse.

Les yeux de cette dernière se perdirent dans le vague, comme si elle était gênée de ce fait. Ou plutôt, un peu triste.

-Je... j'ai eu de la chance, c'est tout.
-Et au fait, c'est qui le monstre blond ? Fit soudain la Zeta rousse. Quand même pas Miss Krapull...

La garçonne pouffa de rire :

-Nan, tout le monde sait que miss Krapull est une ancienne reptilienne ! Et ça a pas de poils les reptiles !
-C'est la prof d'Aurorologie, plutôt, supposa Malicia. Elle nous a avoué oublier sa potion tue-loup de temps en temps.

La rousse frissonna :

-Et bien, déjà que je trouvais miss Von Horn impressionnante sans ça... A partir de maintenant, je vais m'assurer personnellement, chaque mois, qu'elle ne l'oublie plus jamais !

Mali hocha la tête, un peu rassurée. La fofolle irlandaise lui lança un large sourire :

-Enfin bref. T'inquiète pas Malichouquette, j'parle pas de m'sieur Castor-garou et de ses secrets dans le prochain numéro de notre journal ! C'est d'un plus gros scoop dont je parle !

Elle tapota la pile de feuilles devant elle, fière d'elle. Eolia se pencha, lut... et pouffa de rire.

-Oh Grisette, c'est trop drôle ! T'as tellement d'humour !

Écarquillant soudain les yeux d'appréhension, Malicia se précipita sur le prototype du prochain numéro... et manqua de défaillir :

-Mais qu'est-ce que c'est que ça ???
-Ben, le prochain numéro du Magyar ! Je voulais te faire une surprise : SURPRIIISE !

Mais son sourire s’amenuisa devant la mine effarée de la métisse :

-T'aimes pas ma surprise ? Couina-t-elle d'une toute petite voix.
-Fais pas attention à elle ma Grisette, faut toujours qu'elle critique tout ce que tu fais, celle-la... insinua la rouquine en passant ses bras autour d'elle.

Mais Malicia n'écoutait même pas les insinuations d'Eolia. Tremblante, elle ne pouvait pas détacher ses yeux de la une de son propre journal. En police Comic Sans MS, un long titre flashait : « Malicia McGuire, la Zêta qui cache bien son jeu ! Ses rapports sulfureux avec les hommes, ses soirées hot spécial célibataires, son problème salivaire... Le Magyar vous révèle tout !!! » Le tout illustré par une photo d'elle même, en si gros plan qu'elle en devenait presque artistique... et qu'on aurait pu compter ses points noirs. Dessus, la métisse dormait visiblement à poing fermée, la joue posée contre une épaule qui appartenait à Marcus avant sa métamorphose lycantrope. Un mince filet de bave lui coulait au coin des lèvres.

-Oh mon Dieu... articula Malicia.

Ses cheveux prirent une teinte pourpre annonciatrice de fureur, mais Gri ne s'en rendit pas compte. Elle continuait à babiller :

-Ouais je sais ce que tu te dis Malichouquette : la trésorerie est à sec ! Mais j'ai été maline ! Avant notre veillée au feu, j'ai été voir la prof de Castor et de Triply, et je lui ai dit que la photo Meestic de célibattue que je lui ai piquée ferait la une de notre journal si elle me filait pas dix gallions... et elle me les a filé ! Bon j'ai du changer d'idée de une du coup... mais t'as vu, je manque pas de ressources !
-Ahah ça c'est sûr ma Grisette ! rigola Eolia.

Mali la fusilla du regard :

-Il est hors de question que ça parte à l'impression !!!
-Maiiis arrête de t'en faire ! S'esclaffa Gri. C'est DÉJÀ parti à l'impression ! Les premiers numéros seront disponible au kiosque de la WoW dans une heure !

Et, alors que la malheureuse métisse tremblait de colère, elle se leva et déclara, guillerette :

-Bon, c'est pas tout ça, mais je dois y aller : m'sieur Castor m'a demandé d'aller relayer la baby-sitter qui s'occupe de son bébé le temps qu'il redevienne humain, parce que Lulu la Berlue est partie faire un truc à Poudlard !
-Il t'a demandé ça quand ? demanda Eo en levant un sourcil.
-Ben là, à l'instant ! répondit Gri.
-Woof ! Confirma le loup-garou.

Eolia sourit :

-Eh ben ma Grisette, tu m'étonneras toujours ! Allez, moi aussi je vais me rentrer, il se fait tard.
-Je te raccompagne ! Proposa l'irlandaise. Ca te dégange pas qu'on fasse un petit détour, m'sieur Castor ?
-Wouah wouah !
-Ok, c'est parti les loulous !

Et les trois sortirent de la pièce dans les rires et les jappements.

Restée seule, Mali se laissa tomber sur un siège... et geignit longuement, en se plaquant la paume de la main sur le front.



L'amour à l'Irlandaise,
C'est que je t'aime, je t'aime, je t'aime ! JE T'AIME ! cours
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Le loup avait les crocs...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wizardry & Occult Witchcraft University :: RPG :: Quidditchsway :: Maison des Clubs-