Image Image ImageAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 
Partagez | 
 

 Experimental Activity

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Occultes
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 216
avatar
Myosotis Grandiflore

Messages : 2134

Situation Amoureuse : Célibataire. Ex-chérie de Magnus Magouille, mais ne s'en rappelle pas.

Sorts Connus : Aguamenti,
Calmos Pacificatum,
Confundo,
Contusionus Encontusiono,
Diffindo,
Episkey,
Failamalle,
Furonculus,
Impervius,
Incarcerem / Lashlabask,
Incendio,
Inflamarae,
Jambencoton,
Nauseis,
Orchideus,
Oubliettes,
Pointe au Nord,
Portus
Protego,
Repello Moldum,
Spero Patronum,
Repulso,
Rictusempra,
Lumps / Nox
Duro,
Amplificatum,
Revigor

Inventaire : Véritasérum,
Amortentia,
Philtre de Requinquance,
Potion Contraceptive (x3)
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouilita (x2),
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Scrutoscope
Poupée Vaudou
MessageSujet: Experimental Activity   Dim 29 Mai 2016 - 21:22


Experimental Activity
AVEC : Manon et Myosotis
PRIVÉ / PUBLIC : Privé
DATE : Jeudi 11 Février


Myosotis était nerveuse. Et elle s'ennuyait. Ce qui ne la rendait que plus nerveuse encore.
Ses doigts ne cessaient de tambouriner sur le bois de la table à laquelle elle était assise, sans même s'en rendre compte.

Elle n'avait aucune envie d'être loin de chez elle, ou de son époux. Elle aurait tout donné, pour retourner au chaud sous sa couette en sa compagnie... Mais voilà, elle avait fait une promesse à Magnus : elle allait devenir forte. Pour lui, pour leurs affaires. Elle ne comptait pas y faillir. Voilà pourquoi, après des semaines d'absence, elle était retournée en cours, dans l'espoir un peu fou d'apprendre à perfectionner son Vaudou.

Sauf qu'elle n'avait pas réalisé jusqu'alors à quel point c'était fou. Et à quel point c'était vain. Tout autour d'elle, des étudiants ignares, qui n'avaient jamais daigné lui adresser la parole, mais qui connaissaient les rumeurs sur elle et le Doyen, lui jetaient des œillades étonnées. Tout en écoutant avec peine l'impressionnante Mama Ogg raconter la vie d'une illustre sorcière de Louisiane. Et ils n'y comprenaient rien. Ils n'en tiraient rien. Parce qu'ils étaient idiots, tous autant qu'ils étaient, c'était un fait... mais aussi et surtout, parce qu'il n'y avait rien à en tirer. RIEN.

- ... la plus gwande des sowcièwe cwéole était sans aucun doute Mawie Laveau.. Vous twouvewez sa biogwaphie dans « Les Annales Vaudou, V4», page 652. Elle est née dans le quawtier moldu fwançais de La Nouvelle-Owléans, en 1801. Elle est suwtout connue pouw...

Le menton levé, de son air altier coutumier, la professeur marchait lentement, dans la pénombre de la salle de classe. Elle balançait dans son dos ses longues dreadlocks, au bout desquelles dansaient des têtes réduites grimaçantes. Elle lisait assidûment le livre qu'elle tenait dans ses longs doigts aux ongles noirs et griffus, d'une voix presque monotone. Rien ne venait troubler sa lecture, hormis le glouglou periodique de quelques fioles alambiquées et poussiéreuses sur les étagères, et le roulement névrotique de Barry, le hamster-zombi qui servait de mascotte à la classe, dans la petite roue de sa cage.

- ...une mambo vaudou spécialisée dans la divination et l'hypnose, et on la suwnommait la Weine du Vaudou...

L'étudiante aux cheveux verts se souvenait comment tout ça l'avait impressionnée, en première année, la toute première fois qu'elle avait pénétré dans le terrifiant Manoir qui lui servait de bâtiment de cours. Et maintenant, à peu près un an et demi plus tard, elle se rendait compte que tout ça n'était que des artifices ridicules, destinés à effrayer les plus crédules. De la poudre aux yeux pour cacher le manque flagrant de substance des cours de Sciences Occultes, en somme.

- ...sewait mowte en 1881, mais son espwit auwait été vu paw la suite hantant les wues de la Nouvelle-Owléans, et...

Tout ce que racontait la prof ténébreuse était aussi inutile que le papelard que les camarades de Myo ne manquerait pas d'obtenir comme diplôme. Et le pire, c'est qu'ils ne s'en rendaient même pas compte, cette bande d'ignares. Mais Myosotis, elle, s'en rendait compte. Elle était résolument plus maline et plus douée que tous ces primates réunis. Bref : elle n'avait rien à faire ici. Ce n'était clairement pas ça qui allait faire d'elle une sorcière plus forte. Ce n'était pas avec les petites historiettes de Mama Ogg qu'elle saurait protéger la vie de Magnus, sans mettre la sienne en danger. Non, il lui fallait chercher ailleurs. Perfectionner son Vaudou par elle-même, comme elle l'avait toujours fait. Et apprendre des sortilèges utiles, comme par exemple ceux interdits par le Ministère... Oui, Magnus se ferait un plaisir de lui enseigner.

La française sourit à cette idée.

- Tu t'es enfin décidée ? lui lança à mi-voix Bibi, juchée comme à son habitude sur son épaule.

- Ouais. On se barre.

- Enfin ! soupira exagérément la poupée.

La dryade agrippa son sac en bandoulière, et se leva d'un coup, en faisant crisser sa chaise.

- Mawie Laveau a utilisé le vaudou pour maudiwe ou pour guéwiw, ce qui nous pwouve que.. Myowsotis ?! Que fais-tu ?!

La prof, dressée de toute sa hauteur, toisait d'un air glacial la dryade qui se dirigeait vers la sortie. Sous les regards paresseux de tous ses camarades, qui s'aimantèrent d'un coup vers elle.

- Que fais-tu ?! répéta la sorcière aux longues dreads.

Autrefois, Myosotis adorait cette prof. Elle lui semblait toujours à l'écoute, et de bon conseil... mais plus la dryade s'était rapprochée de Magnus, plus la maîtresse de l'Occulte s'était montrée distante, voire agressive avec elle. Comme si elle devinait les moindres détails de sa vie privée... ce qui était probablement le cas, à vrai dire. Et à présent que Myo n'avait plus à cacher qu'elle était la femme du Doyen – et qu'elle ne voulait plus le cacher !-, voilà que Mama Ogg était plus teigneuse que jamais avec elle. Les bons conseils d'antan s'étaient mués en remarques acides, en sous-attendus lourds de sens, et en regards meurtriers.

Du coup, la jeune femme à la chevelure verte n'eut aucun scrupule pour lancer d'une voix claire :

- J'ai plus rien à apprendre ici.

Le regard de Madame Ogg se plissa de mépris.

- Ah oui ?

Myosotis haussa les épaules :

-J'ai fait mes propres recherches, pour tenter de transformer la théorie en pratique. Et vous savez quoi ?

Elle eut un sourire sournois :

- J'y suis arrivée. Toute seule. Qui d'autre dans cette classe, est parvenu à lancer de vrais maléfices Vaudou à part moi ? Qui a réussi à donner vie à sa poupée ? Je suis la meilleure ici, et vous le savez.

-C'est ce que tu cwois, persifla-t-elle. Tu n'es pas aussi pawfaite que tu le penses, mâdâme Magouille !

-Et vous non plus, rétorqua la jeune femme aux cheveux verts.

La remarque eut l'air de désarçonner la professeur :

-Comment ?!

Quelques étudiants déglutirent autour d'elle, d'autres détournèrent le regard, dans l'expectative de la colère de Mama... mais pas Myo. Toujours debout, la dryade soutint le regard de la sorcière vaudou, sans ciller. Bibi, sur son épaule, ne pouvait s'empêcher de pouffer de rire.

Un mince sourire condescendant étira ses lèvres de Myo. Il y a quelques mois, elle aurait été tétanisée à l'idée d'être aussi insolente devant un professeur. Mais elle avait changé, indubitablement. Elle avait vécu tellement de choses depuis... Elle avait côtoyé la mort, plusieurs fois. Elle l'avait frôlé, l'avait donnée de ses mains. Elle l'avait même traversé... littéralement.
Autant dire que les humeurs de cette sorcière de second ordre lui paraissait bien fades et bien futiles à coté de tout ça.

Ogg s'avança dangereusement vers son étudiante, et se plaça devant elle, enragée. Elle planta ses yeux jaunes furibonds dans le seul valide de la dryade, les dents serrées :

-Je vois que cet enfoiwé de faux doctew t'a wetouw'né la tête, siffla-t-elle. Mais n'oublie pas à qui tu pawles, Myowso...

Quelqu'un frappa à la porte, interrompant Ogg et le silence de mort qui régnait dans la salle de classe. Aussitôt, Saussurus entra de son habituel pas dandinant, et, ignorant l'ambiance glaciale, il clama d'une voix bien trop enjouée :

- Aaaah, bien le bonjour, Démentiella ! J'aurais besoin de vous emprunter l'un de vos étudiants ! Vous savez, à propos de... de...

Il se racla la gorge, et rajouta à demi-voix :

- A propos de l'affaire que vous savez... Sur la filière de Monsieur Vertefeuille...

L'air de rien, Myosotis tendit l'oreille, à l'évocation du nom du dryade détestable qui lui servait d'oncle. Il lui semblait bien que Saussurus avait évoqué cette affaire à Magnus, la veille, en sa présence. Mais le moustachu avait sommé son sous-fifre de laisser les profs se charger de ces broutilles, et il avait envoyé le malheureux paître, avant que Myo n'ait le temps d'en apprendre davantage.

Un sourire mauvais naquit sur les lèvres de la professeur de Sciences Occultes :

- Un étudiant ?

Elle désigna d'un geste méprisant du bras la française aux cheveux verts, qui arqua son sourcil, surprise.

- La voilà, ma meilleuwe étudiante ! claironna Mama d'un ton mauvais. La meilleuwe d'entwe tous ! Mais je vous pwéviens, Sausuwus, ce n'est pas un cadeau !

Le bras droit du Doyen sursauta, en reconnaissant soudain la femme de son patron. Et il se fit d'un coup plus transpirant.

- Ah ! Heu... elle?! Non, je ne sais pas...

Il détourna son regard, comme s'il ne voulait pas regarder directement vers Myo, comme un arachnophobe devant une Acromentula. Myosotis n'en fut pas surprise : elle commençait à avoir l'habitude de la crainte du sous-fifre à son égard. Et elle ne détestait pas la sensation.

- Si, affirma Mama Ogg.

- Mais... m... mais, bégaya le bras droit du Doyen, décontenancé. S'il lui arrivait quoique ce soit... Non, je... je ne peux pas prendre le risque de...

- Si, trancha la sorcière vaudou d'une voix autoritaire. Madame Magouille se pense tellement douée, à elle de nous montwer de quoi elle est capable !

Elle fusilla la dryade du regard, et cracha, sarcastique :

- N'est-ce pas, Myowsotis ? N'es-tu pas meilleuw' que toute cette classe wéunie ?

Myo sentait les regards ahuris de ses camarades posés sur elle. Aussi, plus par défi qu'autre chose, elle rétorqua, sans ciller :

- Je le suis.

Elle se tourna vers Saussurus, le regard résolu :

- Qu'est-ce qu'il faut que je fasse ?

- Heuuu... nous allons vous expliquer, finit par dire ce dernier, visiblement très mal à l'aise. V... venez, Myosotis. Je vous amène à Monsieur Vertefeuille... et aux autres volontaires.

Les autres volontaires ?

Myosotis fronça les sourcils, intriguée, tout en suivant Saussurus en dehors de la pièce. Dans quoi s'était-elle fourrée ? Elle était contente de quitter cette salle de cours et cette ambiance détestable, mais toute cette histoire ne lui disait rien qui vaille...






Mes RPs du Moment !


Dream a little dream of me, avec Augustus Kane

Rock This Party !, avec plein de monde !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2ovdMPc


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Magie Expérimentale
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 13
avatar
Manon Léandre

Messages : 1882

Double Compte : Kakyo Hideyoshi
Situation Amoureuse : pas le temps

Sorts Connus : Periculo pugno,
Furunculus,
Nauséis,
Confundo,
Gemino,
Episkey,
Repulso,
Protego,
Oubliettes,
Confringo,
Calmos Pacificatum,
Locomotor,
Patronus,
Incarcerem / Lashlabask,
Multicofors,
Sonorus,
Revigor

Inventaire : Véritasérum,
Essence de dictame,
Potion Miracle du bon Docteur Magouille,
Tequila Magouillita (x3),
Lait de poule du bon Docteur Magouille,
Potion de Requinquance (x2)
MessageSujet: Re: Experimental Activity   Mar 31 Mai 2016 - 10:41

Son visage était très pale, et ses yeux bleus ressortaient plus que d’habitude, ses longs cheveux bruns attachés en chignon laissaient retomber quelques mèches sur sa nuque et ses épaules. Mais la jeune fille avait autre chose à faire qu’à se recoiffer.

Le silence dans la pièce était inquiétant, le professeur Vertefeuille ne soufflait aucun mot, son regard plongé sur des copies qu’il griffonnait d’un geste rageur. C’est à peine s’il avait accueilli les trois étudiants qui venaient pourtant les aider à résoudre le plus grand mystère de leur filière.
Il y avait pour le moment deux garçons et une fille, la fille semblait sûre d’elle, avec son corps particulièrement athlétique et son visage détendu, elle jetait de temps en temps des regards de sympathie au reste du groupe. Les deux garçons, eux, débattaient des bienfaits de la course d’hippogriffe pour le monde sorcier.

De nature particulièrement gentille et dans d’autre circonstance, Manon aurait tenté de briser le silence, mais se qui c’était passé ces derniers jours, la laissait sans voix et sans force. Assise à sa place comme s’il s’agissait d’un cours, elle leva son nez de son carnet de notes et regarda le tableau devant elle. Sauf qu’il n’y avait pas d’écrit sur les sorts expérimentaux, juste des photos, preuve de ce qui s’est passé ces derniers jours dans le bâtiment expérimental. Des extraits de vidéo montrant une expérience en cours sauf qu’il n’y avait personne comme si tout le monde avait pris une potion d’invisibilité. Ensuite, une photo du petit Jack qui souriait en faisant le signe de la victoire avant que la potion n’explose devant lui. En dessous de la photo, on pouvait voir la légende « Jack Spenck disparut depuis trois jours. » la troisième est plus inquiétante contenait des formules expérimentales en ce moment Manon tentait de comprendre celle-ci :

20log>P(I/I0) =  3 dB>V4 = I0/ .

Mais comme toute sa classe, elle n’arrivait pas à comprendre la moindre formule, la seule chose qu’il savait sur ses écritures, c’est qu’il s’agissait bien de sang, celui de Jack Spenck…

La porte s’ouvrit en grinçant devant un Saussurus tendu et une jeune fille aux cheveux verts la conversation des trois autres jeunes stoppa, et son professeur leva enfin les yeux de ses copies en grognant.

- Bien, Bien…, tout le monde est là dans les temps commençons donc.

Lança le bras-droit du doyen en sortant de son sac une pile de documents, il tandit un crayon à chaque étudiant et lança :

- Signez ici.

Manon feuilleta les pages du document qui rendrait aveugle n’importe qui avec ses références aux lois sorcières, son ton soutenu, et son vocabulaire barbare, mais elle en avait déjà ciblé l’essentiel, la main tremblante, elle lança :

- Mais on ne peut pas signer ça, l’un…L’université..

- L’université n’est pas tenue responsable du choix de ses élèves, Miss Léandre, réputation, notes, stage, apprentissage, prestige. Vous avez tous une bonne raison d’être là et vos professeurs ont choisi les meilleurs, la crème de la crème. Mais que les choses soit bien clair, il s’agit d’une initiative de vos professeurs et de vous-même, l’université n’a rien à voir là-dedans.

Manon regarda le reste de l’équipe signer, et pense à ce qu’elle avait à y gagner :

Le professeur Vertefeuille, lui avait bien sur promis de remonter sa note qui avait baissé depuis un mois, mais ce n’était pas le plus important. Ce qui se passait était indirectement de sa faute. Avec Ava et Neville lors du dernier concours, ils avaient détruit leur dernière salle de classe. N’ayant pas d’autre choix que de s’installer dans une salle de classe libre aux allures de cave, elle voyait à présent toute la portée de sa maladresse. Enfin, il s’agissait aussi de celle de Neville et d’Ava, mais elle pouvait les innocenter. C’était le deal, elle résolvait ce mystère mettait un terme aux disparitions et son professeur ne leur pourrissait pas leurs études et leurs carrières à tous les trois. Tout le monde a le choix… Mais Manon ne pouvait pas laisser le professeur détruire la carrière d’Ava et la sienne. Et puis il y avait Neville, s’il réduisait ses notes, il ne pourrait plus rester au sein des Pi Omicron Pi. Elle n’avait donc pas le choix :

Elle signa à son tour les documents en grimaçant et perçut le sourire soulagé de Saussurus.

-Voilà qui est fait, dit-il, je laisse donc votre cher professeur Vertefeuille, vous expliquer votre mission car ceci ne me regarde plus.

Il s’empressa de filer et son professeur se leva croisant le regard de chacun des étudiants, certain froncèrent le nez, mais Manon était habituée à l’odeur qui s’ajoutait aux effluves de leurs nouvelle salle de classe non utilisé depuis deux siècles aux moins.

- Vous allez voir il n’y a rien de bien compliqué, fit son professeur d’une voix grave, depuis que notre salle de classe a été détruite, nous avons été contraint de continuer nos études et expérimentations ici.

A ses mots Manon baissa les yeux et fit semblant de prendre des notes sur son carnet. Au moins n’avait-il pas dit leurs noms.

- Au début il ne s’agissait de cri qu’on entendait à minuit mais très vite les flacons et le matériel expérimental s’est mis à bouger de lui-même comme on peut le voir sur cette picturine qu’on avait laissé un soir dans la salle de classe. Ensuite, il y a eu la disparition du petit Jack. Il a laissé en plan son expérience dans cette salle et n’a même pas terminé son sandwich.

Après quelque grognement, il reprit :

- Pour finir chaque nuit des formules sont écrites sur les murs de la pièce, des formules complétements inconnues et bourrées d’erreurs. Mais les médicomages sont formels : l’encre utilisée contient le sang de Jack Spenck.

Il pointa du doigt la photo de l’étudiant disparu et appuya son regard bestial sur chacun.

- Je ne peux pas faire cours dans ses conditions, occupez-vous de cette enquête, réussissez et chacun s’en retrouvera gagnant. Echouez et je crains que ce soit la fin de la magie expérimentale à la WOW University Et de mon poste sous-payé.

Il toussa bruyamment et Manon grimaça en regardant ses dents pourris et la bave qui en dégoulinait.

- Vous avez des questions ?



allez une blessure ou deux c'est rien non, quand Lucrécya à besoin de vous?


Mes RPs du Moment !



A trois c'est mieux, avec Neville Londubat, Adhita Lonkar et Ava Gold

Blood Diner, avec Enola Powell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2ov7BdT


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Occultes
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 216
avatar
Myosotis Grandiflore

Messages : 2134

Situation Amoureuse : Célibataire. Ex-chérie de Magnus Magouille, mais ne s'en rappelle pas.

Sorts Connus : Aguamenti,
Calmos Pacificatum,
Confundo,
Contusionus Encontusiono,
Diffindo,
Episkey,
Failamalle,
Furonculus,
Impervius,
Incarcerem / Lashlabask,
Incendio,
Inflamarae,
Jambencoton,
Nauseis,
Orchideus,
Oubliettes,
Pointe au Nord,
Portus
Protego,
Repello Moldum,
Spero Patronum,
Repulso,
Rictusempra,
Lumps / Nox
Duro,
Amplificatum,
Revigor

Inventaire : Véritasérum,
Amortentia,
Philtre de Requinquance,
Potion Contraceptive (x3)
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouilita (x2),
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Scrutoscope
Poupée Vaudou
MessageSujet: Re: Experimental Activity   Dim 5 Juin 2016 - 14:23

Myosotis avait écouté en grimaçant les explications de son oncle malodorant. Enfin, ''explications''... on aurait plutôt dit qu'il bâclait son discours, comme pour se débarrasser au plus vite de cette corvée. Et le fait qu'il s'était aussitôt levé de sa chaise en fourrant sous son bras des piles de copies laissait à penser que c'était probablement le cas.

D'office, la française aux cheveux verts leva la main, bien haut.

- Oui, moi j'ai une question.

Le prof se figea, et posa lentement ses petits yeux mesquins sur la jeune femme. Il grogna dans sa barbe quelque chose qui ressemblait fort à « j'aurais du m'en douter, mmff ».

Myo garda un visage neutre. Elle savait que son oncle à la fourrure verdâtre ne la portait pas dans ce qui lui servait de cœur. Mais elle ignorait si c'était parce qu'elle était à moitié humaine, et qu'il haïssait les humains. Ou parce qu'elle se parfumait avec des fragrances plutôt onéreuses chaque matin, et qu'il haïssait les bonnes odeurs. Ou, et c'était probablement la réponse la plus proche de la vérité, parce qu'elle existait, et que Odius Vertefeuille haïssait cordialement tout ce qui vivait autour de lui : étudiants, professeurs, animaux, entités monocellulaires... et elle. Elle ne se formalisa donc pas, et demanda de son habituelle voix douce :

- Oui, je me demandais, en fait... pourquoi nous ?

Le professeur de Magie Expérimentale leva les yeux au plafond, exagérément, comme si c'était là la plus bête des questions qu'il n'avait jamais entendu.

- On vous l'a déjà dit ! Parce que vous êtes les meilleurs de vos cours respectifs, pardi ! Et que vos capacités combinées seront utile lors de votre investigation ! Par exemple...

Il se pencha sur son bureau, et farfouilla sur le fatras de feuilles qui jonchait ce dernier.

-Miss Livia Stevenson ici présente est censément le fleuron des futurs Aurors. Enfin, des futurs Aurors formés par cette sous-université d'imbéciles, ce qui ne veut pas dire grand chose en somme, à part si l'on aime faire la circulation des balais ou mettre des amendes aux véhicules moldus garés sur des emplacements sous Repello Moldum. Quoi de mieux pour enquêter sur ce qu'il est advenu du petit Jack ?

La jeune femme sportive fit mine de ne pas entendre les allusions, mais elle plissa ses lèvres, mécontente. Elle hocha néanmoins la tête, faisant danser sa queue de cheval blonde :

- Je vais faire de mon mieux, assura-t-elle.

- Oui, on y croit, grimaça Vertefeuille avec dédain. Mais ce n'est pas tout : monsieur Simon Archdeacon est en troisième année de Médicomagie, et il est le premier de sa promotion. Ce qui n'est pas réellement un exploit en soi, lorsqu'on voit cette bande de macaques dégénérées qui se destine à devenir médicomages, et le charlatan notoire qui leur sert de professeur. Bref, il sera là pour vous soigner au besoin.

Le dryade malodorant jeta un coup œil méchant au grand gars barbu aux allures de hipster, qui restait impassible aux insultes, sous ses grosses lunettes et son bonnet de laine. Myosotis le connaissait de vue : il s'agissait d'un Pi Alpha Fi de seconde année, qu'elle croisait quelques fois.

- Monsieur Kendall Higgs est quant à lui Magizoologiste, poursuivit le prof. Autrement dit un employé de ferme qui va passer les vingt prochaines années à ramasser du fumier, avant de se faire déchiqueter par un hippogriffe parce qu'il aura oublié de lui faire des courbettes un beau matin. Parfait pour stopper la créature magique qui est sans doute derrière toute cette affaire !

- Ce n'est pas une créature magique, murmura l'étudiante pâle et brune aux impressionnants yeux turquoises assise derrière eux. Les créatures magiques n'écrivent pas de formules scientifiques à l'aide de sang humain.

Le professeur Vertefeuille se mit à tousser grassement, en postillonnant devant lui, comme s'il voulait couvrir la fin de la phrase de la jolie brune. Il essuya d'un avant-bras particulièrement poilu la bave qui maculait son menton, et cracha :

- Ouais, 'scusez-moi, une mauvaise grippe Où est-ce que j'en était ? Ah oui : Manon Léandre, que voilà, est la moins mauvaise de mes élèves. Ce qui n'est pas rien, vu que ma filière, elle, n'est pas une sous-matière qui enseigne de la sous-magie à des imbéciles heureux ignorants qui croient tout savoir. Bref, miss Léandre vous apportera logique, connaissances, ainsi qu'une application astucieuse de la sorcellerie traditionnelle. Et sans doute parviendra-t-elle à résoudre ces énigmes ! rajouta-t-il en désignant la photo de l’équation sanglante.

Manon écarquilla ses yeux, comme si elle doutait sérieusement de ces capacités à ce propos.
Et enfin, le professeur poilu désigna l'étudiante en Sciences Occultes :

- Et toi, ma chère nièce... Eh bien, je suppose qu'une fois que tout le reste aura échoué, tu pourras essayer de faire joujou avec tes grigris, tes poupées et tes petits sortilèges de magie noire. Ça ne servira à rien, mais y'a peu de chance que ça empire les choses...

Il grimaça, comme pour montrer à quel point la matière choisie par Myosotis  lui semblait aberrante. Mais celle-ci haussa les épaules, refusant d'entrer dans son jeu :

- Okay, si tu veux. Mais ça ne répond pas vraiment à ma question..

- Bien sûr que si ! s'offusqua le professeur.

L'Alpha Alpha Alpha à la peau noire prénommé Kendall, que Vertefeuille avait désigné plus tôt comme étudiant en Magizoologie, eut un demi-sourire un peu gêné :

- Je suppose qu'elle voulait dire : pourquoi c'est à des étudiants d'enquêter, et pas à nos professeurs ?

- Oui, voilà, acquiesça Myo.

Le dryade poilu se redressa, les yeux exorbités :

- COMMENT ?! Vous voudriez que vos chers professeurs risquent leur vie ?! Bande d'ingrats ! Je suis outré ! OUTRÉ ! ALORS A PRÉSENT, ARRÊTEZ DE VOUS PLAINDRE ET ALLEZ DONC SAUVER MON SALAIRE !!!

Et, sur ce, il quitta prestement la pièce, ses copies sous son bras, en faisant claquer la porte du cachot derrière lui. Le nuage de poussière qui tomba du plafond à la suite de ce geste de rage donna l'impression à Myosotis d'être en forme de tête de mort.

- Sympa, ce prof, commenta d'une voix ironique Simon, le PAF hipster. Sinon, par quoi on commence ?

Avec les deux autres, il se rapprocha des indices exposés, et les examina scrupuleusement.

Myosotis les laissa faire, et croisa les bras. Et réfléchit intensément. Si ces camarades étaient aussi doués qu'ils étaient censé l'être, elle les laissait avec plaisir se prendre la tête avec les indices. Car pour elle, seuls comptaient deux choses :

1- Comment partir de là au plus vite ? Parce qu'elle n'avait pas que ça à faire.

2- Comment faire tourner les choses en sa faveur ? Parce que quitte à être là, autant s'en sortir avec les plus grands honneurs. Sans efforts, cela allait sans dire.

Elle balaya les lieux du regard.

Cette salle de classe était pour le moins étonnante. Déjà, elle se trouvait au sous-sol (pour ne pas dire au cachot), et Myosotis avait du descendre un interminable et antique escalier en colimaçon pour y accéder. Du coup, aucune lumière naturelle ne filtrait entre son plafond voûté et ses murs de pierre, mangés par la moisissure. Cela expliquait les odeurs de renfermé et d'humidité, le froid qui régnait ici, et les quelques rats qui passaient sous le plancher vermoulu en couinant. Et également la pénombre, où luisaient uniquement deux malheureux chandeliers ensorcelés qui flottaient dans les airs.

L'oeil unique de la dryade tomba sur la jeune femme assise à un pupitre, concentrée. La table était recouverte d'une poussière poisseuse, qui n'avait pas l'air de déranger son occupante. C'était sans doute une première année, vu qu'elle était la plus jeune d'entre eux. Son oncle avait bien dit que c'était l'une de ces élèves, non ? Myo sentit qu'il y avait sans doute là quelque chose à en tirer.

Elle se rapprocha donc, en contenant son sourire.

- Salut, heu... Manon, c'est ça ? fit-elle de sa voix de velours.

L'expérimentaliste sursauta, et ses grands yeux turquoises se posèrent sur la semi-dryade.

-Oh ! Salut. Oui, c'est bien Manon.

Elle se leva, et tendit sa main :

- Manon Léandre, enchantée. Et toi, tu es ?

- Myosotis Magouille. Gamma Phi Orties, deuxième année de Sciences Occultes. Tu peux m'appeler Myo.

La jeune étudiante tiqua sur le nom de famille de la française borgne, mais eut la décence de ne rien relever.

- Ok, Myo. Pas de soucis.

- Dis, t'es en Magie Experimentale, non ? Tu as une petite idée de ce qui se cache derrière ce foutoir ?

Le regard de la jolie brune s'intensifia :

- Mmh, je ne sais pas. En tout cas, ça a commencé ici, la semaine dernière, quand on s'est installé cette salle de classe condamnée. Elle est restée plusieurs siècles fermée, mais on a du l'ouvrir parce que notre ancienne salle a été... détruite.

- Et je suppose que t'y es pas pour rien, c'est ça ?

Manon ouvrit des yeux ronds, étonnée d'entendre la poupée de chiffons, sur l'épaule de Myo, lui parler. Surtout avec une voix aussi suraiguë et criarde.

- Quoi ? Mais, que...

- C'est facile à deviner, renchérit la poupée. Tu transpires la culpabilité par tous les pores de ta jolie peau.

Myosotis fit taire sa marionnette d'un geste de la main, et sourit gentiment à la POP :

- T'inquiètes pas, c'est juste Bibi. Elle est pas méchante... enfin, la plupart du temps.

La poupée se mit à rire, sous le regard intense de Manon :

- Elle a raison, souffla-t-elle. C'est ma faute si la dernière salle de classe a été détruite. Du moins, en partie...

- Faut pas que tu te prennes la tête pour ça, la rassura la dryade, en rigolant à moitié. Ce bâtiment saute tous les quatre matins. J'ai un pote qui est ici en troisième année : et il a mis le feu cinq fois à son labo personnel. Et trois fois à sa salle de cours. Tout ça dans la même semaine.

- Sérieusement ??? s'étonna Manon.

Elle fronça les sourcils, et rajouta d'un coup :

- Ceci dit, ça expliquerait les odeurs de brûlé qui viennent des étages supérieurs parfois...

- Ouaip ! Mais bon, ça se comprend : il voulait tester un sortilège expérimental de son cru. Un truc génial pour que ta clope se consume qu'entre tes lèvres, et pas quand tu la poses sur le bord du cendrier. Ça valait le coup ! Les Gammas l'utilisent tout le temps !

La POP regarda son interlocutrice avec surprise, sans savoir si cette dernière était sérieuse ou pas. Finalement, elle s'autorisa un sourire amusé.

- Oui ça a l'air...

Elle se tut d'un coup, et se redressa. Et Myosotis, face à elle, fit de même.
Tout comme les trois autres étudiants, qui discutaient jusque là à quelques pas d'elles.

La dryade à la chevelure verte cligna son œil, surprise. Quelque chose clochait. Quelque chose clochait d'un coup. Et elle n'arrivait pas à mettre le doigt dessus. C'était plus une impression de malaise profond et soudain, qu'un véritable événement. Une sensation de nausée qui commençait à lui soulever l'estomac, sans raison valable. Et, indubitablement, ils l'avaient tous senti. Elle frissonna.

C'est ridicule, songea-t-elle.

Il n'y avait rien. Rien de rien. Aucune raison pour paniqu...

Aussitôt, un vent glacial venu de nulle part s'engouffra, et souffla la flamme des chandeliers, et le fil des pensées de Myosotis. Une obscurité brutale, totale, et bien trop épaisse s'abattit sur les cinq.

- Mais c'est quoi ce bordel... lâcha une voix masculine, désemparée.

Myo sentit Bibi s'agiter nerveusement sur son épaule. Elle fit quelques pas à l'aveuglette, et chercha sa baguette dans sa poche, avant qu'un hurlement ne la fasse se figer d'un coup.

Un hurlement qui n'avait plus rien d'humain.






Mes RPs du Moment !


Dream a little dream of me, avec Augustus Kane

Rock This Party !, avec plein de monde !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2ovdMPc


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Magie Expérimentale
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 13
avatar
Manon Léandre

Messages : 1882

Double Compte : Kakyo Hideyoshi
Situation Amoureuse : pas le temps

Sorts Connus : Periculo pugno,
Furunculus,
Nauséis,
Confundo,
Gemino,
Episkey,
Repulso,
Protego,
Oubliettes,
Confringo,
Calmos Pacificatum,
Locomotor,
Patronus,
Incarcerem / Lashlabask,
Multicofors,
Sonorus,
Revigor

Inventaire : Véritasérum,
Essence de dictame,
Potion Miracle du bon Docteur Magouille,
Tequila Magouillita (x3),
Lait de poule du bon Docteur Magouille,
Potion de Requinquance (x2)
MessageSujet: Re: Experimental Activity   Lun 6 Juin 2016 - 13:44

Oh non ! Cet hurlement glaça immédiatement le sang de la POP, elle l’avait déjà entendu sur la picturine qui servait de preuve, mais cela ne l’avait pas préparé à la réalité. Manon tremblante remercia l’obscurité des lieux de masquer sa peur.

- Lumos !

C’était la voix de Myo, malheureusement la lumière sur sa baguette ressemblait juste à un clope rougeoyante qui s’éteignit au bout de quelque seconde sans rien éclairer.

- Je… Je ne comprends pas.

Balbutia Myo devant la faiblesse de son sort. Manon sortit sa baguette pour tenter de faire mieux quand trois baguettes à leurs tours s’allumèrent d’une très faible lueur pour mieux s’éteindre ensuite.

- Ça ne marche pas.

Lança la voix qui devait appartenir à Simon.

- On ne se voit même pas alors qu’on dans la même pièce que … Que lui, il faut qu’on trouve une solution avant que ça ne dégénère.

Fit Manon tendu. Par « dégénérer » elle sous-entendait leurs propres disparitions. Son souffle s’emballa quand elle entendit les tintements de fioles, le bruit aussi de l’échelle qu’on déplaçait, c’était des bruits qu’elle connaissait depuis une semaine, mais malheureusement, il ne s’agissait pas d’un cours. Il fallait découvrir ce que c’était, il remettrait ensuite le sort des chandeliers en place… Et enfin tout ça serait une mauvaise plaisanterie une très mauvaise plaisanterie.

De nouveaux bruits retentirent plus près cette fois, silencieuse, Manon récupéra son sac et retrouva le reste de l’équipe caché sous une paillasse. Sans suivit un mélange de chuchotement de peur d’attirer leur ennemie

- Vous entendez, ces bruits…Dites-moi que c’était vous les gars.

Demanda Kundal.

- Il ne s’agit pas de moi.

Murmura la voix tendue de Myo

- Ni de moi, Simon ? Manon ? C’est vous ?

Répondit Livia

- Ce n’est pas nous, confirma Manon, nous ne sommes plus seules.

- C’est peut-être…

- Ce n’est pas le professeur Vertefeuille, je l’aurais sentit.

Coupa à nouveau Manon en fronça le nez.

- On doit savoir ce que c’est.

Lança la future aurore.

Soudain le bruleur d’une paillasse s’alluma sous un chaudron de petite taille, tremblant Manon leva la tête pour enfin voir l’origine de sa peur, c’est là qu’elle vit les fioles se déplacer par elle-même, la pop plissa les yeux, mais c’était une évidence personnes ne maniait cette expérience

- Oh non… Lâcha-t-elle d’une voix blanche.

Sa mémoire lui rappella de mauvais souvenir de film d’horreur. Elle avait toujours eu peur de ces films contrairement à son frère qui en était fan. Elle se voyait encore recrovillée sur le canapé les mains devant ses yeux alors que Maxence riait à côté de lui. Et elle ne parlait même pas des cauchemars qu’elle faisait plusieurs nuits après avoir vu ses films
Comme pour confirmer ses pensées Kundal annonça :

- Un fantôme…

- tu délires mon pote, répondit Simon, les fantômes ne sont pas invisible, on en voit tous les jours au RU.

- Je parle plus des fantômes définis par les moldus, précisa Kundal.

- Comment battre quelque chose d’invisible.

Répondit Livia d’une voix blanche.

- Je sais quoi faire, murmura Manon, mais ça va me prendre un peu de temps.

Elle plaça son matériel chauffant en essayant de faire le moins de bruit possible. Elle sortit sa fiole en remerciant Ava silencieusement d’avoir partagé sa potion avec elle. Elle ajouta le dernier ingrédient qu’elle avait négocié avec son professeur et resta un moment silencieuse. Il y avait un sérieux problème avec leurs baguette inefficace, elle demanda se sentant soudain complétement idiote.

- Euh quelqu’un a du feu.

Une flamme s’alluma soudain à quelque pas d’elle, et Manon sourit en entendant la voix de Kundal :

- Je savais que j’en aurais besoin un jour.

- Un briquet ? Merci Kundal.

Elle saisit l’objet moldu et alluma son bruleur laissant la potion chauffer.

- c’est quoi ce truc ? demanda Myo un peu trop calmement

- Oh tu ne connais pas, lança Kundal en rallumant l’objet, ce briquet appartenait à mon père il remplace facilement un Lumos ou un inflamare quand on sait comment l’utiliser.

- Un objet moldu… je vois

- oui mes parents étaient moldues, mais ça nous est bien utile ce coups-là.

- par ce que tu penses que ton pauvre briquet sera plus efficace qu’une baguette face à notre ennemie.

La voix hautaine de Myo étonna Manon, mais elle avait autre chose à penser que le mépris de la dryade pour ce qui était moldu

Kundal qui n’était pas de cet avis s’énerva :

- Pour qui tu te prends Myosotis? tu es peut être la femme du doyen.... Une Magouille, mais tu restes avant tout….

- …La meilleur en vaudou je le sais déjà… mais toi j’essaye encore de comprendre ce qu’un étudiant comme toi fait-il si loin des cages à flaireurs.
 
Répondit Myo dans un sourire

Manon se mit à trembler et fixa sa potion d’un air sombre, elle sentait la rage de Kundal s’accroitre et chercha ses mot pour le calmer… si leur ennemie les avait complétement ignorés jusque-là… pas sûr qu’il les laisse tranquille à présent. Du même avis qu'elle, Livia lança, impartiale.

- Mais taisez-vous… Vous ne connaissez pas la discrétion ou quoi ? Vous voulez qu’il s’occupe de nous maintenant ?

- Merci Livia… ça devrait être bon il faut juste que j’approche la fiole de lui et …

Un vent glaciale stoppa les dire de Manon, suivit d’un hurlement horrible qui résonna dans ses oreilles. La potion d’Ava était efficace très efficace même. Devant Manon un être lumineux dans les tons bleus apparut, son vissage transparent laissait apparaitre de grand yeux noire inexpressif, sa bouche elle se tordait dans un rictus permanent. Mais Manon n’avait même pas vu son visage, ses yeux bleus terrifiés fixaient les mains du fantôme elles avaient de long doigt terminé par des griffes de quoi l’éviscérer si l’envie lui en prenait.

Tout le monde avait eu le courage de reculer sauf la POP qui tremblait comme une feuilles, elle vivait un film d’horreur en direct et se sentait complétement pétrifiée, incapable de faire un geste.
Elle entendit qu’on l’appelait mais ses muscles se liquéfiaient rendant toute communication impossible. Ses jambes allaient céder, quand une des mains du monstre la saisit en pleine gorge l’empêchant de respirer. D’un geste désespéré, elle porta ses mains au bras du fantôme mais elle avait l’impression de ne pas pouvoir le saisir. Terrifiée,  elle pensa à Neville qui devait vivre en ce moment même la même chose qu’elle. Il était toujours lié à elle et il allait mourir. Par sa décision elle n’allait pas sauver l’avenir de son ami, mais le tuer. Elle vit un éclair traverser le fantôme sans lui faire le moindre mal, le cri de ses compagnons s’atténua de seconde en seconde.

Puis un second hurlement plus faible que celui du monstre retentit. Immédiatement le monstre la laissa tomber au sol. Il disparut en s’éloignant de la fumée et suite à claquement inquiétant, la chaleur de la pièce semblait reprendre ses droits et le contenu du chaudron avait complétement disparut.

Choquée Manon avait du mal à reprendre ses esprits. Devant elle Simon apparu et posa ses main sur son cou pour la soigné. Elle avait l’impression que quelqu’un venait de rallumer les chandeliers, mais avait beaucoup de mal à comprendre son entourage, elle avait failli mourir après tout.

*Neville…*

Rien que de penser à son ami la rassurait au bout de quelque minutes la jeune POP allait beaucoup mieux

- Merci Simon, ça va…

- Bah de rien, je ne suis pas le soigneur de l’équipe des PAF pour rien après tout.

Elle savait quoi faire maintenant elle allait retrouver son ami, et s’excuser pour ce qu’il avait subi par sa faute. Elle croisa le regard des membres de son équipe, cette évènement terrifiant devait leurs rappeler une chose. La mort était là, très proche, et elle était prête à profiter de la moindre de leurs erreurs.



allez une blessure ou deux c'est rien non, quand Lucrécya à besoin de vous?


Mes RPs du Moment !



A trois c'est mieux, avec Neville Londubat, Adhita Lonkar et Ava Gold

Blood Diner, avec Enola Powell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2ov7BdT


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Occultes
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 216
avatar
Myosotis Grandiflore

Messages : 2134

Situation Amoureuse : Célibataire. Ex-chérie de Magnus Magouille, mais ne s'en rappelle pas.

Sorts Connus : Aguamenti,
Calmos Pacificatum,
Confundo,
Contusionus Encontusiono,
Diffindo,
Episkey,
Failamalle,
Furonculus,
Impervius,
Incarcerem / Lashlabask,
Incendio,
Inflamarae,
Jambencoton,
Nauseis,
Orchideus,
Oubliettes,
Pointe au Nord,
Portus
Protego,
Repello Moldum,
Spero Patronum,
Repulso,
Rictusempra,
Lumps / Nox
Duro,
Amplificatum,
Revigor

Inventaire : Véritasérum,
Amortentia,
Philtre de Requinquance,
Potion Contraceptive (x3)
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouilita (x2),
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Scrutoscope
Poupée Vaudou
MessageSujet: Re: Experimental Activity   Lun 13 Juin 2016 - 20:56

L’œil écarquillé, le cœur transpercé par une vive appréhension, Myosotis regardait, hagarde, la lumière réapparaître peu à peu dans la pièce. Il ne s'était pas passé grand chose en vérité -si on excluait l'agression soudaine de l'expérimentaliste aux yeux bleus -, mais c'était assez pour lui glacer les sangs.

Il régnait là, dans cette atmosphère lourde et abasourdie, quelque chose de viscéralement mauvais, d'affreusement inhumain. Ça rodait dans les ténèbres, comme une accromentula géante attendant son heure au centre d'une immonde toile visqueuse. Et ça paralysait presque la dryade.

Mais la peur de Myo n'était, en vérité, pas en cause directe avec l'apparition horrifique de tout à l'heure.

Non, ce qui faisait frémir la fille-chlorophylle, c'était les assauts cruels de sa mémoire, sur des événements récents qu'elle avait à l'évidence refoulés. Les bribes de souvenirs, que la pénombre soudaine et le cri de la chose avaient fait remonter à la surface. Titus, et elle. L'inconnu. Le froid glacial. La peur panique. Et le grondement presque satisfait de la Bête qui les traquait, tapie dans l'Ombre.

Elle ne savait pas exactement ce qui s'était passé. Ce n'était rien d'autre qu'une impression étrange et oppressante, comme les lambeaux d'un rêve qui échappait à sa conscience, le matin au réveil. Et elle ne voulait pas s'en souvenir. Mais néanmoins, ça ne la laissait pas en paix, surtout au cœur de la nuit, dans les pires de ses cauchemars, dont elle se réveillait en sursaut, terrorisée.

Mais pas maintenant. Non, ce n'était vraiment pas le moment. Elle secoua la tête, comme pour chasser ses idées noires, et elle se focalisa sur autre chose.

- A votre avis, c'était quoi ? lança-t-elle d'une voix qu'elle espérait normale.

Le né-moldu se frotta le crâne, décontenancé.

- On dirait vraiment un fantôme, répéta-t-il d'une voix blanche.

Myo lui jeta un regard circonspect, avant de lui faire remarquer :

- C'est idiot.

- Complètement idiot, assura sa poupée sur son épaule.

La française acquiesça :

- Les fantômes sont des résidus d'images ectoplasmiques. Un tour de passe passe pour les sorciers n'acceptant pas leur sort. Rien de plus qu'une illusion comprenant un fragment fugace de personnalité, comme les tableaux animés. Rien à voir avec ça.

Elle croisa les bras, le menton levé, sans même réaliser que cela lui donnait une allure très hautaine.
Elle était en Sciences Occultes, elle était donc bien placée pour le savoir ! Contrairement à la majorité des étudiants, qui en croisaient pourtant des dizaines par jour sur le campus, elle savait ce qu'étaient les fantômes : rien d'autre qu'un souvenir qui refusait de s'évaporer. Ce n'était ni l'âme d'un sorcier ni un horcruxe intangible, ni quoique ce soit. Et ça n'avait aucun pouvoir : les illusions n'avaient aucun pouvoir ! Hormis celui d'être agaçant, peut-être.

- Je disais ça dans le sens moldu du terme, expliqua Kendall. Je sais que c'était pas un fantôme ! Mais ça ressemblait aux entités sorties des films d'épouvante de série z que je regardais quand j'étais gosse !

La jeune femme aux cheveux verts plissa son unique œil. Elle n'avait pas compris un traître mot de ce qu'avait dit le garçon à la peau noire. Et s'il y avait une chose qu'elle aimait encore moins que de ne rien comprendre, c'était bien que les autres comprennent qu'elle n'avait rien compris. Elle préféra donc mettre un terme à la conversation, en se détournant purement et simplement de son interlocuteur inopportun.

Et, aussitôt eut-elle tourné la tête, qu'elle se figea. La pupille de son œil valide trembla.
Ses camarades remarquèrent son trouble, et suivirent son regard.

-Oh Merlin, lâcha la voix grave du PAF soigneur.

Sur le mur du fond de la classe, en grandes lettres rouge hémoglobine, était tracé un message dégoulinant, des plus équivoque.


VOUS ÊTES LES PROCHAINS

La petite POP, Manon, blêmit à la vue de ces lettres sinistres qui coulaient sur la pierre. Livia, la fille à queue de cheval, aussi ; mais elle s'approcha quand même du message, prudemment. Elle tendit sa main jusqu'à frôler le mur, et ramena ses doigts fins, aux bouts rougis, sous son nez retroussé.

- Oui. C'est du sang, décréta-t-elle, troublée.

- Mais du sang de quoi ?! S'écria Simon.

- Ou de qui... rajouta Kendall.

- ...Jack... murmura Manon.

Myo, la mine fermée, ne dit rien. Si c'était bien le sang dudit Jack, elle doutait qu'il reste la seule victime de cette sombre farce...

Aussitôt, elle fit volte-face, et traversa la pièce à grandes enjambées résolues.

- Qu'est-ce que tu fais ? lança quelqu'un.

- Je ne reste pas ici une seconde de plus ! répondit-elle. Je ne sais pas ce que c'est, ce truc, mais c'est dangereux, et maintenant, ça nous menace ! Alors je me casse !

- Mais les professeurs nous ont demandé d'enquêter, fit la voix un peu tremblante de Livia.

Sans même se retourner vers la Zêta, Myosotis se renfrogna :

- Je m'en contrefous ! Je n'ai rien à voir avec toute cette histoire ! Rien à voir ! Et niveau mort et sacrifice de soi, j'ai largement assez donné pour toute une vie, merci.

Elle serra sa main sur la poignée de l'unique porte de la salle de cours, et la tourna... évidemment en vain. Elle avait beau secouer cette satanée poignée dans tous les sens, la porte restait désespérément inerte, se contentant de la narguer avec le clic caractéristique du verrou.

- Bordel ! ragea-t-elle, sous les yeux de ses camarades d'infortune impuissants.

Livia se rapprocha en deux bonds gracieux.

- On... on est coincés ?

- Ça veut nous empêcher de sortir, articula Manon.

Kendall sortit sa baguette, et la pointa sur l'issue :

- Alohomora !

Et... il ne se passa strictement rien. Même si Myosotis aurait bien été en peine de deviner si c'était parce que la porte était terriblement bien bloquée, ou bien si quelque chose empêchait la magie de fonctionner correctement.
Sans doute un peu des deux.

Et d'un coup, la dryade en eut marre.

Marre de ces conneries, des mystères qu'elle n'avait pas demandé à résoudre, de ces coéquipiers qu'on lui avait imposé, marre qu'on essaye de la faire tourner en bourrique, marre de devoir rattraper les erreurs des autres, de devoir faire le travail des autres. Marre marre marre.
Elle avait trop à perdre. Elle était en vie, ce qui était inespéré ; et elle savait à présent quelle valeur avait sa vie. Pour elle, mais pas seulement. Et elle n'allait pas laisser qui que ce soit, ou quoique ce soit, lui reprendre. Et surtout pas un fantôme-entité-moldu de série z, quoique ça puisse vouloir dire.

Aussi, drapée dans cette colère nouvelle et légitime, elle fit quelques pas vers le centre de la salle, et fixa de son unique œil le plafond :

- HEY ! SI T'ESSAYE DE NOUS FAIRE PEUR C'EST RATÉ ! POUR L'INSTANT J'EN AI SIMPLEMENT RAS-LE-CHAUDRON ! ALORS SI TU VEUX TE BATTRE, MONTRE-TOI AU MOINS, ESPÈCE DE LÂCHE !

- Je suis pas sûr que ce soit une bonne idée, commença Simon, le futur médicomage barbu.

Mais Myo l'ignora :

- MONTRE-TOI MAINTEN...

Un grincement lugubre l'interrompit net. Et, comme un seul sorcier, les étudiants sursautèrent, et cherchèrent du regard la provenance du bruit.

C'était une petite trappe de bois, cachée à même le sol, qu'aucun d'entre eux n'avait remarque jusque la. Elle venait de s'ouvrir seule, lentement ; et à présent, elle gisait là, ouverte, les invitant à regarder ce qui se cachait dans ses entrailles.

Myosotis déglutit, se sentant d'un coup moins courageuse. Elle ne s'attendait pas à ça. Elle ne s’était pas attendue a grand chose, à vrai dire... mais certainement pas à ça. Comme hypnotisée, dans le silence, elle s'avança de la trappe, suivie par les autres. Cette planche de bois désormais inerte, percée d'un gros anneau mangé par la rouille, semblait la narguer. Elle voulait la pousser à plonger dans la noirceur de l'ouverture dévoilée dans le sol. Mais Myo n'était pas dupe : les ténèbres qu'elle apercevait n'avait rien de normales. Elles lui laissaient la même impression nauséeuse qu'elle avait ressentie plus tôt. Ces ténèbres étaient poisseuses, quoique ça puisse vouloir dire. Poisseuses, visqueuses. Et la terrible puanteur qui en émanait n'était pas là pour le démentir.

- Bon... qui est volontaire pour descendre là dedans ?

La voix criarde de Bibi réveilla Myosotis... mais les autres ne semblaient pas pressés de répondre a la poupée.

- Ben...

- Heu...

- L'un d'entre vous n'était pas Gryffondor par hasard ?

La jeune fille aux yeux bleus s'avança :

- Moi, je vais descendre.

Visiblement impressionné par le courage de Manon, Kendall hocha le menton :

- Alors... J'y vais aussi.

- Nous y allons tous, décréta Livia. L'union fait la force.

Myosotis acquiesça. Cinq sorciers valaient mieux qu'un, surtout dans ces conditions.

Chacun prit une bougie des chandeliers flottants, au cas où les baguettes dysfonctionnent à nouveau. Et, un à un, chacun des cinq étudiants descendit sans oser dire quoique ce soit, le long de l'antique échelle rouillée.

La fille-chlorophylle grimaça, lorsque son tour d'arriver en bas arriva. L'odeur ici bas était terrible. Un mélange pestilentiel d'humidité accrue, de rat crevé, et d'autres joyeusetés dégoûtantes. Et, encore, ce n'était pas le pire pour la française: elle pataugeait, jusqu'à mi-mollet, dans une eau croupie glaciale. Autant dire que ses magnifiques bottes en peau de niffleurs sauvages étaient foutues.

Elle balança sa bougie à bout de bras, histoire d'en voir un peu plus : à travers ce fragile éclairage, elle put voir que, devant elle et ses camarades, s’étendait un long tunnel. Une sorte de dédale, qui partait dans différentes directions, digne d'un égout. Non pas qu'elle soit jamais descendu dans un égout pour comparer, ceci dit...

Elle soupira, et se mit en marche, ce qui amorça le mouvement, en silence. Elle était sur ses gardes. Quelque chose tentait de les effrayer, il fallait donc s'attendre à n'importe quoi.

Le petit groupe avançait lentement, dans le froid ambiant, sans piper mot. Ils allaient au petit bonheur la chance, tournant ici ou là, choisissant au hasard le chemin à travers le labyrinthe souterrain. Les lueurs tremblotantes de leurs torches de fortune faisait danser des ombres inquiétantes sur les murs recouverts de moisissure.

Myo jeta un coup d’œil à Manon. Cette dernière lui semblait être la plus maline du groupe, indubitablement. Le visage fermé, elle semblait mémoriser chacune des intersections choisies, chacune des pistes prises. Tant mieux : ça serait ça de moins dont la dryade aurait à se soucier.

- Oh, regardez... fit d'un coup une voix masculine.

Kendall désigna l'eau saumâtre, à leur pied. A la lueur des bougies, elle semblait de plus en plus boueuse. Une boue... étrangement pourpre.

Myosotis se renfrogna, le cœur serré. Tout ça ne lui inspirait pas confiance. Elle tourna au bout du couloir... et eut un mouvement de recul instinctif.

Une des filles, derrière elle, poussa un cri déchirant.

-Oh Merlin... décréta le Pi Alpha Fi, avant de se ruer contre le mur le plus proche, et d'y vomir.

Le jeune homme, si on pouvait encore appeler comme ça ce qui se trouvait là, était cloué sur le mur. Crucifié, littéralement. Ses bras étaient écartés, serrés dans du grillage barbelé qui écrasait tant ses poignets qu'ils s'y mélangeaient, dans un magma de sang et de chairs boursouflés.

Sa tête inerte reposait sur son torse, sous le poids de son supplice. Ses orbites vides, creuses, pleurait des larmes de sang, qui laissaient un sillon séché sur ses joues creuses et blafardes.

On l'avait torturé, indubitablement. On l'avait lacéré, avec une violence inouïe. On l'avait éventré, au point que ses propres boyaux pendait lamentablement hors de son corps, et traînait dans l'eau croupie du souterrain, tâchant le faible courant d'un rouge hémoglobine boueux.

Myosotis ne pouvait détacher son regard du supplicié, et du rictus d'épouvante absolue qu'il arborait désormais pour l'éternité. Ressemblait-il à l'étudiant disparu dont les photos avaient été disposées dans la salle de classe ? Difficile à dire : il ne ressemblait plus à rien, derrière ce voile de douleur. Et surtout, elle ne parvenait pas à se souvenir de la tête du gars en question. Elle ne parvenait pas à réfléchir correctement. Tout son être semblait comme gelé.

Elle fit un nouveau pas épouvanté en arrière, comme un automate, l'oeil toujours aimanté sur le corps supplicié, la gorge sèche comme jamais.

Quelque chose tentait de les effrayer... et jusque là, ça y parvenait sans souci.






Mes RPs du Moment !


Dream a little dream of me, avec Augustus Kane

Rock This Party !, avec plein de monde !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2ovdMPc


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Magie Expérimentale
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 13
avatar
Manon Léandre

Messages : 1882

Double Compte : Kakyo Hideyoshi
Situation Amoureuse : pas le temps

Sorts Connus : Periculo pugno,
Furunculus,
Nauséis,
Confundo,
Gemino,
Episkey,
Repulso,
Protego,
Oubliettes,
Confringo,
Calmos Pacificatum,
Locomotor,
Patronus,
Incarcerem / Lashlabask,
Multicofors,
Sonorus,
Revigor

Inventaire : Véritasérum,
Essence de dictame,
Potion Miracle du bon Docteur Magouille,
Tequila Magouillita (x3),
Lait de poule du bon Docteur Magouille,
Potion de Requinquance (x2)
MessageSujet: Re: Experimental Activity   Mar 21 Juin 2016 - 9:51

Les larmes coulèrent d'elle-même sur les joues de la faible POP, elle avait peur de respirer, peur de sentir la mort, la mort du petit Jack.

Evidemment vu la masse de chair informe devant-elle, il pouvait s'agir de quelqu'un d'autre. Mais la jeune fille était la seule du groupe à avoir côtoyé le petit Jack, c'était quelqu'un de gentil, incapable de faire du mal aux autres, peut-être un peu trop curieux, mais c'était le trait de caractère d'un bon expérimentaliste.

L'image du garçon souriant laissait à présent place au cadavre devant lui. Sa fin était horrible, qu'avait-il ressentit en voyant le monstre le découper en morceaux... Sachant pertinemment que personne ne viendra le sauver dans cette cave.

Autour d'elle les voix commencèrent à s'élever comme des chuchotements, la peur de réveiller les morts surement.

- Oh, par merlin...

- Ne me dites pas que c'est...

- C'est Jack évidemment, avança Bibi la poupée vaudou de Myo.

- On n'en sait encore rien, lança Livia en s'approchant du corps.

- ça ne peut être que lui, répondit Simon d'une voix blanche, son sang est...

- Manon, demanda Myo plus calmement, tu en penses quoi?

La jeune fille hésitait à répondre, elle espérait tellement se tromper.

- Si c'est lui, il a la chevalière de sa famille à sa main droite.

Imperturbable Livia s'approcha du reste de sa main droite et hocha la tête.

- Un S, murmura-t-elle.

Ce fut comme déclic, Manon s'approcha du camarade de classe et murmura.

- On... On ne peut pas le laisser là

- Manon, fit Simon d'une voix hésitant, je ne pense pas que...

- Mais c'est horrible, hurla-t-elle incapable de contenir son désarroi face à la mort

- La porte est fermée et puis on ne va pas pouvoir le transporter.

La jeune fille en larme se tourna vers Simon.

- Mais Simon...

- Je crois qu'il a raison Manon, ajouta Livia, sans le matériel adapté son corps tombera en morceaux...

Comme pour confirmer ses dires l'index du petit Jack tomba dans l'eau boueuse sous les regards horrifiés du groupe. Manon leva ses yeux vers le visage morbide de l'étudiant et ne put s’empêcher de ressentir de la culpabilité, c’était de leurs fautes s’ils avaient changés de salle de classe la moindre des choses restait de prendre soin d’une ami mort. Mais tous avaient raison, ils étaient dans l’incapacité de le transporter. Si seulement une équipe d’aurore les avait suivis, il saurait surement quoi faire. Elle leva ses yeux turquoise prête à s’éloigner quand elle remarqua les inscriptions sur le mur : Ecrite avec une craie blanche et aussi un peu de sang la jeune fille fronça les sourcils.

- Ces signes... ça ressemble à de l'alchimie.

Myo s'approcha et éclaira les signes à son tour :

- tu sais ce que ça signifie?

- Non,… Je ne comprends pas, les signes ne ressemblent en rien à mes connaissances, je vais les redessiner dans mon carnet.

La jeune fille ressortit son carnet et sa plume animée qui recopia avec précision chaque signe présent sur le mur. Certain signe lui rappelait quelque chose, mais le tout n'avait aucune signification, c'était comme s’il s'agissait d'une nouveau code...

- Il me faudra du temps pour décrypter ses inscriptions.

- On ne peut pas rester là, marmonna Kundal « le fantôme » pourrait revenir.

- Ah mon avis il sait déjà qu'on est là, répondit Myo, la trappe ne s’est pas ouverte tout de seul.

- et il voulait surement qu'on tombe sur ce cadavre... Renchérit Livia.

- c'est un avertissement, murmura Simon.

Manon regarda tour à tour les visages de ses camarades, chacun devait penser la même chose. Le seul moyen de survivre serait de combattre cette chose, le problème restait de savoir comment ? Et surtout avant qu’il se débarrasse d’eux d’une façon bien trop bestiale au goût de la POP. Cette pensée se rajoutait à la terreur que ressentait déjà l’expérimentaliste, heureusement son cerveau continuait de fonctionner.

Elle répondit à son tour :

- ce n’est pas leur unique but… Il ne cherche pas uniquement à détruire… Quand on regarde les inscriptions sur ce mur, ils veulent faire autre chose que tuer. Peut-être que si on connaissait l’objet de leurs études, on trouverait un moyen d’arrêter ses meurtres.

- mais tu ne comprends même pas ces signes, murmura Kundal.

Manon hocha la tête ça ne servait à rien de le nier, elle était pourtant persuadée que cette énigme les sauverait tous, soudain un courant d’air froid souleva les mèche de la jeune fille brune.

- Il ne faut pas rester là, lança Myo tendu.

- Avançons, acquiesça Livia on pourra toujours en discuter en chemin.

Personne ne la contredit, la peur se sentait dans tout le groupe et personne ne savait comment égayer l’atmosphère. Au bout de quelques minutes de marche silencieuse et remarquant que l’atmosphère était plus respirable Livia proposa :

- essayons de trouver un plan, il ne faut pas qu’on se retrouve aussi démunie que la dernière fois.

- Il est invisible, et malgré la potion de Manon, tes sorts lui sont passé au travers Livia je ne vois pas comment on peut le battre, marmonna Kundal plus pâle que d’habitude.

- Peut-être qu’il faut utiliser des sorts plus puissant, on fait tous partit de filières différentes l’un de nous y arrivera peut-être.

Livia se tourna vers elle et ajouta :

- Tu as bien quelques potions utiles qui nous aideraient à combattre ce « fantôme » Manon, non ?

Elle se tourna vers Myo et ajouta :

- Myo… c’est ça ? Tu fais du vaudou, je ne me trompe pas ? Peut-être que tu pourrais prendre contact avec la victime ou le coupable, je suis sûr que ça pourrait nous être utiles.

- Oui je pourrais peut-être faire quelque chose mais sans protection, c’est risqué.

- Justement je peux élaborer un bon bouclier, personne n’est encore passé à travers, Simon pourra nous soigner en tant que besoin… Et toi Kundal…Tu…

- Je suis complétement inutile, Avoua l’AAA avec cynisme, il ne s’agit pas d’une bêtes, et pour le moment, je n’ai vu aucun animal vivant dans cette cave. Je ne vois pas ce que je peux faire.

- Tu te trompes, il faudra lancer plein de sort différent. Peut-être que l’un deux agira sur lui.

Manon croisa du regard la jeune fille blonde, elle ne se laissait pas démonter. En plus, elle avait une âme de leaders, et faisait partie de ceux qu’on suivrait très facilement… Tacticienne et logique, son plan était le seul pour le moment, mais elle avait su tirer en quelque seconde le meilleur du groupe. La jeune POP n’était pas la seule impressionnée, Simon répondit :

- C’est un bon plan Livia, tu es vraiment une aurore efficace, compte sur moi pour vous soigner la moindre blessure.

La jeune fille remarqua alors l’expression enjouée de Simon et en aurait surement rit dans d’autres occasions. Etant si peu intéressée par l’amour elle n’en était pas sûr à 100%, mais il semblait la dévorer des yeux, comme si l’étudiante en aurologie appliqué était quelque chose d’inaccessible. Son regard turquoise s’attarda sur les deux autres participants, Kundal semblait perdu dans ses sombres pensées, étudiant en magizoologie, il devait regretter sa présence dans ces lieux, maintenant qu’il savait qu’il ne s’agissait pas d’une bête indomptable. Manon aimerait beaucoup le rassurer comme l'a fait Livia mais elle avait déjà beaucoup de mal à avancer avec ses jambes tremblante alors aider les autres.

Myo, elle était la première personne à lui adresser la parole malgré son air maussade et sa tête d’ampoule. Et elle n’avait pas vraiment rejeté la faute sur elle quand elle avait avoué avoir détruit une salle de classe. Avec une démarche plus assurée que la sienne Manon avait l’impression de pouvoir compter sur elle dans cette histoire de « fantôme ». Evidement elle savait qu’elle était mariée au doyen par exemple, et elle avait entendu d’autre détail plus sombre… mais la jeune fille préférait se baser sur des réalités, et elle ne connaissait pas assez la dryade pour se faire une idée. Ah et il y avait aussi Bibi, mais bon Manon ne connaissait pas suffisamment le vaudou pour savoir comment cette poupée de chiffon avait pris vie.

Et il y avait… Elle. Que pouvait-elle proposer pour que leur groupe s’occupe de cet être et de ses longues griffes, elle ne peut pas détruire l’invisible… Juste le voir et il ne lui restait qu’une utilisation de la potion d’Ava… Mais elle pouvait agir différemment sur le groupe par exemple.

- Je sais, dit-elle tout haut en fouillant dans son sac, « une potion qui rend flou » nous sauvera peut-être.

- Une potion qui rend flou ?

- c’est un nom bizarre

- Peut-être mais c’est efficace, ça donne une impression de vitesse, on parait insaisissables, je ne suis pas sûr de l’efficacité de cette potion pour une être comme lui, mais elle fait fureur parmi les victimes de racket

Elle donna à chacun une potion.

- Il faudra la boire le moment venu, on n’a rien à perdre au contraire.

Conclut-elle dans un sourire encourageant.

Elle n’avait pas encore parlé de sa potion d’invisibilité, c’était une potion pour une seule personne et ils étaient cinq tant qu’elle n’en saura pas plus sur leur ennemie, elle gardera sa pour elle.

- Où sommes-nous ?

Le couloir s’était élargi sur une pièce meublée de chaises, et de tables rongées par l’humidité, Manon s’avança de la bibliothèque et prit un livre qui s’effrita dans ses mains sans qu’elle ne puisse lire un mot…

- c’est très ancien, murmura-t-elle

- essayons de trouver quelques indices, même minimes répondit Livia.

- Par ici lança Myo.

Tout le groupe se rassembla devant une photo encadrée que la dryade tenait dans ses mains. Il s’agissait d’un groupe d’expérimentaliste tous aussi jeune les uns que les autres derrière le tableau était couvert de formule diverse.

- La photo date de 800ans, fit Simon en indiquant la date à moitié effacée sur un angle de la photo, elle n’a peut-être rien à voir avec ce qu’on recherche.

- 800ans c’est rien pour un fantôme…, répondit Kundal sombrement.

A cet instant, un air glacial souffla la chandelle de Manon qui serra sa main sur sa fiole de potion qui rend flou.

Il était là !



allez une blessure ou deux c'est rien non, quand Lucrécya à besoin de vous?


Mes RPs du Moment !



A trois c'est mieux, avec Neville Londubat, Adhita Lonkar et Ava Gold

Blood Diner, avec Enola Powell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2ov7BdT


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Occultes
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 216
avatar
Myosotis Grandiflore

Messages : 2134

Situation Amoureuse : Célibataire. Ex-chérie de Magnus Magouille, mais ne s'en rappelle pas.

Sorts Connus : Aguamenti,
Calmos Pacificatum,
Confundo,
Contusionus Encontusiono,
Diffindo,
Episkey,
Failamalle,
Furonculus,
Impervius,
Incarcerem / Lashlabask,
Incendio,
Inflamarae,
Jambencoton,
Nauseis,
Orchideus,
Oubliettes,
Pointe au Nord,
Portus
Protego,
Repello Moldum,
Spero Patronum,
Repulso,
Rictusempra,
Lumps / Nox
Duro,
Amplificatum,
Revigor

Inventaire : Véritasérum,
Amortentia,
Philtre de Requinquance,
Potion Contraceptive (x3)
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouilita (x2),
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Scrutoscope
Poupée Vaudou
MessageSujet: Re: Experimental Activity   Jeu 30 Juin 2016 - 22:48

Tout s'était passé vite. Bien trop vite pour Myosotis, en vérité.

Elle aurait voulu être prête pour cet assaut. Mais la triste réalité, c'est qu'elle ne l'avait pas été. La confiance en elle qu'elle tentait de montrer à tout le monde, à chacun de ces étudiants, à Magnus, et même à elle-même, n'était qu'une façade. Elle n'était pas sûre d'elle. Elle n'était pas forte, et avait le triste avantage, si c'en était un, de savoir à quel point il lui était facile de mourir. Mais qu'est-ce qu'elle était venue foutre là ?! Elle avait du se mettre un sacré coup de pied au cul pour simplement sortir de chez elle ! Pour quelque chose d'aussi banal qu'aller en cours ! Elle avait voulu aller en cours, putain ! Pas se retrouver dans une cave malodorante, à risquer sa vie avec des inconnus, face à... à.... à elle ne savait même pas quoi !

Bref, elle n'avait pas été prête. Pire que ça : elle avait même été sacrément inutile.

Toutes leurs bougies s'étaient éteintes d'un seul coup. Et la Gamma, frémissante d'appréhension, n'avait rien eu le temps de faire de glorieux.

Elle avait pointé sa baguette au hasard devant elle, mais aucun des sorts déclamés par ses soins, ou ceux de ses compagnons d'infortune, n'avait fonctionné. Seules quelques étincelles pathétiques avaient daigné jaillir du bout de son arme.

Elle n'avait rien vu, même avec les brefs éclats colorés des sortilèges mourants. Rien. L'obscurité semblait l'avoir avalée toute entière. Mais, elle avait entendu.

Elle avait entendu Bibi lui hurler dans l'oreille de sortir d'ici coûte que coûte, quitte à abandonner tout le monde. Elle avait entendu le bouclier magique que Livia avait dressé éclater en morceaux. Elle avait entendu l'Auror en herbe crier de surprise. Elle avait entendu Manon demander à tout le monde d'ingurgiter sa fiole bizarre. Et elle avait entendu le grognement inhumain de la chose, sans jamais réussir à la localiser exactement. Comme si c'était venu de partout à la fois. Comme si ça s'était... démultiplié.

Le sol, et même les murs autour d'elle s'étaient mis à trembler brutalement, comme à l'épicentre d'un violent séisme.

Et, d'un coup, une force surhumaine l'avait projeté contre le mur le plus proche, où elle s'était lourdement cogné la tête, avant de retomber sur le sol.

Et au moment où son esprit s'engourdissait et glissait vers l'inconscience, elle eut le temps de songer à quel point elle ne souhaitait pas mourir.

Pas encore.

   

Quelqu'un sanglotait, au cœur de l'obscurité.

Le chuintement était régulier, mais faible. On aurait pu dire si c'était là les pleurs d'un enfant, ou d'un adulte. Mais cette longue plainte, entrecoupée de gémissements et de hoquets, serrait le cœur de la dryade. Qui pleurait ainsi ? Et pourquoi ? Qu'avait-il bien pu se passer, à la faveur des ténèbres, pour que l'on y lance un appel si déchirant ?

- Hey ! Myosotis ! fit une voix masculine.

- Myo ! Réveille-toi, ma grande ! lança une voix plus criarde et résolument plus féminine que la première.

Cette dernière sommation poussa la jeune femme à la chevelure verte à ouvrir l’œil, et à se redresser légèrement, encore dans les vapes. Elle frotta son crâne endolori, en grimaçant.

- Tu t'es bien cogné la tête, et t'es resté inconsciente un bon moment. J'ai cru que t'allais jamais te réveiller mais ta poupée était sûre que tout allait bien.

- Bah oui ! Tant que chuis vivante ça veut dire qu'elle aussi, gros bêta ! s'exclama vivement Bibi.

Myo gémit doucement. Elle avait une migraine de tous les diables, mais vu les circonstances, elle devait sans doute s'estimer heureuse. Elle tendit l'oreille, mais elle n'entendit pas le moindre sanglot étouffé, ni même un seul soupir. Étrange...

- Et désolé pour ta bosse, reprit la voix masculine devant elle. J'ai fait de mon mieux, mais j'ai plus l'habitude de soigner les animaux, je n'ai pas les connaissances de Simon.

La dryade releva le cou :

- C'est pas gra... AAAH !!!

Sa poupée, juchée sur sa poitrine, la fixait de ses yeux en boutons. Et, derrière, penchée sur elle...

- C'est moi, Kendall, dit d'une voix penaude la silhouette.

La française déglutit, en reconnaissant la voix de l'Alpha Alpha Alpha.

- Ah ? M...mais, mais tu... t'es tout...

Elle se frotta son œil, par réflexe. Elle avait l'impression étrange d'être devenue, d'un coup, myope. Mais une sorte de myopie très spécifique : elle rendait trouble uniquement l'Alpha Alpha Alpha, et ses vêtements.

- Flou, ouais, fit-il. Je sais. Et c'est sûrement ce qui m'a sauvé la vie. La potion qui rend flou, tu te souviens ?

Il hocha la tête... ou du moins, Myo devina qu'il le faisait. Elle était dubitative, cependant. Elle ne doutait pas des capacités en préparation de potions de la petite Manon, mais elle ne voyait pas un grand intérêt à la chose. Une putain de potion qui rend flou. Sérieux. Ça ressemblait plus à un philtre foiré, un effet secondaire que l'on obtient après avoir lamentablement échoué à faire un truc vraiment cool. Et surtout, elle doutait que la survie du futur Magizoologiste ait eu réellement un rapport avec le fait qu'il ressemblait à présent à une œuvre d'art moderne vivante. Aussi, elle ne répondit rien.

Elle se contenta de se relever en grimaçant sous l'effort, et d'épousseter ses genoux, malgré l'inutilité flagrante de la chose : tout n'était que poussière et gravas autour d'elle. Elle pouvait le voir grâce à la clarté ridicule mais salvatrice du truc-moldu-pour-faire-une-mini-flammèche, que le garçon noir tenait dans sa main.

- On est où ? demanda-t-elle.

- Je t'ai déplacé quand ça a commencé à vraiment se casser la gueule, par là-bas. Le plafond s'est affaissé d'un coup.

- Qu'est-ce qui s'est passé ?

Kendall ne répondit rien : il se contenta de balader son briquet à bout de bras, montrant à son interlocutrice un paysage ravagé. Si c'était bien la salle dans laquelle ils étaient plus tôt, elle était méconnaissable : tout était sans dessus dessous. Les murs étaient détruits, le plafond s'était effondré sur lui-même, dans une montagne de gravas. On devinait, ici et là, une table brisée, ou une chaise en morceaux. Une canalisation avait du être détruite quelque part, si on devait en croire le bruit d'eau qui coulait quelque part.

- Ça a tout démoli, soupira Kendall.

Myo tourna sur elle-même :

- Et les autres ? Ils vont bien ?

L'AAA eut un moment d'hésitation.

- Je suis sûr qu'ils sont de l'autre côté, sains et saufs, affirma-t-il.

- Ou alors ils ont clamsé, décréta Bibi de sa voix de crécelle, en grimpant sur l'épaule de sa maitresse.

Myosotis se mordilla la lèvre inférieure :

- J'espère pas.

A vrai dire, elle n'en savait rien. Mais elle n'avait pas envie de se dire qu'elle était l'une des deux uniques survivants d'une attaque éclair dont elle n'avait rien vu. Et face à laquelle elle n'avait rien pu faire.

- Est-ce que tu as entendu quelqu'un pleurer, tout à l'heure ? demanda-t-elle, subitement.

Ce qui eut l'air de surprendre son interlocuteur flou :

- Pleurer ?

- Oui, sangloter même. Ça avait l'air lointain... c'était peut-être un de nos potes !

- J'ai rien entendu, confessa l'Alpha.

- Moi non plus, renchérit Bibi, depuis son perchoir habituel.

- T'as du faire un rêve, reprit le jeune homme.

- Oui, sans doute...

L'AAA posa une main bienveillante sur l'épaule de Myo :

- On devrait continuer à explorer les souterrains, il y a un passage par là-bas.

- Ok.

Les deux se remirent en route. Ils passèrent dans un trou exigu du mur, et continuèrent leur chemin au petit bonheur la chance, à travers les couloirs de plus en plus vétustes et dégradés, éclairés uniquement par la lueur du briquet du né Moldu.

- J'espere qu'on ne retombera pas à nouveau sur ce fantôme... soupira au bout d'un moment ce dernier, dont les traits du visage se discernaient de plus en plus.

Aussitôt, l'oeil de la jeune femme se plissa de mépris :

- Ce n'est PAS un fantôme, je te l'ai déjà expliqué !

- Je m'en rappelle, rétorqua Kendall, mais ce n'est pas parce que ton point de vue diffère du mien...

- Ce n'est pas un point de vue : c'est juste que je le sais ! le coupa la française, avec un brin de dédain. Je suis en Sciences Occultes ! C'est mon domaine, tout ça !

- Tu sais, Myosotis, c'est pas parce que toi tu es la femme d'un sorcier prestigieux et que moi je viens d'une famille de Moldus que ça signifie que tu es meilleure que moi !

La Gamma écarquilla les yeux, surprise :

- J'ai... j''ai jamais pensé ça !

Kendall haussa les épaules, et Myo se mordilla la lèvre inférieure. A vrai dire, peut-être bien qu'elle l'avait pensé. Et même plutôt deux fois qu'une. Parce que c'était indubitablement la vérité. Mais le fait était que l'AAA  était son unique allié, à présent. Et mieux valait éviter de se quereller, dans des circonstances pareilles. D'autant plus que Myosotis n'aimait pas spécialement les conflits.

- J'ai jamais pensé ça, répéta-t-elle d'une voix douce. Je ne me permettrai pas. Je veux dire, tu t'en es mieux sorti que moi quand ce truc nous a attaqué. Tu m'as sauvé, je te dois beaucoup, et je le sais. Et j'ai rien contre les Moldus : ton gadget Moldu est très... pratique.

- Ouais hein ? fit avec fierté le garçon, apaisé. Ça s'appelle un briquet !

Myosotis cacha son dégoût de l'objet en se fabriquant un des jolis sourires dont elle avait le secret :

- C'est vraiment cool, mentit-elle. Mais pour la... chose qui rôde ici... Je dis juste que quoique ce soit, ce n'est PAS un fantôme. Je peux communiquer avec les morts, alors je sais ce que...

Elle stoppa, sous l'effet d'une prise de conscience soudaine.

- Mais oui ! fit-elle en criant presque.

- Quoi ?

- Je peux communiquer avec les morts ! Alors on va demander au pauvre gars crucifié de tout à l'heure ce qui s'est passé ! J'ai besoin d'un peu de calme, d'ordinaire, pour ce sortilège, mais...

Elle regarda la pénombre autour d'elle :

- On va dire que ça ira.

Le jeune homme fronça ses sourcils, un peu perdu :

- Mais qu'est-ce que tu veux dire, par, ''je peux communiquer avec''...

- SHHHHT ! intima Bibi

Sous le regard étonné de l'étudiant en Magizoologie,  la fille-chlorophylle ferma son œil valide de toutes ses forces, et elle se concentra.

Logiquement, plus la mort était récente, plus le contact était facile... mais encore fallait-il que l'esprit souhaite être contacté. Myo espérait que oui : c'était leur unique témoin, et peut être la seule personne à pouvoir répondre à leurs interrogations.

Elle essaya de se remémorer la photo qu'elle avait vu du petit Jack, dans la classe, tout à l'heure. Et le bout de picturine dans lequel il apparaissait. Plus difficilement, elle se remémora les traits incertains et dégoulinants de sang de son cadavre supplicié.

*Myosotis utilise son pouvoir : Médium !*

Comme venu de nulle part, un spectre, si vaporeux qu'il en était presque transparent, tournoya un moment au dessus des têtes des deux étudiants. Il se dressa devant sur la jeune femme, qui put alors détailler ses traits désincarnés.

Oui, c'était Jack, l'expérimentaliste disparu dont avait parlé son oncle. Avec un pincement au cœur, la dryade se rendit compte à quel point il était mignon, dans son genre rat de laboratoire surdoué. Et tellement, tellement jeune.

Bien trop jeune pour mourir.

- Jack, c'est ça ? lui demanda-t-elle.

Le spectre ne réagit pas. Il gardait ses yeux fermés, comme s'il ne réalisait même pas la présence de Myosotis, et de Kendall qui le fixait, impressionné.

- Jack, on est des amis, dit la française, le plus doucement possible. On veut juste te poser quelques questions. On voudrait en savoir plus, sur... sur ta mort.

Aussitôt ce dernier mot fut prononcé que le fantôme ouvrit de grands yeux sans pupille. Il se mit à trembler, ouvrit démesurément sa bouche, et poussa un hurlement strident.

Le cri était terrible, et assourdissant. Tellement aigu et tellement fort qu'il en était insupportable. Les deux étudiants glapirent de surprise, et posèrent les mains sur leurs oreilles, aux tympans rendus douloureux par tant d'éclat.

- JACK ! cria Myo, sans toutefois parvenir à se faire entendre.

- FAIS LE TAIRE IL VA NOUS FAIRE REPÉRER !

- JACK ! CALME-TOI ! PITIÉ !

Les yeux révulsés, l'apparition bascula sa tête vaporeuse en arrière, et finit par s'évanouir dans le néant, dans un hurlement final désespéré.

Puis le silence retomba, chargé d'une tension palpable.

- Oh bordel, oh bordel, oh bordel... murmura l'étudiante en Sciences Occultes.

Tremblante de tous ses membres, pâle comme jamais, elle s'adossa au premier mur venu, à bout de forces. Ses oreilles sifflaient encore, endolories.
Kendall, qui n'était quasiment plus flou, se rua sur elle :

- Myosotis ! C'était quoi, ça ?!

- Oh bordel, oh bordel, oh bordel... C'est pas bon du tout... Du tout du tout...

- Qu'est ce que ca veut dire ?!

Myo déglutit. Sa gorge était terriblement sèche.

- Ça... ça veut dire que... que sa mort a été horrible, bégaya-t-elle, l’œil dans le vide. Tellement horrible que son esprit en a été traumatisé à jamais. Pour l'éternité.

- Bon, ben, maintenant on sait ce qui nous attend, affirma Bibi, lugubre.

Après cette phrase, qui sonnait comme une sentence, le silence retomba, plus lourd que jamais.






Mes RPs du Moment !


Dream a little dream of me, avec Augustus Kane

Rock This Party !, avec plein de monde !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2ovdMPc


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Magie Expérimentale
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 13
avatar
Manon Léandre

Messages : 1882

Double Compte : Kakyo Hideyoshi
Situation Amoureuse : pas le temps

Sorts Connus : Periculo pugno,
Furunculus,
Nauséis,
Confundo,
Gemino,
Episkey,
Repulso,
Protego,
Oubliettes,
Confringo,
Calmos Pacificatum,
Locomotor,
Patronus,
Incarcerem / Lashlabask,
Multicofors,
Sonorus,
Revigor

Inventaire : Véritasérum,
Essence de dictame,
Potion Miracle du bon Docteur Magouille,
Tequila Magouillita (x3),
Lait de poule du bon Docteur Magouille,
Potion de Requinquance (x2)
MessageSujet: Re: Experimental Activity   Lun 4 Juil 2016 - 10:57

Manon resta silencieuse, trop silencieuse même, elle n’avait pas bougé depuis qu’on l’avait projeté au sol à l’opposé de la pièce. Elle allait bien dans un sens, elle avait juste son corps endoloris, et surement couvert de bleus, des larmes coulèrent de ses yeux sans s’arrêter, et pour terminer son propre tableau, ses poumons peinait à retrouver de l’air.

Elle avait vu la mort passer si près d’elle, elle avait utilisé une bonne partie des sorts de son répertoire, mais aucun ne l’avait touché … Ses cris de paniques s’étaient mêlés à ceux de ses coéquipiers quand elle découvrait sa propre faiblesse face à ce monstre. Et le pire dans tout ça c’est que sa potion n’avait servi à rien, c’est comme si le fantôme n’utilisait pas leurs yeux… Et dans un sens, elle aurait dû le deviner… Il chassait dans l’obscurité à quoi pouvait bien servir une potion qui rendait flou quand l’obscurité était déjà sensée te cacher.

Des larmes s’ajoutèrent aux autres devant l’impuissance qu’elle ressentait, ça ne servait à rien, mieux valait ne plus bouger et attendre qu’on la sorte de là. On lui avait saisi sa cheville avec une telle dureté qu’elle devait surement avoir une marque. Elle s’était sentie trainé sur quelque mètre, et avait réussi à s’accrocher à l’étagère, certain vieux livre lui était tombé dessus, puis il y avait eu l’éboulement, et le fantôme avait lâché prise… Elle n’avait pas bougé, de peur que le fantôme recherche une nouvelle fois sa proie.

Par chance, l’éboulement l’avait raté de peu, et l’avait laissé en vie, même s’il fallait peut-être mieux se retrouver morte écraser que subir ce qu’avait subi le petit Jack.

Si prête d’abandonner, elle pensa à Neville qui lui avait promis de ne pas la laisser mourir, et regretta même de ne pas l’avoir emmené avec elle… Il partageait une même vie, elle n’avait pas droit de jouer avec la sienne comme elle le faisait en ce moment.

- Oh, bon sang, c’était quoi ça… bordel de merde.

Cette voix, c’était celle de Simon, elle n’était pas toute seule, Manon n’arrivait pas à être soulagée… Ils étaient deux sur cinq…

- Les gars… Vous êtes là, je ne vois rien avec cette obscurité.

Après un grand silence, Manon se décida à se relever les livres qui la recouvraient, tombaient dans l’eau tandis qu’elle se levait. Elle dit alors d’une fois tremblante.

- Je suis là… Moi.

La voix de son coéquipier retentit pleine d’espoir :

- Livia, c’est toi ?… Je suis si content.

La sorcière en expérimentation stoppa net sa progression, comment pouvait-il penser qu’elle avait la même voix que Livia.

- Je ne suis pas Livia… C’est Manon.

Elle fit l’effort de s’approcher de lui à tâtons, sentant la détresse du PAF :

- Mais… Où sont les autres, Manon, où est Livia ?

- Je…

Elle cherchait ses mots comme si les mots qu’elle dirait décideront de leurs sorts.

- Nous sommes que tous les deux Simon…

- Attend, tu veux dire, qu’ils sont morts?

- On n’en sais rien Simon, murmura-t-elle d’une petite voix, il y a eu cet éboulement et… Ils sont-peut être en vie, mais…

Manon sentait la panique montait dans la voix de son ami

- ils sont surement de l’autre côté

Fit il en s’attaquant au mur de pierre à coups d’éclair, la terre se mit à trembler et Manon hurla.

- Simon ça ne sert à rien arrête avec ça.

Mais le PAF continuait, grognant devant l’effort, paniqué par le fait de se retrouver seul avec la POP

- Tu ne comprends pas… Il faut qu’on retrouve les autres, sinon on est bon pour devenir de la pâture à fantôme.

-Je le sais ça hurla-t-elle en s’accrochant à son bras pour l’empêcher de continuer.

Un bruit fit réagir Manon, elle sortit sa baguette et hurla :

- PROTEGO !

Une dizaine de pierres tombèrent sur son sort avant de se répartir autour du Duo. Manon reprit son souffle attendit quelque seconde de silence et se tourna vers le PAF visiblement en colère.

- Tu as failli nous tuer Simon, alors que nos amis ne sont peut-être pas de l’autre côté...

- Et tu proposes quoi Manon qu’on reste tous les deux, qu’on attend qu’il s’en prenne à nous. Tu n’as aucun pouvoir ici… Et moi, je ne suis pas aurore… Tu crois vraiment qu’on a une chance de survivre maintenant qu’on est seul?

Les larmes ne cessaient toujours pas de couler, peut être que Simon l’aurait vu s’il ne faisait pas si sombre… Un long silence accueillit sa réaction et Simon prit ça comme un non.

- Alors tu as compris maintenant… On va…

- On ne va pas mourir ! Du moins, je ne compte pas rester là et attendre ma mort.

*Neville… Je n’ai tout simplement pas droit de mourir*

Elle prit une inspiration et serra sa prise sur le bras du PAF qu’elle n’avait toujours pas lâchée.

- Continuons, murmura-t-elle, quelques chose nous échappes Simon, je ne sais pas encore quoi mais ce n’est pas en restant là que je vais trouver… Et surtout, j’ai besoin de ton aide…

Cette maigre part de courage qui dormait dans le corps de Manon refaisait surface peu à peu, lui rappelant que tout n’était pas perdu, elle avait toujours cette envie de survivre en elle, cette détermination qui la poussait à dépasser ses limites …

Elle tira de toutes ses forces et le futur médicomage se leva.

- On ne voit rien pesta-t-il comment veux-tu te repérer sans lumos.

Manon hocha la tête bien que Simon ne pouvait pas le voir.

- Je vais longer le mur de gauche avec ma main sans le lâcher, toi ne me lâche surtout pas ma main droite.

La jeune fille n’attendit pas plus longtemps et l’entraina à tâtons le long du mur le plus proche. La progression n’était pas facile, mais au moins avait-elle la certitude d’avancer. Derrière elle, Simon trébucha plusieurs fois en maugréant des insultes, mais la jeune fille resta concentrée sur le sens du toucher. Elle patienta le temps que son ami se remette sur ses jambes et continuait sa marche.
C’est en empruntant un virage qu’ils virent la lumière éclairer une pièce lointaine.

Attiré par la lumière comme le ferait un papillon de nuit, Simon lâcha sa main et courut en direction de la pièce.

- Simon !

Appela Manon méfiante, les fantômes n’avaient pas besoin de lumière, mais il ne s’agissait pas du briquet de Kundal non plus. Elle continua d’avancer, la main sur le mur pour ne pas se perdre quand elle entendit le cri de son ami, sa silhouette venait de tomber à genoux, dans un faible râle. La jeune fille s’arrêta en entendant comme une réponse lointaine, et courut d’un pas décidé en direction de la pièce lumineuse.

Une fois à la hauteur de Simon, elle l’entendit murmurer dans un souffle :

- Non, non, noon…. C’est quoi ça… Ce n’est pas eux, ça ne peut pas être, une réaction avancée ?

Non, évidemment que non, il ne fait pas attention à ça.

Manon suivit son regard agrandi de terreur pour voir à son tour la scène, tout d’abord une pierre lumineuse qu’elle identifia comme une pierre de lune embrasait la scène.

- Sauf si cette pierre y est pour quelque chose...

Continua Simon sans avoir la force de se lever

C’est là qu’elle vit les squelettes ou du moins les trois tas d’os appuyé contre les murs. En voyant les os pendus au mur, Manon avait une bonne idée de ce qui leurs était arrivée, les orbites vides des crânes la fixait comme si on la mettait au défi de retrouver leur histoire.

- Je… Je n’ai, je n’ai…Jamais…

Simon lui semblait manqué d’air, la peur devait faire des nœuds dans son corps, un peu comme pour elle en fait, mais la jeune fille savait qu’elle ne gagnerait rien à céder à la folie. Elle regretta que Livia ne soit pas là pour examiner les corps à sa place. Elle s’avança pour chercher à les identifier quand un craquement sinistre retenti. La sorcière grimaça et son compère demanda :

- Tu… Tu as entendu ?

- C’est… J’ai marché sur quelque chose.

Sans plus de détail, Manon baissa les yeux sur les os qu’elle venait d’écraser, Cubitus et radius, déduisit-elle en trouvant quelques phalanges, elle fronça alors les sourcils en découvrant un carnet parfaitement conservé par un sort, devant elle, qu’elle était la différence entre celui-là et ceux qu’ils avaient trouvés en miette dans la pièce précédente. Elle s’en saisit et continua avant tout son inspection, au bout de quelques minutes de silences entrecoupés par les murmures de son coéquipier. Elle poussa un soupir de soulagement.

- Ce ne sont pas eux, du moins, il ne s’agit pas de Livia et Myo, ce sont des hommes… Et ils sont quatre.

La respiration de son ami se calma, rassurant Manon sur son état, quand il demanda :

- Mais de qui s’agit-il dans ce cas….

Manon sentit sa main tenant le carnet se réchauffer tandis qu’un sourire fantomatique se dessinait sur ses lèvres :

- ça, on va vite le découvrir.

Elle prit la pierre lumineuse entre ses mains et la tendit à Simon, elle s’installa prêt de lui, ouvrit le livre et demanda.

- Eclaire-moi.

Manon tourna rapidement les premières pages qui parlaient d’expérience et de phénomènes paranormaux, quand elle arriva enfin sur les pages qui l’intéressaient, ses sourcils se froncèrent, puis on pouvait lire sur son visage de la compréhension. Elle murmurait de temps en temps des «évidemment » ou encore des «oh non » pour finir par tourner des pages écrites à la va-vite, un schéma d’autres inscriptions, puis des pages vide, elle les tourna violemment :

- Non non, nooonn il y a forcément une autre solution, quelque chose m’a échappé, c’est sûr.
Un article de la gazette du sorcier tomba alors du carnet, Simon la regarda sans chercher à comprendre, Simon récupéra le journal et tous les deux lires le document.

- Manon… , ne me dit pas que c’est ce que je pense.

Malheureusement, c’était à présent évident, il n’était pas prêt de sortir de cette cave.

Elle allait répondre quand un cri effrayant et terriblement humain retenti, grâce à la pierre de lune, elle put voir le visage de Simon se transformer avec stupeur. Un mélange de peur, et d’inquiétude se lisait sur son visage. Elle sut avant qu’il ne dise quoi que ce soit ce qu’il allait faire.

Et se leva tendu :

- Simon, non, non, c’est trop tard surement… Tu vas nous faire tuer, Simon, on ne peut pas les affronter maintenant, tu le sais aussi bien que moi.

Hélas, son coéquipier, n’entendrait plus rien, il murmura comme simple explication :

- Livia…

Il se leva et courut comme pouvait le faire un PAF en embarquant la pierre de lune. Manon n’eut hélas pas d’autre choix que de le suivre, et de se perdre, elle n’avait aucune chance de survivre seul.



allez une blessure ou deux c'est rien non, quand Lucrécya à besoin de vous?


Mes RPs du Moment !



A trois c'est mieux, avec Neville Londubat, Adhita Lonkar et Ava Gold

Blood Diner, avec Enola Powell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2ov7BdT


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Occultes
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 216
avatar
Myosotis Grandiflore

Messages : 2134

Situation Amoureuse : Célibataire. Ex-chérie de Magnus Magouille, mais ne s'en rappelle pas.

Sorts Connus : Aguamenti,
Calmos Pacificatum,
Confundo,
Contusionus Encontusiono,
Diffindo,
Episkey,
Failamalle,
Furonculus,
Impervius,
Incarcerem / Lashlabask,
Incendio,
Inflamarae,
Jambencoton,
Nauseis,
Orchideus,
Oubliettes,
Pointe au Nord,
Portus
Protego,
Repello Moldum,
Spero Patronum,
Repulso,
Rictusempra,
Lumps / Nox
Duro,
Amplificatum,
Revigor

Inventaire : Véritasérum,
Amortentia,
Philtre de Requinquance,
Potion Contraceptive (x3)
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouilita (x2),
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Scrutoscope
Poupée Vaudou
MessageSujet: Re: Experimental Activity   Ven 15 Juil 2016 - 20:33

Myo déprimait.

Bordel, elle aurait préférait s'abstenir, mais le fait était là : elle déprimait. Elle voulait revoir Magnus. Elle voulait revoir Kimberlie. Elle voulait sortir d'ici, et prendre une goulée d'air frais. Elle voulait sentir le vent doux dans ses cheveux, et l'herbe amicale sous ses pieds de dryade.

Mais non. Elle était enfermée dans cette cave moisie et dangereuse, sans aucun espoir de sortie.

Tout était glauque, tout était sombre dans ces souterrains humides. La française sentait dans l'air une écœurante odeur, qui ressemblait à celle du sang. Ou à du fer rouillé. Ou peut-être bien les deux à la fois, qui pouvait savoir ? Elle suivait Kendall en silence depuis longtemps maintenant, et elle n'avait encore pas retrouvé les autres. Ni le monstre chelou qui avait torturé Jack. Ni quoique ce soit, à part des couloirs, et encore des couloirs enténébrés, qui se ressemblaient tellement qu'ils donnaient l'impression qu'elle tournait en rond.

Et, pour la énième fois, elle sentit quelque chose sous la semelle de sa botte. Quelque chose de... mou, et spongieux. Une fois de plus, elle frissonna intérieurement, en espérant que ce ne soit que des cadavres de rat... mais quelque chose en elle lui criait que les cadavres de rats n'étaient pas aussi semblables à de la chair vive sanguinolente, si elle devait en juger par le peu qu'elle apercevait à la lueur vacillante du briquet.

Elle préféra hâter le pas, en se mordant les lèvres.

Oui, elle déprimait. Elle n'en pouvait plus. En désespoir de cause, elle sortit une cigarette roulée de sa poche, et se précipita sur la faible flammèche du briquet que tenait Kendall, pour se l'allumer.

Elle tira une longue bouffée salvatrice, et soupira d'aise. Ça ne résolvait rien, elle le savait ; mais c'était agréable.

- Hey, ça peut aussi servir pour ça ton truc moldu, t'as vu ? lança-t-elle, dans une pathétique tentative de briser la glace avec son compagnon d'infortune.

Le sorcier à la peau noire lui lança un regard neutre :

- Ça sert à ça normalement.

- Ah.

- C'est pour ça que ça éclaire comme de la daube, commenta Bibi.

- En attendant on a rien d'autre, soupira l'Alpha. Enfin... on va bientôt plus rien à voir, le réservoir ne va pas durer indéfiniment.

Le sourcil de la jeune femme aux cheveux verts s'arqua de surprise :

- Réservoir ?

- Oui, pour l'essence à briquet.

Myo tordit la bouche, larguée. Elle ne comprenait pas grand chose, mais ça n'augurait rien de bon. Bah, que pouvait-elle y faire ? Elle reprit de longues bouffées impatientes de son joint, sous le regard bizarre de Ken.

La fille-chlorophylle lui tendit la cigarette spéciale, un petit sourire aux lèvres :

- T'en veux ? Ça détend.

- Tu devrais pas fumer ici, fit l'AAA sans répondre. Ça pourrait nous faire repérer.

- Contrairement au fait de marcher bruyamment en rond, éclairé par un gadget Moldu minable, tu veux dire ? cracha la poupée de Myo, depuis son perchoir, sur l'épaule de sa maîtresse.

- J'ai pas envie de mourir c'est tout !

- On est déjà morts, si ça se trouve, murmura la française, à voix basse.

Le Magizoologiste se renfrogna, et les deux marchèrent en silence.

Myo se perdit dans ses pensées lugubres... et releva la tête, soudain.

- Vous entendez ça ?!

Kendall ralentit son pas :

- Heu... Non.

- Y'a quoi à entendre ? demanda Bibi.

- Les sanglots ! s'exclama la dryade. Y'a quelqu'un qui pleure ! En ce moment ! Et pas loin !

- Non non, j'entends rien, affirma l'étudiant, le visage sombre.

- T'es la seule à l'entendre ma grande, dit Bibi, d'un air affligé.

Myosotis se mordilla la lèvre inférieure. Rêvait-elle ?! Ou était-elle en train de devenir folle ?! Mais non, ce n'était pas possible, d'autant plus que ces sanglots lointains semblaient venir de...

- Par là ! s'écria-t-elle.

Elle courut au hasard, en se guidant par l'oreille. Suivie par un Kendall largué, qui lui criait :

- Myosotis, attends !

La française s'arrêta finalement, devant un mur, semblable à tant d'autres alentour. Un mur, antique, mangé par la mousse et l'humidité. Il n'avait rien de particulier, là, si ce n'est une vieille alcôve, emplie de vieux bocaux poussiéreux aux contenus étranges.

- Et donc ? fit Bibi, au bout d'un long moment de silence.

- Je... j'ai entendu pleurer là ! Mais...

Mais voilà, la dryade n'entendait plus rien. Elle commençait même à douter de ne jamais avoir entendu quoique ce soit.
Kendall plissa les yeux, soucieux. Il semblait aussi perdu que sa camarade à la chevelure verte.

Cette dernière resta planté là, sans savoir quoi faire, jusqu'à ce que son joint se consume entièrement.

Quelque chose avait pleuré. Et elle seule l'avait entendu. Alors soit elle avait une ouïe particulièrement fine, ce dont elle ne s'était jamais rendue compte jusque là vu le nombre de fois où elle était arrivée en retard en cours pour ne pas avoir entendu son réveil sonner, soit elle avait halluciné.

Soit... soit ça avait un rapport avec le pouvoir qu'elle avait perfectionné, et qui lui permettait de parler aux esprits défunts. Quelque chose ici n'était plus en vie, et refusait cet état de fait. Et tentait d'attirer son attention.

- Il y a un fantôme, ici, dit-elle.

- Je le dis depuis le départ, fit remarquer Ken.

Myosotis soupira :

- Je crois qu'on ne parle pas de la même chose. Mais peu importe. Je ne sais pas si je l'entends parce que j'ai des dons de Médium ou parce que ça tente de communiquer avec moi, mais on peut pas passer à côté !

Bibi posa sa petite main de chiffon sur la joue de sa maîtresse :

- Tu comptes faire quoi ?

- Le même sortilège que j'ai tenté avec le petit Jack.

Kendall tordit la bouche. L'expérience avec l'esprit hurleur du malheureux étudiant de Magie Expérimental supplicié l'avait visiblement chamboulé.

- Vas-y, finit-il par dire. Après tout, on a plus rien à perdre.

Myo hocha la tête, et se concentra, pour ce sort qu'elle avait fait maintes fois en cours.

{Myosotis utilise son pouvoir Médium!}

Elle sentit une sorte d'appel d'air familier devant elle... et d'un coup, tout se troubla autour d'elle, devant son œil ébahi. Et tout son champs de vision s'assombrit. Qu'est-ce qui se passait ?! Ce sort n'était pas censé faire ça ! Le cœur de la jeune femme se mit à battre la chamade.

Mais très vite, elle réalisa qu'elle était dans une sorte de vision. Une vision d'antan, très trouble, très floue, aux couleurs fanées : sans doute le résidu d'un souvenir très très vieux. Comme si elle était tombée sans le vouloir dans une pensine d'un autre temps.

Elle ne discernait pas grand chose, mais il semblait être dans une salle de classe. Oui : cela ressemblait à la salle de classe dans laquelle Saussurus l'avait emmenée plus tôt, là où tout ce cauchemar avait commencé. L'ambiance semblait studieuse : il y avait là de nombreux étudiants, vêtus d'amples robes de sorcier démodées. Tous s'affairaient autour de tubes à essais colorés, de chaudrons fumants, d'alambics glougloutants. Myosotis ne parvenait pas à distinguer les traits de ces apparitions fantomatiques.

Elle tourna la tête, et aperçut sur le tableau noir des glyphes étranges, semblables à ceux qu'ils avaient croisés plusieurs fois, plus tôt.

Une voix éthérée, qui lui paraissait aussi lointain que les sanglots plus tôt, s'éleva soudain.
La dryade ne saisit pas un mot. Par contre, elle put voir que la voix venait d'une grande silhouette, qui s'était levée et gesticulait devant ses camarades assis.
Et, très vite, les autres se levèrent, et l'encerclèrent. La scène était empreinte d'étrange, et avait un côté menaçant qui ne rassurait pas la spectatrice. D'autant plus que Myo ne comprenait pas les enjeux de ce qui se passait autour d'elle.

Elle tenta de se rapprocher de la silhouette... et aussitôt, un visage monstrueux et grimaçant émergea devant elle. Il ne faisait pas partie du souvenir, il était bien trop net pour ça. Il regarda droit dans les yeux la dryade, qui frissonna, le sang glacé, sans même pouvoir émettre le moindre cri : c'était la chose qui les avait attaqué tout à l'heure dans la salle de classe ! Et à coup sûr la même qui avait séparé leur groupe ! ET IL VENAIT DE LA REPÉRER !

Le cœur battant, Myo rouvrit son œil, en laissant échapper un cri.

- Ça va, Myosotis ?! lança la voix de Kendall.

- Non !  Il est là !

- De quoi tu parles ?

- Le monstre ! paniqua la fille-chlorophylle. Le fantôme qui n'en est pas un ! Il est là ! Il m'a repéré !

L'étudiant regarda tout autour de lui.

- Mais non ! fit-il. Je t'assure qu'il n'y a r...

L'Alpha hoqueta subitement, et une gerbe d'hémoglobine vive jaillit de sa bouche.
Horrifiée, Myo écarquilla son œil :

- K.. Kendall ?!

Blême, elle considéra son camarade, crispée par la panique.

Quelque chose qu'elle ne voyait pas venait de transpercer avec brutalité le ventre de l'étudiant. Du sang sombre ruisselait de la plaie béante, et venait goutter sur le sol détrempé. Et, d'un coup, ça trancha le corps convulsant du malheureux de part en part, dans un gargouillis écœurant. Aussi facilement que si ça avait été une simple feuille de papier. Un voile rouge obscurcit le champs de vision de la dryade  : c'était l'épaisse pluie d'hémoglobine qui s'abattait sur elle, sans qu'elle ne réagisse, tant elle était figée par la peur.

Le briquet moldu tomba à terre, et s'éteignit, réduisant la scène macabre à quelques ombres mouvantes et angoissantes, et à un borborygme répugnant. Comme libérée de sa stupéfaction par ces ténèbres soudaines, la française se mit à hurler à plein poumons. Elle fit volte-face et s'enfuit, sans demander son reste, le cœur au bord des lèvres.

Dans la pénombre, elle courut plus vite qu'elle ne l'a jamais fait, remontant les longs couloirs, totalement au hasard, trébuchant sur les obstacles qu'elle ne voyait pas, sur le sol. Mais elle n'arrêta pas.

Elle avait été repérée ! Et c'était sa faute ! Entièrement sa faute ! Si elle n'avait pas fait ce sort, Kendall ne serait pas mort ! Mais pourquoi avait-elle fait ce sort, qui avait pourtant déjà mal tourné avec Jack ? Pourquoi avait-elle fallu qu'elle insiste ?? Pourquoi avait-elle voulu prouver à l'AAA qu'il y avait quelqu'un qui sanglotait ?! Elle n'avait fait que signer l'arrêt de mort du malheureux ! Et c'était entièrement sa faute...

Dans sa course, elle se prit de plein fouet quelqu'un, et se retrouva projetée en arrière. Elle poussa un cri, autant de surprise que de terreur.

- Myosotis ? fit une voix familière.

- Livia ?!

Myo cligna son unique œil. Elle commençait à s'habituer à la pénombre ; pas au point d'y voir comme en plein jour, mais bien assez pour distinguer le visage pâle et cerné de la jolie étudiante en Aurorologie. C'était bel et bien Livia.

La blonde prit la dryade dans ses bras, et cette dernière, en état de choc, la laissa faire. Pour se rendre compte que la Zêta tremblait, peut-être plus qu'elle encore.

- Ça va ? lui demanda-t-elle.

La française sentit une chape de désespoir s'abattre sur elle. Son cœur et son estomac se nouèrent atrocement, alors que son œil s'embuait de larmes qu'elle retint de toutes ses forces.

- Non. Kendall est... il est mort ! Et je ne sais pas où sont les autres...

Liv resta silencieuse quelques secondes. Puis elle dit :

- Je crois que moi si. Je les ai entendu tout à l'heure. Viens, on va les retrouver.

Myosotis plongea son regard dans celui de la blondinette, et, malgré le teint blafard de celle-ci et son sourire incertain, elle choisit de la croire, non sans reconnaissance.

- D'accord, fit-elle.

- Je suis quasiment sûre que c'est par là, décréta la Zêta Delta Nu, en désignant une direction du bout du menton.

Myo passa devant, malgré l'obscurité toujours persistante. Elle n'aurait jamais voulu l'admettre, mais elle était plus que soulagée de ne plus être seule ici bas ; même cette fille qui était comme une étrangère pour elle lui paraissait être la plus précieuse des alliées. Elle prit une longue inspiration pour se redonner du courage, et se mit à marcher, alors que Bibi, plus silencieuse que jamais, se pelotonnait contre son cou.

Livia étant derrière elle, Myo ne remarqua pas que le sourire tremblant de cette dernière se mua instantanément en grimace carnassière menaçante. Ni que ses yeux cernés luisirent d'un coup d'une étincelle rouge de mauvais augure.

Elle ne remarqua rien de tout ça, comme elle n'avait pas remarqué, dans la pénombre, les mains gantées de sang frais de la future Auror, qui avait laissé lors de leur étreinte deux nouvelles traces écarlates et sanglantes dans le dos de la française...






Mes RPs du Moment !


Dream a little dream of me, avec Augustus Kane

Rock This Party !, avec plein de monde !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2ovdMPc


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Magie Expérimentale
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 13
avatar
Manon Léandre

Messages : 1882

Double Compte : Kakyo Hideyoshi
Situation Amoureuse : pas le temps

Sorts Connus : Periculo pugno,
Furunculus,
Nauséis,
Confundo,
Gemino,
Episkey,
Repulso,
Protego,
Oubliettes,
Confringo,
Calmos Pacificatum,
Locomotor,
Patronus,
Incarcerem / Lashlabask,
Multicofors,
Sonorus,
Revigor

Inventaire : Véritasérum,
Essence de dictame,
Potion Miracle du bon Docteur Magouille,
Tequila Magouillita (x3),
Lait de poule du bon Docteur Magouille,
Potion de Requinquance (x2)
MessageSujet: Re: Experimental Activity   Sam 23 Juil 2016 - 15:12

- Simon, attend moi…

Manon, essayait de retenir son camarade mais c’était peine perdue, quand il avait quelque chose en tête celui-là ne l’avait pas ailleurs et malheureusement pour la jeune sorcière en expérimentation c’était ce même Simon qui avait la seule lumière en état de fonctionner dans ses souterrains. Le sort de « Lumos » lui manquait déjà.

Elle trébucha dans un cri et atterrit dans l’eau croupi son corps déjà couvert de bleues n’allait pas être beau à voir. Pourtant la peur la poussait à relever la tête, seule dans l’obscurité elle n’avait aucune chances et déjà Simon s’éloignait sans se retourner ni se demander si elle le suivait bien… Si ce n’était pas de l’amour ça… qu’est ce que c’était ? De la répulsion contre l’expérimentaliste qu’elle était ?

La jeune fille secoua la tête et se relevait pour suivre la lumière qui s’effaçait déjà, ce qu’elle avait lu l’avait chamboulé et réduit ses espoir à néant il n’était pas les premier et il n’y avait eu aucun survivant de la première équipe, ils s’était sacrifiés pour cette école… mais la porte était à présent ouverte une nouvelle fois et Manon n’était pas prête à faire le même sacrifice pour cette école… Il devait y avoir une autre solution, une piste que personne n’avait encore explorée, quelque chose qui les sauverait tous, et même si pour le moment son cerveau ne lui donnait aucune chance, son cœur lui ne voulait rien lâcher.

*Une autre solution, une autre solution une…*

Ne cessait-elle de penser.

- Myosotis, Livia, tu es vivante! J’avais eu si peur

Simon les avait trouvé, il avait trouvé Myo et Livia, mais… mais ce cri qu’elle était-il dans ce cas, Kundal ? Non surement pas.

Manon avança à la rencontre de ses camarades, et découvrit un Myo plus que fatiguée couverte de sang comme si elle avait fait un bain d’hémoglobine. Livia elle aussi semblait avoir trempé ses deux bras dans une bassine de sang que c’était-il passé ? Où était Kundal ?

Simon lui ne semblait pas s’étonné de l’état des deux filles ni de l’absence du AAA. Il tendit la pierre de lune à la jeune fille brune et continua devant l’étonnement de sa coéquipière

- Que c’est-il passé depuis l’éboulement j’espère qu’il ne s’en ai pas prit à vous ce… fantôme…

- Ce n’est pas un fantôme, fit Myo en tressaillant.

- Des maudits… murmura Manon d’une voix blanche on les appelle des maudits.

- Qu’importe leurs noms, tant qu’on est ensemble, Livia va nous sortir un nouveau plan, et avec tes connaissances et celle de Myo on pourra les pulvériser… Happy End…

Manon regarda le PAF sans comprendre espérait-il encore s’en sortir après ce qu’ils avaient lus ? Il était fou de croire encore en ses chances juste parce qu’ils avaient trouvé Myo et Livia Et…

- Kundal…, demanda-t-elle, ou est-il ?

La sorcière vie Myo baisser son œil unique tandis que quelques gouttes de sang frais dégoulinèrent de ses cheveux.

- Il est mort, répondit simplement Livia.

Sa gorge se serra, ça recommençait, les maudits décimeraient leur équipe profiteraient de leurs moindres faiblesses, et utiliseraient la moindre parcelle de leurs corps pour leurs expériences, il n’y avait aucun espoir. Elle tourna son visage vers Simon il semblait aussi affecté qu’elle, la bouche ouverte peut être cherchait-il quelque chose de positive à dire. Mais comment dire quelque chose de positif sur la mort d’un ami. Alors le jeune homme dit quelque chose d’étonnant dans ce monde de désespoir :

- Personne ne mérite ça, c’est vraiment horrible ce qui lui est arrivée… mais on est encore en vie, la bande est encore vivante. Non ?

Il tapota sur l’épaule de Myo :

-Il faut tenir le coup.

La jeune fille le vit alors l’étudiant en médicomagie sourire ouvrir ses bras de PAF et entouré le corps fin et musclé de Livia

- Oui ensembles on devrait y arriver.

Manon se sentait quelque peu oubliée mais ce qu’elle vit à ce moment glaça son sang. Au travers de la pierre de lune, les bras de Livia charger de sang se resserrèrent étonnamment sur le corps de Simon. Les yeux de la jeune femme renvoyaient une lueur inquiétante, soudain son sourire s’agrandit et Manon jurait avoir vu des dents étinceler sous la lumière de la pierre de lune qu’elle tenait dans sa main.

Elle su tout de suite ce qu’elle devait faire pour leurs survit à tous. Elle sortit sa baguette, poussa de toute sa force sur Simon et lança sur Livia :

- REPULSO !

La jeune fille partit à l’autre bout du couloir dans un cri quand elle se sentit plaqué contre le mur par Simon.

- Mais tu es complètement CINGLEE, pourquoi tu as fait ça ?

Manon regarda Simon, pourquoi ne comprenait-il pas son geste ? évidement, lui n’avait rien vu, ses yeux, ses dents, c’était les mêmes que le fantôme, celui qui l’avait agressé dans la salle de classe.

- Mais tu n’as pas vu ses dents Simon… Et ses yeux rouges ? Lâche moi elle va nous tuer si on la laisse faire… Myo, dis lui toi ?

Mais la dryade aidait Livia à se relever… et soudain elle comprit… Personne ne la croirait, elle-même commençait à douter de ce qu’elle avait vu, peut être que Simon avait raison, elle devenait cinglée, le manque d’espoir n’aidait en rien. Elle lança un regard implorant à Simon qui la retenait toujours contre le mur, les larmes sur ses joues ne semblaient pas l’émouvoir.

- j’ai vraiment… ses yeux et les dents…

- C’est bon Simon, lança Livia à la surprise de Manon, on est tous un peu tendu avec cette histoire, et puis on à besoin de tout le monde tu l’as dit toi-même.

Simon la lâcha brutalement et elle pu voir la même Livia, ses cheveux blonds taché de bout, la même assurance ses yeux clair avait perdu de leurs lumière inquiétante, et ses dents blanches était tout à fait normal… C’était peu être de la folie effectivement, le désespoir la faisait délirer. Elle remarqua alors que tout le monde la fixait, Simon, Livia, Myo, et même Bibi, ils devait s’attendre à ce qu’elle perdre la tête une fois de plus ramenant ses bras contre elle, elle pris une profonde inspiration et lança :

- Je suis désolée, cette histoire de fantôme me fait sûrement perdre la tête, mais ça va mieux… Maintenant.

- C’est bon, répondit Livia contre toute attente, essayons de trouver une solution.

- Justement, répondit Simon, Manon et moi avons trouvé un carnet qui donne pas mal d’info sur ses…

- Maudits, murmura Manon nos prédécesseur les on appelé Maudits car ce ne sont pas des souvenirs comme le serait des fantômes sorciers.

- Nos prédécesseurs ? demanda Myo.

La jeune fille brune hocha la tête rassuré de ne pas être prise pour une folle par tout le monde :

- une équipe c’est retrouvé coincés ici pour les même raison, même s’ils savait ce qu’ils allait affronter…

Elle montra le carnet à la vue de tous :

- Il s’agit d’un carnet appartenant à un scientifique spécialisé dans le paranormal sorcier, lui et son équipe sont intervenus ici pour libérer le bâtiment de ce qu’il a décidé de nommer « les maudits. »

- Attends une seconde tu parles « DES maudits ».

- Ils sont effectivement plusieurs, il s’agit d’une classe entière d’expérimentalistes qui aurait mal tourné suite à une expérience dangereuse, il faisait des travaux sur l’immortalité il y a 800 ans, c’est pour ça que je ne comprenait rien à leurs formules scientifiques, ou aux signes présents autour du petit jack en 800ans l’expérimentations a bien changé.

Elle montra la copie de l’article de journal très bien conservé.
Livia étrangement silencieuse jusque là demanda sur un ton pressant :

- Est-ce que ton carnet dit comme tuer les maudits ?

La gorge de l’expérimentaliste se serra, elle n’avait pas envie d’ôter tout espoir à son équipe, mais il le fallait :

- Aucun sort ne marche sur eux, et aucune armes. Ils… ils ont décimé les membres de son équipes un par un pour effectuer leurs recherche. Avec une autre personne de son équipe ils sont arrivés à la meilleure solution, sceller la porte de la salle de classe, enfermer ses maudits dans leur cave, au prix de leurs vie… car il n’y avait aucun moyen de sortir.

- Tu veux dire que c’est la fin pour nous? lança la voix criarde de Bibi.

- J’aimerais moi aussi sortir d’ici, je ne veux pas mourir dans cette cave et je pense que tout le monde est d’accords là-dessus. Mais il va falloir se montrer plus intelligent que ce scientifique. et sérieusement je ne vois pas comment. Myo, le sort qu’il à lancé contient un peu de vaudoo, peut être qu’en y jetant un œil tu trouvera une solution…

Elle tourna les pages du carnet jusqu’aux dernière expliquant le sort qu’ils avait utilisé en détail. Elle lui tendit le carnet, tout en espérant que Myo trouve une autre solution. Elle n’avait pas remarqué le regard fixé sur elle, celui-ci laissait voir une expression meurtrière et menaçante dans une semi obscurité, mais les doutes de Manon était déjà loin, il fallait être unis pour s'en sortir et pour le moment celle qui paraissait la plus folle c'était ELLE.



allez une blessure ou deux c'est rien non, quand Lucrécya à besoin de vous?


Mes RPs du Moment !



A trois c'est mieux, avec Neville Londubat, Adhita Lonkar et Ava Gold

Blood Diner, avec Enola Powell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2ov7BdT


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Occultes
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 216
avatar
Myosotis Grandiflore

Messages : 2134

Situation Amoureuse : Célibataire. Ex-chérie de Magnus Magouille, mais ne s'en rappelle pas.

Sorts Connus : Aguamenti,
Calmos Pacificatum,
Confundo,
Contusionus Encontusiono,
Diffindo,
Episkey,
Failamalle,
Furonculus,
Impervius,
Incarcerem / Lashlabask,
Incendio,
Inflamarae,
Jambencoton,
Nauseis,
Orchideus,
Oubliettes,
Pointe au Nord,
Portus
Protego,
Repello Moldum,
Spero Patronum,
Repulso,
Rictusempra,
Lumps / Nox
Duro,
Amplificatum,
Revigor

Inventaire : Véritasérum,
Amortentia,
Philtre de Requinquance,
Potion Contraceptive (x3)
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouilita (x2),
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Scrutoscope
Poupée Vaudou
MessageSujet: Re: Experimental Activity   Mar 9 Aoû 2016 - 8:17

Tandis que les autres échangeaient autour d'elle, Myo s'adossa contre un mur, l’œil écarquillé, fixant le néant devant elle. L'odeur âcre et entêtante du sang, qu'elle laissait sécher sur sa peu pâle, lui retournait l'estomac.

Elle se sentait lasse. Et surtout, elle se sentait faible. Non, elle ETAIT faible. Ça l'avait mené à la mort, une fois déjà. Mais ce n'était pas une fatalité. Elle ne pouvait pas se permettre de mourir bêtement ici, dans ce cloaque humide et malodorant, autour de ces étudiants terrorisés à peine sortis de l'adolescence. Elle devait être forte.

Déterminée, elle releva son œil unique, et croisa le regard bleu azur de la petite Manon.

- ...Myo, le sort qu’il a lancé contient un peu de vaudou, peut être qu’en y jetant un œil tu trouvera une solution…

Elle lui tendit un vieux carnet à la couverture craquelée, et lui adressa un regard un peu gêné :

- Désolée de devoir te demander ça, mais c'est important. Je sais que tu es chamboulée d'avoir vu Kendall mourir...

La dryade afficha un visage fermé :

- Ce n'est pas la première fois que je vois quelqu'un mourir.

Elle prit le carnet de Manon, et s'assit sur le sol de la cave en tailleur, ignorant la saleté qui s'y trouvait. Elle se mit à fixer la page jaunie et friable du livret, grâce au halo bleuté de la pierre de lune que ses camarades avaient trouvée.

- Mmh, fit-elle.

Le sortilège que l'auteur avait lancé n'était pas mêlé de Vaudou, mais de bonne vieille Magie Occulte bien occidentale. Une subtilité qui échappait bien souvent à l’œil du profane... mais ce n'était qu'un détail. Une peccadille qui n'importait que peu. Car l'essentiel était là : Myosotis comprenait ce sort. Elle comprenait comment le gars avait procédé, et elle comprenait pourquoi.

Sauf que...

Elle se mordilla la lèvre inférieure.

- Alors ? demanda Manon, une pointe d'impatience dans la voix.

- Alors... oui, je pourrais refaire ce sort, soupira la jeune femme à la chevelure émeraude.

Ses camarades lui lancèrent un regard surpris, mêlé de soulagement.

- Vraiment ?! glapit Simon.

Livia, quant à elle, fixait la dryade avec une intensité presque dérangeante... mais celle-ci n'y vit rien d'autre qu'une forte envie de survivre. Elle soupira, le cœur lourd, tout en secouant sa tête navrée :

- Je pourrais le lancer, mais je ne le ferai pas.

- Mais pourquoi ? demanda le PAF dérouté.

- Parce qu'il s'agit d'un sort destiné à sceller les lieux ! Les lieux, et ceux qui se trouvent dedans ! Ça implique nous enfermer, à la merci de ces monstres ! Nous condamner tous !

- C'est pour ça que le sorcier qui a rédigé ce journal de bord s'est suicidé, acquiesça Manon, les yeux rivés sur le sol.

- Exactement. Et si c'était très noble de sa part... ça n'a fait que repousser le problème.

Myo soupira, et se pencha : la masse de ses cheveux verts glissa sur ses épaules, miroitant à la lueur de la pierre de lune.

- Et même si nous nous sacrifions... ce sort n'est pas infaillible, loin de là ! Combien de temps faudra-t-il avant qu'un sorcier ne profane à nouveau ce souterrain, pour trouver un trésor, ou... je sais pas, une salle de classe pas chère, par exemple ?

Manon se renferma, morose : tout son être semblait crier sa culpabilité.
Mais, selon Myosotis, elle n'était pas fautive. Elle n'avait pas levé le sceau qui maintenait la salle fermée. Pour ça, il fallait être aussi couillon que son oncle Vertefeuille, et aussi crétin que cette lavette de Saussurus. Et la fille-chlorophylle ne comptait pas mourir pour expier les fautes de ces deux idiots.

- Il y a forcément une autre solution, murmura-t-elle.

Elle se mit à feuilleter le calepin, et, en prenant son temps, lut la fine écriture nerveuse qui noircissait les pages. Mais elle ne trouva pas plus d'informations sur les faux fantômes que ce que l'étudiante en magie expérimentale leur avait déjà résumé plus tôt.

- Il faudrait tuer ces « Maudits », lança Bibi.

Simon secoua la tête :

- Je crois qu'on ne peut pas les tuer.

- Oui, c'est écrit, fit Myo. Et si on ne peut pas les tuer, c'est parce que.... oh !

Son œil valide s'arrondit soudain, sous le coup d'une révélation capitale.

- OH ! MAIS OUI !

Son cri enthousiaste fit relever la tête de ses compagnons d'infortune :

- Quoi ?

- On ne peut pas les tuer, parce qu'ils ne sont ni morts, ni vivants !

- Oui, souffla la POP.

- Je ne sais pas si c'est une bonne nouvelle, lâcha Simon.

- Si ! s'écria la française. Parce qu'on sait ce qu'ils sont! Il suffit de changer cet état de fait !

Le hipster fronça les sourcils :

- C'est possible ?

Manon tordit la bouche :

- Ils se sont maudits suite à un maléfice expérimental qu'on ne connaît pas, Myo.

- Oui, et alors ? rétorqua la dryade. Rien n'est immuable ! Pas même la mort ! J'en suis la preuve vivante !

Les trois autres la regardèrent avec des yeux ronds. Ils semblaient se demander s'il fallait se réjouir, ou enfermer Myosotis dans l'asile le plus proche.
Cette dernière n'en avait cure : elle tenait quelque chose, elle le savait !

Elle s'expliqua :

- S'ils sont dans un état stationnaire entre la vie et la mort, sans être tout à fait ni l'un, ni l'autre... il suffit de les pousser vers l'un des deux ! Et croyez-moi, le Vaudou en est capable ! Flirter avec la mort et l'au-delà, c'est même sa raison d'être !

- Tu pourrais ramener les Maudits à la vie ? demanda Manon. Comme ils étaient avant de tester leur sort ?

Myo fronça légèrement les sourcils :

- Mmh, après tous ces siècles dans cet état, je ne suis pas sûre... et vu leur agressivité, je préfère m'abstenir. Mais je peux les faire glisser vers la mort grâce au Vaudou !

Manon et Simon s'autorisèrent un petit sourire soulagé. Livia, qui n'avait pas prononcé le moindre mot jusque là, toisa la dryade.

- Es-tu certaine d'y parvenir ?

Myosotis acquiesça :

- Oui, certaine !

La blonde se renfrogna :

- Alors il est temps...

- ...Quoi ?

En une demi-seconde le visage de Liv se déforma en une horrible grimace qui n'avait plus rien d'humain. Son rictus montra des crocs acérés, surplombés par des yeux vifs, qui rougeoyaient dans les ténèbres. Elle fondit sur les trois étudiants, sans qu'ils ne puissent réagir, dans un cri strident qui vrilla jusqu'au fond de leurs tympans.

Myo ne cria pas.

Elle n'en eut pas le temps.

           

Un chuintement, presque un murmure inaudible, parvint aux oreilles de Myosotis.

- Quoi ? fit-elle.

Un sanglot étouffé lui répondit :

- Pi... v... rir !

Le vent aurait eu une voix humaine, elle n'aurait pas été différente de celle-ci. Myo la reconnaissait : elle l'avait entendu pleurer, plusieurs fois, depuis qu'elle avait pénétré ces souterrain.
Elle chercha son origine, mais tout était flou autour d'elle. Trop flou. Elle-même n'était qu'une ombre incertaine qui flottait dans le néant.

Cette sensation lui était familière : elle était en train de rêver.

- ...là... chuchota la voix à son oreille.

Myo se retourna vivement, ou, du moins, elle en eut l'impression. Et, d'un coup, face à elle, se tenait cette silhouette sombre, dont on ne pouvait déterminer s'il s'agissait d'un homme ou d'une femme.

- Qui êtes-vous ?!

- Aide-m... ! ...pitié !

- Mais comment ?

Elle s'agita et chercha autour d'elle des indices, qui n'existaient pas.

- Où sommes-nous ? Où sont mes amis ?! Que s'est-il passé ?!

Son coeur se serra, en se rappelant brusquement de Livia, dont le visage grimaçant se superposait parfaitement avec celui de la chose qui les avait attaqué dans la salle de cours.

- ...ils n... s'arrêteront pas... reprit le chuintement. P.. tant qu'ils n'...ront pas obtenu... bjet de leurs désirs...

- Tu parles des Maudits, n'est-ce pas ? Tu es l'un d'entre eux ?

La voix semblait à deux doigts de se briser dans un sanglot.

- ..n'ai jamais souhaité cela !...tu es la seule à m'avoir entendu... siècles ! Aide-m... ! Pitié !

Myo comprit instantanément que cela tenait à son don de Médium, qu'elle avait perfectionné ces derniers mois. Mais hélas, ça ne voulait pas dire qu'elle était de taille pour aider cet esprit maudit. Elle ne savait même pas si elle parviendrait à s'aider elle-même. Livia l'avait flouée, et ses autres camarades... étaient-ils encore en vie ? Et si oui :étaient-ils vraiment eux-même ?! A quel point les Maudits avaient-ils corrompu leur petit groupe ?!

Elle se sentit découragée.

- Pitié ! Tu dois nous tuer ! Par pitié, fais-moi mourir !

           

Myo ouvrit son oeil, se réveillant en sursaut.

Elle voulut se relever complètement, mais elle n'y parvint pas : elle était allongée sur une sorte de planche de bois inconfortable, d'où elle ne pouvait guère bouger. Ses membres endoloris étaient alourdis de chaînes épaisses et rouillées, qui entravaient ses pieds et ses poignets.
Pendant une demi-seconde,elle eut l'impression d'être à nouveau au coeur de l'un des jeux pervers sortis de l'imagination de Magnus. Sauf que le moustachu n'était pas là. Et ça n'avait rien d'un jeu.

- Myo, ça va ? Fit une voix criarde familière près de son oreille.

- Bibi ?

- J'essaye de te libérer mais c'est trop lourd pour moi ces chaînes...

- On est où, là ? souffla la française.

Elle tourna la tête, et croisa le regard apeuré de Manon. La jeune femme, pâle et cernée, était elle aussi ligotée, sur une antique table d'opération couverte de sang et de griffures.

Entre cette table et celle de Myo, trônait un petit chariot, couvert de fioles et de potions... mais aussi de scies rouillées, de cisailles ensanglantées, et d'autres instruments de torture, tout droit sortis d'un cauchemar.

La POP déglutit :

- Ç... ça va, Myo ?

- Pour l'instant oui... et toi ?

- Pareil.

La dryade se mordit la lèvre inférieure, avant d'oser demander :

- Tu sais ce qu'on fait là ?

- Je crois qu'on est dans leur labo, répondit la petite expérimentaliste d'une voix blanche. Ils doivent avoir besoin de nous pour... pour... tu sais, leurs expériences...

Myo hoqueta d'appréhension. Son corps se mit à trembler nerveusement, sans qu'elle ne puisse l'en empêcher.

Un cri lui glaça les sangs. La sorcière aux cheveux verts releva sa tête autant qu'elle le put : dans un lit de fortune similaire au sien, était attaché Simon. Ses yeux, écarquillés par la peur, fixaient les ombres vaguement humaines qui s'avançaient vers lui.

- Non, non,  pitié ! cria-t-il en vain.

Mais les silhouettes ne lui laissèrent aucune chance. Elles fondirent sur lui, affairées ; et un hurlement de douleur insoutenable résonna aux oreilles d'une Myo impuissante.

''Livia'', qui assistait tranquillement à la scène, se tourna vers les filles. Elle leur adressa un sourire mauvais, tout en dents. L’œil embuée de larmes, la dryade frissonna d'effroi.






Mes RPs du Moment !


Dream a little dream of me, avec Augustus Kane

Rock This Party !, avec plein de monde !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2ovdMPc


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Magie Expérimentale
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 13
avatar
Manon Léandre

Messages : 1882

Double Compte : Kakyo Hideyoshi
Situation Amoureuse : pas le temps

Sorts Connus : Periculo pugno,
Furunculus,
Nauséis,
Confundo,
Gemino,
Episkey,
Repulso,
Protego,
Oubliettes,
Confringo,
Calmos Pacificatum,
Locomotor,
Patronus,
Incarcerem / Lashlabask,
Multicofors,
Sonorus,
Revigor

Inventaire : Véritasérum,
Essence de dictame,
Potion Miracle du bon Docteur Magouille,
Tequila Magouillita (x3),
Lait de poule du bon Docteur Magouille,
Potion de Requinquance (x2)
MessageSujet: Re: Experimental Activity   Mar 16 Aoû 2016 - 11:10

Inconsciemment, Manon s’écorchait ses chevilles et ses poignets, pour réussir à se libérer. Les cris insoutenables de Simon l’horrifiait, elle voyait en eux ses propres cris ainsi que sa mort futur, elle allait mourir si rien ne se passait d’ici là elle serait la prochaine avec Myo et sa n’importe qui s’y refuserait. Quand les cris se calmèrent, elle tordit la tête vers Simon, mais la seule chose qu’elle vit fut les litres de sang dégouliner sur le sol. L’odeur de fer envahit ses narines rajoutant une pointe de réalisme à ce cauchemar.

L’air lui manquait, elle ne voulait pas être la suivante, elle aurait accepté n’importe quoi pour survivre, ou mourir d’une façon plus douce.

Mais il y avait Neville, elle ne voulait pas qu’il meurent, qu’elle preuve d’égoïsme de sa part il allait mourir sans savoir ce qui lui arrivait… Elle regrettait son geste, elle regrettait d’avoir accepté le défi du professeur Vertefeuille, elle regrettait de s’être sentit responsable de ce qui arrivait au petit jack…

Elle regrettait d’être si naïve et d’avoir douté d’elle, quand elle avait vu le fantôme au travers de Livia.

Myo, Myo avait la solution mais elle ne pourrait rien faire maintenant qu’elle était attachée, elles mourraient bien avant qu’elle ne puisse faire quelque chose. Des larmes salées dégoulinèrent dans sa gorge sèche. Tandis qu’elle se perdait dans son dernier regret ne pas avoir cru en son instinct avait scellé sa mort.

Livia secoua doucement la tête en regardant la masse de chaire sanguinolente, elle croisa alors le regard de Myo puis le sien et tendit sa main… vers elle.

Un faible gémissement sortit de sa bouche, elle ne voulait pas être la suivante, elle ne voulait pas non plus mourir pas de cette façon, elle tira désespérément sur ses mains et ses pied dans l’espoir de se détacher, de ses yeux agrandit par la terreur elle voyait des objet volé vers elle, la tenaille la première il y avait aussi un vieux scalpel et une fiole contenant un liquide noire et fumant, elle sentit qu’on maintenait son bras et hurlait de peur sans pouvoir s’arrêter, il ne s’agissait que d’une prise de sang avec un objet antique, mais Manon savait que ce n’était que le début. Elle vit le scalpel avancer vers elle, tandis que quelqu’un déchirait prestement ses vêtements. On maintenait son visage, en tira violement sur ses cheveux pour qu’elle boive la potion noire et écœurante qui s’approchait d’elle.

Elle pensa soudain à l’inutilité de leur geste, la pierre philosophale était déjà inventé depuis quelque centaine d’années, toute leurs tentatives n’amèneraient aucun résultat car il s’agissait d’un travail d’alchimie qui ne nécessitait pas d’expérience humaine. Elle tenta alors l’impossible.

- Attendez, je peux vous aider… vous chercher l’immortalité non ? La pierre philosophale, la pierre philosophale donne l’immortalité à son possesseur

La fiole s’approchait de son visage, prouvant qu’il ne la croyait pas.

- Je vous assure que j’ai l’expérience en détail dans mon sac la préparer ne vous prendra que quelques heures voir, une journée, je vais vous aider et servirait de cobaye après s’il le faut vraiment.

Elle croisa le regard de Livia, elle était indécise, et cela la motiva à défendre sa vie.

- Franchement qu’est que vous avez à perdre ? On est à votre merci… Vous avez au contraire tout à gagner.

Livia hocha la tête, on détacha une à une les chaînes de la jeune fille, elle quitta alors la table d’opération si prestement qu’elle tomba les fesses la première sur le sol, elle n’arrivait pas à se croire vivante et peinait à faire bouger sont corps son sac tomba à ses pied et se fut comme un déclic, elle sortit de son sac un très vieux livre, si épais qu’il pesait lourd dans ses mains, elle se leva difficilement tendit le livre à l’invisible et dit :

- c’est la page 458, toutes les informations se trouve ici.

On lui prit le livre des main et Manon le vit voler à l’autre bout de la pièce, Livia elle-même y allait Manon se laissa tomber au sol récupéra sa précieuse fiole et sa baguette. Après une légère hésitation elle se traina vers la table de Myo et murmura.

- Lashlabask !

Les chaînes cédèrent et Manon jeta un coup d’œil par-dessus la table d’opération prête à défendre chèrement sa vie pour ne pas se retrouver sur cette table d’opération. Myo arriva à sa hauteur son œil unique remplie de larme… il reflétait sûrement sa propre terreur.

- L’expérience de la pierre philosophale… en détail ?

Manon secoua doucement la tête :

- ce n’est qu’un simple dossier, le secret de cette pierre est sûrement bien gardé,…

- Simon… ?

-Je.. Je ne sais pas… Myo on n’a pas le temps, si tu as une idée pour te débarrasser d’eux c’est maintenant qu’il faut la faire ma diversion ne durera pas longtemps, et on ne peux pas fuir… fait les glisser vers la mort maintenant.

Un cris à glacer le sang la fit trembler, depuis le temps qu’ils avaient le livre, ils savaient maintenant… et le moment était venu de défendre sa vie, celle de Myo pour s’en sortir et celle de Neville…
Elle glissa dans la main de dryade la fiole de sa potion si importante à ces yeux et murmura.

- c’est une potions d’invisibilité peut être qu’avec un peu de chance il ne te verront pas, je vais accaparé leurs attention… du mieux que je peux… Myo je compte sur toi.

Manon n’était pas courageuse, s’il y avait d’autres solutions elle l’aurait fait sans hésitez, elle aurait d’ailleurs volontiers échanger sa place avec Myo, comment allait-elle tuer des bêtes invincibles ? Ses maudits, elle serait en première ligne, la première à mourir si son plan échouait. Elle n’était pas forte et détestait les duels, mais elle était au pied du mur… Elle n’avait tout simplement pas le choix… il y avait trop d’âmes en jeu pour qu’elle perde. Cette fois des cris retentirent à l’unisson se fut comme un signal, Manon se leva et vit Livia fondre sur elle, du matériel tombait autour d’elle, elle n’était sûrement pas seul. Sans attendre plus longtemps elle leva sa baguette et hurla comme un cri de guerre.

- SPERO PATRONUM !!!

Des plumes dansèrent devant ses yeux, et une lumière chaleureuse fondit sur les maudits, Manon vit alors Livia tomber inconsciente et les formes invisible se heurter à son patronus, elle gardait en tête ses année heureuses à Tokyo, sa famille qu’elle aimait plus que tout au monde, et la WOW university, la WOW à l’origine de ses ennuis mais aussi de beaucoup de chose positive, des potions aux effets aléatoire, des amitiés et encore… tant d’autre choses dont elle n’avait pas forcément conscience.

Cela dura quelques minutes mais très vite Manon ressentit la fatigue, son patronus commençait à perdre de la lumière, ce sort ne ferait que ralentir les maudits, elle le savait.

- Myo, hurla-t-elle en sentant qu’elle ne tiendrait plus très longtemps.



allez une blessure ou deux c'est rien non, quand Lucrécya à besoin de vous?


Mes RPs du Moment !



A trois c'est mieux, avec Neville Londubat, Adhita Lonkar et Ava Gold

Blood Diner, avec Enola Powell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2ov7BdT


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Occultes
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 216
avatar
Myosotis Grandiflore

Messages : 2134

Situation Amoureuse : Célibataire. Ex-chérie de Magnus Magouille, mais ne s'en rappelle pas.

Sorts Connus : Aguamenti,
Calmos Pacificatum,
Confundo,
Contusionus Encontusiono,
Diffindo,
Episkey,
Failamalle,
Furonculus,
Impervius,
Incarcerem / Lashlabask,
Incendio,
Inflamarae,
Jambencoton,
Nauseis,
Orchideus,
Oubliettes,
Pointe au Nord,
Portus
Protego,
Repello Moldum,
Spero Patronum,
Repulso,
Rictusempra,
Lumps / Nox
Duro,
Amplificatum,
Revigor

Inventaire : Véritasérum,
Amortentia,
Philtre de Requinquance,
Potion Contraceptive (x3)
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouilita (x2),
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Scrutoscope
Poupée Vaudou
MessageSujet: Re: Experimental Activity   Ven 26 Aoû 2016 - 17:12

Tout n'était que fracas, fureur, et chaos. Myosotis avait la désagréable impression d'être au cœur d'un champs de bataille : tout bouillonnait autour d'elle. Des hurlements stridents et inhumains se mêlaient aux insoutenables cris de douleur ("Simon ?") et d'effroi ("...Manon ?"). L'odeur du sang qui la prenait à la gorge, la demi-pénombre embrumée, piquée de souffre, qui l'empêchait de se concentrer, les quelques ombres hostiles qui surgissaient de temps à autre... tout déconcertait la semi-dryade.

Et pourtant, elle devait faire abstraction. Ce n'était pas facile, mais il le fallait : elle était la seule à pouvoir stopper cette folie. Il était temps pour elle de prouver de quoi elle était capable. Et tant pis si elle tremblait de tous ses membres, tant elle avait peur.

Elle avait bu d'un trait la potion que lui avait donné Manon : le frisson, et l'impression de brûler et d'avoir très froid en même temps s'était vite dissipée. Les picotements au bout de ses doigts également : devant son œil ébahi, ils avaient été suivi par la disparition, à grande vitesse, de ses mains. Puis de ses bras. Et finalement, tout son être s'était évanoui.

Bien que lui laissant une impression de surréalité, la potion d'invisibilité fonctionnait parfaitement bien. Elle était au milieu des étudiants maudits, et à l'évidence, ils ne la voyaient pas, vu qu'ils la laissaient en paix. Mais elle ne se leurrait pas : la potion ne durerait pas. Pas plus que la résistance de Manon, ou que l'espérance de vie de Myo, si cette dernière ne terminait pas le sortilège Vaudou qu'elle avait en tête.

Elle traça à l'aide de sa baguette, à même le sol terreux, des signes, glyphes et autres symboles qu'elle improvisait. Ils formaient, autour d'elle, une sorte de pentacle. L'important n'était pas comment elle les dessinait, mais pourquoi : avec le Vaudou, tout était une question de volonté. Myo espérait juste que sa volonté serait, ce coup-ci, assez forte pour faire ce qu'elle voulait, avant qu'elle ne redevienne visible. Avant que Manon, qui hurlait des sorts pour se protéger devant elle, ne succombe. Avant que leurs assaillants maudits ne décident de s'en prendre à elle.

Si c'était le cas, ce serait sans doute horrible... mais elle pourrait toujours se consoler en se disant qu'elle n'y survivrait pas longtemps. Comme le petit Jack avant elle. Ou Kendall. Ou Simon, dont les hurlements terrifiés avaient fait place à un silence de mort qui n'augurait rien de bon pour lui.

Myo baissa le regard sur son pentagramme, et agita sa baguette :

- Incendio !

Des petites flammèches vertes apparurent au dessus de chaque glyphe qui formait la pointe de l'étoile. Myosotis prit Bibi en mains, et l'agita au dessus de son réceptacle de fortune. Elle ferma les yeux, et se concentra. Et pria pour que le sort lui soit favorable.

''Pitié, pitié, pitié, pitié...''

Mais comme pour lui donner tort, les Maudits rugirent de plus belle autour d'elle. Manon prononça une formule... mais n'eut pas le temps de la finir : elle cria et tomba sur le sol, non loin de Myosotis.

Et d'un coup, la sorcière à la chevelure verte comprit ce qui lui manquait.
Elle se rua sur la POP aux regard azur :

- Manon !

Cette dernière gémit, avant d'ouvrir péniblement les yeux. Pour ne rien voir, évidemment : la française lui était invisible.

- Myo?! s'écria Manon, en se redressant d'un geste vif. Ne t'occupe pas de moi, fais vite ton sort ! Je ne les retiendrai pas longtemps !

Mais la dryade ignora la petite étudiante :

- Est-ce que tu es vierge ? demanda-t-elle.

- Qu... quoi ?!

- Est-ce que tu es vierge ? répéta-t-elle fermement, en lui prenant la main droite.

Le visage de la POP s'empourpra, et ses yeux, qui ne savaient pas vers où regarder, fuirent :

- Mais mais mais... je... c'est pas le moment de... je veux dire... c'est... euh... je...

Myosotis prit ces balbutiements nerveux pour un aveu évident. Elle serra sa baguette, et la pointa vers sa camarade :

- Diffindo !

Du sang chaud et rouge jaillit de la paume droite de la jeune Pi Omicron Pi, qui cria de douleur autant que de surprise.
Elle se recroquevilla par terre, en tenant sa main blessée. Sous le regard sans émotion de Myo.

Pour tout sort Vaudou de cet envergure, il fallait du sang. Un sacrifice. Et on ne sacrifiait qu'un innocent, évidemment. La mort n'était pas forcément nécessaire, mais l'hémoglobine l'était incontestablement ; or Myosotis n'était plus innocente depuis bien longtemps. Dans tous les sens du terme. Elle s'était vautré dans le stupre sans une once d'hésitation, et avait tué de ses propres mains, avec une joie sombre...

Manon était tout le contraire. Elle semblait gentille, pure et empathique. Et vierge, évidemment. La fille-chlorophylle ne la connaissait pas depuis longtemps, mais il ne suffisait que de quelques minutes pour s'en rendre compte. Myo sourit : d'un coup de baguette, elle fit pleuvoir le sang de la malheureuse étudiante expérimentaliste sur son pentacle, et se concentra à nouveau.

Aussitôt, tout s'assombrit autour d'elle, dans un grondement sourd. Et dans un flash, la lumière revint, plus blanche, plus vive et plus crue que jamais. Elle aveuglait la jeune femme aux cheveux verts, qui dut plisser son œil. La salle dans laquelle elle se trouvait avait changé du tout au tout : elle n'était plus que le contraire de ce qu'elle était, comme un négatif de photo...

Et, lorsqu'elle fut habitué à la luminosité, la française réprima un cri : ils étaient tous là ! Les Maudits ! Enfin clairs, et visibles ! Ils étaient debout, hagards, figés dans la pièce soudain si lumineuse. Face à elle. Finalement humains. Ils ne semblaient même pas réaliser la présence de la française : ils regardaient droit devant eux, les yeux laiteux, presque éteints.

D'un coup, les murs brillèrent d'un halo vif, si beau que Myo sentit son œil se remplir de larmes.
Les silhouettes s'y glissèrent lentement, jusqu'à devenir floues, jusqu'à disparaître totalement ; la Gamma, hypnotisée, ne pouvait détacher son regard de cet étrange spectacle.

Une douce mélancolie s'empara d'elle. Oui, elle connaissait cette sensation... celle de la mort. Les Maudits lui avaient montré la voie. Elle l'avait déjà emprunté une fois déjà... et elle le pouvait à nouveau. Oh oui, elle brûlait d'envie de se laisser couler à son tour dans cette merveilleuse lumière... Tout était si simple, là-bas. Si doux. Si reposant. Si... éternel...

- MYO ?!

La dryade sursauta, et retomba en arrière, son cœur tambourinant dans sa poitrine. Elle ferma très fort son œil, et le rouvrit. Pour voir sa poupée penchée vers elle, visiblement inquiète.

- Tu as vu ça ?! demanda la Gamma éberluée.

- J'ai rien vu du tout, admit Bibi. C'était le bordel tout autour, et pffffiou ! D'un coup y'a eu un flash blanc, et une seconde plus tard y'avait plus personne. Mais toi, t'as pas l'air dans ton assiette...

Myosotis déglutit :

- Ca va mieux, bredouilla-t-elle, encore confuse.

- Tant mieux.

Le maléfice que la dryade avait lancé était des plus dangereux : il l'avait presque hypnotisée. Mais elle était sortie de son emprise et n'avait plus envie de mourir à présent, au contraire.
Elle se redressa, les jambes tremblantes, et embrassa du regard le cachot.

C'est le silence qui la frappa le plus : le calme était retombé sur les lieux, et leur conférait un aspect presque irréel. Les planches de bois, recouvertes de chaînes rouillées et de sang, paraissaient hors du temps.

Ce qui restait de Simon était allongé sur son lit de fortune. Son corps supplicié était tranché en deux, révélant ses entrailles au grand jour.

Livia était étendue sur le sol comme un pantin désarticulé, livide. Morte.

Manon, quant à elle gémissait par terre, tenant en grimaçant sa main entaillée. Elle respirait encore : elle était chanceuse.

Et elle, Myosotis, était debout. Les jambes flageolantes, mais debout. Son œil glissa sur ses camarades, sans s'en émouvoir plus que ça. Elle n'avait plus de forces pour ça.

Elle ne put s'empêcher de sourire, légèrement.

C'était fini.






Mes RPs du Moment !


Dream a little dream of me, avec Augustus Kane

Rock This Party !, avec plein de monde !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2ovdMPc


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Magie Expérimentale
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 13
avatar
Manon Léandre

Messages : 1882

Double Compte : Kakyo Hideyoshi
Situation Amoureuse : pas le temps

Sorts Connus : Periculo pugno,
Furunculus,
Nauséis,
Confundo,
Gemino,
Episkey,
Repulso,
Protego,
Oubliettes,
Confringo,
Calmos Pacificatum,
Locomotor,
Patronus,
Incarcerem / Lashlabask,
Multicofors,
Sonorus,
Revigor

Inventaire : Véritasérum,
Essence de dictame,
Potion Miracle du bon Docteur Magouille,
Tequila Magouillita (x3),
Lait de poule du bon Docteur Magouille,
Potion de Requinquance (x2)
MessageSujet: Re: Experimental Activity   Mer 31 Aoû 2016 - 12:49

Tout, c’était passé si rapidement que Manon ne réalisait pas encore qu’elles avaient réussi. Mais elle avait retenu deux horribles mots, douleur et souffrance. Même le flash blanc ou la disparition des maudits n’avait pas réussi à lui arracher un sourire. Elle ressentait la douleur sur sa paume, qui résonnait dans tout son corps, ses poignets et ses chevilles lui rappelaient eux aussi qu’elle était soit vivante, soit en enfer… Malheureusement en état de choc, elle était incapable de définir ce qui lui arrivait, des larmes coulèrent sans s’arrêter le long de son visage et de ses cheveux emmêlés. Recrovillé sur elle-même, ses yeux fixés sur le corps désarticulé de Livia, c’était malheureusement le seul résultat de son sort du patronus, méritait-elle vraiment de terminer comme ça ? Est-ce qu’elle savait qu’elle était possédée ? Qu’elle était le pire terminer possédée, déchiquetée ou survivante ?
Même cette question simple, la laissait sans arguments.

- … Laissons-là ici… Elle finira bien par rentrer chez elle.

dit une voix criarde que Manon reconnaissait sans vraiment saisir le sens de ces paroles. Une fille que Manon identifia comme étant Myo, s’approcha d’elle. Manon retomba sur le dos et croisa son regard, celui-ci était beaucoup moins expressif que le sien. Elle était si forte, les maudits avait disparu grâce à elle, mais il y avait eu tellement de sacrifice, que ressentait-elle maintenant ?

Manon avait l’impression que Myo était inébranlable qu’elle puisait sa force dans son pouvoir. C’était fascinant et effrayant… Mais une fois de plus l’expérimentaliste n’arrivait plus à réfléchir… Douleur et souffrance.

Elle cligna des yeux, et sentit qu’on lui prenait la main.

- Epiksey ! Murmurait la Dryade.

La blessure de sa main se referma sous son regard écarquillé, bien sûr, elle connaissait se sort, mais Myo n’était pas obligé de la soigner surtout que… non, il ne fallait pas y penser.

- Merci…Myo.

Myo ne répondit pas et aida Manon à se lever. La tête de la jeune fille lui tournait son visage humide se fixa sur le cadavre de Simon son corps se mit à trembler, et les cris du jeune homme lui revenaient en mémoire, c’était insupportable : douleur et souffrance.

- Manon ?

Sortant d’un rêve l’expérimentaliste se tourna vers la dryade qui reprit.

- Ne restons pas là.

- Mais…

Elle ne voulait pas laisser le reste de son équipe ici, ils avaient tellement souffert, elle ne voulait pas les laisser seules. C’était comme si elle cherchait encore un moyen de les sauver, alors qu’ils étaient morts… Il n’y avait plus rien à sauver : douleur et souffrance.

Myo, elle se pressait de sortir Bibi avait repris place sur l’épaule de sa maîtresse, et Manon se sentait soudainement seule parmi les morts. Au bout de quelques secondes, elle suivit Myo avec regret ses pas éclaboussèrent sa tenue de boues, ses cheveux se collèrent sur son visage, et l’odeur de sang ne quitta pas ses narines.

Le silence pesant entre les deux filles, rendait leurs avancées cauchemardesques, Manon aurait bien aimé parler avec Myo de ce qui c’était passé, mais cette dernière s’était enfermée dans ses propres pensées. Aussi ressassait-elle les siennes, le petit jack, les signes bizarres, les squelettes, Kundal qu’elle ne reverra plus, Simon, Livia… C’était un cauchemar… Un horrible cauchemar.

Ne pouvant se contrôler la jeune fille laissa à nouveau ses larmes tomber, le plus silencieusement possible. Elle n’était plus une petite fille, elle était une sorcière responsable maintenant aucune raison de pleurer aussi facilement. Mais en même temps, est-ce qu’elle méritait de subir ça…. Une sombre colère montait en elle sans en comprendre l’origine.

- Nous ne sommes plus très loin.

Annonça Myo satisfaite, Manon leva ses yeux et comprit rapidement pourquoi elle disait cela, le corps du petit Jack. On pouvait croire que la dryade était insensible, mais Manon était persuadée d’avoir entendit la voix de la jeune fille trembler. Personne ne sortait de cet enfer en souriant, la fille aux cheveux verts devait souffrir autant qu’elle.

Le bout du tunnel, Myo ouvrit la trappe sortie prestement et aida Manon à faire de même, quand le bois de la trappe rencontra à nouveau le plancher Manon tressaillie en pensant à la tombe qui se referma sous ses pieds. Myo, elle, se dirigea tout de suite vers la porte qui s’ouvrit très facilement. Elles étaient enfin libres… Mais seulement deux survivantes, et elle n’avait pas ramené le petit Jack.

- Bon à plus !

Manon leva ses yeux embués de larmes et cria :

- Attends… On ne devrait pas appeler les aurores ?

- Pourquoi veux-tu faire ça ?

Demanda Bibi de sa voix criarde, tandis que Myo se tournait vers elle.

- Bah il y a, Jack, Kundal, Simon, Livia… On ne peut pas les laisser en dessous… Il faut les rendre à leur famille, vous ne pensez pas ? Il faut qu’ils sachent ce qui est arrivé.

Myo fronça les sourcils fixa Manon et répondit :

- On en a assez fait, dit-elle d’une voix abrupte, la suite revient à Saussurus et à mon oncle… Tu n’auras qu’à les prévenir.

- Mais…

- Il est tard Manon, après ce qui s’est passé… Je crois qu’on a toutes les deux besoins de repos, réglons tout ça demain, tu veux bien ?

La jeune fille se tut et hocha la tête, elle ne pouvait pas aller à l’encontre de Myo, pas après tout ce qu’elles avaient vécu et elle se sentait trop faible pour prendre des bonnes décisions.

Elle suivit Myo à l’extérieur de la pièce et referma la porte derrière elle… Les cris des maudits et de Simon, malheureusement, résonnaient toujours en elle : Douleurs… et Souffrance.



allez une blessure ou deux c'est rien non, quand Lucrécya à besoin de vous?


Mes RPs du Moment !



A trois c'est mieux, avec Neville Londubat, Adhita Lonkar et Ava Gold

Blood Diner, avec Enola Powell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2ov7BdT
 

Experimental Activity

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wizardry & Occult Witchcraft University :: RPG :: Avenue des Champs Z'Allons-Y :: Amphi de Magie Experimentale-