Image Image ImageAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 
Partagez | 
 

 Broken Mirror

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sports Sorciers
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 262
avatar
Lucrécya Rincevent

Messages : 3530

Double Compte : Augustus Kane
Situation Amoureuse : cachez vos mecs, les morues : chuis à nouveau célib !

Filière : Aurorologie

Sorts Connus :
Accio,
Aguamenti,
Amplificatum/Reducto,
Animagus,
Calmos Pacificatum,
Confringo,
Contusionus Encontusiono,
Cucurcelerum
Defodio,
Episkey,
Folloreille,
Gemino
Incarcerem,
Inflammarae,
Lashlabask,
Locomotor,
Multicofors,
Nauséis,
Periculo Pugno,
Repulso,
Revigor,
Rictusempra,
Sonorus,
Spero Patronum,
Subcingulus

Inventaire :
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x3),
Horloge des Familles,
Pommade Pommadante Grégoire,
Lait de Poule du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouillita (x4)
Potion de Requinquance (x2)
MessageSujet: Broken Mirror   Lun 19 Déc 2016 - 18:52


   Broken Mirror

   Date : 27 Mars

   RP privé
Lucrécya & Malicia
©YOU_COMPLETE_MESS
Allongée sur le dos, ses cheveux noirs éparpillés autour de sa tête, Lucrécya poussa un profond soupir, qui ne soulagea pas son cœur lourd.

Est-ce qu'elle avait touché le fond ? Probablement. Elle n'était pas bien sûre, parce qu'elle s'était déjà sentie pire. Physiquement, et mentalement. Ouais, la fois où elle avait vraiment touché le fond, c'était celle où elle avait été surprise en train de voler de l'herbe magique Gamma par Kimberlie McComique, et qu'elle avait du ensuite supplier cette dernière de l'aider à ne pas être virée de cette fac de seconde zone.

Hmm, à bien y réfléchir, ce n'était pas tant ce jour tout pourrite en compagnie de McCormick où elle avait merdé, que tout le mois qui avait précédé. En un mois, elle avait séché, fumé, bu, trop dormi, consommé beaucoup de machins pas du tout licites, et si elle devait être honnête avec elle-même, elle ne s'était pas douché souvent non plus.

Mais c'était censé être fini tout ça ! Elle avait trouvé un vrai chez-elle ! Ce vrai chez-elle était chez Goldie de base, mais c'était vraiment sa maison à elle aussi, maintenant, et tout s'y passait super bien. Elle allait en avance aux cours de Sheraff, et faisait ses devoirs le jour même. Elle avait arrêté la drogue, mis un bon putain de coup de frein à l'alcool – surtout en journée à vrai dire, parce que le soir, elle restait une étudiante comme les autres, prête à écluser les godets de bière... Et franchement, elle se douchait tous les putain de jours. Enfin, presque. Sauf les dimanches de lendemain de cuite, mais que celui qui ne l'avait jamais fait lui jette la première bièraubeurre !

Bref, elle avait repris sa vie en mains, comme qui dirait.

Et elle se sentait... mmh comment dire ? Comme une bonne grosse merde.

Bordel, mais qu'est-ce qui clochait chez elle ?!

Elle avait voulu être libre, et elle l'était : libérée de ses obligations de mère, et de son mariage. Ouaip, de son mariage avec Marcus, le gars le plus chouétos qu'elle avait rencontré. Le fait qu'elle ne veuille plus être mariée avec lui n'empêchait pas qu'il restait le gars le plus chouétos qu'elle connaissait. Du coup, elle savait qu'ils pouvaient être potes. Qu'ils allaient forcément le devenir, petit à petit.

D'où le choc qu'elle avait ressenti, la veille, en recevant la lettre de Marcus. La lettre joyeuse, pleine d'entrain, où cet idiot expliquait avec un enthousiasme non-feint qu'il quitterait bientôt le pays, pour une durée indéterminée. Et ce, sans jamais évoquer une seule fois leur relation passée.

Et elle, elle était restée figée de stupeur. Avec l'envie de le retenir, mais aucune, aucune raison de le faire. Non, pas la moindre. Elle s'était sentie tellement triste, et tellement bête...
Elle avait eu envie de noyer son chagrin dans des litrons de whisky pur feu et de vodka-glace, et de se consoler avec des produits illégaux made in Gamma.

Mais elle ne l'avait pas fait.

Elle avait repris sa vie en main, comme qui dirait. Et même si tout n'était clairement pas parfait, elle n’avait pas l'intention de tout faire foirer à cause d'un chagrin, aussi douloureux soit-il. Donc, elle ne l'avait pas fait.

Elle avait fait pire.

-Tout va bien, ma chérie ? fit une voix horriblement précieuse, à ses côtés.

Lucrécya tourna un regard torve vers le jeune homme allongé à ses côtés. Elle grimaça.

Crénom d'un balai, Archiwald de Winchester ne lui plaisait pas. Du tout. Son air si satisfait de lui-même, ses cheveux châtains coupés à la mode aristocrate, ses yeux bleus qui puaient la vanité, son absence totale de muscle : elle aimait que d'alle en lui.

Mais ça ne l'avait pas empêché de se le taper toute la nuit.

Le sentiment écrasant d'échec qu'elle ressentait s'accentua encore davantage, et la lilliputienne soupira longuement.

-Chuis pas ta chérie, grommela-t-elle entre ses dents.

Mais visiblement, le président des Alpha Alpha Alpha, tout à sa félicité, ne l'écoutait pas vraiment.

-Ah, quelle glorieuse nuit ! Je suis comblé que tu aies finalement accepté de devenir ma concubine...

Lulu se redressa vivement sur ses coudes, et fronça les sourcils :

-Concu... quoi ? Tu m'as traité de quoi là ?

Son amant lui lança un sourire amusé, un brin mesquin et condescendant :

-Ta candeur et ton inculture ont quelque chose de rafraîchissant, très chère, susurra-t-il.

Lucrécya plissa les yeux, vexée. Elle ne comprenait pas le sens du charabia qui se la pétait d'Archie, mais fallait pas être un POP pour piger qu'il la prenait de haut, une fois de plus. Elle se renfrogna :

-Ouais, c'est ça.

La jeune femme aux cheveux ébène  se releva, et entreprit de se rhabiller. Elle enfila à la va-vite sa robe punk à motif écossais. La même qu'elle portaient la veille. Puis ramassa ses collants savamment troués, les mêmes qu'elle portait la veille. Elle se sentit honteuse, mais surtout, en colère. Oh ouais, la colère commençait à monter. Rien d'inhabituel jusque là.
Par contre, qu'elle monte contre elle-même, ça s'était nouveau.

La batteuse était en train de s'échiner à nouer ses lourdes bottes à clous tout en tentant de rester debout, lorsque l'irritante voix pompeuse d'Archiwald s'éleva à nouveau :

-Je te rappelle la tenue d'une réunion exceptionnelle avec les Alpha Alpha Alpha tantôt. Puis-je te suggérer de te vêtir pour l'occasion d'une robe bien plus... appropriée ?

Lulu grogna quelque chose d'incompréhensible. Elle enfila sa veste en simili-cuir, et sortit de la luxueuse chambre, en claquant la porte, sans un regard à son président de fraternité.

Une fois dehors, elle plongea ses mains dans sa veste, sans trop savoir quoi faire. Pour une fois, il ne pleuvait pas ; mais le soleil timide de mars ne suffisait pas à réchauffer la matinée. Ni l'humeur de la batteuse. Aussi, celle-ci se mit à marcher, sans réel but. A marcher, et à cogiter, les yeux dans le vague.

Elle n'était pas prude, loin de là. Ni très regardante sur sa sexualité, si elle devait être honnête. Ouais, elle avait pu faire des conneries avec des idiots en soirée ; et alors ? Et si, pompette, elle avait offert pour ses quinze ans sa virginité à un gus dont elle se rappelait jamais le nom, elle ne l'avait jamais, JAMAIS regretté. Parce qu'elle s'en contrefoutait royalement au fond.

Alors, pourquoi elle se sentait si mal pour une seule et foutue nuit avec Archiwald ???

Lucrécya shoota dans un petit caillou, qui alla rebondir sur la façade d'un restaurant chicos des Champs Z'Allons-Y. Elle valait mieux que cet abruti gominé plein aux as. Même si ce dernier pensait à l'évidence le contraire, elle valait mieux que lui. Mieux. Ouais. Pas moins, en tout cas !... enfin... elle n'était plus très sûre, maintenant.

Elle avait pas bu, hier soir. Elle aurait préféré avoir cette excuse, mais non. C'était sobre, de son plein gré, qu'elle était allé voir Archiwald chez lui. Parce qu'elle se sentait triste et seule, qu'elle avait un putain de besoin d'être consolée, et qu'elle savait qu'Archie la repousserait pas, parce qu'il était à fond sur elle depuis des mois, et... oh bordel.

Elle geignit, entre fureur et désespoir. Ça, c'était la différence entre une meuf qui s'amuse en soirée, et une sacrée teupu ! Elle était devenue le genre de gonzesse qu'elle haïssait le plus ! Le genre qui se servait des gens pour se sentir mieux et qu'assumait même pas par derrière ! Crénom d'un balai, elle aurait mérité que quelqu'un lui foute un coup de batte dans la tronche pour la peine !

Pourquoi tout partait en vrille, dans sa vie, et dans sa tête ?! Pourquoi tout ne pouvait pas être aussi simple qu'avant ?! Quand elle était à Poudlard, qu'elle avait un petit copain, des potes, et une meilleure amie...

Une ombre passa sur le visage de Lucrécya, lorsqu'elle songea à Malicia. Elle avait bien merdé, sur ce coup-là aussi. Depuis quand n'avait-elle pas parlé à la métisse ? Vraiment, parlé ? Un mois ? Deux ?

Putain, Mali lui manquait. Encore plus que Marcus, p't-être bien. La seule chose qu'elle savait, dans le chaos qu'était son cerveau et son cœur, c'est qu'elle avait besoin de sa bestah. Là. De suite.

Lulu leva les yeux, et réalisa que ses pas l'avaient amenée en face d'une volière à hiboux publique. Elle plissa les yeux, hésita quelques secondes... et finit par traverser la rue, pour s'engouffrer dans la bâtisse aux effluves de poulailler.

Elle en ressortit quelques instants plus tard, avec dans la main un petit hibou gris tacheté de blanc. Elle relut le bout de parchemin déchiré où elle avait griffonné fébrilement : « Rendez-vous au McGo, à notre table habituelle.     Lulu. », et hocha la tête, satisfaite. C'était amplement suffisant. Elle attacha le message à la patte de l'oiseau, puis fixa ce dernier droit dans ses yeux dorés :

-Cherche Malicia McGuire, espèce d'empiaffé, et fais-vite ou j'te défonce ta mouille, compris ?

Le hibou jeta un regard blasé à la sorcière, puis s'envola à tire d'ailes. En ce faisant, il croisa dans les airs une chouette bien dodue, qui plongea en piqué droit sur la batteuse. Elle lui jeta à la figure une petite lettre, que l'AAA ramassa en grommelant.

-Quoi encore ?!

Elle décacheta l'enveloppe, et ses yeux s'arrondirent de surprise.
Sur le grain du papier, une écriture qu'elle connaissait très bien clamait :

« Rendez-vous au McGo, à notre table habituelle.

Mali.
 »





Mes RPs du Moment !


Les Nouvelles Exploratrices, avec Malicia McGuire

Welcome to Motel Alabama, avec Isaac O'Callaghan

Like a broomstick in the wind, avec Enola Powell et tous ceux qui le veulent !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2HBEB


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Occultes
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 182
avatar
Malicia McGuire

Messages : 3443

Double Compte : Aucun !
Situation Amoureuse : Chaotique !

Filière : Sciences Occultes

Sorts Connus : Aguamenti,
Assurdiato,
Batrasempra,
Calmos Pacificatum,
Confundo,
Defodio,
Episkey,
Failamalle,
Ferula,
Gemino,
Impervius,
Incarcerem/Lashlabask,
Oubliettes,
Periculo Pugno
Portus,
Protego,
Protéiforme,
Tarentallegra,
Purée de pois,
Furunculus,
Mucus ad nauseam,
Duro,
Amplificatum,
Revigoré,
Elasticus

Inventaire : Chocolats Cépamoi (x5)
Essence de dictame (x5),
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Philtre de Requinquance (x5),
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Potion Tue-loup,
Rapeltout,
Tequila Magouillita,
Potion contraceptive
MessageSujet: Re: Broken Mirror   Jeu 5 Jan 2017 - 10:20

Malicia avait ouvert les yeux et elle avait su. C'était comme s'être tirée d'un mauvais rêve. Les gouttes d'eau brûlantes qui jaillissaient du pommeau frappaient toujours ses épaules et ruisselaient le long de ses jambes. La vapeur d'eau parvenait presque à cacher le joli rideau, les reflets argentés du carrelage. Ses pieds même. Elle ne savait plus depuis quand elle était là.

Elle leva les mains, paumes vers son visage. Des paumes toutes froissées par l'humidité. Elle les regarda un instant, sans comprendre pourquoi ça la fascinait. C'était pas la première fois. Un contrecoup de la fatigue sûrement.

Elle dormait pas bien. Probablement parce qu'elle passait tout son temps éveillé à essayer de rester éveillée. C'est long, une heure, quand on est bourrée de potions pour se guérir de soi-même. C'est long une heure quand on se force à paraître en vie.

C'est épuisant.

Parler, sourire. Faire sourire surtout. Plus que jamais.
Ne pas faire pitié. Ne pas parler de soi.
Cacher, cacher tout.
Pour ne pas voir ce qu'on a au fond de soi.
Oublier qu'on est faible. Oublier qu'on est dévorée. Que quelque chose nous grignote de l'intérieur.
Faire comme si tout allait bien.
Encore.
Avancer.
Toujours.

Éreintant.

Elle voulait repartir. Dans la brume là où Lulu l'avait retrouvée. La belle brume tiède dans laquelle elle s'était enveloppée. Elle l'appelait. Elle savait que c'était au fond d'elle. Elle savait que la brume voulait la retrouver. Elle le voulait aussi. Tout serait tellement mieux. Elle le savait.

Imaginez. Elle fermerait les yeux. Puis plus rien. Elle disparaîtrait. Pour toujours. Mais elle pouvait pas. Elle avait des parents, elle avait un frère. Elle avait quelqu'un qui l'aimait. Une voix en elle lui disait qu'elle avait pas le droit de tout lâcher. D'autres fois, une voix criait à Mali qu'ils seraient tous mieux, sans elle. Pourquoi est-ce qu'elle leur imposait ça ? Ils étaient inquiets pour elle !

Ils avaient raison.

Mais ils pouvaient pas l'aider. Ils pouvaient pas faire taire les voix. Ils pouvaient pas arrêter ce qui rongeait Malicia. La rivière de visages inconnus et furieux qui coulait en elle. Tellement de remous, tellement de bruit. Tellement de voix. Au début, ce n'était pas grand chose. Elle en entendait une par ci par là. Aujourd'hui, elles avaient un avis sur tout et ne s'arrêtaient jamais de crier. Même quand elle dormait.

Bien sûr, elle s'était améliorée. Elle pouvait plonger la main dans l'eau, saisir l'un de ces visages et le porter comme un masque. Elle pouvait rétorquer aux voix. Mais jamais longtemps. La moindre émotion et le barrage cédait. Et des émotions, Mali en avait des tonnes.

Alors elle parlait. Elle sautillait sur place. Elle dépensait le peu d'énergie qu'elle avait. Comme une batterie quasiment déchargée. Un animal qui sait que les chasseurs vont le tuer et qu'il n'a plus rien à perdre.

Elle allait plus en cours. Le prof ne s'en était jamais plaint. Elle avait arrêté net ses potions. Ça servait à rien. Elle n'en faisait plus qu'à sa tête. Elle écrivait sur les murs. Elle s'était coupé les cheveux d'un coup de couteau. Tout le monde avait trouvé ça super joli. Elle parlait plus à personne. Du moins pas d'elle-même. Elle avait plus d'amis de toute façon. Minus était parti très loin. Il avait bien raison. Elle n'avait pas croisé Lulu depuis des lustres. Depuis qu'elles avaient arrêté de se parler. Et franchement, quand elle arrivait à passer au dessus du fait qu'elle lui manquait et que ça lui faisait mal, Mali se disait que c'était pas plus mal : ça faisait une personne de moins à décevoir. Une personne de moins à blesser. Elle coupait les ponts avec ses parents, son frère. Elle criait sur Darius, le prenait quand ça lui chantait, le rejetait, le reprenait, comme un yoyo cassé. Elle couchait avec lui parce qu'elle avait toujours rêvé de savoir ce que ça faisait et qu'au point où elle en était, elle ne voyait pas à quoi ça servait de ne pas s'octroyer ce plaisir.

Des fois elle l'adorait. Des fois, elle le détestait. Elle voulait lui faire payer tout ce qu'il lui avait fait. Mais elle lui faisait également payer ce qu'il n'avait pas fait. Tout était toujours de sa faute. Et ce crétin restait quand même ! Elle se détestait de faire ça. Elle se détestait. Mais elle n'arrivait pas à s'en empêcher. Elle lui en voulait tellement. Elle s'en voulait tellement d'être retournée avec lui. Mais elle l'aimait, elle pouvait pas s'en empêcher. Elle aimait aussi le voir s'en vouloir. Elle aimait qu'il s'en prenne plein la tête sans riposter parce que tous les deux savaient que des années de gentillesse ne suffiraient pas à effacer ce qu'il avait fait. Il en faisait des efforts pourtant, elle le voyait bien. Il faisait tout ce qu'il pouvait pour la soutenir, tout pour qu'elle ait le moins mal possible. Tout pour que tout soit parfait. Comme si c'était possible. Il lui parlait même d'avenir. Quel avenir ? QUEL PUTAIN D'AVENIR ?!

Mali coupa net le robinet. Et inspira bien fort. La voix s'était tue. Elle saisit une serviette, se sécha. Pris des habits au hasard. Et se tint debout dans sa chambre, face à la fenêtre.

Encore une matinée de mars bien pourrite. Pas de pluie. Mais pas vraiment de soleil non plus. Rien de notable. A ceci près qu'aujourd'hui, Mali savait.

Aujourd'hui elle était enfin réveillée. Et tout était clair, pour une fois. Ça ne pouvait plus continuer comme ça.

Mali se rapprocha de son bureau et fixa sa plume. Elle avait la gorge serrée. Et si elle ne recevait pas de réponse ?

Il n'y avait qu'une seule façon de savoir.

La métisse saisit une feuille de parchemin et y griffonna :

Rendez-vous au McGo, à notre table habituelle.

Mali.

Elle interpella sa chouette, qui roupillait sur le bord de la fenêtre et lui donna le message. Elle lui fit une caresse sur le sommet du crâne et lui sourit doucement :

-Apporte ça à Lulu. S'il te plaît, si elle répond, reviens-vite !

Elle ouvrit la fenêtre et l'oiseau s'envola. Elle attendit une petite minute, laissant le froid se glisser dans sa chambre. Leva les bras pour refermer les vitres. Mais au moment ou elle finissait son geste, elle sursauta :

-Sa mère la pinata ! couina-t-elle.

Un petit hibou gris tacheté de blanc venait de s'écraser contre sa fenêtre, un message dans les pattes. Alors que l'oiseau glissait le long de la vitre, Mali se pencha en grimaçant et en compatissant :

-Rendez-vous au McGo, à notre table habituelle. Lulu. lut-elle, effarée.





Mes RPs du Moment !


Broken Mirror, avec Lucrécya Rincevent

Days before you came, avec Darius Lestrange

Ceci n'est pas un bizutage, avec Isaac O'Callaghan

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2RvWE


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sports Sorciers
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 262
avatar
Lucrécya Rincevent

Messages : 3530

Double Compte : Augustus Kane
Situation Amoureuse : cachez vos mecs, les morues : chuis à nouveau célib !

Filière : Aurorologie

Sorts Connus :
Accio,
Aguamenti,
Amplificatum/Reducto,
Animagus,
Calmos Pacificatum,
Confringo,
Contusionus Encontusiono,
Cucurcelerum
Defodio,
Episkey,
Folloreille,
Gemino
Incarcerem,
Inflammarae,
Lashlabask,
Locomotor,
Multicofors,
Nauséis,
Periculo Pugno,
Repulso,
Revigor,
Rictusempra,
Sonorus,
Spero Patronum,
Subcingulus

Inventaire :
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x3),
Horloge des Familles,
Pommade Pommadante Grégoire,
Lait de Poule du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouillita (x4)
Potion de Requinquance (x2)
MessageSujet: Re: Broken Mirror   Mar 31 Jan 2017 - 21:01

Lucrécya avait l'impression qu'elle était assise sur cette banquette jaune moutarde depuis une éternité,  à tripatouiller son gobelet McGo rempli de WizzCola Zero. Alors qu'objectivement, ça ne pouvait pas faire plus de quelques minutes.

Elle était aussi nerveuse qu'une tête d'ampoule boutonneuse à son tout premier rendez-vous galant. Mais en plus triste. Et si elle parvenait pas à calmer ses nerfs et à contrôler ses mains agitées, elle allait se retrouver avec un WizzCola garanti zéro sucre et zéro goût comme le promettait la pub, mais surtout, zéro bulle.

Précautionneuse, Lulu posa sa boisson sur la table... et son regard vert fut aussitôt happé par quelque chose, sur la table. Quelques mots gravés dans le bois, par une main visiblement malhabile :

« PROPRIÉTÉ DE MALI & LULU ! C'est not' place à nous ! Z'avez pas intérêt à vous asseoir là bande de gnoufs, ou j'vous éclate la rate à coup de batte ! »

L'AAA ne put s'empêcher d'arborer un petit sourire, teinté de mélancolie. Elle se rappelait parfaitement du jour où elle avait marqué ça : c'était au début du premier trimestre; l'une des toutes premières fois qu'elles s'étaient rendues dans ce fast-food.

Lucrécya revoyait presque la métisse devant elle, le regard perdu vers la foule des clients.

***

-Tu te rappelles de nos places de repas, à Poudlard ?

Lucrécya, qui venait de mordre avec férocité dans un burger presque aussi gros que sa tête, releva les yeux vers son amie à l'épaisse chevelure dorée, assise en face, qui venait de parler.

-Mpfffveux fffch'dire à la mmh Grand'challe ? lui répondit-elle, non sans postillonner partout.

-Oui, répondit la métisse, le regard toujours rêveur. A la Grande Salle.

La batteuse avala sa bouchée, et bougonna :

-Un peu que j'me rappelle ! C'était grave la loose !

Mali se tourna enfin vers son interlocutrice, amusée :

-Roh non, pas tant que ça ! Elles étaient coolos !

-Coolos ?! rétorqua Lucrécya. C'était grave la loose que j'te dis ! On se faisait insulter tous les jours ! Toi paske tu t'asseyais à la table des Serpentards, et moi paske j'te laissais faire !

-Moui... admit Mali.

-Des fois ils nous jetaient même de la bouffe ! Et pas que des trucs bons hein ! Un jour une morue m'a répulso-isé sa plâtrée d'épinards dans les cheveux !

-Oui, mais c'était notre place à nous, tu comprends ?

Lucrécya haussa les épaules.

-Beeen... nope.

Malicia se tourna à nouveau vers la foule des étudiants affamés, qui se pressait fébrilement autour des comptoirs du McGo pour commander au plus vite des burgers et autres joyeusetés grasses.

-C'est juste que ça me fait tellement bizarre que Poudlard, ça soit déjà fini... lança l'ex-Gryffondor, avec mélancolie. Par rapport à la WoW, Poudlard paraissait plus... comment dire...

-Froid et mal éclairé ?

-Ouaip, aussi. Mais j'allais dire familial.

Un sourire étira les lèvres de Lucrécya. En vérité elle comprenait exactement ce que son amie voulait dire.

-Ouais, dingue comme ça fait grave grand, ici, hein ? fit-elle de son éternelle voix croassante. Et crénom d'un balai, y'a tellement de péquins qu'on connaît même pas, partout dans la fac !

-Oui, c'est ça ! s'enthousiasma Malicia. Comme si on était passé d'un tout petit village où tout le monde se connaît à une mégapole tentaculaire !

Lucrécya fronça les sourcils, en se demandant ce que mégalopole voulait bien pouvoir dire. Ou tentaculaire. Finalement, elle laissa tomber :

-Euh... on va dire que ouais, admit-elle enfin. Et donc, c'est pour ça que tu regrettes nos bonnes vieilles places toute moisites au bout de la table des Serpentards ?

Malicia opina du chef.

-Elles étaient peut-être toute moisites, mais c'était nos places à nous, tu vois ? Parce que les autres râlaient à chaque fois qu'on s'y installait, mais au final, on étaient les seules à y aller : elles étaient à nous ! Elles nous attendaient chaque matin ! Et... ça fait quelque chose quand même de savoir qu'elles sont plus à nous maintenant, et qu'on a plus d'endroit rien qu'à nous deux, mine de rien !

Le cœur de Lulu se pinça. Crénom, mais Mali avait raison ! Elle n'avait pas encore réalisé la chose, mais venir ici, c'était aussi quitter ce qui avait été sa deuxième maison pendant ces dernières années. Et du coup, c'était comme partir vivre loin de chez elle, une seconde fois. Cette idée lui parut soudain terrifiante, et, pendant quelques instants, elle se sentit incroyablement perdue dans ce McGo de ce campus qu'elle ne connaissait pas du tout, et qui lui semblait bien trop gigantesque pour qu'elle le connaisse un jour aussi bien que le si familier château de Poudlard.

Mais elle ne voulut pas montrer son émoi. Aussi, elle balaya tout ça d'un geste négligé de la main :

-Roh, si c'est qu'ça !

Elle se pencha en avant, et attrapa le couteau en plastique sur le plateau de sa meilleure amie. Et, à l'aide du bout légèrement pointue, elle s'appliqua à graver de grandes lettres en majuscules sur le bois de la table, le bout de la langue sorti sous l'effort.

Il ne lui fallut que quelques minutes pour être pleinement satisfaite, et pour gonfler son torse, fière d'elle :

-Et voilà ! C'est là notre place à nous deux maintenant ! Notre QG de bestah ! T'en dis quoi ? Chouétos, hein ?

Malicia se pencha à son tour, et lut à l'envers le message gravé. Elle éclata d'un joli rire franc.

-Top chouétos, Lustucru ! affirma-t-elle, radieuse.

***

Le souvenir s'évapora en une fraction de seconde, avec le sourire de la brunette. Celle-ci soupira, les yeux toujours bloqués sur le message gravé. Elle avait tout gâché.  Elle avait la meilleure de toutes les bestahs de la décennie, et elle avait tout fait foiré. Elle ne savait pas pourquoi Malicia désirait la voir aujourd'hui. Peut-être que c'était pour l'engueuler comme un véracrasse moisi, auquel cas Lulu l'avait amplement mérité.

Ou alors c'était pour lui dire qu'elle avait refait sa vie amicale avec une dénommée Lucinda, alias Lulu, ex-Sepentard de son état, semblable à Lucrécya en tout point sauf qu'elle était plus grande, plus fournie de la poitrine, plus drôle et bien plus charismatique qu'elle. Auquel cas... la petite batteuse l'avait bien mérité aussi.

Ou alors, Mali voulait que son ex-BFF lui rende les quelques affaires qui lui appartenaient et qui traînaient encore chez Lulu : un vieux jeu de société Destinée (dont il manquait des pièces, avalées goulûment par le boursouflet de Lucrécya), des picturines rigolotes, quelques livres d'aventure trop cool plein de pirates et de trésors, et deux ou trois soutien-gorges que la lilliputienne avait pris l'habitude de fourrer de coton pour paraître plus bonnasse en soirée...  bref que des trucs que Lulu ne méritait plus.

Ou alors, Mali voulait la voir, parce qu'elle lui manquait. Lucrécya espérait secrètement qu'il s'agissait de ça... mais crénom, elle se détestait en même temps d’attendre une chose pareille.  Parce qu'elle ne le méritait pas.

Elle leva les yeux, machinalement, et ses pupilles tressautèrent : Malicia était juste devant elle, le visage indéchiffrable.

C'était Malicia.  Ouaip. Y'avait aucun doute à ça. Mais bizarrement, on aurait dit une autre personne. De plus âgé. Quelque chose avait changé en elle, et ça n'avait rien a voir avec sa nouvelle coiffure courte, trop stylé au passage. Non, c'était plus quelque chose d'invisible, comme une intuition que Lulu lisait au fond des yeux noisette de la jolie métisse.

Lucrécya hésita une fraction de seconde. Elle voulut lancer un « Hey, ça farte ? », mais quelque chose lui soufflait que pour l'occasion,  elle devait être plus. .. c'tait quoi le mot déjà?

Ah ouais. Digne.

Aussi, elle se leva, digne. Resta stoïque, et lissa sa jupe en se raclant la gorge. Fit un pas vers la Zêta,  et...

-P'TAIN MALI CHUS TROP DESOLEE CHUS LA DERNIERE DES NAZES COMMENT TU M'AS TROP MANQUE !!!

Sa voix éraillée se cassa dans un espèce de sanglot étouffé, alors qu'elle se jetait sur l'ex-Gryffondor  et qu'elle l'enserrait de ses petits bras musclés et résolus.





Mes RPs du Moment !


Les Nouvelles Exploratrices, avec Malicia McGuire

Welcome to Motel Alabama, avec Isaac O'Callaghan

Like a broomstick in the wind, avec Enola Powell et tous ceux qui le veulent !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2HBEB


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Occultes
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 182
avatar
Malicia McGuire

Messages : 3443

Double Compte : Aucun !
Situation Amoureuse : Chaotique !

Filière : Sciences Occultes

Sorts Connus : Aguamenti,
Assurdiato,
Batrasempra,
Calmos Pacificatum,
Confundo,
Defodio,
Episkey,
Failamalle,
Ferula,
Gemino,
Impervius,
Incarcerem/Lashlabask,
Oubliettes,
Periculo Pugno
Portus,
Protego,
Protéiforme,
Tarentallegra,
Purée de pois,
Furunculus,
Mucus ad nauseam,
Duro,
Amplificatum,
Revigoré,
Elasticus

Inventaire : Chocolats Cépamoi (x5)
Essence de dictame (x5),
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Philtre de Requinquance (x5),
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Potion Tue-loup,
Rapeltout,
Tequila Magouillita,
Potion contraceptive
MessageSujet: Re: Broken Mirror   Mer 15 Fév 2017 - 10:26

Mali souffla sur ses mains et les remit au fond des poches de son manteau. Ça n'avait pas marché. Elle grelottait encore. Il faisait pas spécialement froid pourtant. Mais elle utilisait le peu d'énergie qui lui restait à remonter les Champs Z'Allons-Y. Ça n'était pas facile avec son cerveau tout embué, qui ne demandait qu'une chose : rentrer, s'enfouir sous une bonne dizaine de couverture et dormir.

Mais une pensée la forçait à avancer : pourquoi est-ce que Lulu lui avait écrit aujourd'hui ? Précisément au moment où elle avait autant eu besoin de la voir ? Elle avait tellement d'espoir... et en même temps tellement peu de chances que quelque chose de bien arrive. Si cette année lui avait appris quelque chose, c'est qu'il ne lui arrivait jamais rien de bien.

Alors oui, Mali se posait des questions. En fait, elle avait même des hypothèses. Des tonnes d'hypothèses qui tournaient dans sa tête...

1. Lulu s'était trompée de destinataire et avait en fait voulu envoyer cette lettre à Amalia Jones, sa sosie zêta ratée, qui était devenue sa meilleure amie, et qui était plus jolie, drôle, plus charismatique, et beaucoup beaucoup moins bargeot qu'elle.

2. Lulu avait rejoint un gang et voulait la tabasser devant le McGo pour se venger parce qu'Amalia Jones, sa sosie zêta ratée, qui était devenue sa meilleure amie, et qui était plus jolie, drôle, plus charismatique, et beaucoup beaucoup moins bargeot qu'elle.  

3. Lulu était devenue chef du McGo et voulait lui donner un prospectus sur les nouveaux burgers light en promo. Elle avait tout de suite pensé à Mali parce qu'elle avait de grosses fesses, pas comme Amalia Jones, sa sosie zêta ratée, qui était devenue sa meilleure amie, et qui était plus jolie, drôle, plus charismatique, et beaucoup beaucoup moins bargeot qu'elle.

4. Lulu était entrée dans la secte des générateurs de Voldevie, qui était pro-eau-de-vie mais pas celle qu'on croit, et voulait lui demander si elle avait cinq minutes pour parler de Voldevie leur seigneur et sauveur, qui en fait n'était autre qu'Amalia Jones, sa sosie zêta ratée, qui était devenue sa meilleure amie, et qui était plus jolie, drôle, plus charismatique, et beaucoup beaucoup moins bargeot qu'elle.

5. Lulu avait attrapé le cancer du quidditch, une maladie hyper rare mais hyper mortelle et voulait lui transmettre ce qu'elle avait appris pendant sa courte vie, mais surtout pendant ses deux mois passés avec Amalia Jones, sa sosie zêta ratée, qui était devenue sa meilleure amie, et qui était plus jolie, drôle, plus charismatique, et beaucoup beaucoup moins bargeot qu'elle.

Dans tous les cas, et même si elle ne voyait pas trop bien pourquoi tout semblait pointer vers Amalia, c'était la cata. Le problème, c'est que c'était probablement la dernière fois qu'elle allait pouvoir parler à Lulu.

Mali avait la gorge toute serrée. Elle s'arrêta quelques secondes. Il n'y avait pas de retour en arrière possible, elle le savait. Mais elle ne pouvait plus continuer comme ça. Ça devait s'arrêter. Aujourd'hui. Maintenant. Elle n'avait plus la force de supporter tout ça. C'était mieux pour tout le monde, pour sa famille, pour Darius, pour elle. Mais elle avait besoin de voir Lulu avant. Il fallait qu'elle la voit et qu'elle lui parle, au moins une dernière fois.

La métisse leva les yeux. Là, au-dessus d'elle, les arches dorées qui surplombaient le McGo clignotaient dans la brume. Et dedans, leur ancienne place attitrée l'attendait. Avec Lulu.

Mali prit une grande inspiration pour se donner de la force. Elle pouvait le faire ! Elle devait le faire...

Les quelques mètres qui la séparaient de son amie se déroulèrent comme dans un de ces rêves bizarres où tout va au ralenti. Mali sentait son cœur battre lentement et cogner contre ses tempes alors qu'elle essayait de se donner une contenance. Qu'est-ce qu'elle allait bien pouvoir dire, pour commencer ? Comment est-ce que Lulu allait l'accueillir ? Qu'est-ce qu'elle allait penser d'elle ? Elle ne savait pas ! Et ça la rendait folle !

Elle s'arrêta à quelques centimètres de son amie. A première vue, elle avait l'air d'aller bien. Beaucoup mieux que ce que Darius lui avait décrit il y a quelques semaines. Mais, quelque chose clochait. Quelque chose dans ses yeux ? Dans sa façon de se tenir ? Mali n'arrivait pas à mettre le doigt dessus... Cela dit, elle-même ne devait pas avoir l'air mieux. Elle avait l'impression d'être devenue une pierre, tellement la peur lui tordait les boyaux. Lulu leva les yeux et hésita en la voyant. Elle devait vraiment faire peur à voir. Peut-être qu'il valait mieux qu'elle s'en aille ?

Lulu se leva. Mali sentit les larmes lui monter aux yeux. Ça y est. C'était la dernière fois qu'elle parlait à Lulu. C'était le moment le plus sérieux de toute sa...

Lulu la serra fort dans ses bras :

-P'TAIN MALI CHUS TROP DESOLEE CHUS LA DERNIERE DES NAZES COMMENT TU M'AS TROP MANQUE !!!

Soulagée, Mali eut l'impression de respirer pour la première fois de la journée et serra Lulu en retour en pleurant :

-OHMONDIEUOHMONDIEUOHMONDIEU LULUCHOU J'SUIS NULLE J'SUIS TELLEMENT DÉSOLÉE TELLEMENT TELLEMENT TELLEMENT DÉSOLÉE QU'ON SE SOIT FÂCHÉES ET OHMONDIEU MOI AUSSI TU M'AS TROP MANQUÉ !!!

-C’ÉTAIT TELLEMENT NUL SANS TOI !!!

-C’ÉTAIT MÉGA ARCHI NUL SANS TOI !!! MA VIE C'EST DE LA MEEERDE !!!

-MOI AUSSI !!! SI TU SAVAIS, J'AI FAIT TELLEMENT DE TRUCS TELLEMENT POURRITE, JE VEUX PLUS JAMAIS QUE CA ARRIVE !!!

-MOI AUSSI !!! J'AI TOUT GÂCHÉ !!! TOUT EST DE MA FAUTE !!!

-NON TOUT EST DE MA FAUTE !!!

-Euh... Cette place est libre ?

Les deux filles l'une dans les bras de l'autre et les yeux plein de larmes se tournèrent vers une étudiante qui tenait un plateau plein de nourriture. Finalement, elles ignorèrent l'interruption et se remirent à pleurer, alors que l'étudiante s'en allait en pestant contre elles :

-JE VEUX PLUS JAMAIS  QU'ON SE FÂCHE !!!

-MOI NON PLUS !!! ON SE DIRA TOUJOURS TOUT PROMIS !!!

-T'ES MA MÉGA BESTAH DE LA MORT !!!

-TOI AUSSI !!! MA GIGA BESTAH DE LA MORT QUI TUE LA VIE VIVANTE !!

-GRAVE !!!

-GRAVE !!!

En reniflant les filles s'assirent à leur place habituelle et se firent un petit sourire ému :

-Milkshake et frites de l'amitié ? proposa Malicia.

-Milkshake et frites de l'amitié ! approuva Lucrécya.

Après avoir fait signe à un elfe de maison de leur amener leur commande, elles se firent face à nouveau et posèrent leurs coudes sur la table :

-Bon, allez raconte moi tout. demanda Malicia. Tout ce que t'as fait ces derniers mois.





Mes RPs du Moment !


Broken Mirror, avec Lucrécya Rincevent

Days before you came, avec Darius Lestrange

Ceci n'est pas un bizutage, avec Isaac O'Callaghan

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2RvWE


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sports Sorciers
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 262
avatar
Lucrécya Rincevent

Messages : 3530

Double Compte : Augustus Kane
Situation Amoureuse : cachez vos mecs, les morues : chuis à nouveau célib !

Filière : Aurorologie

Sorts Connus :
Accio,
Aguamenti,
Amplificatum/Reducto,
Animagus,
Calmos Pacificatum,
Confringo,
Contusionus Encontusiono,
Cucurcelerum
Defodio,
Episkey,
Folloreille,
Gemino
Incarcerem,
Inflammarae,
Lashlabask,
Locomotor,
Multicofors,
Nauséis,
Periculo Pugno,
Repulso,
Revigor,
Rictusempra,
Sonorus,
Spero Patronum,
Subcingulus

Inventaire :
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x3),
Horloge des Familles,
Pommade Pommadante Grégoire,
Lait de Poule du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouillita (x4)
Potion de Requinquance (x2)
MessageSujet: Re: Broken Mirror   Mer 8 Mar 2017 - 19:47

Le regard de Lulu s'était perdu dans le vide.

-Beeen...

Beeeen... y'avait pas de quoi être fière, à vrai dire, du mois passé. Ou du mois d'avant. Ou même de tout le début de cette année universitaire, à la réflexion. Tout n'était qu'une succession d'actes et de choix plus foireux les uns que les autres. Lucrécya n'en était pas fière. Mais ça l'empêchait pas d'assumer pleinement ses actes, même les plus débiles.

Elle haussa les épaules, et considéra le plat de frites qu'un Elfe hideux venait de poser devant elle. Elle en tira une, et la mâchonna sans trop de conviction :

-J'crois que ça a commencé quand tu t'es remise à sortir avec Lestrange, fit-elle à mi-voix, d'un ton qui ne lui était pas familier.

Ouais, tout avait commencé quand Mali s'était remise à sortir avec Lestrange. En cachette d'abord, même si Lulu s'en était rendue compte, et avait trouvé ça chouétos. En se marrant bien au passage, parfois même en compagnie de Marcus, parce qu'ils trompaient tellement personne avec leur relation secrète que c'en était comique.

Sauf que... bah comme qui dirait, le bonheur que la batteuse imaginait pour sa bestah lui avait fait se poser des questions sur elle-même, et sur sa propre vie. Et le genre de questions qui faisait pas bien plaisir, hein. Style : est-ce que Lucrécya aimait vraiment Marcus ? Est-ce qu'elle était heureuse dans sa vie quotidienne, avec lui ?

Les réponses étaient claires : oui, elle l'aimait, bordel. Ce qui la faisait vraiment, vraiment chier, parce qu'elle n'était pas heureuse. Oh non. Elle était même malheureuse comme les pierres.
Crénom, qu'est-ce qu'elle aurait pas donné pour être heureuse avec lui ! Il le méritait ! Elle ne voulait pas le blesser ! Mais une fois qu'elle avait réalisé qu'elle ne s'épanouissait pas dans sa vie de femme mariée et de jeune maman... impossible de revenir en arrière. Elle avait ouvert des yeux qu'elle ne parvenait plus à fermer, et elle n'avait pas pu faire semblant bien longtemps.

Elle avait quitté Marcus.

Ca avait fait un mal de chien à Lucrécya. A Marcus aussi, d'ailleurs. Mais sur le champs, elle ne s'en était pas vraiment rendue compte, parce qu'elle ne se sentait vraiment pas bien, et qu'elle s'était auto-centrée dans la souffrance.

Elle avait eu besoin d'amis pour la soutenir, mais sa fierté mal placée lui avait interdit de demander de l'aide. D'autant plus si c'était une seconde lune de miel pour Lestrange et Malicia : elle se serait sentie encore plus mal de casser l'ambiance avec ses problèmes foireux.

Et le temps avait passé.

Et Mali n'était pas venue l'aider. Principalement parce qu'elle n'était pas au courant. Mais la tristesse de Lulu s'était muée en colère, parce qu'elle ne savait que se foutre en rogne. En colère contre elle, contre le monde, contre tout. Et contre Malicia, qui n'était pas là.

Oh, c'était totalement injuste, mais ce n'était pas grand chose, juste une toute petite rancœur mal assumée, une braise de rien du tout prête à s’éteindre au premier coup de vent.

Jusqu'à ce que Myosotis Grandiflore ne la transforme en brasier.

Ouaip, avec le recul, Lucrécya s'était rendue compte de l'importance de la malveillance de Grandiflore dans tout ça. Cette teupu aux cheveux brocoli avait incité la brunette perdue à haïr Malicia. Elle s'était faite passer pour son amie, pour mieux la pousser dans les méandres de la drogue dure, et mieux lui vendre sa merde.

L'AAA avait ses torts dans l'histoire, évidemment, mais elle s'en serait sans doute mieux sortie si elle avait affronté ses problèmes, plutôt que de se perdre dans les chimères artificielles de l'addiction.

Elle s'en était sortie, d'ailleurs. Difficilement, mais elle l'avait fait. Elle avait du toucher le fond, perdre toute notion de temps et de réalité durant une longue période, risquer de se faire virer de la fac, et accepter l'aide de sa rivale de toujours... mais elle s'en était sortie. Et depuis elle faisait tout pour remonter la pente.

Mais c'était pas facile. Parce qu'elle était une épave, qu'elle n'avait plus beaucoup d'amis, qu'elle n'avait plus de thunes, et qu'elle avait pris un retard monstre en cours. Parce qu'elle aimait toujours Marcus, et se sentait foutrement mal à l'idée qu'elle n'était plus à lui. Parce qu'il y avait toujours cette saloperie de colère en elle, qui n'était plus du tout tournée contre Mali ou qui que ce soit d'ailleurs, mais qui la rongeait de l'intérieur, et qui faisait que, certains soirs, les pilules de cette poufiasse de Grandiflore lui manquaient cruellement.

Et y'avait la lettre qu'elle avait reçue de Marcus, qui l'avait fait se précipiter dans les bras de l'étudiant le plus insupportable et insipide de toute sa fraternité, parce qu'elle n'avait pas envie de rester seule. Et que ça lui avait même fait brader son cul. Pas de quoi être bien fière, une fois de plus. En gros, c'était tout.

-En gros c'est tout, fit-elle.

Lucrécya reposa les yeux sur l'assiette de frites, qui avait diminué pendant le long récit qu'elle venait de faire. Elle poussa un soupir, et releva les yeux, vers la Zêta qui la fixait. Quitte à assumer ses merdes, autant les assumer en face :

-J'ai rien fait de bon, j'ai blessé Marcus paske j'ai pas été foutu de lui expliquer ce que je ressentais, je t'ai blessé toi paske j'ai pas été foutue de t'expliquer quoique ce soit, et même quand j'ai décidé d'arrêter de faire de la merde, j'en ai fait quand même. Mais bon, personne n'est parfait, j'imagine...

-J'avais aucune idée de tout ça... murmura la métisse, le regard triste.

Lulu haussa les épaules :

-C'était ma faute. On s'était promis de tout se dire, et j'ai rien dit ! On se l'était promis ! Tu te rappelles ? Notre serment des BFF ! Je l'ai jeté comme un veracrasse avarié !

-C'est pas grave... tenta Mali.

Mais Lulu ouvrit des yeux ronds :

-Pas grave ? PAS GRAVE ?! J'AI BRISÉ LE SERMENT DES BFF !!! C'est encore plus impardonnable que si j'avais avada-kadavrisé Lestrange !

La Zêta ouvrit à son tour grand les yeux :

-Euuuh... peut-être pas ?

-...mouais, bon, ok, peut-être pas, admit de mauvaise grâce la batteuse. Mais, ce que je veux dire, c'est que... c'était ma faute. Tu pouvais pas deviner, et je le savais que tu pouvais pas deviner, mais je t'en voulais de pas pouvoir deviner. Et je savais que c'était con. Je t'en voulais pas à toi en fait, c'était... comment qu'on dit... un dérivateur ?

-Un dérivatif.

-Ouaip, comme tu l'dis. J'ai laissé les choses pourrir sur place, alors qu'en une demi-seconde au miroir à double sens avec toi, ça aurait été réglé. T'es ma bestah, Malicia. Je préfère franchement qu'on oublie tout ce bordel. Pas toi ?

Les deux amies se sourirent, et Lulu reprit :

-Et toi ? Qu'est-ce qui s'est passé pour toi ?

Malicia se redressa, nerveuse. Lucrécya ne lui laissa pas l'occasion de répondre, et lui agita aussitôt sous le nez une main qui aurait pu paraître un brin menaçante, si une frite molle ne s'agitait pas au bout :

-Et me dit pas qui s'est rien passé ou des foutaises comme ça, hein ! renchérit la batteuse. Parce que j'te connais, y'a un truc ! Alors déballe ton sac ! Brise pas le serment des BFF !!! BRISE PAS LE SERMENT !





Mes RPs du Moment !


Les Nouvelles Exploratrices, avec Malicia McGuire

Welcome to Motel Alabama, avec Isaac O'Callaghan

Like a broomstick in the wind, avec Enola Powell et tous ceux qui le veulent !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2HBEB


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Occultes
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 182
avatar
Malicia McGuire

Messages : 3443

Double Compte : Aucun !
Situation Amoureuse : Chaotique !

Filière : Sciences Occultes

Sorts Connus : Aguamenti,
Assurdiato,
Batrasempra,
Calmos Pacificatum,
Confundo,
Defodio,
Episkey,
Failamalle,
Ferula,
Gemino,
Impervius,
Incarcerem/Lashlabask,
Oubliettes,
Periculo Pugno
Portus,
Protego,
Protéiforme,
Tarentallegra,
Purée de pois,
Furunculus,
Mucus ad nauseam,
Duro,
Amplificatum,
Revigoré,
Elasticus

Inventaire : Chocolats Cépamoi (x5)
Essence de dictame (x5),
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Philtre de Requinquance (x5),
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Potion Tue-loup,
Rapeltout,
Tequila Magouillita,
Potion contraceptive
MessageSujet: Re: Broken Mirror   Dim 26 Mar 2017 - 22:09

Malicia regarda Lulu quelques secondes. Elle essaya de déglutir pour faire passer la boule d'appréhension qui s'était fichée dans sa gorge. Rien à faire. Elle savait qu'elle devait parler. Elle avait besoin de parler. Pourquoi aurait-elle contacté Lulu sinon ?

Pourtant elle, hésitait. Lulu avait eu tellement de problèmes. Elle avait enduré tellement de choses difficiles. Et Mali avait honte de ne pas avoir été là. De pas avoir insisté pour savoir ce qui arrivait à sa meilleure amie. Elle ne voulait pas lui rajouter ses propres problèmes. Elle n'avait pas été suffisamment forte pour la soutenir. Peut-être que si elle avait été là, les choses auraient été différentes...

...ou pas. Mali avait appris à la dure que quand on s'écroule, on ne peut pas se relever. Pas avant d'être vraiment tombée. Le plus bas possible. C'était quelque chose qu'on pouvait faire que seule. Elle le savait bien, parce que c'est ce qu'elle avait elle-même fait ces derniers mois. Tous ces mois à essayer de surnager, à essayer de s'accrocher à ce qu'elle était avant. Tous ces mois à faire semblant de ne pas tomber. Tout ça pour se faire encore plus mal. Tout ça pour finalement blesser tous ceux qui l'aimaient, comme une fichue bombe à retardement.

Mali ne voulait plus blesser personne. Et surtout pas Lulu. Mais si elle ne disait rien, est-ce que ça ne serait pas pire ?

La métisse remarqua qu'elle torturait une pauvre serviette en papier entre ses doigts. Elle tremblait comme une feuille.

-Je...je vais pas bien, Lulu.

Mali n'osait pas lever les yeux.

-Je suis malade.

Elle se remit à déchiqueter sa serviettes en petits morceaux sans trop savoir comment continuer. La voix de sa meilleure amie brisa le silence :

-Qu'est-ce que tu veux dire ?

-Tu te rappelles de mon anniversaire ? Tu te rappelles de ce que Myo a fait ?

-Ouais ?

Malicia essaya de prendre une grosse inspiration :

-Quelques jours après m'être réveillée, je me suis rendue compte que j'avais changé. Je n'arrivais plus à lancer de sorts, même des faciles. Je n'arrivais plus à me reposer, plus à penser tranquillement. Et un soir, mon visage s'est mis à changer. Comme si je n'avais plus de visage. Comme si j'en avais mille.

De grosses larmes se pointèrent aux bords de ses yeux, mais elle les essuya avant qu'elles ne se fracassent contre la table.

-Au départ, j'en ai parlé à personne. Mais comme ça devenait incontrôlable, j'ai consulté. On m'a dit que le sort de Myo avait réveillé de vieux restes de métamorphomagie en moi. Ils ont essayé de canaliser ça, mais ça a continué à grandir en moi et maintenant... je... je sais plus quoi faire.

Mali secoua la tête :

-C'est lié à ce que je ressens. Ca se nourrit de ce que je ressens. Ca m'épuise et je sais plus qui je suis. J'ai l'impression de devenir complètement tarée. Mes parents veulent m'enfermer à Ste Mangouste. Ils ont peur de moi. Et Darius... Il veut m'aider mais... c'est beaucoup trop, je peux pas lui demander plus. Je suis déjà en train de détruire le peu qu'on a. J'ai envie de hurler, tout le temps. Je suis à fleur de peau en permanence, mille fois plus qu'avant. Je contrôle plus rien. Je...

La métisse releva les yeux. Elle avait plus la force de continuer :

-J'ai décidé de quitter la WoW. J'ai plus ma place ici et je le sais. La seule chose que je voulais, avant de m'en aller, c'est te voir.

La main de Mali chercha celle de son amie :

-Je voulais te dire au revoir.





Mes RPs du Moment !


Broken Mirror, avec Lucrécya Rincevent

Days before you came, avec Darius Lestrange

Ceci n'est pas un bizutage, avec Isaac O'Callaghan

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2RvWE


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sports Sorciers
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 262
avatar
Lucrécya Rincevent

Messages : 3530

Double Compte : Augustus Kane
Situation Amoureuse : cachez vos mecs, les morues : chuis à nouveau célib !

Filière : Aurorologie

Sorts Connus :
Accio,
Aguamenti,
Amplificatum/Reducto,
Animagus,
Calmos Pacificatum,
Confringo,
Contusionus Encontusiono,
Cucurcelerum
Defodio,
Episkey,
Folloreille,
Gemino
Incarcerem,
Inflammarae,
Lashlabask,
Locomotor,
Multicofors,
Nauséis,
Periculo Pugno,
Repulso,
Revigor,
Rictusempra,
Sonorus,
Spero Patronum,
Subcingulus

Inventaire :
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x3),
Horloge des Familles,
Pommade Pommadante Grégoire,
Lait de Poule du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouillita (x4)
Potion de Requinquance (x2)
MessageSujet: Re: Broken Mirror   Mer 12 Avr 2017 - 18:46

Lucrécya sentit ses yeux la picoter. De plus en plus, au fur et à mesure du récit de Malicia.

C'était pas normal. Ca lui arrivait jamais, d'habitude. Lulu était forte, plus que quiconque. Forte, et pas mièvre pour une mornille. C'était pas une gonzesse, elle. Elle ne chialait pas pour un oui ou pour un non. Elle... oh bordel.

Elle ferma les yeux et prit une longue inspiration, pour retenir les larmes qui bordaient ses paupières. Et qui ne couleraient pas plus bas.

C'était pas normal, crénom d'un balai ; et c'était pas peu dire ! Dans l'éventail des émotions négatives possibles chez Lulu, il y avait cinquante-trois sortes de colère différentes, qu'elle connaissait bien et avec lesquelles elle vivait quotidiennement. En poussant un peu, elle savait qu'il y avait aussi la honte, avec probabilité d'averses de dégoût de soi, même si c'était rare qu'elle se l'admette frontalement, comme tout à l'heure.

Mais les pleurs ?!

Pleurer, c'était quand on riait tellement que les larmes coulaient toute seule. Ou qu'on se forçait parce qu'on voulait attendrir le policier magique bedonnant qui venait de vous arrêter pour une de vos conneries d'ado. Ou, en toute dernier recours, lorsqu'on venait tout juste de jercler l'amour de sa vie et qu'on était bien certaine que personne, PERSONNE ne pouvait vous voir.

Mais là, elle se sentait tellement triste !... Et ça la plongeait dans un désarroi, auquel s'ajoutait l'incompréhension. Parce que ces larmes qu'elle retenait de toutes ses forces n'étaient pas pour elle, mais pour Malicia.

Lucrécya aurait préféré être dans une rage noire, contre Grandipouffe qui décidément était souvent citée quand on cherchait des causes à leurs malheurs. Ou trouver une inspiration divine et trouver le remède miracle qui guérirait définitivement la Zêta.

Mais elle était juste triste.

Elle prit une longue inspiration, et décida de se reprendre. Parce que ça ne tenait qu'à elle. Et parce que s'effondrer comme une chiffe molle n'aiderait en rien la métisse.

-Tu vas partir... quand exactement ? demanda-t-elle, une fois qu'elle se fut calmée au mieux.

Malicia, un brin mélancolique, ébaucha un bref haussement d'épaules :

-Je ne sais pas. Le plus tôt possible. Probablement demain, à la première heure.

Le visage de Lulu s'éclaira d'un grand sourire :

-Alors c'est parfait !

Mali ne s'attendait à l'évidence pas à une telle réaction de sa meilleure amie. Elle écarquilla les yeux, stupéfaite :

-...Parfait ?

-Oh que ouais, comme j'te le dis ! Paske ça nous laisse une aprem entière entre bestahs pour nous éclater et oublier toutes ces merdes dans nos vies ! Ben quoi, tu croyais quand même pas que j'allais laisser se carapater la meilleure amie que j'ai jamais eue, comme ça, sans marquer le coup ?

Les lèvres de Mali tremblèrent brièvement.

-Oh Lustucru !

-Ben fais pas cette tête ! Ca te dit pas une aprem de bestahs ou quoi ?

-Tu sais bien que si !

Lucrécya leva les bras, victorieuse :

-Alors c'est réglé ! On va faire tout ce qu'on aimait faire avant ! Genre essayer plein de robes super chères chez Tissard & Brodette pour finalement n'en prendre aucune ! Tout en prenant de haut ces teupus de vendeuses avec un balai dans le derche !

-Ou acheter pour un mois de réserves de chocolat Honeybukes et tout manger en moins cinq minutes ! renchérit Malicia, les yeux brillants.

-Grave ! Ou se vider un paquet entier de dragées Bertie Crochue dans le gosier pour voir laquelle tient le plus longtemps sans en recracher !

Mali hocha la tête :

-Et tu te rappelles quand on allait au cinérama, voir LA picturine à la mode, et qu'on se faisait sortir tellement on commentait tout à voix haute et qu'on ragotait pendant ? On pourrait refaire ça !

-Un peu qu'on peut ! pouffa la petite batteuse. Attends, je vais tout écrire pour qu'on oublie rien !

Elle sortit une plume de sa poche, et, la langue sortie, elle s'appliqua à écrire toutes les idées qui leurs venaient à l'esprit, sur une serviette en papier. Les rires enthousiasmes se tarirent peu à peu, alors que les deux jeunes femmes réfléchissaient aux activités possibles pour leur journée ensemble.

-Dis Mali... fit finalement Lucrécya, le regard fuyant, l'air de rien.

-Oui ?

-Je voulais dire, euh... C'est pas parce que je suis, genre, loin de toi que chuis plus ta meilleure amie, tout ça.

Malicia sourit, attendrie.

-Je sais. C'est pareil pour moi.

La petite brune se sentit toute émue ; mais elle ne voulut pas s'étendre sur ce moment de sensibleries. Aussi elle rebaissa prestement la tête sur sa liste, et, cachée sous sa frange, elle décréta de sa voix éraillée :

-On pourrait aussi faire des trucs qu'on a toujours dit qu'on ferait, mais qu'on a jamais pris le temps pour ! Genre attraper et chevaucher une licorne radioactive !

-Oh ! s'enthousiasma la métisse aux cheveux courts. Et envoyer une bombabouse dans le bureau du Doyen ! J'y tiens beaucoup !

-S'acheter des sous-vêtements assortis, et les mettre sur le champs !

-Faire un dernier numéro pour le Magyar Déchaîné et y mettre que du n'importe quoi, comme le ferait Griselda ! Genre, une invasion de Zarzoxx de la planète Xanthar !

-Ouais ! s'enthousiasma Lulu. Et frapper sur les boîtes aux lettres des crétins dont la tronche nous revient pas à coups de batte !

-On a jamais dit qu'on ferait ça...

-Peut-être... Mais moi je le fais souvent, avoua l'AAA. Et ça défoule, c'est dingue ! Faut trop que t'essayes ! Je te prête ma Séraphine, t'inquiète !

D'un geste machinal, Lulu baissa le bras, pour trouver sa batte, qu'elle accrochait sempiternellement à la ceinture de n'importe laquelle de ses tenues. Mais, cette fois-ci, ses doigts nerveux se refermèrent sur le vide.

-Crénom d'un balai ! pesta-t-elle, les sourcils froncés.

-Qu'est-ce qu'il y a ? s'enquit sa bestah Zêta.

-Séraphine ! Je l'ai pas !

-Tu l'as perdue ?

-Nah, je l'avais hier soir, donc j'ai juste du l'oublier dans... oh merde...

Lucrécya pâlit légèrement, et sa voix rocailleuse se mua en un souffle horrifié :

-...J'l'ai oublié dans la chambre d'Archiwald de Winchester...





Mes RPs du Moment !


Les Nouvelles Exploratrices, avec Malicia McGuire

Welcome to Motel Alabama, avec Isaac O'Callaghan

Like a broomstick in the wind, avec Enola Powell et tous ceux qui le veulent !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2HBEB


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Occultes
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 182
avatar
Malicia McGuire

Messages : 3443

Double Compte : Aucun !
Situation Amoureuse : Chaotique !

Filière : Sciences Occultes

Sorts Connus : Aguamenti,
Assurdiato,
Batrasempra,
Calmos Pacificatum,
Confundo,
Defodio,
Episkey,
Failamalle,
Ferula,
Gemino,
Impervius,
Incarcerem/Lashlabask,
Oubliettes,
Periculo Pugno
Portus,
Protego,
Protéiforme,
Tarentallegra,
Purée de pois,
Furunculus,
Mucus ad nauseam,
Duro,
Amplificatum,
Revigoré,
Elasticus

Inventaire : Chocolats Cépamoi (x5)
Essence de dictame (x5),
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Philtre de Requinquance (x5),
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Potion Tue-loup,
Rapeltout,
Tequila Magouillita,
Potion contraceptive
MessageSujet: Re: Broken Mirror   Jeu 4 Mai 2017 - 22:45

Quand Mali était sortie de sa torpeur ce matin, quand elle avait décidé d'enfin agir, elle avait imaginé la journée qu'elle allait vivre. Sa dernière journée à la WoW. Sa toute dernière journée en tant que sorcière, en tant qu'amie, en tant qu'amoureuse.

Elle s'était vue sortir de chez elle, atteindre le McGo et affronter le regard de sa meilleure amie. Elle avait espéré qu'elles puissent enfin parler, vider leur sac, mettre, enfin, le mot "fin" sur cette période merdique où elles s'étaient ignorées, sans trop savoir pourquoi. Elle avait espéré que ça ne lui fasse pas trop mal. Oui, elle avait imaginé tout plein de choses, jusqu'aux phrases qu'elle dirait à Lulu, aux mots que son amie lui répondrait, à sa réaction quand elle apprendrait son secret. Mais si il y avait bien quelque chose qu'elle n'avait pas vu venir, c'est qu'elle devrait aller chez le chef des alphas, pour chercher la batte de Lulu. Pour défoncer des boîtes aux lettres. Des boîtes aux lettres de crétins.

Mali marchait dans le quartier huppé de la Wow. A côté de Lulu. Elle était rouge tomate. Bon ok : elleS étaiENT rouges tomates. Et sûrement pour la même raison :

-Euuuuuh... commença la métisse en balbutiant un peu. Et donc...

-Ouais ?

-Pourquoi, euh...

-Pourquoi quoi ?

-Pourquoi.. euh... quoi quoi ?

La voix de Mali venait de fuser dans les aigus. Lulu osait pas trop la regarder dans les yeux non plus :

-Pourquoi que tu me demandes pourquoi ? souffla-t-elle.

-J'ai pas demandé pourquoi ! bondit Mali, rouge de honte.

-Bah si ! T'as demandé pourquoi !

-Moi ? Non, non ! J'ai pas demandé pourquoi ! se défendit Mali en agitant les mains.

-Pourquoi ?

-Pourquoi ?

-T'aurais le droit de demander.

-Quoi ?

-Pourquoi.

-Pourquoi ?

-Pourquoi quoi ?

-Pourquoi j'aurais le droit de demander pourquoi ?

-Et pourquoi t'aurais pas le droit de demander... ?

-Pourquoi ou pourquoi quoi ?

Lulu ouvrit des yeux ronds comme des billes :

-Crénom d'un balai, j'suis perdue, là.

-Ok, alors vaut mieux que je pose la question.

-Ok.

-Ok...

Mali fit mine de s'intéresser aux jolies maisons autour d'elle, et à leurs jardinets bien entretenus. Elle finit par demander :

-Pourquoi elle est chez Archiwald de Winchester, Séraphine ?

-Parce que j'lai pécho.

-Hein ?!

-Parce que j'lai pécho.

-HEIN ?!

-J'AI PECHO ARCHIE DE WINCHESTER ! beugla Lulu.

-Pourquoi tu l'cries ?! fit Mali, les yeux ronds.

-Parce que t'entends rien ! s'énerva sa meilleure amie.

-Mais j'avais entendu quand tu l'as dit la première fois, Lustucru... glissa timidement la métisse.

-Aaah... ok.

Lucrécya regarda autour d'elle, en espérant visiblement bien fort que personne dans le voisinage n'avait entendu ce qu'elle venait de dire.

-Viens on marche plus vite.

Les deux filles accélérèrent le pas dans les belles allées toutes propres. Mali profita de ce moment de silence gêné pour réfléchir un peu. A vrai dire elle connaissait pas vraiment le chef des alphas. A en croire Darius, c'était le roi des crétins. Bon ok, aux yeux de Darius, tout le monde était le roi des crétins. Mais là, elle avait bien envie de croire son petit ami : c'était un grand mec très prétentieux habillé en velours rouge, toujours suivi par trois ou quatre grands mecs très prétentieux habillés en velours rouge. Qui lui servaient des trucs. Sur des coussins en velours rouge très prétentieux. Cela dit, chacun des chef de fraternité avait une tendance à exagérer un peu au niveau "leadership", chacun à sa façon. Rien que chez les zêtas, Perry avait un melon pas possible. Ca et un droit de veto sur tout ce qu'elles portaient et mangeaient au petit déjeuner.

-Et sinon, il est sympa, ce gars ? demanda-t-elle, pour détendre l'atmosphère.

Lulu jaugea sa question et haussa les épaules :

-Non, c'est un crétin.

-Ouais, c'est ce que j'ai entendu dire.

Mali hésita quelques secondes avant de reprendre :

-Dis Lustucru, Séraphine, tu l'as pas... euh... j'veux dire utilisée pendant...euh...

Lulu grimaça :

-Hein ? Non ! Dégueu !

La métisse bondit :

-Non, j'demandais juste au cas, où ça serait moi qui l'a trouverait et que..  

-Non ! Non non non ! Crénom d'un balai, non !

-Ok ! Ok !

Lulu se mit brusquement à rigoler.

-Et depuis quand tu réflexionnes des trucs comme ça, toi ?

-Hein ? Euh... ben..

Mali rougit de la tête aux pieds :

-Depuis que j'ai pécho Darius ?

-Hein ?

-J'ai pécho Darius.

-HEIN ?!

-J'AI PECHO DARIUS !

Lucrécya éclata de rire :

-J'avais entendu la première fois ! ricana-t-elle.

Mali ouvrit grand la bouche, ahurie avant de lâcher, en fermant bien fort les paupières :

-Ok, je l'ai mérité. couina-t-elle.

Elle rigola, elle aussi. Ca faisait bizarre. Parce qu'elle avait pas vraiment eu beaucoup d'occasions de rigoler, ces temps-ci.

Les deux se rapprochèrent de la plus grande maison du quartier. Un pavillon qui avait l'air plaqué or, tellement il brillait. Le genre prétentieux et probablement rempli de coussins en velours rouge. Elles s'arrêtèrent et regardèrent le grand bâtiment :

-Bon... On s'y prend comment ? demanda la zeta.





Mes RPs du Moment !


Broken Mirror, avec Lucrécya Rincevent

Days before you came, avec Darius Lestrange

Ceci n'est pas un bizutage, avec Isaac O'Callaghan

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2RvWE


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sports Sorciers
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 262
avatar
Lucrécya Rincevent

Messages : 3530

Double Compte : Augustus Kane
Situation Amoureuse : cachez vos mecs, les morues : chuis à nouveau célib !

Filière : Aurorologie

Sorts Connus :
Accio,
Aguamenti,
Amplificatum/Reducto,
Animagus,
Calmos Pacificatum,
Confringo,
Contusionus Encontusiono,
Cucurcelerum
Defodio,
Episkey,
Folloreille,
Gemino
Incarcerem,
Inflammarae,
Lashlabask,
Locomotor,
Multicofors,
Nauséis,
Periculo Pugno,
Repulso,
Revigor,
Rictusempra,
Sonorus,
Spero Patronum,
Subcingulus

Inventaire :
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x3),
Horloge des Familles,
Pommade Pommadante Grégoire,
Lait de Poule du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouillita (x4)
Potion de Requinquance (x2)
MessageSujet: Re: Broken Mirror   Mar 9 Mai 2017 - 22:01

Le manoir d'Archiwald de Winchester était une caricature de maison de bourge. Tout y avait l'air inutilement cher. TOUT. Les pierres des murs, les lierres grimpants recouverts de fleurs rares, la fontaine virevoltante devant l'entrée, les topiaires en forme d'animaux fantastiques, la poignée de porte... Même les petits cailloux qui crissaient sous la botte cloutée de Lucrécya resplendissaient comme de jolis diamants qu'ils n'étaient pourtant pas.

Lulu, elle, resplendissait pas. Elle faisait même passablement la tronche, et plus elle avançait vers le lieu de son forfait de la nuit dernière, plus elle devenait grognon. Et honteuse. Mais principalement grognon.

Malicia, qui la connaissait bien, lui posa une main amicale sur l'épaule :

-On devrait peut-être simplement frapper à la porte, histoire d'en finir au plus vite.

-Mmh, chus pas sûre de...

Lucrécya se figea soudain : la porte d'entrée venait de s'ouvrir. Instinctivement, elle prit le bras de sa bestah, et bondit se cacher avec elle derrière un gigantesque buisson taillé en forme de dragon ventru. Poussées par la curiosité, les deux amies allongèrent leur cou, pour assister à la scène qu'elles venaient de fuir.

Archiwald de Winchester surgit de derrière la double porte, comme un roi faisant une apparition publique. Il manquait juste les joueurs de trompette qui le précédaient, pour parfaire le tableau... mais vu la tronche vantarde du gars, il devait probablement les entendre, dans sa tête. Il fit quelque pas sur le perron, et leva le menton. Sa mine incroyablement satisfaite de lui-même se mariait à merveille avec son affreuse mèche gominée, et avec son veston en velours rouge ringardos.

-Diable, mais hâtez-vous donc ! siffla-t-il en jetant une œillade irritée derrière lui. Nous avons fort à préparer pour la réunion de tantôt !

-Oui, Archiwald !

-Nous arrivons, Archiwald !

Deux AAA, qui auraient pu être des clones l'un de l'autre, coururent à la suite de leur chef, engoncés dans des habits qui tentaient piteusement d'imiter le style monarchique d'Archie.
Ce dernier releva fièrement le menton. Il agita sa baguette, ce qui verrouilla la double-porte du manoir, et prit la tête de la marche, le regard perçant l'horizon.

Malicia ne put s'empêcher de pouffer :

-Pfff, du velours rouge... Pas besoin de lire Vague pour savoir que c'est tellement has been...

Et, alors que Lulu hochait la tête pour acquiescer, la Zêta rajouta :

-Roh mais attends, c'est ta chance ! Si tu vas lui demander gentiment Séraphine, il te la rendra sans rien dire ! Non ?

La brunette se renfrogna :

-Nan.

-Pourquoi ? s'étonna Malicia. Tu crois qu'il refuserait ? T'as fait quelque chose qui lui as déplu ?

Lucrécya considéra sa meilleure amie, le sourcil relevé.

-Heing ? Comment ça ?

-Oui, je veux dire, pendant que vous... que vous... que tu l'as pécho ! Tu l'aurais pas malencontreusement frappé ? Ou mordu sa fesse droite jusqu'au sang ? Ou attaché au lit et fouetté avec une fourchette en étant déguisée en Détraqueur ?

Passé la surprise première, Lucrécya se mit à ricaner grassement.

-Mali, Lestrange t'as totalement pervertie !

-P... pas du tout ! bégaya la métisse rougissante.

Lulu fit un geste de la main, pour balayer l'idée :

-Tu m'connais, chus pas la beubon de l'année pour rien ! J'ai rien fait pour lui déplaire, à ce péteux gominé, au contraire. En plus il est genre méga-fan de moi !

Elle se renfrogna subitement, et grommela dans la barbe qu'elle n'avait pas :

-J'ai juste pas envie de revoir cette tête de fion. Encore moins d'lui demander un service.

-Je comprends.

Les deux filles attendirent que le chef des Alpha Alpha Alpha et ses sbires aient disparu, avant de sortir de leur cachette buissonnante.

-Alors comment on entre ? demanda Malicia, en jaugeant les alentours. Il t'aurait pas donné un double des clés, par hasa... HIII !

La malheureuse Zêta sursauta : un gigantesque caillou venait de fuser à quelques centimètres de sa tête, avant de finir sa course avec fracas dans une des vitres du manoir.

-Oupsie, ironisa Lulu en souriant. J'ai abîmé sa jolie maison !

Sa longue baguette à la main, elle repoussa les bouts coupants de la fenêtre brisée d'un Repulso, et passa à travers en un bond. Puis elle se retourna, et aida son amie à passer à son tour.

-Viens, fit-elle à voix basse, la chambre est par là.

Après avoir traversé, sur la pointe des pieds, un long corridor luxueux recouvert de tableaux de maître, nos deux amies déboulèrent dans ladite chambre.

C'était une vaste pièce aux murs rouge bordeaux, surchargée. Meubles d'époque Renaissance, piano à queue, rideaux épais qui filtraient à peine la lumière, bibelots brillants trop kitsch pour être dignes d'être volés : tout était TROP. Au milieu de cette lourde décoration, trônait un immense lit à baldaquin d'un autre temps, dont les parures et les draps, en soie, étaient eux aussi rouge vin.

La métisse aux cheveux courts soupira, visiblement en désaccord avec la déco :

-Oh la la...

-Ouaich, j'te le fais pas dire, renchérit Lulu, blasée.

Puis, sans plus de cérémonie, elle se mit à farfouiller partout. Elle prit un cadre posé sur un buffet, et ricana devant.

-Regarde-moi ça ! gloussa-t-elle, en tendant la photographie à Malicia. ''Moi et Mamie à Buckingham''. Est-ce qu'on peut faire plus ringardos ?

Mali écarquilla les yeux : sur le cliché, Archie et son inimitable petit air prétentieux, se tenait droit, devant un fauteuil d'époque où était assise une vieille dame. Cette dernière, le sourire digne et énigmatique, portait une robe jaune poussin criard, assortie à son chapeau jaune poussin criard.

-Oh mon Dieu ! C'est elle sa mamie ?!

-Ouais, hein ! pouffa Lucrécya. Ringardoooos !

-C'est pas la reine ?! s'exclama la Zêta, éberluée.

Lulu marqua une pause. Avant de froncer les sourcils :

-Quelle reine ?

-Ben, LA reine, quoi !

-LA reine ? répéta Lulu sans comprendre.

-LA reine ! insista Mali.

-Euh...

- D'Angleterre ! La Reine des Moldus et des Sorciers de tout le Royaume Uni ! Notre reine, quoi !

-Ooooh ! fit Lulu, comprenant enfin. C'est pour ça qu'elle me disait quequ'chose, la vioque...

Elle haussa les épaules, comme si tout ça n'avait pas la moindre importance, puis bazarda le portrait au dessus de son épaule. Sans plus d'émotions, elle poursuivit ses recherches.

Au bout d'un long moment, alors que Lulu avait la tête plongée dans une des nombreuses commodes rococos de la pièce, Malicia s'écria :

-Oh ! Je vois Séraphine ! Elle a roulé sous le lit !

Elle se pencha pour ramasser l'objet... et s'arrêta soudain. Elle hésita, grimaçante, tira sur sa manche, et prit la batte à l'aide du vêtement, de façon à ne pas la toucher directement.

-C'est bon, on peut y aller ! clama-t-elle, en se redressant.

-Ouais, ouais.

Voyant que la brunette poursuivait ses fouilles assidues, la métisse s'approcha d'elle, suspicieuse.

-Bah, tu fais quoi ?

-Je... cherche ma batte ?

-Au fin fond d'un tiroir ?

-On sait jamais ?

-Alors que je viens de te dire que je l'ai retrouvée ?

-Euh...moui ? fit l'AAA avec une mauvaise foi manifeste.

Elle croisa le regard de Mali, et soupira :

-Bah quoi, il s'est plus éclaté que moi cette nuit. Ça vaut bien une p'tite compensation, nan !

Sa BFF ne put s'empêcher de sourire.

-C'est une façon de voir les choses...

-De toutes façons, je trouve rien à part des slips en soie. C'est nullos. Il a vraiment des goût de chiottes, ce pauvre gus.

Lucrécya referma le tiroir qu'elle tripatouillait d'un coup de pied rageur, qui fit trembler tout le meuble. Cela entraîna la chute d'un petit carnet en cuir relié, qui s'ouvrit aux pieds de la petite batteuse, révélant deux pages recouvertes d'une fine écriture.

Les deux jeune femmes se penchèrent dessus, curieuses. Malicia fut la première à froncer les sourcils :

-Mais, mais... mais ! Qu'est-ce que c'est que ça ?!





Mes RPs du Moment !


Les Nouvelles Exploratrices, avec Malicia McGuire

Welcome to Motel Alabama, avec Isaac O'Callaghan

Like a broomstick in the wind, avec Enola Powell et tous ceux qui le veulent !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2HBEB


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Occultes
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 182
avatar
Malicia McGuire

Messages : 3443

Double Compte : Aucun !
Situation Amoureuse : Chaotique !

Filière : Sciences Occultes

Sorts Connus : Aguamenti,
Assurdiato,
Batrasempra,
Calmos Pacificatum,
Confundo,
Defodio,
Episkey,
Failamalle,
Ferula,
Gemino,
Impervius,
Incarcerem/Lashlabask,
Oubliettes,
Periculo Pugno
Portus,
Protego,
Protéiforme,
Tarentallegra,
Purée de pois,
Furunculus,
Mucus ad nauseam,
Duro,
Amplificatum,
Revigoré,
Elasticus

Inventaire : Chocolats Cépamoi (x5)
Essence de dictame (x5),
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Philtre de Requinquance (x5),
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Potion Tue-loup,
Rapeltout,
Tequila Magouillita,
Potion contraceptive
MessageSujet: Re: Broken Mirror   Dim 11 Juin 2017 - 22:51

Mali savait quand elle avait un scoop, et pas qu'un peu : elle l'avait su quand elle avait découvert que la FNUC faisait travailler illégalement des licornes. Elle l'avait su quand elle avait découvert que Mr Le Chat faisait de la contrebande de croquettes avariées dans la Grande Bibliothèque. Elle l'avait su aussi quand elle avait projeté les fesses du doyen et de Myo Grandiflore en HD sur l'immeuble administratif. Alors quand elle avait ouvert le carnet que Lulu avait trouvé, elle avait pas douté une seule seconde. Ce truc-là, c'était un scoop. Et pas un petit. Rien qu'à toucher la couverture, Mali sentait de l'électricité au bout de ses doigts.

Ca faisait longtemps qu'elle avait pas ressenti ça. Ces derniers mois, elle avait été comme engourdie. Elle s'était sentie tellement mal qu'elle avait oublié ce que ça faisait de penser à autre chose qu'à sa douleur. Est-ce que c'était parce qu'elle avait Lulu à côté d'elle ? Parce qu'elle savait que c'était la dernière fois qu'elle la verrait ? La dernière fois qu'elles partageaient quelque chose ensemble ? Elle savait pas, mais ça faisait un bien fou !

-"Moi, Archiwald de Winchester, IIIe du nom, m'octroie par la présente droit de vie ou de mort sur mes sujets alpha." lut-elle avant d'écarquiller les yeux. Oh mon dieu, oh mon dieu, oh mon dieu...

Lulu se pencha elle aussi sur la feuille :

-"Je décrète que la fraternité m'est désormais assujettie corps et biens et ôte à mes sujets le droit de vote conféré par ses anciens chefs, ma place m'ayant été octroyée par droit divin."

Elle releva les yeux :

-C'est moi ou ça craint grave ce machin ?

-Oh mon dieu, oh mon dieu, oh mon dieu... répétait la zeta, les yeux horrifiés.

Sa bestah pencha le carnet sur le côté et souffla :

-Ca veut dire quoi "décréter" ? Et "assujettie" ? Et "conféré" ? Et "octroyé" ? Et c'est quoi ce machin chelou, le droit divin ? Ca parle de quoi, de picole ? Il veut supprimer notre droit de picoler ?

Mali tira le carnet vers elle :

-"Qu'il soit connu de tous que désormais, mes sujets seront soumis à l'impôt de havage"

Lulu fronça les narines :

-Je sais pas ce que c'est, mais ça me plaît pas bien cette histoire de Havane..

-Attends, c'est pas fini.... La stoppa la zeta en tournant la page du carnet : "J'aurais désormais droit de cuissage sur TOUTES les jeunes femmes de ma fraternité et ce sitôt qu'elles auront passé leur bizutage". poursuivit-elle.

Elle continua de feuilleter le carnet :

-Et il y a encore des pages et des pages de règles comme ça...

-Pourquoi il veut le droit de reluquer nos cuisses, ce bargeot ?! grimaça sa bestah.

La métisse grimaça et hésita au fur et à mesure qu'elle rougissait :

-Non, il veut pas reluquer vos cuisses, Luluchou... Il... enfin si, il veut les reluquer mais... euh....enfin... Rha, zut !

Elle rougit et chuchota à l'oreille de sa meilleure amie... qui devint rouge de colère :

-IL VEUT QUOI ?!

Mali sentait l'inquiétude monter en elle :

-Tu sais quoi Lulu ? Je crois que ton chef de fraternité, il va pas très bien dans sa tête...

-Et pas qu'un peu ! Si j'avais su qu'il était aussi barré, j'aurais jamais essayé de le pécho !

La métisse la regarda, étonnée et elle rougit :

-Enfin, j'ai pas essayé de le pécho hein, c'est lui qui a essayé ! Parce qu'il est grave fan de moi et tout et tout...

-Tu crois qu'il a écrit ça pour rire ? demanda la zeta. Il a peut-être pas l'intention d'appliquer ce truc...

Lulu haussa les épaules :

-Chais pas... C'est un gros pourri gâté. Le genre à prendre ses désirs pour des ordres.

-Mais s'il voulait faire passer un truc aussi gros dans ta fraternité, il y arriverait jamais seul, il...

Une feuille glissa du carnet et atterrit par terre. Lulu la ramassa :

-C'est une lettre.

Elle essaya de déchiffrer les pattes de mouches mais renonça et lui tendit le parchemin. Mali se concentra :

-C'est l'écriture de Perry, ma chef de frat... Elle dit... Elle dit qu'elle accepte l'offre d'Archiwald. Elle dit... que les autres chefs de frat sont aussi d'accord et qu'elle a hâte. Que ça promet d'être...

Elle releva la tête, toute pâle :

-... Explosif ? couina-t-elle.

-Crénom d'un balai... lâcha Lucrécya, qui commençait elle aussi à s'inquiéter. Et ce truc explosif... c'est pour quand ?

Mali se pencha à nouveau sur la lettre et resta interdite.

-Aujourd'hui. finit-elle par annoncer.





Mes RPs du Moment !


Broken Mirror, avec Lucrécya Rincevent

Days before you came, avec Darius Lestrange

Ceci n'est pas un bizutage, avec Isaac O'Callaghan

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2RvWE


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sports Sorciers
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 262
avatar
Lucrécya Rincevent

Messages : 3530

Double Compte : Augustus Kane
Situation Amoureuse : cachez vos mecs, les morues : chuis à nouveau célib !

Filière : Aurorologie

Sorts Connus :
Accio,
Aguamenti,
Amplificatum/Reducto,
Animagus,
Calmos Pacificatum,
Confringo,
Contusionus Encontusiono,
Cucurcelerum
Defodio,
Episkey,
Folloreille,
Gemino
Incarcerem,
Inflammarae,
Lashlabask,
Locomotor,
Multicofors,
Nauséis,
Periculo Pugno,
Repulso,
Revigor,
Rictusempra,
Sonorus,
Spero Patronum,
Subcingulus

Inventaire :
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x3),
Horloge des Familles,
Pommade Pommadante Grégoire,
Lait de Poule du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouillita (x4)
Potion de Requinquance (x2)
MessageSujet: Re: Broken Mirror   Sam 15 Juil 2017 - 13:57

-Comment t'sais que c'est ici ? renifla Lucrécya.

-Il y a quelques jours, j'avais reçu un hibou de Perry qui me conviait à une réunion Zêta de la plus haute importance, ici et maintenant, expliqua Malicia.

Les yeux de l'Alpha s'étrécirent :

-Rooooh mais maintenant que tu le dis... j'crois bien que ce couillon d'Archie m'en a parlé hier soi... euh... j'veux dire, un jour. Il a insisté pour que j'vienne, toussa. J'avais pas vraiment écouté, vu qu'les réunions chiantissimes c'pas mon truc...

Lulu poussa la porte de l'Amphi de Médicomagie... et fut surprise de le voir aussi bondée, un samedi. Apparemment, toute l'université avait été conviée à la réunion. Enfin, non, pas toute... mais sur les bancs de l'amphithéâtre, se mêlaient des Zêta Delta Nu, des Pi Alpha Fi, des Alpha Alpha Alpha, et même quelques Pi Omicron Pi.

Étrangement, aucun Gamma Phi Orties. Ceci dit, connaissant les clampins, ils devaient tous être en train de dormir et/ou de décuver quelque part.

Tout en scrutant la foule bavarde autour d'elles, Malicia et Lucrécya descendirent les marches qui menaient à la petite estrade en contrebas. C'était ce qui faisait d'habitude office de place du professeur, mais aujourd'hui, s'y tenaient des présidents de fraternité : la punkette Zêta aux cheveux roses Perry Wigworthy, le PAF plus musclé que malin Angus MacMalden, et, bien évidemment, l'ultra-gominé Archiwald de Winchester.

Comme il n'y avait plus de place assise, les deux amies se postèrent devant l'estrade, droites comme un piquet.

Archiwald, remarquant la présence de la petite batteuse, lui lança un sourire complice terriblement satisfait, qui fit grogner la jeune AAA.

C'est Perry Wigworthy qui avança la première, et déclara d'une voix forte et claire :

-Chers membres de fraternité, Nous autres, Présidents, avons remarqué ces derniers temps un relâchement de votre part. UN RELÂCHEMENT INACCEPTABLE !

-OUAIS ! s'enthousiasma MacMalden à ses côtés.

-Tout à fait, affirma le prétentieux de Winchester. Certains d'entre vous ne sont pour nous qu'une source de déception, et de...

Il fronça son nez de dégoût, et prononça du bout des lèvres :

-...déplaisir.

-OUAIS ! ponctua à nouveau le chef des PAF.

Archiwald plissa ses yeux de manière terriblement vaniteuse, et plaça ses bras dans son dos, le menton levé.

-Par conséquence, mes camarades Présidents et moi-même avons pris la liberté d'établir une liste de personnes déméritantes, tant par leur physique disgracieux qui gâchent nos réunions que par leurs esprits rebelles... Ces personnes-là sont dès à présent exclues de nos fraternités !

Archie agita sa baguette, et un long parchemin recouvert de noms se déplia devant lui, et roula jusqu'à ce que son extrémité saute en bas de l'estrade.

Quelques murmures firent frémir les rangs de l'amphi.

-Et ceux qui restent doivent se soumettre à notre bon vouloir ! s'écria Perry en levant le poing.

-OUAIS !

-Nous ne demandons pas grand chose, fit Archie, un sourire mauvais au coin des lèvres. Quelques impôts dont vous devrez impérativement vous acquitter. Et, bien évidemment, une obéissance totale envers vos Présidents.

-NOUS AVONS LES PLEINS POUVOIRS ! ET PERSONNE NE POURRA PLUS NOUS ARRÊTER ! exulta Perry.

-OUAIS ! répéta MacMalden.

Un murmure outré passa dans l'assemblée.
Malicia émit un raclement de gorge poli, et leva la main, bien haut.

-En fait... si.

-Nous on peut, ricana Lucrécya, à ses côtés.

Et sans attendre la moindre permission, les deux amies grimpèrent sur l'estrade, et s'avancèrent vers les trois présidents. Ces derniers se crispèrent. Archie semblait interloqué par la présence renégate de Lulu, Perry contenait sa rage en serrant ses poings, tandis que MacMalden se grattait la tête, et semblait se demander ce qui était en train de se passer.

Malicia se tourna vers tous les étudiants installés dans l'amphithéâtre :

-Qui est d'accord avec tout ça, sincèrement ?

-Ouais ! renchérit Lulu. On va quand même pas laisser à ces pauvres connards des droits de Havane, de cuissarde et de chaipakoi, hein !

La foule bouillonna, abondant dans le sens des deux amies.

-McGuire ! rugit Perry, en pointant la métisse d'un doigt rageur. Tu es la pire Zêta à être jamais entrée dans ma fraternité ! SOUMETS-TOI A MON AUTORITÉ OU JE FERAI DE TA VIE UN ENFER !

-Oui, si tu veux, soupira la jeune femme aux cheveux courts, sans grande émotion. Sauf que tu n'as aucun pouvoir sur moi. Ni sur aucune autre Zêta, en fait.

-JE SUIS LA PRÉSIDENTE DES ZÊTAS ! s'insurgea la punkette. J'AI TOUS LES POUVOIRS !

-Ouaip, fit Lulu, un gros sourire aux lèvres, les poings sur les hanches. Sauf que non. Mali, montre-lui !

La métisse brandit devant elle un gros bouquin à la couverture reliée, un poil couvert de poussière.

Archiwald arqua son sourcil :

-Que... qu'est-ce donc que cela ?!

Lulu haussa les épaules :

-Ouaaais, quand on a appris tout c'que vous aviez prévu, ça a rappelé un truc à Mali. Un truc important, qu'elle avait lu quéqu'part. Paske vous savez, Mali, c'est un putain de génie, et un gratiné ! Genre elle lit un truc, et des mois après elle s'en rappelle encore ! Du coup on est passé à la bibli, et elle a retrouvé le truc important dont elle s'est rappelé. C'est grosso merdo ça, hein Mali ?

-Tout à fait, acquiesça son amie. Et le ''truc'' dont parle Lulu, c'est juste la dernière version officielle du Règlement de la WoW University, qui date d'une petite vingtaine d'années. Vous la connaissez, chers présidents ?

Perry fit un pas en arrière, comme horrifiée ; Archiwald, derrière elle, pâlit subitement. Seul MacMalden continuait à se gratter la tête d'un air idiot.

Lucrécya ricana, et se tourna vers sa bestah :

-Roh, t'as vu ça ? On dirait qu'ils connaissent ! Chelouuuu ! Comme s'ils avaient fait exprès de pas le dire aux gens !

-C'est étrange, admit une Malicia ironique. Parce que s'ils connaissent effectivement ce Règlement, ils devraient pourtant savoir que...

Elle posa son gros livre sur le pupitre du professeur, l'ouvrit, et lut, face à l'assemblée :

-« XII.5, alinéa 1 : Les fraternités n'ont officiellement plus de président pour les représenter. »

Perry manqua de s'étrangler ; elle voulut se jeter sur Mali, mais Lucrécya la repoussa d'un coup de batte bien placé. Laissant Malicia poursuivre :

-« Alinéa 2 : Les membres de fraternité doivent prendre chaque décision en votant démocratiquement : la voix de chaque membre compte autant que celle de n'importe quel autre membre. »

Un grondement de colère surgit devant les filles, comme une vague.

-Ooooh, glapit Lulu en se penchant sur le volume. Maliiii ! Parle-leur de ma règle préférée !

-Ah oui ! Tu as raison Lustucru !

Malicia se racla la gorge, et récita :

-« XXI.1 : Toutes les fraternités sont officiellement MIXTES ! »

Plusieurs clameurs de surprise et de joie éclatèrent dans la foule. Ce qui n'empêcha pas la métisse de poursuivre :

-« XXI.2 : Tout refus d'intégrer un membre à une fraternité, sur le fondement de son origine, de son sexe, de sa situation de famille, de son apparence physique, de sa situation économique, de ses mœurs, de son orientation sexuelle, de son identité de genre, de son âge, de ses opinions politiques, de son appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation, une prétendue race ou une religion déterminée,
Constitue une discrimination punie par la Loi Sorcière. »

Malicia referma son livre d'un coup sec et tourna un regard complice à Lucrécya, qui affichait un gros sourire satisfait.

Tandis que tout autour d'elles, les étudiants laissaient éclater leurs sentiments, de joie comme de rage envers les trois présidents, qui désormais paraissaient bien piteux.





Mes RPs du Moment !


Les Nouvelles Exploratrices, avec Malicia McGuire

Welcome to Motel Alabama, avec Isaac O'Callaghan

Like a broomstick in the wind, avec Enola Powell et tous ceux qui le veulent !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2HBEB
 

Broken Mirror

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wizardry & Occult Witchcraft University :: RPG :: Avenue des Champs Z'Allons-Y :: Restaurants-