Image Image ImageAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 
Partagez | 
 

 La Revanche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière ::
Description ::
Bons Points : Bons Points ::
avatar
Le Doyen

Messages : 1594

Situation Amoureuse : Inconnue.

Sorts Connus : TOUS ! Vous voulez plus de sorts ?
Visitez ma boutique !

Inventaire :
PLEIN !
Vous voulez plus de potions ?
Vous voulez plus d'objets ?
Visitez ma boutique !
MessageSujet: La Revanche   Lun 4 Jan 2016 - 19:34

La Revanche
  AVEC : le sémillant Dr Magouille et sa fringante pouliche Myosotis
  PRIVÉ / PUBLIC : Privé
  DATE : 14 Février


Le bureau de Mademoiselle Sacrin, la directrice de l'Orphelinat Sainte Miquette, était à son image : austère, antique et glacial. Des générations et des générations d'enfants avaient été convoquées dans cette pièce... et en étaient ressorties les joues rougies, les mains en sang, et l'esprit brisé.

Du haut de ses sept ans, Magnus Magouille en était bien conscient. Et, de fait, il tentait vainement de sembler le plus innocent possible, en envoyant un sourire angélique à sa directrice. Laquelle n'était guère impressionnée.
Le regard sévère et le chignon revêche, la vieille carne tapotait dans ses mains sèches et osseuses une longue règle en fer usée, recouverte d'hémoglobine séché.

-C'est pas moi ! lança vivement le garçonnet, sur la défensive.

La vieille peau plissa les yeux méchamment :

-Je ne vous ai encore accusé de rien, Magouille, dit-elle sèchement.

Elle fondit sur sa proie tel un rapace, et le toisa :

-Savez-vous pourquoi j'ai choisi ce métier ? grinça-t-elle.

-Parce que vous êtes très très laide et très très aigrie ? suggéra effrontément Magnus.

La règle fendit l'air, et le gamin poussa un cri : une zébrure rouge lui teinta la joue.

-Non, c'est pour avoir le plaisir de réprimander les garnements dans votre genre ! siffla la directrice, les yeux noirs. Le démon qui vous habite quittera votre corps, dussé-je vous battre à mort pour cela !

Elle releva sa règle, menaçante :

-Vous avez mis le feu au réfectoire de l'orphelinat, après y avoir enfermé vingt de vos camarades ! Pourquoi ?

-Mais c'est pas moi !

La règle s'abattit à nouveau, et Magnus grimaça de douleur :

-D'accord, d'accord, c'était moi... avoua-t-il en secouant sa main douloureuse. Mais ils l'avaient tous mérité ! Ils s'étaient tous moqué de moi ! Ils font ça tout le temps, tous les jours !

Il baissa la tête, et murmura, boudeur :

-Personne ne m'aime...

Miss Sacrin eut un reniflement de dédain :

-Il n'y a rien d'étonnant à cela. Rappelez-vous pourquoi vous êtes ici : vos parents eux-même ne vous aimaient pas. Et pourquoi l'aurait-il fait ? Vous êtes violent, menteur, déviant et pyromane !

-C'est pas vrai ! se défendit Magnus. Enfin... ça veut dire quoi pyromane ?

Un nouveau coup de règle en fer cingla sur le malheureux garçonnet.

-Vous êtes de la mauvaise herbe, vous avez débuté votre vie comme un délinquant, vous la finirez comme un délinquant, et personne n'aime les délinquants ! C'est pour cela que vous n'aurez jamais aucun ami, jamais aucun allié, et jamais au grand jamais personne ne vous aimera ! JAMAIS !

Le visage dur, Miss Sacrin leva à nouveau sa règle.

*****


Les longs cheveux verts de Myosotis caressèrent le visage de Magouille :

-Je t'aime ! murmura-t-elle.

La dryade, dévêtue, frôla de ses lèvres celles du bon Docteur, avant de poser son visage contre son torse.

-Tu penses à quoi ? demanda-t-elle.

-A mon enfance, répondit le Doyen. T'en avais-je déjà parlé ?

Myo eut l'air chagrinée :

-Pourquoi tu penses à ça dans un moment pareil ?

Magouille se lissa le bout de sa moustache :

-A cause des coups de règles. Excepté qu'à l'époque, c'était moi qui recevait les coups, bien évidemment.

La française sourit avec complaisance, et Magouille passa ses mains derrière sa nuque, satisfait.

Ils étaient allongé sur un lit king size, qui trônait au milieu d'une chambre luxueuse. Le sol était recouvert de tapis d'Orient. Un gigantesque lustre en cristal illuminait les lieux, et faisait étinceler les nombreux bibelots et autres objets d'art de la pièce.

Sa pouliche et lui étaient partis en week-end dans un pays étranger dont il ne se rappelait pas le nom. Il se rappelait tout juste la raison pour laquelle il avait choisi cette destination : parce que c'était cher. Et qui disait cher, disait digne de lui. Et par un habile subterfuge, l'intégralité des frais de son "voyage d'affaire" avait été décompté sur les nouvelles taxes en vigueur à l'université, pour la soi-disant réfection du Stade Swiffer.

Tout ici lui montrait qu'il avait réussi. Une sacré victoire envers la vieille peau qui l'avait gardienné, étant enfant. Car en effet, miss Sacrin s'était mépris sur toute la ligne ! Il était aimé par une femme prête à se soumettre à ses moindres désirs. Certes, il était toujours violent, menteur, déviant et pyromane. Mais de délinquant, il était passé à criminel ! En somme, il était monté en grade !

La voix de Myosotis le tira de ses pensées :

-Au fait... il ne faudrait pas qu'on rentre trop tard à la WoW : ce soir il y a le bal de la St Valentin !

-Tu as raison, ma pouliche. J'avais confié l'organisation de cette fête à ce traîne-savates de Saussurus : j'ose espérer qu'il aura fait quelque chose de sobre et de bon goût.

Il tourna la tête et contempla la nudité de sa femme avec concupiscence, les yeux brillants :

-J'espère que tu vas porter cette robe rouge indécente, et trop courte de chaque côté, qui ne laisse aucune place à l'imagination. Ainsi cela me fera gagner du temps...

Myo ne sembla pas convaincue :

-Si tu veux, mais sachant que j'y vais avec Titus...

Magouille manqua de s'étrangler :

-Tu y vas avec Typhus Reynolds ?!




Le paiement des frais d'inscription n'est pas obligatoire mais fortement recommandé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Occultes
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 216
avatar
Myosotis Grandiflore

Messages : 2134

Situation Amoureuse : Célibataire. Ex-chérie de Magnus Magouille, mais ne s'en rappelle pas.

Sorts Connus : Aguamenti,
Calmos Pacificatum,
Confundo,
Contusionus Encontusiono,
Diffindo,
Episkey,
Failamalle,
Furonculus,
Impervius,
Incarcerem / Lashlabask,
Incendio,
Inflamarae,
Jambencoton,
Nauseis,
Orchideus,
Oubliettes,
Pointe au Nord,
Portus
Protego,
Repello Moldum,
Spero Patronum,
Repulso,
Rictusempra,
Lumps / Nox
Duro,
Amplificatum,
Revigor

Inventaire : Véritasérum,
Amortentia,
Philtre de Requinquance,
Potion Contraceptive (x3)
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouilita (x2),
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Scrutoscope
Poupée Vaudou
MessageSujet: Re: La Revanche   Sam 16 Jan 2016 - 17:40

Myosotis leva le menton. Elle considéra les yeux vairons et glaciaux de l'escroc, et chercha à y déceler un éventuel indice de moquerie... sans grand succès. Aussi, elle se redressa, les draps froissés du lit ramenés sur elle jusqu'aux hanches, et soupira :

- Tu plaisantes, non ?

Le docteur fronça les sourcils, visiblement, sans comprendre. La jeune femme explicita alors :

- Mon amour, je te l'ai dit au moins cinquante fois !

- Mmh.

- Je t'ai déjà expliqué ! insista la demoiselle nue. Ce n'est pas du tout contre toi, mais il vaut mieux pas que les gens sachent tout de suite que le Doyen s'est marié avec une étudiante, non ? Alors nous devrions éviter de nous afficher en public, le temps que je finisse mes études.

- Mmh mmh.

- Sans compter que je t'ai demandé y'a des jours si ça te dérangeait que j'y aille avec Titus ! Je t'ai expliqué que c'était mon meilleur ami et simplement mon meilleur ami, et que tu n'avais aucune crainte à avoir de ce côté là. Tu ne te rappelles pas ?

- Mmh.

Myosotis leva un sourcil, soudain consciente de quelque chose :

- En fait, tu ne m'as pas écouté.

- Mmh.

- Et là, tu m'écoutes ?!

Magouille, qui fixait intensément la poitrine de la dryade, dut vaguement sentir qu'on attendait quelque chose de lui. Aussi il leva les yeux, et lança :

- Mmmh... Pardon, tu disais ?

- Tu ne m'écoutes pas ! s'offusqua la jeune femme aux cheveux verts.

Le moustachu soupira avec condescendance :

- Bigre, ce n'est pas ma faute ! Tu ne décesses tes babillages typiquement féminins, et ce alors que tu es entièrement nue !

Myo roula exagérément son œil dans son orbite :

- Alors en fait, à chaque fois que je suis nue, c'est même pas la peine de te parler, c'est ça ?

La face de Magouille se fendit d'un large sourire goguenard, heureux d'être enfin compris :

- Parfaitement.

Devant le regard blasé de son épouse, il crut bon rajouter d'un ton libidineux, en lissant le bout de sa moustache :

- Excepté lorsque tu cries mon nom pendant que je te cravache, bien évidemment.

La jeune femme secoua la tête, partagée, comme souvent lors de ses échanges avec son mari, entre amusement et dépit. Mais elle ne perdait pas le principal sujet de leur conversation de vue :

- Et donc pour le bal...

- Mmh.

- Avec Titus, insista-t-elle.

Le moustachu émit un grognement méchant à la simple évocation de ce prénom, et Myosotis se mordilla la lèvre inférieure. Bon, au moins, à présent, il semblait l'écouter un minimum... mais clairement, la tactique n'était pas la bonne. Elle se pencha lascivement vers lui, et sa lourde crinière émeraude coula contre ses épaules nues. Plantant son regard dans celui de Magnus, et glissant sa main le long du torse de ce dernier, elle susurra de son habituelle voix de velours:

- Et si je te disais que je serais très gentille avec toi si tu acceptais ? Je rentre tôt, et je fais tout pour que notre première nuit de Saint-Valentin ensemble soit vraiment... inoubliable...

L’œil du Bon Docteur s'alluma :

- Inoubliable, comme cette délicieuse fois dans les toilettes du Stade ?

Le visage de la dryade s'illumina à ce souvenir grivois.

- Exact ! fit-elle, en riant à moitié. Ou mieux : comme la nuit qui a suivie le bal de Noël...

- Bigre, oui ! s'enthousiasma le moustachu. Voilà un souvenir des plus réjouissants... Mais pas autant que notre soirée de débauche alcoolisée, sous Brixton, insinua-t-il, un sourire au coin des lèvres.

- Ou la fois avec le fouet et l'incarcerem, sur le bureau de Saussurus !

- Ou lors de cette petite sauterie improvisée à Knightsbridge !

Myosotis se redressa brusquement, son sourire effacé :

- Heu... Non.

- Comment ça, non ? s'étonna le Bon Docteur. N'était-ce pas divertissant ?

- Ah, j'en doute pas. Mais c'était pas avec moi.

Magnus fixa la jeune femme quelques secondes, incrédule. Puis finit par dire :

- En es-tu certaine ?

-Je n'ai jamais mis les pieds à Knightsbridge de ma vie, fit sèchement la dryade.

Magouille n'eut pas l'air plus perturbé que ça. Il haussa les épaules, sans s'en faire :

- Ah oui, tiens, maintenant que tu me le dis, ce devait être une autre gourgandine à l'opulente poitrine... Dommage que tu n'aies pas été là, ceci dit, tu as raté quelque chose d'épique.

Il émit un rire lubrique. Myo leva son œil au plafond, ne préférant rien répondre. Elle glissa hors du lit, et ramassa un vêtement qui traînait par terre. Le tout sous le regard amusé de son mari :

- Et que fais-tu ? T'aurais-je vexé ?

- Non, j'adorerai entendre une fois de plus l'une de tes histoires de débauche avec d'autres que moi, ironisa la sorcière aux cheveux verts. Mais là, je dois me préparer pour aller au bal de ce soir.

Le Bon Docteur acquiesça :

- Ah oui, le Bal de la Saint-Valentin de l'université. Porte donc cette robe rouge indécente, et trop courte de chaque côté, qui ne laisse aucune place à l'imagination... ainsi cela me fera gagner du temps.

Myo rabattit les pans de sa chemise de nuit en dentelles sur son corps, et secoua la tête :

- Non, je te l'ai déjà dit : je vais m'habiller plus décemment, vu que je vais à cette soirée avec Titus.

Magouille se redressa brusquement, et manqua de s'étrangler :

- Tu y vas avec Typhus Reynolds ?!

Myo bloqua quelques secondes... puis soupira longuement, les bras ballants.

- Mais Magnus, on vient d'en parler !

- Et quand diable ? siffla le Doyen.

- Il y a pas deux minutes ! s'insurgea la fille-chlorophylle.

L'escroc plissa les yeux, suspicieux :

- Je ne m'en souviens pas. Je me rappelle juste de tes courbes nues et graciles, et des propositions alléchantes que tu m'as susurré...

Le regard du moustachu se perdit dans le vide, en direction de la poitrine de la jeune femme, que l'on distinguait parfaitement à travers la dentelle transparente de son unique vêtement. La dryade se frappa le front avec la paume de sa main. Ses conversations avec Magnus pouvaient s'avérer très, très éprouvantes. Surtout quand elle était en petite tenue.

- Bon, grommela-t-elle. Je vais me rhabiller et on va tout reprendre depuis le début, hein...


Bien plus tard, Myo se rend au Bal de la St Valentin !






Mes RPs du Moment !


Dream a little dream of me, avec Augustus Kane

Rock This Party !, avec plein de monde !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2ovdMPc
 

La Revanche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wizardry & Occult Witchcraft University :: RPG :: Au Delà du Portail Pointu-