Image Image ImageAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 
Partagez | 
 

 ♪ L'insoutenable légéreté de la mémoire de Lestrange ♫

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Sociales Sorcières
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 102
avatar
Darius Lestrange

Messages : 1741

Situation Amoureuse : En couple.

Filière : Médicomagie

Sorts Connus : Calmos Pacificatum
Chauve-furie,
Citrouilletafors,
Duro,
Inflammarae,
Protego,
Spero Patronum,
Rubeum Nasum,
Repulso,
Tarentallegra,
Periculo Pugno,
Purée de Pois,
Subcingulus,
Episkey,
Serpensortia,
Nauseis,
Impervius,
Légilimancie,
Desillusio,
Dissendium,
Oubliettes

Inventaire : Essence de dictame (x2),
Chocolat Cépamoi,
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x7),
Pommade Pommadante Grégoire,
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x7),
Potion Contraceptive,
Tequila Magouillita (x6),
Horloge des Familles,
Glace à l'ennemi.
MessageSujet: ♪ L'insoutenable légéreté de la mémoire de Lestrange ♫   Ven 12 Oct 2012 - 11:59

-♪Aaaah ! Je ris de me voir si belle en ce miroir ! ♫ Aaaah ! Je ris, de... ♪

-LA FERME !

Myo et Darius évitèrent de justesse le sort qu'un étudiant aux yeux rougis par la rage venait de lancer à Amalia Jones qui dansait aux abords de la place Magnus Magouille dans une robe de sa création. Cette dernière se figea dans une posture grotesque et tomba sur le sol. Myo eut l'air peiné :

-La pauvre...

-Vu ce qu'elle chantait, elle le méritait amplement. fit Darius.

Passablement de mauvaise humeur, le blondinet avait beaucoup de choses à ruminer.

Tout d'abord, il ne parvenait pas à digérer l'humiliation qu'il venait de subir. Comment cette bande de sorciers avait-elle pu trouver un coupable plus rapidement que Marcus et lui ? Ils avaient probablement usé de subterfuges particulièrement malhonnêtes... méthodes qu'il ne réprouvait pas forcément, mais qui, cette fois-ci, avaient fonctionné à son désavantage. Il se promit de ne plus laisser cela arriver.

Ensuite, outre qu'un de ses cousins lointains s'était révélé être un cracmol, ce sale petit véracrasse de Potter s'était enfuit en leur riant au nez. Et d'expérience, Darius savait que cet ignoble balafré était aussi difficile à attraper qu'un vif d'or. Il devait avoir plus d'un tour dans son sac. Oh, comme il aurait aimé lui faire avaler une par une ses horribles photographies dédicacées... Mais, il redoutait de ne pas en avoir le temps.

Ce qui l'amenait à son troisième problème : son mariage imminent. Une pointe d'angoisse lui parcourut le corps. Il n'avait pas le choix. Son Père le lui avait bien rappelé. Mais malgré tout ses efforts pour s'attacher à Mylénie, force était de constater qu'il n'y parvenait pas et que chaque minute passée avec elle était un supplice. Et même s'il avait pu en être amoureux lorsqu'il portait encore des culottes courtes, il ne voyait absolument pas comment le faire maintenant, cette fille était aussi démente que son odieuse tante Bellatrix, voire plus. Pourtant, il avait eu amplement le temps de se préparer à tout cela. Mais une partie de lui avait toujours espéré que ses Parents renoncent à ce projet. Hélas. Il n'était qu'un pion à leurs yeux. Pour s'assurer de ne pas devenir amer comme sa propre Mère, voire totalement désaxé, il devait absolument se convaincre d'aimer sa fiancée.

Mais comment diable allait-il y parvenir ? Sans comprendre vraiment pourquoi, il n'avait que Malicia en tête. Mais, bon sang, il l'avait effacée de sa mémoire ! Elle n'aurait plus du être un problème. Et comme Mylénie lui avait dit, elle n'avait été qu'une passade et il ne l'avait jamais aimée. Alors pourquoi se souciait-il de ce que cette fille pensait ? Tout à l'heure, en la voyant quitter la pièce tristement, une partie de lui avait voulu la suivre. C'était tout bonnement ridicule ! Il allait probablement devoir renoncer à ses projets et ne plus la revoir. Après tout, comme Marcus lui avait dit, il avait tout un fanclub et le choix serait simple. De toute façon, Malicia n'arrêtait pas de le rejeter. Qu'elle aille au diable ! ...enfin non, ça serait du gâchis.

La voix d'Amalia remerciant Myo de l'avoir libérée de son stupéfix le sortit de ses pensées et Darius considéra la scène en levant les yeux au ciel. La fille aux cheveux verts le rejoignit :

-On y repart ? fit-elle en souriant.

-S'il le faut vraiment... fit Darius de sa voix traînante.

Alors que les deux se remettaient en route, il jeta un regard dépité à sa camarade. Cette fille ne lui inspirait rien qui vaille. Il la soupçonnait fortement d'attirer les catastrophes. Après tout, si elle ne lui avait pas offert des cookies pleins de psychotropes, il n'aurait probablement pas eu tous les soucis qu'il avait eu cette semaine. Et sa propension à parler du doyen sans cesse était tout bonnement insupportable. De toute façon, il était évident que le Docteur Magouille n'allait les aider en rien. Ce confectionneur de potions de bas étage était un véritable danger public. Enfin, au moins, il avait pu éviter de se faire houspiller un peu plus par les camarades de Malicia. A y repenser, il se demandait comment cette bande d'abrutis notoires avait fait pour ravager le salon de la métisse qui était si coquet lors de sa première visite. Il n'avait pas osé le mentionner de peur de froisser la maîtresse de maison, mais... un salon était-il vraiment une place pour un hippogriffe en phase terminale ? Il était évident que cette métisse ne fréquentait pas le bon genre de personnes... Avec lui à ses côtés, elle aurait pu.... Mais, nom de nom, à quoi pensait-il encore ?!

Darius soupira, énervé.

-Ça va ? fit Myo.

-Ce ne sont pas tes affaires. Répliqua sèchement le blondinet.

Il jeta une coup d'œil méprisant aux cheveux verts de la fille.

-Hippie... pensa-t-il.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2nZ6IXc


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Occultes
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 219
avatar
Myosotis Grandiflore

Messages : 2144

Situation Amoureuse : Célibataire. Ex-chérie de Magnus Magouille, mais ne s'en rappelle pas.

Filière : Sciences Occultes

Sorts Connus : Aguamenti,
Calmos Pacificatum,
Confundo,
Contusionus Encontusiono,
Diffindo,
Episkey,
Failamalle,
Furonculus,
Impervius,
Incarcerem / Lashlabask,
Incendio,
Inflamarae,
Jambencoton,
Nauseis,
Orchideus,
Oubliettes,
Pointe au Nord,
Portus
Protego,
Repello Moldum,
Spero Patronum,
Repulso,
Rictusempra,
Lumps / Nox
Duro,
Amplificatum,
Revigor

Inventaire : Véritasérum,
Amortentia,
Philtre de Requinquance,
Potion Contraceptive (x3)
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouilita (x2),
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Scrutoscope
Poupée Vaudou
MessageSujet: Re: ♪ L'insoutenable légéreté de la mémoire de Lestrange ♫   Ven 12 Oct 2012 - 17:17

Myo considéra le garçon qui l'accompagnait avec peine. Qu'il avait l'air malheureux ! Et il avait beau cacher ses sentiments derrière une façade de mépris, la Gamma n'était pas dupe.

Elle voulait lui dire tant de choses sur sa pensine, sur ses souvenirs, sur Malicia et sur cette Vilénie qu'il comptait épouser... mais comment le faire sans le vexer ?

Mais qu'il était dur de se lancer !

Bon, après tout, c'était le premier pas qui coûtait.

-Darius... soupira-t-elle, en s'arrêtant.

Le blondinet lui jeta une œillade noire. La jeune fille prit une longue inspiration, et sortit un petit objet de la poche de son jean.

-Amplificatum !

Le petit objet grossit dans ses mains, jusqu'à devenir une belle pensine joliment gravée.

-Je suis tombée sur ça. Enfin, plutôt, tombée dans ça...

Lestrange baissa les yeux sur la vasque, et blêmit. Il se rappelait de cette pensine. Elle avait appartenu jadis à Mylénie. Il se rappelait qu'il y avait laissé ses souvenirs. Même s'il n'arrivait pas à mettre le doigt sur quels souvenirs, exactement.

Puis, il réalisa ce que venait de dire la hippie, et il ouvrit des yeux outrés :

-Tu as osé regarder dans ma mémoire ?!

-J'ai pas fait exprès ! se défendit Myosotis. N'importe qui aurait pu tomber dessus, en plus : elle avait été jetée à la poubelle !

-Est-ce une raison pour violer les souvenirs d'une personne de ma valeur ? persifla le blondinet en plissant les yeux. Tu en entendras parler, foi de Lestrange !

-Je t'ai déjà dit que je n'avais pas fait exprès ! Et puis... ce n'est pas de ça dont je voulais te parler.

Elle soupira à nouveau. Ce n'était vraiment pas facile ! Mais elle se lança néanmoins :

-Je sais que tu dois te marier bientôt avec... Mylénie, c'est ça ? Mais... je pense que c'est une erreur.

Le sang de l'héritier ne fit qu'un tour. Il dégaina sa baguette et la pointa sur Myosotis :

-Surveille tes paroles, Hippie !

-Darius, j'ai vu tes souvenirs avec Malicia, j'ai vu comme vous étiez heureux et comme vous alliez bien ensemble !

-Ça fait partie du passé. Mylénie est l'amour de ma vie, siffla-t-il avec mépris.

Myosotis secoua la tête.

-Tu n'y crois pas toi-même !

-Billevesées ! Tu n'as pas à me dire ce en quoi je dois croire ou pas !

-Tu peux me dire sincèrement qui tu aimes entre Mali ou Mylénie ? fit Myo d'une voix douce.

-Ca ne te regarde p... commença l'Alpha, vexé.

Il fut coupé par la jeune femme aux cheveux verts, qui commença à chanter.
Screwface, qui passait sur la place, fut attiré par la chanson, prit la main de la jeune femme, et commença à danser avec elle.

Qui tu aimes
(sur l'air de Comment savoir, de Il était une fois -Enchanted-)



Myo
Tu peux me dire qui tu aimes ?
Mali ou Mylénie ?

Screwface
Comment savoir qui tu aimes ?
Myo
Il n'y en a qu'une que tu aimes
Screwface & Myo
Ton âme est embrouillée et ne sait plus qui tu aimes
A quoi sais-tu que tu l’aimes
Ton cœur bats fort car tu l’aimes
Au fond de toi tu sais déjà qui est celle que t'aimes

Myo
La grâce et la noblesse sont du côté de Mylénie...
Et c'n'est pas toi mais tes parents qui l'ont choisi !
Peux-tu me dire si tu l'aimes ?
L'aimeras-tu jamais ?
(Screwface, en fond
Comment savoir qui tu aimes ?
Il n'y en a qu'une que tu aimes
Au fond de toi tu sais déjà qui est celle que t'aimes)

Malicia elle est sincère, gentille, brillante, et si jolie
T'as besoin de rien d'autre pour combler ta vie, hihihi !
L'argent ne fait pas le bonheur
La lignée indiffère le cœur !
Oublie tout ça
Et tu trouveras
Ton amour...

(D'autres passants viennent les rejoindre, et commencent à danser et tournoyer autour des deux Gammas)

Screwface
Tu sais déjà qui tu aimes
Avoue-le toi que tu l'aimes !
Tu seras enfin toi-même :
Tu sais bien que tu l'aimes !

Myo
Mylénie veut ton argent mais pas du tout ton bonheur
Malicia elle est pour toujours dans ton cœur !

Tu sais déjà qui tu aimes !
Tu le sais bien, enfin !
(Screwface, en fond
Comment savoir qui tu aimes ?
Il n'y en a qu'une que tu aimes
Screwface et les passants
Au fond de toi tu sais déjà qui est celle que t'aimes)

Myo, avec les passants en choeur
Ce mariage avec Mylénie te fait peur, te rend vraiment fou
Tu regardes Mali avec des yeux si doux, houhouhou
Si tu te trompes de mariée
Tu sais que tu vas l'regretter !

Myo & Amalia
Tu sais déjà,
Les passants
Tu sais déjà
Myo
Qui tu aimes
Que tu l'aimes

Tu sais déjà qui tu aimes
Tu le sais bien, pourtant !

Est-ce que tu veux passer ta vie avec une fille que tu n'aimes pas ?
Alors que ton bonheur t'attends à deux pas, ahahah !

Myo et la foule toujours plus nombreuse des passants
Si c'est pour elle que ton cœur bat, alors l'amour triomphera !
Tu sais déjà, tu sais déjà
Tu sais déjà, tu sais déjà
Tu sais déjà, tu sais déjà
Qui tu aimes

Screwface, en fond
Tu sais déjà qui tu aimes
Avoue-le toi que tu l'aimes !
Tu seras enfin toi-même :
Tu le sais bien que tu l'aimes !
Myo
Tu sais déjà
Screwface et la foule, en fond
Il n'y en a qu'une que tu aimes
Il n'y en a qu'une que tu aimes
Myo
Tu sais déjà que tu l'aiiiiiiiimes !
La foule en fond
Au fond de toi tu sais déjà qui est celle que t'aimes !

La foule s'éparpilla, comme si de rien était.
Myosotis et Screwface tournoyèrent une dernière fois autour du blondinet, et s'arrêtèrent, en rigolant à moitié.

Le grand black défiguré posa un léger baiser sur la main de Myo :

-C'était bien drôle, sister ! On se revoit au Grand Potiron !

Myo lui fit un petit signe de la main, et il partit en sifflotant vers la fontaine, avant de descendre vers le resto u.

La fille chlorophylle se tourna vers Darius, et lui jeta un petit sourire.






Mes RPs du Moment !


Dream a little dream of me, avec Augustus Kane

Rock This Party !, avec plein de monde !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2ovdMPc


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Sociales Sorcières
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 102
avatar
Darius Lestrange

Messages : 1741

Situation Amoureuse : En couple.

Filière : Médicomagie

Sorts Connus : Calmos Pacificatum
Chauve-furie,
Citrouilletafors,
Duro,
Inflammarae,
Protego,
Spero Patronum,
Rubeum Nasum,
Repulso,
Tarentallegra,
Periculo Pugno,
Purée de Pois,
Subcingulus,
Episkey,
Serpensortia,
Nauseis,
Impervius,
Légilimancie,
Desillusio,
Dissendium,
Oubliettes

Inventaire : Essence de dictame (x2),
Chocolat Cépamoi,
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x7),
Pommade Pommadante Grégoire,
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x7),
Potion Contraceptive,
Tequila Magouillita (x6),
Horloge des Familles,
Glace à l'ennemi.
MessageSujet: Re: ♪ L'insoutenable légéreté de la mémoire de Lestrange ♫   Ven 12 Oct 2012 - 21:56

-Bien. Ça suffit.

Darius, exaspéré, se tourna vers Myo et la fusilla de ses yeux bleus acier :

-C'est la deuxième fois que tu te mêles de ce qui ne te regarde pas, et c'est quelque chose que je n'apprécies pas. Pas du tout ! siffla-t-il.

La hippie parut surprise :

-Mais Darius, je dis la vérité ! bredouilla-t-elle en reculant. Cette fille, tu l'aimes ! C'est évident !

Son interlocuteur avança vers elle d'un pas menaçant :

-C'est faux. Je ne ressens rien ! C'est vide là-dedans, tu comprends ?! Vide.

-Mais c'est parce que tu as effacé tous tes souvenirs ! lui répartit Myo. Tu crois vraiment que ça va t'aider à quoi que ce soit ?

Darius poussa un soupir irrité et reprit sa marche. La fille aux cheveux verts le poursuivit :

-Je ne peux pas te laisser te marier. Ça sera la pire bêtise de ta vie !

-Jusqu'à nouvel ordre, je suis parfaitement capable de prendre mes décisions tout seul. lui rétorqua le blondinet.

-Et tu vas le regretter ! Comment tu peux vouloir faire ça ?!

Elle tendit la pensine à l'Alpha :

-Reprends tes souvenirs !

Darius stoppa :

-Non.

-Mais sans eux, c'est comme si tu ne voyais rien ! s'écria Myo. Et te débarrasser d'eux ne fera que retarder l'inévitable. Après ce que j'ai vu, je peux t'assurer que tu finiras forcément par ressentir à nouveau quelque chose pour Malicia !

Darius lui fit un sourire mêlé de tristesse et d'ironie :

-Alors, il ne me reste plus qu'à ne plus la revoir, n'est-ce pas ?

Myo le regarda sans trop savoir quoi répondre. Finalement, elle reprit :

-Mais Malicia est sûrement encore amoureuse de toi, il est peut-être pas trop tard !

-Bien sûr que si !

Le blondinet se mit à crier, visiblement hors de lui :

-Quoi que je ressentes pour elle, cela n'a aucune importance. Pourquoi ? Parce que j’épouse quelqu'un d'autre demain. Si je ne le fais pas, ma famille sera déshonorée. Pourquoi ? Parce que suite à certaines exactions de mon Père que je ne répèterai pas ici, il s'avère que ma Famille est en très fâcheuse posture sociale. Je ne courrai pas le risque de participer à leur infortune et je n'y ajouterai certainement pas la honte de n'avoir pas tenu la promesse qu'ils ont faite aux Fier-Castels, il y a de ça treize ans. Et cela, bien qu'à l'évidence, ils n'aient cure que je sois malheureux comme une pierre et me traitent comme si je ne ressentais rien. Mais après tout, il en a toujours été ainsi, alors pourquoi changer cela ? fit-il d'une traite avant de reprendre, l'air terriblement découragé. Tu vois ? L'amour n'a strictement aucune place là-dedans. Et je n'ai pas mon mot à dire dans cette histoire. Évidemment, je me doute que dans ton cerveau atrophié par je ne sais quelle plante hallucinogène, tout est possible du moment que l'on aime. Mais non. Rien n'est possible. Jamais. Surtout pas quand il s'agit de moi. Ai-je été assez clair ?

Devant l'air inquiet de son interlocutrice, il se retourna et se remit en chemin :

-Je me moques de savoir ce que tu penses de tout ça. Reprends ces souvenirs et détruit-les. Je n'aime pas Malicia. Pour moi, je ne l'ai jamais aimée et c'est bien mieux ainsi, crois-moi.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2nZ6IXc


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Occultes
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 219
avatar
Myosotis Grandiflore

Messages : 2144

Situation Amoureuse : Célibataire. Ex-chérie de Magnus Magouille, mais ne s'en rappelle pas.

Filière : Sciences Occultes

Sorts Connus : Aguamenti,
Calmos Pacificatum,
Confundo,
Contusionus Encontusiono,
Diffindo,
Episkey,
Failamalle,
Furonculus,
Impervius,
Incarcerem / Lashlabask,
Incendio,
Inflamarae,
Jambencoton,
Nauseis,
Orchideus,
Oubliettes,
Pointe au Nord,
Portus
Protego,
Repello Moldum,
Spero Patronum,
Repulso,
Rictusempra,
Lumps / Nox
Duro,
Amplificatum,
Revigor

Inventaire : Véritasérum,
Amortentia,
Philtre de Requinquance,
Potion Contraceptive (x3)
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Tequila Magouilita (x2),
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Scrutoscope
Poupée Vaudou
MessageSujet: Re: ♪ L'insoutenable légéreté de la mémoire de Lestrange ♫   Sam 13 Oct 2012 - 11:31

Le regard de Myosotis s'assombrit, et elle serra ses petits poings.

Rha, ce qu'il était agaçant !

Même si ses insultes et sa froideur n'étaient qu'une carapace, ça n'empêchait pas la jeune fille d'être vexée. Pas par les insultes, non, mais... Bon Dieu, il n'essayait même pas de l'écouter ! Il voulait avoir réponse à tout ! Et pourtant, malgré tout ça, elle voulait l'aider. En espérant aider cette si gentille Malicia par la même occasion.

Mais pourquoi fallait-il qu'il soit si agaçant ?!

Elle tira la langue au dos de Darius, qui marchait sans l'attendre, et le rejoignit en deux grandes enjambées :

-Tu te trompes !

-Que n'as-tu pas saisi dans "Je me moque de savoir ce que tu penses" ?

-Tu peux faire ce que tu veux ! Tu crois que tu n'as pas le choix, mais tu te trompes ! L'amour est la chose la plus importante du monde !

-C'est faux.

-C'est vrai !

-Tu m'ennuies, soupira Darius.

Il pressa le pas, et laissa derrière lui Myosotis. Cette dernière le fixa, un brin énervée :

-Tout est possible si on s'aime ! lui cria-t-elle. Et tu es un grand garçon, maintenant ! Tu n'es qu'un petit imbécile si tu accordes de l'importance à ce que pensent tes parents ! Moi j'ai osé tenir tête à ma mère, et depuis je suis enfin heureuse, pour la toute première fois de ma vie ! Fauchée, mais heureuse, tu m'entends ?

C'était la pure vérité : si elle avait écouté sa mère, Myosotis aurait eu une jolie rente mensuelle, mais elle aurait choisi de faire Botanique, n'aurait certainement pas osé rejoindre les Gamma Phi Orties (pas assez digne de leur famille), et serait encore sous le joug de la Reine des Ténèb... heu... de sa génitrice. Elle n'aurait pas rencontré tous ses potes qui étaient devenus sa vraie famille, et ne s'éclaterait certainement pas autant en cours avec sa poupée vaudou.

Mais malgré la sincérité qu'elle avait mis dans ses propos, Lestrange ne prêtait à l'évidence aucune attention à ce que lui disait la hippie. Il n'était presque plus qu'un point blond au milieu de l'éternelle pluie de paillettes, au fond de son champs de vision, à l'autre bout de la place MMM.

Myo courut vers lui, mue par une impulsion :

-Et si tu m'écoutes pas, au moins écoute-toi toi-même !

Elle plongea sa baguette dans la pensine, et en sortit un filet argenté, qu'elle jeta sur le blondinet.
Le fluide scintillant toucha de plein fouet la tête de ce dernier, qui se figea aussitôt.

Myo rétrécit le récipient magique d'un “réducto”, puis s'approcha de Darius.

Le teint blême, les yeux écarquillés fixant le vide, celui-ci semblait tellement hébété, qu'on aurait presque pu le croire stupéfixé
La jeune fille lui glissa la pensine miniature dans sa poche :

-Tiens, si tu changes d'avis.

Elle tourna les talons, et entra d'un pas rapide dans le bâtiment d'administration.
Il lui tardait de voir son bien-aimé Docteur Magouille. Un grand homme comme lui saurait les aider, elle et ses camarades enquêteurs... mais surtout... elle avait besoin de le voir. Une bouffée d'amour pour se remonter le moral, en somme.






Mes RPs du Moment !


Dream a little dream of me, avec Augustus Kane

Rock This Party !, avec plein de monde !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2ovdMPc


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Sociales Sorcières
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 102
avatar
Darius Lestrange

Messages : 1741

Situation Amoureuse : En couple.

Filière : Médicomagie

Sorts Connus : Calmos Pacificatum
Chauve-furie,
Citrouilletafors,
Duro,
Inflammarae,
Protego,
Spero Patronum,
Rubeum Nasum,
Repulso,
Tarentallegra,
Periculo Pugno,
Purée de Pois,
Subcingulus,
Episkey,
Serpensortia,
Nauseis,
Impervius,
Légilimancie,
Desillusio,
Dissendium,
Oubliettes

Inventaire : Essence de dictame (x2),
Chocolat Cépamoi,
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x7),
Pommade Pommadante Grégoire,
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x7),
Potion Contraceptive,
Tequila Magouillita (x6),
Horloge des Familles,
Glace à l'ennemi.
MessageSujet: Re: ♪ L'insoutenable légéreté de la mémoire de Lestrange ♫   Sam 13 Oct 2012 - 20:27

Un frisson parcourut le corps de Darius alors que, sous ses yeux interloqués, la pluie de paillettes laissait place à des flocons et que la place Magnus Magouille s'évanouissait pour laisser apparaître l'artère principale du village de Pré-Au-Lard, perché en haut d'une colline enneigée.

OoOoO

Darius remonta le col de son manteau et jeta un regard exaspéré à Crabbe et Goyle qui, le nez rougi par le froid, tentaient de faire des anges dans la neige mais ne parvenaient qu'à faire de grosses traces informes et boueuses sur le sol.

-Crabbe! Goyle! Cessez de vous donner en spectacle, et allez réserver ma table habituelle aux Trois Balais. intima le blondinet en levant les yeux au ciel.

Les deux benêts s'exécutèrent tout en ne manquant pas de glisser sur une plaque de verglas et de rire comme des bienheureux.

-Vivement l'Université, que leur contrat s'arrête et que je n'aie plus à supporter la présence de ces deux gorets. souffla-t-il de méchante humeur.

Darius fit quelques pas dans la rue, passant lentement devant les maisons toutes noires et pointues. Il stoppa devant une librairie et regarda la devanture.

Il s'en voulait.

Après avoir fait tout ce qu'il pouvait et s'être volontairement infligé toutes sortes de blessures, il était officiellement à court d'idées... et d'os à casser. Trouver prétexte sur prétexte pour voir Malicia était devenu un véritable enfer. Et il sentait que ce petit démon de Rincevent n'allait pas garder son secret bien longtemps. Et alors, que ferait-il ?

Il soupira.

Cette situation devenait impossible.

Il s'était pourtant juré de ne pas en arriver là. Il avait passé des mois à essayer de se persuader qu'il ne pouvait pas supporter la métisse, mais avait pourtant dû se résoudre à s'avouer que même la personne la plus haineuse du monde ne passait pas autant de temps à penser à celle qu'il haïssait.

Et qui faisait des sonnets à son pire ennemi, ou en conservait une collection de petits portraits à l'huile dans son coffre ? Il passait des heures à imaginer des complots contre chaque garçon qui s'approchait d'elle et il avait bien failli en tuer quelques uns, et pas seulement parce que c'était des Gryffondors. Il en parlait tellement qu'il soupçonnait Marcus de s'infliger un sort d'assurdiato à chaque fois qu'il entrait dans sa chambre. Il n'était absolument plus maître de ce qu'il faisait et ça commençait sérieusement à se voir. Il ne pouvait pas s'en empêcher. Il pensait à elle. Tout le temps. Dieu, que c'était pathétique... dieu que c'était agréable. Dieu que ses Parents allaient le détester s'ils apprenaient ça un jour.

Brusquement son cœur bondit alors qu'il apercevait dans la vitre de la librairie un reflet rouge. Malicia et Lucrécya étaient juste derrière lui en train de lorgner sur les bonbons d'une gigantesque confiserie:

-C'est… c'est… Honeydukes… fit la Gryffondor, emmitouflée dans un manteau rouge.

Elle souleva son petit nez hors de son écharpe blanche en collant son visage et ses mains contre la vitre de la confiserie.

-Ça m'avait tant manqué, depuis l'an dernier…lâcha-t-elle, les yeux brillants.

Lucrécya soupira :

-Tu veux qu'on y aille ? On est déjà en retard pour mon rendez-vous avec Marcus, alors un peu plus un peu moins…

-OUI !

Les deux filles s'engouffrèrent dans la boutique.

Avant même de penser à quoi que ce soit, Darius remarqua que ses pas l'avaient mené droit devant la porte de la confiserie. Il regarda, amusé, Malicia remplir les bras de Rincevent de chocolats, de caramels et d'autres délices sucrés. Elle éclata de rire et Darius rougit... avant de tourner les talons en direction des Trois Balais :

-Bon sang, ne pourrait-elle arrêter, ne serait-ce qu' une minute, d'être adorable à ce point ! Je suis sûr qu'elle le fait exprès ! pesta-t-il à haute voix. Elle veut ma perte !

Il remarqua qu'un vendeur qui nettoyait la neige lui lançait un regard étonné et s'écria :

-Qu'est-ce que vous regardez ?!

Darius se précipita dans les Trois Balais et s'assit lourdement à la table que lui avaient gardé Crabbe et Goyle. Ces deux derniers avaient chacun la tête dans un pudding et envoyaient des gerbes de raisins secs tout autour d'eux. Le blondinet enfouit sa tête dans ses mains : il fallait absolument qu'il se trouve d'autres amis... Il avait bien Marcus, mais ce dernier le délaissait délibérément depuis qu'il s'était amouraché de cette femme des cavernes de Rincevent. Et le fait qu'il puisse rapporter quotidiennement des nouvelles de Malicia ne l'aidait pas. Parce que Darius ne voulait pas alimenter son obsession. Mais il n'avait jamais eu le cœur de dire au Capitaine de passer à un autre sujet. Au contraire, il buvait ses paroles, avec ce qu'il espérait être un air détaché.

Alors que le blondinet ôtait avec dégoût un raisin qui venait d'atterrir sur sa manche, la porte du pub s'ouvrit et Rincevent, suivie de Malicia entra. Cette dernière aperçut Darius et lui fit un petit sourire. Le blondinet détourna le regard. Il était maudit, il n'y avait pas d'autre explication. Dans tout cette histoire, le pire était sûrement que Malicia semblait bien l'aimer. Elle faisait vraiment tout pour que la situation soit intolérable. Comment pouvait-il renoncer à elle si elle l'appréciait ? Il fallait qu'il parvienne à l'éloigner... Mais pas trop. Il aurait peut-être dû être plus odieux encore avec elle. Peut-être en ressortant avec cette insupportable Pansy Parkinson ?

Darius jeta un coup d'œil à une table non loin où son fan-club sirotait des sirops de cerise soda en le fixant, non sans glousser et sans battre de temps à autre des cils. A la vue de ce cortège de dindes, le blondinet grimaça, dégoûté. Non. Définitivement pas. Après tout, la semaine qu'il avait passé à supporter Pansy avait été la plus longue de sa vie.

Darius regarda la table devant lui, l'air sombre. De toute manière, il ne se passerait jamais rien avec Malicia. Il le fallait. Il ne lui restait que neuf petit mois à tenir sans lui parler et tout se passerait bien.
Soudain la voix de la gryffondor emplit les lieux :

-LÂCHE-MOI, SALETÉ DE BOUFFE-TIGNASSE ! AAH !

Darius se leva brusquement, prêt à en découdre avec ce qui embêtait la métisse.

Il remarqua bien vite, le ridicule de sa réaction... avant de lever les yeux au ciel. Maintenant qu'il était debout, autant que ça paraisse naturel.

-Restez là. fit-il à l'intention de ses deux acolytes.

Il s'approcha subrepticement de la table où Marcus, Rincevent et Malicia se trouvaient.

-Quelle farceuse ! s'ébahissait Lucrécya en regardant Avada, la plante mangeuse de cheveux que Marcus venait de lui offrir pour leur premier mois en couple. On dirait qu’elle m’aime bien !

-Mais qui ne pourrait pas t’aimer ? fit Marcus, les yeux rêveurs.

-Au moins la moitié de l’école, vu que l’autre moitié ne la connaît pas ! décréta Lestrange. Au fait : c’est MA table.

Il s'installa sur une chaise vide, à côté de celle de Mali, et croisa les bras, particulièrement fier de sa réplique.

-Ben tiens. On ne s’y attendait pas, à celle-là… fit Lucrécya.

Elle eut un petit sourire maléfique. Darius l'ignora. Il se tourna vers Malicia et fit semblant d'être outré :

-Qu’est-ce que la Gryffondor fait là ?

Il considéra la métisse. Dieu qu'elle sentait bon.

Marcus frappa du poing sur la table, faisant sursauter le blondinet :

-Qu’est-ce que TU fous là, Lestrange ? C’est NOTRE anniversaire ! s’énerva le Capitaine.

Goyle s’assit entre Marcus et Lucrécya, et pointa son doigt boudiné vers Avada la bouffe-tignasse :

-Héé ! C’est quoi cette plante ? demanda-t-il. Ça se mange ?

Lestrange le saisit par le col :

-Je vous avais dit de rester là-bas !

-On s’est perdu ! geignit Crabbe.

-Mais qui m'a donné des sous-fifres pareils ? siffla Darius.

Madame Rosmerta revint avec six chopes de bièraubeurres sur un plateau. Elle les distribua sans que personne ne fasse trop attention à elle : tout le monde autour de la table s’énervait … à part Lucrécya, qui, étrangement, gardait un calme olympien, un sourire mystérieux aux lèvres.

-Allez à votre table, maintenant. ordonna Lestrange.

-Mais elle est où ? gémirent Crabbe et Goyle.

Darius réfléchit un moment, en scrutant la pièce.

-C’est celle-là, là bas, avec le garçon aux cheveux noirs et à lunettes, le grand roux, et la petite ébouriffée !

Tout contents, les benêts partirent, leurs bièraubeurres à la main. Darius les suivit des yeux, sans remarquer que Lucrécya venait de verser quelque chose dans son verre.

Marcus se tourna vers le blondinet :

-Pourquoi tu les as envoyés chez Potter ?

Darius sourit, fier de lui :

-Je fais d’une pierre deux coups : nous sommes débarrassés de ces idiots, et Potter et sa clique en sont embarrassés !

Il but une bonne rasade de sa chope.

Lucrécya se mit à rire d’un rire maléfique, le plus maléfique qu’elle n’ait jamais eu. Sa bouffe-tignasse tenta de l'imiter, et émit un couinement moqueur. Darius fronça les sourcils : ce rire ne lui disait rien qui vaille...

-Qu’as-tu donc, Rincevent ? siffla-t-il.

Lulu tenta de se reprendre :

-Non, rien. Alors, Lestrange, elle est bonne ta bièraubeurre ? s'enquit-elle.

Darius haussa les épaules :

-Elle a comme un arrière goût étrange.

-Et ta grand-mère, elle s’appelle comment ?

-Druella Black.

Darius ouvrit des yeux surpris. Il ne savait pas pourquoi il avait répondu à cette question au lieu d'envoyer Lucrécya au diable. Après tout, ce genre d'informations ne la regardait pas du tout. A sa grande surprise, la batteuse lui posa d'autres questions et il y répondit sans se faire prier. Il y avait décidément quelque chose qui n'allait pas. Etait-ce Malicia qui lui faisait perdre ses moyens d'une nouvelle façon ? La gryffondor jetait des regards inquiets à son amie rigolarde.

-Lustucru… fit-elle d'une petite voix.

-Lestrange, mon ami, reprit Lucrécya sans lui prêter attention, puisque t'as envie de parler aujourd’hui, explique-moi : pourquoi tu m’as envoyé un message secret l’autre jour ?

Darius rougit violemment. Mais avant qu'il ne puisse se contrôler, il s'était mis à parler sans pouvoir s'arrêter. Avec des yeux de plus en plus affolés, il répondit :

-Non, mais Rincevent, pour qui me prends-tu ? Crois-tu vraiment que je vais avouer qu’il me fallait un prétexte pour me rendre à l’infirmerie ? Non pas que j’aime Pomfresh : les lits sont trop durs, on est mal servi, et il y a cette perpétuelle odeur de formol… Et cette infirmière vicieuse nous force tous à rester en pyjamas ! Porter toute la sainte journée ce ridicule pyjama noir que Mère m’a fait faire sur mesure, quelle injure à ma personne ! Et puis ce n'est guère drôle de se faire casser le nez, la clavicule, le genou, les deux bras, les deux jambes, et un nombre incalculable de côtes. Mais il fallait bien que j’aille à l’infirmerie pour pouvoir voir Mal…

Le blondinet se mit la main sur la bouche, et gémit. En regardant son verre, le mot véritasérum s'imposa à son esprit. Saleté de Rincevent ! Il aurait dû se douter qu'elle complotait quelque chose. Il fallait qu'il quitte les lieux au plus vite avant de se compromettre. Mais Lucrécya ne lui en laissa pas le temps :

-Mal… qui ? fit-elle, l'air angélique.

Furieux, Darius haussa le ton :

-MALICIA McGUIRE ! Rincevent, espèce d’ahurie, ne fais pas semblant de ne pas comprendre. Tu étais au courant !

-Au courant de quoi, Lestrange ? Dis-le nous, nous avons mal entendu ! le tortura Lucrécya.

Darius serra la mâchoire, déterminé à ne rien dire. Mais les mots se pressaient derrière sa bouche.

-Au courant que je l’aime ! lâcha-t-il, malgré lui.

Il essaya d'éviter le regard de Malicia qui regardait la scène sans trop y croire.

-Mais que tu aimes qui ? poursuivit la Serpentard, un sourire vicieux aux lèvres.
C'en fut trop pour Darius qui se leva, hors de lui :

-J’AIME MALICIA McGUIRE ! hurla-t-il.

Mortifié, il ferma les yeux alors que les regards de la salle convergeaient vers lui. Ne pouvant pas en supporter plus, il sortit du pub aussi vite qu'il le pouvait.

Darius avait couru hors du village et s'était mis à marcher aussi vite qu'il le pouvait. Finalement, il avait stoppé près d'une maisonnette et avait hurlé un juron en donnant un coup de pied dans un petit monticule neigeux... avant de grimacer de douleur en découvrant qu'il venait de taper dans un rocher.

Il essaya de se calmer. Mais il avait juste envie de retourner aux Trois Balais pour y commettre un homicide. Dieu qu'il détestait cette Rincevent ! Comment avait-elle osé le mettre en si fâcheuse posture ? Si Malicia venait lui parler, comment devrait-il réagir ? Comment allait-il se tirer de là ?

Il s'affala sur une clôture en bois, l'air sombre.

Des bruit de pas se rapprochèrent.

-Darius ? fit la voix de Malicia derrière lui, pleine d'hésitation.

-VA-T-EN ! cria le blondinet.

Le silence retomba. Finalement, la gryffondor fit un petit pas en avant :

-Ca va aller ? demanda-t-elle gentiment.

-NON !

-Tu sais, ce qui s'est passé tout à l'heure, c'est vraiment pas grave.... fit Malicia après un petit moment.

Darius émit un petit rire sardonique :

-CE SONT BIEN DES PAROLES DE GRYFFONDOR !

La métisse se tenait maintenant juste à côté de lui :

-Tu... tu sais que je t'aime aussi ? hasarda-t-elle.

Un éclair de panique passa dans les yeux du blondinet qui se crispa quelques secondes.

-JE SAIS ! finit-il par crier.

Malicia le regarda, visiblement inquiète :

-Tu peux pas arrêter de crier, c'est ça ? risqua-t-elle d'une petite voix.

Darius ouvrit des yeux affolés :

-PAS POUR LE MOMENT, NON !

Malicia s'accouda elle aussi à la rambarde.

-Bien bien bien bien bien… fit-elle, un brin gêné.

-NON, RIEN N'EST BIEN !

Darius se tourna vers la gryffondor et la saisit par les épaules :

- TOUT ALLAIT BIEN JUSQU’À CE QUE TU ENTRE DANS MA TÊTE ! JE NE PEUX PAS ME PERMETTRE D’ÊTRE AVEC TOI, TU ES... EXACTEMENT TOUT CE QU'IL NE ME FAUT PAS ! SI JE ME COMPROMETS AVEC TOI, MES PARENTS SERONT FURIEUX ET TOUTE LA MAISON DES SERPENTARDS VA SE MOQUER DE MOI ! TU COMPRENDS ? ALORS VA-T-EN ET LAISSE-MOI TRANQUILLE !

Le blondinet regretta aussitôt ce qu'il venait de dire alors que des larmes montaient dans les yeux de la gryffondor. Résistant à son envie de la prendre dans ses bras, il la lâcha et détourna le visage.

-Je suis désolée. fit la voix triste de Malicia derrière lui. Je ne t'embêterai plus.

Darius prit une profonde inspiration. Il avait fait ce qu'il fallait. Alors pourquoi se sentait-il si mal ? Il avait l'impression que ses organes se vrillaient dans son corps.

Malicia tourna les talons et le cerveau de Darius s'emballa sous un accès de douleur et de panique.
Après tout, que risquait-il vraiment à sortir avec elle ? Aucune fille n'était restée avec lui plus d'une semaine. Il était, soi-disant, insupportable. Il y avait très peu de chances que ça marche. Et au cas où ça s'avérait marcher, il avait bien neuf mois pour trouver une solution. Peut-être que ses parents comprendraient. S'il laissait partir Malicia maintenant, il ne pourrait probablement plus jamais lui parler. Son cœur se serra. L'idée lui était insupportable.

Il fallait qu'il prenne une décision.

-Oh et puis zut. murmura-t-il.

Il saisit la main de Malicia, tira la gryffondor à lui et l'embrassa.

Après un moment, les deux se regardèrent, aux anges.

La gryffondor sourit.

-...donc ? commença-t-elle.

-Donc ? lui répondit Darius.

-Donc on est ensemble ?

Le blondinet acquiesça :

-Si tant est que tu suis un certain nombre de règles, oui...

Sa petite-amie le suivit en fronçant les sourcils :

-Quel genre de règles ?

Darius se mit à marcher en direction de Pré-Au-Lard :

-Je ne veux pas gâcher ce moment avec de la paperasse. Nous aurons tout le temps de les aborder.

-Oh. fit la jeune fille avant d'ajouter, moqueuse. Il faut que je contacte mes avocats ?

Darius eut un petit rire :

-Nooon... avant d'avoir l'air suspect. Pas encore.

Il se tourna vers la gryffondor qui le regardait :

-C'est une boutade. fit-il, fier de lui.

-Je sais. répondit Malicia avec des yeux amusés.

Darius sourit :

-J'affectionne les boutades. confia-t-il.

Un éclair de panique passa dans ses yeux et il saisit la manche du manteau de Malicia :

-Mais tu ne dois le dire à personne ! J'ai une réputation à tenir. fit-il précipitamment. C'est ma première règle. Ne dit à personne qu'en privé je suis parfaitement charmant. Et névrosé. Ne dis à personne que je suis... enfin si, ça tu peux le dire. Cela inspirera la crainte aux autres Maisons. Ou non. Ne dis rien. Deuxième règle : personne ne doit savoir que l'on est ensemble.

-Darius ? fit la gryffondor avec l'air espiègle.

-Quoi ? fit le blondinet avec des yeux inquiets. Tu veux déjà me quitter, c'est ça ? Ne me quitte pas !

-On est ensemble ! fit sa petite-amie en se jetant à son cou, hystérique, avant de reprendre la parole, tout sourire. Et si on allait chez Madame Pieddodu ? Il paraît qu'il y a un gâteau à la citrouille à trois étages juste délicieux ! Oh non, et si on allait plutôt à la librairie, il y a peut-être une dédicace en cours ! Et pi il y a tellement de livres que j'aimerai te montrer ! Ou alors... on s'en fiche, on se balade juste et pi on parle ! Il y a plein de choses que je veux savoir ! En fait, je veux tout savoir! ... tout ce que je n'ai pas déjà appris en espionnant les conversations du Capitaine Minus. Tu imagines, on est ensemble, on peut faire plein de choses! On pourrait juste faire une liste et marquer tout ce qu'on veut faire !... Ou non, tu vas penser que je suis psychorigide et maniaque du contrôle, ohmondieuohmondieuohmondieu ! Ne faisons pas de liste ! Ne faisons rien !

Malicia le serra fort dans ses bras.

Darius ouvrit des yeux ronds :

-Tu es à moitié folle... commença-t-il, avant d'ajouter, ravi. Ca me plaît.

Les deux poursuivirent leur chemin, main dans la main.

OoOoO

Darius regardait dans le vide, alors que la place Magnus Magouille réapparaissait devant lui et que le reste du souvenir défilait dans sa tête. Alors qu'une boule de désespoir se formait dans son ventre, il se rappela de tout, jusque dans le moindre détail, du rire en grelots de Malicia qu'il n'avait plus entendu depuis des mois, au moindre mot qu'elle lui avait dit ce jour-là. Il se rappela également de la sensation de libération qui avait accompagné cette journée et une chose, qu'il avait cherché à enfouir au plus profond de lui même, remonta brusquement à la surface et s'embrasa d'un coup, se diffusant dans son être tout entier.

-J'aime Malicia McGuire. murmura-t-il, doucement, l'air totalement perdu.

Il repensa à tout ce qu'il avait pu faire ou dire ces derniers mois et se sentit terriblement confus et honteux. Alors que dans sa tête, le souvenir cherchait désespérément un peu de cohérence mais n'en trouvait aucune, entouré de vide qu'il était, Darius eut du mal à respirer. Il avait terriblement mal.

Il regarda autour de lui à la recherche de Myo. Il fallait qu'il fasse payer à cette fille ce qu'elle lui avait fait subir.

Le bâtiment administratif se dressait devant lui.

Il s'en approcha, titubant et luttant contre ses propres pensées.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2nZ6IXc


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière ::
Description ::
Bons Points : Bons Points ::
avatar
Le Doyen

Messages : 1604

Situation Amoureuse : Inconnue.

Sorts Connus : TOUS ! Vous voulez plus de sorts ?
Visitez ma boutique !

Inventaire :
PLEIN !
Vous voulez plus de potions ?
Vous voulez plus d'objets ?
Visitez ma boutique !
MessageSujet: Re: ♪ L'insoutenable légéreté de la mémoire de Lestrange ♫   Sam 13 Oct 2012 - 23:37

Dans le bureau du docteur Magouille, quelques professeurs, réunis autour d'un gramophone, écoutait la fin d'une chanson d'un air particulièrement horrifié.

La musique stoppa.

Le général Schneider déglutit :

-Euh... je ne sais pas, Magnus, c'est peut-être un peu trop moderne...

-J'ai vraiment une voix comme ça ? articula Miss Curatelle, encore plus blanche que d'habitude.

-Je... Je ne suis pas sûre que faire rimer pieds avec pieds soit la solution la plus gracieuse... hasarda Mme Feinstein.

Miss Krapull croisa les bras, boudeuse :

-J'ai pas assez de texte, siffla-t-elle.

Seul Saussurus semblait ravi. Il claquait des doigts de façon hasardeuse :

-Moi, je trouve que ça ne manquait pas de rythme !

Ma baguette de Miss Idamia se dressa, et glapit d'une voix contrefaite :

-Magnus... Vous pouvez répéter votre plan ? Je ne suis pas sûre d'en avoir saisi toutes les subtilités...

Magouille, qui était enfoncé dans son fauteuil, les bras derrière la tête et les pieds sur son bureau, considérait avec amusement les professeurs debout devant lui.

-Eh bien c'est simple, madame Pointue ! Quoi de mieux qu'une chanson pour combattre d'autres chansons ?

Les enseignants se jetèrent un regard circonspect.

-Eh bien, commença Schneider avec diplomatie, je ne suis pas sûr du fondement...

-Voyons, Siegfried, vous connaissez la musique mieux que quiconque ! Et pour combattre un sortilège qui nous fait chanter, pourquoi pas esssayer de chanter volontairement ? Pour se fondre dans la masse et combattre de l'intérieur le sort en inversant la polarité musicale ! s'exclama le doyen d'une voix enjouée.

Feinstein se pencha vers Miss Krapull et lui murmura à l'oreille :

-Il n'a aucune idée de ce qu'il raconte, n'est-ce pas ?

La secrétaire secoua la tête, dépitée.

Idamia se racla la gorge, et dit avec un tout petit filet de voix :

-Peut-être qu'on pourrait réécouter ? Pour se faire une meilleure idée ?

-Si vous voulez, fit Magouille en agitant sa baguette.

Le gramophone repartit de plus belle :

La chanson de l'espoir
(sur l'air de Pichets de l'Amour, du Coeur à ses Raisons)


Miss Curatelle:
Ooooh, la catastrophe!

Général Schneider:
Yeah yeah yeah yeah!

Mrs Feinstein:
Nos étudiants ont mal aux pied-eeeeeh..

Miss Curatelle:
...aux pieds.... aux pieds...aux pieds.

Général Schneider:
Oooooh, notre fac, est bien en danger !

Miss Curatelle:
D-A-N-G-É, ouais danger !

Miss Krapull et Miss Idamia:
On peut pas s'empêcher d'chanter !

Miss Krapull, en poussant Idamia :
SOLO !
Gardons espoir, ce n'est pas trop tard !

Général Schneider:
Woh, oh, ooooooooooh!

Mr Saussurus:
Notre estimé doyen nous sauvera dès ce soir !

Général Schneider:
Woh, oh, oh, oh !
Oooooooooooooooooh !

Mr Saussurus:
Chantons donc...

Miss Curatelle:
...la chanson de l'espoir !

Général Schneider:
Chanson d'l'espoiiir !

Miss Krapull:
Oh oui cette magnifique chanson...

Tous :
Chanson de l'espoir...

Miss Krapull :
The song of hope ! The song of hope !

Un long silence suivit la réécoute de la chanson.

Sausurrus finit par applaudir :

-Magnus, laissez-moi vous dire que les paroles que vous avez écrites sont particulièrement émouvantes !

-Ah bon ? Je n'aurais pas dit ça comme ça, fit Feinstein.

-Eh bien voilà qui est réglé ! fit Magouille en bâillant. Nous diffuserons cette chanson en boucle dans tout le campus jusqu'à ce qu'elle fasse fuir le sortilège ! Merci à bientôt !

Il agita sa baguette, et tous furent repoussés jusqu'à la porte de son bureau, où ils sortirent en pestant.

-Dieu qu'ils sont crédules, ricana le doyen, une fois qu'il fut seul. Bon, eh bien maintenant, ma chère Moustache, mettons-nous à notre cher projet secret !

Il ouvrit un épais dossier estampillé "Magouillita".

Quelqu'un frappa à la porte, et Magouille leva les yeux au ciel.

-Entrez donc !

Une jeune fille aux cheveux verts poussa la porte, et le doyen se lissa la moustache avec intérêt.

-Que puis-je faire pour vous, ma délicieuse enfant ? susurra-t-il en regardant Myo de bas en haut, puis de haut en bas.

La Gamma rougit, un petit sourire aux lèvres :

-Monsieur... Désolée vous prendre de votre temps si précieux... Je sais que vous êtes occupés sur des dossiers urgents de l'université...

Le Dr Magouille jeta un regard en coin à son projet Magouillita.

-Moui, c'est exactement ça, fit-il d'une voix peu assurée.

-Mes amis et moi, on a enquêté sur le sortilège musical, et on a trouvé le coupable !

Magouille rapprocha subrepticement sa main de sa baguette.

-Mouiiii ?

-C'est quelqu'un de très connu et de très admiré par la communauté sorcière, et je ne sais pas ce qui se passerait si l'annonce de sa culpabilité venait à être révélée au grand jour.

-Ca serait fâcheux, en effet.

Le doyen se leva, et fit quelques pas autour de Myo, tel un rapace.

-Mais, heureusement, je sais comment agir dans ce genre de situation...

Il appuya à toute vitesse et frénétiquement sur un gros bouton rouge qui se trouvait sur le mur.

Aussitôt, une gigantesque cage descendit du plafond et emprisonna la pauvre Myo, qui balbutia :

-Mais... Docteur Magouille ?!

Le doyen se pencha vers la jeune fille :

-Ah oui, mon p'tit oiseau, il ne fallait pas essayer de faire chanter le docteur Magouille ! D'autres s'y sont essayés et y ont laissé des plumes ! Ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah !

Magouille partit d'un rire machiavélique, sans remarquer que la porte de son bureau était restée entrouverte. De l'autre côté, Darius ouvrit des yeux horrifiés et tourna les talons.

-Il faut que je prévienne ces fumeurs de verdure malpropres de Gamma !

Alors qu'il sortait du bâtiment, quelqu'un le saisit vigoureusement par le bras, et lui plaqua une grosse main ferme sur la bouche, avant de transplaner.

Darius va ICI !




Le paiement des frais d'inscription n'est pas obligatoire mais fortement recommandé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le Narrateur

Messages : 503

MessageSujet: Re: ♪ L'insoutenable légéreté de la mémoire de Lestrange ♫   Lun 15 Oct 2012 - 16:43

CHERS ÉTUDIANTS, PRENEZ UN REPOS BIEN MÉRITÉ !

Il ne se passera rien de plus ce Vendredi !

Nous sommes désormais Samedi et il est 7 heures du Matin !

Merci d'en tenir compte dans vos messages.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

♪ L'insoutenable légéreté de la mémoire de Lestrange ♫

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wizardry & Occult Witchcraft University :: RPG :: Place Magnus Maximus Magouille :: Place & Resto U-