Image Image ImageAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 
Partagez | 
 

 Dream a little dream of me

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Sociales Sorcières
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 26
avatar
Augustus Kane

Messages : 51

Double Compte : Lucrécya Rincevent
Situation Amoureuse : Célibataire

Filière : Sciences Sociales Sorcières

Sorts Connus : Reparo
Repulso
Accio
Aguamenti

Inventaire : Potion Miracle du Bon Dr Magouille,
Manuel du bon petit vétérimage
MessageSujet: Dream a little dream of me   Mer 25 Jan 2017 - 21:36

Dream a little dream
of me
Augustus & Myosotis
Date : 15 avril     |      RP : privé
   
©YOU_COMPLETE_MESS

Augustus poussa la porte de son petit appartement, en sueur. Il n'avait plus la moindre énergie dans ses jambes flageolantes. Il se fit violence pour ne pas s'affaler sur le sofa défraîchi qui trônait dans le minuscule living-room, et se dirigea plutôt vers la salle de bain, en clopinant.

Là, il envoya valser ses baskets et ses vêtements, sans ménagement, avant de s'engouffrer dans la petite cabine de douche vétuste. Le pommeau crachota un moment une eau glacée et ferrugineuse, avant de se réchauffer d'un coup. Gustus laissa pleuvoir ce jet brûlant sur ses muscles endoloris, avec reconnaissance.

Il soupira. Le jogging qu'il venait de faire était sans doute de trop, vu sa fatigue persistante de ces derniers jours. Mais Gustus adorait courir au coucher du soleil. Le campus se paraît alors de teintes roses et orangées ; et, pendant quelques instants, le campus paraissait presque beau. Presque. Évidemment, ça ne durait pas, et le mordoré du couchant était vite remplacé par les fumées grises épaisses des explosions habituelles du bâtiment de Magie Expérimentale. Et par le vert irradiant des hordes de licornes mutantes radioactives.

Fait cocasse : lesdites licornes étaient bien moins timides et bien plus agressives que leurs homologues à la blancheur pure. Et elles adoraient s'attaquer aux sorciers isolés, la nuit tombée. C'est ainsi que ce soir, pour la troisième fois de la semaine, elles avaient coursé le malheureux étudiant noir, qui avait vu avec horreur sa course d'agrément se transformer en fuite pour sa vie. Ou, s'il devait en croire l’œil vicieux et les naseaux dilatés de ces équidés génétiquement modifiés, en fuite pour sa vertu.

Heureusement pour lui, il était parvenu à les semer, après une heure à hurler d'effroi à plein poumons, tout en se maudissant d'avoir laissé, une fois de plus, sa baguette chez lui. Un jour, en bon Magizoologue, il parviendrait peut-être à dés-irradier ces malheureuses bestioles. En attendant, il était temps qu'il apprenne un sort pour les faire fuir, sans les blesser, quelque chose du genre patronus. Ou qu'il apprenne à courir encore plus vite, peut-être bien.

Les tuyaux de sa salle de bain grondèrent et glougloutèrent dangereusement, mais Augustus les ignora : il avait trop besoin du réconfort de sa douche. Et pas seulement à cause de ce jogging de la mort.

Non. En vérité, il commençait à en avoir marre de cette fac. Marre d'être toujours épuisé à cause de cette fac.
Marre d'aller tous les matins argumenter pour que Kitty et lui n'aient pas à payer des frais fictifs, en vain.
Marre de ne pas parvenir à garder un job sur le campus plus de deux jours d'affilée, parce que tous les patrons sur lesquels il tombait faisaient visiblement partie de la même guilde de richissimes vampires cupides qui haïssaient le droit du travail dans ses moindres détails.
Marre de son professeur qui bêlait de rire à chaque erreur qu'il faisait en cours, ou à chaque fois qu'il tentait de rattraper un animal en fuite plus rapide que lui... ce qui, étrangement, lui arrivait des dizaines et des dizaines de fois par jour.
Marre de sa mère qui tenait à l'appeler tous les deux jours sur son téléphone portable de non-maj', mais qui semblait délibérément ignorer le décalage horaire entre Detroit et Londres, et le réveillait systématiquement. En l'engueulant au passage à coup de « AAAH JE LE SAVAIS, T'ES DEVENU UN DELINQUANT, TU TE DROGUES, JE L'ENTEND A TA VOIX, TU N'ES PAS DANS UN ETAT NORMAL !»

Ouaip, cette vie était en train de lui taper sur le système. Vivement que ça s'arrange un peu.

Et à la seconde où cette pensée lui vint en tête, l'eau chaude réconfortante, quasi-cristalline de sa douche se mua, après un grondement suspect, en une espèce de boue marronnasse glaciale et malodorante.

-AH MAIS MEEERDE !

Gustus sauta hors de la douche, en pestant. Il croisa son propre regard cerné et blasé dans le miroir devant lui, et soupira de dépit. Il attrapa la baguette qu'il avait laissé sur le rebord du lavabo, et se
visa en grimaçant :

-Aguamenti !

Un jet d'eau aussi froid que la mort finit de le nettoyer. Puis, il considéra le sol désormais inondé par terre, et son tapis de douche miteux en train de s'imbiber ; ses épaules s'avachirent.

Y'avait des jours comme ça, où il aurait mieux valu ne jamais se lever. Des jours où il valait mieux aller au lit le plus vite possible.

Emmitouflé dans une serviette râpeuse, il se dirigea d'un pas lent et résigné jusqu'à la pièce sombre et minuscule qui lui servait de chambre. Sans prendre la peine de se rhabiller, il se laissa tomber directement sur son lit sommaire, qui grinça de mécontentement. Presque instantanément, le PAF s'endormit.

Et il se mit à rêver.




Mes RPs du Moment !



Dream a Little Dream of Me, avec Myosotis Grandiflore

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2nAopRz


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Occultes
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 219
avatar
Myosotis Grandiflore

Messages : 2144

Situation Amoureuse : Célibataire. Ex-chérie de Magnus Magouille, mais ne s'en rappelle pas.

Filière : Sciences Occultes

Sorts Connus : Aguamenti,
Calmos Pacificatum,
Confundo,
Contusionus Encontusiono,
Diffindo,
Episkey,
Failamalle,
Furonculus,
Impervius,
Incarcerem / Lashlabask,
Incendio,
Inflamarae,
Jambencoton,
Nauseis,
Orchideus,
Oubliettes,
Pointe au Nord,
Portus
Protego,
Repello Moldum,
Spero Patronum,
Repulso,
Rictusempra,
Lumps / Nox
Duro,
Amplificatum,
Revigor

Inventaire : Véritasérum,
Amortentia,
Philtre de Requinquance,
Potion Contraceptive (x3)
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouilita (x2),
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Scrutoscope
Poupée Vaudou
MessageSujet: Re: Dream a little dream of me   Sam 4 Fév 2017 - 16:49

Assise sous sa couette moelleuse, dans son lit, Myo regardait, dans la pénombre, les cartons qui s'entassaient dans sa minuscule chambre.

Depuis son déménagement, elle n'avait pas encore eu le temps, ou le courage, de déballer toutes ses affaires... pourtant elle adorait son nouvel appartement ! Oui, il était gris, petit, sombre, biscornu et mal isolé. Oui, la douche était super capricieuse, et y rester plus de dix minutes équivalait à se risquer à se prendre un seau de boue en pleine poire. Mais c'était son appartement. A elle ! A elle seule !

Car il lui avait fallu se rendre à l'évidence : elle avait un besoin urgent de changement.

Elle avait réalisé l'ampleur des dégâts deux semaines plus tôt.

   

FLASHBACK !!!

"BOOM BOOM BOOM ! BOOOM BABOOM ! BOOM ! BOOM ! BOOM ! BOOOM BABOOM !"

Myosotis ouvrit brutalement les yeux.

- Bordel de bordel de bordel de... grommela-t-elle aussitôt.

Elle se redressa en pestant, et avisa son réveil. Tiens, ils faisaient fort : cette fois-ci, il n'était même pas 6h du matin. Car c'était la troisième fois d'affilée qu'elle se faisait réveiller en sursaut à une heure indue, avec la musique médiocre poussée à fond par un cercle de Gamma Phi Orties sous substances et sans notion de temps, frappant dans la pièce d'en dessous sur des djembés.

Au début, la dryade, de nature douce et compréhensive, avait essayé de parlementer avec eux. Puis elle avait tenté de les soudoyer. Enfin, elle s'était énervée. Mais rien n'avait fonctionné : très amicaux, ils lui promettaient sans cesse de ne pas recommencer. Puis ils fumaient une bouffée de leurs joints, oubliaient instantanément la conversation, et se remettaient à taper sur leurs tambours comme des forcenés. Encore, et encore. Et encore. ET ENCORE.

"BOOM BOOM BOOM ! BOOOM BABOOM ! BOOM ! BOOM ! BOOM ! BOOOM BABOOM !"

La française passa une main lasse sur son visage : ça lui apprendrait à dormir dans une chambre du Grand Potiron ! Ce qui était bizarre, parce qu'elle vivait là depuis des mois, et ça ne l'avait jamais dérangé, avant.

Indubitablement, elle avait changé. Elle, et d'autres choses autour d'elle. C'était drôlement bizarre, maintenant qu'elle y pensait.

Ses affaires, déjà.

Ses placards étaient entièrement vides, hormis quelques rares fringues luxueuses et un peu trop sexy à son goût, qu'elle ne se rappelait pas d'avoir achetées. Non, elle ne s'en rappelait pas. Mais tout était à sa taille, donc c'est que c'était à elle, n'est-ce pas ?
Mais la vraie question était : où était passé le reste ???

Et ses plantes ! Myo avait créé des dizaines et des dizaines de pousses de ganja ensorcelées ! Certaines étaient de vrais chefs d’œuvre, des mélanges subtils de botanique et de sciences occultes, jamais vu auparavant. Et... où se trouvaient ces chefs d’œuvre à présent ?!

Nulle part. Plus de fringues, plus de plantes, plus rien : sa chambre paraissait incroyablement vide. La raison en était claire comme de l'eau de roche : on l'avait pillée ! Plus précisément, ses potes Gammas l'avaient volée !
Non, c'était pire que ça : comme sa chambre était dans le Grand Potiron et que le Grand Potiron appartenait à sa fraternité, les Gammas s'étaient simplement servis SANS MÊME AVOIR CONSCIENCE DE VOLER QUOIQUE CE SOIT ! Car c'est ainsi qu'ils fonctionnaient !
Et si d'habitude c'était difficile pour la fille-chlorophylle d'en vouloir à ses potes déconnectés, là, ça commençait à faire beaucoup.

Mais il y avait d'autres choses qui clochaient.

Ses cicatrices, par exemple. Elle en avait partout, des fines, presque invisibles pour certaines, encore vives pour d'autres, qui serpentaient sur tout son corps pâle. La plus visible était sur son visage : son œil droit était barré d'une balafre encore rouge, qui avait du être douloureuse en son temps.

Mais Myosotis ne s'en souvenait pas. Elle ne savait pas ce qui avait pu la marquer ainsi, et ça n'avait rien de rassurant. Ce n'était pas la seule chose qu'elle avait oublié : elle avait perdu la notion du temps et n'arrivait pas à croire que l'année était si avancée : c'était juste impossible ! A croire qu'elle avait perdu un mois entier de sa vie !

Sans parler qu'en retournant en cours, désorientée, elle avait réalisé qu'elle avait non seulement séché pendant une durée incroyable, mais elle s'était visiblement brouillé avec sa professeur. Sans se rappeler pourquoi, évidemment. Elle avait du déployer des trésors de douceur et de diplomatie pour que Mama Ogg accepte de la reprendre dans sa classe, à l'essai.

Complètement dingue. Et tant de flou dans sa vie récente, tant de trous de mémoire, ça ne pouvait dire qu'une seule chose : ELLE FUMAIT TROP ! Elle qui vendait sa drogue, douce ou moins douce, à toutes les fraternités avait perdu le contrôle de sa propre consommation : un comble ! Sans doute qu'elle côtoyait trop les membres les plus atteints de sa fraternité...

Elle agita sa baguette pour allumer la lumière, et se leva. Après avoir étiré son corps endolori, elle fit quelques pas, et...

- AAAH !

Instinctivement, la française à la chevelure verte rabattit ses bras sur sa nuisette en dentelles un peu trop transparente : à ses pieds, affalé sur le tapis devant le lit, un jeune hippie aux yeux injectés de sang la fixait d'un regard vide d'intelligence.

- Wouaaaah sister, ça va ? dit-il comme si de rien était.

- JF ?! Qu'est-ce que tu fous là ??? s'insurgea Myo.

- Je cherchais de l'herbe magique. Et je me suis perdu dans la salle de bain. Totalement glucose, hein ?

- C'est pas la salle de bains, c'est MA chambre !!!

Le junkie bougea lentement la tête, et considéra les lieux autour de lui.

- Wouaaah, diiingue... Bah tant que je suis là... T'aurais de l'herbe magique, sister ?

A ce moment précis, les joueurs de djembé d'en bas se remirent à taper dans un rythme dissonant sur leurs instruments de torture auditive.

''BOOM BOOM BOOM ! BOOOM BABOOM ! BOOM ! BOOM ! BOOM ! BOOOM BABOOM !''

La dryade se pinça l'arrête du nez, dans un effort surhumain pour ne pas s'énerver davantage.

- Faut que je déménage, geignit-elle.

   

Bref, ça avait été une joie et un soulagement pour elle de trouver dans les annonces du WoW Herald un appartement libre immédiatement, aussi modeste soit-il. Pour pouvoir payer le loyer, bon marché (et toutefois bien trop cher pour les prestations proposées), la jeune femme avait décidé de reprendre un petit boulot, en plus de sa revente d'herbes ensorcelées. Elle ne se rappelait pas bien pourquoi elle avait lâché son job au McGo ; une fois de plus, sa mémoire lui jouait des tours. Mais elle avait du faire du dégât, parce qu'Ezzechiel, pourtant du genre affable, avait refusé de la reprendre dans le fast-food. Ou plutôt, il avait même refusé de lui adresser la parole et s'était réfugié en hululant dans la première poubelle venue pour lui échapper. Étrange... mais pas tant que ça lorsqu'on connaissait le gars.

Myo s'était rabattu sur un boulot de barmaid à mi-temps au Scroutt & au Niffleur, le pub local dans lequel elle avait gaspillé tant de gallions depuis qu'elle étudiait à la WOW. Le boulot était parfois éreintant et les horaires pas toujours cools, mais c'était mieux que de servir des burgers périmés à des idiots. Bon, certes, elle servait de l'alcool hors de prix à des idiots, mais au moins elle pouvait boire à l’œil, vendre son herbe très facilement, et il suffisait qu'elle force un peu son décolleté face à des imbéciles imbibés de bière pour avoir des pourboires très généreux !

On pouvait dire que la dryade avait reprit sa vie en mains. Elle avait un salaire, elle avait un chez elle, elle en savourait le calme, et la liberté : elle aurait du être l'étudiante la plus heureuse du campus, maintenant qu'elle pouvait profiter pleinement de ses nuits !

Sauf qu'elle ne l'était pas.

Parce qu'elle ne dormait pas bien du tout.

Ça faisait cinq jours qu'elle avait emménagé, et cela faisait tout autant de temps que son sommeil était agité. TRES agité.

Au début, elle avait cru que c'était le temps qu'il fallait à son esprit pour s'acclimater à son nouveau chez-elle ; mais visiblement c'était plus profond que ça. Quelque chose n'allait pas en elle, peut-être était-ce lié à ses pertes de mémoire ? Quoiqu'il en soit, son inconscient lui rappelait à coup de rêves glauques, et perturbants. Dès qu'elle s'endormait, des cauchemars terribles la tourmentaient, tant et si bien qu'elle finissait par préférer rester éveillée, fatiguée, plutôt que de subir à nouveau ces visions oniriques sanglantes.

Voilà pourquoi ce soir, elle était assise sur son lit, cernée, au lieu de dormir, tenant dans ses bras sa poupée vaudou comme d'autres tiendraient leur doudou. Elle fuyait le sommeil, fuyait  les choses innommables qui se tapissaient dans son esprit, et qui n'attendaient que ça pour l'assaillir. Ce qui était stupide. Complètement stupide. Elle se morigéna intérieurement : ce n'était que des rêves, bordel ! Des rêves qui mettaient mal à l'aise, mais des rêves ! Tout allait bien dans sa vie, elle n'allait pas se laisser avoir par des chimères produites par son cerveau fatigué !

Elle finit par s'allonger, résignée : si elle avait une nouvelle fois des cauchemars, elle irait acheter un Attrapeur de Rêves. Il y a fort longtemps, un an ou plus probablement, son pote Titus lui avait affirmé que ces trucs tissés indiens marchaient vraiment. Il était sans doute temps qu'elle essaye.

La jeune femme aux cheveux verts poussa un soupir dans le noir, et ferma les yeux.  Il ne fallut pas bien longtemps avant que le sommeil ne la rattrape.

Et elle se mit à rêver.






Mes RPs du Moment !


Dream a little dream of me, avec Augustus Kane

Rock This Party !, avec plein de monde !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2ovdMPc


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Sociales Sorcières
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 26
avatar
Augustus Kane

Messages : 51

Double Compte : Lucrécya Rincevent
Situation Amoureuse : Célibataire

Filière : Sciences Sociales Sorcières

Sorts Connus : Reparo
Repulso
Accio
Aguamenti

Inventaire : Potion Miracle du Bon Dr Magouille,
Manuel du bon petit vétérimage
MessageSujet: Re: Dream a little dream of me   Jeu 16 Fév 2017 - 18:41

Il y a de ces rêves qui sont d'un réalisme saisissant. Ceux qui se confondent avec la vérité ; ceux dont on est pas certain, après coup, de savoir si on les a vécu ou si on les a imaginé ; ceux qui, au réveil, laissent un goût étrange d'incertitude derrière la cervelle.

Clairement, celui-là n'en faisait pas partie.

Augustus savait qu'il était en plein rêve, il n'avait pas le moindre doute à ce sujet. Le flou autour de lui, l'ambiance onirique teintée d'irréalité familière, l'absence totale de souvenirs immédiats... ouaip, il rêvait. Il n'avait pas vraiment de problème avec ça. Le ciel aurait été vert et les nuages roses à pois que ça ne l'aurait pas perturbé outre mesure.

Il marchait sur la jetée, le long d'une plage calme qu'il ne reconnaissait pas. Le roulis régulier des vagues ramenait doucement sur le sable, encore et encore, une eau écumante qui lui chatouillait les pieds. Le PAF était à la fois serein, et mélancolique, même s'il aurait bien été en peine de bien savoir pourquoi son cœur se pinçait à ce point.

Gustus s'accroupit, et tendit le bras vers l'eau, sans y penser. Du bout de la main, il caressa l'écume blanche... et fut surpris de la consistance du liquide, qui fuyait entre ses doigts. C'était épais, bizarrement visqueux, et d'un rouge vermillon caractéristique, qui le fit frissonner intérieurement.

-Du sang ? murmura-t-il, effaré.

Il se releva, et réalisa à quel point l'atmosphère avait changé autour de lui. D'un coup, sans qu'il ne remarque la transition. Tout était désormais plus lourd, plus  ténébreux. Le ciel s'était paré d'un gris sombre, annonciateur de malheur. Et la mer, si calme, si limpide quelques instants plus tôt, était à présent houleuse ; ses vaguelettes s'étaient muées en vagues hargneuses, rouge sang, qui s'agitaient sous le coup d'une tempête invisible.

Le jeune homme fit plusieurs pas en arrière, devant cette vision apocalyptique. Il avait beau savoir que tout cela n'avait rien de réel, il y avait quelque chose de profondément dérangeant de fixer cet océan d'hémoglobine. Il en eut un véritable haut-le-cœur.

Soudain, il sursauta : il avait entendu des cris ! Une voix féminine, qui hurlait de peur !
Il ne fallut pas longtemps à Augustus pour repérer un bras, blanc comme neige, jaillir de l'océan sanglant et s'agiter.
L'étudiant tira sa baguette magique, et la pointa sur les vagues hargneuses.

Il était dans un rêve. Il le savait. Il avait donc conscience que rien n'avait réellement d'importance, ni même de logique : il pouvait donc réussir là où la réalité pure et dure aurait causé un échec retentissant. Voilà pourquoi, sans même prononcer un mot, sans même formuler quelque incantation que ce soit dans sa tête, il agita sa baguette vers les cris.

Le corps résolument féminin de la personne en train de se noyer jaillit des flots pourpres. Il s'électrisa, comme si la malheureuse tentait de reprendre son souffle, avec difficulté. Augustus courut vers elle, sauta d'une manière démesurée qu'il ne voulut pas s'expliquer, et agrippa la main de l'inconnue.

Il la tira vivement vers lui, faisant tomber la jeune femme dans ses bras ; les deux basculèrent en arrière roulèrent sur le sable rougi.

La femme releva la tête, d'un mouvement brusque d'animal apeuré. Ses cheveux étaient trempés d'un sang frais, qui laissait sur ses épaules blanches de bien macabres traînées.
Elle plongea son regard noisette dans celui de l'étudiant noir :

-Tu m'as sauvé ? articula-t-elle, d'une voix douce empreinte d'un accent étranger qu'Augustus ne reconnut pas.

Ce dernier se sentit soudain las. Il haussa les épaules :

-Je...


   

-Je...

Gustus se redressa brusquement, les yeux écarquillés, le cœur battant la chamade.

Après une fraction de seconde d'irréalité, il réalisa qu'il était dans le lit sommaire, de sa minuscule chambre.

-Putain, ce rêve chelou, murmura-t-il pour lui-même.

Le PAF passa ses mains sur son visage, s'étira en bâillant, puis resta quelques instants assis, encore tout empreint de son sommeil si proche. Il finit par aviser l'heure, sur la vieille montre moldue qui avait appartenu jadis à son père, et qui trônait désormais sur sa table de chevet.

Il le fixa durant de longues secondes, en clignant lentement les yeux... et finalement, l'information daigna monter à son cerveau.

-8h46. Mmh... 8h46... 8h46. Attends voir... 8h46 ? 8h46 ?!!

L'américain déglutit, puis sauta sur ses pieds en s'agitant dans tous les sens. Ce qui ne fit qu'à le faire s'étaler sur le plancher grinçant de sa chambre.

Il se redressa en panique. Mais comment il avait fait son compte ?! Comment c'était possible ?! Il avait trop dormi ! Trop dormi !!! Alors qu'il avait pourtant l'impression de n'avoir fermé les paupières que quelques minutes !

Bordel, il était aussi naze qu'à la seconde où il était allé se coucher ! Et voilà que maintenant il avait moins de quinze minutes pour aller à son cours de Dragonolophie & Dragonologie ! A l'autre bout du campus, évidemment ! Sans balai, puisqu'il avait prêté le sien à sa meilleure amie Kitty, deux jours plus tôt ! Et sans cheminette parce que ce foutu immeuble n'avait même pas de cheminée ! Bref, c'était foutu, il allait être en retard. Dieu qu'il détestait être en retard !

Tout en râlant, en gesticulant et en se prenant tous les coins de meubles possibles dans les jambes, le jeune homme enfila simultanément un pantalon de jogging et le premier sweat venu. Évidemment, la couleur de l'un jurait atrocement avec celle de l'autre ; mais il préféra passer outre. Il n'avait plus le temps de tergiverser. Il sauta dans ses baskets, attrapa son sac de cours, et passa la porte d'entrée de son appart en marmonnant. Il entendait déjà les bêlements de mécontentement de Mr Dumbledore, son professeur, lorsqu'il entrerait en trombe dans la salle de classe. EN RETARD.

Alors qu'il tournait sa vieille clé dans la serrure rouillée pour la fermer, Augustus tourna négligemment la tête à droite : quelqu'un venait de franchir la porte de l'appartement adjacent au sien. Le Pi Alpha Fi écarquilla les yeux, troublé : ce quelqu'un avait d'épais cheveux longs, incroyablement verts, qui faisaient comme une crinière végétale à son joli visage ovale. Elle avait sans doute un an de plus que lui, peut-être deux, pas plus. Elle était pas mal mignonne dans son genre. Très grande, léonine, pulpeuse, un poil pâlotte. La fine cicatrice qui lui fermait l’œil lui conférait une allure guerrière étrange, mais qui lui allait parfaitement.

C'était elle. Il en était certain. C'était elle, dans les moindres détails. La jeune femme qu'il avait vu en rêve.

Elle repoussa doucement sa chevelure épaisse dans son dos tout en releva son col, mais quelques mèches récalcitrantes revinrent se glisser le long de son cou. Elle poussa un bref soupir résigné, rangea d'un geste souple ses clés dans son long manteau... et son regard croisa celui d'Augustus.

Elle resta figée quelques instant, l’œil arrondi par la surprise.

Puis, à la grande surprise du jeune noir, elle se fendit d'un sourire radieux, et, en un bond, elle se jeta littéralement au cou du Pi Alpha Fi.




Mes RPs du Moment !



Dream a Little Dream of Me, avec Myosotis Grandiflore

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2nAopRz


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Occultes
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 219
avatar
Myosotis Grandiflore

Messages : 2144

Situation Amoureuse : Célibataire. Ex-chérie de Magnus Magouille, mais ne s'en rappelle pas.

Filière : Sciences Occultes

Sorts Connus : Aguamenti,
Calmos Pacificatum,
Confundo,
Contusionus Encontusiono,
Diffindo,
Episkey,
Failamalle,
Furonculus,
Impervius,
Incarcerem / Lashlabask,
Incendio,
Inflamarae,
Jambencoton,
Nauseis,
Orchideus,
Oubliettes,
Pointe au Nord,
Portus
Protego,
Repello Moldum,
Spero Patronum,
Repulso,
Rictusempra,
Lumps / Nox
Duro,
Amplificatum,
Revigor

Inventaire : Véritasérum,
Amortentia,
Philtre de Requinquance,
Potion Contraceptive (x3)
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouilita (x2),
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Scrutoscope
Poupée Vaudou
MessageSujet: Re: Dream a little dream of me   Dim 5 Mar 2017 - 17:36

Myosotis serrait son voisin à la peau noire depuis de longues secondes lorsqu'elle réalisa ce qu'elle était en train de faire. Ou plutôt, à quel point son geste pouvait paraître stupide, du point de vue de l'étudiant encapuchonné qu'elle ne connaissait pas.

De TOUT point de vue, à vrai dire.

Le feu aux joues, elle relâcha son étreinte tout aussi brusquement qu'elle l'avait initiée, et elle se mordilla les lèvres, en lâchant un petit :

- Heu... Désolée...

Le jeune homme face à elle paraissait étonné. Pour ne pas dire décontenancé. Mais il n'avait pas l'air d'en vouloir le moins du monde à la dryade aux cheveux verts, pour sa familiarité déplacée. Il fallait dire qu'il émanait de lui une sorte de charme nonchalant, qui devait faire passer ce genre de considérations bien au dessus de sa tête.

Il s'autorisa même un sourire qui parut sincère à la française, et fit un geste négligent de la main :

- T'inquiète, y'a pas de mal...

Myo commença à se triturer les mains, nerveuse. Elle était un peu gênée, malgré l'attitude décontractée de son voisin :

- C'est juste que... tu vas trouver ça idiot, mais c'est à cause d'un rêve que je fais tout le temps, et que j'ai refait cette nuit. Enfin, quand je dis rêve, c'est un cauchemar plutôt. Je suis sur une plage, et d'un coup...

- Et d'un coup.. l'eau devient du sang ?!

Myosotis écarquilla son œil de surprise, et considéra son interlocuteur. Ce dernier avait pâli brusquement.

- Mais... mais comment tu le sais ? articula-t-elle.

- J'en ai rêvé cette nuit ! s'exclama le jeune homme. La fille qui se noyait... c'était vraiment toi ?

- Et c'était vraiment toi mon sauveur ??? renchérit Myosotis.

Sans attendre de réponse, pour la seconde fois, mue par une impulsion, la fille-chlorophylle se jeta sur le malheureux jeune homme :

- MERCI !

- Heu... de rien ? bredouilla son interlocuteur. Mais c'est rien, tu sais, c'était qu'un rêve après tout...

L'étudiante à la chevelure verte relâcha sa victime, et se mit à gesticuler, tout en parlant à toute vitesse, comme électrisée

- Non, tu ne te rend pas compte ! fit-elle. Je fais ce cauchemar depuis des nuits ! Toutes les foutues nuits ! Et c'est la première fois que ça se finit bien ! C'est la première fois je ne me noie pas dans le sang ! Grâce à toi !

Avant de réaliser, avec horreur :

- Oh mon Dieu, mais si tu étais dans mon rêve... ça veut dire que je t'ai projeté dans mes cauchemars sans le vouloir !

- Ouais. J'ai entendu parler de ce phénomène de rêves partagés : ça arrive parfois, quand un sorcier est vraiment stressé, mais c'est rare. C'est la première fois que je le vis. C'est vraiment fascinant !

Le visage de Myo se décomposa :

- Je suis tellement désolée !

Le jeune homme plongea ses mains dans les poches de son sweat, et haussa les épaules, négligemment :

- Bah faut pas. En plus c'est pas comme si tu l'avais fait exprès, non ?

- C'est sûr... fit la jeune femme d'une toute petite voix.

- Au fait, moi c'est Augustus. Mais tu peux m'appeler Gustus.

La française serra la main que lui présentait le jeune homme :

- Myosotis. Mais je préfère Myo. On se recroisera sûrement, vu qu'on est voisins, mais, là je suis en retard pour aller en cours de Démonologie, alors...

Les yeux d'Augustus s'arrondirent :

- Oh ! Putain, moi aussi chuis à la bourre, j'avais presque oublié ! A la prochaine, Myo !

Il pivota rapidement, et se rua vers la cage d'escalier, dans une hâte qui le rendit presque grotesque. Myosotis hésita quelques secondes, puis lança dans son dos :

- Dis, et je sais que c'est beaucoup te demander, mais si jamais je devais t'attirer à nouveau dans mes cauchemars, sans le vouloir bien sûr... tu me sauveras à nouveau ?

Un sourire franc lui répondit, et Gustus leva son pouce :

- Évidemment ! T'as même pas besoin de le demander !

Avant de se remettre à courir comme un dératé.






Mes RPs du Moment !


Dream a little dream of me, avec Augustus Kane

Rock This Party !, avec plein de monde !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2ovdMPc


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Sociales Sorcières
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 26
avatar
Augustus Kane

Messages : 51

Double Compte : Lucrécya Rincevent
Situation Amoureuse : Célibataire

Filière : Sciences Sociales Sorcières

Sorts Connus : Reparo
Repulso
Accio
Aguamenti

Inventaire : Potion Miracle du Bon Dr Magouille,
Manuel du bon petit vétérimage
MessageSujet: Re: Dream a little dream of me   Sam 18 Mar 2017 - 19:36

Un vent iodé frappa de plein fouet Augustus. Ce dernier regarda l'horizon, l'air grave. Il n'était pas surpris de voir l'eau obscure et agitée, teintée de rouge, de la mer qui lui faisait face. Ni les nuages sombres qui se pressaient au dessus de sa tête, en formant ce qui ressemblaient à des visages grimaçants. Non, il n'était pas étonné, vu que c'était la cinquième, ou peut-être bien sixième fois qu'il faisait ce foutu rêve !

Il fronça les sourcils. C'était toujours la même chose, à quelques détails près. La même sempiternelle mer, qui s'agitait soudain et s'assombrissait de sang. Les mêmes grondements de tempête, qui menaçaient soudain le ciel jusque là limpide. La même foutue scène, encore et encore, chaque nuit. CHAQUE FOUTUE NUIT. Ça ne le laissait plus en paix. Et ça lui bouffait toute son énergie.

Il avait promis à sa voisine de l'aider – et il avait été sincère. Il était comme ça : il ne pouvait pas s'empêcher de vouloir aider les gens, surtout ceux qui étaient innocents, et qui faisaient face à des situations qui les dépassaient. Sauf qu'il n'aurait jamais cru que ça serait si répétitif, ni que ses sommeils prendraient une tournure aussi... intense.

Un éclair zébra la nuée sombre. Las, Augustus ne sursauta pas, pas plus qu'il ne daigna lever les yeux. Yeux forts cernés, au demeurant.

Il ne regrettait pas d'avoir promis quoique ce soit à l'étudiante aux cheveux verts et à l'accent français. Elle avait un problème, et il avait su l'apaiser, momentanément. Quoi de plus normal !

Non, ce qui emmerdait profondément Gustus, c'était le côté momentané de l'apaisement, justement. Et le retour inéluctable du cauchemar qu'ils partageaient. Il sauvait Myosotis de la noyade sanglante, chaque nuit ; et quand il se mettait au lit le soir suivant, c'était pour mieux retrouver cette plage de l'Enfer, et cette mer dérangeante dont il parvenait presque à sentir l'odeur de sang.
Il avait sauvé la française de toutes les façons que son esprit avait pu imaginer. En sautant vers elle, en volant au dessus d'elle, en la pêchant, en formant une bulle salvatrice autour d'elle, ou bien, la dernière en date et pas la moins spectaculaire : en ouvrant la mer rouge en deux. Mais le lendemain, tout était à refaire, à nouveau.
Il était devenu la personnification black et onirique de Sisyphe. Ou bien celle de la Pénélope d'Ulysse, face à son métier à tisser, recommençant encore et encore la même tâche...

Ça avait beau n'être qu'un rêve, c'était de plus en plus épuisant. En dormant, comme au réveil. Bordel, il avait presque oublié la sensation de satisfaction que procurait une bonne nuit de sommeil réparatrice ! Systématiquement, il se réveillait tellement entortillé dans sa couverture qu'il lui fallait presque un diffindo ou un scapel de chirurgien pour s'en extraire sans dommage. Et de plus en plus épuisé, chaque matin. Plus éreinté après avoir dormi qu'avant.

Il se réveillait de plus en plus tard ; ratait de plus en plus de cours... et depuis combien de jours n'avait-il pas pris la peine de faire un bon gros jogging ? Ou le moindre entraînement de quidditch avec ses potes PAF ? Ou même, prendre une bière avec Kitty ?! Nan, il avait renoncé malgré lui à tout ça, cette semaine. Trop fatigué pour faire quoique ce soit, à part rêver les rêves d'une autre la nuit, et somnoler le jour pour tenter, en vain, de s'en remettre.

Augustus savait qu'il ne pourrait pas tenir comme ça bien longtemps. Myosotis non plus, d'ailleurs. Sans faire de la psychémagie de comptoir, pour projeter les manifestations de ses peurs à ce point à travers la fine paroi qui séparait leurs deux chambres, fallait vraiment que Myo ait un sacré traumatisme enfoui dans l'inconscient. Gustus ne savait pas comment l'aider, autrement qu'en l'empêchant de se voir mourir dans les flots ensanglantés ; ça ne résolvait pas le problème en profondeur, mais il ne savait pas quoi faire d'autre. Et il était trop naze pour réfléchir à une alternative.

En somme, il avait décroché l'emploi fictif le plus éreintant du monde. A ceci près que s'il laissait tomber, il n'obtiendrait pas 45000 gallions d’indemnités de licenciement, à la différence de certains politiques à la moralité douteuse.

De toutes façons, il ne comptait pas abandonner. Myosotis avait besoin de lui, et même s'il ne la connaissait pas encore très bien, il ne pouvait pas revenir sur la promesse qu'il lui avait faite. C'était juste pas son genre.

Alors, lorsqu'il entendit les cris familier de la jeune femme dans l'eau, il n'hésita pas, et s'élança vers elle. Car après tout, il n'y avait pas de plan B...




Mes RPs du Moment !



Dream a Little Dream of Me, avec Myosotis Grandiflore

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2nAopRz


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Occultes
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 219
avatar
Myosotis Grandiflore

Messages : 2144

Situation Amoureuse : Célibataire. Ex-chérie de Magnus Magouille, mais ne s'en rappelle pas.

Filière : Sciences Occultes

Sorts Connus : Aguamenti,
Calmos Pacificatum,
Confundo,
Contusionus Encontusiono,
Diffindo,
Episkey,
Failamalle,
Furonculus,
Impervius,
Incarcerem / Lashlabask,
Incendio,
Inflamarae,
Jambencoton,
Nauseis,
Orchideus,
Oubliettes,
Pointe au Nord,
Portus
Protego,
Repello Moldum,
Spero Patronum,
Repulso,
Rictusempra,
Lumps / Nox
Duro,
Amplificatum,
Revigor

Inventaire : Véritasérum,
Amortentia,
Philtre de Requinquance,
Potion Contraceptive (x3)
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouilita (x2),
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Scrutoscope
Poupée Vaudou
MessageSujet: Re: Dream a little dream of me   Sam 25 Mar 2017 - 10:37

Depuis quelques jours, Myosotis revivait. Il n'y avait pas d'autre mot. Elle revivait, putain ! Et elle rayonnait !

Chaque matin, elle se réveillait en pleine forme, prête à affronter avec entrain la journée qui s'annonçait. Elle enchaînait sans le moindre problème ses cours, et ses services au Scroutt & au Niffleur le soir. Presque sans effort ! Son job au pub aurait été un emploi fictif, qu'elle n'aurait pas eu plus d'énergie. D'ailleurs, elle était si pêchue et avenante en ce moment, qu'elle obtenait des pourboires plus généreux que d'ordinaire. Bonus non négligeable, elle pétait tant la forme qu'elle parvenait également à mieux vendre son herbe ensorcelée, sans que MacCormac ne voit rien. Heureusement, qu'il ne voyait rien, d'ailleurs, car s'il avait su qu'elle se servait de son poste de barmaid pour refourguer ses drogues, il l'aurait viré aussi sec. Et elle n'aurait pas eu droit à ses 45000 gallions d’indemnités de licenciement, elle, contrairement au ministre d'elle ne savait plus quoi, dont elle avait lu l'histoire ahurissante dans la Gazette du Sorcier.

Enfin bref... que du bonheur. Elle se sentait mieux, ça la mettait de meilleure humeur, et même ses finances commençaient à s'améliorer légèrement !

Il n'y avait qu'une raison à ce bon karma, et cette raison se prénommait Augustus ! Ce gars était une bénédiction ! Le miracle que la dryade n'attendait plus ! Il l'avait sauvée, et pas seulement dans ses cauchemars où elle ne pouvait rien faire à part se noyer, comme une bécasse. Non : il lui avait rendu son sommeil réparateur, son énergie, ses journées... en somme, sa vie. Elle lui était tant reconnaissante qu'elle ne savait pas comment lui exprimer sa gratitude... mais elle comptait tout de même essayer.

Bibi, sa poupée vaudou, sortit la tête de la sacoche posée négligemment sur la petite table du minuscule coin cuisine de l'appartement. Elle considéra sa maîtresse, face à elle, quelques instants, avec curiosité.

- Tu fais quoi ? dit-elle de sa voix de crécelle.

Myo releva la tête, et chassa d'un soupir appuyé une mèche de cheveux rebelle qui lui tombait sur le visage.

- Je profite de ne pas être de service au pub ce soir pour faire des cookies, répondit-elle.

Elle se remit à touiller d'un mouvement gracieux du poignet le contenu d'un gros bol.

- Des cookies arrangés ? Pour vendre aux Gammas ?

- Non, des cookies parfaitement ordinaires, pour remercier Augustus de son aide.

La petite poupée de chiffons sembla réfléchir :

- Augustus c'est le beau black qui vit à côté ?

- Ouaip.

- Aaah, et les cookies c'est donc pour l'histoire des rêves, là ?

- Ouaip, fit Myo. Grâce à lui, mes cauchemars se finissent toujours bien ! T'imagine pas comment ça fait du bien ! J'angoisse plus de dormir ! Du coup, ça me semble normal de le remercier. D'où les cookies ! Je lui en aurais bien fait des spéciaux, mais c'est un PAF je crois, et les PAF sont toujours dans le trip ''corps sain, pas de drogue'', tout ça...

- Moi j'aurais bien une autre idée pour le remercier... insinua Bibi d'une voix scabreuse. Un autre genre de dessert, si tu vois ce que j'veux dire...

La poupée appuya ses dires en faisant danser ses sourcils. En poussant un bref soupir, Myosotis secoua la tête, à la fois amusée et dépitée.

- Les cookies ça ira très bien. Surtout que ceux-là, c'est une tuerie : j'ai trouvé la recette dans un livre de pâtisserie de Pénélope Bonnepâte !

Bibi haussa les épaules, un poil déçue :

- Si tu le dis...

Myo ignora sa mini-amie. Elle disposa sa pâte à gâteau sur la plaque devant elle, en petits tas égaux. Puis, elle pointa sa baguette vers sa tambouille, se concentra sur l'intensité souhaitée de son sort, puis murmura :

- Inflammare !

Une douce flamme vint lécher les cookies crus, qui, en l'espace de quelques secondes à peine, gonflèrent, jusqu'à prendre une forme ronde, dorée et parfumée.

- Et voilà ! décréta la fille-chlorophylle. C'est prêt ! Apportons-les à Augustus tant qu'ils sont chauds !

Tandis que sa poupée grimpait sur son épaule, la jeune française disposa les biscuits encore fumants sur une assiette, qu'elle prit en mains, avant de sortir de chez elle.

Il ne lui fallut pas bien longtemps pour parvenir à sa destination : en deux enjambées, elle arriva devant la porte de l'appartement du Pi Alpha Fi, sur laquelle elle frappa trois petits coups.

N'ayant aucune réponse, elle insista, et héla de sa voix douce :

- Augustus ?

Alors qu'elle s'apprêtait à toquer une nouvelle fois, la porte, qui n'était pas verrouillée, s'entrouvrit en grinçant. Poussée par la curiosité, la semi-dryade la poussa et entra chez son voisin.

- Augustus, t'es là ? C'était ouvert, alors je...

Elle se figea soudain, l'oeil écarquillé de surprise : le malheureux gisait au pied de son vieux canapé, inanimé.

Le sang de la sorcière à la chevelure verte ne fit qu'un tour : lâchant son assiette de douceurs sucrées, elle se précipita sur le PAF, et le redressa tant bien que mal.

- Gustus ?! Tu m'entends ?! s'écria-t-elle, accroupie devant lui.

- Il est mort ? badina Bibi.

Myo posa sa main sur le torse de son voisin, et se mordilla les lèvres.

- Non. J'ai plutôt l'impression qu'il... dort.

Elle se pencha, et articula d'une voix forte et claire :

- Augustus, ça va ?

Le jeune homme finit par entrouvrir les yeux, laissant voir ses yeux cernés, horriblement injectés de sang.

-  ...... ghmné ?!

- C'est moi, Myo ! Je sais pas ce que t'as, je vais devoir t'emmener au Dispensaire !

L'évocation de la clinique de fortune de la WoW University fit grimacer le malheureux, qui marmonna dans son demi-sommeil :

- Naaaaan, pas... le... le Dispensaire ! Sont... trop nuls... là-bas. Chuis ju... juste naze. Tellement... tellement naze...

- Si, le Dispensaire ! vrilla la poupée de Myo, de sa voix criarde.

- Naaan...

- Si ! insista Bibi. T'as pas le choix, il n'y a pas de plan B !

- Mmh, peut-être que si, en fait, fit Myo, en pleine réflexion. J'ai peut-être une idée.  Mais si ça ne marche pas, on l'emmène au Dispensaire, que ça lui plaise ou non.

Elle se releva, et pointa sa baguette sur le visage de son voisin exténué, qui loucha sur le bout de bois sans réagir.

- Revigor ! cria-t-elle.






Mes RPs du Moment !


Dream a little dream of me, avec Augustus Kane

Rock This Party !, avec plein de monde !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2ovdMPc


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Sociales Sorcières
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 26
avatar
Augustus Kane

Messages : 51

Double Compte : Lucrécya Rincevent
Situation Amoureuse : Célibataire

Filière : Sciences Sociales Sorcières

Sorts Connus : Reparo
Repulso
Accio
Aguamenti

Inventaire : Potion Miracle du Bon Dr Magouille,
Manuel du bon petit vétérimage
MessageSujet: Re: Dream a little dream of me   Sam 15 Avr 2017 - 19:26

Augustus ouvrit les yeux.

Il manqua de sursauter : face à lui, le visage pâlot de sa jolie voisine, entouré de son éternelle crinière verte, le fixait. Ses yeux dégoulinaient d'inquiétude, et de pitié.

Il cligna les yeux, une fois, deux fois, histoire de se remettre les idées en place. Mais il avait beau ouvrir et fermer ses paupières, ça n'expliquait pas ce que Myosotis faisait là, accroupie devant lui. Ni ce que lui faisait, assis par terre, adossé à son vieux canapé.

Même si, pour ce dernier point, il se doutait que sa fatigue incessante de ces derniers temps jouait beaucoup...

-Ça va ? finit par demander Myo de sa voix aussi douce qu'un souffle.

-Euuuh... ouais.

Ouais, ça allait. Pas assez pour le sportif qu'il était, mais suffisamment pour rester éveillé encore quelques heures, disons. Pas la grande forme des grands soirs, mais bien mieux que ce qu'il avait pu connaître ces derniers jours. C'était étonnant, d'ailleurs, parce que ça faisait une éternité qu'il ne s'était pas senti aussi bien.

Et ça n'expliquait toujours rien à la situation ubuesque de son réveil.

-Dis, Myo... tenta-t-il.

-Oui ?

-Tu pourrais me dire ce qu'il m'est arrivé, exactement ?

La jeune femme se mordilla les lèvres, gênée :

-Ben, je comptais plus ou moins sur toi pour me le dire, en fait.

-Oh.

-Tu ne te rappelles de rien ? s'enquit Myo.

Augustus soupira :

-Si, vaguement. Je me suis levé ce matin, complètement dans les vapes. J'ai eu trop de mal à me lever, je me suis traîné jusqu'au salon, et... trou noir.

-Il était quelle heure, quand tu t'es levé, ce matin ?

-Je sais pas, quelque chose comme 8h... pourquoi ?

-Parce qu'il est 19h passé, là.

Le regard du PAF se figea. Plus de onze heures s'étaient évaporées, durant son inconscience.  L'idée lui glaça les sangs...

-Je vois, articula-t-il, la voix blanche.

-Je t'ai trouvé là, en train de dormir à moitié, poursuivit Myo. T'avais pas l'air bien, alors je t'ai lancé un sortilège de Revigor. J'étais venue t'apporter des cookies, à la base !

La tête de Gustus s'illumina d'un grand sourire :

-Des cookies ???

-Oui, fait maisons ! Ils sont... oh.

Myosotis tourna les yeux... et tordit la bouche. Son voisin suivit son regard : sur le sol de son salon, s'éparpillaient les fameux cookies, que la fille aux cheveux verts avait laissé s'échapper. De grosses doxys bien dodues s'étaient installées dessus, et les rongeaient en couinant, à la manière de rats.

-Je vois que je ne suis pas la seule à avoir des problèmes d'invasion de doxys dans l'immeuble, commenta laconiquement Myosotis.

Augustus haussa les épaules, résigné :

-Si encore c'était le seul problème de cette résidence...

Il se releva tant bien que mal, et se rassit aussitôt sur les coussins défraîchis de son sofa, en grimaçant.

-T'es narcoleptique, un truc du genre ?

Gustus sursauta : est-ce que c'était cette poupée flippante, que Myo portait sur son épaule, qui venait de parler avec cette voix de fausset ? Visiblement, ouais. C'était... bizarre. Mais peut-être qu'il n'y avait que lui qui trouvait ça bizarre... Même des années après sa découverte du monde magique, Augustus parvenait toujours par être surpris par des détails que d'autres sorciers ne remarquaient même plus. Aussi, il fit mine de rien, et répondit :

-Nan. Je suis juste très fatigué, en ce moment.

L'oeil de la française s'alarma :

-En ce moment ?

-Ouais. Je passe mon temps à pioncer, et quand je me lève, je tiens plus debout.

-Depuis combien de temps ? demanda-t-elle, avide.

Augustus se sentit soudain un peu gêné : l'unique œil de la jeune femme, inquisiteur, le scrutait avec intensité, sans lui donner la moindre chance d'éluder la question. En une fraction de seconde, l'étudiante aux cheveux verts, l'esprit décidément vif, avait compris de quoi il en retournait, ou du moins le soupçonnait fortement.

Gustus était hésitant. Il se sentait tiraillé : d'un côté, il abhorrait le mensonge sous toutes ses formes. Mais d'un autre... il n'avait aucune envie de peiner sa voisine, qui était bien involontairement responsable de ses déboires.

-Quelques jours... ? finit-il par avouer, incertain.

-Je le savais ! s'exclama-t-elle. C'est à cause de mes rêves ! C'est de ma faute !

Effondrée par l'idée, elle se laissa tomber sur le canapé, à côté d'Augustus. Qui, bien piètrement, tenta de la consoler.

-Non, non c'est pas ta faute !... enfin, pas vraiment, c'est... comment dire...

-Ce ne sont pas mes rêves qui te bouffent toute ton énergie ? le coupa-t-elle.

Gus se figea, à nouveau.

-Si, admit-il enfin.

La pauvre Gamma geignit, et plongea ses mains dans sa chevelure verte.

-Je suis désolée ! gémit-elle. Si j'avais su que ça te causait autant de tort ! Et dire que moi je pète la forme en ce moment, c'est tellement injuste !

Elle releva soudain la tête, déterminée, et plongea son regard dans celui du jeune noir :

-Écoute, oublie ce que je t'ai demandé l'autre jour : je ne veux plus que tu m'aides ! Jamais ! Ok ?

Augustus se rembrunit : il n'était pas du genre ou abandonner, ou revenir sur sa parole. Ou pire, laisser quelqu'un dans la panade... mais la vérité, c'était que s'il ne se ménageait pas, il allait finir par ne plus se réveiller du tout, un de ces quatre. Il baissa la tête, honteux. Quel Pi Alpha Fi pitoyable il faisait...

-En même temps, je vois pas comment vous comptez arrêter ce truc si aucun de vous n'a jamais fait exprès de partager ces rêves.

La voix criarde et sarcastique qui venait de s'exprimer, et qui ressemblait étrangement à une version braillarde et bien trop aiguë de la voix douce de Myo, appartenait à la petite poupée de chiffons que Gustus avait repérée plus tôt. Et, aussi surpris par le personnage que par son affirmation, il ne trouva rien de plus pertinent à lui répondre, que :

-Hein ? Quoi ?

-Bah ouais beau black, t'as pas fait exprès de t’immiscer dans les cauchemars de Myo, que je sache, insista la figurine aux yeux en boutons.

Myosotis se mordilla les lèvres, gênée :

-Bibi n'a pas tort... Je ne t'ai pas fait non plus venir volontairement dans mes rêves.

-Alors, si ça se trouve, ça va continuer, que vous le vouliez ou non, prophétisa la poupée.

Les deux étudiants s'échangèrent un regard. La Gamma, de plus en plus pâle, paraissait horrifiée par la situation. Augustus aurait voulu trouver les mots pour la rassurer... mais bordel, il était tellement à la ramasse ! Sans compter que l'idée n'avait pas grand chose de réjouissante.

-Bon, décréta soudain Myo. Au pire je peux essayer de dormir par touches, en journée, entre mes cours, comme ça je laisse tes nuits tranquilles !

-Ne dis pas n'importe quoi, trancha Gustus. Tu ne vas pas te forcer à faire des nuits blanches !

La jeune femme haussa les épaules :

-Tu as une autre idée ?

-Peut-être qu'on devrait plutôt lutter contre le phénomène, au lieu d'essayer de vivre avec ! fit Augustus. Si on arrête tes cauchemars une fois pour toutes, aucun d'entre nous n'aura plus de souci avec !

Myo hocha lentement la tête.

-Oui, c'est sûr... mais comment ? Tu crois que je devrais aller au Dispensaire ?

Le jeune homme grimaça :

-Pour que ces charlatans sous-qualifiés te gavent de Potion Miracle du Bon Dr Magouille ?! Nan, on va éviter... On va plutôt faire des recherches par nous-même, sur les projections de rêves et tout ce qu'il y a autour.

Myosotis se leva d'un bond :

-Mais oui ! Allons à la bibliothèque !

Le PAF lança un sourire fier et assuré à sa voisine :

-Exactement...

Mais son sourire s'amenuisa vite :

-Euh... par contre, tu pourrais me refaire un petit Revigor, avant ?




Mes RPs du Moment !



Dream a Little Dream of Me, avec Myosotis Grandiflore

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2nAopRz


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Occultes
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 219
avatar
Myosotis Grandiflore

Messages : 2144

Situation Amoureuse : Célibataire. Ex-chérie de Magnus Magouille, mais ne s'en rappelle pas.

Filière : Sciences Occultes

Sorts Connus : Aguamenti,
Calmos Pacificatum,
Confundo,
Contusionus Encontusiono,
Diffindo,
Episkey,
Failamalle,
Furonculus,
Impervius,
Incarcerem / Lashlabask,
Incendio,
Inflamarae,
Jambencoton,
Nauseis,
Orchideus,
Oubliettes,
Pointe au Nord,
Portus
Protego,
Repello Moldum,
Spero Patronum,
Repulso,
Rictusempra,
Lumps / Nox
Duro,
Amplificatum,
Revigor

Inventaire : Véritasérum,
Amortentia,
Philtre de Requinquance,
Potion Contraceptive (x3)
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouilita (x2),
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Scrutoscope
Poupée Vaudou
MessageSujet: Re: Dream a little dream of me   Sam 13 Mai 2017 - 19:24

Le dos contre la vieille planche qui lui servait de tête de lit, Myosotis se pinça l'arrête du nez. Puis, consciencieusement, elle relut à nouveau la page qu'elle venait de parcourir. Ce devait être la troisième ou quatrième fois qu'elle s'attardait sur ce paragraphe. Mais rien n'y faisait : son esprit ne voulait plus faire l'effort d'emmagasiner davantage de savoirs. D'autant plus que ce savoir était foutrement inutile !

Elle geignit, referma d'un coup sec l'épais volume dans ses mains. Elle considéra les trop nombreuses piles de livres qui entouraient son lit, qu'elle avait empruntées à la bibliothèque. La Science des Rêves ; Comment Vaincre Son Somnambulisme en Sept Étapes (La n°3 Va Vous Étonner !!!) ; La Signification Secrète des Rêves (Y Compris les Plus Coquins) ; Comment Dormir Sans Magie ; Comment Dormir Avec Magie ; Gagner des Gallions en Dormant ; L'Art du Bon Dodo... pas un seul de ces bouquins ne l'avait aidé.

Mais elle ne pouvait pas abandonner ! Ce n'était pas sa sérénité qui était en jeu, mais celle d'Augustus. Quand elle songeait à son voisin, elle se sentait terriblement coupable, d'autant plus qu'elle n'avait réalisé que tard à quel point elle avait entraîné le pauvre PAF dans la panade. Elle se devait donc de continuer, aussi rébarbatif que lui semblait l'exercice.

Délaissant l'ouvrage sur lequel elle s'endormait, elle en prit un nouveau à la couverture écarlate, et l'ouvrit en soupirant.

Aussitôt, une voix amicale s'éleva des pages ensorcelées :

- Vous vivez des nuits difficiles ?

- Et comment, grommela-t-elle.

- Une seule et unique solution : la Potion Miracle du Bon Docteur Magouille ! s'exclama la voix du livre, d'un ton de publicitaire faussement enjoué. Oui ! Une seule goutte de cette potion qui guérit de tout, même de la bêtise, et vous voilà délivré de vos tracas nocturnes ! Plus d'insomnies, de cauchemars, ou de fuites urin...

Prise d'un coup de sang soudain, Myo ferma le livre et l'envoya valser devant elle, dans un trait d'humeur qui ne lui correspondait guère... mais au cours des heures qu'elle avait passé à écumer de vieilles pages jaunies à la recherche d'informations mystérieuses, sa patience s'était dangereusement amenuisée.

Le livre parlant vint percuter une des nombreuses piles brinquebalantes, qui s'effondra sur le plancher grinçant.

Augustus était assis en tailleur à l'autre bout du lit, un vieux grimoire corné niché sur ses genoux. Il releva la tête :

- Ça va Myosotis ?

- Non ! gémit la dryade. C'est inutile ! On a emprunté tous les livres de la bibliothèque qui parlent de près ou de loin de rêve, et y'en a pas un seul pour nous aider !

- J'avoue qu'il y a beaucoup de conneries, accorda le jeune noir. Mais celui que je suis en train de consulter n'est pas si mal.

-Ah oui ? C'est quoi ?

-La Psychanalyse des Rêves & Cauchemars Sorciers, du Dr Froud, répondit le PAF. Y'a tout un chapitre sur ce que tu as ! Ça s'appelle le... le...

Il plissa les yeux, et articula avec difficulté :

- ..."Der Träumertraumatischehexer Syndrom" !

Le nom parut particulièrement barbare aux oreilles de la française, et ce n'était pas pour la rassurer.

- Ah ouais quand même, laissa-t-elle échapper.

Gustus hocha la tête, plongé dans son bouquin :

- Grosso modo, ça explique que les projections de mauvais rêve d'un sorcier à un autre arrivent quand le dormeur est très stressé par des angoisses dont il ne se rend pas compte lui même. Des angoisses refoulées, quoi. Mais heureusement ça ne projette ce stress qu'aux personnes proches. Géographiquement proche, je veux dire.

- Moui, et comme les chambres de nos appartements sont collées, j'ai fait sans le vouloir de toi ma victime, marmonna Myo, penaude. Mais bon, tout ça, on le savait déjà, du moins, on le pressentait ! Il donne une solution valable, ton Dr Froud ? Un sort, une potion, quelque chose ?

Gus baissa à nouveau les yeux, et lut :

- "La pathologie est très rare, mais elle ne persiste généralement pas plus d'un jour ou deux."

Myosotis se mordilla les lèvres.

- Mais ça fait déjà une semaine !

- "Dans le cas où les symptômes persistent", poursuivit le lecteur, "le patient doit soigner au plus vite son refoulement par d'onéreuses mais nécéssaires séances psychanalytiques chez un psychémage agréé."

Le cœur de la dryade se pinça, et elle lança, dépitée :

- Mais je n'ai pas les moyens d'aller voir un psy ! Et ça prendra des plombes pour guérir !

Elle baissa la tête, le regard triste :

-Si seulement on pouvait aller dans ce rêve et tout envoyer chier... murmura-t-elle de sa voix douce, désespérée.






Mes RPs du Moment !


Dream a little dream of me, avec Augustus Kane

Rock This Party !, avec plein de monde !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2ovdMPc


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Sociales Sorcières
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 26
avatar
Augustus Kane

Messages : 51

Double Compte : Lucrécya Rincevent
Situation Amoureuse : Célibataire

Filière : Sciences Sociales Sorcières

Sorts Connus : Reparo
Repulso
Accio
Aguamenti

Inventaire : Potion Miracle du Bon Dr Magouille,
Manuel du bon petit vétérimage
MessageSujet: Re: Dream a little dream of me   Dim 28 Mai 2017 - 13:04

Augustus resta interdit quelques instants, comme suspendu dans le temps. La réplique maussade de Myosotis venait de lui donner une idée. Non, pas vraiment une idée : plutôt un début de brume d'explications possibles et peut-être même une esquisse de solution pas si improbable que ça. Un peu alambiqué, mais pas tant que ça. Oh, et si jamais.... Ah, mais si... ROH, et s'ils parvenaient à...

-Mais c'est bien sûr ! s'exclama-t-il, en frappant son poing dans sa main, exalté.

La jeune femme aux cheveux verts releva son œil noisette vers son voisin :

-Quoi ?

-Ce que tu viens de dire, c'est ça qu'on doit faire !

Le sourcil fin et vert de la jeune Gamma s'arqua :

-Aller dans mon rêve et tout envoyer chier ? répéta-t-elle sans y croire.

-Combattre le rêve dans le rêve, ouais ! s'écria Gustus, tout sourire.

Myosotis tordit la bouche, visiblement pas convaincue par l'enthousiasme du Pi Alpha Fi.

-J'ai pas dit ça exactement comme ça, fit-elle. Et puis même si je suis pas forcément contre l'idée, je ne vois pas comment on pourrait faire...

-Ouais, bon, « combattre » c'est peut-être pas le bon terme... Mais je pense qu'on pourrait y arriver !

Devant l'air circonspect de la dryade, il tenta de s'expliquer du mieux qu'il peut. Ce qui n'était pas facile, finalement, parce que son idée était plus intuitive que logique.

-Tous ces livres sont unanimes : tu as ces cauchemars récurrents à cause d'un traumatisme refoulé, dit-il.

-Oui, admit Myosotis.

-Donc, ce cauchemar est une représentation symbolique de ton traumatisme !

-Euh... peut-être ?

-Mais si ! Sinon, pourquoi tu ferais le même, tout le temps ? C'est forcément le même traumatisme qui revient te hanter, encore et encore ! Et ça ne s'arrêtera pas tant que tu ne l'auras pas exorcisé !

Myo acquiesça, bon gré mal gré.

-Moui, ok.

Gustus se pencha vers sa camarade aux cheveux verts, les yeux écarquillés par l'exaltation :

-Donc ma théorie, c'est que ce que tu refoules se trouve caché, quelque part dans ton rêve ! Et c'est cette projection de rêve qu'on va trouver ! Et tu vas lui botter le cul ! Enfin, oniriquement parlant, je veux dire... T'en penses quoi ???

Myosotis se mit à cligner de l’œil à outrance.

-...hein ?! finit-elle par dire.

-Mais oui ! s'exclama-t-il, en agitant les bras. On a pas les moyens de t'envoyer chez un psychémage agréé, mais on va te faire faire une psychothérapie express dans tes rêves ! Si tu affrontes ton problème, même virtuellement, tu n'en auras plus peur ! Fais-moi confiance !

La française dévisagea le jeune homme un petit moment, puis esquissa un sourire en coin.

-C'est difficile de résister à tant d'enthousiasme, lança-t-elle.

-Je sais, rigola Augustus.

Mais le sourire de la Gamma s'évanouit rapidement :

-Mais y'a un problème, quand même...

-Quoi donc ?

-Le problème, c'est que j'arrive pas à faire quoique ce soit dans ce foutu rêve, soupira-t-elle. Comment tu veux retrouver le moindre traumatisme ? Je me noie directement, systématiquement !

Le PAF haussa les épaules :

-Je serai là pour t'aider !

-C'est ce que tu fais chaque nuit, et je me réveille directement, après que tu me sauves, souffla-t-elle.

-Moi aussi, admit Augustus, déçu.

Il se frotta le menton, en pleine réflexion. Il croisa le regard perdu dans le vide de sa jolie voisine. Il avait vraiment envie de l'aider ; et de surcroît, tout cela l'aiderait lui-même également. Mais comment ? Il devait forcément y avoir une explication ! Et si...

-Et si tu devais te noyer ? finit-il par dire, réfléchissant à voix haute.

-Quoi ?! hoqueta la dryade.

-Et si le moyen de poursuivre le scénario de ton rêve était de ne pas l'interrompre ? De voir ce qui se passe après la noyade ?

-Oh...

Myo hocha lentement la tête, le temps que l'idée fasse son chemin.

-Oh oui, je crois que t'as raison... De toutes façons je ne risque pas de me noyer dans mon sommeil, n'est-ce pas ?

-Et même si ce qui t'attend après est terrifiant, dis-toi que je resterai à côté de toi pendant tout ton rêve !

La dryade se pencha vers son voisin, et le serra quelques secondes dans ses bras :

-Merci beaucoup de ton soutien. Sincèrement.

-C'est rien, répliqua Gustus.

« Et puis si ça peut m'aider à retrouver mes nuits d'antan... » songea-t-il.

Myosotis se mordilla les lèvres, pensive.

-Bon, il est un peu tard... on fait quoi ? interrogea-t-elle. On tente de dormir direct, ou bien... ?

Tout, dans la façon de formuler la question, sous-entendait que Myo n'était pas impatiente d'affronter ce qu'elle avait à affronter. Augustus ne lui en voulait pas vraiment : il n'y avait rien de plus inquiétant que l'inconnu. Et lui même ne savait pas comment il aurait réagi à sa place.

-T'as envie de dormir, toi ? demanda-t-il.

-Non. Et toi ?

-Après tous tes revigor, il va me falloir un peu de temps avant de somnoler à nouveau. Pas longtemps, ceci dit, mais j'ai de la marge.

Myosotis se redressa joyeusement :

-Ok, il ne nous reste qu'une chose à faire, alors !

-Quoi donc ?

La française  bondit du lit en faisant tomber au sol des dizaines de bouquins qui trônaient sur sa couette.

-UNE SOIRÉE PYJAMA ! Je vais chercher du pop corn !




Mes RPs du Moment !



Dream a Little Dream of Me, avec Myosotis Grandiflore

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2nAopRz


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Occultes
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 219
avatar
Myosotis Grandiflore

Messages : 2144

Situation Amoureuse : Célibataire. Ex-chérie de Magnus Magouille, mais ne s'en rappelle pas.

Filière : Sciences Occultes

Sorts Connus : Aguamenti,
Calmos Pacificatum,
Confundo,
Contusionus Encontusiono,
Diffindo,
Episkey,
Failamalle,
Furonculus,
Impervius,
Incarcerem / Lashlabask,
Incendio,
Inflamarae,
Jambencoton,
Nauseis,
Orchideus,
Oubliettes,
Pointe au Nord,
Portus
Protego,
Repello Moldum,
Spero Patronum,
Repulso,
Rictusempra,
Lumps / Nox
Duro,
Amplificatum,
Revigor

Inventaire : Véritasérum,
Amortentia,
Philtre de Requinquance,
Potion Contraceptive (x3)
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouilita (x2),
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Scrutoscope
Poupée Vaudou
MessageSujet: Re: Dream a little dream of me   Jeu 1 Juin 2017 - 13:06

Le saladier de pop corn s'était vidé, petit à petit, devant deux ou trois mauvaises picturines asiatiques aux scénarios aussi aberrants que vides. Augustus et Myosotis s'étaient bien marrés. Vraiment. Ils avaient fait connaissance, avaient papoté de tout et de rien, des origines dryades de la Gamma à la culture moldue du PAF. Le tout en se moquant des acteurs au ton toujours faux et du doublage catastrophique des films sorciers qu'ils ne suivaient que d'un œil distrait...

Finalement, ils s'étaient endormis, au petit matin, l'un à côté de l'autre, sur le pardessus du lit de la dryade.

A vrai dire, la sorcière à la chevelure verte ne se rappelait pas s'être assoupie. Mais elle dormait, indubitablement : comment expliquer, autrement, la mer d'huile dans laquelle elle barbotait ? Le dos dans l'eau tiède, les cheveux flottant autour de son visage, elle regardait avec lassitude et résignation la voûte céleste bien trop étoilée au dessus d'elle.

Elle prit une longue inspiration, et tenta de se calmer. De ralentir son cœur, qui s'emballait dans sa poitrine. Ce n'était pas facile, parce que, pour l'avoir vécu bien trop souvent, elle savait précisément ce qui allait se passer.

Ça allait arriver d'ici peu. Ça arrivait toujours. Toutes les nuits. Un grondement lointain, qui tenait autant du coup de tonnerre que du grognement monstrueux. Un frisson terrible qui lui parcourait l'échine. Et d'un coup, l'eau limpide qui s'assombrissait, et se glaçait.

Une odeur de sang la prit à la gorge. Une vague violente la malmena, puis une autre. Et très vite, elle but la tasse. Elle sortit sa tête hors de l'eau pourpre et visqueuse, et prit une goulée d'air salvatrice. Mais l'odeur viciée de soufre de l'atmosphère lui brûla la gorge.

Elle sentit quelque chose de désincarné s'enrouler vicieusement autour de sa cheville nue, et la tirer en bas.

Pour la première fois, Myosotis ne se débattit pas. Elle ne cria pas. Elle ferma son œil unique et se laissa sombrer, tout en tentant, en vain, de ne pas paniquer.

Ce n'était pas réel. Ce n'était qu'un rêve. Il fallait simplement qu'elle se rappelle que ce n'était qu'un rêve. Qu'elle se raccroche à cette idée, comme à une bouée. Mais elle avait beau se marteler ça encore et encore, son cœur tambourinait à fond dans sa poitrine, sous l'effet de l'angoisse.

Une main agrippa son poignet. Myo ouvrit les yeux : Augustus se tenait face à elle, immergé. Il tenait sa camarade, pour se laisser couler avec elle. La dryade lui lança un regard reconnaissant. Elle n'avait jamais été aussi soulagée de voir un visage amical. Mais l'air commençait à manquer, et la panique s'insinuait, dans toutes les fibres du corps de la dryade.

Aussi, cette dernière se crispa. Elle se répéta silencieusement, dans sa tête, son mantra personnel. Ce n'était qu'un rêve, ce n'était qu'un rêve, ce n'était qu'un...

D'un coup, elle se sentit tomber en arrière, et retomba lourdement, fesses contre le sol. A l'air libre.

- Mais... mais qu'est-ce que... articula-t-elle, sous le coup de la surprise.

Devant elle, Gustus regardait tout autour de lui, tout aussi décontenancé qu'elle.

Plus d'eau sanglante, plus de mer déchaînée, plus de ciel orageux ; les deux étudiants se trouvaient désormais dans une sorte de tunnel. Ou peut-être bien de grotte ? Quoiqu'il en soit, c'était sombre, froid, et des gouttes rouge sang coulaient ci et là, traçant des veinures glauques sur les murs caverneux.

- Où est-ce qu'on est ? murmura le jeune noir, les traits tirés.

- Aucune idée...

Myosotis se releva, et s'ébroua machinalement... mais c'était totalement inutile : elle n'avait pas un cheveu de mouillé. Le rêve suivait sa propre logique.

Mais, qu'importe ! Le plus important était que le rêve se poursuivait bel et bien !

- Tu avais raison ! s'exclama Myo. Il y a bien un scénario qui se déroule chaque nuit, et on l'a empêché systématiquement de se réaliser jusqu'au bout !

- On dirait bien.

La Gamma ne savait pas si elle devait s'en réjouir ou non. A vrai dire... elle ne ressentait pas grand chose, hormis l'appréhension, et la peur.

Qu'est-ce qui l'attendait, au bout de ce tunnel sombre ? Qu'est-ce qu'elle refoulait ?! Et pourquoi fallait-il que ce soit sanglant ?! Elle brûlait de le savoir... mais, pour être honnête, une partie d'elle aurait préféré se voiler la face pour toujours.

Augustus lui lança un petit sourire d'encouragement, et elle prit sur elle pour avancer, son voisin -son ami, même, désormais- sur les talons.

Les deux marchèrent en silence, côte à côte. Et, sans qu'ils s'en rendent réellement compte, les murs de roche de la grotte laissèrent place à un trottoir grisâtre, puis, plus loin, à un vieux lampadaire fatigué.
Un paysage urbain désert s'étendait désormais devant eux, baigné dans une brume épaisse qui laissait deviner de hauts murs de bâtiments aux alentours.

- Tu reconnais ? lança le Pi Alpha Fi.

Myosotis sortit de ses pensées :

- Mmh... Quoi ?

- C'est ton rêve, après tout, alors je me dis que peut-être c'est lié à un de tes souvenirs. Peut-être que tu reconnais cet endroit.

Myosotis haussa les épaules, en considérant avec précaution les lieux.

- Pas vraiment, confessa-t-elle. Ce n'est pas Paris, ça c'est sûr. Ni les quartiers de Londres que j'ai pu visiter... et je ne connais pas grand chose de plus.

Gustus croisa les bras, songeur :

- Peut-être qu'il faut plus voir ça comme un symbole qu'un véritable endroit.

- Peut-être... répéta la jeune femme.

Elle se mordilla les lèvres, puis rajouta, d'une voix blanche :

- Ou peut-être que j'ai oublié cet endroit...

Augustus la considéra sans comprendre :

- Un souvenir d'enfance dont tu ne te rappelles plus trop les détails ?

- Non, je veux dire que j'ai pu l'oublier, simplement. J'ai des troubles de la mémoire, avoua la dryade, penaude. Genre, beaucoup. J'ai oublié pas mal de choses. Des choses récentes. De l'année dernière, comme d'il y a quelques mois. Des détails, la plupart du temps. Et beaucoup plus que des détails, parfois. J'ai même tout un mois de mon existence qui est passé à la trappe. Impossible de savoir ce que j'ai fait durant tout ce temps. Personne à la WOW n'a su me le dire.

Myo baissa la tête, piteuse. Elle sentait le regard surpris de Gustus ; peut-être qu'elle aurait du lui parler plus tôt de son amnésie, qui était sans le moindre doute lié à son refoulement et à ses cauchemars... mais à quoi bon, finalement ?

- T'aurais du te confier à moi, fit gentiment le PAF.

Myosotis gardait l’œil fixé sur le trottoir gris devant elle, honteuse.

- Ça n'aurait pas changé grand chose... murmura-t-elle. Jusqu'à maintenant, je n'étais même pas sûre d'avoir envie de savoir ce qui m'était arrivé, pendant ces trous noirs. Je préférais me dire que j'avais trop fumé, et que c'était qu'un effet secondaire sans gravité, mais...

Elle releva enfin la tête :

- Mais, tu sais quoi ? Je crois que j'ai toujours su que c'était pas à cause de l'herbe magique. Je veux dire, je fume depuis mes treize ans, je connais les conséquences, et ça, ça n'a rien à voir. Je voulais juste me voiler la face. Parce qu'il s'est passé quelque chose. Quelque chose de grave. Quelque chose que mon esprit a préféré me faire oublier. Et ça...

Elle déglutit, plus pâle que jamais :

- Ça me fait terriblement peur.






Mes RPs du Moment !


Dream a little dream of me, avec Augustus Kane

Rock This Party !, avec plein de monde !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2ovdMPc


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Sociales Sorcières
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 26
avatar
Augustus Kane

Messages : 51

Double Compte : Lucrécya Rincevent
Situation Amoureuse : Célibataire

Filière : Sciences Sociales Sorcières

Sorts Connus : Reparo
Repulso
Accio
Aguamenti

Inventaire : Potion Miracle du Bon Dr Magouille,
Manuel du bon petit vétérimage
MessageSujet: Re: Dream a little dream of me   Mar 13 Juin 2017 - 18:40

Gustus considéra Myosotis, avec compassion. La malheureuse semblait tétanisée. Plus pâle que jamais, la mine sombre, et légèrement... floue. Ce qui était étrange. Mais pas tant que ça, si on considérait qu'on était au beau milieu d'un rêve.

Le PAF ne savait pas vraiment quoi dire, pour lui remonter le moral. Peut-être parce que leurs conversations paraissaient bizarres dans ce monde. Comme déplacées. Ou plutôt, abstraites, vides de sens. Peut-être aussi parce qu'il ne voyait pas comment faire pour la consoler. Il lança néanmoins la première chose qui lui passa par la tête, pour ne pas laisser la pauvre dryade seule à sa déprime.

-T'es jamais allé consulter un médicomage ? A propos de ton amnésie ?

Myo se mordilla les lèvres... puis secoua la tête :

-Non. Je... je n'étais pas prête.

-Je comprends, assura-t-il.

N'importe qui aurait la frousse pour moins que ça. Et si la même chose lui arrivait, Gustus serait le premier à redouter de recouvrer ses souvenirs, de redouter d'apprendre quelque chose qu'il ne voulait pas savoir. Mais leurs caractères différaient toutefois : Augustus n'aurait pas fait traîné les choses autant que la française aux cheveux verts, ça c'était certain.

-Ne t'inquiète pas, rajouta-t-il d'une voix qu'il espérait rassurante. Tu peux compter sur moi, autant que t'en as besoin. Après toutes ces nuits partagées, je crois qu'on peut dire qu'on est officiellement potes, maintenant, non ?

-Oui, admit Myo en esquissant un sourire timide. De foutus potes oniriques.

-Des potes oniriques c'est pas mal ! rigola le jeune noir. C'est mieux que pas de pote du tout, eh !

La dryade s'esclaffa. Même si, avec l'inquiétude, son rire manquait de spontanéité, cela fit sourire Gustus. Les deux reprirent bien vite leur chemin, dans la brume. Leurs pas se faisaient pesants, pour ne pas dire... collants. La consistance hasardeuse du sol sous leurs pieds n'encourageait pas à la flânerie...

L'étudiant en Magizoologie restait à l’affût. Ils étaient dans un rêve, et pas un des plus agréables : qui savait ce qui pourrait surgir des ombres alentours ?

Mais, alors que la purée de pois autour d'eux se levait peu à peu, le jeune homme sentit le pincement qu'il avait au cœur depuis le début de cette intrusion chimérique s'accentuer encore davantage. Appréhension ? Empathie ? Ou mauvais augure ?

-Mais... ? articula-t-il, sous le coup de la surprise.

Un sentiment singulier de familiarité l'envahissait, à mesure qu'il avançait. Et plus la ville se dévoilait sous le départ de la brume, plus cela devenait clair.

Le jeune homme se tourna vers la dryade, vivement.

-Myo ! T'es déjà allé à Détroit ?!

-Euh... Non, je ne crois pas, pourquoi ? répondit la fille-chlorophylle.

-Parce que ça, c'est Detroit ! clama son interlocuteur avec passion. Putain ! C'est Detroit !!!

Myosotis fronça ses sourcils, et murmura sans conviction :

-Je l'ai peut-être vu dans une picturine... ?

Mais Gustus ne l'écoutait plus. Il courrait à présent le long de la rue déserte, mu par une mélancolie tellement entêtante qu'elle lui filait le tournis. Devant lui, cette grande route à trois voies, ses trottoirs gris, ses buildings d'antan si laids : c'était Detroit ! Et pas n'importe quel Detroit : c'était son quartier d'enfance ! Celui-là même qui jaunissait, en fond, sur les vieilles photographies de Ma !

Il ne connaissait que ça ! Ce chemin, sur ce trottoir délabré, combien de fois il l'avait arpenté, pour se rendre au terrain de basket collectif, au bout du bloc ?! Et la devanture de l'épicerie Millers ! Bordel, il venait quémander des glaces à l'eau ici-même, à un vieillard faussement bougon, quand il était gamin ! Cette foutue boutique n'existait même plus à l'heure actuelle ! Ce n'était plus désormais qu'un vieux local rouillé abandonné, un parmi la multitude que comptait la ville...

Mais c'était dingue de revoir tout ça ! C'était comme un shoot d'enfance, un trop plein nostalgique, l'espace d'un instant. Ça faisait bondir joyeusement son cœur, et le mettait mal à l'aise tout à la fois. Il aurait pu en rire et en pleurer en même temps, sans vraiment pouvoir expliquer pourquoi. C'était vraiment...

Il se figea d'un coup.

Tout ça n'augurait rien de bon. Ça venait de lui, à l'évidence, et de lui seul ! Qu'est-ce que ces détails foutaient dans le rêve de Myo ?! Est-ce que la demoiselle était une legilimens qui s'ignorait, et qui s'appropriait sans même s'en rendre compte les souvenirs de Gustus ? Ou est-ce que c'était lui qui faisait intervenir ses propres rêves dans celui de son amie, par sa simple présence ? Et dans ses conditions... comment aider la dryade à aller jusqu'au bout du scénario de son cauchemar, et ainsi extérioriser ses peurs ?!

Au creux des nuages sombres qui s'étaient agglutinés au dessus de sa tête, un coup de tonnerre gronda, lugubre. Ce fut le coup d'envoi de l'averse, qui s'abattit sans ménagement sur Augustus.

Ce dernier laissa la pluie glisser sur lui, sans vraiment y prêter attention. Il était trop occupé à réfléchir à la situation pour s'inquiéter des détails. Ce ne fut que lorsqu'il sentit l'odeur terrible de fer qu'il réalisa que du sang pleuvait sur lui.

Il leva ses mains devant ses yeux, comme hypnotisé : elles étaient d'un rouge hémoglobine qui lui souleva le cœur.

-Oh... Augustus... fit la si douce voix de Myosotis, derrière lui.

Comme un souffle murmuré du fond d'un rêve.




Mes RPs du Moment !



Dream a Little Dream of Me, avec Myosotis Grandiflore

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2nAopRz


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Occultes
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 219
avatar
Myosotis Grandiflore

Messages : 2144

Situation Amoureuse : Célibataire. Ex-chérie de Magnus Magouille, mais ne s'en rappelle pas.

Filière : Sciences Occultes

Sorts Connus : Aguamenti,
Calmos Pacificatum,
Confundo,
Contusionus Encontusiono,
Diffindo,
Episkey,
Failamalle,
Furonculus,
Impervius,
Incarcerem / Lashlabask,
Incendio,
Inflamarae,
Jambencoton,
Nauseis,
Orchideus,
Oubliettes,
Pointe au Nord,
Portus
Protego,
Repello Moldum,
Spero Patronum,
Repulso,
Rictusempra,
Lumps / Nox
Duro,
Amplificatum,
Revigor

Inventaire : Véritasérum,
Amortentia,
Philtre de Requinquance,
Potion Contraceptive (x3)
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouilita (x2),
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Scrutoscope
Poupée Vaudou
MessageSujet: Re: Dream a little dream of me   Ven 23 Juin 2017 - 17:53

C'était tellement simple que c'en était bête. Tellement simple qu'ils étaient passé à côté.

La pluie sanguinolente battait son plein, et déversait ses eaux morbides sur le trottoir de cette ville inconnue. Des eaux d'un vermillon sombre, visqueuses, pestilentielles. Des flots similaires à ceux dans lesquels Myosotis s'était noyée, nuit après nuit. Sous les mêmes nuages sombres et grimaçants qu'elle avait appris à redouter. C'était la même mise en scène écœurante ; seul le décor avait changé.

Et une fois de plus, la sorcière aux cheveux vert était figée. Une fois de plus, elle ne pouvait plus bouger. Inerte sous le sang tiède et poisseux qui glissait sur sa peau, sans pouvoir rien n'y faire.

Mais ce n'était pas la peur qui l'empêchait de se mouvoir. En un sens, c'était encore pire que la peur.

- Oh... Augustus... murmura-t-elle. Je crois que j'ai compris...

C'était tellement simple, tellement bête qu'elle aurait pu en pleurer. Si elle n'avait aucune possibilité d'action, si elle ne reconnaissait pas cette ville, c'était pour une seule et unique raison : ce n'était pas son rêve. Ça ne l'avait jamais.

Myosotis était tellement obnubilée par sa propre personne, par ses petits problèmes et ses amnésies, qu'elle n'avait pas songé une seule seconde que ça ne la concernait pas directement. Dieu, qu'elle se sentait idiote ! Et ô combien honteuse d'être si égocentrique !

Pourtant, à présent qu'elle y songeait, tout lui semblait pourtant si logique ! Ses mauvais rêves avaient débuté lorsqu'elle avait déménagé à côté d'Augustus : c'était lui qui l'avait contaminé avec ses peurs nocturnes, et non le contraire ! Cela expliquait aussi pourquoi elle ne pouvait rien faire lors de ces cauchemars, alors que son voisin pouvait agir à son aise : elle ne faisait pas partie de ce monde onirique. Elle n'était qu'une intruse malencontreuse, dans le scénario de l'inconscient de Gustus.

Ce qui impliquait que le jeune homme refoulait un traumatisme bien morbide ! Lui qui était si enjoué, si plein de vie, si prompt à vouloir aider... Un sentiment de tristesse indicible serra le cœur de la française.

- C'est ton rêve, Gustus ! s'exclama-t-elle. Depuis le début !

Sa voix de velours retomba, comme un voile. Elle paraissait lointaine à la dryade, comme sortie d'un de ces transistors d'antan.

Augustus ne réagit pas à la nouvelle. Il n'accorda pas même le moindre regard à la jeune femme aux cheveux verts. Il était bien trop obnubilé par les flaques, qu'avaient formé la pluie de sang. Des flaques macabres, d'un rouge sombre. Elles bouillonnaient sur le sol, et se rejoignaient les unes les autres, jusqu'à former... quelque chose. Cela ressemblait à une immonde boursouflure sanguinolente aux allures vaguement humaine, et cela se dressait, menaçant, devant le pauvre PAF.

Ce dernier resta hébété quelques instants devant la chose recouverte de sang visqueux qui le surplombait, puis il fit un vif mouvement en arrière, non sans trébucher :

- Non, non, non, non, non..

- Gustus ?!

Myosotis voulut se ruer sur le Pi Alpha Fi pour lui venir en aide, mais elle ne parvenait pas à bouger à sa convenance. Ses pieds semblaient peser des tonnes, et refusaient d'avancer.... à moins que ce ne soit à cause du sol sanglant, qui était soudain devenu plus collant que de la glue forte... Quoiqu'il en soit, la fille-chlorophylle ne pouvait rien faire. Aussi, avec une horreur grandissante, elle vit le visage de son ami perdre ses couleurs, et se décomposer devant la silhouette, toujours dégoulinante d'hémoglobine, qui s'affinait peu à peu, en s'humanisant au passage.

- Gustus, qu'est-ce qui se passe ?! insista-t-elle. Qui est cette personne ?

Le jeune homme semblait tétanisé. Il se mit à trembler, en criant :

- Non, je ne voulais pas ! Je...

- Quoi ?! Mais qu'est-ce que...

-NON !

Réalisant qu'il ne s'adressait pas à elle mais à la chose au visage de plus en plus humain, Myosotis déglutit, et articula :

- Qui est-ce ?

- Je... je...

- Gustus ! Qui est-ce ?!

Il se tourna vers la française, et criailla d'une voix rendue rocailleuse par la peur panique :

- JE L'AI TUÉ !






Mes RPs du Moment !


Dream a little dream of me, avec Augustus Kane

Rock This Party !, avec plein de monde !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2ovdMPc


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Sociales Sorcières
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 26
avatar
Augustus Kane

Messages : 51

Double Compte : Lucrécya Rincevent
Situation Amoureuse : Célibataire

Filière : Sciences Sociales Sorcières

Sorts Connus : Reparo
Repulso
Accio
Aguamenti

Inventaire : Potion Miracle du Bon Dr Magouille,
Manuel du bon petit vétérimage
MessageSujet: Re: Dream a little dream of me   Mer 28 Juin 2017 - 19:02

Gustus entendait les appels de Myosotis au loin, mais il ne parvenait pas à saisir ce qu'elle disait. Comme si ça avait la moindre importance...

Tout s'était déroulée lors d'une journée grise. Une journée morne, laide, et triste. Et d'une affligeante banalité.

Augustus se rappelait dans les moindres détails de cette journée. Mais il n'y songeait que rarement. Il vivait avec ses souvenirs, les côtoyait, les repoussait au plus loin dans son esprit, le plus possible, faisait mine de rien, tous les jours... Mais il faisait tout pour ne pas y penser frontalement. Pour ne pas mettre de doigt mental dessus. Pour ne pas raviver la douleur, et la culpabilité.

Parce que se plonger dans ces souvenirs-là, c'était pire que tout. Se plonger dans ces souvenirs-là, c'était se noyer à coup sûr.

Et voilà que ce visage si familier, qu'il n'avait pas vu depuis si longtemps, lui faisait face. Ce visage désormais sanglant, aux yeux fixes et hébétés, comme le seraient ceux d'un mort. Et accusateurs, comme le seraient ceux de quelqu'un qui vous savait coupable de tous ces maux.

-AUGUSTUS !

Myo venait de hurler son prénom, avec tant d'emphase, que le PAF lui jeta un regard attristé. Il fut néanmoins surpris de l'air désespéré de son amie, et des larmes qui brillaient dans son unique œil noisette. Il ne sut quoi dire.

-Dis-moi la vérité ! insista la dryade. On ne se connaît pas depuis longtemps, mais... Tu sais que tu peux me faire confiance !

Oui, il le savait.

-Et tu ne pourras pas briser le cercle vicieux de ces foutus rêves si tu n'arrives pas à surpasser tout ça !

Ça aussi, il le savait. Il l'avait compris, à la seconde même où il avait réalisé que c'était son cauchemar, et non celui de la française. Mais il avait renoncé. Ça n'avait plus d'importance. Même les pires des cauchemars, le torturant nuit après nuit, n'étaient qu'une faible punition pour ce qu'il avait fait.

-Alors dis-moi ce qui s'est passé, Gustus ! Qui est cette personne ?

La tête baissé, le regard sombre, le jeune homme soupira.

-C'est mon père.

Myosotis tressaillit, étonnée. Elle hoqueta de surprise.

-Ton... père ?

Le temps sembla se figer, au cœur du rêve. La pluie avait cessé. Pas la moindre brise pour rafraîchir l'atmosphère, pesante sous les lourds nuages noirs. La silhouette du père d'Augustus, trempée de sang frais, restait debout, mutique. Seuls ses pupilles bougeaient, se contentant de suivre d'un regard noir les moindres mouvements de son fils.

-Je ne l'ai pas tué. Pas frontalement. Mais il est mort. Par ma faute.

Il baissa encore davantage la tête, et lâcha, à voix basse :

-Ça revient au même.

-Je... je ne pige pas...

Augustus ferma les yeux, le cœur lourd, et parla, d'une voix tremblante, presque enfantine.

C'était d'un banal qui ne méritait pas même qu'on le raconte. Il avait dix ans, et connaissait les règles de la maison. C'était son tour d'aller à la supérette. Il le savait pertinemment... mais oh, on était samedi matin, il était encore en pyjama, et il y avait encore tant des dessins animés à regarder !

Pa avait insisté pour qu'il y aille. Mais Augustus était resté vissé devant le poste de télévision, soufflant avec tellement d'emphase que ça avait fait rire son père.

-Okay, Gus, c'est bon pour cette fois, avait alors dit ce dernier. Mais tu m'en dois une !

« Tu m'en dois une. »

Il n'était jamais revenu. Il s'était vidé de son sang, agonisant sur le trottoir gris et sale, à moins de deux kilomètres d'Augustus et de sa paresse enfantine.

Gustus était coupable.Tout autant responsable que le salopard qui avait tiré sur son père. On lui avait dit tout et son contraire pour tenter de le réconforter, mais personne n'avait réalisé pourquoi il s'en voulait autant. Personne n'avait jamais rien su de son vilain secret. Pourtant la vérité était là, dans toute sa sobriété, dans toute sa laideur : s'il avait fait ce que son père lui avait demandé, ce dernier serait encore en vie.

Donc, c'était sa faute.

Il n'y avait rien d'alambiqué, de compliqué, ou de tordu là-dedans. Parfois, l'horreur résidait dans la simplicité. Il méritait le regard accusateur de l'ersatz de père qui le surplombait. Il voulait expier cette faute, mais cela lui était impossible. C'était parce qu'il était en quête de rédemption qu'il cherchait à aider les autres, sans arrêt. C'était la raison pour laquelle il s'insurgeait contre l'injustice, qu'il ne supportait pas que l'on fasse couler le sang, humain ou animal. Mais au fond... ça ne changeait rien. Il était fautif, quoiqu'il fasse.

Car, peu importaient nos efforts : les morts restaient morts.




Mes RPs du Moment !



Dream a Little Dream of Me, avec Myosotis Grandiflore

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2nAopRz


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Occultes
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 219
avatar
Myosotis Grandiflore

Messages : 2144

Situation Amoureuse : Célibataire. Ex-chérie de Magnus Magouille, mais ne s'en rappelle pas.

Filière : Sciences Occultes

Sorts Connus : Aguamenti,
Calmos Pacificatum,
Confundo,
Contusionus Encontusiono,
Diffindo,
Episkey,
Failamalle,
Furonculus,
Impervius,
Incarcerem / Lashlabask,
Incendio,
Inflamarae,
Jambencoton,
Nauseis,
Orchideus,
Oubliettes,
Pointe au Nord,
Portus
Protego,
Repello Moldum,
Spero Patronum,
Repulso,
Rictusempra,
Lumps / Nox
Duro,
Amplificatum,
Revigor

Inventaire : Véritasérum,
Amortentia,
Philtre de Requinquance,
Potion Contraceptive (x3)
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouilita (x2),
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Scrutoscope
Poupée Vaudou
MessageSujet: Re: Dream a little dream of me   Lun 10 Juil 2017 - 9:20

- Non, c'est stupide !

La phrase avait échappé à Myosotis ; mais peu importait. La jeune femme aux cheveux verts ne pouvait pas laisser son ami dans cet état. Non pas qu'elle ne comprenait pas, mais...

Mais... non, c'était exactement ça. Elle ne comprenait pas Augustus. Dans le même cas de figure, elle ne se serait pas auto-flagellée de la sorte.

Il fallait dire que, contrairement au Pi Alpha Fi, Myo n'était pas proche de sa propre famille. Elle connaissait si peu son père qu'elle pourrait le croiser sans le reconnaître ; peut-être même était-ce déjà arrivé. Quant à sa mère... à vrai dire, si Myo avait été responsable de la mort de sa génitrice, ce n'est pas tant la culpabilité qu'elle aurait ressenti, mais plutôt de la joie mesquine, et du soulagement. Le seul pour qui elle aurait pu s'en vouloir, c'était son petit frère Eglantin, évidemment. Mais... durant des années ? A s'en rendre malade ? Sans l'avoir tué de ses mains ? Non ! C'était fou !

Ou alors peut-être que c'était la réaction insensible de Myo qui était folle ? Difficile à dire. La dryade n'était pas du genre sentimentale, et elle le savait. Sans doute parce qu'elle n'était pas proche de sa famille. Ni de sa famille, ni de personne, en réalité. Personne, à part...

A part... heu...

Pendant une fraction de seconde, son cœur se serra. Elle avait eu l'impression d'avoir un prénom sur le bout de la langue, mais non. Rien. Encore un trou magistral de plus dans la dentelle qu'était sa mémoire...

Presque aussitôt, elle repoussa ce problème loin d'elle. Il ne s'agissait pas d'elle, là : elle devait aider son ami.

Dans un effort surhumain de volonté, elle tenta de se mouvoir, dans ce rêve qui n'était pas le sien. Soulevant avec difficulté ses jambes dignes de celles d'une statue en granit, elle s'avança vers Augustus, avec lenteur, mais détermination. Tout en lui parlant :

- C'est totalement stupide ! Tu m'entends, Gustus ?

Oui c'était stupide ; pourtant la douleur d'Augustus était bien réelle, il suffisait de le voir, agenouillé, recroquevillé sur lui-même, le visage baigné de larmes, pour s'en rendre compte. Myo ne voulait pas le rabaisser, ni minimiser son ressenti : elle voulait simplement le faire réagir.

- Tu n'as pas tué ton père ! asséna-t-elle.

- Je suis responsable... répliqua le PAF prostré.

- Non ! T'étais un gamin!

- Si j'avais fait ce qu'il avait demandé, il serait en vie...

- Mais ça, t'en sais rien, putain !

Gustus leva des yeux sombres, emplis de désespoir, vers la française. Mais elle ne se laissa pas démonter :

- NON ! T'en sais rien ! insista-t-elle. Qui te dit qu'il ne serait pas mort le jour d'après ? Ou celui d'après ? Peut-être que... que, j'en sais rien moi, c'était son destin, et c'est tout ! Et puis si tu y étais allé, toi... peut-être que tu serais mort à sa place !

- Tu crois que j'y ai pas pensé ?! s'offusqua Gustus. Oui, je sais que ça aurait pu être moi ! Mais tu sais quoi ?! J'aurais préféré que ce soit moi ! Je donnerai tout pour que ce soit moi, et pas lui !

- Et tu crois qu'il aurait ressenti quoi, ton père, si son fils était mort parce qu'il luiavait demandé de sortir ?! Tu crois qu'il se serait senti comment ?! Tu crois que ça aurait été mieux, pour lui, franchement ?!

Gustus accusa le coup, le visage fermé.

Myosotis se sentit découragée, un instant. Elle ne savait pas quoi dire pour réconforter son voisin.

Elle n'avait jamais été confrontée à la mort d'un proche ; même si parfois, avec ses amnésies, elle avait l'impression dérangeante d'avoir perdu quelque chose... non, même, quelqu'un de très important pour elle. Mais, elle ne pouvait certainement pas comparer son ressenti bizarre et non fondé avec celui d’Augustus. D'autant moins avec ce sentiment révoltant de culpabilité dans lequel le jeune homme s'était empêtré.

Bordel, elle ne se sentait clairement pas à la hauteur : elle n'était pas psychémage, et n'était pas la plus douée pour consoler. Surtout sans ganja, ni alcool pour faire passer le chagrin.

Mais il n'y avait pas de psychémage, ni de dérivatif à disposition, ici. Il n'y avait qu'elle. Elle, et Augustus.

Et la silhouette ensanglantée et mutique de ce grand homme noir, qui narguait le Pi Alpha Fi.

Prise d'une rage soudaine, mue par son impuissance, Myosotis serra les poings, et lança un coup de pied de colère dans la silhouette.

Qui s'affaissa, comme si elle n'avait été qu'un monceau de boue pourpre.

Le premier coup de pied lui avait parut d'une difficulté surhumaine. Le second fut plus facile. Et le troisième plus encore.

Augustus se redressa, outré :

-Qu'est-ce que tu fais ?! C'est mon père !

-Non ! Ce n'est pas ton père ! Ça, c'est juste ton inconscient qui essaye de te culpabiliser ! Et ça suffit !

Elle donna un énième coup de pied à la statue de boue, qui désormais ressemblait plus à un bonhomme de neige en plein Enfer qu'à un être humain.

- Myosotis !

- Ton père est mort ! Et c'est dégueulasse ! Mais ça n'a rien à voir avec toi !

- Si, ça a tout à voir !

- Non ! T'as le droit de trouver ça immonde ! T'as le droit d'être en colère ! Mais soit en colère contre le vrai responsable ! C'est pas toi ! C'est l'enfoiré qui a utilisé une arme contre ton père ! Tu comprends ?

Enfin, Augustus la regardait. La voyait. Il n'avait l'air chamboulé, tout à la fois horriblement triste et en colère...mais, pour la première fois depuis cette douloureuse conversation, il avait pleinement son attention.
Aussi elle poursuivit, d'une voix plus douce, et plus habituelle pour elle.

- La vie est injuste. La vie est dégueulasse. Mais on peut pas continuer à ressasser le passé, et à souhaiter que tout soit différent. T'es certain que si t'avait agi différemment, ça aurait été mieux... mais, au fond, non, tu ne peux pas le savoir. Personne ne le peut. Peut-être qu'il aurait vécu un jour de plus, pour connaître une mort pire le lendemain. Peut-être que tu serais mort, toi. Peut-être, peut-être, mais on ne le saura jamais. Ca ne sert à rien de spéculer. La seule chose qui nous reste, c'est vivre, parce qu'on a pas le choix, parce que mourir, c'est rendre la vie infernale aux vivants qui nous aiment. Une chose est sûre, je suis vraiment contente que tu ne sois pas mort. Parce que j'ai pu te rencontrer, et t'es vraiment quelqu'un de bien, Augustus.

''Plus que je ne le serais jamais'', songea-t-elle, sans le dire cependant.

Le jeune homme se mordit la lèvre. Il ouvrit la bouche, comme pour parler... mais laissa tomber, et baissa les yeux embués, comme s'il était honteux.

La dryade se pencha vers lui, et ouvrit ses bras pour une étreinte, que le Pi Alpha Fi lui rendit sans réserve. Ça ne soulagerait pas la conscience qui le rongeait. Ça ne remplacerait jamais des années de séances chez un psychémage. Mais si Myo pouvait, même durant quelques secondes oniriques, supporter le chagrin de son ami sur son épaule, ça valait amplement le coup, non ?






Mes RPs du Moment !


Dream a little dream of me, avec Augustus Kane

Rock This Party !, avec plein de monde !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2ovdMPc


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Sociales Sorcières
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 26
avatar
Augustus Kane

Messages : 51

Double Compte : Lucrécya Rincevent
Situation Amoureuse : Célibataire

Filière : Sciences Sociales Sorcières

Sorts Connus : Reparo
Repulso
Accio
Aguamenti

Inventaire : Potion Miracle du Bon Dr Magouille,
Manuel du bon petit vétérimage
MessageSujet: Re: Dream a little dream of me   Ven 14 Juil 2017 - 12:49

Augustus se réveilla en sursaut. Durant une demi-seconde, il paniqua : où était-il ? Pourquoi ça ressemblait autant à sa chambre, sans être sa chambre ?! Et qui était cette personne qui le serrait, dans son sommeil ?!

Mais très vite, ses idées se remirent en place. Tout lui revint en mémoire.

Myo s'éveillait à ses côtés, plus doucement que lui. Ses bras, qui l'étreignaient jusque là, glissèrent peu à peu. La française bâilla, repoussa sa crinière verte emmêlée, et cligna son unique œil plusieurs fois, avant de se redresser :

-Gustus ?! déglutit-elle, les yeux encore ensommeillés. Ça va ???

Le Pi Alpha Fi prit une longue, très longue inspiration.

Est-ce qu'il allait bien ?

Oui. Non. Il ne savait pas trop, à l'heure actuelle. Mais une chose était sûre : c'était mieux d'affronter directement ses sentiments, aussi noirs qu'ils soient-ils, plutôt que les laisser nous bouffer de l'intérieur et d'aller emmerder au passage l'inconscient des voisins.

Il frotta ses yeux fatigués.

-Ouais, finit-il par lâcher. Mais chuis claqué.

-Moi aussi, avoua la jeune femme aux cheveux verts.

Augustus hésita. Puis, il se pencha vers son amie, pour lui murmurer :

-Myo... merci.

La dryade lui répondit, d'un sourire triste ; et Gustus savait qu'il n'y avait rien de plus à rajouter.

Il était vidé. Un poids horrible lui serrait le cœur, et pesait sur son estomac. Mais... mais il l'avait fait. Il avait admis qu'il avait un problème. C'était le premier pas, le plus coûteux.  
Oui, il se sentait mal. Il se sentait triste. Il se sentait honteux. Mais... bizarrement, il se sentait aussi soulagé... un peu. Soulagé que quelqu'un lui dise que ce n'était pas sa faute. Même s'il n'y croyait pas, pas encore... ça faisait du bien que quelqu'un le croit à sa place.

Oui. Ça allait aller à présent. Ça ne pouvait qu'aller.

Il ne ferait plus de rêve chelou à cause de son traumatisme refoulé, puisque ledit traumatisme n'était plus vraiment refoulé. Certes, il y aurait sans doute des cauchemars... mais tant que ces derniers n'emmerdaient plus que lui, et non plus les dormeurs alentours, c'était déjà une amélioration en soi...

La voix douce de Myosotis brisa le silence :

-Tu devrais... tu sais, en parler à quelqu'un. De ce que tu ressens.

Augustus se tourna vers elle :

-A un psychémage hors de prix ?

-Par exemple. Ou à moi.

-Toi aussi tu devrais consulter, pour tes amnésies, répliqua Gustus.

Il n'avait rien oublié des angoisses de la jeune femme ; et s'il se sentait incroyablement reconnaissant envers cette dernière pour tout ce qu'elle avait fait pour lui, ce n'était pas une raison pour qu'elle s'oublie elle-même.

Myo éclata d'un petit rire rafraîchissant.

-Je te promets que je le ferai dès que j'arrêterai d'être fauchée.

-Pareil, fit Augustus.

-Promis ?

-Promis.

Les deux se serrèrent la main.

-Et si t'as besoin de quoique ce soit, tu sais que tu peux compter sur moi, insista la Gamma.

-Moi aussi. C'est ce à quoi servent les amis, non ?

Le sourire que lui rendit la jolie dryade réconforta le jeune homme. Qui finit par soupirer :

-Bon, je vais rentrer. Après tout ça, j'ai besoin d'une bonne douche. On se revoit vite ?

-Ah ça, tu te débarrasseras pas de moi si facilement. Et puis, tu sais où me trouver, si t'as besoin de sel... ou de combattre des incarnations oniriques !

Gustus opina du chef, joyeusement. Il sortit du minuscule appartement si semblable au sien, alors que la dryade lui faisait un petit signe amical de la main.
En quelques pas, il fut devant son palier. Il entra chez lui, referma vivement la porte... et resta figé, les yeux dans le vide. Comme happé par tout ce qui venait de se passer, toutes les implications, tous les souvenirs douloureux...

Il laissa son dos glisser le long de la porte d'entrée, jusqu'à que ses fesses s'asseyent sur le sol glacé.

Et, le visage enfoui dans ses mains, Augustus se permit enfin de pleurer, jusqu'à se vider totalement.




Mes RPs du Moment !



Dream a Little Dream of Me, avec Myosotis Grandiflore

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2nAopRz
 

Dream a little dream of me

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wizardry & Occult Witchcraft University :: RPG :: Avalon Estate :: Nothing Hill-