Image Image ImageAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 
Partagez | 
 

 Les Aventuriers de la Mémoire Perdue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Marcus Flynn

Messages : 536

Situation Amoureuse : tout va bien ! Ma femme va revenir, que j'vous dis !

Sorts Connus : Aguamenti,
Assurdiato,
Defodio,
Episkey,
Inflammarae,
Pointe au Nord,
Protego,
Repulso,
Revigor,
Spero Patronum,
Confringo,
Hominum Revelio,
Cave Inimicum


Inventaire : Chocolat Cépamoi (x2)
Philtre de Requinquance (x2)
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x7)
Lait de Poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x5)
Tequila Magouilita (x2),
Onguent d'amnésie du Dr Oubbly,
Scrutoscope,
Glace à l'ennemi

MessageSujet: Les Aventuriers de la Mémoire Perdue   Lun 11 Avr 2016 - 19:33

Les Aventuriers

de la Mémoire Perdue

AVEC : Marcus, Malicia, Doc Magouille
PRIVÉ / PUBLIC : Privé
DATE : 16 mars


Tout en marchant, Marcus relut une énième fois le parchemin qu'il avait reçu plus tôt, par le hibou de l'administration de la WoW.

« Le journaliste le plus compétent du Magyar Déchaîné est instamment convoqué dans le Bureau du Doyen, pour enquêter avec discrétion sur une affaire de la plus haute importance.

Signé :
Le Bon Docteur Magnus Magouille.

Post Scriptum : Quand je dis ''le journaliste le plus compétent'', je parle bien évidemment d'un journaliste MÂLE. Il s'agit d'affaires sérieuses entre hommes, non pas d'une étude comparative des derniers colifichets à la mode, ou de trouver le meilleur régime avant la venue de l'été, merci bien. »

Le Pi Alpha Fi hocha la tête. Aucun doute, ça s'adressait à lui. A qui d'autre ? Il était le seul gaillard pigiste du Magyar Déchaîné ! A part lui, à la rédaction, y'avait que Malicia-Bouftout et Griselda O'Neil. Des gonzesses, quoi. Et même si Marcus voyait pas le problème d'être gonzesse et journaliste à la fois, apparemment, le Doyen en voyait un, lui. Sans doute avait-il été traumatisé à la suite d'une mauvaise expérience, le pauvre...

Enfin peu importait : ça laissait à Marcus l'occasion de faire ses preuves ! Avec une enquête ! Une vraie de vraie ! Qui ferait la une, et tout ! Marcus sourit de toutes ses dents : ouaip, ça serait cool de rivaliser un peu avec les unes géniallissimes de O'Neil !

Ca faisait quelques semaines qu'il faisait partie du journal. Officiellement, il avait demandé à Bouftout de l'engager, parce que ça ferait classe sur son futur CV, d'avoir des activités intelligu... intellectori.. euh... des activités finaudes qui faisaient marcher le ciboulot ! Mais en vrai, c'était parce qu'il avait besoin de s'aérer un peu l'esprit.

Lulu s'était barrée du jour au lendemain, et il avait toujours un peu de mal à le digérer. Enfin, pour être honnête, il commençait à se faire à l'idée qu'elle ne serait plus jamais sa señora. Mais il voyait pas pourquoi ils auraient pas pu rester potes, comme ils étaient à Poudlard ! Sauf qu'il n'avait pas eu l'occasion de lui demander pourquoi : elle avait été aux abonnées absentes, ce dernier mois. Elle n'était même pas passée voir Rufus, qui poussait comme une mauvaise herbe. A croire que tout ça n'interessait plus la jeune femme. Mais ça n'empêchait pas qu'elle manquait à Marcus...

Et si Lulu lui manquait... Reynolds aussi, bordel ! Et ça, ça faisait d'autant plus mal au PAF qu'il savait qu'il reverrait jamais le gaillard. Quand il avait appris la mort de son bro, Marcus s'était senti tout con. Parce que la dernière fois qu'il avait passé du temps en compagnie du cowboy, celui-ci avait tenté durant des heures de remonter son moral, qu'il avait dans les chaussettes à cause de sa rupture. Un vrai putain de bro, quoi. Mais si le PAF avait su que c'était la toute dernière fois qu'il voyait son pote, il aurait fait un truc moins moisi. Avec moins de larmes. Et plus de bières. Et plus de blagues salaces. Et avec Lestrange, l'autre bro indispensable de leur bande. Mais nan : il avait chouiné toute la journée, Reynolds avait du partir au bal avec son ex Grandiflore, et paf : le lendemain, les deux étaient morts entretués. Dingue.

Bref, le Pi Alpha Fi s'était dit que bosser pour le Magyar Déchaîné, qui l'avait bien aidé avec sa loup-garoutisation, serait parfait pour lui changer les idées, et ne pas trop penser à tout ça.

Et ça marchait du feu de Dieu ! Mieux encore : il s'était trouvé une nouvelle passion secrète ! Et il était doué : il se rappelait encore de l'émotion de Bouftout, quand il lui avait lire son tout premier article ! Il avait vu dans ses yeux écarquillés, sa bouche grande ouverte et la façon dont son sourcil tressautait qu'elle avait été vachetement impressionnée. Mais bon, fallait dire qu'il était vachtement impressionnant. Et il avait pas choisi n'importe quel sujet : il avait fait des recherches poussées et intensives, sur les épaisseurs standard des semelles des chaussures des joueurs de quidditch titulaires du Club de Flaquemare !!!

Et hop, il avait été engagé par la métisse. Elle lui avait offert une plume ensorcelée pour corriger automatiquement les fautes d'orthographe, de grammaire et de synthaxe, et avait lourdement insisté pour qu'il la laisse choisir ses sujets, à l'avenir. Et c'est comme ça qu'il s'était retrouvé chargé d'annoncer les résultats des matchs de quidditch de la fac.

Ouais bon c'est sûr, y'avait pas eu de matchs depuis qu'il avait été engagé... mais ça l'empêchait pas d'écrire de chouettes articles, de temps à autre ! Le dernier datait de ce matin même : c'était un portrait romanesque et détaillé de Monsieur Kiki, un bichon frisé égaré la veille sur Mysteria Lane, et dont la propriétaire attendait le retour avec impatience (fortes récompenses à prévoir pour tout renseignement !).

Ah oui, ça faisait du bien d'être un journaliste d'investigation !

Et maintenant, il allait pouvoir aider une personne de plus. Et pas n'importe qui : Magnus Magouille ! Leur Doyen, qui, de l'avis général, était un chic type !
En plus, s'il parvenait à résoudre le problème de Magouille, Marcus était sûr qu'il aurait droit à une belle récompense, dont la trésorerie du Magyar Déchaîné avait bien besoin.

Il s'arrêta, et déclara :

-Nous y voilà.

Il mit les mains sur les hanches, et leva la tête pour considérer le grand batiment administratif.
Tout en haut, scintillaient les immenses vitres de la baie vitrée, qui bordait le bureau du Dr Magouille.

Marcus sourit, bienheureux :

-Aaah, y'a pas à dire, ça fait bien plaisir de pouvoir aider notre bon vieux doyen, pour une fois ! Non ? Non ?

Devant l'absence de réponse, il tourna la tête... et croisa le regard lourd de sens de Malicia, à ses côtés.



On va poutrer du zombie !!!


Mes RPs du Moment !



Les aventuriers de la mémoire perdue, avec Malicia "Bouftout" McGuire et Doc Magouille

Bro of the dead, avec Drago Malefoy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Occultes
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 182
avatar
Malicia McGuire

Messages : 3439

Double Compte : Aucun !
Situation Amoureuse : Chaotique !

Filière : Sciences Occultes

Sorts Connus : Aguamenti,
Assurdiato,
Batrasempra,
Calmos Pacificatum,
Confundo,
Defodio,
Episkey,
Failamalle,
Ferula,
Gemino,
Impervius,
Incarcerem/Lashlabask,
Oubliettes,
Periculo Pugno
Portus,
Protego,
Protéiforme,
Tarentallegra,
Purée de pois,
Furunculus,
Mucus ad nauseam,
Duro,
Amplificatum,
Revigoré,
Elasticus

Inventaire : Chocolats Cépamoi (x5)
Essence de dictame (x5),
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Philtre de Requinquance (x5),
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Potion Tue-loup,
Rapeltout,
Tequila Magouillita,
Potion contraceptive
MessageSujet: Re: Les Aventuriers de la Mémoire Perdue   Dim 17 Avr 2016 - 20:45

C'était chelou.

Chelou, chelou, chelou. Chelou. CHE. LOU. CHELOU ! Magnus Magouille, demander de l'aide au Magyar ? Magnus Magouille ! Magouille ! De l'aide ! AU MAGYAR ?! MAGNUS MAGOUILLE ?!

Y'avait un scroutt dans le potage. Y'avait un dragon sous roche. Y'avait... enfin bref ! C'était chelou ! Et c'est pour ça que Mali était là. Parce que c'était chelou. Et parce que parmi tous les journalistes du Magyar Déchaîné, le doyen avait demandé Minus.

Le Magyar Déchaîné, c'était le pire journal de la fac, tout le monde savait ça. Et il y avait une bonne raison pour qu'il le soit : tous les journalistes qui y bossaient étaient NULS ! Nuls, nuls, nuls. Moisis du derche. Minables. Tout pourris ! Gri passait sa vie à la suivre partout pour la prendre en photo dans les pires moments de sa vie et mettre ça en gros, en gras, et en comic sans ms. Et en rose. Lulu avait plus foutu les pieds dans le clapier à gnomes qui leur servait de rédac depuis qu'elle avait décidé de plus lui parler. Minus ? Il passait plus de temps à se curer le nez avec la plume qu'elle lui avait offerte qu'à écrire des trucs et quand il faisait pas ça, il faisait des mini-souafles avec du parchemin froissé et il essayait de marquer des points en visant son dos ! Et elle ? Elle, elle était la pire de toutes ! Parce qu'elle les avait embauchés tous les trois ! Et elle écrivait même plus ! Non, elle essayait de faire regrimper la trésorerie. Ah non, si, en fait, elle écrivait : aux lecteurs pas contents.

Parce qu'ils avaient des lecteurs ! Trois, qu'ils étaient. Le premier, c'était un vieux qui trouvait dix fautes d’orthographe par ligne, et qui leur envoyait ses corrections. Alors qu'ils avaient des plumes pour ça ! Le deuxième, c'était un gros obsédé qui envoyait des courriers anonymes pour réclamer plus de photos de ses fesses ! Et le troisième... c'était Minus ! Et il payait pas son exemplaire, parce qu'IL TRAVAILLAIT LA ! Mais il critiquait quand même tous les articles ! Même les siens !

Bref, le Magyar, c'était la cata. Alors pourquoi demander de l'aide au Magyar ?!

Ouaip, c'était chelou.

Y'avait pas que ça d'ailleurs. De chelou. C'était même carrément incroyable à quel point le mois dernier l'avait été.

Myosotouffe était morte. Enfin, c'est ce qui se disait. Une dispute avec Titus Reynolds qui aurait mal tourné. Mais il y avait eu tellement peu de battage autour de ça qu'on aurait pu croire que l'affaire avait été étouffée à la va-vite. Enfin, c'est ce que Mali pensait. Bref, c'était chelou. Et pas seulement parce que Grandipouffe y était liée. Mali était triste pour elle. Personne ne méritait de mourir aussi jeune. Elle aurait peut-être eu la chance de sortir de sa mauvaise passe avec un peu plus de temps dans son sablier. Enfin, elle l'espérait. Elle était triste pour Titus aussi. Elle le connaissait pas vraiment très bien. Mais le peu de fois où elle avait parlé avec le gamma l'avait convaincue que c'était un gars bien. Darius et Minus étaient bien de son avis. Y'avait qu'à voir la tête qu'ils tiraient quand le sujet revenait sur le tapis.

Lulu voulait plus lui parler. Elle répondait pas aux hiboux, elle décrochait pas son miroir, et quand Mali essayait d'aller chez Gri à l'improviste pour la croiser, elle était jamais là. Mais son bordel, oui. Beaucoup de bordel. Beaucoup beaucoup trop de bordel. Mali était inquiète. Elle se bouffait d’inquiétude. Lulu lui manquait et si elle avait eu envie de pleurer les deux premières semaines après que sa meilleure amie ait décidé de ne plus lui parler, maintenant, elle était en pétard. Parce que, nom d'un scroutt, qu'est-ce qu'elle lui avait fait ? Elle avait été là pour son amie pendant des années et, là, comme ça, parce qu'une seule fois, elle avait été trop mal elle-même pour pourvoir s'occuper d'elle dans la seconde, elle la rayait de sa liste ? Rha, si elle la croisait, elle lui... ferait probablement un gros câlin en pleurant comme une madeleine. Mais ça serait un câlin sacrément en pétard ! Ah ça oui !

Un autre truc chelou : elle ne pigeait plus rien, mais rien à ses cours. Et en fait, elle avait même pas envie d'essayer. Elle était beaucoup trop occupée à répondre aux lecteurs du Magyar. Ça devait lui prendre... oula, au moins dix minutes par semaine. Vraiment pas le temps d'aller en cours. Surtout avec tous ses problèmes de pouvoirs. Qui s'amélioraient, merci de demander. Ça allait même beaucoup, beaucoup mieux. Elle était même quasiment au niveau d'un première année d’École de Magie maintenant. Encore 10 ou 20 ans de boulot acharné comme ça, de 8h à 8h du soir et elle arriverait à faire un Wingardium Leviosa. La Grande Classe.

Heureusement, Darius était là. Ce qui l'amenait à l'autre truc chelou dans sa vie : ça se passait super bien avec son petit copain. Tellement bien. Il était pessimiste, acide, donneur de leçons, et mon dieu, il l'énervait tout le temps ! Mais bon sang, qu'est-ce qu'elle pouvait adorer ça ! Et qu'est-ce qu'elle adorait sa façon de la regarder quand elle essayait de le rendre chèvre à son tour ! Et puis, il l'encourageait. Il l'avait aidée tous les jours pour qu'elle retrouve ses pouvoirs. Et ça, elle l'oublierait jamais. Bon, pour l'instant, elle avait toujours pas ses pouvoirs. Mais elle en avait un peu plus que le mois dernier, c'était déjà ça. Si il avait pas été là pour elle, quand elle se décourageait, elle ne l'aurait jamais fait aussi vite. Et elle se serait jamais rendue compte. Que même si elle était aussi douée qu'un première année maintenant, elle avait réussi autre chose de beaucoup plus important : elle se contrôlait. Pas totalement. Pas comme elle le voulait. Mais elle se contrôlait. Ça avait été horriblement dur, mais elle y arrivait un peu mieux chaque jour.

Et ça allait enfin lui servir.

Oui, oui, pour le truc chelou, là.

-Aaah, y'a pas à dire, ça fait bien plaisir de pouvoir aider notre bon vieux doyen, pour une fois ! s'exclama Minus à côté d'elle. Non ? Non ?

Mali fit la moue :

-Mouais.

Elle entra dans le bâtiment, passa devant la secrétaire et partit en direction des escaliers.

-Comment ça "mouais" ? s'indigna le capitaine des PAF en la talonnant. Allez Bouftout, fais pas ta grosse coincée, on va aider le Grand Docteur Magouille ! THE Bon Docteur en personne ! Dis-moi pas que ça te fais pas plaisir !

Mali fit encore plus la moue et leva un bras mollasson :

-Yey...

-Si t'es pas motivée, pourquoi t'as voulu venir à tout prix ?!

Le PAF roula des yeux en continuant à monter les escaliers en s'étirant les mollets au passage :

-Ah ouais, c'est vrai. Parce que c'est "chelou".

-Et comment que c'est chelou !

La zeta pinça les lèvres :

-Avec Magouille, c'est toujours chelou.

-C'est pour ça que t'es déguisée comme ça ?

La métisse, qui avait la forme d'un petit inconnu aux cheveux roux, s'agita et essaya de lui plaquer la main sur la bouche, mais le PAF se dégagea en faisant des petits bonds de sportifs.

-Chut, on va t'entendre !

Minus lui fit signe qu'il la recevait 7/7.

-Chuis le roi de la discrétion, Bouftout ! Te bile pas ! fit-il en poursuivant son chemin. Et puis, c'est quand même vachement utile ton truc : c'est bien pratique d'avoir un assistant ! Dommage que le Doyen ait dit pas de gonzesses...

Mali grommela. Elle pouvait pas supporter les machos. Alors Magouille...

-Rappelle-moi en qui t'es déguisée déjà ? demanda Marcus.

-Je sais pas. Et chut.  

-Ah, ok, ok.

Minus fit quelques pas de plus et se retourna :

-Comment ça, tu sais pas ?

-Ben oui... expliqua gentiment la métisse. J'arrive à prendre la forme de quelqu'un d'autre. Mais je sais jamais qui s'est.

-Ah, ok, ok.

Minus continua un peu et se retourna à nouveau :

-C'est quand même dommage.

-Ben ouais, je sais. acquiesça doucement Mali.

-Parce que ça aurait pu être vachement utile.

-Ben ouais.

-T'aurais pu faire de supers papiers pour le journal.

-Je sais.

-T'aurais pu t'infiltrer dans des lieux de fifou !

-Je sais, oui.

-T'aurais même pu prendre la forme de nanas sacrément bonnes pour faire des trucs sacrément chauds avec mon poto Lestrange !

-Je sa... commença Mali avant de devenir rouge comme une tomate. HEIN QUOI ?! NON MAIS CA VA PAS ?!

-Ben quoi ? T'y as jamais pensé ?

-NON ! Et puis ça veut dire quoi d'abord ?! se vexa la zeta. Que je suis pas suffisamment bonne ?!

Marcus mit un index sur son menton :

-Ben...

Mali ouvrit tout grand la bouche et les yeux, outrée.

-ON EST ARRIVES ! hurla-t-elle en se précipitant sur la porte du bureau du Doyen.

Elle toqua comme une folle furieuse.

-ICI LE MAGYAR, OUVREZ-NOUS NOM D'UN SCROUTT, QU'ON RÈGLE VOTRE AFFAIRE CHELOU !!!





Mes RPs du Moment !


Broken Mirror, avec Lucrécya Rincevent

Days before you came, avec Darius Lestrange

Ceci n'est pas un bizutage, avec Isaac O'Callaghan

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2RvWE


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière ::
Description ::
Bons Points : Bons Points ::
avatar
Le Doyen

Messages : 1606

Situation Amoureuse : Inconnue.

Sorts Connus : TOUS ! Vous voulez plus de sorts ?
Visitez ma boutique !

Inventaire :
PLEIN !
Vous voulez plus de potions ?
Vous voulez plus d'objets ?
Visitez ma boutique !
MessageSujet: Re: Les Aventuriers de la Mémoire Perdue   Sam 23 Avr 2016 - 14:59

Avachi sur son fauteuil, la main crispée sur une bouteille de bourbon presque vide, Magnus Magouille fixait de ses yeux rougis la porte d'entrée de son bureau. Qui ne lui avait jamais paru aussi inerte. Le Doyen soupira de mécontentement, et tira d'une main impatiente sa montre à gousset de sa poche.

Cela n'améliora pas son humeur. Bigre, pourquoi diable ce fieffé nouvelliste n'était-il pas encore arrivé ?!

Agacé, le moustachu but à même le goulot la dernière gorgée de sa bouteille, jusqu'à la toute dernière goutte. Puis il grogna de frustration, et jeta la bouteille vide à terre. Là, elle roula jusqu'à rejoindre des dizaines et des dizaines de cadavres de ses congénères, qui jonchaient le sol de la pièce.

Le Bon Docteur hoqueta, puis agita mollement sa baguette, pour faire venir à lui une nouvelle fiole de scotch. Qu'il déboucha aussi sec, avec ses dents, avant d'en faire descendre une bonne rasade dans son gosier.

Quelque chose n'allait pas. Quelque chose n'allait pas du tout. Quelque chose n'allait pas du tout du tout. Mais le pire, c'est qu'il n'arrivait pas à mettre le doigt sur ce qui n'allait pas. Il ne savait pas ni le comment, ni le pourquoi de cet état de fait. Et dire que cela faisait des semaines que cela durait !
Mais il y avait forcément un coupable, et Magouille comptait bien le découvrir. Ou plutôt, il allait payer un idiot de journaleux pour le découvrir à sa place. C'était bien moins fatiguant, et tout aussi gratifiant.

Et c'était la raison pour laquelle il avait demandé au vendeur de journaux local quelle était la meilleure gazette d'investigations étudiante du campus. La réplique avait été sans équivoque : le Magyar Déchaîné ! Et Magnus avait hoché la tête, satisfait : le nom viril et imposant de cette publication n'était pas pour lui déplaire ! Cependant, il ne s'expliquait toujours pas le fou rire qu'avait eu le vendeur, par la suite...

Enfin, peu importait. Par acquis de conscience, Magouille avait demandé leurs avis aux paltoquets qu'il avait croisé, en rentrant au bâtiment administratif.

Miss Krapull ne l'avait guère écouté, et l'avait conjuré de s'habiller, à défaut de prendre une douche. Il aurait pourtant du le savoir : il était inutile d'essayer de tirer quelque intelligence d'un membre du sexe faible !

Ce flagorneur adipeux et inutile de Saussurus, quant à lui, s'était offusqué de ne pas avoir été choisi, malgré ses états de service dans le WoW Herald.

Willie Gazon, pour sa part, avait été dithyrambique sur le Magyar Déchaîné. Ou, plus précisément, sur la triple épaisseur des feuillets de ce journal bon marché, apparemment fort utile en pénurie de papier toilette.

Bref : aucun de ces incapables ne lui avait été d'une aide quelconque. Le Doyen avait donc, comme à son habitude, suivi son intuition infaillible ; il avait envoyé aussitôt un hibou à la rédaction du Magyar Déchaîné.

Et dès lors, il attendait, assis à son grand bureau d'ébène, les yeux rivés sur la porte. Qui se mit d'un coup à trembler, sous l'effet d'un martellement énergique :

-ICI LE MAGYAR, OUVREZ-NOUS NOM D'UN SCROUTT, QU'ON RÈGLE VOTRE AFFAIRE CHELOU !!! cria une voix au travers.

Magnus plissa les yeux, suspicieux. La voix lui paraissait étrangement féminine...
Il ouvrit d'un coup de baguette, et put constater son erreur : cette voix haut perchée appartenait visiblement à un vilain rouquin, aux faciès recouvert d’écœurantes tâches de rousseur, qui fit irruption dans son bureau, agacé.

Cet homme très laid était suivi d'un étudiant musculeux, qui entra, les mains dans les poches, un large sourire aux lèvres.

-Salut, Doc ! badina ce dernier. C'est un véritable honneur de vous... de... vous... euh...

Il se tut d'un coup, et leva un sourcil, étonné.

Magouille, lui, plissa ses yeux vairons. Il jaugea les nouveaux venus un instant, et grimaça. Ces deux freluquets qui pavanaient dans son bureau lui faisaient l'effet de singes se croyant savants. Des singes, qu'il paierait en monnaie de singe, évidemment ! Bah. Qu'à cela ne tienne. Au moins, il ne s'agissait pas de noirauds...

Il poussa un long soupir, et grogna :

-Vous êtes en retard.

Le rouquin se frotta les yeux, et considéra à nouveau le moustachu, sans y croire.

-Et vous vous êtes en... peignoir ?! glapit-il de sa voix particulièrement aiguë.

Le Bon Docteur l'ignora, et se leva, avec lenteur. Il passa sa main dans ses cheveux emmêlés, encore plus gras que d'habitude, et, une fois n'est pas coutume, déchapeautés. Il portait effectivement un vieux peignoir élimé, qui autrefois avait du être blanc, mais qui aujourd'hui ne paraissait que sale. Le vêtement, mal noué, laissait bien voir aux deux visiteurs le torse glabre et maigre du moustachu, ainsi qu'un slip à la propreté douteuse.

Mais Magouille semblait se ficher de son accoutrement. Il fit quelques pas calculé vers les étudiants, tout en lissant sa moustache grasse de ses doigts aux ongles trop longs.

Le roux, bouche bée, baissa la tête, et considéra avec appréhension et dégoût les vieilles boîtes à mouchoir vides que le Doyen portait en lieu et place de chaussures.

-Mais mais mais... bégaya-t-il, le doigt pointé. Mais mais mais...

-Excusez mon assistant, il trouve tout chelou ! ricana le grand gaillard musclé, dont la surprise était passée.

Il passa devant l'autre, et, torse bombé, tendit la main vers le Doyen :

-Marcus Flynn, reporter star du Magyar Déchaîné, mais Pi Alpha Fi avant tout. En quoi on peut vous aider, Doc ?

Magouille ne serra pas la main du PAF, mais y glissa un verre à scotch rempli à ras bord.

-Disons que j'ai... un problème, insinua-t-il, grave. Et je n'ai guère envie d'y mêler les aurors. Nous nous comprenons bien ?

Le dénommé Flynn hocha la tête avec entrain, et se fit un plaisir de boire cul sec son verre, sous le regard satisfait de Magnus... et celui bien plus effaré de son assistant aux cheveux roux.




Le paiement des frais d'inscription n'est pas obligatoire mais fortement recommandé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Marcus Flynn

Messages : 536

Situation Amoureuse : tout va bien ! Ma femme va revenir, que j'vous dis !

Sorts Connus : Aguamenti,
Assurdiato,
Defodio,
Episkey,
Inflammarae,
Pointe au Nord,
Protego,
Repulso,
Revigor,
Spero Patronum,
Confringo,
Hominum Revelio,
Cave Inimicum


Inventaire : Chocolat Cépamoi (x2)
Philtre de Requinquance (x2)
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x7)
Lait de Poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x5)
Tequila Magouilita (x2),
Onguent d'amnésie du Dr Oubbly,
Scrutoscope,
Glace à l'ennemi

MessageSujet: Re: Les Aventuriers de la Mémoire Perdue   Jeu 28 Avr 2016 - 7:38

Pour la troisième fois, Marcus avala d'un trait le contenu ambré de son verre à whisky. Et, pour la troisième fois, il sentit la chaleur vive et tonifiante de l'alcool lui traverser l'œsophage, et lui ébouriffer le cuir chevelu de l'intérieur. Il grimaça de plaisir:

-Aaah, y'a pas à dire, ça fait du bien par là où ça passe ! tonna-t-il.

Il réprima un ricanement. Eh beh, il se sentait déjà pompette ! Ce qui était signe de bonne journée ! C'était parce qu'il avait plus l'habitude des petites binouzes que du whisky. Ou du bourbon... Ou du scotch ? C'était quoi qu'il buvait, là, du whisky, du bourbon, ou du scotch ? Bah, peu importait : tout ça c'était poney blanc et blanc poney. Et c'était un poney délicieux, d'ailleurs.

Un petit sourire au coin des lèvres, il tendit son verre vide afin que le Doyen le lui remplisse encore... mais Malicia, dans son costume de p'tit gaillard rouquin, se posta entre lui et Magouille, mécontente.

-Minus, qu'est-ce que tu fais ? chuchota-t-elle, d'un ton à la fois discret et énervé.

Marcus pencha la tête vers Magouille :

-'scusez, Doc, j'ai une mise au point à faire avec mon assistant ! Vous savez c'que c'est, le petit personnel...

Le moustachu lui fit un signe de la main de compréhension, et Marcus fit quelques pas de côté avec la Zeta masculinisée. Là, ils parlèrent à voix basse.

-Qu'esse t'as, Bouftout ?

-Qu'est-ce que t'as toi ? rétorqua Mali. Tu vois pas que c'est chelou ? Chelou chelou chelou !

Marcus la considéra avec des yeux mi-clos, sans comprendre.

-Bah non, j'vois pas de quoi tu parles, fit-il sincèrement.

-T'as vu comment il est fringué ? grimaça le roux. Il est presque tout nu !

-Ben, c'est qu'il a un problème. C'pour ça qu'on est là.

-Et pourquoi il veut pas qu'on en parle aux aurors ?

Marcus haussa les épaules :

-T'aimerais appeler les aurors, toi, si t'étais à moitié à poil ?

Le regard de Bouftout se posa sur le verre de son interlocuteur :

-Et arrête de boire, Minus ! Il essaye d'endormir ton esprit !

Le PAF soupira :

-N'importe quoi ! Il essaye juste d'être sympa ! C'est un chic type le Doyen, tu sais ! Il a fait vach'tement pour la fac. Moi j'ai vach'tement envie de l'aider.

-Il a rien fait pour la fac ! Et toute cette histoire est chelou ! Chelou chelou chelou !

-Le prends pas mal, Bouftout, mais tu trouves tout chelou.

-N'importe quoi ! s'exclama la Zeta travestie, outrée.

-Si : l'autre jour O'Neil s'est introduit chez toi pour faire des photos exclusives de Lestrange, pour un scoop pour le Magyar, et t'as trouvé ça chelou.

-Mais c'était chelou aussi ! s'offusqua Malicia. Elle a pris des photos de lui tout nu à son insu ! C'était chelou ! Et ici aussi c'est chelou ! Chelou chelou chelou !

Marcus mit une main faussement compatissante sur l'épaule du petit roux, et décréta avec condescendance :

-Écoute, je suis un PAF, et en plus je suis en Aurorologie. Je suis formé à détecter les trucs chelou ! Et le seul truc de chelou ici, c'est que tu boives pas le verre que t'as offert le bon docteur Magouille !

Il prit le récipient plein des mains de Mali, et le but cul sec.
La Zeta se renfrogna, tandis que Marcus, les joues un peu rosies par l'alcool, se rapprochait du Doyen :

-Alors, Doc, dites-moi tout. C'est quoi le blème ?

Le regard déjà glacial du moustachu s’assombrit encore davantage :

-J'ose espérer que si vous enquêtez pour mon compte, vous saurez tenir votre langue... sinon je saurais vous faire taire à tout jamais, persifla-t-il, menaçant.

Malicia écarquilla les yeux... mais Marcus, lui, fronça les sourcils :

-Vous voulez dire avec un Silencio ? Mais nan, vous prenez pas la tête M'sieur, voyons, on est des gaillards de confiance nous ! Hein Bouftout ?

Il donna un coup de coude qu'il pensait complice au rouquin, qui sursauta :

-Euh... oui... De confiance... répéta ce dernier, sans quitter le Doyen des yeux.

-On est des journalistes professionnels !

Coup de coude.

-Oui... professionnels...

-Et on écrira jamais rien si vous êtes pas d'accord avec, évidemment !

Re-coup de coude.

-Oui... évidemment...

Magouille fixa les deux étudiants un long moment... puis, semblant enfin se décider, il hocha la tête.

-Fort bien. Voilà donc les faits. Mon principal problème vient du fait que je n'ai pas de preuve tangible... mais j'ai l'intime conviction qu'on en veut à mon argent !

Le Doyen fit une pause dramatique calculée... et Marcus tomba les deux pieds joints dedans.

-NON ! DITES MOI PAS QUE C'EST PAS VRAI ! lâcha-t-il, frissonnant, les yeux ronds.

-Hélas si, mon jeune ami, poursuivit le moustachu, en prenant un air faussement ému. C'est un drame, pour moi qui suis quasiment indigent...

Le PAF se frotta la nuque, le sourcil relevé. Puis il se tourna vers Malicia, qui, même sous les traits du rouquin inconnu, avait son fameux air « on me la fait pas à moi ».

-Ça veut dire quoi indigent ? demanda-t-il, la bouche entrouverte par la bêtise.

-Ça veut dire pauvre, répondit Mali. Mais, c'est bizarre, Docteur, on dirait pas en voyant votre bureau, insinua-t-elle, peu convaincue, en laissant traîner son regard sur les moulures dorées et autres collections de luxe de la pièce.

Magouille ne se démonta pas :

-Ça ?  De la poudre aux yeux, mon garçon, ça ne vaut  rien ! La vérité, c'est que je suis un orphelin sans argent ni famille, et je ne voulais pas l'ébruiter, mais le peu que je gagne... je le donne aux bonnes œuvres !

-Et aux vendeurs de whiskys, aussi, apparemment, siffla tout bas Mali, en donnant de petits coups de pied dans un monceau de bouteilles de spiritueux vides.

L'étudiant en Aurorologie, lui, croyait à fond aux dires du Bon Docteur :

-Mais c'est dégueulasse ! s'offusqua-t-il, le poing levé. Y'a toujours des connards pour s'en prendre aux chics types !

Magouille étira son sourire :

-A qui le dites vous, jeune homme, à qui le dites vous...

-Et comment que vous savez qu'on en veut à votre thune ?

-On a fouillé mes affaires ! s'écria le Doyen, outré. Je ne m'en suis pas rendu compte sur le fait, hélas, donc j'ignore si le forfait date de quelques semaines ou quelques jours. Et je dois vous confesser : il y a encore pire.

-ENCORE PIRE ?! manqua de s'étrangler Marcus, sous le regard ultra blasé de Malicia. NOOON !!!

-Hélas, si ! rétorqua Magouille, les yeux un peu fous. Je pense être victime d'un envoûtement ! Sans doute un sortilège de confusion, sinon, comment expliquer mes innombrables nuits d'insomnies, ainsi que les terreurs nocturnes et autres crises de larmes incontrôlables qui y sont liées ?

-Les crises de larmes ?! répéta le PAF.

Le Doyen se figea, gêné d'en avoir trop dit. Mais bien vite, il se reprit :

-Vous n'avez rien entendu... tenez, buvez donc une lichette, mon ami !

Il versa une généreuse rasade d'alcool dans le verre de Marcus, qui, sans la moindre hésitation, la but à nouveau cul sec.

-Chelouuu... chantonna Mali a l'oreille de son comparse.

Le PAF l'ignora :

-Donc en gros doc, vous croyez qu'on a fouillé chez vous et même qu'on vous a envoûté, mais vous avez pas de preuves.

-C'est exactement ce que je viens de dire, soupira le moustachu en peignoir.

-Eh ben ça tombe bien, chus un expert en recherches d'indices ! s'enthousiasma Flynn. Parce que j'ai les sens sur-développés ! Parce que chuis... un loup garou ! C'est dingue hein ? Ça vous la coupe, hein ?

Le roux, qui restait silencieux jusque là mais ne perdait néanmoins pas une miette de ce qui se disait, sursauta d'un coup. Et se pencha vers son musculeux camarade :

-Minus ! Tu devrais pas dire ça a n'importe qui...

-Bah quoi, j'ai pas a avoir honte ! répliqua Marcus à voix basse. En plus c'est pas n'importe qui ce gaillard !

Mali poussa un profond soupir.
Le Dr Magouille, lui, ne sembla pas faire grand cas de la révélation de l'étudiant tout en muscles :

-Fort bien mon garçon ! Changez vous en loup-garou et trouvez des indices dans mes appartements ! Et hâtez, je vous prie, je n'ai pas que ça à faire.

Marcus se gratta la tête :

-Euh nan ça marche pas comme ça,  chuis pas un animagus, juste un loup-garou ! Mais vous z'inquiétez pas j'ai les sens sur-développés même quand chus qu'un gars, surtout quand on est pas loin de la période de la pleine lune, et ça tombe bien parce que c'était y'a pas longt...

-Je me fiche de vos fadaises ! Le coupa Magouille, agacé. Trouvez moi des indices ! TROUVEZ MOI UN COUPABLE !

Il frappa violemment son poing sur la table. Ce qui fit sursauter Mali-rouquin.
L'étudiant lycanthrope, lui, se contenta d'hausser les épaules :

-Okidoki !

Il but un nouveau verre pour la route, et, penché en avant, se mit à renifler partout dans la pièce, concentré, sous le regard impatient de Magouille... et celui bien plus dépité de Mali.



On va poutrer du zombie !!!


Mes RPs du Moment !



Les aventuriers de la mémoire perdue, avec Malicia "Bouftout" McGuire et Doc Magouille

Bro of the dead, avec Drago Malefoy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Occultes
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 182
avatar
Malicia McGuire

Messages : 3439

Double Compte : Aucun !
Situation Amoureuse : Chaotique !

Filière : Sciences Occultes

Sorts Connus : Aguamenti,
Assurdiato,
Batrasempra,
Calmos Pacificatum,
Confundo,
Defodio,
Episkey,
Failamalle,
Ferula,
Gemino,
Impervius,
Incarcerem/Lashlabask,
Oubliettes,
Periculo Pugno
Portus,
Protego,
Protéiforme,
Tarentallegra,
Purée de pois,
Furunculus,
Mucus ad nauseam,
Duro,
Amplificatum,
Revigoré,
Elasticus

Inventaire : Chocolats Cépamoi (x5)
Essence de dictame (x5),
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Philtre de Requinquance (x5),
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Potion Tue-loup,
Rapeltout,
Tequila Magouillita,
Potion contraceptive
MessageSujet: Re: Les Aventuriers de la Mémoire Perdue   Jeu 5 Mai 2016 - 10:26

-Moui... okidoki.. je vois... Oula ! ... moui...

Ça faisait bien vingt minutes que Minus reniflait le moindre cm du bureau du doyen. Il devait en renifler des vertes et des pas mûres, de l'avis de Mali. Après tout, c'était le bureau le plus chelou qui devait exister sur cette planète, vu tout ce que Magouille avait du y faire.

La métisse grimaça en essayant de stopper son imagination qui s'était déjà mise à lui détailler tout ce que l'affreux moustachu avait bien du fabriquer ici. Et surtout sur le fauteuil où elle était assise.

Elle se leva précipitamment. Valait mieux rien toucher de plus. Et surtout pas le verre que Magouille venait de lui verser. Elle avait rien bu depuis le début. Mais Minus, lui, il s'était pas gêné : ça devait faire, quoi, son cinquième ? Son sixième verre ? Pas étonnant qu'il trouve rien !

Ouais, c'était chelou. Grave méga chelou.

Mali lança un coup d’œil au doyen qui buvait une longue gorgée d'alcool payé avec les frais d'inscription des étudiants. Rha, quand elle pensait à tout ce qu'elle savait sur lui ! Quand elle pensait qu'à chaque fois qu'elle avait voulu dévoiler la vérité, on l'avait empêchée ! Quand elle pensait que dans la fac, 98% des étudiants adoraient ce vieux moustachu crado et détourneur de fonds ! Mais elle l'aurait un jour, ouais, elle l'aurait...

Magouille dû sentir qu'elle le fixait un peu trop parce que son regard se détourna de Minus pour la considérer d'un air méfiant. Il eut l'air étonné. Mali se demanda pourquoi... Avant de remarquer en jetant un coup d’œil dans son verre qu'elle n'était plus un petit rouquin, mais un gros chinois aux doigts boudinés. Mali pâlit à vue d’œil : zut de zut, qu'est-ce qu'elle allait bien pouvoir dire pour expliquer ça... ?!

Heureusement, le moustachu finit par hausser les épaules et par se resservir un verre. Il avait dû se dire que la boisson lui avait faussé la mémoire.

-Alors ? commença le doyen mal fagoté en s'adressant à Minus qui continuait de renifler partout en faisant des poses de professionnel, probablement vues dans Les Experts : Godric's Hollow.

Marcus se redressa :

-Ouaip, doc ?

-Vous avez trouvé quelque chose, mon garçon ?

-Et ben...

-C'EST UN SCANDALE !!!

Hippolytain Saussurus venait d'entrer précipitamment, rouge comme une tomate bien mûre :

-JE DIRAIS MÊME PLUS UNE HONTE !!! UNE INSULTE !!! JE N'AI JAMAIS ÉTÉ AUSSI COURROUCE DE TOUTE MA CARRIÈRE DE RÉDACTEUR EN CHEF DU WOW HERALD, QU'ON SE LE DISE !!!

Magouille ne sembla pas surpris de voir son sous-fifre faire un esclandre :

-Qu'y a-t-il, misérable jean-foutre ? grommela-t-il, avant de porter son verre à ses lèvres.

-Il y a que les journalistes du Magyar Déchaîné n'ont rien à faire ici ! Le WoW Herald était bien assez compétent pour se charger de l'affaire ! Et d'ailleurs, il n'y a pas d'affaire ! Il n'y en a jamais eu !

Mali regarda Saussurus. Elle aimait pas ça. Ça avait le front tout en sueur, les joues rouge feu, et ça regardait dans tous le sens en espérant bien fort que rien n'ait été découvert. C'était sûr, y'avait du chelou sous roche !

Mais visiblement, pas pour Minus :

-Ah ? Ok ! fit-il, pas tracassé pour un sou. Bon ben, à plus !

Il ouvrit la porte du bureau.

-Quoi ?! firent à la fois Magouille et la métisse.

Marcus se tourna vers eux, mais Saussurus lui agrippa le bras, fut quelque secondes détourné par le biceps bien ferme qu'il tâtait, et repris :

-Ce jeune homme est la voix même de la raison, Magnus ! Il faut renoncer à toute enquête dès à présent ! DES A PRÉSENT ! Vous savez bien que vos craintes sont la conséquence même de votre fatigue extrême ! Il faut vous reposer avant que la paranoïa ne s'empare de vous... Monsieur Flynn et...

Saussurus plissa les yeux en regardant Malicia :

-Monsieur... ?

-Malic... commença Minus, avant de se rappeler de quelque chose. Euh. Malicio MacBealbouc, mon collègue écossais !

Il se tourna vers le petit chinois ventripotent qui était à côté de lui et eut l'air très surpris.

-Enfin, d'écosse du Taj Mahal, quoi. ajouta-t-il, en essayant de se rattraper.

Mali se tapa le front avec la main. Heureusement, Saussurus était beaucoup trop pressé de se débarasser d'eux pour s'attarder sur la bourde du PAF.

-Peu importe ! Partez, partez donc ! Il n'y a rien à voir ! Rien du tout ! Vous ne trouverez rien !

-Et le sang ? demanda Minus.

Tout le monde se tourna vers lui.

-Le sang ? demanda Magouille.

-Oui le sang ! Là, là et là ! Il y en a plein votre bureau, doc !

Le doyen à moustache regarda le bureau en se creusant la tête.

-Il y a du sang dans mon...

-BILLEVESÉES ! s'exclama Saussurus.

Il épongea d'un geste nerveux la sueur qui lui baignait le front :

-CE SONT DES CALOMNIES ! DES RAGOTS DE JALOUX ! DU DÉBINAGE D'AMATEURS ! COMMENT OSEZ-VOUS INSINUER QUELQUE CHOSE D'AUSSI AFFREUX ! DEVANT NOTRE VÉNÉRÉ DOYEN, PAR DESSUS LE MARCHE ?! MAIS C'EST RIDICULE !!! ABSOLUMENT... RI-DI-

-SORTEZ DE MON BUREAU, PALTOQUET !

Magouille avait enfin fini son verre et avait saisi son sous-fifre par le col :

-Fichez-moi le camp ! siffla-t-il.

-Mais, Magnus, je...

-DEHORS !

Le doyen mit Saussurus à la porte à grands coup de pieds dans le derrière :

-ET QUE JE NE VOUS REVOIS PAS DE SITÔT !

Il referma et se tourna vers Marcus et Mali. Il se frotta le crâne en considérant la zeta, qui jeta un œil à un miroir qui trônait à côté d'elle, et remarqua qu'elle était maintenant plus grande que son ami. Et plus barbue aussi.

Mais Magouille ne s'y intéressa pas. Et fonça déboucher une autre bouteille. Il tendit deux verres aux journalistes :

-Parlez-moi un peu de cette histoire de sang... fit-il sur un ton qui n'inspirait pas confiance.

Mais alors pas confiance du tout.





Mes RPs du Moment !


Broken Mirror, avec Lucrécya Rincevent

Days before you came, avec Darius Lestrange

Ceci n'est pas un bizutage, avec Isaac O'Callaghan

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2RvWE


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière ::
Description ::
Bons Points : Bons Points ::
avatar
Le Doyen

Messages : 1606

Situation Amoureuse : Inconnue.

Sorts Connus : TOUS ! Vous voulez plus de sorts ?
Visitez ma boutique !

Inventaire :
PLEIN !
Vous voulez plus de potions ?
Vous voulez plus d'objets ?
Visitez ma boutique !
MessageSujet: Re: Les Aventuriers de la Mémoire Perdue   Sam 14 Mai 2016 - 14:08

Magnus Magouille regarda le journaliste étudiant vider un énième verre, avec une satisfaction malsaine. Cet enquêteur amateur lycanthrope était peut être le plus doué du campus, mais il n'avait pas l'air bien malin. Et ce n'était rien à côté du laideron barbu qui l'assistait ! Ce dernier, visiblement complètement dépassé par la situation, ne cessait de murmurer des interrogations stupides à l'oreille de son chef, ses yeux arrondis par l'incompréhension.

Ceci dit, le fait que cet imbécile heureux de nouvelliste soit porté sur la boisson arrangeait grandement le Doyen : ce blanc bec n'en serait que plus manipulable. Surtout qu'il ne semblait pas tenir le whisky aussi bien que le Bon Docteur. Une fois qu'il aurait démêlé cette épineuse affaire, Magouille se ferait un plaisir de le noyer sous son alcool le moins dispendieux. Ainsi, ce jeune freluquet en oublierait de réclamer charges et émoluments !

Flynn éructa bruyamment, et se gratta la tête.

-Ouèskejenétaisdéjà ? déglutit-il, sous le regard de l'hébété quasi-muet qui lui servait d'assistant.

Tiens, c'était étrange... Magouille aurait mis la main de Saussurus au feu que la barbe de l'assistant était noire, épaisse et fournie. Pourtant, il arborait désormais un minuscule et ridicule petit bouc châtain qu'il avait du avoir du mal à faire pousser.

Enfin, peu importait : l'essentiel n'était pas là.

-Le sang, rappela-t-il au nouvelliste.

-Aaaah ouais, renifla le Pi Alpha Fi. Ça sent le sang par ici. Et pas la p'tite coupure qu'on se fait en se rasant, hein ! Y'a eu beaucoup de sang versé, partout sur vot' moquette. Ca commence à dater, parce que c'est fragile comme odeur. Ça a été nettoyé plein de fois... mais c'est toujours là.

Magouille leva un sourcil, circonspect : l'affaire ne lui disait rien. C'était étrange : d'ordinaire, les exécutions et autres tortures qu'il décidait se déroulaient hors de son bureau. Afin qu'il ne soit pas si aisé de remonter jusqu'à lui. Mais il ne fallait pas exclure une affaire sanglante et sordide dans laquelle il était innocent comme le bébé qui venait de naître... Ce serait bien la première fois ! L’idée lui laissa une impression étrange.

-Et c'est pas tout, reprit Flynn.

L’œil vif de Magouille se reposa à nouveau sur le PAF. Ce dernier acquiesça en plissant les yeux, pensant certainement que cela lui donnait un air plus finaud :

-La meuf, fit-il, mystérieux.

-Plaît-il ?

-Ca sent la meuf. La gonzesse. La nana, quoi. Partout dans votre bureau, et jusqu'à la porte là bas.

Marcus désigna la porte de la chambre de Magouille. Ce dernier en ressentit une fierté toute légitime. Il esquissa un sourire libidineux, qui fit frissonner l'assistant :

-Oui, susurra-t-il, le torse bombé, le menton relevé. Rien de plus normal : j'ai de très nombreuses conquêtes.

Il omit néanmoins délibérément de préciser que ses ''conquêtes'' étaient des prostituées dont il monnayait les faveurs à prix d'or, grâce aux gallions des contribuables. Il oublia également de raconter que, l'avant-veille, la dernière des filles de joie qu'il avait appelé, en voyant son état, avait refusé son argent et avait préféré tourner ses talons aiguilles en toute hâte, horrifiée.

Mais, à son grand étonnement, le journaliste secoua la tête :

-Nan, ça sent pas LES meufs, ça sent LA meuf. Toujours la même.

Magouille fronça les sourcils, et Marcus crut obligé de préciser :

-Ca sent une seule et même gonzesse, dans tout votre bureau. Une gonzesse avec un parfum de fleurs. Il me dit quelque chose, ce parfum, d'ailleurs...

Il se gratta le crâne, en pleine réflexion.

-C'est sans doute Miss Krapull, soupira le moustachu, inintéressé au possible.

-Vot' secrétaire là ? Celle qui fout les chocottes ? Nah, c'est pas elle.

Le Doyen haussa les épaules.

-Alors ce doit être la femme de ménage. Peut-on passer à autre chose ?

-Vous avez une femme de ménage ?

-A vrai dire... non, admit le Doyen. Mais Saussurus se charge de nettoyer, parfois. Sans que je lui demande quoique ce soit, à la réflexion... Diable, serait-ce son parfum à lui ?

Marcus hoqueta, en reniflant avidement le fond de son verre vide. Puis il redressa la tête :

-Le p'tit gros, là ? Nah pas du tout. Lui il sent la sueur et le stress. Et le musc, un peu.

Soudain, le PAF claqua des doigts, sous le coup d'une révélation :

-Ah mais chus con ! C'est la Grandiflore, forcément !

L'assistant inutile se crispa. Mais Magouille ne le remarqua même pas :

-Qui diable ? demanda-t-il.

-Ben, Grandiflore ! répéta le PAF. C'était votre nénette, nah ?

Devant l'air d'incompréhension du Doyen, Marcus insista :

-Maaais si, Grandiflore ! Tout le monde sait que vous étiez à la colle avec ! Hein Bouftout ?

Flynn se tourna vers son assistant, soudain tout rigide et crispé.

-Euh... je... sais pas ? bredouilla ce dernier d'une voix aiguë qui ne collait pas avec son physique.

-Maaaais si ! C'était quoi son prénom déjà ?!

-Euh... je... sais pas ?...

Le journaliste musculeux posa sa main sur sa joue. Son cerveau avait l'air de fonctionner plus qu'il en avait l'habitude.

-Hey ! Maintenant j'me dis qu'il a vraiment du se passer quelque chose... avec Grandiflore... et mon bro Reynolds... et avec tout ce sang... ? Tiens, maintenant que j'y pense, peut-être que c'est lié ? Nah, ça serait possible ? Et peut-être que c'est ici que... que... Bouftout, bordel !

Il se tourna vers son sous-fifre, qui lui faisait des signes peu discret pour le faire taire... et il cria presque :

-Pourquoi que t'arrêtes pas de me foutre des coups de coude ?!

-J'ai des crampes ! couina le barbu, en faisant des yeux ronds lourds de sens à son pote.

Qui ne comprit rien aux allusions :

-Ouais, ben arrête !

Flynn se tourna à nouveau vers le moustachu :

-Euh, j'en étais où ? Ah ouais : Reynolds et Grandiflore qui se sont entre-tués, et...

Magouille commençait à se lasser de cette conversation stérile, qui ne faisait en rien avancer son affaire. Il réprima un bâillement, puis persifla :

-Je ne connais guère ces gens, et je me contrefous de leur sort. Alors voulez-vous bien poursuivre votre enquête ?

-Mais siii vous connaissez forcément Grandiflore ! s'obstina Flynn. La Gamma, là ! Très grande ! Avec la tignasse verte et les gros obus ! J'ai même vu une picturine où vous vous la tapez !

L'escroc en peignoir sale se frotta son menton mal rasé, pensif :

-Bigre... Une tignasse verte, dites-vous ?

-Ouaip ! Vous vous rappelez enfin d'elle ?

-Non, avoua le moustachu. Mais ça explique les cheveux verts que j'ai retrouvé, l'autre jour, sous mon oreiller. Me voilà rassuré : c'était après une soirée particulièrement arrosée, et je le confesse, j'avais peur d'avoir fauté avec ce sacripant de Vertefeuille...

Il émit un petit ricanement gras, qui fit grimacer le camarade de Flynn.
Mais celui-ci insista, avec lourdeur qui caractérisait les PAF de son genre, plus munis en muscles qu'en neurones :

-C'est dingue que vous vous rappelez pas de Grandiflore quand même !

Le Bon Docteur leva les yeux au ciel :

-Franchement, si je devais me souvenir de toutes les jeunes filles que je parviens à mettre dans mon lit...

Marcus resta hébété quelques secondes... avant d'acquiescer lentement, un sourire débile aux lèvres, le regard franc et admiratif.




Le paiement des frais d'inscription n'est pas obligatoire mais fortement recommandé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Marcus Flynn

Messages : 536

Situation Amoureuse : tout va bien ! Ma femme va revenir, que j'vous dis !

Sorts Connus : Aguamenti,
Assurdiato,
Defodio,
Episkey,
Inflammarae,
Pointe au Nord,
Protego,
Repulso,
Revigor,
Spero Patronum,
Confringo,
Hominum Revelio,
Cave Inimicum


Inventaire : Chocolat Cépamoi (x2)
Philtre de Requinquance (x2)
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x7)
Lait de Poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x5)
Tequila Magouilita (x2),
Onguent d'amnésie du Dr Oubbly,
Scrutoscope,
Glace à l'ennemi

MessageSujet: Re: Les Aventuriers de la Mémoire Perdue   Ven 20 Mai 2016 - 17:43

Les yeux ronds, bouche entrouverte, Marcus fixait le doyen aux cheveux et à la moustache gras, qui s'était rassit à son bureau et y prenait tous ses aises.

-Doc... lâcha-t-il.

-Oui ?

-Vous...

-Oui ?

-Vous êtes... UN PUTAIN DE GENIE !

Malicia posa un regard effaré sur son ami :

-Hein ?!

-Je le sais, répondit le bon docteur, en toute modestie, en se lissant consciencieusement le bout de la moustache.

Marcus prit une chaise, la retourna, et s'assit à califourchon dessus, les bras pendant au dessus du dossier :

-Nah mais chus sérieux, mec ! J'vous explique : je suis marié ! Enfin, je l'étais jusqu'y a pas longtemps. Et en mode cool et fidèle, hein ! Et ma meuf, qu'est-ce qu'elle a fait ?

-Elle s'est vautré dans le stupre et la luxure avec des dizaines de sorciers fripons, des licornes dressées pour bien savoir se servir de leur corne, et un réalisateur de picturines malhonnête qui lui avait pourtant promis qu'il filmerait une œuvre d'art de bon goût ? proposa Magouille, un sourire libidineux aux lèvres.

Marcus bloqua quelques secondes :

-Ah ? Hein ? Euh... Non. Elle s'est juste tirée du jour au lendemain.

Le Doyen parut déçu. Il but une lampée de sa bouteille, avant d'en resservir une généreuse rasade à Marcus :

-Il n'y a rien d'étonnant à cela, mon jeune ami : les femmes sont vénales, menteuses, et corruptibles. Il ne faut jamais leur faire confiance ! Ce n'est guère leur faute : c'est dans leur nature d'être inférieures ! Ce n'est pas pour rien qu'on les nomme le sexe faible.

-Grhlmhgrrrrlhmmm...

Malicia, à qui Marcus tournait le dos, se mit à grommeler entre ses dents des mots incompréhensibles. Mais personne ne lui adressa la moindre attention :

-Bah ouais mais moi j'le savais pas ! répondit le PAF hébété, avant de vider son verre d'une traite.

Magouille acquiesça, condescendant :

-J'imagine que vous étiez prévenant, et aux petits soins avec votre régulière ?

-Ben... ouais !

-Et j'imagine de même qu'elle n'était que mépris et ingratitude, comme si la femelle qu'elle était méritait réellement vos attentions ?

-Grlmhgrlmh !

Marcus haussa les épaules :

-Je sais pas... Mais ceci dit, c'est vrai qu'elle me filait vach'tement de coups de batte, maintenant que j'y pense...

-C'est parce que vous avez oublié un point crucial, jeune homme : les femelles n'existent que pour satisfaire les plaisirs et les volontés des hommes ! claironna fièrement le doyen.

-GRLMHGRLMHGRLMH !

Le PAF ouvrit des yeux ronds, sincèrement surpris :

-Ah bon ?!

-Oui. Et quand je dis homme, je parle bien évidemment des véritables hommes.

-Des gaillards qui sont de vrais bonhommes et qu'en ont dans le slibard, vous voulez dire ?

-Moui, si vous voulez.

Magouille tournicota entre deux doigts le bout de la moustache, avec un air de chat sournois :

-Pourquoi se contenter de la sempiternelle même femelle ingrate, lorsque l'on peut connaître chaque soir les délices d'une jeune gourgandine à qui l'on ne doit rien ? A part, parfois, les gallions de sa prestation...

-GRLMHGRLMHGRLMH...

-Roh, je crois que je commence à piger ! s'exclama Marcus, tout sourire. Du coup, mais comment je devrais grave trop faire comme vous !

-Quoi ?! glapit Malicia.

Elle fit vaciller la chaise à roulettes de Marcus, pour que celui-ci lui fasse face.

-Minus ! Tu vas quand même pas gober ses salades machistes ? lui chuchota-t-elle, agacée.

-Nan mais j'me disais juste que ma vie sentimentale serait plus simple en suivant l'exemple du Doc...

-Tu veux dire, en étant un connard qui abuse des jeunes filles ?!

-En étant un gaillard normal qui se contente de relations consentantes sans lendemain ni prise de tête ! C'pas pareil.

-C'est avec cet exemple que tu veux élever Rufus ?

Marcus fronça les sourcils, d'un air benêt.

-Euh Bouftout... j'sais pas si t'as remarqué mais... Rufus est trop jeune pour sortir avec des meufs, lâcha-t-il finalement.

Et, alors que la métisse déguisée en mec se tapait la main contre le front devant la bêtise de son pote, ce dernier fit pivoter son fauteuil, et se retrouva à nouveau devant Magouille, à qui il tendit son verre vide.

-Doc ! Z'auriez pas des conseils pour un gaillard qui voudrait suivre votre exemple ?

-Je dois vous avertir, jeune homme, que tout le monde ne peut y parvenir ! répondit le Doyen en le resservant. Il n'est pas donné à n'importe quel jean-foutre d'avoir le charisme de Magnus Maximus Magouille !

-Ça serait plus crédible si il était pas tout nu sous un peignoir crado, marmonna Malicia à mi-voix.

Mais Marcus était trop occupé à boire son godet pour l'entendre. Il éructa bruyamment, ricana, et releva le menton :

-Hey, Doc, Doc, j'ai une question... Qu'est-ce que vous faites quand avec une meuf, que vous avez tous les deux décidé de vous amuser qu'une nuit, enfin, vous voyez quoi... et hop vous vous rendez compte que vous avez des sentiments ?

Magouille le fixa sans comprendre.

-Plaît-il ?

-Des sentiments, quoi. Pour une nénette !

Le sourcil du moustachu se releva.

-Je ne comprends guère.

-Ben, vous savez : quand vous avez déjà couché avec une gonzesse, mais vous arrêtez pas de penser à elle ! Et que vous rêvez de recoucher avec elle... mais juste avec elle ! Parce que c'est elle ! Vous voyez ?

Le bon docteur se frotta le menton.

-Je... mmh... non. Je ne vois pas.

-Quand vous tombez amoureux ! insista Marcus, avant d'hoqueter.

Les yeux de Magouille se perdirent dans le vague, comme sous le coup d'une réminiscence... mais presque aussitôt, il se reprit, et grimaça :

-M'avez-vous pris pour une jouvencelle ?! Oubliez ces fadaises si vous souhaitez être un mâle digne de ce nom !

-Ah ok !

Marcus hocha vigoureusement la tête. Il en apprenait des choses, avec le bon docteur ! Dommage, il avait pas de quoi prendre des notes. Mais au moins, il avait de quoi boire. D'ailleurs, il s'empressa d'ingurgiter ce que venait à peine de lui resservir Magouille.

-Minus ! Et l'enquête ? s'impatienta Malicia, qui, étrangement, avait l'air en colère.

-Shhhh Bouftout ! rétorqua Marcus, dont le nez rougissait de plus en plus au fur des verres engloutis. Les hommes sont en train de parler !

-Les hommes ? siffla le doyen, suspicieux.

Il se mit à dévisager avec attention une Malicia gênée, cachée désormais sous les traits d'un maigrichon un peu pâlot. Marcus, un peu brumeux à cause de l'alcool, se rappela d'un coup que Bouftout tenait à son identité secrète pour une raison qui lui échappait. Aussi il tenta de se rattraper tant bien que mal :

-Je veux dire, les vrais hommes ! Les vrais gars, ceux qui se sont faits des nanas, toussa toussa !

-J'ai failli me ''faire'' Euphémia Hastings un jour ! rétorqua du tac au tac Malicia.

Elle réalisa aussitôt ce qu'elle venait de dire, et rougit d'un coup. Devant le regard soudain très intéressé de Flynn, qui fit doucement tourner son fauteuil, un sourire crétin aux lèvres :

-Ah ouais ? Tu veux pas tout me raconter en détails ?

-Non ! Et... euh... L'enquête avant tout, Minus !

Très gênée, elle tira sur le bras du PAF, qui se leva en oscillant :

-Et si tu partais trouver des... trucs et des... euh... indices disons... derrière les meubles, grâce à ton flair de loup-garou ? fit-elle très vite, comme si elle voulait changer de sujet.

-Bonne idée ! déglutit Marcus.

Il se leva... et vacilla : ouah, c'était pas facile de marcher droit aujourd'hui ! Eheh !

Il se mit à tanguer et à zigzaguer dans toutes la pièce, tout en se cramponnant aux meubles derrière lesquels il était censé fureter.
Au bout d'un moment, il revint, les bras chargés d'objets en tout genre, qu'il jeta allègrement sur le bureau du Doyen. Sous le regard noir de celui-ci.

-Qu'est-ce que c'est que ça ? persifla Magouille.

-D...des indices, pardi ! déglutit le PAF, bienheureux.

-Tu es sûr ? demanda prudemment Mali.

-Ouaip ! J'ai trouvé que ça qui aurait pu être... chelou.

Il fit un clin d’œil pas subtil a Mali. Et, devant le regard blasé de sa pote, il insista en gueulant à moitié, comme seul un gars éméché peut le faire :

-T'as pigé ? « Chelou ! » Rapport au fait que tu trouvais cette affaire cheloue ! Hein ! T'as pigé ou bien ? Bouftout ? Chelou !

-Ça va j'ai compris ! Mais ça explique pas ton choix euh, disons, intéressant d'indices.

Marcus croisa ses bras musculeux :

-Bah forcément comme ça, ça veut rien dire... mais c'est parce qu'on a pas le lien ! Il suffit qu'on se mette à penser comme de diaboliques malfaiteurs, et hop, tout deviendra clair !

Les trois penchèrent leur tête au dessus des objets. Parmi lesquels un soutien-gorge à gros bonnets, une bouteille de tequila vide où la vie microbienne commençait à prendre ses aises, un magazine Playwizz spécial gros lolos, un slip à l’élastique fatigué, et de la gomina à moustache.

-Je crois que j'ai compris, siffla Magouille.

Marcus fit un gros sourire vaseux :

-Ah ouais ?

-Oui : vous êtes incompétent, trancha le moustachu, glacial.

-Oh.

-Vous êtes aussi inutile que stupide, persifla-t-il, l’œil noir. Rentrez chez vous, et estimez vous heureux que je ne vous fasse pas payer le temps que vous m'avez fait perdre ! Quoique... ne soyons pas chiche, vous recevrez une facture par hibou sous huitaine !

Le PAF se frotta le cou, gêné.

-Ah merde. Désolé. J'aurais vachtement voulu vous aider doc. Mais... euh... j'peux quand même avoir un p'tit verre pour la route ?

D'une main rendue tremblante par l'alcool, il voulu prendre le verre qu'il avait posé sur le bureau... mais le fit tomber lamentablement.
Le récipient ne se brisa pas, mais roula sur le sol, jusqu'à finir sa course sous une commode recouverte de bibelots hors de prix.

Marcus grimaça :

-Oh merde, attendez...

Sous le regard noir du doyen, il se pencha tant bien que mal pour ramasser son verre. Il engouffra son bras musclé sous le meuble, en tirant la langue sous l'effort... et poussa une clameur surprise.

-Oh les gaillards, je crois que j'ai trouvé un truc !

Il se redressa, un peu vacillant, et tendit sa main.



On va poutrer du zombie !!!


Mes RPs du Moment !



Les aventuriers de la mémoire perdue, avec Malicia "Bouftout" McGuire et Doc Magouille

Bro of the dead, avec Drago Malefoy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Occultes
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 182
avatar
Malicia McGuire

Messages : 3439

Double Compte : Aucun !
Situation Amoureuse : Chaotique !

Filière : Sciences Occultes

Sorts Connus : Aguamenti,
Assurdiato,
Batrasempra,
Calmos Pacificatum,
Confundo,
Defodio,
Episkey,
Failamalle,
Ferula,
Gemino,
Impervius,
Incarcerem/Lashlabask,
Oubliettes,
Periculo Pugno
Portus,
Protego,
Protéiforme,
Tarentallegra,
Purée de pois,
Furunculus,
Mucus ad nauseam,
Duro,
Amplificatum,
Revigoré,
Elasticus

Inventaire : Chocolats Cépamoi (x5)
Essence de dictame (x5),
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Philtre de Requinquance (x5),
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Potion Tue-loup,
Rapeltout,
Tequila Magouillita,
Potion contraceptive
MessageSujet: Re: Les Aventuriers de la Mémoire Perdue   Dim 5 Juin 2016 - 21:01

Sous ses rouflaquettes argentées toutes neuves, Malicia ne comprenait plus rien à rien : pourquoi le doyen les avaient-ils appelé ? Pourquoi voulait-il que eux, les pires journalistes de la fac, fouillent son bureau ? Qu'est-ce qu'il pouvait bien mijoter sous sa moustache toute moite d'alcool ? Est-ce que Minus et elle avaient raison de se trouver encore dans ce bureau qui sentait à plein nez l'alcool, le sang, les restes de Myo et le peignoir pas lavé ?

Mali sembla dubitative. Pour une affaire chelou, c'était une affaire chelou. C'était même pire que ça : c'était carrément une affaire de meurtre ! Une affaire de meurtre dont tous les indices se trouvaient dans le bureau du pire ennemi de Mali : l'odeur de personnes disparues, du sang... et maintenant ça !

La métisse jeta un œil à la bague que Minus avait tiré de sous une commode qui devait valoir la moitié du prix de tout Mysteria Lane. Une bague aussi belle que dangereuse, en or sombre qui semblait avoir sa propre volonté. Une bague qui donnait froid dans le dos et qui empestait la magie noire.

Mali la reconnaissait. Elle l'avait déjà vue. Enfin, elle avait vue son pendant... sur le doigt de Myo. La zeta se rappela brusquement de la lueur de folie qui était passée dans les yeux de la gamma quand cette dernière lui avait avoué qu'elle avait épousé le doyen. Elle se rappelait du grand discours qu'elle lui avait tenu. Un discours d'illuminée, un discours d'esclave. Un discours qui avait montré à Mali jusqu'où Myo était prête à aller pour le doyen. Jusqu'au bout. Et pour le pire surtout. Elle avait dit que cette bague ne pouvait pas être ôtée, et que c'était un faible prix à payer pour être avec une personne qu'elle vénérait. Qu'est-ce que la sœur de cette bague fabriquait là, sous un meuble, dans la poussière ?

-Ben ça ! s'exclama Marcus, en la faisant sursauter. C'est une vachte belle bague que j'ai trouvé là ! C'est du toc ?

Alors que Mali étouffait un cri, il mordit dedans, grimaça et se frotta la joue :

-Ah non.

-Bigre ! Qu'est-ce que c'est que cette breloque ? rouspéta Magouille en se servant un nouveau verre.

-Aucune idée. Vous connaissez pas un bon dentiste, des fois ?

-Que fait-elle là ? poursuivit le moustachu, vaguement intrigué.

-Parce que croyez-le ou pas, c'est important d'avoir de bons chicots ! continua aussi le capitaine de quidditch.

-Elle ne fait pas partie de ma collection !

-Surtout quand on est un loup-garou.

Le bon docteur se lissait la moustache pensivement :

-Je me serai souvenu si une babiole aussi laide avait figuré dans ma collection d'anneaux de pouvoir maudits !

-Vous avez une collection d'anneaux de pouvoir maudits ? couina Malicia en ouvrant un œil plus grand que l'autre.

Comme pour lui répondre, le doyen désigna d'un mouvement de menton une vitrine dans laquelle on pouvait voir toutes une série d'anneau étiquetés  "Neuf Anneaux des Hommes", "Sept Anneaux des Nains", "Trois anneaux des Elfes". En dessous d'un couffin vide, il y avait une étiquette qui indiquait "Anneau Unique". Malicia ne voyait pas trop bien ce que ça pouvait désigner, mais ça ne la rassurait pas beaucoup. Pas du tout même.

Mais moins que le fait que Magouille ne se rappelle pas de l'existence de son alliance. Qu'est-ce qui était en train de se passer ici ?

-Comme mon vieux le dit toujours, une bonne hygiène dentaire, c'est un match à moitié gagné ! Ou à moitié paumé, je sais plus bien... continuait Minus. Enfin bref ! M'est avis que si on veut avancer dans notre enquête, faudrait qu'on trouve le proprio de la bagouze avant qu'il trucide d'autres personnes de sang froid. On est à la recherche d'un sacré bon dieu de psychopathe, j'vous le dit moi ! Le style à vous tendre des pièges pas piqué des vers ! T'en dis quoi Bouftout ?

Malicia émit un petit rire pas rassurée en fixant Magouille. Minus lui frappa l'épaule, et elle faillit tomber par terre :

-J'propose qu'on aille montrer cette bague à toutes les personnes de la fac ! Viens Bouftout !

Malicia inspira, soulagée. Sortir de ce traquenard, c'était exactement ce qu'il fallait faire. Il fallait rentrer au QG le plus vite possible, essayer de comprendre ce que le doyen tramait et agir de là-bas pour le coincer.

-Bonne idée, Minus ! On s'en va ! s'exclama-t-elle.

Elle hésita un peu avant de souffler :

-Et on prend cette alliance maléfique avec n...

-Attendez-voir !

A la grande horreur de Mali, Minus se retourna vers Magouille :

-C'pas la vôtre, par hasard, doc ?

Le doyen, qui les regardait partir avec méfiance, joignit les mains :

-La mienne ?

-Ben oui ! C'est votre bureau après tout !

Mali lui donna un coup de coude et il se tourna vers elle :

-C'est encore tes crampes, Bouftout, parce que ça tombe vachement mal là. Je sens qu'on est sur un truc, c'est mon instinct de garou qui me le dit !

La métisse grommela et le capitaine des PAF s'approcha du bon docteur et scruta ses grosses mains poilues. Il tendit l'index :

-Tenez ! On dirait pile la taille de votre doigt, là ! s'emballa-t-il. Tu vois ça, Bouftout ?

-Ben... commença la zeta.

Elle hésitait. Minus saisit l'anneau, le soupesa et le tendit à Magnus Magouille :

-Mettez-le, doc !

Le doyen n'était pas vraiment très enchanté :

-Mais enfin, soyons sérieux, vous imaginez une alliance sur cette main  ?!

-Mais si ! Là ! insista Minus.

-Sur cette main VIRILE ? menaça Magouille, vexé.

-Puisque je vous dit que oui ! Hein, Bouftout ! Dis-lui toi !

-C'est que...

-Dis-lui..

-Oh bon, ok, ouais ça va ! s'énerva Mali. Oui, on peut l'imaginer !

-Mais où ?! cria le doyen.

Mali tendit à son tour son index :

-Ben... fit-elle, gênée. Là...

Elle pointa une marque de bronzage qui avait la forme d'une alliance. Une marque qui était sur l'annulaire gauche de Magouille. Ni une ni deux, Minus enfila la bague au doigt du bon docteur et s'égosilla :

-Purée, mon instinct de garou avait raison ! C'est pile poil la bonne taille !

Il releva les yeux, et cria encore plus fort, tout étonné qu'il était :

-Hey ! Vous étiez marié !





Mes RPs du Moment !


Broken Mirror, avec Lucrécya Rincevent

Days before you came, avec Darius Lestrange

Ceci n'est pas un bizutage, avec Isaac O'Callaghan

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2RvWE


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière ::
Description ::
Bons Points : Bons Points ::
avatar
Le Doyen

Messages : 1606

Situation Amoureuse : Inconnue.

Sorts Connus : TOUS ! Vous voulez plus de sorts ?
Visitez ma boutique !

Inventaire :
PLEIN !
Vous voulez plus de potions ?
Vous voulez plus d'objets ?
Visitez ma boutique !
MessageSujet: Re: Les Aventuriers de la Mémoire Perdue   Sam 18 Juin 2016 - 17:44

Le bon Docteur cligna des yeux. Plusieurs fois. Et de plus en plus vite. La bague aux ombres mouvantes avait glissé avec une facilité déconcertante sur son annulaire, et y prenait désormais ses aises, comme si c'était là sa place.

-Hey ! Vous étiez marié ! lança d'une voix ahurie le prénommé Marcus.

-Bigre ! pesta l'escroc en peignoir. Voilà qui est tout bonnement ridicule ! Que cet anneau soit à ma taille n'est qu'une coïncidence, et en aucun cas une preuve de...

Il se tut.

Il venait de retirer l'alliance. Et donc de réaliser que les gravures du métal correspondaient à la perfection aux petites et anciennes cicatrices, qui s'enroulaient à la base de son doigt.

Il avait porté cet anneau. Ce qui ne pouvait signifier qu'une chose : ce paltoquet d'étudiant lupin avait raison.

Magouille serra ses mâchoires, les yeux rivés sur ses scarifications étranges. Il se sentit soudain furibond. Mais étrangement, il ne ressentait pas la moindre surprise, à l'idée d'avoir été marié. Juste une lointaine impression, diablement familière... Comme un souvenir qu'il aurait eu du mal à faire remonter à la surface, mais qui était bien là. Oui, c'était maintenant une certitude pour lui : on l'avait mystifié ! Et cette bague en était la preuve ! Une femelle vénale et sans scrupule l'avait mené en bateau ! Elle l'avait ensorcelé pour le spolier, et avait effacé sa mémoire une fois ses méfaits accomplis !

Le Doyen glissa machinalement l'anneau dans la poche de son vieux peignoir élimé, et émit un grognement contrarié, qui n'illustrait que peu toute la colère qui se consumait en lui. Frémissant de rage, il attrapa la bouteille entamée qui traînait sur son bureau. Mais même la douce brûlure du bourbon ruisselant dans son gosier ne parvint pas à le calmer. Bigre, il ne s'était pas senti aussi en colère depuis longtemps ! En vérité, depuis ce soir pluvieux où Thaddeus Wright l'avait mis au pied du mur, dans ce même bureau, en tourmentant le Bon Docteur, et allant même jusqu'à menacer... jusqu'à menacer... mais qui diable ?!

Magnus serra sa main comme un étau, autour du goulot de l'innocente bouteille désormais vide, les yeux écarquillés, fixant le vide. Il se souvenait parfaitement du soir où ce satané Auror était venu l'arrêter... à quelques détails près. Pourquoi Magnus ne se souvenait pas de ces menus détails ? Et pourquoi se serait-il offusqué d'une menace sur quelqu'un d'autre que sa propre personne ?!

Cette idée l'enragea encore davantage, si cela était possible.

-Hey Doc, ça va ? Z'êtes tout rouge !

Le regard meurtrier, injecté de sang, du Doyen se posa sur l'imbécile de nouvelliste à la bouche entrouverte et au regard vide, qui venait de lui adresser la parole.

-Évidemment, tout va bien ! Persifla le moustachu, sarcastique. Une femelle arriviste m'a sans doute envoyé je ne sais quel maléfice pour parvenir à m'épouser, afin, je suppose, d'accéder à ma fortune personnelle! Et elle a judicieusement effacé ma mémoire pour sortir son vil forfait de mon esprit ! ALORS POURQUOI CELA N'IRAIT PAS, MR FLYNN, JE VOUS LE DEMANDE !

Marcus se gratta la tête longuement, un air nigaud sur la face.

-Euh, ben chais pas ? Parce que vous vous êtes fait avoir, tout ça ? suggéra-t-il.

Magouille le considéra avec mépris... puis, se désinteressant d'un coup de lui, entreprit de déboucher une énième bouteille, rageusement. Il en but une lampée, puis s'essuya la moustache d'un revers de bras :

-De combien de gallions cette mijaurée m'a-t-elle lésé ? maugréa-t-il dans la barbe qu'il n'avait pas. Et où se trouve-t-elle à présent ?! Si jamais je la retrouve, je lui ferai passer le goût de se railler du grand Magnus Maximus Magouille !

Le journaliste lupin, qui n'écoutait que d'une oreille distraite (tout en lorgnant avec envie sur la bouteille de boubon dans les mains du Doyen), haussa les épaules.

-Z'avez regardé sous vot' pieu ? C'est toujours là où je retrouve les trucs que je paume, moi.

-Minus, tais-toi...

Magouille jeta un coup d’œil noir à l'assistant inutile du PAF, qui regardait ce dernier, désolé. Le moustachu fronça ses sourcils : l'assistant avait-il toujours été aussi grand, maigre et frisé ? Et basané comme l'un de ces ignobles sans-papier pakistanais ?
Enfin, peu importait : c'était là la seule parole censée qui avait franchi ses lèvres, jusqu'ici.

Mais hélas, son camarade ne tint pas compte de son judicieux conseil, et crut bon rajouter :

-Ouais, euh, vous savez doc, c'que j'veux dire c'est qu'après on est pas sûrs de rien, alors si ça se trouve...

La porte du bureau s'ouvrit à la volée, coupant brutalement la litanie sans queue ni tête du musculeux étudiant.
D'un pas vif, Hippolytain Saussurus entra dans le bureau, le menton résolu, ses petits poings boudinés serrés, comme s'il se forçait à avoir du courage. Il avança d'un pas dandinant et grotesque, avant d'affirmer d'une voix pas tout à fait certaine :

-Magnus, je me permets d'insister, mais je suis outré ! Outré, oui, j'ose le dire, par votre choix de journaliste !

Il posa sa main sur le bras de Marcus... et ses doigts se crispèrent une nouvelle fois sur le biceps de ce dernier. Le sous-fifre en parut troublé quelques instants. Ses yeux se perdirent sur les muscles du PAF.

-Ce... ce choix de journaliste, disais-je... euh... ou j'en étais ? Ah oui : on vous abuse, Magnus ! Je suis votre homme de confiance, et je suis ici le seul habilité à enquêter ! Je dois donc enquêter en lieu et place de ces deux étudiants ! Enfin non ! Je n'ai PAS à enquêter parce qu'il n'y a aucune raison pour enquêter !

Il croisa le regard haineux du bon docteur, et déglutit, le front encore plus suant qu'à son habitude.

Magnus fit un pas vers lui, sans lâcher des yeux. Ce qui fit glapir le malheureux sous-fifre.
Ce troufion ventripotent rôdait constamment autour de ses appartements, et avait fâcheuse manie d'y entrer sans frapper, en prétextant des excuses fallacieuses et balbutiantes dignes d'une gourgandine en goguette. Autant dire que si quelqu'un avait été témoin de quoique ce soit concernant sa personne, c'était forcément lui.

Magouille plaça donc ses mains derrière son dos, et plissa ses yeux, en deux fentes inquiétantes :

-Hippolytain, espèce de petite fouine adipeuse..

Le susnommé sursauta, soudain bien nerveux :

-Ou...oui, Magnus ?

Le visage porcin de Saussurus, plus rouge qu'à l'accoutumée, était recouvert de sueur, qu'il tentait vainement d'éponger avec un petit mouchoir chiffonné.
Magnus grimaça devant le spectacle, et se rapprocha encore davantage de son bouc émissaire favori.

-Que savez-vous ? persifla-t-il d'une voix monocorde.

-M... mais mais mais... mais quelle idée ! Paniqua son âmne damnée. M... moi ? Savoir quelque chose ? Grands dieux, non ! Je ne sais rien ! Je n'ai jamais rien su ! Et... et à quel propos, d'ailleurs ?

-Saviez-vous que j'étais marié ?!

Magnus avait posé la question à tout hasard, et fut donc grandement étonné de voir le visage de son sous-fifre se décomposer devant lui :

-Oh Seigneur... lâcha-t-il en baissant les yeux. Vous avez donc retrouvé votre contrat de mariage. Et moi qui pensais l'avoir bien caché...

Les yeux de l'escroc moustachu s'écarquillèrent, et il rugit :

-QUOI ?!




Le paiement des frais d'inscription n'est pas obligatoire mais fortement recommandé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Marcus Flynn

Messages : 536

Situation Amoureuse : tout va bien ! Ma femme va revenir, que j'vous dis !

Sorts Connus : Aguamenti,
Assurdiato,
Defodio,
Episkey,
Inflammarae,
Pointe au Nord,
Protego,
Repulso,
Revigor,
Spero Patronum,
Confringo,
Hominum Revelio,
Cave Inimicum


Inventaire : Chocolat Cépamoi (x2)
Philtre de Requinquance (x2)
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x7)
Lait de Poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x5)
Tequila Magouilita (x2),
Onguent d'amnésie du Dr Oubbly,
Scrutoscope,
Glace à l'ennemi

MessageSujet: Re: Les Aventuriers de la Mémoire Perdue   Mar 5 Juil 2016 - 20:08

Hippolytain Saussurus, suant comme jamais, était assis sur une chaise, au centre du bureau. Et il n'avait pas l'air particulièrement à l'aise. Il ne pouvait s'empêcher de tordre ses mains dans tous les sens, en lâchant de temps en temps des couinements pas très virils.

Les mains dans le dos, le visage fermé, la moustache frémissante, le Doyen ne cessait de tourner autour de lui, sans le lâcher une seconde des yeux, tel un vautour.

-J'ai la sensation qu'on ne devrait pas assister à ça, souffla Malicia, gênée, à l'oreille de Marcus.

Ce dernier, se curait nonchalamment le nez, pas plus inquiété que ça.

-Bah pourquoi ?

Il essuya élégamment son doigt sur son t-shirt. Puis il farfouilla dans la poche de son pantalon, et en sortit un petit sachet douteux et tout froissé de chips. Il renifla l'emballage, haussa à nouveau les épaules, et l'ouvrit, en s'en fourrant d'amblée une poignée dans la bouche.

Mali lui jeta un coup d'oeil dégouté :

-Et si on voyait quelque chose qu'on est pas sensé voir ? Chuchota-t-elle. Il pourrait y avoir des représailles !

-N'impoch'te quoi ! Postillonna le lupin. En pluch' pour l'inch'tant i' ch'pach' rien !

-Encore heureux, maugréa la métisse déguisée, d'une voix quasiment inaudible.

A travers son ébriété plutôt avancée, Marcus regarda distraitement son amie, qui pour le moment ressemblait à un blondinet à gros nez. Dingue ça, on aurait presque dit qu'elle avait peur du Doc ! Alors que sérieux, c'était un gaillard plutôt sympa et proche des étudiants, en fait ! Et puis comment on pouvait avoir peur d'un pauvre gus huileux en peignoir sale comme lui ?

-T'as peur du Doooc ! se moqua-t-il, dans un ricanement gras.

Avant de se remettre à mastiquer des chips trop salées, et qui lui semblèrent en carton.

Malicia sembla hésitante.

-Euh, n-non, mais je – disons que je me méfie de...

-Oh, chuuut, on dirait qu'cha va commencher !

En se refourrant une bonne dose de chips dans le gosier, Marcus se mit à regarder le docteur Magouille se rapprocher de rapprocher de son souffre-douleur préféré. Il se serait cru devant la dernière picturine à la mode. C'était assez marrant. Il voyait pas pourquoi Bouftout en faisait toute une montagne.

-Saussurus, persifla le Doyen. Que me cachez-vous, vil scélérat ?

Une énième goutte de transpiration suspecte glissa le long de la tempe du grassouillet assis.

-M... moi ? Rien, v... voyons ! Rien d'important, d... du moins ! Bégaya-t-il.

-Bien sûr, prenez-moi pour un imbécile ! tempêta le moustachu.

Il grogna de mécontentement, et se tourna vers Marcus.Ce dernier fixait la scène d'un air crétin. Dommage qu'il n'ait trouvé que des chips : les pop corn auraient été bien plus adaptés !

-Vous là ! Siffla Magouille.

Le musculeux PAF s'auto-désigna :

-Moi ?

-Vous êtes un loup-garou, n'est-ce pas ?

-Ouaip.

-Alors mangez-lui un bras, qu'on en finisse !

Marcus tourna sa tête vers monsieur Saussurus, dont le visage était passé de blanc-livide à grisâtre horrifié, en moins d'une seconde.

-C'est tentant, Doc, fit-il en pouffant de rire. Mais j'prefere pas. Je surveille mon alimentation, vous voyez, rapport à la muscu...

Il baissa les yeux sur le paquet de chips à présent vide dans ses mains... et le jeta vite par terre.

-Ouais, une bonne alimentation, c'est la base pour tout gaillard qui s'respecte ! Reprit-il, l'air de rien. Ca, et dix séries de pompes dès le réveil, chaque matin !... Sans compter que je mange pas les humains.

Le moustachu plissa les yeux, mécontent. Pour ne pas le décevoir, Marcus se crut obligé de rajouter :

-Mais si vous voulez faire parler ce gaillard-là, vu le gabarit, je dirais qu'un gnon ou deux, ça suffira.

Sur sa chaise, Saussurus glapit de peur. Tandis que l'oeil du Doyen brillait d'une lueur étrange :

-En voilà une bonne idée ! Un doloris savamment dosé aura à coup sur raison du mutisme de ce gredin !

Marcus leva un sourcil :

-Euh... j'ai pas parlé d'doloris, moi...

Avant de se mettre à lorgner avec envie sur une bouteille ouverte, sur le bureau : c'est que ça donnait drôlement soif, les chips !

Mais le bon docteur ne l'écoutait plus. Il dégaina sa baguette, la pointa sur un Saussurus à deux doigts de la syncope, et...

-Vous n'allez pas jeter un sort impardonnable, quand même ? S'interposa Malicia, les yeux ronds.

Le moustachu baissa sa baguette, la mâchoire serrée.

-Avez-vous une meilleure idée pour tirer la vérité de la bouche traitresse de cet empoté ?! Je vous écoute, jeune homme ?!

Prise de cours, Mali se mit à balbutier :

-Ben, euh, je sais pas moi... un véritasérum ?

Magouille cligna des yeux :

-Oh, oui c'est juste.

Il rangea prestement sa baguette, et se rapprocha de son bureau, dont il ouvrit un tiroir.

-Eeeeh ben ! Lâcha Marcus, ébahi. Z'en avez des potions là-dedans !

Magouille fixa d'un air mauvais l'étudiant en Aurorologie, qui l'avait talonné et reluquait à présent sans gêne l'interieur de son tiroir à fioles.

-Voulez-vous que je vous aide ? Ironisa-t-il.

-Non merci, je vois assez bien ! Répondit Marcus, en lisant les étiquettes des innombrables petites bouteilles devant lui. Z'êtes bien équipé, y'a pas à tortiller : du Véritasérum, ça c'est du poison, du Polynectar, des Laxatifs pour Seniors, du Philtre d'Embrouille, de la Mort-aux-doxys, du poison, du Philtre de Requinquance, encore du poison, ça c'est un autre poison, et... Roh, et ça veut dire quoi, Viagr...

-J'ai aussi de quoi vous faire taire définitivement, là dedans, persifla le Doc en lui coupant la parole.

Marcus releva des yeux ahuris, bouche bée :

-Vous voulez dire, des philtres de mutisme ?

-Non, trancha le moustachu, avant de refermer le tiroir d'un coup sec.

Et tandis que le lupin, qui n'avait rien compris aux allusions du Doyen, se grattait la tête d'un air ahuri, Magouille se dirigea droit vers Saussurus. Il lui tendit une petite fiole argentée :

-Buvez ça.

-M-Magnus, je ne peux pas ! Pour votre bien, j-je vous assure !

-Je me sens d'humeur magnanime, gronda Magouille d'une voix particulièrement grave. Alors je vous donne le choix : le Véritasérum, ou le Doloris.

Saussurus couina, les yeux ronds comme des soucoupes. Il arracha la potion des mains de son boss, et l'avala gouluement.
Et, presque aussitôt, il s'effondra en chouinant :

-D'accord, j'avoue tout !

Magouille plissa les yeux de colère.

-Vous êtes donc impliqué dans cette affaire de mariage !

Les lèvres tremblantes, le sous-fifre hoqueta :

-Je l'avoue, Magnus, mais c'était bien malgré moi !

-PARLEZ !

Hippolytain sursauta :

-Disons que la personne qui vous a effacé la mémoire... c'était... C'ÉTAIT MOI !

L'aveu ne sembla pas rendre le docteur de meilleure humeur :

-C'était donc vous, scélerat ? Persifla-t-il, en serrant le poing.

L'employé porcin fondit en larmes, désespéré.

-Ouiii ! C'était moi !

Marcus écarquilla les yeux, horrifié. Il pointa Saussurus du doigt, le visage déformé par une grimace de dégout.

-Vous voulez dire que C'ÉTAIT VOUS SA FEMME ?!

Saussurus, Magouille, et même Malicia se retournèrent, pour lancer un regard dépité similaire à Marcus.

-Bah quoi ? Fit le PAF, l'air benêt.



On va poutrer du zombie !!!


Mes RPs du Moment !



Les aventuriers de la mémoire perdue, avec Malicia "Bouftout" McGuire et Doc Magouille

Bro of the dead, avec Drago Malefoy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Occultes
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 182
avatar
Malicia McGuire

Messages : 3439

Double Compte : Aucun !
Situation Amoureuse : Chaotique !

Filière : Sciences Occultes

Sorts Connus : Aguamenti,
Assurdiato,
Batrasempra,
Calmos Pacificatum,
Confundo,
Defodio,
Episkey,
Failamalle,
Ferula,
Gemino,
Impervius,
Incarcerem/Lashlabask,
Oubliettes,
Periculo Pugno
Portus,
Protego,
Protéiforme,
Tarentallegra,
Purée de pois,
Furunculus,
Mucus ad nauseam,
Duro,
Amplificatum,
Revigoré,
Elasticus

Inventaire : Chocolats Cépamoi (x5)
Essence de dictame (x5),
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Philtre de Requinquance (x5),
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Potion Tue-loup,
Rapeltout,
Tequila Magouillita,
Potion contraceptive
MessageSujet: Re: Les Aventuriers de la Mémoire Perdue   Mer 20 Juil 2016 - 23:03

Le silence était tombé. Boum. Comme ça. Mais avant que quelqu'un ne se décide à expliquer pourquoi Hippolytain Saussurus n'aurait jamais, mais alors jamais pu être la femme de qui que ce soit, l'employé au gros bedon plaqua ses mains boudinées sur ses yeux et se mit à pleurer.

-Je suis un misérable ! s'écria-t-il. Un incapable ! Un moins que rien ! Je ne mérite pas de vivre !

Il sanglota. Une fois. Deux fois. Et à la troisième, ses vilaines mains grassouillettes dégagèrent un peu ses yeux. Qui se levaient vers Magnus Magouille. Et qui avaient l'air d'espérer que l'affreux doyen moustachu fasse preuve d'un peu de miséricorde. Mais comme Mali s'en doutait, la réponse était très loin d'être ce qu'il espérait.

-Oui. Et donc ? finit par siffler entre ses dents le Bon Docteur.

Saussurus fondit en larmes. Pour la troisième fois en cinq minutes et 45 secondes. Et quatre centièmes. Alors que la métisse déguisée fouillait ses poches pour lui dégoter un mouchoir, il se mit à crier comme un bébé mandragore qu'on réveille un peu trop tôt :

-Je ne suis que la victime de mes propres actions ! Oh, si j'avais su... si j'avais su... Mais je vous l'assure, Magnus, tout ce que j'ai fait, nul autre ne l'aurait fait pour vous !

La baguette du doyen se posa contre la tempe du dodu :

-Venez en au fait, scélérat, avant que je ne me décide à changer de méthode.

-J'y viens, j'y viens ! se pressa Saussurus en arrêtant de pleurer aussi sec.

Il se pencha et sa chaise couina sous le poids de ses fesses. Magouille, Minus et Mali l'imitèrent. Mais sans chaise qui couine.

-Le soir de la St Valentin avait été une réussite... commença-t-il, sur le ton de la confidence avant de faire une pause. Que Minus rompit avec l'air de vouloir s'arracher tous ses cheveux.

-Rhaaa ce suspense me tue, les gaillards ! C'est quand qu'elle finit cette histoire de fifou ?!!! hurla Minus.

Tout le monde se tourna vers lui. Et décida de ne pas répondre ici non plus.

-Une réussite qu'il me fallait partager avec vous, Magnus, reprit Saussurus. Et c'est pourquoi une fois le bal achevé, je suis parti vous rejoindre dans votre bureau. Seulement...

Il stoppa encore.

-Seulement ? menaça le doyen.

-Seulement ? demanda aussi Mali, captée par le récit.

Comme le gros employé ne répondait pas, Minus prit aussi la parole :

-C'est tout ? C'est comme ça que ça termine ?

Il se gratta la joue :

-J'suis vachement déçu quand même. fit-il en secouant la tête. J'suis même carrément un peu sur ma faim. Pas v...

-Seulement, reprit le sous-fifre, au lieu de vous retrouver devant un bon verre comme à l'accoutumée, quelle n'a pas été ma surprise quand... doux jésus.

Il venait de devenir pâle. Enfin encore plus qu'avant. Il se tourna vers son chef :

-Puis-je avoir un petit verre de quelque chose, afin de me donner le courage de continuer ?

-Non. trancha le Bon Docteur.

-Vous avez mille fois raisons, l'alcool embrouillerait mon esprit. se reprit très vite l'employé avant de lui faire une courbette : Encore une fois, votre bonté vous honore, Magn...

-Moui, moui. grogna le moustachu. Crachez le morceau, charogne.

-Je disais donc, je suis allé à votre bureau. se pressa Saussurus. Et j'y ai trouvé un véritable carnage. Il y avait du sang partout. De l'hémoglobine du sol au plafond ! Et vous étiez au milieu de ce désastre, Magnus ! Vous ainsi que deux cadavres ! Celui de Typhus je ne sais trop quoi, ce cowboy qui vous harcelait en prétendant qu'il était votre fils caché et celui de votre femme !

Alors que Minus buvait les paroles d'Hippolytain, Mali, elle, scruta Magouille. Il avait l'air étonné, mais pas comme quelqu'un qui avait perdu quelqu'un d'important. Quelque chose clochait. Oh oui, quelque chose clochait grave dans cette histoire.

-Vous étiez bien sûr anéanti, mais j'ai fini par comprendre le fin mot de l'histoire. Typhus avait assassiné votre femme sous vos yeux et vous aviez immédiatement vengé sa mort. Vous étiez sous le choc, bien évidemment, vous qui êtes, comme chacun le sait, doux comme un boursouflet et incapable de faire du mal.

Mali faillit pousser un petit cri de surprise : le doyen, doux comme un  ?! Le doyen ?!!! Un boursouflet ?!!! LE DOYEN ?!!!

-Afin de vous épargner un lourd travail de deuil et de vous éviter d'avoir à faire avec les aurors, j'ai pris sur moi de faire disparaître toute trace de ce terrible évènement. continua Saussurus. J'ai commencé par vous lancer un sortilège d'amnésie ainsi qu'un sortilège d'endormissement. Il aurait été dommage qu'un si bel homme pâtisse du manque de sommeil que tout cela peut causer.

Saussurus fit un clin d'oeil à son chef. Qui grogna. Dans son peignoir tout dégueu.

-Alors que vous dormiez du sommeil du juste, j'ai caché les corps et effacé toute trace de leur passage ici. Typhus a rejoint les poissons au fond de la rivière. Votre femme elle, repose dans un sous-bois de notre belle université, dans un coin qui est totalement désert, si on excepte quelques gnomes... Puis j'ai cherché quelle était la meilleure explication à donner. J'ai fini par me décider pour le règlement de compte : si ces deux-là s'étaient entretués, personne ne pouvait remonter jusqu'à vous.

-Et c'est cette version que vous avez donnée au WoW Herald. fit Malicia.

Saussurus hocha la tête :

-C'est exact.

-Et aux familles.

Hippolytain, qui allait hocher la tête, s'arrêta et secoua la tête :

-Rha, je savais bien que j'avais oublié quelque chose...

-Donc, tout a disparu. reprit le doyen.

-Tout Magnus, hormis quelques affaires de votre femme, que je n'ai pas eu le coeur de jeter.

Il fit apparaître d'un mouvement de baguette un tas de bijoux, et de vêtements de luxe.

-Croyez bien que je suis désolé de vous avoir caché tout ça, Magnus. Mais je ne voyais pas d'autres solutions pour vous empêcher de souffrir.
Vous savez que je n'ai pour vous que du respect et de l'affect...

-Oui, oui. Taisez vous, vous m'ennuyez. le coupa Magouille en se lissant la moustache.

Le bon docteur regardait les affaires avec envie. Beaucoup d'envie. Beaucoup beaucoup trop d'envie. Mali elle, avait besoin qu'on lui éclaircisse encore un peu la lanterne.

-Mais... fit-elle. Ca serait VRAIMENT Titus qui aurait attaqué le premier ? C'est VRAIMENT arrivé dans cet ordre ?

-Bien sûr, Monsieur MacBealbouc ! s'exclama le sous-fifre.  Enfin... c'est ce qu'il me semble...

-Mais vous êtes vraiment, VRAIMENT sûr ? insista la métisse.

-Il est sous veritaserum, Bouftout ! Il peut pas mentir ! fit Minus.

Mali le tira un peu à part :

-Oui mais c'est... chelou chelou chelou ! Pourquoi il aurait fait ça ???

Le capitaine de quidditch haussa les épaules :

-Chaipas. C'était son ex. Peut-être qu'il a juste pété un câble de savoir qu'elle était mariée avec un autre gaillard. J'l'aimais bien, le bro, mais il était un chouilla nerveux, tu sais.

Malicia baissa encore d'un ton :

-Oui mais Magouille l'a tué ! C'est pas rien quand même !

-Si quelqu'un avait fait la même chose à Lulu, j'aurais réagi exactement comme le doc. répondit Marcus, un peu triste.

Malicia se tut. Elle savait bien que Minus avait raison. Mais... elle arrivait pas à être complètement convaincue... Quelque chose tournait pas rond, c'était clair. Comme si elle n'avait pas tous les éléments du puzzle. Comme si elle n'avait pas toute la vérité. Et c'était terrible. Parce qu'elle ne savait pas si elle la saurait un jour.





Mes RPs du Moment !


Broken Mirror, avec Lucrécya Rincevent

Days before you came, avec Darius Lestrange

Ceci n'est pas un bizutage, avec Isaac O'Callaghan

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2RvWE


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière ::
Description ::
Bons Points : Bons Points ::
avatar
Le Doyen

Messages : 1606

Situation Amoureuse : Inconnue.

Sorts Connus : TOUS ! Vous voulez plus de sorts ?
Visitez ma boutique !

Inventaire :
PLEIN !
Vous voulez plus de potions ?
Vous voulez plus d'objets ?
Visitez ma boutique !
MessageSujet: Re: Les Aventuriers de la Mémoire Perdue   Dim 31 Juil 2016 - 19:29

A la seconde où les cartons débordant des affaires de la défunte apparurent dans son bureau, Magnus Magouille se désintéressa des dires de cette vieille carne de Saussurus. Alors que cet imbécile heureux continuait son babillage entremêlé d'insupportables gémissements affligés, le Bon Docteur se rapprocha de son butin inopiné, et le jaugea du regard, un sourire sournois s'étirant sous sa Moustache.

La gourgandine, dont il ne se rappelait ni des traits ni du nom, était donc morte. Et alors ! La belle affaire ! C'était là la meilleure des nouvelles ! Car, qui qu'elle fut, il était indéniable qu'elle avait eu des goûts plus que luxueux. D'un simple coup d’œil, Magouille aperçut des bijoux scintillants hors de prix, des fourrures prestigieuses tirées de créatures magiques en voie de disparition, d'onéreux tissus griffés de la main de grands noms de la haute couture sorcière... et, étrangement, une vulgaire poupée de chiffons, qui n'avait pas du coûter plus d'une mornille. Mais, malgré ce détail, il était clair que cette mystérieuse nymphette avait aimé l'argent. Sans doute la raison pour laquelle elle avait jeté son dévolu sur le Bon Docteur, afin de tenter de mettre la main sur ses richesses personnelles...

Mais qu'importait, à présent ! Il allait pouvoir récupérer des gallions, beaucoup de gallions, en revendant à prix d'or les possessions de feu son ''épouse''.

Le Doyen se lissa la moustache avec cupidité, l’œil luisant.

-Hey Doc ! Hey ! Z'avez vu ? Z'avez vu ? fit la voix stupide du benêt qui lui avait servi d'enquêteur.

-Quoi donc ? soupira le moustachu, agacé d'avance.

-Ben z'avez vu ? J'ai résolu votre affaire !

Magouille toisa l'étudiant tout en muscles qui lui faisait face, et qui lui lançait un sourire aussi franc qu'idiot.

-Bigre, oui, et c'est d'ailleurs gentil de votre part d'avoir bien voulu enquêter bénévolement.

Flynn se gratta la tête, la bouche entrouverte, prêt à gober d'éventuelles mouches.

-Bénevolement ça veut pas dire qu'on est pas payé pour qu'est-ce qu'on fait ? demanda-t-il enfin.

-Tout à fait, confirma Magnus, et c'est pour cela qu'il est admirable que vous ayez accepté d'enquêter pour l'amour de l'art journalistique.

-Ah ouais on a fait ça ??? s'étonna Marcus.

Devant le regard insistant du Docteur, il finit néanmoins par comprendre :

-Ah ouais, on a fait ça, c'est vrai. Mais bon, j'me disais, on pourrait fêter quand même la fin de l'enquête, non ?

Il fit danser ses sourcils de manière bien peu subtile. Ce qui n'impressionna guère le moustachu.

-Et donc ? siffla-t-il.

-Fêter ça ? Avec, genre... un bon verre ?

Magouille plissa les yeux. Mmh, pourquoi pas verser un dernier verre à cet imbécile ? Après tout, plus cet idiot serait ivre, moins il parlerait... Mais Magouille n'eut de toutes façons pas le temps d'infirmer ou de confirmer la proposition : le lupin benêt, déjà bien aviné, lui tendit un verre, rempli par ses soins à ras bord d'un bourbon à la belle couleur ambrée. Et, machinalement, Magouille le but d'un trait.

Le journaleux grimaça après avoir vidé son propre verre. Puis il soupira, les yeux fuyants.

-Chus désolé, Doc... marmonna-t-il.

-A quel propos ?

Soudain gêné, le Pi Alpha Fi se mit à se frotter le bras, comme un garçonnet surpris en pleine faute.

-Beeen... je pense que c'est mieux comme ça.

-C'est à dire ?

-Ben, j'ai toujours dit : vaut mieux avoir aimé et perdu plutôt que perdre son... Non, attendez c'est pas ça, bafouilla-t-il. C'est : c'est mieux de ne pas savoir qu'on a perdu son amour quand on l'a connu plutôt que... mais non, merde c'est le contraire ! C'est mieux d'avoir avoir aimé et perdu cet amour plutôt que de...

Magouille était arrivé au bout de sa maigre patience.

-Diable, pesta-t-il, venez-en aux faits, monsieur Flynn ! Je ne comprends rien à vos...

Et, subitement, il se figea. Ses pupilles se dilatèrent. Il chancela, et dut se tenir aux rebords de son bureau.
En une demi-seconde, avec une clarté saisissante, il venait de retrouver toute sa mémoire.

Il se rappelait de Myosotis. De la douceur de sa voix de velours. De son sourire malicieux, appelant au stupre. De son œil pailleté d'or, brillant de désir. Du poids de sa crinière émeraude, qui coulait sur ses mamelles généreuses, comme autant de promesses de voluptés.

Il se rappelait du sentiment de fierté légitime qu'il avait ressenti, quand il avait enfin réussi à la mettre dans son lit. De la plénitude, à l'époque où elle se glissait clandestinement dans ses appartements, à la faveur de la nuit. Du soulagement intense lorsqu'il l'avait vu apparaître à Azkaban, le sauvant in extremis d'une mort certaine. Elle était la seule personne au monde à s'être intéressé à lui, à ce qu'il était réellement. La seule personne à l'avoir aimé, inconditionnellement. Elle était entièrement sienne.

Et elle n'était plus.

Il se rappelait du corps si pâle de la jeune femme, de son regard devenu vitreux, de sa robe imbibée de rouge. Elle était morte pour lui, son opulente poitrine transpercée par un maléfice qui lui était destiné. Elle s'était vidée de son sang dans ses bras, jusqu'au dernier tressautement de son agonie.

-Magnus ? Ça va ?

Frémissant, les poings serrés, la mâchoire crispée, le Bon Docteur releva les yeux... pour apercevoir l'immonde visage porcin de son sous-fifre. Ce dernier s'était relevé de sa chaise avec précipitation, et le fixait avec un mélange d'horreur et de pitié. L'exact même regard que ce renégat adipeux lui avait lancé, le soir du Bal de la Saint Valentin, avant de lui envoyer un Oubliettes.

Magouille plissa les yeux, et releva sa baguette :

-Endoloris.

Saussurus s'effondra à terre, en lançant un épouvantable hurlement de douleur. Cela n'émut pas plus que ça l'escroc moustachu, qui se redressa, et enjamba sa victime sans même une œillade. Il n'était même pas en colère contre cet idiot : c'était simplement la juste punition qu'il méritait, pour avoir outrepassé ses droits.

Les deux journaleux lui revinrent en tête, et le Doyen releva sa baguette, prêt à leur faire connaître un sort plus funeste encore... mais les scélérats n'étaient plus là. Et la porte grande ouverte du bureau prouvait qu'ils avaient fui. Qu'importe : s'ils savaient où étaient leurs intérêts, ils ne parleraient pas. Et s'ils parlaient... Magouille saurait les retrouver pour les faire taire à tout jamais.

Il s'alluma une pipe, et se mit à tirer dessus, tranquillement. Il n'était pas en colère, non. Néanmoins, il se sentait terriblement mélancolique. Myosotis était morte. Il ne retrouverait pas de sitôt une pouliche aussi docile, retorse et libidineuse. Mais il pouvait être fier de lui : il avait tellement bien dressé la belle qu'elle avait fait son office, et plus encore : placer la vie du moustachu avant la sienne ! Il y avait de quoi se congratuler, indéniablement !
Mais, pour une raison qu'il ne s'expliquait pas, Magnus ne parvenait pas à se réjouir de son œuvre. Il aurait préféré profiter encore de Myosotis, de ses rondeurs offertes, de sa roublardise, de son intellect peu commun pour une femelle. Elle l'avait su éveiller en lui des émois dont il ignorait l'existence jusque là. Elle avait su le distraire de la solitude qui l'entravait depuis sa naissance.
Ses yeux se perdirent dans le vide, devant lui. Il goûtait à nouveau à l'amertume de cette solitude, et savait que désormais, ce serait pour toujours.

Saussurus, allongé sur le ventre, gémit de douleur. Magouille daigna enfin lui jeter un regard. Il s'avança vers le malheureux... et lui flanqua sans ménagement un méchant coup de pied, qui fit se retourner brutalement le pauvre bougre sur le dos.

-Debout, fainéant ! Pesta Magouille. Je ne vous paye pas à vous prélasser !

Le sous-fifre se redressa tant bien que mal, en grimaçant.

-M... m... mais, je...

-SILENCE ! Levez-vous, et allez donc chercher une pelle !

-U... une pelle ?

-Oui. Vous allez déterrer mon épouse, afin de pouvoir lui offrir des funérailles dignes de ce nom ! Funérailles que vous payerez entièrement de votre poche, cela va sans dire.

Saussurus ouvrit des yeux horrifiés :

-Mais Magnus, elle est restée enterrée un mois entier ! Imaginez l'état de son corps !

-Raison de plus pour vous hâter, paltoquet ! Cracha vertement le Doyen. Et ne discutez pas, ou vous goûterez de nouveau à mon Endoloris !

Saussurus couina de peur. Il se releva au plus vite, et sortit en trombe de la salle chercher l'outil en question, sous l'oeil noir du moustachu, qui le suivait de près.




Le paiement des frais d'inscription n'est pas obligatoire mais fortement recommandé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Marcus Flynn

Messages : 536

Situation Amoureuse : tout va bien ! Ma femme va revenir, que j'vous dis !

Sorts Connus : Aguamenti,
Assurdiato,
Defodio,
Episkey,
Inflammarae,
Pointe au Nord,
Protego,
Repulso,
Revigor,
Spero Patronum,
Confringo,
Hominum Revelio,
Cave Inimicum


Inventaire : Chocolat Cépamoi (x2)
Philtre de Requinquance (x2)
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x7)
Lait de Poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x5)
Tequila Magouilita (x2),
Onguent d'amnésie du Dr Oubbly,
Scrutoscope,
Glace à l'ennemi

MessageSujet: Re: Les Aventuriers de la Mémoire Perdue   Dim 7 Aoû 2016 - 19:17

Marcus sortit du bâtiment administratif à toute hâte. Il courait presque, et ne savait même pas pourquoi. Enfin, si, il savait : il suivait le rythme effréné de Malicia, qui s'était carapaté au plus vite du bureau du Doyen, tout en l'intimant d'en faire de même. Et la Zeta courait comme si elle avait le Grand Cornu en personne aux trousses. D'habitude Marcus l'aurait rattrapé en ricanant, en deux enjambées, tout en faisant danser ses muscles pour la classe. Sauf que là, il était un peu -un tout p'tit peu, vraiment- pompette.
Il étouffa un énième hoquet, et lança.

-Hey Bouftout, attends !

Mali se retourna, en faisant valser ses longs cheveux, et le PAF constata qu'elle avait repris son visage habituel, avec son air paniqué habituel et ses yeux trop écarquillés habituels.

-Vite, Minus ! On doit se barrer le plus loin de Magouille ! Lâcha-t-elle, d'une voix suraiguë !

-Bah pourquoi ? Renifla Marcus.

-Tu n'as pas vu ce que j'ai vu ?! S'écria la jeune femme. Ce gars est un psychopathe ! Il a endolorisé son employé comme ça ! Sans raison ! Et on sait qu'il a tué Titus ! Qui te dit qu'on est pas les prochains sur sa liste ?

Marcus se retourna. Le soleil commençait à se coucher, derrière le bâtiment administratif, qui se dressait à quelques centaines de mètres d'eux. Et il n'y avait pas un fléreur en vue.

-Boarf, s'il avait voulu nous attaquer, il l'aurait déjà fait, non ? Il a pas l'air de nous suivre.

-Je ne vais pas attendre pour voir ! Clama Mali.

Elle se remit en marche, à grandes enjambées. Marcus l'imita :

-Tu sais c'est un chic type, le Doc. Même si Reynolds était l'un de mes meilleurs bros, il a sacrément  merdé avec Grandiflore. J'dis pas que chuis d'accord avec ce que le Doyen lui a fait, hein ! Mais je comprends.

Mali grogna.

-Et pour le coup du doloris, c'est juste parce qu'il était énervé, poursuivit le PAF.

La métisse tourna la tête vers son pote :

-Oui, d'ailleurs, qu'est-ce que tu lui as fait pour qu'il soit énervé à ce point ?

Un sourire de vainqueur aux lèvres, le Pi Alpha Fi désigna une petite fiole vide, qu'il tenait entre son pouce et son index.

-L'onguent d'amnésie du Dr Oubbly.

-Une potion pour recouvrer la mémoire ! s'écria Mali. Oh, oui, je comprends mieux !

-Je l'ai piqué dans le tiroir du Doc, devant son pif ! Se vanta Marcus. Même pas il a pigé ! Personne a rien capté ! Depuis que chus un loup-garou, j'ai l’œil du Loup, et des réflexes au poil !

Il se mit à ricaner bêtement :

-Des réflexes au poil ! T'as pigé, Bouftout ? C'est un jeu de mot ! Rapport au fait que je suis un loup-garou, avec des poils et tout !

Il se mit à rire tout seul, sous le regard songeur de la Zeta, qui marchait à présent à un rythme plus normal.

-Mais, pourquoi tu t'es donné tout ce mal, juste pour lui faire boire cette potion ?

Marcus s’arrêta d'un coup de rire. Il soupira :

-Ben... chais pas trop, je trouvais ça trop triste. Genre le Doc aimait cette gonzesse, et il s'en rappelait même plus. J'trouvais ça injuste.

-Mmh.

-J'veux dire, c'est comme moi et Lulu. On est plus ensemble, mais c'est pas pour ça que je veux l'oublier, c'est bien de se rappeler des bons moments, même si la personne est plus là, non ?

Mali hocha lentement la tête, attristée.

-Et pour le Doc, c'est encore pire, continua le lupin. Sa meuf est pas juste partie vivre trois maisons plus loin. Elle est... morte, quoi.

Son œil s'assombrit.

-Comme Reynolds. C'est trop moche, toute cette histoire, en fait.

Il soupira, le cœur lourd :

-Je sais que ça fait chocotte, mais merde, Reynolds me manque. C'était un bon bro. Et Grandiflore j'la connaissais pas plus que ça, mais chuis pas sûr qu'elle méritait ça. Et en plus maintenant le Doc doit chialer tout seul. C'est moche pour tout le monde.

-La situation est triste, admit Malicia, les yeux rivés sur le sol. Titus et Myosotis étaient trop jeunes pour mourir. Mais je ne plaindrai jamais ce psychopathe de Magouille.

Marcus leva un sourcil :

-Bah quand même si !

-Nan.

-Bah quand même si !

-Nan.

-Bah quand même si !

-Nan ! Trancha la métisse. Et on devrait vraiment se dépêcher de sortir du quartier, avant que ce taré se décide à nous poursuivre !

-Mouais, ok... fit le musculeux étudiant, pas convaincu.

En silence, les deux journalistes en herbe accélérèrent le pas. La place MMM, dans leur dos, paraissait de plus en plus éloignée.

-Et sinon... t'as rien à me dire ? Lança d'un coup Marcus.

Malicia jeta un coup d'oeil au PAF, qui lui souriait d'un air chelou.

-Quoi ?

-A propos d'un truc...?

Mali le regarda sans comprendre :

-Quel truc ?

-D'un truc ? Que t'aurais... chais pas moi... chipé dans les affaires à Grandiflore ?

La métisse devint toute rouge :

-Qu... quoi ?! Tu m'as vu Minus ?!

Marcus bomba le torse, fier comme jamais :

-J't'ai dit : l'oeil du Loup, Bouftout, l'oeil du Loup ! T'es encore loin d'avoir les réflexes du Maître ! Mais t'inquiète, personne t'a vu à part moi. Z'ont pas l'oeil du Loup, eux !

Malicia parut soulagée.

-C'est déjà ça.

-Alors, c'est quoi le truc, t'essayes de devenir klepto ?

La Zeta soupira :

-Pas du tout, je - Bon, attends, je te montre.

Elle tira une sorte de collier de sa poche, le tendit à son ami. C'était un bijou en métal sombre et imposant, constellé de pierres précieuses étincelantes. Il irradiait une lueur bleuté, qui semblait doucement bourdonner, comme s'il était rempli d'une magie qui ne demandait qu'à sortir de là.

-C'est... commença-t-elle.

-BORDEL COMMENT C'EST TROP MOCHE ! S'esclaffa le loup-garou. T'as vraiment des goûts de naze, Bouftout ! T'aurais AU MOINS pu piquer un truc joli !

Et il rigola tant qu'il se tapa la paume de la main sur la cuisse, sous les yeux mi-clos d'une Malicia blasée.



On va poutrer du zombie !!!


Mes RPs du Moment !



Les aventuriers de la mémoire perdue, avec Malicia "Bouftout" McGuire et Doc Magouille

Bro of the dead, avec Drago Malefoy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


DOSSIER ETUDIANT
Filière : Filière :: Sciences Occultes
Description ::
Bons Points : Bons Points :: 182
avatar
Malicia McGuire

Messages : 3439

Double Compte : Aucun !
Situation Amoureuse : Chaotique !

Filière : Sciences Occultes

Sorts Connus : Aguamenti,
Assurdiato,
Batrasempra,
Calmos Pacificatum,
Confundo,
Defodio,
Episkey,
Failamalle,
Ferula,
Gemino,
Impervius,
Incarcerem/Lashlabask,
Oubliettes,
Periculo Pugno
Portus,
Protego,
Protéiforme,
Tarentallegra,
Purée de pois,
Furunculus,
Mucus ad nauseam,
Duro,
Amplificatum,
Revigoré,
Elasticus

Inventaire : Chocolats Cépamoi (x5)
Essence de dictame (x5),
Lait de poule Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Philtre de Requinquance (x5),
Potion Miracle du Bon Docteur Magouille (x2),
Potion Tue-loup,
Rapeltout,
Tequila Magouillita,
Potion contraceptive
MessageSujet: Re: Les Aventuriers de la Mémoire Perdue   Sam 20 Aoû 2016 - 17:35

Mali regarda une dernière fois derrière elle alors que Minus se gondolait à côté d'elle. Aucun signe du doyen. Elle regarda au-dessus d'elle. Valait mieux être prudent. Mais non, il n'y avait toujours personne. A croire que l'Onguent du Dr Oubbly avait beaucoup trop occupé Magouille pour qu'il décide de les endoloriser aussi. En tout cas, Mali en était sûre : ils en savaient trop. Beaucoup beaucoup trop. Et encore une fois, ils n'allaient rien pouvoir dire à personne. Parce qu'ils risquaient de se faire endoloriser aussi. Voire pire. Bien bien pire.

Et parce que, même en retournant tout cette affaire dans tous le sens, Mali était persuadée qu'elle ne saurait jamais toute la vérité sur ce qui s'était passé dans le bureau du doyen ce soir là. Et si le Magyar avait bien besoin de quelque chose, c'était de crédibilité. Si elle écrivait un article, ça serait pour dire la vérité, rien que la vérité. Toute la vérité. Mais avec ce moustachu, la vérité, c'était une notion très floue...

-Non mais c'est la meilleure d'la journée ! s'esclaffa Minus en se tapant sur le genou. La Boufftout, elle a des fringues bien classes sous les yeux et comme d'habitude, elle choisit le collier de grand-maman ! Ca se refait pas, les têtes d'ampoules !

-Hey ! Je m'habille plus comme une tête d'ampoule ! Ma pote Ava m'a conseillé plein de trucs supers et maintenant, j'ai la classe !

Mali baissa les yeux sur ce qu'elle portait et grimaça. Bon ok, elle avait pleins de supers habits, mais elle avait aucune idée de ce qui allait avec quoi. Mais c'était déjà beaucoup mieux que son look d'avant et au moins elle portait plus de dessous avec des petits arc en ciels dessus. Elle pouvait quasiment passer pour une non-tête d'ampoule maintenant !

-Et puis c'est pas un collier, c'est une amulette picte qui date de l'antiquité tardive. marmonna-t-elle. Enfin je crois.

-A tes souhaits ! rigola encore plus Minus.

-Si je l'ai prise, c'est pas pour la porter, de toute façon. bougonna la métisse en continuant à s'éloigner du bâtiment administratif. C'était pour notre bien à tous. L'autre jour, Myo m'a demandé mon aide pour trouver ce truc.

-J'croyais que t'étais pas fan de cette nana. lança le PAF en mettant ses mains dans ses poches.

-Je l'étais pas, mais je voulais l'aider. Et résultat, elle m'a abandonnée dès qu'elle a mis les mains là-dessus et m'a laissé au fin fond d'une caverne remplie de pirates fantômes et de T-Rex. Elle était très pressée de l'offrir à Magouille.

-Ca sert à quoi, ton machin ?

-A faire des voeux.

Minus poussa un sifflement impressionné :

-Classe ! Ca marche comment ?

Mali se tourna vers son ami : pourquoi il voulait savoir ça, Minus, d'abord ?

-J'sais pas trop. Pourquoi ?

Marcus haussa les épaules :

-Ben, ça serait quand même cool de faire gagner les PAF au tournoi de quidditch grâce à ça, non ?

-T'as une super amulette antique et toi tu veux t'en servir pour tricher au quidditch ?! s'insurgea Malicia.

Elle ouvrit la bouche, stupéfaite.... avant de lever les yeux vers le ciel, pensive :

-Et  puis d'abord, pourquoi les PAF ? Pourquoi pas les zeta ?

Minus rigola :

-Ouais, t'as raison, vous en avez plus besoin que nous !

Mali serra les poings et fit mine d'être faussement fâchée :

-De toute façon, c'est non. Ce truc ne doit jamais être utilisé ! Jamais jamais jamais !

-Jamais ? s'étonna le PAF.

-Jamais ! insista la métisse.

-Jamais jamais ?

-Jamais jamais Jamais ! C'est de la magie ancestrale, on sait même pas comment ça fonctionne et quel est le prix à payer pour que ça marche ! Ca pourrait demander tous nos héritiers filles sur dix générations ou pire, qu'on porte la coupe mulet jusqu'à la fin de nos jours !

Elle vérifia si sa menace avait marché. Elle avait pas marché :

-Oui, mais... geignit Minus.

-Y'a pas de mais, Minus ! On va détruire ce truc avant d'avoir une coupe mulet ou pire, que ça tombe entre de mauvaises mains.

-Ok, Bouftout, c'est toi le cerveau. répondit le PAF. Mais on fait comment ? On l'attaque au rateau ? On le met dans ma pile de slips sales ? On le jette dans un volcan ?

-Hum... On trouvera bien.

Mali réfléchit quelques minutes alors qu'ils s'éloignaient de la place MMM. Il n'y avait plus grand monde. C'était bien dommage parce que le coucher de soleil donnait à l'endroit des couleurs vraiment magnifiques. Mais bon, à cette heure-ci, les gens préféraient visiblement plus manger un burger au McGo que regarder le ciel passer du bleu à l'orangé.  

-Quelle journée quand même... finit par dire la métisse.

-Tu l'as dit Bouftout. acquiesça son ami garou.

Il se tut  quelques secondes avant de reprendre la parole :

-Chus ben triste pour mon gaillard Reynolds, tout de même. Et pour la Grandiflore aussi, même si je la connaissais pas bien.

Mali baissa la tête. Même si toute cette histoire n'était pas encore complètement claire dans son esprit, il restait tout de même que des personnes étaient mortes. Deux personnes qui avaient de longues années devant elles. Et tellement de chances d'avoir une vie plus belle.

-Oui. Moi aussi. finit-elle par dire.

-Tu sais quoi ? fit Minus. Je sais bien que ça les fera pas revenir mais, je souhaiterais trop qu'ils soiyent pas morts, ces deux là.

Mali poussa un cri de surprise : l'amulette venait de s'envoler de ses mains. Elle tournoya quelques secondes devant eux en scintillant, répercutant les rayons du soleil tout autour de la place. Avant de devenir noire comme la nuit et de tomber en poussière tout aussi vite.

Minus et Mali restèrent quelques secondes sans rien dire, les yeux gros comme des soucoupes, devant le tas qui s'était formé à leurs pieds.

-Ben.... finit par dire le PAF.

-Euh... dit la zeta.

-Euh...

-Ben....

-Ben ?

-Euh ?

-Qu'est-ce que... c'était quoi ce truc ?

-Je sais pas...

-Ca a fait quoi, là ?

-Je sais pas...

La bouche de Minus formait un grand "O" :

-Tu crois que... que ça a ...

-J'en sais rien... bafouilla Malicia.

Elle secoua la tête :

-Oula... Cette journée est la plus cheloue que j'ai vécu depuis longtemps. Je vois pas comment elle pourrait etre plus cheloue que ça.

Le vent se leva sur la place. Et un journal qui avait été jeté par terre se plaqua sur son visage :

-Ouarf ! glapit-elle.

Elle prit le papelard dans ses mains, lut rapidement les gros titres et balança sa tête en arrière, blasée :

-Pourquoi j'ai dit ça ?! geignit-elle.  

Minus se pencha sur les écritures en Comic sans MS rose fluo qui dansaient sur la page :

-"DARIUS LESTRANGE, son émouvante interview exclusive : je quitte sans regret Malicia McGuire pour Griselda, l'Irlandaise aux yeux de braise, mon véritable amour de toujours ! De toutes façons, Malicia était frigide et bavait bien trop". Ben mon cochon !

-J'suis pas frigide et je bave pas ! s'indigna la métisse.

-T'es sûre ? Parce que c'est pas ce que dit le Magyar ! Et ce qui est écrit est toujours vrai, c'est bien connu, Boufftout ! la sermonna son ami. Oh ! Et t'as vu ça  ?

Il pointa un petit encart, en bas à droite du journal, sur lequel apparaissait une très mauvaise photo de Malicia avec un masque de crème vert sur le visage et des bigoudis dans les cheveux. La légende disait : "Elle trompait son chéri blondinet avec des nains de jardin en céramique !!! Les photos exclusives, page 5 !!!"

Sans bouger Minus la regarda en coin :

-Avec des nains de jardin ? Ben ma cochonne...

Malicia, qui tiquait de l'oeil droit, froissa le journal dans sa main :

-GRI !!! hurla-t-elle, en levant le torchon en l'air.





Mes RPs du Moment !


Broken Mirror, avec Lucrécya Rincevent

Days before you came, avec Darius Lestrange

Ceci n'est pas un bizutage, avec Isaac O'Callaghan

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bit.ly/2p2RvWE
 

Les Aventuriers de la Mémoire Perdue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wizardry & Occult Witchcraft University :: RPG :: Place Magnus Maximus Magouille :: Administration-